• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Event n° 3 - Groupe 2

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître des PNJ
avatar
fond des messages :
Messages : 97
Points : 6
Voir le profil de l'utilisateur
97
6
MessageMar 21 Aoû - 17:47

ft. Localisation et sauvetage

GROUPE 2-EVENT N°3

Ordre : Lucie » Esther » Monchi » Meito

Pour les héros.

Vous êtes entrain de faire votre petite routine. Il est très tôt le matin lorsque vous recevez un appel. Cela n’est pas un contact habituel. C’est la police qui vous contacte directement. Mais pourquoi faire ?

- Bonjour Madame, désolé de vous déranger mais nous aurions besoin de votre aide.

Cela était rare que la police contact directement les héros ou leur parle tout simplement. Ils étaient plus du genre à vouloir se débrouiller de leur côté et laisser les héros faire leur boulot de leur côté.

- Rejoignez nous le plus rapidement possible au commissariat. Cela sera plus simple de vous expliquer rendu sur place. Un officier du nom de Dai pourra vous aider.

L’officier qui se trouvait au bout du fil semblait paniqué, mais il prenait tout de même la peine de remercier les héros avant de raccrocher. Vous avez donc le choix de vous rendre sur place pour savoir ce qui se passe et montrer par la même occasion ce que les héros sont capables de faire.  

Pour Monchi.

Nagihito Monchi se trouvait à son lieu de stage, une journée assez relaxante jusqu’à temps que son responsable se pointe et lui demande de bouger. Ouf, cela devait être pénible pour Monchi, mais il n’aurait pas le choix de faire ce qu’il lui demandait s’il voulait garder son stage et ne pas devoir redoubler sa première année. Son mentor a entendu un appel de police qui demandait de l’aide à deux héroïne et son mentor demande donc à Monchi d’aller leur donner un coup de main pour que cela se fasse plus rapidement ou pour que celui acquiert de l’expérience sur le terrain tout simplement au lieu de dormir dans un coin.

Pour Meito

Meito venait à peine de se trouver un lieu de stage. Voilà que les choses sérieuses débutaient. Enfin c'est ce qu'il pensait. Il avait tout de même le droit à une période de silence en attendant que son responsable lui trouve de quoi à faire. Au bout du compte, son mentor semble vouloir s'en débarrasser en lui confiant la tâche d'aider un autre étudiant dans son stage. Cela ferait un travail d'équipe improvisé. Bien sûr, le mentor avait omis de parler du travail d'équipe avec Monchi qui venait de partir à l'instant aider les héros. Est-ce que Meito pourrait accomplir sa tâche et aider son collègue ainsi que les héroïnes ?



Pénalité: Lucie (1) Esther (0) Monchi (0) Meito (0)





Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageVen 24 Aoû - 0:51
Absence de réponse de Lucie. Premier oubli, donc aucune pénalité.

C'est à Esther de répondre, et elle a jusqu'au 25/08 !
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 6
Points : 0
Puissance : 1 700
Voir le profil de l'utilisateur
6
0
1 700
MessageVen 24 Aoû - 12:37
ft. Groupe 2
Event N°3 : Investigation
Six heures du matin. Comme tout les jours, l'oiseau matinal qu'est la blonde est réveillée avant que le radio-réveil ne se mette à chanter. En finissant de glisser son bras gauche dans son blazer, le bout de ses doigts descend vers la table de chevet et presse d'avance le bouton d'arrêt. Alors le silence occupe la pièce à demi-éclairée quelques secondes, puis la musique se lance, qu'elle coupe encore une fois aussitôt. Ses yeux se tournent vers la porte de sa chambre, à laquelle elle entend trois petits coups secs, habituels chez une certaine personne.

Sans prendre le temps d'attendre la réponse de la blonde, la silhouette d'Alban apparaît par le cadre s'ouvrant pour lui tendre son téléphone portable. L'écran allumé indique un numéro inconnu lui faisant arquer un sourcil légèrement surprit. Qui peut bien appeler à une pareille heure ? En attrapant le téléphone d'une main, l'autre pousse son colocataire doigts écartés contre son poitrail, à reculer pour dégager le passage de la porte. Dans le fond de la pièce le son du froissement des draps fait râler le français et, en refermant la porte, elle ne peut s'empêcher d'esquisser un léger sourire.

Ses pieds nus évoluent lentement sur le parquet alors qu'elle décroche enfin l'appel, une voix inconnue à l'autre bout. L'homme se présente : c'est un officier de police, et il semblerait qu'il ait besoin de son aide. En parvenant à la cuisine, la métisse coince l'appareil entre son oreille et son épaule, dans une position particulièrement inconfortable mais nécessaire, pour pouvoir se verser une tasse de café encore chaud pour ne pas dire bouillant. Sa main, sur le plan de travail, bifurque bientôt pour allumer le poste de télévision, si petit, qu'elle fait taire pour ne suivre que les images de la chaîne d'informations. Son sourcil se rehausse à nouveau, cette fois-ci accompagné d'une légère expression d'agacement.

La voix paniquée de son interlocuteur l'empêche de saisir tout-à-fait ce qu'il lui dit, et elle s'évertue alors à lui indiquer de se calmer, de respirer avant de reprendre. Finalement, l'agent lui répond qu'il sera plus simple de lui expliquer les détails de tout ce ramdam si elle pouvait se rendre au commissariat. En remontant la main pour couvrir le récepteur de son de son téléphone portable, elle tourne la tête et indique à Alban qui passe la télé allumée. En penchant la tête, celui-ci lui répond d'un haussement d'épaules qu'il ignore ce qu'il pourrait bien se passer. Autrement dit : s'il y a une catastrophe, l'information n'a pas encore fuitée jusqu'aux médias ? Il est donc encore possible que cela ne se produise jamais. Le bip de fin d'appel lui siffle dans l'oreille, et elle pose l'iphone 7 à la coque bordeaux sur le dos, le poussant sur le côté du bout des ongles.

Son café avalé, un croissant dans l'estomac et sa toilette faîte, la française repasse par sa chambre pour embrasser la masse de cheveux roux à moitié sortie du dessous de la couette. Un bras s'extirpe à l'emprise des draps, tente d'entourer sa taille pour l'attirer à rester là, mais elle l'esquive avec habileté et tapote de l'index sur le nez du visage se tournant vers le sien. Encore un baiser, un dernier, et la voilà aussitôt repartie vers la porte. Faisant la bise à Alban en passant, elle le délaisse sur le son de ses clés déverrouillant la porte d'entrée pour qu'elle se glisse dans le couloir. Descendant les escaliers avec la lenteur de sa flegme légendaire, son esprit vagabonde jusqu'à cette affaire mystérieuse qu'elle est censé aider à progresser très certainement. N'y avait-il donc que les héros sur Terre pour parvenir à faire quelque chose ? A part pour "retenir" les délinquants, vilains de la ligue ou solitaires et récemment les vengeurs, il était certain que la police n'était plus ce qu'elle avait été par le passé. Esther, très renseignée sur le sujet du monde avant les alters, trouvait presque leur présence désuète mais n'aurait jamais franchi le pas de le leur avouer. Après tout, tout le monde se doit d'avoir un gagne-pain.

La Bentley, rejointe par sa propriétaire, prend rapidement la direction du commissariat indiqué par l'agent dont le ton de voix paniqué revient encore et encore à l'esprit de la demi-italienne. Sur la route, consciente qu'il ne lui sera pas possible de le faire une fois sur place, la conductrice allume une cigarette qu'elle souffle par la vitre entre-ouverte, tapotant parfois les cendres au-dessus de la route pour qu'elles ne chutent pas sur son pantalon de tailleur ou, plus embêtant encore, son débardeur blanc. Bien qu'elle s'y rende sans trop de conviction, quelque chose ne semble pas tourner rond dans cette histoire. Et un fait, finalement, lui saute au visage. En fronçant les sourcils, son pied écrase la pédale de frein dès que l'occasion de le faire se présente. Jetant son mégot dans le cendrier du véhicule, ses doigts tapotent sur le cuir noir du volant en rythme régulier. Quelque chose cloche.

Premièrement, pourquoi l'avoir appelé directement elle ? Ensuite... Comment ? Tout les héros sont rattachés à une agence, laquelle se voit contactée puis contacte ses acteurs une fois que le problème a été localisé ou au moins suffisamment identifié pour les lancer sur sa piste. Son regard se jette dans le rétroviseur central pour s'assurer qu'elle n'obstrue pas le passage, et la voiture redémarre. Peu importe ce qu'elle peut bien penser, il lui faut se rendre sur place en premier lieu. Guidant le volant vers la gauche, elle s'engage dans la rue du commissariat et, en passant devant, à la recherche d'une place de stationnement, observe très vaguement le bâtiment. Un coup de volant vers la droite, un créneau, elle coupe le moteur et s'extirpe du véhicule en tirant avec elle son sac et son trench. Le manteau jeté sur son avant-bras, le bruit sec des heurts de ses talons sur le bitume se fond dans la masse des autres foulées, pourtant ce détail résonne dans ses oreilles.

En présentant finalement ses papiers d'identité à la réception, le réceptionniste lui indique une place sur un siège dans le hall. Attendre ? C'est une très mauvaise blague, n'est-ce pas ? La blonde s'y rend, dépose ses affaires soigneusement sur le siège et sort de la poche de son blazer son téléphone portable pour vérifier ne pas avoir reçu de message ou d'appel entre temps. Le libraire a tout intérêt à rester là où elle l'a laissé, parce qu'elle compte bien plier cette affaire et rentrer aussitôt ensuite.

Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageLun 27 Aoû - 3:37
Absence de réponse de Melios. Premier oubli, donc aucune pénalité.

C'est à Monchi de répondre, et il a jusqu'au 28/08 !
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 23
Points : 4
Puissance : 1 150
Réputation : 10
Karma : 10
Voir le profil de l'utilisateur
23
4
1 150
10
10
MessageLun 27 Aoû - 13:40
Il était une fois, ou plutôt une après-midi, une grande prairie paisible au centre de laquelle se trouvait un jeune homme réservé et paresseux appelé Monchi. Récemment entré à l’académie des héros, il avait eu bien du mal à rattraper son retard dû à son entrée tardive en classe C, sa flemme naturelle n’aidant pas… Cependant, à l’instant présent, il se sentait bien, et alors qu’il fixait l’horizon, il vit apparaitre un homme musculeux sur de dos d’un somptueux cheval blanc. Il s’agissait du Symbole de la paix lui-même dans toute sa splendeur. Tout autant impressionné qu’étonné, le jeune étudiant resta immobile tandis qu’All Might chevauchait sereinement dans sa direction.
Une fois arrivé à son niveau, la « Justice incarnée » posa le pied à terre et entrouvrit la bouche, comme s’il allait s’adresser à Monchi. Ce dernier, bien que de coutume assez distant de la hype entourant les héros, ne pouvait retenir son émotion face au héros…

- Debout, jeune Monchi

Debout ?? Que voulait-il dire par là, songea Monchi… Était-ce métaphorique, comme pour lui indiquer qu’il lui fallait désormais aller de l’avant, ou bien devait il poursuivre son cursus pour devenir un héros derrière lequel les plus faibles pourraient se tenir ?!

- DE-BOUT !! s’écria le héros numéro 1, d’une voix bien moins commode… et étrangement différente de celle des spots publicitaires… Était-ce celle de… MERDE pensa-t-il.

La première chose que Monchi ressentit en ouvrant les yeux, avant même de prendre conscience qu’il s’agissait d’un rêve, fut un impact avec le sol qui le réveilla net. Fini le bruit paisible du vent dans les herbes et la voix réconfortante du symbole de la paix, et bonjour martèlements de clavier et voix insupportable de son maître de stage, le héros Sauterelle-Man. Oui… Oui Sauterelle Man, un alter de sauterelle qui lui donne des facultés de sauterelle, y compris une voix stridente due à la finesse de son cou…

DEBOOUUTTTT Vociféra la sauterelle bipède, tandis que Monchi peinait à se relever avec la maque de plusieurs touches de clavier imprimées sur sa joue gauche… J’ai reçu un appel d’un commissariat, et j’en ai marre de te voir glander ici, alors va les aider, et oublies pas ton costume…
Sauterelle Man lui glissa l’adresse du commissariat dans la poche après avoir ajouté quelques autres informations à son discours et quitta la pièce d’un seul bond majestueux, se mangeant au passage le montant de la porte en plein front, tandis que Monchi rassemblait ses affaires. Chips… Check ! Coca… Check ! Part de pizza froide… Un peu dégeu mais Check !! Armes de combat issues du département du support… Check !!
Après avoir tout bourré dans son sac, il sortit de la pièce, enjambant au passage son maître de stage encore sonné par son prodigieux saut et prit le bus en direction du commissariat.

Une fois arrivé, il descendit du bus et se dirigea vers les portes du poste de police, licence provisoire de héros en main. Soudain, en pleine rue, il s’arrêta net... Le costume… Merde… En effet, il l’avait taché la veille avec du café, et mis au pressing, sauf qu’étourdit comme il l’était, il avait oublié de retourner le chercher. Le jeune apprenti héros, pour sa toute première mission de stage, entra en survêtement maculé de taches de graisse et en baskets dans le hall du commissariat, balayant la pièce du regard. Il y avait un ivrogne ronflant fortement, un hôte à l’accueil, un groupe de cadets discutant bruyamment et au cœur de tout cela, détonnant positivement, une belle femme sur son téléphone portable.
Un peu déboussolé, Monchi se présenta à l’accueil et y déposa sa carte de héros provisoire. Le gardien de la paix le dévisagea quelques secondes, alternant les regards circonspects entre la photographie sur la carte et le visage de l’adolescent, puis invita finalement Monchi à patienter, non sans lui faire remarquer au préalable son manque de tenue…

N’osant pas déranger la femme sur son téléphone, qu’il suspectait, vu sa stature, d’être une des héroïnes qu’il devait retrouver, il longea la petite rangée de chaises pour s’y asseoir à l’extrémité, puis sortit son paquet de chips et commença à grignoter pour passer le temps…
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 850
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
850
MessageMar 28 Aoû - 22:00
1 journée et demi qu'il attendait.Meito avait trouvé un lieu de stage avec Cargo fighter,Meito était avec son téléphone sur une chaise de l'appartement du héros qui l'avait pris en stage c'était long le héros n'avait donné encore aucune activité a notre apprenti qui jusqu'à maintenant s'ennuyait.Le héros était parti faire des courses a son retour il enfonçait la porte en criant.

-Meito !Fais tes affaires enfile ton costume tu dois aller aider un autre étudiant en stage!


-Euh quoi?


-J'ai dit! FAIS TES AFFAIRES!!


-ouais ouais du calme je vais le faire.

Le jeune homme enfilait donc son costume et prit une sacoche ou il mit son téléphone.Meito demandait a Cargo fighter


-Dites moi monsieur,qui est-ce que je vais aider?


-tu iras aider le jeune Monchi!

Monchi?C'était un collègue qui était dans sa classe,Meito n'allait donc pas passer son stage avec un inconnu. une fois son costume enfilé Meito sortit de l'appartement en courant sans meme lacher un au revoir au héros au passage.Meito une fois au rez de chaussée se mit en selle sur le vélo qu'il a pris pour venir passer son stage, une fois sorti il regrettait légèrement de ne pas avoir demandé un peu plus d'informations.Le jeune homme se sentait tout perdu en ne connaissant que le lieu de rendez vous et le camarade avec qui il allait travailler,il ne savait meme pas exactement pourquoi est-ce qu'on avait besoin de lui la bas.


-Au comissariat sérieux?

Pour une première mission aller au commissariat était excitant et a moitié effrayant.Et puis pourquoi est-ce que la police aurait besoin d'apprentis?Eux qui travaillent toujours séparément ca s'annonçait louche.Le jeune crut alors qu'on avait besoin d'eux pour faire le ménage ou alors faire le café le matin.Meito pensait donner de ses nouvelles a sa mère comme quoi il allait réaliser sa première mission bon rien d'étonnant mais toujours de quoi lui faire plaisir,il se rendit alors compte qu'il avait oublié sa sacoche avec ce qu'il faut dedans a l'appartement,énervé il annonça


- Ah bah c'est malin! A deux pas du comico!

il rangeait son vélo dehors l'accrochait a une barrière qui se trouvait au bord de la route avec un antivol et rangea ses clés dans une des pochettes de son costume.
Il entrait alors et vit Monchi en train de manger des chips sur une chaise.Une femme était assise a quelques chaises de lui.Meito esquissait un léger mouvement de la main en souriant a son camarade ésperant qu'il l'ait vu,il s'installa a coté de lui puis lance un salut a son camarade...
Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageMer 29 Aoû - 1:44

ft. Localisation et sauvetage

GROUPE 2-EVENT N°3



Cela faisait un bout de temps que nos héros et jeune héros attendaient l'arrivée du Dai. Le commissariat semblait être au ralenti. La plupart semblait boire leur café bien pénard à leur bureau. Est-ce que cela allait être ce petit groupe qui allait faire le sale boulot ? Cela pouvait donner l'impression jusqu'à temps qu'Esther ou Lucie pouvait entendre une voix ''familière'' un peu plus loin dans la salle. Une voix tremblante comme celui qui avait prit le temps de les contacter tôt ce matin.

Qu'est-ce que l'on fait p-patron ? On on a toujours pas de nouvelle de D-dai.


Le patron de doutant qu'il allait se faire entendre, celui-ci allait s'enfermer dans son bureau avec le dit officier pour discuter quelques minutes. Ce qui laissait le groupe seule avec le bruit du tic tac d'une vieille horloge comme bruit de fond. Une fois la conversation faite, l'officier du nom de Ringo se plaçait devant le groupe.

B-bonjour ... désolé de l'attente. Vous vous devez être le groupe qui est là pour donner un coup de main pas vrai ?

Voyant bien qu'ils ne faisaient pas parti du force de l'ordre, celui-ci continuait de parler.

L'Officier D-dai n'est toujours pas présent ... Cependant nous avons a-attrapé un vilain qui pourrait nous mener à sa troupe. Cela fait un bon moment que nous tentons de lui retirer des infos et rien à faire. Pourriez vous nous aider. La vie d'un de nos collègues est en d-danger.


Pénalité: Lucie (1) Esther (0) Monchi (0) Meito (0)





Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageMer 29 Aoû - 21:41
Jour normal.

Le soleil filtrait par les volets fermés de la chambre.

En apparence tout du moins./center]

[center]Lucie se réveilla vers 7 h, la sonnerie de son téléphone portable l'éveilla de manière agréable pour sa musique mais oh combien détestable car cela marquait un brusque retour à la réalité de son travail. Après des mois de congés payés en raison de sa grossesse, il lui fallait retourner dans un monde bien plus dur que celui de la maternité. Non pas que ces vacances aient été de tout repos, mais elle avait pu profiter de son petit bout de chou, Aria, une petite fille aux cheveux Azur comme son père, mais déjà aux yeux de sa mère, et elle était déchirée de déjà devoir les abandonner, elle et le père de l'enfant.

Mais celui ci avait pris le congé pour s’occuper du fruit de leur amour, Lucie avait insisté pour reprendre son travail le plus tôt possible, et Elyade l'y avait encouragé, car le métier d’héroïne était plus utile à la société que l'était son métier à lui, et la jeune femme, bien que très attachée à sa famille, ne pouvait plus tenir en voyant les informations. Elle se leva, s’habilla, Elyade vint la voir, Aria dans les bras, pour lui souhaiter bon courage pour sa journée de reprise. Après quelques calinades, Lucie fut fin prête, et avait prévu de retourner à l'agence pour commencer en douceur sur quelques petites missions qu'on lui donnerait, mais un policier en panique qui l’appela en avait décidé autrement.

En quelques mots elle avait compris le gros de la situation. Elle poussa un soupire. Son état physique n'était pas au top, elle aurait espéré quelque chose de calme, mais pas le choix dans le métier ! Si on prenait la peine de l’appeler elle directement, c'était bien par raison... D'ailleurs c'était étrange, mais elle ne releva pas, et parti se rendre au commissariat immédiatement. On lui avait promis qu'elle aurait une collègue, sans mentionner son nom... Elle se demandait où tout cela allait la mener, tandis qu'elle se garait sur un petit parking non loin de son objectif.

Sur la route, elle avait longuement été retardée par un accident et craignait fortement d'être en retard. C'était un véritable coup du sort..




Elle entra, remplie quelques formalités, sa tenue d’héroïne détonnait dans ce cadre formel, et sa jupe bouscula quelques personnes dans les couloirs, mais c'était sans importance. On lui avec agacement qu'elle était en retard et qu'on l'attendait ! Elle vit sans problème où elle devait se rendre, prêt d'un groupe recevant des instructions ou des informations. Elle se dépêcha de les rejoindre afin de ne pas louper les informations essentielles, et elle se fondit parmi les gens en s'excusant platement de son retard. Elle ferait mieux lors de la mission pour se rattraper !






Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 6
Points : 0
Puissance : 1 700
Voir le profil de l'utilisateur
6
0
1 700
MessageJeu 30 Aoû - 13:11
ft. Groupe 2
Event N°3 : Investigation
Une troupe de cirque. Deux étudiants, dont un suffisamment responsable pour se payer le culot de venir en jogging graisseux, et une autre héroïne en retard. Ses paupières venant recouvrir les perles de ses yeux aussi froids que sa posture, sa mâchoire se serre dans un même temps pour contenir le profond soupir qui manque de peu de s'enfuir de ses lippes. Voilà la raison précise de son favoritisme pour les missions en solitaire : aucune obligation de s'entendre avec des partenaires, aucune obligation non plus d'attendre les retardataires. Ses pensées défilent, pleine d'une colère qui par chance ne s'affiche que sous forme d'ennui et d'exaspération sur son visage de poupée. Il en va de sa position d'héroïne, de figure de protection. Mais la compréhension... Ce n'est absolument pas l'une de ses cartes.

Après avoir, comme les autres clowns, écouter les informations sur cette affaire sans queue ni tête et pour laquelle elle ne comprend pas que l'on ait fait appel à deux héroïnes (ni rien qu'à une seule, d'ailleurs), elle se permet de jeter une œillade difficile à sa comparse de statut. En retard ? Est-elle la seule adulte de cette garderie ? Au-delà de ce regard, elle ne lui adresse pour l'instant pas le moindre mot. Son retard est sa propre responsabilité, elle attrapera le train au passage si des éléments lui manque. Pour l'instant, il y a un autre problème sur lequel elle doit se pencher : l'étudiant en jogging. Ne connaissant pas son alter, ni même son nom ou sa classe dans la prestigieuse école/industrie pondeuse de héros, l'absence de son costume pourrait sous-entendre un risque considérable en cas d'utilisation de son alter. De même, étant encore très certainement un jeune inconscient, il ne semble pas avoir pensé à la sécurité de son identité.

Ses pas, de sa démarche presque féline, se glissent à hauteur des deux étudiants et, en replaçant enfin son téléphone portable dans la poche de son blazer, ses lèvres s'entre-ouvrent sur la dure réalité portée par les notes de son exotique mais fort accent français. Ici, en situation réelle, il n'y a absolument pas de quoi se montrer guilleret.

“ Vous deux : vos noms et vos classes. Toi., lance t-elle sèchement en tournant la tête vers monsieur chips. Ton maître de stage entendra parler de l'absence de ton costume. Et que les choses soient claires : Vous n'êtes pas ici pour faire un régime calorique ou pour jouer. Vous êtes sous notre responsabilité, j'attends de vous que vous filiez droit. ”

Non, pour sûr, Esther n'est pas de ces héros souriants et avenants qui vous encouragent à foncer tête baissée. L'héroïsme, dans l'esprit de la demie italienne, c'est avant tout un amas de comportements sécurisant, des statistiques. En somme : un comportement irréprochable et une certaine qualité d'observation afin de n'être jamais désarçonné par une situation. En se tournant pour prendre la direction d'une zone de rassemblement d'officiers, ses yeux viennent une dernière fois lorgner sur ce groupe trop haut en couleurs à son goût. Ce soir j'aurai au moins de quoi faire rire Blaine., tente t-elle de se dire pour dédramatiser. Un bonjour, sa voix de velours demande où se trouve le suspect, un merci et un au revoir. Aussi simplement que cela. Les heurts brutaux de ses talons contre le sol du commissariat semblent semer pour les autres des morceaux de pain afin de les diriger. Et s'ils ne suivent pas, tant pis.

En arrivant après quelques minutes de zigzag dans la pièce utilisée pour questionner le suspect, Esther prend la température en demandant un abrégé des informations obtenues jusque là. Identité, âge, casier judiciaire, l'endroit auquel ils l'ont trouvé et quand, son activité à ce moment-là, depuis combien de temps est-il retenu et combien de temps reste t-il avant qu'il ne puisse demander à être libéré pour absence d'éléments contre lui... Avec un peu de chance, obtenir son identité permettra déjà de franchir une première étape et déterminer son alter, s'évitant ainsi une potentielle mauvaise surprise.

Enfin en se glissant entre les quatre murs, ses yeux détaillent l'individu, cherchant quelques indices sur ses habitudes. Ses mains, premièrement, longeant ses doigts à la recherche des auréoles jaunâtres qu'elle s'épargne avec ingéniosité à l'aide de ses fumes-cigarettes. S'il fume, tout comme elle, le manque de nicotine pourra rapidement le mettre en situation de stress et il sera alors plus instable, même s'il sera par conséquent plus facile d'obtenir de lui des informations. De même, retarder son droit à se sustenter ou s'abreuver pourrait faire plier ses murailles et délier sa langue. Même si les moyens déployés ne seront pas les plus agréables pour le suspect, elle n'hésitera pas à en user. Après tout : la police a fait appel à elle, eux aussi devront danser sur le même rythme.

“ Bonjour. Avant tout, j'aimerai vous rappeler que vous êtes en droit de demander la présence d'un avocat. Il serait cela dit probablement préférable pour vous comme pour nous que nous n'en arrivions pas là et que vous nous faisiez part des informations que vous détenez sur l'officier Dai. ”

Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 23
Points : 4
Puissance : 1 150
Réputation : 10
Karma : 10
Voir le profil de l'utilisateur
23
4
1 150
10
10
MessageVen 31 Aoû - 2:19
Le jeune étudiant demeurait dans ses pensées, fixant la machine à café à l’autre bout de la pièce. A vrai dire, il avait été grandement perturbé par le fait que ses chips aient ramolli durant le trajet, et réfléchissait à une nouvelle manière de fermer ses paquets afin que l’humidité n’y pénètre pas… Quelques secondes qui lui parurent une éternité plus tard, il fut en quelque sorte réveillé une troisième fois de la journée par une main qui traversa son champ de vision, le saluant. Son regard parcourut doucement le bras du jeune garçon et remonta jusqu’à son visage. Ses traits lui semblaient familiers mais il ne sut pas remettre un nom… Probablement un gars de l’UA, se dit-il….
Toutefois, bien plus par politesse que par gentillesse, ce dernier lui rendit son signe de la main et lui tendit son paquet de chips déjà largement entamé, gardant une expression faciale très neutre, comme à son habitude avec des inconnus. Cette expression varia cependant légèrement à la surprise lorsqu’une femme entra d’un pas pressé dans la pièce. A son accoutrement, Monchi devina rapidement qu’il s’agissait d’une autre héroïne, et qu’elle serait sa tutrice pour la mission avec la femme qu'il avait remarqué plus tôt… qui semblait bien moins commode…

En effet, alors que Monchi rabaissait doucement les yeux vers son paquet de nourriture, il croisa le regard foudroyant d’Esther, regard qu’il ne défia pas, bien trop timide… Cependant, a peine avait il reposé son regard sur une chips que l’héroïne au regard vindicatif prit la parole, leur sommant, lui et son camarade, de se présenter, et d’expliquer son accoutrement négligé… Un peu surpris, il balbutia.

Bonjour… Je suis… Enfin… Je m’appelle Monchi… Nagihito Monchi… De la seconde C… Je… Mes affaires sont au pressing… Et… Les chips… C’est… C’est parce que j’aime bien… Et… C’est pour mon alter… Enfin par gourmandise aussi… Mais aussi pour mon alter… Et… Mon maître de stage… il esquissa un léger sourire qu’il cacha dans l’instant qui suivit, apeuré par une possible réprimande… Il… Il a eu un accident du travail…

Alors qu’il finissait ses mots, il rangea son paquet de chips, attendant que son camarade finisse sa succincte présentation, puis fut à nouveau surpris par l’entrée de l’officier Ringo qui résuma succinctement la situation actuelle et invita le groupe à rejoindre une salle d’interrogatoire. A peine eut-il eu le temps d’assimiler les informations qu’Esther s’était levée et avait emboîté le pas vers ladite salle. Un peu surpris par l’accélération (très relative) des événements, il se redressa et utilisa discrètement son alter pour récupérer son sac posé un peu plus loin devant lui. A vrai dire, le sursaut d’autorité d’Esther ne lui avait pas trop plu et il préféra rester aux côtés de Lucie qui paraissait bien plus sympathique.

Une fois le petit peloton arrivé au niveau de la salle, Monchi alla se placer derrière la glace sans teint donnant une imprenable vue sur le suspect. Il sortit un petit calepin qu’il se mit à griffonner tandis qu’Esther commençait à cuisiner le suspect. Pour sûr, Monchi n’était pas un expert en combat ou dans de nombreux domaines caractéristiques de l’héroïsme. Cependant, sa passion pour les fictions, dont certaines policières, lui avaient octroyé une certaine expérience, certes romancée, mais tout de même, de ce genre de situations. Il se mit donc à noter chaque détail, aussi futile soit-il... De plus, il profita de l’absence d’Esther pour s’ouvrir un nouveau paquet de biscuits, et le posa de manière à ce que ses acolytes puissent y picorer…
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 850
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
850
MessageVen 31 Aoû - 19:46
L'apprenti héros regardait longuement le paquet de chips de chips de son camarade après en avoir gouté une il pensait "elles sont moisies ou quoi?"vu la consistance de celles-ci je pense qu'il avait de quoi douter.Meito fut interrompu sur sa réflexion de la provenance et de la date des chips par une femme qui pour le coup avait l'air préssée,Meito compris alors que son stage allait se dérouler avec la femme qui avait foudroyé mille fois du regard son camarade et cette femme dans un accoutrement plutôt surprenant qui venait d'arriver.


Esther prit la parole,demandait des présentations aux deux étudiants et fit aussi remarquer la grossièreté de la tenue a Monchi,il prit alors la parole en premier pour dire quelque chose sans queue ni tete en balbutiant.Je pris alors la parole
Euh...je regardais alors mon camarade puis l'héroine, et je me lançais

Moi c'est Meito Fukui!et je suis en seconde C.

Après avoir fini mes présentations, un officier dont je ne connaissais meme pas le nom entrait afin de nous expliquer ce qui allait se passer,je compris alors que mon stage c'était pas de la rigolade pour le coup.Je paniquais un peu sur le coup c'est alors qu'a la fin des explications plutôt préssées Esther se dirigait vers la salle d'interrogatoire je la suivait donc,je me retournais pour regarder mon camarade qui fit voler un sac un peu plus loin jusqu'à lui,je laissais apparaitre un léger sourire je restais alors au cotés d'Esther qui n'avait pas bien l'air bien commode mais j'avais plus confiance en elle que la dame qui était arrivée en retard.


Une fois arrivés a ladite salle d'interrogatoire j'accompagnais cette fois-ci mon camarade derrière la vitre pour apercevoir le suspect je vis alors mon camarade sortir un calepin et poser un paquet de trucs a grignoter sur la table,me souvenant de la texture des dernières je préférais ne pas y gouter.Je me replongeais alors dans mes pensées pour réflechir de quoi pourrait t-il etre suspecté pour etre derrière cette vitre.
Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageLun 3 Sep - 6:51

ft. Localisation

GROUPE 2-EVENT N°3



L'officier Ringo avait parlé en effet du dit criminel qui se trouvait en salle d'interrogatoire. Une fois que le groupe était entré, ils pouvaient tous voir un jeune homme dans la vingtaine. Cheveux brun court avec des yeux noirs de jais avec des tatous sur les bras. Il ne semblait pas musclé, mais dans la façon qu'il était assis, celui-ci ne semblait pas se laisser faire. Même qu'il semblait rire vu qu'il savait très bien que la police devait paniquer de l'autre côté de cette dit vitre.

Alors qu'Esther était entrée pour communiquer avec le vilain, les autres pouvaient sans doute entendre une giffle suivit de la voix de Ringo qui se plaignait. Le vilain ne disait rien à l’héroïne. Il se disait que de rester de marbre allait sans doute la mettre en colère et que cela serait marrant de voir une autre personne perdre ses moyens à cause de lui.

Les étudiants qui se trouvaient derrière la vitre avec Lucie pouvait entendre la porte derrière eux s'ouvrir. C'était l'officier Dai dont son nom était écrit sur le badge de sa chemise qui venait de rentrer.

Dai : Désoé mon retard, veuillez je vous prie quitter la salle.

Il tenait la porte afin que Lucie et les étudiants puisse sortir sans problème.

Dai: Ce Ringo, quel abruti ...

Il soupirait avant de poursuivre la conversation.

Dai : Je vous donnerai les informations sous peu.

Une fois qu'il avait fait quitter le trois quart du groupe de la salle, il devait aller chercher Esther qui était restée seule un bon moment avec le vilain.

Dai: Madame, veuillez s'il vous plaît quitter les lieux. Ringo a fait une erreur durant mon absence. Vos partenaires vous attendent à l'extérieur.

En espérant que celle-ci n'allait pas mal le prendre. Après tout, cela n'était pas de sa faute à lui, mais de Ringo un jeune bleu qui se permettait de prendre des initiatives.

Dai: Bon , maintenant que je vous ai tous.

Il faisait quelques pas vers son bureau pour prendre le premier dossier qui se trouvait dessus et le montrer au groupe.

Dai : Voici les informations que nous avons sur le groupe de vilain. Vous que nous sommes débordés, on aimerait que vous nous les localisés.

Il tendait le document à l'un des adultes trouvant cela inapproprié de remettre cela aux étudiants.  

Voici les informations qui se trouvaient dans le document :
Nom du groupe : Wild Claw.
Nombre d'individu : Inconnu.
Façon de les reconnaître : Tatouage rouge faisant des marques de griffes au niveau des bras ou du torse.
Crime connu du groupe : Vol à l'étalage et meurtre.
Dernière fois que l'un des derniers membre du groupe à été aperçu : Proche de la zone industrielle .

Dai : Avec ses informations, j'espère que vous serez capable de les trouver. Bonne chance à vous.



Modification du poste à été fait. Lucie aura donc jusqu'au 5 pour répondre.
Pénalité:
Lucie (1) Esther (0) Monchi (0) Meito (0)





Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageMer 5 Sep - 15:47
Lucie était peu à l'aise... 
Elle prit les documents en remerciant l'homme qui les lui tendait, et se promit de les faire passer à qui les lui demanderait.

Elle avait bien entendu plus ou moins compris ce qu'on attendait d'elle, et était prête à assumer ce travail, seulement elle avait peur de ne pas faire tout correctement. Elle était une héroïne soigneuse, chercher un groupe de criminels n'était pas sa tasse de thé, mais il y avait fort à parier que sa présence était en réalité requise pour aider les élèves au besoin plus que l'enquête en elle même : à la moindre imprudence, elle et sa collègue seraient plus disposées à agir qu'un groupe uniquement constitué d'élèves. 

Cela lui convenait, elle donnerait de toute façon de son mieux ! 
C'était bien la base du métier, de protéger et servir, non ? Alors c'est bien ce qu'elle ferait, en retrouvant ces Wild Claw !
Enfin, elle et son équipe bien sûr... 
Et quelle équipe...
L'autre héroïne n'avait pas l'air d'être une tendre. Elle sentait que malgré sa bonne volonté elle s'en ferait difficilement apprécier, d'autant qu'elle ne s'était pas montrée sous son meilleur jour en arrivant en retard... Elle se rattraperait ! Un bon travail d'équipe était essentiel, et après le petit raté de la salle d'interrogatoires, il fallait faire descendre la pression... 

Un des élèves semblait la suivre particulièrement, l'autre suivait la première héroïne, et cette idée de "Camp", elle ne l'appréciait pas vraiment... Mais la différence entre elle et l'autre héroïne était palpable, sans doute les élèves aussi pouvaient ils le ressentir. Elle décida de se reprendre un peu en mains, son congé l'avait décidément un peu ramollie !

- Bien. Nous savons donc ce que nous avons à faire et où nous devons aller, nous ne disposons pas de beaucoup d'informations mais c'est déjà un début convenable... Alors, chers étudiants, puisque vous êtes ici dans le cadre dun stage, nous vous laisserons, moi et ma collègue, le soin de prendre certaines décisions. Notre rôle est... apparemment, de vous aider tout en pouvant donner une future appréciation à vos maîtres de stages, du moins j'y veillerai. Donc c'est à vous de nous dire ce que vous envisagez comme étant la prochaine étape. Ne craignez rien en cas d'erreur nous ne sommes pas ici oour vous laisser vous enfoncer mais mener cette mission à bien !

Elle sourit avec gentillesse, elle était au final assez contente de ce stage, si elle n'avait pas été héroïne elle aurait sans aucun doute fini professeure, et même sans diplôme elle essayait d'avoir ce côté docte et pédagogue. Elle comptait laisser sa collègue enchaîner et se tourna vers elle en la regardant d'un air conciliant et amical. Elle avait l'air d'être une héroïne sérieuse et d'action, ce qui serait bon pour cette affaire...






Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 23
Points : 4
Puissance : 1 150
Réputation : 10
Karma : 10
Voir le profil de l'utilisateur
23
4
1 150
10
10
MessageDim 9 Sep - 14:30
Pendant les quelques minutes qui suivirent, Monchi prit autant de notes qu'il le pouvait sur les détails aussi minimes que la couleur de ses chaussettes ou le moindre geste de nervosité pouvant trahir son calme apparent. De plus, il jetait parfois des regards sur les autres personnes de la pièce, et remarqua son camarade, visiblement pensif
Tandis qu'il poursuivait sa prise de notes, ce dernier fut interrompu et surpris par l'entrée de l'officier Dai. Il semblait tendu et pressé, mais Monchi, lui, resta calme, rangeant doucement ses affaires, ainsi que son paquet de biscuits dans son sac. Avant de sortir, il jeta un dernier regard au travers de la vitre sans teint, observant le mutisme de ce suspect dont il avait relevé chaque détail dans son carnet, puis s'engagea dans le couloir qu'il avait parcouru quelques minutes plus tôt.

Naturellement, il restait proche de Lucie. Probablement parce qu'elle paraissait bien plus agréable que l'autre héroïne, mais aussi car elle souhaitait visiblement travailler en groupe. Quitte a être forcé à bosser, autant le faire efficacement, comme ça je serai plus tôt de retour chez moi ! pensa le jeune étudiant alors que l'officier Dai s'était détaché de la petite troupe pour rejoindre son bureau. Une fois l'homme de loi revenu, il tendit aux héroïnes le document, qui se mirent à le consulter. Curieux, le jeune étudiant tenta de jeter un œil au dessus de leur épaule, sans franc succès, et profita alors de la concentration de ces deux femmes pour piquer quelques chips dans son sac et les grignoter.
Une poignée de secondes plus tard, une des deux héroïnes prit la parole. Comme il l'avait deviné un peu plus tôt, elle semblait bien plus en clin à travailler en groupe que sa collègue, et prononça un discours qui effaça un peu la flemme qui transcendait Monchi. Il lui fit en effet réaliser que si la mission se soldait par un succès sans appel, cela serait suffisant pour qu'il n'ait plus vraiment à bosser pour avoir une bonne note à son stage, ce qui, à vrai dire, l’arrangeait parfaitement ! Ainsi, pris d'une formidable motivation, il tendit mollement la main vers le dossier amené par Dai, balbutiant quelques  mots avec un ton toutefois un peu plus confiant et motivé...

Je... Puis-je avoir le dossier... s'il vous plait ? Je... J'aimerai beaucoup pour voir si... Si il y a des infos qui rejoignent... Enfin qui se rapprochent de ce que j'ai noté...
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 850
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
850
MessageLun 10 Sep - 19:49
Probablement pour vente de drogue,recel ou alors meme vol a l'arraché il en avit bien la tete j'étais alors arreté par l'entrée rapide de l'officier Dai .Je croyais qu'il ne viendrait pas il avait l'air préssé j'observais alors cet homme qui nous regardait d'une air pas très commode j'avais l'impression qu'on avait pas grand chose a faire la.

Je suivais alors mon camarade je voulais voir ce qu'il avait écrit mais il avait déjà rangé ses affaires.L'étudiant et l'héroine avaient l'air prêt a travailler dur je me dis que je ferais mieux d'etre avec finalement.L'officier partit alors dans son bureau je disais alors

-Bah...on fait quoi maintenant?

J'attendais ma réponse puis le policier revenait afin de donner le document  les deux héroine regardaient le document,je tournais alors ma tete vers mon camarade j'espérais alors qu'il me regarde aussi mais il était parti épier un peu sur le document,il y'arrivait pas trop il prit alors encore une de ces chips.

J'attendais alors que les deux héroïnes finissent de lire que j'étais déjà reparti dans mes pensées pour savoir ce que j'allais faire dans quelque minutes plein de questions me montait a la tete une des deux femmes prit la parole j'écoutais a moitié je compris qu'elle était déterminée .J'entendis alors mon camarade prendre la parole j'écoutais,il voulait le dossier je fut pris d'un léger sourire puis me rapprochais pour voir ce qu'il avait noté une fois son calepin en main...
Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageMar 11 Sep - 5:19

ft. Localisation

GROUPE 2-EVENT N°3

Nouvel ordre > Lucie > Monchi > Meito > PNJ

L'officer Dai avait offert le dossier. Du moins une copie. Ainsi, le groupe pourrait le garder et l'utiliser tout le long de leur recherche. Voyant bien que l'une des héroïnes lisaient les informations. Celui-ci se permettait de se préparer un café pour se réveiller un peu. Il sirotait donc un peu son café alors que l'une des adultes quittait les lieux.

Dai : La dernière fois que ma troupe a arrêté le vilain qui se trouve présentement dans la salle d'interrogatoire, nous étions proche d'un bâtiment qui a été incendié. Certain morceau tienne encore en place. Mais, je doute que le groupe de vilain se cache là. Cela serait totalement dangereux à mon avis. Mais bon, vous pouvez toujours débuté votre recherche là-bas.

Donnant ensuite les coordonnées à ceux qui voulaient bien les aider. Il prenait le temps de les remercier avant de s'occuper de d'autre chose. Laissant donc le groupe seul. Ils pouvaient prendre le temps de discuter entre eux alors que le vilain qui se trouvait en salle d'interrogatoire était mené à l'extérieur du commissariat avec deux flics qui le gardait menotté. Allait-il les conduire à leur base?

Le groupe pouvait suivre le vilain et les officiers jusqu'à la destination. Un vieux bar abandonné ou plus tôt qui a été brûlé il y a un certain temps de cela. Le vilain arrêtait de bouger à partir de là.

?: C'est tout ce que je sais.

Évidament, cela ne donnerait rien de plus à la police. Cependant sur l'un des murs, il y avait des inscription ou des dessins étranges de couleur rouge. Est-ce que cela avait un lien avec les Wild Claw ou cela était seulement que des graffitis ?



Le jeune groupe était laissé seul sur les lieux. Allaient-ils réussirent leur mission ?



Pénalité: Lucie (1) Monchi (0) Meito (0)





Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageJeu 13 Sep - 19:18
Les deux jeunes femmes prirent connaissance des documents, et Lucie échafaudait déjà quelques théories dans sa tête. Elle disposait de peu d'informations mais avec l'aide de tout le groupe, ils perceraient surement à jour ces curieux signes. L'un des adolescents, celui qui semblait le plus nonchalant bien que motivé, demanda a avoir accès aux documents. Après avoir bien tout regardé, Lucie le lui tendit en souriant. Esther avait bien entendu eu le temps de lire également.

Alors que Lucie allait prendre celle ci a part pour s'entretenir avec elle et recevoir son avis pendant que les deux adolescents avaient alors tout le temps pour eux cogiter de leur côté, une sonnerie de téléphone se fit entendre. La jeune héroïne regarda sa consoeur répondre, hocher la tête à plusieurs reprises, puis raccrocher. Celle ci avait l'air contrariée, et l'informa que son agence venait de l'appeler pour prendre part à une intervention non loin d'ici. Au caractère plus urgent de la situation qu'un simple stage, Lucie lui assura qu'elle saurait s'occuper seul du reste et Esther partit alors immédiatement, saluant tout de même les adolescents. 

- Esther a du partir pour une urgence, nous continuerons donc à nous trois ! 

Elle gardait un ton positif et éclatant. Après tout cette mission devenait plus corsée mais tout aussi réalisable ! Ce stage n'en serait que plus enrichissant pour les deux élèves. La nouvelle génération héroïque... Elle y pensait avec un peu d'émotion, et était très contente de cette mission, même si elle avait peur de ne pas tout faire comme il le fallait.

- Alors... Avez vous eu le temps de bien lire ? Avez vous des suggestions sur ce que ces signes peuvent signifier ? Je vais commencer par dire ce que je pense, et vous donnerez vos remarques ainsi que vos propres interprétations. 
Je pense que nous devrions en effet aller à ce bar brûle. Et que ces signes ne sont autres que des indications de directions... Trois fois à droite, etc, je pense  que vous comprenez. Cela me semble peut être simpliste, si vous avez une autre interprétation je suis toute ouïe ! 

Elle sourit aux adolescents, leur faisant face. Elle avait à la fois l'air d'une professeur et d'une adolescente en attente d'approbation.






Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 23
Points : 4
Puissance : 1 150
Réputation : 10
Karma : 10
Voir le profil de l'utilisateur
23
4
1 150
10
10
MessageSam 15 Sep - 0:08
Le jeune héros se saisit délicatement du dossier de police, laissant s'échapper un timide Merci et un léger sourire tout aussi réservé devant la bonne mine de l'héroïne. Dans l'instant qui suivit, ses yeux se mirent à balayer le document tandis qu'il utilisait subrepticement son alter pour récupérer son carnet rangé dans son sac a dos entrouvert. Il avait en effet, durant l'interrogatoire, croqué rapidement les tatouages du bandit, sans réellement porter attention à leur signification. Il se rendit ainsi rapidement compte que celui qu'il portait sur le bras ressemblait à des griffures rouges, et fit donc le lien avec le bandit en cellule. Cependant, se remémorant les paroles de Dai, le comportement désinvolte du suspect et sa propre timidité, il n'osa pas en faire état aux autres, et se mit à suivre le groupe, périple urbain qui le mena à un établissement brûlé.

Durant le chemin, Monchi n'avait cessé de penser au motivations des Wild Claws. Pourquoi des individus inculpés pour vols a l'étalage et meurtre iraient traîner dans une zone commerciale ? Visaient-ils plus gros que des simples vols ? Peut être pour récupérer des éléments dangereux... Une bombe sale ?... Monchi se frotta vivement la tête alors qu'il arrivait devant les décombres, lui qui avait bien trop baigné dans les séries et les films. Restons réalistes, songea-t-il, ne va pas t’imaginer ce genre de choses... Déjà que da...
Son regard se figea en face des inscriptions murales sur lesquelles son regard s'accrocha. Elles étaient rouges et semblaient avoir un sens, ce qui fit immédiatement bouillonner son cerveau...

Rouge... Comme le tatouage... Hmm... murmura-t-il en reportant sur son carnet le schéma tagué au mur. Droite... Droite... Droite... Nan ça serait étrange... Pourquoi employer deux flèches différentes... Ou alors... Il pivota sur lui même quatre fois d'un quart de tour, avant de se rendre compte de la stupidité de ce qu'il venait de faire... Nan... Ou alors... Cela signifie avancer... Il regarda la suite de la rue, voyant une série d'intersections... Puis... Il tapota de son doigt sur le carnet le signe semblable à un "V" couché... Un oeil ? Non... Une intersection bien sûr... Et... A droite ! Et du coup... Mais oui ! Tandis qu'il marmonnait ses réflexions, il jetait des regards dans tous les sens, gardant cependant toujours cet air fatigué et un peu benêt, bien qu'estompé par la surchauffe de son cerveau...
Ainsi, lorsque l’héroïne revint vers les deux étudiants, Monchi lui suggéra, croquis à l'appui... Cependant, se savoir au centre de l'attention de l'héroïne lui fit immédiatement reprendre son balbutiement...

Alors... Je pense que... C'est... A la 4 ième intersection... A droite... Puis... après deux intersection... On est arrivés... Enfin... Le seul hic... C'est que je ne sais pas par où partir... Je dirais... Dans le sens du schéma... Donc... Par là...

Suite a ces dernier mots, il désigna une rue que semblait indiquer le sens du lecture du dessin, et attendit le contre avis de l'héroïne ainsi que la proposition de son camarade...
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 850
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
850
MessageDim 16 Sep - 20:15
Monchi prenait le document après les héroïnes je lisait alors.Il y'avait une seule chose qui me tapait a l'œil c'était ces signes bizarres a quoi pouvaient bien t'ils correspondre?peut-etre un message,peut etre un signe comme quoi ils étaient passés par la ou alors une marque de territoire?Je ne savais pas trop j'étais largué.On partait alors sur les lieux.

Je voyais alors un grand batiment cramé et délabré,je ne savais pas trop quoi penser ni trop comment aider.Je suivais donc monchi pour savoir ce qu'il avait a dire je l'entendais murmurer des choses mais je n'étais pas assez proche pour l'entendre.Je me demandais si on connaissait les alters des individus qui étaient responsables de tout ca je pensais a quelque chose de probablement inutile mais ils devaient avoir un alter de feu pour avoir quelque chose de pareil.Je réfléchissais de tout ce que j'avais dans les neurones mais je n'avais pas d'idées .Je me tournais vers mon camarade afin de voir si lui avait l'air de comprendre,il faisait des tours et des tours je ne comprenais pas pourquoi des tours?L'héroine revenait vers nous afin de nous demander ce qu'on avait trouvé Monchi avait trouvé quelque chose il disait que les fleches avaient peut etre un rapport avec une direction ce qui était totalement plausible ce qui alors avait l'air d'intéresser l'enquete c'était ces signes.Monchi nous regardait afin de savoir si on avait quelque chose redire je fit un mouvement de la tete afin d'affirmer ce qui venait de dire je n'avais plus qu'a suivre l'enquete
Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageLun 17 Sep - 2:24

ft. Localisation

GROUPE 2-EVENT N°3

Le groupe prenait le temps de discuter entre eux. est-ce que cela était un simple trajet ou cela n'était qu'un simple attrape nigaud ? la seule façon de le savoir c'était de s'aventurer plus loin.

Si le groupe prenait le chemin qui semblait suivre les indications, cela semblait se séparer en deux comme cela était indiquer. Bien sûr il fallait prendre la bonne bretelle pour aller à la destination ou du moins se rendre au cercle qui était tracé sur le mur du bar brûlé.

Le groupe avait le choix entre prendre la bretelle de gauche au cas ou que cela soit le véritable chemin ou suivre à la lettre les illustrations et de suivre celle de droite.



Pénalité: Lucie (1) Monchi (0) Meito (0)





Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Event Djaul]
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell
» Groupe des Forges
» MTGO Sealed Premier event.
» Le groupe de prière Berrichons vous invites.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu-
Sauter vers: