• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Event n°3 - Groupe 1

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître des PNJ
avatar
fond des messages :
Messages : 97
Points : 6
Voir le profil de l'utilisateur
97
6
MessageMar 21 Aoû - 17:46
» Event 3

Ulrick » Arash » Leonie » Sagi

Le monde n'est pas fait que de combats, d'affrontements entre vilains et héros. De sauvetage héroïque, lors d'une terrible catastrophe naturelle. Non, parfois, les gens devaient s'heurter à d'autres difficultés. A des blocages d'esprits, où les âmes devaient se lancer à corps perdu dans un duel intellectuel entre leurs esprits et celui d'un potentiel adversaire. Un point développé, à travers ces quelques écrits.

Musutafu, en pleine journée. Le soleil était au beau fixe, et la chaleur de la fin des vacances d'été frappait la ville japonaise. Pour une raison qui ne regarde que les différents acteurs de cette pièce étrange, les voilà dans un centre commercial qui semblait relativement vide, par rapport à d'habitudes. Des boutiques fermées, moins de gens, mais le tout semblait tout de même être utilisable. Des gens continuaient à se balader et quelques épiceries ouvraient encore leurs portes, malgré la chaleur et la fin de semaine.

Le décor est planté, à vous de vous introduire. Néanmoins, alors que chacun d'entre vous pénétrait au sein de l'établissement, quelque chose se préparait dans l'ombre, quoi ? Ah... Le rideau se lèvera bientôt !

[Les premières réponses serviront ainsi d'introduction à vos personnages. Vous avez un total de deux posts chacuns pour vous introduire, vous rencontrer, discuter un peu etc. Je ne reposterai pour faire avancer l'intrigue qu'une fois les deux tours passés.]
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageMer 22 Aoû - 18:40
Nouveau jour, nouvelle chance, nouvelle histoire ! Tel un cycle que l'on pensait infini l'astre solaire pointait timidement à l'horizon pour remplacer dans le ciel azur le satellite naturel de la planète bleue. Ces doux rayons venant frapper les larges baies vitrées d'un centre commercial de la cité ayant offert l'hospitalité au plus grand héros de cette génération. Grimpant toujours plus haut la masse incandescente réchauffait l'air comme jamais si bien que durant cette période estivale, l'activité du temple de la consommation se trouvait ralentie. Les tenanciers intelligents avaient compris qu'il n'était pas utile de maintenir leur grille ouverte et avait décider de laisser leur grille close jusqu'au retour d'activité plus lucrative, ceux qui persévéraient espéraient ainsi attirer les badauds qui ne se ruaient pas sur les plages de Musutafu.

C'était dans ce lieu gouttant à cette tranquillité relative alors que la journée battait son plein qu'un homme d'âge mur allongé sur un banc, se décidait enfin à se redresser. Plusieurs clients l'avaient vu inerte, le teint blafard, les joues creusées et sans ces réguliers mouvements de poitrine ce levant puis s’affaissant, on aurait pu le croire mort ! Aussi improbable qu'on pourrait le croire le vieux barbu s'étirait de tout son long. Il n'était venu ici que pour profiter de la fraîcheur de la climatisation pour s'offrir un petit somme ? Mystère ! Une chose restait certaine, c'est que vu sa dégaine, ces vêtements rapiécer, sa barbe touffue en désordre et l'odeur de transpiration marquant la cruelle vérité quant à l'absence d'une toilette pousser depuis plusieurs jours, le vioque n'était qu'un nuisible qui dérangeait le citoyen moyen, il n'était pas un pratiquant du culte de la consommation. Nombreux devaient être ceux espérant qu'il parte, mais aucun n'avait encore osé l'aborder pour lui dire ce que tout le monde pensait.

Ulrick quant à lui s'était remis sur son postérieur, il aurait esquissé un sourire au vu de la situation tellement de gens qui se voulait bien-pensant déranger par sa seule présence. Il ne souriait pas pourtant, il était loin le temps ou il aurait joué de cette situation. Non ça ne méritait même pas de sortir une pièce, juste de léger piaffement pour tenter désespérément de réhydrater sa bouche pâteuse. Le vieux aurait adoré être réveillé par la maréchaussée, il aurait eu au moins un léger divertissement avec un peu de chance. Il la sentait en lui cette énergie qui voulait sortir, massant du bout des doigts son épaule droit le regard morne Ulrick ce remémorait cette rencontre avec un minot tatouer. Il cherchait encore pourquoi sa dame lui avait indiqué le chemin du pacifisme.

"Raaaaaaahhhh !"


Maugréant le barbu laissa échapper un râle prononcer comme pour évacuer sa frustration. S'affalant d'un coup, son dos vint heurter le rebord du banc tandis qu'il laissait prendre en arrière sa tète libérant sa chevelure grisonnante prisonnière du col de son imperméable trouer. Il était pour le moment atteint de flemmardise aigu et n'avait pas envie de bouger.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 39
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
39
5
1 650
MessageMer 22 Aoû - 23:49
Les courses ! Oui des courses ! Il faut voler … « acheter » des affaires pour la petite ! Il lui faut des vêtements, sinon elle risque d’attraper froid, t’as déjà dû forcer un médecin à l’examiner pour savoir si elle allait bien quand elle n’arrêtait pas de tousser, mais ça va, il a été très gentil. Ce docteur n’avait pas encore trop de mal en lui, et semblait répandre plus de bien que de mal autour de lui. Peut-être qu’une petite lumière se cachait en lui, en tout cas il était gentil, et il n’hésitera pas à revenir si la petite va mal, il t’a même donné son adresse ! Bien sympa pour la petite ! Par contre … Tu as vite compris à son changement de caractère qu’il ne s’occuperait que de la petite et donc jamais de toi. Il semblait connaitre l’odeur du sang, et tu mériterais une bonne douche. Il t’avait donné une liste de truc à acheter, des choses à acheter « légalement ». Il faut quand même pas pousser. Il t’a pris pour un saint ou il est juste stupide ? En tout cas, ça t’arrangeait qu’il s’occupe de la petite. Il a même proposé de l’abriter en cas de problème. Mais tu ne pouvais la laisser seule, c’était ton devoir de la protégée.

Mais bon pas le choix ! Si il faut voler de l’argent pour acheter des trucs, ça sera au centre commercial. Tu avais déjà fait plus d’un tour, et étonnamment, tu trouvas ça très simple de te balader par ici. Les héros attiraient le regard des foules, les boutiques aussi. Chaque personne ici, adulte comme enfant, semblait être dans son petit monde, et la foule était si épaisse qu’il te suffisait juste de glisser dedans pour que personne ne te remarque. Ton secret pour te balader ici ? Les angles morts. Plus il y a de personne, moins il y a d’angle mort pas vrai ? Ici, c’est le contraire, plus il y a de personne, moins il y en a. Les gens de nos jours ont peur de croiser le regard des autres, ils ont peur de se savoir juger par les autres, et ceux qui veulent être regardés, ne font qu’attirer l’attention. Ils essayent donc tous de fixer des choses qu’il connaisse, ou de regarder dans le vide et c’est grâce à cela que ça devient facile. Comme le vent qui glisse entre les branches des arbres, tu glissais avec aisance entre les pauvres aveugles en tordant ton corps de façon étrange esquivant chaque regard, profitant des angles morts. Une sorte de danse avec l’air. La luxure de ses pauvres fous était ton avantage… La luxure, ils étaient tous touchés au plus profond de leur être… Seul ceux qui n’hésite pas à regarder les autres sans les juger mérite le respect ici… mais ils sont si peu si discrets … Cacher … Comme toi.

Par contre, y a un vieux qui ne se cache pas. Et bon sang, tu pouvais savoir qu’il était là rien qu’à l’odeur et à l’espèce de râle d’agonie qu’il semblait pousser. C’était assez … Triste de sa part. Même toi tu sentais un peu bon, merci au docteur qui a forcé la petite à prendre un bain et moi aussi… À croire qu’elle ne peut rien faire sans moi. À pas feutrés, tu t’approchas de lui, montant sur la partie libre du banc. Tu te mis en boule en restant sur tes pieds. Tes bras faisant le tour de tes jambes et ta tête se posant sur tes genoux, un visage innocent orné de grands yeux l’observant. Tu ne bougeas pas d’un seul centimètre, effaça ta présence. Tu n’étais qu’une ombre sur un banc blanc à côté d’un vieil homme puant.
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 35
Points : 6
Puissance : 920
Voir le profil de l'utilisateur
35
6
920
MessageJeu 23 Aoû - 5:15
Une journée qui était supposée d'être calme, commença par un certain cousin blond répondant au nom d'Adrien, l'a réveillée et sauter sur son lit. Très mauvaise idée, ce ne fût pas long que le blond se ramassa par terre avec une tête brune aux yeux bleus avec l'habituel motif bizarre comme un certain blond cendre dirait. Vivre avec un hyper actif, ce n'était pas la meilleure idée que son frère ait eu. Une fois que Leonie est mis dehors ce qui lui servait de cousin, elle se prépara pour sortir en ville. Elle n'était pas le genre à se compliquer la tâche, un simple jean trois-quart gris, converses bleu ciel, camisole noire avec le bas en dentelle et un t-shirt bleu écrit "Silent Scream" dessus. Elle profita du calme pour essayer de faire quelque chose de bien avec ses longs cheveux toujours en bataille. Elle opta pour ramener quelques mèches en une simple minie queue de cheval avec un ruban noir et sans oublier de mettre ses lunettes noires pour éviter que l'on voit l'anormalité de ses yeux pour paraître normale. Sur ce, elle prit la direction du centre commercial après avoir récupéré son sac.

Si vous deviez demander à la jeune Américaine ce qu'elle était venue faire dans le centre commercial, elle vous répondrait sûrement qu'elle était venue acheter d'autres livres à lire. Croyez-le ou non, elle lisait beaucoup pendant les cours d'anglais et quand elle ne devait pas s'occuper du journal de l'école. Ce pourquoi la jeune étudiante profitait du temps restant pour voir ce qui pourrait être intéressant comme livres. Ce n'étant pas évidant pour la jeune fille qui préférait lire dans sa langue d'origine que ceux écrit en japonais. Une fois satisfaite de ses achats, elle en profita pour descendre en bas. C'était un peu plus calme qu'à l'habitude, cela était rare pour une fin de semaine. La seule chose qu'elle remarqua hors des boutiques fermées et quelques épiceries ouvertes, c'étaient deux inconnus sur un banc.

La curiosité de celle-ci serait piquée en temps normal et voudrait en savoir plus, mais elle préféra s'installer sur un banc, non loin d'eux et regarder tranquillement ses achats et voir si elle n'avait rien oublié de sa liste de livres. Cela ne l'empêcha pas d'être polie et faire un simple 'Salut' de la tête avant de s'asseoir. Leonie n'était pas le genre à déranger les autres ou à les ignorer. Elle était discrète de nature, elle préférait être tranquille dans son coin, mais en étant respectueuse envers ceux qui étaient déjà présents.




Personnage Non Joueur
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
44
0
MessageDim 26 Aoû - 6:33
Absence de réponse de Sagi. Premier oubli, donc aucune pénalité.

C'est à Ulrick de répondre, et il a jusqu'au 27/08 !
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageLun 27 Aoû - 2:36
Le vieux n'était au final que ce qu'on nommait un gros flemmard, il se refusait à bouger même à cette heure avancer de la journée, c'était son privilège, lui qui n'avait aucune responsabilité nul autre que lui dépendait de ses faits et gestes. Quant à prendre les responsabilités de ses actes, tout cela ne dépendait que de son humeur. C'était la tête en arrière gorge déployait qu'il parcourait cette foule mouvante d'un regard morne, soutenant le regard fuyant de ceux qui était offusque, plaignant ceux feignant d'ignorer sa présence, mais surtout prenant en pitié toute la foule présente ici qui était prisonnier de l’éthique, des factures, de leur travail, leur famille, de cet ensemble qu'il tirait derrière eux tel un bagnard traînant son boulet. Lui avait connu tout ceci dans son funeste passé et il ne les regrettait absolument pas.

Ulrick sentit la légère secousse d'une masse se posant sans bruit à ses côtés, la logique aurait voulu de jeter un œil sur le nouvel arrivant, pourtant le barbu n'en avait cure, il les bras poser sur l'accoudoir du banc les mains pendantes dans le vide, la tète ballante. Il attendait bien plus qu'un improbable visiteur pour le sortir de sa torpeur. Peut-être souhaitait-il qu'un homme ou une femme retire le mouchoir de sa fierté pour l'houspiller, une réplique sanglante qui sonnerait tel une cloche annonçant le début du round. Rien ne semblait venir cependant, ça aurait pu être intriguant cette galerie commerciale n'avait pas atteint sa capacité maximale loin de la, alors vouloir prendre place au côté de la loque qu'il était n'était sûrement pas pour apprécier sa compagnie. Ulrick attendait en gambergeant sur ce qui allait lui tomber sur le coin du museau, rien ne semblait venir. La personne lui tenant compagnie silencieusement rassemblait-elle son courage avant de prendre la parole, était ce juste une curieuse coïncidence. Tout ceci fut interrompu par le doux tintement cristallin, heurtant légèrement le sol carreler.

Ce ne fut qu'un son anodin, à la limite de l'imperceptible, pourtant dans l'esprit à l’ouïe du norvégien tout ceci résonna avec plus de force qu'une corne de brume d'un remorqueur rentrant au port. Tel un diable surgissant de sa boite, il se retrouvant debout sur ses pieds en fixant le sol. Il avait senti sa main passer à proximité de l'inconnu lui tenant « compagnie », il ne s’arrêta pas à ce détail et avait les yeux river sur le sol pour voir une fine rondelle argent rouler devant lui pour finalement perdre l'équilibre et ce coucher sur un coté. Ulrick fit deux pas en avant pour la ramasser sa précieuse pièce, son dollar d'argent, il ne pouvait la laisser traîner, c'était manquer de respect à ses dames. Il se devait de raccommoder sa poche avant de perdre définitivement son bien. En se redressant, il vit qu'une jeune femme avait pris place non loin de lui. Une petite brunette à la tenue soignée, même le joueur devait reconnaître que la situation manquait de classe et pourrait être gênante, le père Gundersen n'était pas homme à perdre de son aplomb pour si peu. Bien qu'ignorant si un œil ou deux l'épiait derrière cette fine paire de lunette il se contenta d'esquisser un sourire taquin avant de faire un clin d’œil accompagner d'un léger mouvement de la main pour saluer la dame.

Ce retournant enfin, il portait son regard sur l'inconnu l'ayant rejoint, la surprise remplaça la taquinerie sur son fascié avant d'être chassé par la joie ou plutôt la jubilation. En voila un qu'il était heureux de revoir. Il ne pouvait pas en avoir deux comme lui ainsi tatouer avec cette carrure, bien qu'aujourd'hui, il lui manquait sa hargne et son mordant. Il semblait même plutôt apaiser à cet instant un vrai petiot. Recroqueviller sur lui ainsi fermer au reste du monde, il venait compléter avec ses tatouages l’œuvre artistique des gars atypique du coin, le duo qui détonait à des lieux à la ronde avec le paysage. On pourrait presque planter un panneau attention paria de la société devant le banc, sauf qu'en cette journée il ne sentait pas l'iode mais le savon. Le vieux barbu louait ses dames d'avoir tiré le signal d’alarme pour le remettre alerte. Reprenant lentement sa place, son tic resurgissant, Ulrick lâcha :

« Ravi de te revoir petiot, plaisir peut être partagé même si j'ai des doutes. Te voilà propre comme un sous neuf, tu as écopé de la corvée des commissions ? »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 39
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
39
5
1 650
MessageLun 27 Aoû - 13:31
Pas à un seul moment tu fis le moindre geste. Tu étais devenue une vraie statue, tu restais si immobile qu’il était devenu impossible de voir si tu respirais. Ton corps c’était parfaitement immobilisé. Ton regard ne bougeait pas à un seul instant de sa cible. Tu l’observais, retenant chaque détail de son corps, chaque variant de gris de ses cheveux et de sa barbe. Comme un artiste qui observait son décor attentivement avant de le peindre. Tu détaillais chaque détail de cet homme. Votre rencontre remonte à peu, très peu. Une magnifique rencontre sur la plage quand le soleil commençait à apparaitre … ou disparaitre. Tu avais évalué cet homme comme il t’avait évalué. Tu savais qu’il ne sera pas une menace contre toi en cas de problème. Mais tu ne savais toujours pas s’il méritait de mourir ou non. Les voix étaient très calmes aujourd’hui, à croire que se laver avec la petite leur à suffit pour les calmer. La bête semblait heureuse, mais voulait savoir le goût du sang du vieil homme. Toi, tu voulais comprendre son point de vue. Votre discussion vous avait permis d’échanger vos points de vus. Tu savais qu’il n’y avait aucune chance qu’il devienne un véritable allié. Peut-être un partenaire en cas de besoin. Mais jamais tu lui confieras ta vie et celle de la petite. Il était hors de question. Tu le sentais, le mal vibrait au fond de lui. Il était là, devant toi. Nuque dégagé, il était peut-être temps. Les voix commencèrent à crier de le tuer sur-le-champ. Tu approchas ta main droite d’une de tes lames. Un simple coup à la nuque suffira. Il ne survivra pas longtemps, et s’il essaye quelque chose en mourant, tu t’amuseras à lui couper les tendons. Une fois au sol et la nuque correctement ouverte. Ça sera une mort assuré. Tu étais plus rapide que lui, il ne te suffirait que d’un seul geste du bras et il /TING ♪/

Un bruit scintillant retentissait soudainement dans ta petite oreille, un bruit particulier et signe de bonne fortune. Mais malheureusement, pas la tienne. Le vieux se releva soudainement, comme si ce simple bruit l’avait réveillé. Toi, elle avait simplement calmé les voix qui voyaient leur victime parfaite disparaitre. Ta main accrochée à la poignée de ta twazar relâcha doucement la pression. Laissant ta proie partir retrouver sa douce aimée, une simple pièce trainant par terre. Tu regardas le vieux qui regarda une demoiselle. Tu la fixas aussi du regard, lui faisant un sourire enfantin et un signe de la main. La même main qui était il y a quelques instants sur ton arme. Tu remis tes deux mains sur tes genoux, reprenant ton innocence maintenant que les voix avaient disparu, tu fixas du regard le vieux qui semblait surpris de te voir. Tu aurais pu le tuer en vrai. C’était parfaitement possible mais non, le destin en avait décidé autrement. Il te fixa un moment et tu ne le lâchas pas d’un seul instant du regard. Il reprit sa place en lançant la discussion. Toi tu lui répondis tranquillement dans un parfait anglais.


- « No, the pleasure is not shared. One more second and you would be dead. And yes, I'm busy buying stuff for the little one but your horrible smell caught my attention, you too need to go take a shower. »
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 35
Points : 6
Puissance : 920
Voir le profil de l'utilisateur
35
6
920
MessageMar 28 Aoû - 4:45
La jeune étudiante n'était pas le genre à juger les personnes sans une bonne raison. Mais, le fait d'avoir les deux inconnus lui fassent pareil, elle devait avouer qu'elle ne s'y en attendait pas du tout. La plupart faisaient comme s'il ne l'avait pas vu ou entendu, mais bon, Leonie ne pouvait pas se plaindre, ils avaient été sympas. En fait, c'était une paire de yeux avec un motif bizarre qui les regardaient derrière de fines lunettes à contour noir laissant voir des yeux bleu clair normal. Elle n'avait pas le choix, vu qu'elle ne devait pas utiliser ce qui lui permettaient de voir tout les petits détails.

Elle soupira un peu, elle aurait bien aimé acheter plus de trucs, mais son frère avait limité le budget vu qu'elle ne faisait pas exception aux règles de celui-ci. Mais la jeune Américaine était bien heureuse de ses achats. Elle remarqua que les deux inconnus se connaissaient. Ce que la demoiselle trouvait étrange, c'était l'un lui parlait en japonais et l'autre lui répondait en anglais parfait. Parlant cette langue elle-même, Leonie comprenait sans problèmes ce que l'un disait, mais un peu de misère sur le premier vu qu'elle avait plus ou moins prêtée attention. La brunette ne savait pas qui pouvait bien être ses gens, mais en même temps, elle ne comprenait pas pourquoi il y avait si peu de gens dans ce centre commercial normalement rempli de vie.

" It's weird, normally it's always full of people here, right now it's dead... "
pensa-t-elle

Elle venait de penser dans sa langue native, par habitude. Leonie devait avouer qu'elle-même ne comprenait pas ce changement drastique de situation. Pourtant, il devait avoir une raison, mais cela l'énervait de ne pas comprendre, mais l'étudiante se contenta de penser à autre chose. Mais à quoi ? Ce n'était pas dans ses habitudes de parler avec beaucoup de personnes, elle était toujours le nez dans ses travaux au club de journalisme, alors hors de sa meilleure amie, l'explosif, l'aîné et la jeune héroïne qui est une amie de son frère ? Elle pouvait compter sur les doigts les gens qu'elle parlait.

Leonie se secoua la tête et fit tomber ses livres malgré elle par terre en se levant trop vite. Et oublier de ranger ceux-ci qui étaient sur elle. La brunette soupira doucement avant de ramasser ce qu'elle avait fait tomber par accident. Elle était vraiment mal à l'aise d'avoir dérangé les autres.

- I-I'm sorry, I forgot I've my books on me when I got up from my seat.. Je ne voulais pas vous déranger par ma maladresse.. Je suis sincèrement désolée..

Et revoilà le mélange de culture quand elle est embarrassée. La future journaliste avait la mauvaise habitude de se mélanger dans ses langues quand cela arrivait. C'était plutôt comique de l'entendre se rattraper dans ses temps-là. Elle se dépêcha de ramasser et ranger ses livres dans son sac avant de s'excuser à nouveau, embarrassée.

- I'm really really sorry again...




Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 533
Points : 2305
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
533
2305
2 945
0
0
MessageDim 2 Sep - 14:10
Second retard de Sagi de suite, il est donc retiré du RP.

Le PNJ répondra d'ici deux jours !




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Maître des PNJ
avatar
fond des messages :
Messages : 97
Points : 6
Voir le profil de l'utilisateur
97
6
MessageLun 3 Sep - 15:06
» Event 3
Alors que le petit groupe commençait doucement à se parler, à faire connaissance, des personnes mal attentionnées préparaient leurs coups. L'idée était simple : prendre en otage les personnes encore présentes, dans le but simple et net de demander une jolie rançon. Un enlèvement de masse, combiné à quelques petits vols sur les boutiques encore ouvertes, de quoi se remplir rapidement les poches.

Alors qu'ils continuaient à causer, les deux compères se faufilèrent ainsi à travers la zone privée du centre commercial. Sans faire un bruit et avec une précision exemplaire, ils mirent ainsi hors d'état de nuire les quelques personnes censées s'occuper de la sécurité avant d'activer le système d'urgence.

Soudainement, un bruit sourd se mit à résonner à travers le centre. Une sirène, accompagné du bruit des rideaux métalliques qui fermaient définitivement les issues. Ils étaient particulièrement résistants, impossible à détruire sans un équipement approprié.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageMar 4 Sep - 22:57
« No, the pleasure is not shared. One more second and you would be dead. And yes, I'm busy buying stuff for the little one but your horrible smell caught my attention, you too need to go take a shower. »

Une simple phrase qui arracha un léger ricanement au sans domicile, dans la vie tout n'est qu'une poignée de secondes le temps d'un souffle et l'on est mort ou encore en selle pour un rodéo sur cette longue corne que l'on nomme la vie. Il le comprendrait un jour que tout ne ce passe que durant le temps d'un éclair, la vie aussi il ne sont qu'éphémère et Ulrick cernait le personnage, il n'était pas le genre de personne qui laisserait son empreinte ans le marbre du temps. Lui-même aurait pu mourir, mais la réciproque était vraie, il manquait la retenu, la prudence face à un individu qui n'avait pas abattu toutes ces cartes. Le jeunot continuait à parler en anglais d'ailleurs, n'était ce pas la forme d'un jeu ? Ulrick le voyait comme tel et il se contenta de répondre d'une traite.

« Pas de soucis petiot ma vie a été longue et si personne m'a mis encore à bas c'est que mes dame veille sur moi ! Si tu avais du mettre un terme à mon périple, c'est que c'était mon heure. »

Quand à son odeur corporellle elle n'était que secondaire pour pas dire tertiaire, mais voilà qu'une longue chevelure ondulais pour ce rapprocher. Le barbu était comme un gosse, son intention ce détournais rapidement vers la nouveauté. Il fallait aussi avouer qu'elle avait des atout plus percutant. Une quidam, une petite oie blanche qui posait un pieds dans la jungle, le vieux ne pouvait s'empêcher de ce demander comme réagirait le petiot avec sa quète du mal présent en chacun de nous devant une frêle donzelle.

« I-I'm sorry, I forgot I've my books on me when I got up from my seat.. Je ne voulais pas vous déranger par ma maladresse.. Je suis sincèrement désolée.. »

Les voilà les premier mots, une phrase d'excuse, dans un parfait anglais américain. Tout cecimarquait le ton, faisait resurgir surtout des souvenirs. Lui aussi il fut un temps ou il mélangeais les langues, au fur et à mesure du temps il avait appris que la moindre des politesses était dussez de la langue natal du pays ou l'on ce trouvais. Il eu cependant un aimaible sourire.

« Don't worry little girl, It is me who deceive troublnt your reading there. I remain however delighted to meet one fellow countryman. From where come you? East or the West? »

Plongeant l'une de ces mains zébrer de cicatrice pouur en sortir une carte qu'il regarda de biais le vieux ce décala sur un bord du banc à l'oposé du petiot avant d'invité la lectrice à prendre place entre eux. Après tout trois anglophone devrait pouvoir générer une certaine cinergie. Ulrick avait vu la carte, ses dames l'incitait à prendre place. Le petiot la pièce, la brunette la carte tout s'enchainait que trop bien pour le tirer de sa torpeur et le remettre d'entrain. On ne parlait plus maintenant de hasard mais bien de destinés une dame de plus s'ajoutait à son tableau et il n'était jamais bon de les voir s'aligner à la suite, bien que ce n'était que ce qu'il recherchait iln e manquait plus que les sœur noire et la compagnie serait au complet. Tout cela serait a grand dame des autres et au bonheur du vieux croyez le.

Les signes était la et maintenant il ce devait de trouver à quoi relier les fils ! Le petiot ? Peu de chance il semblait calme pour le moment ! Ça devait être ailleurs, mais où ? Les yeux perçant du vieux cherchait aucune chance que les signes converge sur lui qui n'avait rien commis de vraiment répréhensible sur ces terres. Le petiot à nouveau, trimballait-il quelque cadavre derrière lui sa ne l'étonnerait pas. Le vieux montrait un tout autre visage, bien moins taquin, plus fermer, sérieux, il était alerte on sous estime souvent le poids de l'expérience mais passer une vie à faire les quatre cent coups et vous serez comme lui. L'embrouille vous la flairerez de loin, le père Gundersen. Il ne pu cependant rien déceler malgré le faite que la foule n'était pas là pour masquer son champs de vision.

Une sirène qui claque, le métal qui claque les cri de panique qui fuse, les vigiles qui ont disparu. Les issus condamné, l'alarme qui hurle bientôt police et pseudo justicier grouillerait autour de tout ce foutoir. Le vioque n'était pas du genre à vouloir entamé une conversation avec eux. En tout premier réflexe l'une de ses mains fusa pour plaquer la jeune femme contre le banc. Appuyant sur son abdomen elle était le plus grand danger immédiat, la plus à même de paniquer. Concernant le petiot, il gageait que pour lui ce serait une sinécure ou qu'il foncerait dans le temps pour désosser tout ce beau monde. Il fallait le garder pourtant à l'oeil, il restait imprévisible. Ce fut d'un ton glaciale en plongeant son regard dans celui de la jeune lectrice qu'Ulrick lâcha.

"Stay calm, don'tt move, waits and see. Your life is to connect with yours wits. »

Lui l'était bien trop d'ailleurs le sang froid d'un rattle snake, il devait identifier la menace les force en présence, mais surtout avant tout autre chose



Lancer sa pièce d'un gestes machinal pour en regarder le résultat ! Ce n'était pas son heure, il ne devait pas se mettre en branle. Temporiser pour s'échapper et la ces meilleurs allié semblait ce trouver autour de lui. Enfin surtout le petiot et son alter que ce soit pour une diversion ou l'épauler tout lui irait Ulrick ne ferait pas sa fine bouche. Le temps qui s'écoulait était la clé, l'information la base, sortir la finalité restait à savoir de quelle façon. Ce fut calmement en détachant lentement chaque syllabe qu'il pris la parole d'un ton monocorde et doux.

« Hé le petiot berserk, pour toi je sais pas ce que t'en pense, mais je ne compte pas attendre la cavalerie. Elle fout toujours le bordel. T'as vu quoi toi ? Surtout tu comptes faire quoi, si c'est pour foutre le bronx préviens moi je décale dans l'autre. »

Marquant une pose il repris d'un ton plus conviviale

« Sorry little girl it's a bad fellign for a first meeting, but … can you tell me your power ? »

La fin de la phrase ressemblait plus un ordre qu'un demande mais le vieux n'était pas la pour tergiverser.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 39
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
39
5
1 650
MessageMer 5 Sep - 0:45
Le vieux semblait insensible aux provocations et l’approche de la mort ne lui faisait point peur… De ce que tu pigeais il parlait de dame le protégeant, tu ne savais pas de quoi il parlait mais … On n’est jamais à l’abri de tout. Il faudra peut-être lui faire une démonstration un jour. Oui, les voix étaient complètement d’accord, il faudra lui montrer ce qui lui attend… Ce qu’ils attendent. Même si tu restais concentrer sur le vieil homme, la jeune femme proche ne manqua pas ton regard de faucon, le vieil homme l’avait vu et toi aussi, mais elle décida enfin de s’approcher. Ou de se ramasser. C’était triste de la voir faire tomber des livres aussi jolis. Tu aimais bien les livres. Car comme les hommes, ils sont purs et impurs, mais ne peuvent pas mettre le monde en danger. Car seuls les hommes peuvent influencer sur le monde et ce sont eux qui décident d’accepter ou non ce que le livre tient comme savoir.

La demoiselle s’excusa sur-le-champ, et pendant que le vieux l’aidait pour jouer avec, tu ne la lâchas pas du regard. Est-ce qu’elle avait fait exprès de faire tomber ses livres ? Est-ce qu’un vice se cachait sous sa peau ? Est-ce que la mort sera aussi pour elle une douce délivrance ? Elle ne semblait pas dégager de trop grande impureté pour le moment mais elle dégageait surtout un doux arôme. Un délicieux parfum … Oui, un parfum qui donna appétit au monstre, peut-être elle avait aussi bon goût. Et goûter à la chair d’un autre n’avait rien de mauvais … enfin, seulement pour celui qui mange. Mais tu restas calme pour le moment. Le monstre voulait d’abord s’occuper de la petite et les voix restaient intéressées par les livres au sol.

Soudainement, alors que tout semblait se calmer, le visage du vieil homme changea. Lui aussi il avait remarqué … C’était devenu trop calme. Bien trop calme. Tu souris calmement en posant finalement tes fesses sur le banc. Il allait se passer quelques choses et tu seras ravi de savoir quoi.

La sirène s’activa, les rideaux d’acier se refermèrent en même temps que tu croisas les jambes. Les bruits lourds, les cris, l’acier grinçant. Une telle cacophonie de son n’éveillait qu’en toi le monstre. Le plus intelligent et le plus violent du groupe. Rien ne le forçait à devenir violent pour le moment.

Tu craquas ta nuque et laissas le vieux s’amuser avec la petite, tu te devais d’agir intelligemment, le monstre devait agir rapidement et efficacement. Tu joignis tes mains et les posas sur ta tête alors que les informations commençaient à passer rapidement. Tu marmonnas, doucement, plus de plus en plus rapidement. Au fur et à mesures, les mots disparaissaient en créant des phrases illogiques.
« L’alarme… et les rideaux… Les héros vont … arriver dans peu de temps. Il faut trouver un moyen de partir avant que ça parte mal. Pas moyen de couper à travers les rideaux. Ils sont trop résistants. Mais pourquoi l’alarmes c’est  activé. Oui, pas de héros car pas de preuve d’alter. Héros contre alter, pas contre mal… Police. Temps d’arrivé rapide. Raison d’alarme ? Rideaux bloqué, sortie impossible. Sécurité pour nuit, pas accident. Activation volontaire. Rapide, efficace. Pas de vol car alarme. Rançon. Prévenir présence autorité. Si action, plan prévu. Sortie possible. Prise d’otage nécessaire. Plan plus complexe, pas logique. Cherche autre chose, valeur importante. Vie humaine pour protéger. Gagner du temps nécessaire pour eux … Sortir civiles. Profiter foule sortir. Rideaux ouvertures. Ennemi salle de contrôle. Diversions obligatoire. »

Tu relevas finalement la tête, te taisant pour de bon. Tu n’avais pas ignoré ce que le vieux disait, pas d’intérêt à l’écouter. Tu te tournas vers lui et répondis sur une voix sèche et sévère, plus du tout la même voix calme et amicale que tu avais d’habitude.

- « Laisse tomber vieux schnock, les flics seront là anyway avant qu’on puisse sortir. Ils vont vérifier les entrées possibles, donc aussi nos sorties possibles. Il faut donc en créer une nouvelle. Les idiots qui ont activé les rideaux ont enfermé tout le monde dedans mais aussi dehors. Pas d’entrer pas de sortie. Sauf qu’aucune alarme n’a été activée avant qu’ils agissent, ils ont donc un plan pour venir donc aussi pour sortir. Il faut les prendre d’avance et leur couper l’herbe sous le pied. Mais faut trouver comment créer une sortie et une diversion suffisante pour sortir sans se faire remarquer. Si on sort sans personne, nous serons foutus… On doit d’abord savoir les forces de nos ennemis, mais aussi leur intention… Leur plan est trop peu logique, ils doivent chercher quelques choses en particulier. Ça ne peut pas être une simple prise d’otage. Ils veulent gagner du temps pour faire quelque chose en particulier.  »

Tu tournas doucement la tête vers la demoiselle.

-« Cependant … elle pourrait être une difficulté comme un atout. Il faudra trouver un moyen de la faire taire pour éviter que notre sortie s’ébruite chez les flics une fois cela fini. Il y a des choses … Qui doivent rester secrète… » Tu ne la lâchas pas du regard, léchant doucement tes lèvres, en te demandant quel goût pouvait avoir sa chair.
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 35
Points : 6
Puissance : 920
Voir le profil de l'utilisateur
35
6
920
MessageMer 5 Sep - 4:31
Une fois ses livres ramassés, Léonie les rangea dans son sac avant de refaire une autre gaffe comme elle avait fait, et ce, sans le vouloir. En même temps, elle avait remarqué quelques choses qui n'était pas normal. Pourquoi il y avait peu de gens quand normalement, il y en a plein ? Cela était intriguant, surtout qu'elle ne devait pas enlever ses lunettes, même si cela pourrait être une bonne idée. Mais elle fut sortie vite de ses pensées par l'homme âgé, qui lui parlait dans sa langue maternelle. Ce n'était pas la faute de personne sauf elle et sa curiosité qui avait oublié certains détails. Elle fit signe de la main que ce n'était rien.

- It's nothing really, don't worry about this. I wasn't reading to be honest. I only checked if I didn't forget anything in my purshases. I'm from a little town not far from New York.

Léonie étant américaine, cela était plus facile pour elle de parler en anglais, mais elle parlait japonais comme si c'était naturelle. Pourtant, elle n'était là que depuis quelques mois, alors si vous lui demandez comment elle sent entourée d'eux, l'étudiante vous dirait qu'elle était nerveuse. Elle était peut-être une étudiante en filière générale, mais elle n'était pas comme plusieurs qui l'entouraient. Elle était assez neutre au niveau des héros autant des vilains, vu qu'au bout de tout ça, ils étaient tous humains avec différentes visions et opinions. Ne jamais juger un livre à sa couverture. En même temps, elle n'était pas du tout en confiance à être entre eux, mais en même temps, cela ne pouvait être qu'une simple impression qui ne voulait rien dire. La jeune Américaine mentirait en disant qu'elle ne comprenait pas ce qui se disait en japonais.

Mais quand elle remit son sac sur son épaule, un bruit sourd se fit entendre et ce ne fut pas long que la sirène retentie et que Léonie vit les rideaux métalliques se fermer. La demoiselle pouvait entendre des cris. C'était définitif, il y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas correctement dans cette histoire. La brune se fit plaquer sur le banc, et ce, sans qu'elle eût le temps d'agir. La demoiselle aux yeux mécaniques était un peu stressée, mais sa curiosité était plus présente que d'autres choses. Savoir ce qui se passe et comprendre le pourquoi cela est arrivé. Elle changea vite de ton de voix, elle était pouvait être sérieuse elle aussi.

Ce ne fût pas long que Léonie ferma les yeux et enleva ses lunettes et les ranger à la bonne place pour ne pas les briser et entendre un grand frère s'énerver là-dessus. Quand elle ouvra les yeux, on pouvait voir le bleu de ses yeux avecun motif de style mécanique ou extraterrestre pour plusieurs personnes.

- Mon alter se nomme "Les yeux de la vérité". Je peux voir le moindre détail avec celui-ci. Ce que l'œil humain normal ne voit pas, moi, je le vois. Je ne peux pas voir au travers du sol, des murs et autant un être vivant.

La demoiselle tourna son regard vers celui qui venait de parler.

- Avant de vouloir décider pour moi qui n'ai aucune idée qui vous êtes, mais il y a un truc qui m'intrigue. Si le système d'urgence a été activé, le temps pour que les informations arrivent, ceux qui ont fait ça, ont le temps d'agir ailleurs, non?


La jeune fille réfléchissait à tout ça. Il y avait une raison, mais laquelle ? Il pouvait en avoir plusieurs, alors ce n'était pas évident à trouver, mais elle se doutait qu'il fallût trouver un moyen de sortir de centre commercial.

#6699ff




Maître des PNJ
avatar
fond des messages :
Messages : 97
Points : 6
Voir le profil de l'utilisateur
97
6
MessageVen 7 Sep - 16:02
» Event 3
Les deux hommes qui s'occupaient du plan se trouvaient dans la salle de contrôle. Observant les différentes caméras, ils avaient ainsi un point de vue global de l'endroit, sachant exactement où se trouvaient les différentes personnes. Le plus "sage" des deux remarqua rapidement le trio, qui semblait bien singulier en comparaison des autres otages qui se cachaient sous des meubles. Le temps commençait à faire long, et personne n'était du coup encore au courant de la présence des deux compères. Tout pouvait être à l'origine de cette alarme : un test, un problème technique, une catastrophe naturelle... Ou eux.

Concernant les alarmes, il n'y avait pas mille moyens de s'en débarrasser. Soit détruire les différents appareils, soit directement s'attaquer à l'origine du bruit, dans la fameuse salle où ils se trouvaient. Mais tout ça allait-il être aussi facile que ça ?

Attrapant alors un appareil, le plus brutal des deux commença à parler, sa voix rauque et forte résonnant dans tout l'endroit.

« Salut, mes petits otages. Vous êtes ici en notre pouvoir, si vous ne faites rien, vous devriez vous en sortir en vie... En tout cas, si ils acceptent de payer la rançon hahaha ! »

Au trio de jouer. Malheureusement, si jamais ils commençaient à parcourir l'endroit, ils remarqueront rapidement que quelque chose clochait. Comme s'ils revenaient toujours à leur point de départ, sans réellement savoir pourquoi ni comment.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageDim 9 Sep - 16:42
La panique était rythmée par le cri sonore de l'alarme hurlante, certains courait d'autre ce cachait, rampant tel des vers sous une banquette, les plus hardis tambourinait sur les épais rideaux métalliques dans l'espoir fou que ceux-ci ce lèvent ou peut être qu'ils s'effondrent. Il n'y avait au final pas trente-six solutions pour s'extirper de leur cage spacieuse. L'avantage comme l'inconvénient était bien sur qu'il ne risquait pas de mourir d'inanition, à contrario, on pouvait tenir un siège ainsi retranché. Toute cette situation tenait bien plus d'une partie d'échec qui engendrait un bras de fer intellectuel. La force était pour le moment secondaire, bien sûr elle restait une option, mais à défaut d'information, il serait stupide de foncer, mais ça le serait encore plus de rester passif pour se retrouver embourbé dans une situation incontrôlable.

Le vieux ne comptait pas rester, planter comme un quidam, mais comme à son habitude il n'était pas maitre de son destin, ni de ses actions. NON ! Il serait plus juste d'annoncer qu'il ne voulait pas l'être, c'était nettement plus excitant de vivre dans l'inconnu que de suivre ses pulsions et son instinct, qui n'était finalement qu'une mécanique qui nous rendait que plus prévisible car cela ne reposait que sur un instinct de survie propre à chaque être vivant et son expérience. Des lignes invisible qui s'entremêlait pour donner une toile qui lorsqu'on parvenait à la décrypter donnait un avantage certains. Leur hôtes et maitre de cérémonie n'était pas la moitié d'un con. Il suffisait de regarder le spectacle qui ce déroulait sous leur yeux pour comprendre qu'il avait un certains don pour la manipulation des foules, une expérience certaine.

Comme à son habitude le petiot Berserk ramenait ça à ses capacités propre, acte typique d'une personne habitué à agir seule. D'un homme puissant et solitaire, ses réflexions se basait sur ses seules compétences, mais il fallait le savoir chaque structure à ses points faible, et même la plus haute des murailles peut être abattu à cause du trou d'une fourmi. Il y avait un assemblage de capacité et de savoir qui était possible et ce même s'il fallait haranguer la foule au complet pour foutre un Bronx sans nom. De façon non-chalande le vieux répondit après avoir tiqué à certain des propos du tatoué.

« Petit gars tu n'as qu'à moitié raison, ceux qui portent le titre de héros ou plutôt de justicier partial ne sont pas la que pour les alter ou alors c'est que ce pays ne fonctionne pas comme les autres. Ils faut plus traiter ces pseudo justiciers comme des auxiliaire de police, ils vont où on les réclament et dans un monde d'alter autant dire que les criminels conventionnel n'existe plus des masses. Donc ils vont venir voir même ils seront la les premiers ! Après oui quelque chose cloche dans la situation, mais dis moi qu'est ce qu'on en a à foutre ? Il faut trouver le trou dans le maillage de ce filet pour s'y engouffrer, moi je suis pas un flic je m'en fout de connaître la finalité de leur plan ! »


Le tic du vieux le démangeait de plus en plus, il lui fallait l'avis de ses dames, bouger, rester, suivre le jeune ou la demoiselle. Son dollar d'argent courrait entre ses doigts ! Passant de phalange en phalange une douce lueur rose pale apparaissait, grossissait, virait vers le violet puis se résorbait. Ulrick n'écoutait que d'une oreille perdu dans ses pensées, ses réflexions. Ce ne fut que lorsque les deux comparses d'infortune ures finit de débattre qu'un éclair argent vola en l'air une fois.

« Une observatrice ! Voilà qui est intéressant et dis nous que vois tu à l'heure actuelle ? Dame Fortuna semblent de nature curieuse ! »


Second élan donner par un pouce déforér. Pour finalement tourner légèrement la tête vers le jeune homme.

« La faire taire à quoi bon ? Je vis dans les rues et elle ignore jusqu'à ton nom ? Tyché ne ce trompe pas elle n'est pas une menace. Écoutons la donc ! Entre toi et moi, Tyché est formelle elle pourrais apporter des solutions qui ne sont pas encore envisager. »



Si la jeune femme n'avait pas menti, Tyché avait raison elle était la plus apte à voir ce qui leur échappait. Au final, le Norvégien n'en avait rien à foutre de laisser des traces derrière lui, que ce soit de ses crimes comme de ses bonnes actions. Ses dames avaient parlé, il collaborerait avec elle et il devrait assurer son intégrité physique, quant à celle du mental tout dépendrait d'elle, déjà elle faisait preuve d'un certain self-control au vu de la situation. Le barbu n'aurait pas parié la dessus, il se devrait même de présenter certaines excuses, mais à quoi bon. Alors que sa pièce virevoltait pour la troisième fois, le vieux regarda l'air franchement dépiter le résultat, la réponse ne lui plaisait guère ! Ses dames semblait bien ce moqué de lui. Rangeant la pièce dans son manteau pour en ressortir la main lentement dans un geste presque théâtrale, un dé pincer entre l'ongle de son pouce et son majeur. La même aura vaporeuse que quelques instants semblant resurgir pour l'envelopper progressivement.

« Pour mes capacités … disons que je suis plutôt explosif. »




Un blanc s'installa l'espace d'un instant. Ulrick repris à contre cœur.

« Oui, oui mes Dames je ne lâche pas que des bribes et j'enfume personne sur ce coup là, j'absorbe l'énergie cinétique qui rentre en contact avec mon corps. »



Jetant un regard au tatoué avant de poursuivre.

« En gros plus je subis de blessures plus le retour peut faire mal. Comme lorsqu'on me frappe ou que l'on … me lance des projectiles. Je peux en charger des objets qui explose à l'impact comme ... »


L'aura était net autour du dé, violacé et épaisse. Une charge correspondante au cadeau que lui avait fait le jeunot lors de leur précédente rencontre. Guignant rapidement la face supérieure du dé, le barbu avait sa réponse. Sa cible et la marche à suivre, le dé fusa propulser par cet épais pouce, le tout pour filer sur l'une des caméra du centre la plus proche fixer au pilier à leur gauche. Pauvre appareil électrique innocent qui s'éparpilla dans un bruit qui fut étouffer par l'alarme. Ce n'était pas l'action la plus intelligente à faire, mais pas non plus la plus stupide de privé d'un œil leurs geôliers. De toutes façons, le dé était bien trop petit pour avoir ne serait ce qu'interpeller qui que ce soit et son angle de propulsion bien trop difficile à identifier. Après tout qui serait assez con pour utiliser son alter dans pareille situation hormis un héros et le vieux n'avait pas le physique de l'emploi.

« Pour mon nom il fut un temps où mes proches m'appelait Ulrick, pour vous que ce soit vieux snock ou l'autre peu m'importe. Quant à la suite des opérations la dame à parler je vous écouterait donc pour commencer. »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 39
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
39
5
1 650
MessageDim 9 Sep - 18:26
Tu ne lâchas pas une seule seconde la fille du regard. Ses arguments étaient logiques, mais pour toi non. Elle pourrait juste parler de toi et tu deviendrais bien plus connu. Le vieux n’avait rien à craindre, il ressemblait à n’importe quel vieux qu’on pourrait trouver, même s’il est différent des Japonais classique, il n’attire pas le regard comme toi. Si les personnes dans les rues pouvaient te reconnaitre facilement, tu aurais bien plus de mal à te balader librement à travers la ville. Les deux autres ne semblaient pas remarquer cela, c’était presque ridicule, si le gamin avait été en charge, il serait mort de rire. Les voix auraient déjà tué la gamine, mais le monstre … préférait agir plus subtilement. Tuer la demoiselle avant de sortir d’ici était une option parfaitement valable, de plus son alter pourrait être utile. Tu la considérais déjà comme un pion. Et un pion dans un jeu d’échecs sert d’appât. Elle fera l’affaire. De plus, si elle meurt, tu pourras savoir quel goût elle a.

Le vieux s’y mit aussi, lui aussi voulait te contredire. Il ne semblait pas du tout être intéressé par ce qui se passait, il voulait juste se barrer de là au plus vite. Toi c’était l’inverse, tu devais avant tout savoir pourquoi. Mais peut-être il avait d’une certaine façon raison, peut-être il n’y avait pas de pourquoi… Alors comment ? Comment allaient-ils procéder ? Comment pouvaient-ils s’opposer aux héros ? … Leur alter certainement. Le monde du mal tournait autour de cela maintenant. Les criminels n’étaient pas jugés par leur capacité, mais par leur alter. Quelque chose n’allait pas… mais quoi ? Tu dévisageas le vieil homme en soupirant.


- « Incroyable, vieux et pourtant pas capable de voir les choses sous différents angles. »

Une pique ? Une provocation ? Peu importe pour toi, mais ce n’était pas gentil de ta part. Surtout que tu le pensais vraiment. Mais bon, il faudra faire avec. Tu étais peut-être le seul être dans ce monde à voir le mal partout, mais ça t’importait peu, car le monde finira bien par comprendre. Le monde n’est pas blanc, ou gris ou noir… Il est rouge.

Le vieux continua alors à parler en jouant avec la petite pièce qui était tombée plutôt. Tu remarquais peu à peu qu’il semblait bien y tenir, voilà un autre bon moyen de pression. Il expliqua alors à son tour son alter… Quoi c’était devenu un truc ? Quand tu rencontres quelqu’un tu devais lui expliquer de quoi tu étais capable ? Il commença doucement, puis peu à peu il expliqua entièrement de quoi il était capable. Bien, il ne sera que plus facile à tuer. Au milieu de son explication tu souris doucement en rigolant presque. Il était vrai que votre première rencontre avait été plutôt mouvementée. Mais maintenant que tu savais parfaitement de quoi il était capable, tu savais comment le tuer… Mais pour le moment, le monstre comprenait autre chose. Grâce à cela, il avait compris comment le pion pouvait se déplacer et attaquer. C’était devenu clair, très clair. Et encore plus quand il explosa une caméra. Tu soupiras doucement. Il fallait jouer avec les pièces de l’échiquier. Les voix voulaient les envoyer au suicide, et c’est ce qu’aurait fait le gamin aussi. Mais le monstre voulait des réponses avant le sang.


- « Bon… Faut bouger. Rester là ça sert à rien. Je ne suis pas le chef, et j’ai aucune raison de l’être. Chacun à un cerveau ici donc chacun propose ses idées. Pour le moment, pété les caméras est la meilleure solution pour les aveugler, mais il faut aussi avancer. Pour les attraper. Sauf que … Il faut d’abord régler un truc. »

Un sourire s’afficha sur ton visage, un large sourire sadique. Tu devais déplacer correctement tes pions, et un de tes pions a besoin d’être bougé à nouveau. Tu t’avanças vers le vieil homme en le lâchant pas une seule seconde du regard.

- « Serre les dents et n’hésite pas à venir demander si tu en veux d’autres. Héhé. »

Sans activer ton alter, tu serras ton poing, et l’enfonças dans le ventre du vieillard. Ce coup-là n’a pas pris beaucoup d’élan et sans ton alter ne devrait pas faire trop mal. Mais tu ne t’étais pas du tout retenu. Ton uppercut frappa avec précision le centre de l’abdomen. Il devrait avoir assez pour le moment. Tu te retournas en te frottant les mains.

- « Maintenant que la balle est rechargée, on avance. Faut bouger, la femme devant. Le vieux, pète les caméras, et évite de gâcher. Je n’ai pas envie de te tuer ici et maintenant à force de te frapper dans le ventre. »

Oui, tu n’avais pas du tout hésité à le frapper pour qu’il soit capable de réutiliser son alter. Cela te permettra aussi de mesurer ses capacités par rapport au tienne. Tu voulais savoir de quoi il était capable de faire avec un coup de poing sans ton alter et à courte portée. Chaque action avait un sens et même ans un endroit comme celui-ci, chaque action servait un but. Le monstre montrait doucement ses crocs et sa vision du monde.
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 35
Points : 6
Puissance : 920
Voir le profil de l'utilisateur
35
6
920
MessageMar 11 Sep - 16:26
Léonie écoutait plus ou moins ce qui se disait, cela ne faisait que se répéter et rien ne bougeait. En même temps, cela ne servirait à rien qu'elle parle, aucun ne prenait le temps d'écouter ce qu'elle avait à dire et en plus, elle était bien placée pour voir ce que les autres ne voient pas. Mais bon, la jeune demoiselle préféra regarder autour tout en réfléchissant à une solution. Celle-ci commençait sérieusement à trouver ça long d'attendre et faire quelque chose. Mais en les écoutants, elle avait remarqué les caméras, mais il y avait une chose qui l'énervait hors des deux autres décident pour elle, c'était le fait que cela changerait rien de s'occuper des caméras, vu qu'ils étaient déjà enregistrés par celles-ci, alors le problème est là.

- Je vous arrête deux petites minutes, je vous précise que même en détruisant les caméras, cela ne donnera rien. Je m'explique, qu'elles soient détruites ou non, cela ne changera rien au fait que "l'aide" va vérifier le contenu enregistré par les caméras.

Elle était peut-être la plus jeune du groupe, mais elle ne s'occupait pas pour rien du journal de l'école. Léonie était très observatrice à ce qui l'entourait, alors elle réfléchissait à un moyen de sortir et en même temps de distraire ceux qui les regardaient. Elle ignora les deux hommes et passa devant eux pour avoir une idée des chemins et aussi comment éviter les caméras de sécurité. Ce ne fut pas long qu'elle se mit hors de la vue des caméras.

- Si l'on détruit les caméras, il faudra éviter d'être dans leurs visions sauf celui qui le fera, mais ce n'est qu'une idée que je propose..

La journée s'annonçait longue avec eux pour Léonie. Celle-ci soupira un peu se disant qu'elle aurait mieux fait de rester à librairie du dernier étage ou simplement partir au lieu d'être restée. Mais bon, elle allait faire de son mieux pour sortir d'ici d'une manière ou d'une autre.




Maître des PNJ
avatar
fond des messages :
Messages : 97
Points : 6
Voir le profil de l'utilisateur
97
6
MessageJeu 13 Sep - 14:59
[ Vu l'avancée des choses, je vous laisse encore un tour avant de répondre. A Gundersen Ulrick, jusqu'au 15/09. ]
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageSam 15 Sep - 20:11
il était guère utile de tergiverser et de tenir la chandelle, Ulrick écoutait pour le moment, le jeunot manquaient définitivement d'expérience ou disons que c'était plutôt un autre homme que celui rencontrer sur la plage. Il gardait une part de son mordant certes ! Pourtant, il n'avait pas ce feu de folie dans les yeux, cette folie meurtrière qui l'animait était absente ! Le vieux aurait cru que c'était lui qu'il aurait fallu tempérer, retenir. Ces grands discours sur le mal à exterminer avaient laissé à penser qu'il aurait moins été enclin à rester le cul visser à son banc et plus impulsif ou disons sanguinaire. En vérité la configuration qu'il envisageait était comme qui dirait complètement à coté de la plaque. Il en était même à des années-lumières, en réalité il se réjouissait de le voir foutre le bordel et générer une cohue de tous les diables.

Il était cependant d'accord sur un point il se devait de bouger, ici, il ne servait et la situation ne bougerait pas d'un yard. Les caméras étaient quant à elle aussi handicapantes que la situation, elles permettraient à leurs ravisseurs de réagir à leur moindre mouvement et de mettre en place avec efficacité une contre-mesure appropriée. Un plan bien trop bien ficeler, lorsque la petiote miss s'exprima, il prit la peine cette fois de la regarder, mais surtout de l'écouter avec attention. Il était clair qu'elle était la seule à l'heure actuelle à avoir les clés de leur sortie ! La base dépendait d'elle, elle se souciait de son image de marque ou plutôt disons des conséquences à venir si les images venaient à être visionné. Il était vrai que contrairement à lui, elle n'était pas une paria ! Tyché était clair la protéger, on ne parlait pas de physique là, mais de répercussion une fois le ménage fait, il se devait aussi d'y penser. Arborant un sourire, il parla d'une voix calme comme un père à sa fille.

« Soit, un point pour toi les enregistrements pourrait poser problème, surtout pour toi. Je comprends, moi, je suis un paria, une loque aux yeux de la société ! Pire que ça, je n'existe que dans des dossiers ou tu ne figureras sûrement jamais, l'autre Berserk en ai à un point où je suppute qu'il se moque des conséquences, alors …

pafff »


Ce fut un bruit sourd, suivit d'un léger soubresaut qui interrompit le vieux, le tatoué semblait se réveiller, son poing se trouvait devant la ceinture abdominale du Norvégien. Il arborait un sourire pleinement satisfait, sadique même. Il n'y avait rien qui lui permettait de se réjouir cependant ! La pelle qui servait de main droite au sans domicile se trouvait entre le poing et son abdomen, la propre folie du vieux ce réveillait. Voulait-il vraiment remettre le couvert maintenant ? Non, il ne semblerait pas il ne semblait que « soucieux » de recharger ses batteries. C'était bien faiblard tout cela. Il n'y aurait même pas eu de quoi le faire trembler, pas d'élan ni de vitesse par conséquent la rotation des épaules comme du bassin sensé donner la puissance était absente. Il devait le savoir que sans son alter il n'irait pas loin comme cela. Enfin pas contre lui, mais c'était la deuxième fois qu'il attaquait par surprise et en traitre. C'était décevant, poussant un léger soupir Ulrick rétorqua.

« Je pense que je vais demander à la demoiselle si tu continu, tu sembles avoir oublié la base du combat, tu restes bien idiot de venir toucher un homme qui à annoncer qui pouvait charger ce qu'il touche pour la transformer en bombe. Enfin, je devrais dire merci, je suppose. »


Marquant la fin de la phrase, il se reporta sur la jeune femme

« Je disais pour les conséquences, je m'en excuse, j'oublie trop vite que je suis au antipode de quelqu'un comme toi. Si on te parle fous moi tout sur le dos, à lui aussi, on aura aucun mal à croire vu les lousticsque l'on est et vu nos dégaine dis leur qu'on t'a forcé après si il te faut comme qui dirait un écran de fumée sa devrait pouvoir ce faire. Petite question est une femme qui est chanceuse ? As-tu confiance en mes dames ? Même chose pour toi gamin. »


Maintenant, le vieux arborait clairement son sourire de dément, il avait le regard perçant et surtout, il tenait entre deux doigts son dollar d'argent. Il fallait une solution à ce merdier, celle exposer par le tatouer ne l'intéressait absolument pas et surtout faire passer la seule sans capacité offensive devant était mauvaise, contraire aux ordres des Dames !

« Écoutez pile, je vous offre l'occasion d'avancer en attirant l'attention, mais je ne répondrais absolument pas de la suite ! il sera cependant totalement clair que j'aurai été responsable de tout ce qui suivra, face quoi qui suivra ton alter sera probablement la meilleure solution pour progresser donc il est temps de graver dans ta rétine les lieux.



C'est donc face ! Il est temps pour moi de me mettre au charbon, inutile d'attendre un signal, je pense qu'il sera inutile ! »


Ce levant Ulrick retira son imperméable, puis le marcel trouer qui lui servait de vêtement, révélant ce corps qui avait connu plus d'accident et d'agression qu'une vie devrait en contenir. Sa musculature n'étant clairement pas celle d'un vieux pantouflard qui se laisse porter. Elle était clairement développée par du temps, mais surtout par la nécessiter. Des bretelles servant autant à tenir son pantalon qu'une série de sacs gonflé par le contenu, en arrachant un sur le coté gauche une série de dés de craps atterri dans sa main. Jetant ses frusques sur son épaule, il déposa ensuite son dollar d'argent sur la cuisse droite de la jeune.

« Si vous vouliez bien veiller sur ceci pour moi, je vous en serais reconnaissant ! Navrez le petiot, on va pas suivre ton plan, tachons de mettre en rocher dans leur engrenage ! Les Dames ont parler et je les écoute toujours, je gage que tu sauras réagir de façon appropriée et écoute là. Quant à toi, petiote, je compte sur toi pour me guider après ! »

Ulrick partit en avant vers le centre du temple de la consommation. Pourtant à mesure qu'il avançait il ne voyait pas le paysage défiler comme il le devrait mais surtout après une série d'enjambé il ce retrouvait à son point de départ dos au banc qu'il venait de quitter. Recommençant une seconde fois ce fut le même résultat. D'autre alter était à l'œuvre.

* Humpff, illusion ou non dans qu'elle mesure, c'est une zone c'est pour moi ? Bon voyons cela autrement et à plus grande échelle ! *



« BON LES CLOWNS ET LES PLEUTRES CACHER, JE PARLE A VOUS QUI VOUS TERREZ ! MOI CREVER, JE DEMANDE QUE CELA ! SI VOUS PENSER ME L'OFFRIR, JE SUIS TOUT A VOUS, MAIS AVANT VOYONS CE QU'IL SE PASSE DANS VOTRE PLAN SI PARFAIT AVEC UN REBUT DE LA SOCIETER DANS L'ÉQUATION QUI SE MOQUE DE LA SUITE. JE PENSE QU'UNE SERIE DE F1 DEVRAIT SUFFIR POUR UNE OUVERTURE. »


Les dés qui roulait dans la mains droite du barbu depuis qu'il parlait furent lancer à la volée tous arborait cette aura d'un rose prononcer. Les claquement des détonations ce firent en rafale. Tous cela avait deux but le premier regénérer une panique et un mouvement de foule, la seconde était de lacérer la surface du carrelage du centre commercial ! Ceux-ci sous l'impact de cette séries d'explosion et qui dis explosion dis débris, donc la poussières était au rendez-vous la première volée ayant toucher le sol. La seconde était partie la troisième chargeait, à quoi bon détruire les caméra si à la place un brouillard ce levait une mappe de poussière dense qui volerait pour virevolter au gré de la climatisation qui parcourait le centre. Le ton était donner et si rien n'interférait dans tout ce remue ménage, la jeune fille serait à son paroxysme en temps que guide avec son alter.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 39
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
39
5
1 650
MessageSam 15 Sep - 22:00
Bon sang, même là, le monstre commençait à perdre patiente… Bordel, les deux étaient juste contre toi. C’était juste pas croyable de voir à quel point ils étaient stupides ! À peine, tu donnas ton coup de poing pour AIDER le pauvre vieux à être prêt en cas de besoin, il te précise à nouveau son alter … Il était décidément vraiment stupide pour pas simplement voir et comprendre que si tu as frappé pour qu’il puisse faire des bombes … C’est que tu l’as frappé pour qu’il puisse faire des bombes ! Et la gamine n’était pas mieux. Petit à petit t’as mâchoire tomba. Ok, bien, elle avait un bon argument, il est vrai, qu’avec les caméras, tu risques de te faire enregistrer, mais toi tu t’en fichais principalement, le seul but que tu avais c’était de couper la vision des criminels. S’ils ont parlé depuis les haut-parleurs c’est qu’ils sont forcément dans la salle de contrôle, donc ils pouvaient les voir depuis les caméras. Si il n’y a pas de caméra, ils auront du mal à savoir ce que l’ont fait. Tu ne pouvais juste pas y croire. Au moins, le vieux t’avait remercié ça te sera vraiment utile…Non, mais sérieusement, le monstre commençait à en avoir marre de la vision fermée des deux qui étaient avec lui.

Il fallait voir cela autrement, bizarrement, la demoiselle apporta une bonne idée, une trop bonne idée…C’est à croire qu’elle essaye vraiment de nous aider. Elle sait que tu es méchant et que le vieux l’est aussi et pourtant, elle essayait de nous aider à créer une couverture. À faire en sorte qu’on ne soit pas dans les enregistrements … Elle était contre ou avec les flics ? Les voix, au fond te toi commencèrent à te crier dessus pour que tu l’as tues, mais le monstre, refusait de partir, il était aux commandes et voulait voir ce que cela donnerait.

Alors que le vieux parti dans une très longue et épuisante explication, tu fixas du regard la demoiselle. Pourquoi est-ce qu’elle vous aidait ? Elle te prenait pour un bon samaritain, ou elle croyait qu’une force divine ferait en sorte que tu ne pourrais pas lui casser les dents à ton bon vouloir. Et que fit le vieux pendant ce temps, il parlait de ses fameuses pièces … Sur le coup t’avait soif, alors les utiliser pour prendre une boisson au distributeur ne serait pas une gêne, ça serait plutôt quelque chose d’utile et marrant à la fois. Il parlait de pile ou face, toi c’était les attentions de la femme qui te perturbait, elle vous aidait bien trop. Si on faisait de si bête faute, pourquoi les corrigés ? Elle avait un lien avec la criminalité ou elle était stupide… Ou simplement elle avait bon fond, ce que tu ne pouvais absolument pas croire. Il continua de donner des ordres, et pas à un seul moment tu l’écoutas. Tu ne savais même pas pourquoi il partait pour commencer à insulter tout et n’importe quoi. Toi tu voulais savoir ce que la petite voulait en vrai.

Tu approchas ton visage un peu trop du sien, entrant complètement dans son espace vital et en la suivant lorsqu’elle avança.


- « Réponds-moi, pourquoi tu nous aides ? Tu nous aides pour sortir, mais si tu n’avais pas parlé des enregistrements, les policiers auraient eu des infos contre nous deux. Mais non, tu sembles apte à nous aider… Pourquoi ? Tu sais que si je le voulais, je mettrais fin à ta vie ici et maintenant et tu ne seras plus un problème pour moi. De plus, si je te tue devant les caméras et que les flics actuellement dehors voit cela, ils auront le droit légal preuve de beaucoup plus de violence et de moyen, donc ils entreront bien plus vite. Mais ça ne me serait pas utile de danser devant les yeux de tout le monde. Les seuls yeux qui me gênent sont les tiens, et si m’occupe de toi … Je pourrais les ajouter à ma collection, alors répond… Pourquoi ? »
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Event Djaul]
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell
» Groupe des Forges
» MTGO Sealed Premier event.
» Le groupe de prière Berrichons vous invites.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu-
Sauter vers: