• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Rencontre à l'aube. PV Arash

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Autres endroits :: Plages & Mers
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageDim 8 Juil - 13:17
Le japon, ses archipels, ses héros, mais surtout ses vilains ou plutôt l'un d'eux voilà ce qui avait mener Ulrick ses terres. Le voyage avait été long et lui rappelais quelque tendre souvenir, une rencontre qui avait mal tourner, un pari remporté de bon souvenir en soit. Cela remontait, mais tandis que le Barbu se remémorait ce passage fugace, le regard hagard poser sur le flux et le reflux des vagues, il ne se rendait pas compte que l'astre solaire pointait à l'horizon léchant la vaste étendu océanique à ses pieds laissant le brouillard louvoyer sur la grande bleue. Le norvégien détonnait clairement avec le paysage de sable fin, son code vestimentaire à prédominance noir, son imperméable rapiécer, son teint blafard, cheveux huileux et barbe mal rasé, on pourrait jurer qu'un employé des pompes funèbre c'était égaré.

Reprenant ses esprits, son regard ambre s'ouvrant sur la scène ne l'émus nullement, il n'avait pas l'âme d'un poète et encore un cœur d'artichaut qui s'arrêtait sur la beauté de mère nature. Le norvégien d'un mouvement ample de la main, il saisit un coin de son col puis le releva. Pour se mettre en branle guère motiver dans les abords d'une ville qui se réveille des rues qui s'anime. Les mains au fond des fouilles, le dos voûté, tête baisser, sa chevelure poivre et sel encadrant son visage. Il finit par sortir un dollar d'argent qui se mit à sautiller entre ses doigts. S’arrêtant à chaque fois qu'elle se coinçait entre son annulaire et son auriculaire pour repartir. L'homme maugréait dans sa barbe sans se soucier de qui pouvait l'entendre.

« Oh ma gente dame dit moi ce qui sera mon planning du jour, ai je le droit de manger je à ma faim ?

Humpff pas aujourd'hui.

Dois-je partir ou rester pour trouver quelqu'un avec qui jouer ?

Face, bien gente dame, je resterai dans le coin. »


Chacune des questions d'Ulrick était séparée par plusieurs pas, d'un lancer de pièce qui finissait sur la paume de sa main, il lorgnait la e coté apparent et commentait, l'aire de la technologie aidait à ne pas le faire passer pour un gros taré. Chemin faisant, il bousculait quelques personnes quelque peu intentionnellement, parfois, il vidait une poche sans viser particulièrement de quoi s'enrichir juste de pimenter son chemin, le plaisir du risque d'être choper était grisant. Toute cette mascarade n'était qu'un jeu les vociférations qui n'aboutiraient à rien n'obtenais qu'un vague moulinet de la main signifiant clairement de se la fermer. Le norvégien ne cherchait pas spécialement des gens de valeur, mais ceux avec un cœur bien accrocher et prêt à le supporter voir ou ça le mènerait, épier leur réaction et les paroles ça ne fait que s'envoler les actes eu son couler dans le marbre. Tel un métronome mouvant il se déplaçait en oscillant au gré de ses pas toujours à la limite de perdre l'équilibre, on pourrait le croire bourrer ou qu'il avait oublié sa troisième jambe, le point de rupture n'était jamais franchi c'était ainsi qu'il heurtait parfois lourdement un de ces frêle Asiatique, mais ne le ralentissais guère à croire que seul des col blanc traînait dans le coin.

« Oh ma gente dame ne me laisser pas languir, donner moi ce pourquoi je traîne mes guêtres ici ! »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageDim 8 Juil - 17:22
Le sable, la mer, les vagues, la brise… Tu chérissais chacune de ces choses, mais encore plus quand ils sont ensemble. La plage, une chose merveilleuse, que tu adorais. Tu aimais la mer et ses éléments, bien plus que n’importe quelle chose au monde. Les voix et la bête aimaient aussi la beauté de la mer. La bête adorait le sable chaud, lui rappelant les déserts dans lesquels il est né. Les voix c’était le bruit des vagues, un bruit si pur et calme que peu importe ce qu’il t’arrivait, les voix ne criaient pas. Mais toi, le jeune homme vivant avec ce ta de drôle d’entité adorait tout autre chose. La simple sensation de vague sur toi. Tu avais pour habitude de t’allonger sur le sable humide et tu laissais les vagues passer sur toi, ou rester loin de toi. Tu ne bougeais pas, en marée haute comme en marée basse. Tu avais l’étrange impression que le monde tournait autour de toi sans toi, que tu oubliais ta mission mais aussi que le monde t’oubliait toi comme tu t’oubliais toi-même. Une sorte de sommeil spirituel. C’est assez étrange, il faut l’admettre, mais ce n’est pas tout ce qu’il y a raconté.

Parfois, en t’endormant comme un enfant, tu te fais submerger par les vagues. À plus d’une reprise, tu t’es réveillé sous l’eau presque noyée et parfois même à un autre endroit, à l’autre bout de la plage, ou loin des côtes. Mais tu te rappelles très bien l’avoir rencontré sous l’eau. Ses magnifiques cheveux, son regard inquiet, même une fois hors de l’eau et sauf elle s’occupa de toi. Elle veillait sur toi. Tu n’avais rien demandé et pourtant cette femme t’a protégé. Elle s’est occupé de toi … C’est vrai qu’en venant ici tu l’avais quitté, elle savait ou tu étais parti, tu lui en avais parlé. Peut-être il faudrait aller la revoir. Elle a pourtant dit qu’elle viendrait te voir au Japon non ? Ahh, si elle venait te voir, tu serais si heureux, la voix et le monstre, tout le monde est heureux quand elle est là ! Mais il faudra d’abord attendre. Et en plus, rester allonger comme ça dans l’eau n’était  pas si mal. Tu voyais plutôt des passants, mais personne ne semblait te voir… Tu ressemblais peut-être à un simple déchet qui venait de s’échouer sur la plage. Va savoir.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageMar 10 Juil - 22:24
Une mâtinée somme toutes des plus banals se déroulait pour notre barbu, il avait tenté sa chance, mais la tisseuse semblait se jouer de lui pour l'instant. Certes son mode de vie ne pouvait être calqué sur celui du commun des mortel, pourtant à l'heure actuelle il était comme le père de famille qui se lève de façon morne pour prendre un café avant d'aller travailler et suivre son train-train quotidien. Ulrick avait bien tenté de provoquer sa chance, il semblait que ce ne soit guère fructueux quelques insultes avaient volé, des regard dédaigneux et des badaud changeant de trottoir de peur que sa pauvreté apparente soit contagieuse. Il fallait tout de même ce demander qui des deux parti était le plus pitoyable ceux jugeant un livre à sa couverture ou celui attendant une quelconque distraction de leur part.

De sa démarche lasse Ulrick revenait lentement sur ses pas pour rejoindre le front de mer, laisser la douce mélodie du flux et du reflux des vagues emplirent ses oreilles pour le bercer tandis que son esprit se vidait. Il finit par voir cette masse informer draper de rouge émergé du sable tant dis que l'eau salée venait lécher son corps grappillant lentement du terrain au rythme de la marée montante. Ulrick était clairement un homme curieux et surtout, il ne se rebutait pas quant à la possibilité de trouver un cadavre, apprécie le moment présent, vie chaque journée comme la dernière. Tout un mode de vie en quelques mots, mais plus personne ne s'attarde la dessus. Ulrick eu tôt fait d'avoir rejoint cette poupée de chiffon carmin.

Un jeune homme dans la force de l'âge, peut-être la vingtaine voir vingt-cinq, difficile à estimer tout la lourdeur de ses traits témoignait d'un passé peu glorieux, cela pouvant très facilement le faire paraitre plus vieux que la réalité. La masse de chiffon écarlate ressemblait plus à un pagne ou peut être une nappe nouée autour de la taille aller savoir, ce qui surprenait cependant bien plus que de le voir la, c'était cet ordre de tatouage qui recouvrait son corps plus opaque que l'ébène semblant tracer un véritable réseau routier. Curieux petit bonhomme arborant les couleurs sombres pouvant engloutir la lumière si celle-ci était apte à se mouvoir. Le personnage ne les arborait pas, mais il était clairement haut en couleur, enfin d'après les paramètre du norvégien.

« Alors p'tiot, tu cherches à créer une nouvelle de méthode de baignade ? J'en doute après pour le suicide, tu dois vraiment avoir envie de prendre ton temps je serais probablement mort de vieillesse avant toi ! »

Lentement, mais sûrement tel un vautour, l'ancien tournait autour du jeune homme. Il savait que le jeunot n'était pas mort au petit mouvement de sa poitrine se soulevant et s'affaissant, bien sur faute de réponse, il se devrait peut-être de tenter quelque chose de plus énergétique pour le réveiller. Il aurait été dommageable d’abîmer l’œuvre d'art parcourant son corps. Le grand sourire carnassier qui l'arborait cependant n'était pas à assimiler à du plaisir ou de la bonne humeur, mais plus à ce qu'il représentait de sa forme première.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageMar 10 Juil - 23:30
Tu le laissais porter par l’eau tranquillement, ton corps reprenant des forces. C’était fabuleux, et si calme. Tu reposais aussi bien ton corps que ton esprit. C’est  vrai que tu as du pas mal agir pour te trouver un petit coin, ce n’est pas du luxe, ou rien de grandiose, mais tu étais fier de ce que tu en avais fait. Tu pouvais dormir au chaud et la petite aussi, c’était aussi bien pour toi que pour elle. C’était un des besoins de bases pour avoir une vie saine, le premier étant bien sûr la nourriture. C’est vrai que tu devais lui trouver un truc à manger. C’était encore facile de voler n’importe qui, et n’importe quoi, surtout qu’on ne t’en voulait jamais trop de voler de la nourriture. T’avais déjà trouvé deux trois endroits à voler à volonté, les magasins mettent très peu de sécurité quand ils refont le stock. Des petites ruelles étroites, parfait pour voler des trucs. C’était rare qu’ils arrivent à appeler la police avant que tu sois déjà loin et parfois le vol était si parfait que tu avais l’impression d’être un vrai fantôme.

Alors que l’eau montait et que tu allais finir par t’assoupir une voix se fit entendre. L’eau dans tes oreilles t’empêchait de comprendre correctement ce qu’il disait. Baignade, suicide, vieillesse. Est-ce qu’on te parlait seulement ? Aucune foutue idée, tu contractes tes abdominaux pour te relève, en prenant du sable dans ta main droite. Le soleil n’avait pas encore dépassé l’horizon, t’avait pas dormi bien longtemps, mais ça t’avait suffi. Il en faut peu pour récupérer quand tu as une très bonne endurance. Tu tournes la tête à gauche et à droite à la recherche de quelque chose, mais tes yeux encore embués t’empêchent de voir correctement l’homme à côté de toi. Il te parlait ? Va savoir, tu te relevas doucement, t’appuyant comme tu pouvais sur tes jambes. Tu ne sentais pas la moindre fatigue physique en te relevant. Parfait ! Une fois debout tu te tournas vers le vieux qui arborait un grand sourire très familier et connu de toi. Mais c’était étrange qu’un vieux te cherche des poux. Il était peut-être sénile. Une voix te soupira cependant de ne pas te faire surprendre par lui. Tu n’étais cependant pas encore assez réveillé ou exciter pour le prendre comme une vraie menace. Tu ouvris grand la bouche pour bailler avant de te pencher excessivement en arrière pour faire craquer ton dos dans ton entièreté, mais enfin tu te remis parfaitement droit. Ton regard se porta sur le vieux, il semblait te vouloir du mal. Ta main gauche passa dans ton dos pour prendre la poignée d’une de tes tawzar et rester dans ton dos en le fixant dans le blanc des yeux.

Punaise, quoi lui dire par contre ? Tu parles très peu Japonais toi… Très peu ? T’as pourtant bien parlé avec le papillon hier. Tu sais parler ou pas japonais ? Tu lui demandas donc simplement en anglais.
« Were you talking to me, old man ? »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageMer 11 Juil - 22:19
Sous l'impulsion des paroles de l'ancien, le jeune à moitié dénuder eu tôt fait de se mettre sur ces cannes après avoir bandé ses abdominaux pour se donner l'élan. Le détaillant de haut en bas, Ulrick posait un œil neuf sur son interlocuteur, pas bien épais, mais totalement sculpté et ce n'était pas ps le genre de résultat obtenu en soulevant uniquement de la fonte. Il avait clairement quelqu'un face à lui qui avait suivit un entraînement intensif. Il était cependant bien trop tendu, il voyait probablement le mal partout et le danger derrière chaque coin de rue. Il aurait bien voulu lui dire de ce détendre, pourtant par expérience, il savait que c'était peine perdue, sa philosophie de vie se situait probablement au antipode de la sienne.

La musculature bandée comme un arc, il était prêt à prendre l'initiative de l'assaut, il avait même un brin d'anticipation, les trace de doigts dans le sable mouiller imprimant un creux était le signe indicateur, ne parlons pas non plus de cette main cacher dans son. Aller savoir ce qui pouvait s'y cacher. Son analyse fut interrompue par un accent qu'il n'avait pas reconnu, mais surtout par de l'anglais. Le jeune essaye t-il de se débarrasser de lui en feignant de ne pas piper un mot de japonais ?

« Yes little boy ! You don't understand me ? »

C'était une voie lasse, si toutes la conversation devait se passer ainsi ce n'était pas son anglais rouiller qui allait lui faciliter sa tache. Cependant, bien trop curieux et malgré le danger apparent, Ulrick mis les mains dans ses poches et se décida à réduire un peu plus l'écart les séparant, sans nul doute l'une des choses des plus débiles à faire dans ses circonstances, mais il était décidé à pousser un peu sa chance. Toujours souriant, pas menaçant dans ses mouvements, il était clairement intrigué. Il la ressentait cette animosité qui transpirait, la défiance prête à déborder, il restait à savoir si il avait la sagesse de la contenir ou le manque de maturité pour la laisser déborder. Après tout le norvégien n'était qu'un sur une plage de bon matin. Un speaker ou un bookmaker le donnerait clairement perdant en cas d'affrontement.

« Where do you from little boy ? You don't have a home ? You don't speak Japaness ? »

En attendant la suite rien n’empêchait de faire un brin de conversation et se renseigner sur le gaillard, vu son ton peut être le prendrait-il mal, mais le vieux n'était pas complètement fou non plus un pied légèrement en retrait, le dos bien que paraissant simplement voûter lui permettait juste d'abaisser son centre de gravité, ça lui offrirai peut être une unique esquives avec de la chance, il préférerait éviter d'en arriver directement là. Le jeune homme semblait être un met de choix qu'il souhaiterait faire durer le plaisir aussi longtemps que possible. Après se prendre une rouste en deux secondes et finir bon pour le compte faisait parti du jeu, une parfaites entamme, car le norvégien deviendrait attirer comme un aimant, au final, il aimait être dans les emmerdes jusqu'au cou !
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageMer 11 Juil - 23:41
La voix avait raison. Il t’observait. Mais pas le genre de regard que n’importe qui ferait pour voir te tatouages, il regardait spécialement ta main dans ton dos. Nan, le sourire qu’il t’avait fait était bien le même. Le même que tu avais vu encore et encore, et encore, encore, encore, ENCORE ! Oui, le même, tu le voyais bien. Sa réaction fut surprenante, enfin … tu ne t’attendais pas à ce qu’il soit surpris que tu parles Anglais, c’est quand même la langue la plus parler au monde. Mais tant mieux, ça te laissait plus de temps pour agir. Le vieux était quelque peu distrait. Il te voulait du mal, la voix commençait à plus en plus te le répéter. Tes yeux devinrent grands ou plus exactement tes rétines commençaient à grandir, comme une personne surexcitée, mais tu restas parfaitement immobile. Tu penchas la tête en avant pour voir ses pieds puis tu relevas le regard pour le regarder littéralement de la tête aux pieds.

Ton corps multiplia rapidement ses actions simultanées. Pendant que tes yeux cherchaient le moindre danger, ton alter s’activa sur ta main droite en comprimant fortement le sable encore un humide. Pendant que ta vue se concentra sur l’apparence du vieil homme. Ton ouïe écouta légèrement ce qu’il avait à dire, mais tu étais si concentré sur ce que tu voyais que tu ignoras sa réponse pour observer ses actions. Voyant qu’il décide de se rapprocher, tu fais l’inverse, et t’éloigne d’un grand pas en arrière bien visible. Il allait bien comprendre que tu ne voulais pas qu’il soit proche de toi. C’était un combat de prédateur, pas une simple poursuite entre un prédateur et sa proie, mais un combat entre deux monstres assoiffé de sang. Mais était-il assoiffé de sang ? Te voulait-il vraiment du mal ? En remettant en cause la voix dans ta tête, les autres commencèrent à te crier dessus. Bien, faut voir pourquoi il te veut du mal. Mais comment vérifier ? Ouiii ! Naaan … Sur le coup tu calais un peu. Que faire ? Il te fallait une idée, mais en voyant la position du vieil homme, une idée te vint à l’esprit. Tu lui souris gentiment en lui répondant tout aussi calmement.


- « Naaah, sorry. I don’t speak Japanese. And I’m from … I don’t fucking know actually. Over there, I think. »

Tu tournes la tête vers la magnifique mer. Tu attendis un petit moment avant de te tourner vers le vieux en souriant. D’un rapide mouvement de bras, tu sortis ta main gauche de ton dos avec une agressivité folle en arborant un sourire de psychopathe… Tout ça pour … Faire un pistolet avec tes doigts avant de simplement crier. « BANG ! »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageVen 13 Juil - 21:54
Il est toujours ahurissant de voir comme de simple geste, un léger coup d’œil furtif peu, le tout enrober de quelques paroles entraîne des réactions identiques. Un état d'alerte, pour une surenchère, le gamin devait avoir plein d'interrogation dans la tête. La principal était clairement de quoi faut-il se méfier. Il manquait d'expérience, mais il semblait très largement compensé avec son instinct. Ulrick l'avait repéré par chance, mais dans le fond le tatouer l'avait senti qu'un de ses semblables lui faisait face. Ce petiot avait déjà du sang sur les mains ou n'était pas loin d'en avoir, si jeune, mais possédant déjà tellement de détermination. Ulrick avait avancé lui avait reculer, de l'extérieur on pouvait voir une conversation banal, cependant les jalons étaient déjà en place et les deux hommes marquait leur territoire. Le vieux avait voulu rentrer dans le périmètre de garde et frappe du jeune. Il avait reculé l'action typique du combattant toujours être à la limite, peut être pour profiter de son élan à moins que ce soit autre chose.

Le norvégien avait su écouter, mais la réponse avait créer un léger trouble, prit dans son propre piège comme on dis. Une main propulsée dans un arc circulaire vers l'avant ! Le saligaud avait pris l'initiative de l'attaque, Reculer ? Pas le temps ! Plonger ? Vu ses guibolles, la suite aurait bien trop désavantageuse. Comment ce petiot osait couper ainsi les préliminaires ? Il ne voyait qu'une solution ! Ce propulsé en avant cassé la distance, tout se passait vite son regard acérer , la mine sérieuse, le bras littérallement éjecter vers le haut. Le coup était lourd, mais encore heureux, il ne sentait pas la morsure froide du métal, mais la douce chaleur de la chair heurtant son avant-bras. Il trembla sous le choc, son sourire tordu s'élargissait ! Oui, Ulrick se sentait vivant, la peur tapis dans l'ombre de son cœur venant, la déferlante d'adrénaline, il ne s'en lasserait jamais. Il avait le désavantage de la défense et le poids des années, si ce n'était que leur hors d'œuvre, Ulrick savait qu'il allait déguster ! Puis, il l'entendu le

BANG !

Le rideau de la mascarade tomba, it's a trick comme qui dirait. Finalement heureusement que certains comme ses lointaines vertes années évaporées avait empêcher ou plutôt retarder son contre. Sa main libre était grande ouverte la paume face à la ceinture abdominale du jeune homme stoppé net par la farce. Si tout ce qui avait précéder était organiser de main de maître le bang était trop faux pour y croire et le vieux savait parfaitement quand s’arrêter, il ne verserait pas le premier sang. Masochiste ? Oui, il l'était probablement sur les bords, mais il avait su apprécier ce moment fugace, délectable, il avait pu sentir toute l'hostilité du jeune homme, il aurait juré que la faucheuse arrivait. Ce fut un grand éclat de rire qui perça le silence tandis que c'était Ulrick cette fois qui reprenait sa place et la distance, car si ceci était un coup léger, il préférait éviter de se prendre de suivant.

« Oh great Little Boy, truly very funny it's a good trick ! You are strong ! You don't know where do you from, me too ! I come from the world ! »

Le vieux avait beau se marrer à gorge déployée, il était clair qu'il avait appris de cet échange, ne dit-on pas que les grand combattant en apprenne plus sur leur adversaire sur le premier échange que sur le reste du combat. Les capacités du tatoué était indéniable. Il n'avait pas encore tout montrer, c'était sur Ulrick y laisserait des plumes et en ferait voler quelques-unes aussi si ça devait se prolonger. Pourtant, un animal sauvage se tenait debout devant lui et avant de voir ses os se briser le statu quo l'intéressait plus, la curiosité de savoir comme de continuer le tenaillait, il fallait cependant opérer dans l'ordre.

« Maybe tell me ! What you want in this country, to carry out with your life ? »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageVen 13 Juil - 23:50
Incroyable, tu n’en croyais pas tes yeux mais oui ! L’homme en fasse de toi venait de tomber dans le panneau comme un débutant. Tu n’y croyais pas tes yeux mais oui, il venait de rentrer droit dans ton piège montrant à la perfection son agressivité avec toi. Une vieille personne aurait agi beaucoup moins rapidement et tu le voyais bien, ses mouvements avaient été forgé par les années mais restaient lents à cause de la vieillesse. Un peu plus et il aurait pu profiter de ton piège pour le retourner contre toi. À la place il commença à rire. Tu fis de même en arborant un très large sourire. Le cours sprint qu’il avait fait devant toi avait réveillé les voix. Elles criaient de joie, pour une fois qu’un homme ici décide d’agir agressivement avec toi et aussi sur le simple fait que ton plan était une parfaite réussite. Tu reculas cependant un peu du monsieur, il en reste en un danger. Mais par son attaque, tu pouvais en dire une chose, il n’hésitera pas à sauter dans la gueule du loup pour mieux frapper son adversaire, l’achever rapidement et de manière létal eserait donc le mieux à faire.

Alors que tu reprenais tes distances initiales le vieux commença à rire, comme les voix mais sur le coup … Tu ne trouvais rien de drôle, ça te perturbait tant que ton sourire disparaissait pour une faire une moue déçue. Pour une fois tu l’écoutais, tu étais certain de pouvoir finir rapidement avec lui si tu le voulais. Il n’était pas une grande menace mais … restait d’une certaine façon une menace. Ce que le vieux raconta n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd cependant. Drôle … Tu pouvais pas dire, t’as jamais réussi à faire rire la petiote. Mais fort ça oui tu l’étais, si tu ne l’étais pas … Tu ne pourrais jamais faire ce que tu veux. Seuls les forts vivent en maitres ici, tu le sais parfaitement bien. Mais … Une de ces phrases calma sur le champ les voix. C’était le silence en haut. Plus un mot, plus une voix …. Juste une volonté, un souvenir sombre du passé.

Il te demanda ensuite simplement ce que tu voulais dans ce petit pays. Tu savais très bien ce que tu voulais. Le ton de ta voix changea sur le coup, ce n’était plus la voix d’enfant. Pas la voix du monstre. Cette voix était plus … naturelle. La vraie et unique voix qui existait sous ta peau grisâtre.


- « You came from the world … So you are maybe like one of them. I came here for two thing, and two things only … Protect the live of those who carry the true light … And purge all the evil of this world before i, myself, die from my own hands. Because I’m Angra Mainyu, all the world’s evil.»

Ta voix n’avait plus rien de celle d’avant. Cette voix était pleine de conviction. Un courage aveugle peut-être … ou juste mener par une détermination folle en ce que tu croyais. Le vieil homme ne le voyait peut-être pas, mais tu portais un fardeau, un fardeau titanesque et tu devais le porter jusque ton devoir soit accompli.

- « And you … why did you come here ? Not on this beach … But why did you come in this world for ? »
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageDim 15 Juil - 19:51
Il aurait été aisé de croire que cette joute avait suffit à faire retomber la pression, le vieux avait reculer, le jeune compris qu'une poussée pouvait lui permettre de revenir avait lui aussi rajouter un brin de distance. Danse macabre, duel silencieux, appelez cela comme vous le voulez, même si l'un ce marrait de tout son saoul, que l'autre ne cachait pas sa déception, les rôles s'inversait l'un se détendait sur de sa force tandis que l'autre montait en puissance. Son âme vibrait, ses pas l'avaient conduit ici, la force du hasard et maintenant, il le savait, il n'avait pas fini de joueur sur ses rivages ! Il obtiendrait peut-être ce qui lui glissait entre les doigts depuis si longtemps.

« OUI MESDAMES OUI, MAINTENANT NOUS SOMMES D'ACCORD CONTINUONS ! »

Une main braquée vers le ciel, le regard balayant le paysage derrière le jeunot, Ulrick partait dans ses mauvais penchants à plein Tube. Il avait tout l'air d'un dément maintenant, sa nonchalance partait, le dos se déployait pour se mettre droit, gagner les quelques centimètres de stature que son morne début de journée lui avait fait perdre. L'hostilité n'était pas de mise juste le plaisirs fou, il s'assurait au passage de ce qui pouvait traîner dans le coin, si il n'y aurait pas un imbécile pour venir briser ce moment, mais il devait cependant savoir. Lançant son Dollar d'argent en l'air il s'exprimait à voix haute mais pour lui même.

« Dites le moi mesdames ! Est-ce maintenant l'heure, rentrerez vous dans la danse ? Puis-je enchaîner ? »

Rattrapant la pièce chutait face à lui le vieux claironna

« Non ! Non ? »

Ce n'était clairement pas la réponse qu'il espérait, mais il s'en contentait parfaitement. Commençant à marcher, il initiait un arc de cercle regardant de nouveau le jeunot, qui s'était exprimer pendant qu'il conversait avec dame chance, le norvégien repris donc sa conversation, la plume plutôt que l'épée en somme :

«One of them i am … or not! It is not me who judge it! You have the strength to protect, but you miss him clearly something to kill the real evil ! I am only the old man ! The truly evil is the world, Everything the human beings have a devil in them ! Only child have the true Light ! »

Ulrick n'avait pas la moindre idée de ce dont parlait le jeune et il s'en moquait, mais il était clair que même si il était fort, il manquait réellement quelque chose à ce petiot ! Il portait tous le mal de ce monde, Ulrick ne demandait qu'à le vérifier, mais ses actions était trop « pure » pour qu'il soit à même de compléter sa quête du moins sans changer d'état d'esprit. Parce que dans le genre « evil » le vieux touchait pas mal sa bille si l'on se référait au standard du monde, mais si on prenait les critères de l'underground, il n'était qu'un « unchained » un homme qui n'était pas soumis au carcan de la société.

« Me ? In this country ? Tyché and fortuna Led me here to meet people like you! You will bring me a part of what I look, but not today he would seem ! Do you want know what are you lacking of? »

Ulrick sortit de son autre main deux pièces, des yens cette fois-ci, tandis que son dollar retournait d'où il venait. Le vieux n'avait pas envie de ce lancer dans un cours sur la vie. Il trouvait aussi que le jeune, c'était quelque peu relâcher et que c'était une opportunité pour essayer de partager une perle de sagesse comme on dit ! Une image ou une action vaut mille mots, il voulait aussi s'adonner à ses démons. Ulrick voulait jouer !

« If you want play a game with me, take that ! »


D'une impulsion sèche du pouce Ulrick propulsa une pièce de cent yens au tatouer. Il espérait clairement qu'il accepterait sa proposition, il voulait vérifier quelque petit point sur la manière de penser et d'agir du petiot.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageLun 16 Juil - 19:48
Non, tu le savais au fond… Il ne pouvait pas accepter. À peine tu avais fini de lui parler qu’il refusa ton point de vue … ou plutôt il te mentait. Oui, il était comme les autres, il était plus drôle, plus amusant, mais EXACTEMENT comme tous les autres. Il refusait d’admettre la vérité qui lui était donnée. Une vérité pure. Une vérité véritable. Mais une phrase suffit encore à réveiller les voix … Et leurs cris étaient si puissants qu’une autre chose se réveilla. Le bruit des vagues ne suffirait pas à la calmer. Rien ne pourrait le calmer. Le visage que tu affichais disparaissait pour de bon. Un visage d’habitude joyeux, danseur, amusé c’était transformer du tous aux tous. Tu soupiras doucement en fixant le futur cadavre. Le futur sacrifice en arborant un large sourire, toutes dents dehors, des yeux injecter de sang.

Lorsqu’il lança la pièce vers toi, tu n’esquivas que d’une simple rotation du torse avant de lui répondre en parfait Japonais.


- « Tu penses qu’à jouer espèce de vieil homme sénile. »

Alors que tu marchais vers le vieil homme .Tes tatouages sur l’entièreté de ton corps changèrent. Tous devenant plus foncer, presque noir. Alors que les contours brillaient d’une lueur rouge sanguin. Un étrange courant électrique noir parcourait l’entièreté de ton corps. Tous tes muscles se contractèrent en même temps avant de se relâcher.

- « Tu ne comprends rien de ce que je dis, tu ne vois pas les vraies valeurs de mes paroles. Les enfants ont la vraie lumière ? Mais tu te trompes, adulte comme enfant … Ils devront tous être jugés. Je devrais tous les exécuter. Vous devriez tous disparaitre du monde. Et tu es exactement comme eux, tu cherches ce que tu as déjà. Et pour cela tu dois mourir. »

N’importe qui t’auraient pris pour un fou après avoir dit des choses aussi stupides. Mais ce que tu es… fou, malade, un psychopathe à l’état pur. Un homme cinglé cherchant à répandre non pas sa propre justice, mais changer le monde pour le meilleur. Tu étais prêt à tout. Et salir tes mains n’était qu’une simple partie du travail. Les autres te prenaient pour un fou, mais pour toi, tout était vrai, tout était réel et tu le savais parfaitement.

D’un mouvement rapide, tu refis le même mouvement du bras droit que plutôt tu avais exécuté avec le bras gauche, mais celui-ci était juste d’un autre niveau. La vitesse était nettement supérieure, comme si le bras qui venait de partir n’était pas humain. Tu lâchas le projectile de sable condensé dans ta main vers le vieil homme. L’important c’est qu’il devait juste se concentrer sur le projectile. Car un autre arriva aussi tôt. Et ce ne fut nul autre que toi.

Juste après avoir utilisé le pseudo cailloux, tu profitas de l’énergie et de la force du lancer pour te projeter de toute ta force et épaule devant vers ta cible. En utilisant toute la force de ton corps, tu te transformas presque en projectile humain pour foncer dans ton ennemi. Ta main gauche partie vers l’arrière de ta ceinture pour prendre la poignée d’une de tes Tawzar. La bête en toi venait de se revenir et le combat qui s’annonçait ne faisait que l’exciter.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageMer 18 Juil - 20:34
Il semblerait que le vieux joueur ait réveillé une facette du petit homme qui n'était pas prévu au programme. Son visage s'était durci, finalement il n'était qu'une lame prête à découper tout ce qui passait à sa porter, une lame qui cherchait un fourreau ! Ulrick n'avait aucune envie de jouer ce rôle, il la voyait toute cette fureur se déverser en lui, elle atteignait probablement un point de rupture. Il jugeait le monde selon ses propres critères et ne voyait le monde qu'en noir et blanc, il pensait probablement qu'il jouait contre le monde, cependant, Ulrick avait appris une chose durant sa vie, le monde ce fiche des autres, il ignore ce qui ne l'intéresse pas. Au final il n'aurait qu'un point commun, il était des exclu. Le vieux jouait avec ce monde, le jeunot le combattait. Il parlait donc japonais, on pourrait croire que ce serait la deuxième surprise du jour, mais ce n'était qu'une peccadille qu'importe le langage du moment qu'il pouvait se comprendre. La première affirmation fit arquer un sourcil au vieux. On ne pouvait juger quelqu'un sur une seule action et penser que le norvégien ne pensait qu'à jouer était très réducteur, c'était vrai, mais réducteur.

Le joueur n'était pas un idiot et les Dames lui avaient annoncé qu'il ne devait pas pousser plus loin, inutile de les déranger pour leur redemander, elles risqueraient de se vexer. Non, non, non ! Il ne devait pas le faire, il ne souhaitait pas attiser leur courroux elles finiraient par se jouer de lui ou pire l'ignorerait. Le jeune avançait, mais le vieux continuait son arc de cercle tout en continuant à s'écarter. Une danse macabre commençait à se dessiner ! Les tatouages de son interlocuteur commençaient à se colorer, ils avaient donc une utilité ! Les couleurs n'étaient pas sans rappeler au barbu une certaine similitude avec une certaine de ses particuliers. La vue de ses muscles ce tendant montrait toute la confiance qu'il portait à son alter et ses capacités.

Le laïus était plaisant à entendre, mister Gundersen savait apprécier lorsqu'on extériorisait ses pensées profonde, qu'on laissait remonter sa folie pour la jeter à la face du monde, il y avait cependant une chose qui lui déplaisait, il n'avait cependant pas le temps de poursuivre la discutions, pour le moment du moins ! Il n'était pas apte à suivre le mouvement complet du jeune, mais vu la main utiliser et la trace dans le sable de leur rencontre, il savait ce qui partait. Dans ses cas la, ce n'était pas le projectile qu'il fallait surveiller , mais la main ou plutôt le poignet, c'était cette partie du corps qui imprimerait la direction. Le petiot restait un gamin qui manquait d'expérience, détourner l'attention, prendre l'initiative était des contexte de base, le B A BA du combat.  Il n'était pas la peine d'être allé à Oxford pour comprendre qu'il avait un alter de type renforcement. Jeunesse plus renforcement physique le tout en activation le mélange était… explosif.

Ulrick voyait trois façons de se débarrasser du projectile, pourtant il ne scilla presque pas et toujours les mains dans les poches il ce mi à s'accroupir pour finalement se bouffer le projectile qui pénétra la chair au niveau de l'épaule juste au-dessus de l'omoplate. Lui arrachant une grimace de douleur, son rictus ce transformant l’œil gauche ce fermant sous la douleur, le droit toujours rivé sur la silhouette arborant l'ébène et le carmin, son buste partant en arrière, la charge arrivait tel un homme de ligne de la NFL. L'épaule en avant littéralement propulser pour l'empaler, le plat principal était en marche, mais comme un gosse devant la vitrine d'une pâtisserie Ulrick n'aurait pas le droit d'y goûter.

Une fois suffisamment déstabilisé et tandis que l'impact était proche, tel un diable sortant de sa boite Ulrick se déplia, il n'avait que trop côtoyer la douleur tout au long de sa vie dans les rues pour s’arrêter la dessus, elle maintenait en vie, souffrir, c'est ce savoir vivant, être encore sur terre permet de continuer la partie contre la vie. Le bras cacher du tatouer étant la gauche, Ulrick c'était propulser en sens inverse qu'importe ce qu'il cachait à moins de sortir une lance il n'aurait pas l'amplitude pour balayer la masse noire qui roulait de coter, à peine le premier tour finit que c'était l'autre jambe qui ce déployait pour le rediriger vers l'avant. Qu'importe la vitesse ou l'alter les lois humaines et de la physique son les mêmes pour tous, il ne pourrait pas tourner à 180 sans marquer de temps mort. Ulrick ne lança cependant aucune contre-attaque, hasard et chance l'avait annoncé ce n'était pas l'heure, ni le jour.

Reprenant rapidement son assise le vieux, c'était redresser, retourner et fait quelque petit bond vers l'arrière. Il sortit la main de son bras blesser, il fit un mouvement ou deux avec pour voir l'état, il avait morflé, mais à deux maux, il vaut mieux choisir le moindre, bien qu'il regrettait d'avoir choisit au final. Il n'aurait pas la mobilité total de son bras pendant quelque temps. Pourtant, Ulrick se marrait, il se forçait bien sur, mais tant que l'on n'est pas six pieds sous terre il valait mieux rire de tout.

« Tue le monde, chasse le mal, garde tes objectifs, fait tout ce qu'il te plaît, je ne suis personne et je n'ai pas à juger de tout cela, MAIS … GAMIN ne vient jamais me dire que je cherche ce que je possède DEJA. Tu condamnes le monde, sans le connaître, comment peut tu dire que même l'enfant qui viens de naître est coupable. Tu n'arrives pas à appréhender ce qui t'entoure donc tu attaques ? Après à nuancer, ta vie me semble bien triste !Mais pour une fois qu'un de tes semblables t'écoute vas y explique ! »

Spoiler:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 5
Puissance : 1 650
Voir le profil de l'utilisateur
44
5
1 650
MessageJeu 19 Juil - 16:21
Comme prévu le vieux en avait encore du répondant. Il tenta d’esquiver le lancer de projectile mais le caillou fit un meilleur travail que prévu et blessa fortement l’épaule de la cible. Parfait, mais tous se corsa quand il partit à l’opposé pour entrer dans l’angle mort de ton bras gauche. Tu aurais pu rouler sur toi-même pour tenter un coup avec une de tes tawzar mais rien n’aurait pu te dire que tu allais le toucher et la situation présente tu chargeais surtout comme un boulet humain vers ton ennemi, si tu tentais d’exécuter le mouvement maintenant, tu frapperais avant tout dans le vide. Tu as beau avoir de bon réflexe et une force surhumaine, tu restes ce que tu es… Un vulgaire humain porté par sa propre envie de dévorer le mal au fond des autres. Tu étais pire que tous les autres, tu chasses ta propre espèce, tes semblables, tu chasses ce que tu es.

Tu t’arrêtas de le poursuivre lorsqu’il se mit à rire face à toi. Un rire clairement forcé, tu avais pris l’avantage. Tu pourrais l’exécuter maintenant, mais quelque chose te disait de ne pas le faire … Pourquoi ? Tu veux le tuer, tu peux le tuer, mais quelque chose te dit de ne pas le faire, car … tu as mieux à faire. La petite, tu devais la rejoindre … Elle devait déjà être debout à cette heure-là. Tu relâchas doucement ton arme.

Le fou se fait donc accusé. Tu as beau l’écouter, il ne refait que ce qu’il fait depuis le début … Il nie ce qui est inévitable. Il reste dans son mensonge. Tu as beau essayer de lui montrer le mal en lui, il refuse de voir LA vérité.  Tu soupires doucement. Le mal en lui était trop sombre, il refusait et refusera ce que tu dis, peu importe ce que tu lui diras.


- « Un semblable ? Tu penses avoir seulement le moindre rapport avec moi, tu penses avoir seulement le moindre petit rapport avec moi. Tu insultes toute ton espèce en me traitant de ton semblable. L’humain est bon, l’humain est fort. »

Tu recules doucement en souriant. Tes deux mains dans ton dos.

- « L’humain apprend de ses erreurs, l’humain évolue, il grandit. Mais pourtant … Je n’ai jamais vu l’humanité apprendre, je n’ai jamais vu un groupe d’humains apprendre. L’humain seul est fort, et encore plus en groupe … mais c’est pourtant en groupe qu’il est le plus faible. Et c’est pour cela que je n’ai rien d’humain. Vous vous reposez les uns sur les autres. Vous comblez vos faiblesses grâce aux autres mais tout ce que vous faisiez c’est fuir. Vous refusez d’affronter le mal en vous. Vous ne faites que retarder la fin de votre espèce, et c’est pour cela … Que quelqu’un doit détruire les fondations instables de l’humain pour en forger un nouvel avenir aux humains, un avenir fort et puissant. Quelqu’un DOIT se salir les mains. Les héros ? Seulement un groupe d’idiot cherchant à combler leur propre besoin. La police ? Des esclaves obéissants aux doigts et à l’œil d’être corrompu. Les vilains ? Des malades croyant salir leur main pour de meilleures choses alors qu’ils ne font que faire chuter l’être humain. L’humain ? Ouroboros, le serpent se mordant la queue, un signe soi-disant infini … Mais même l’infini ne sera pas suffisant pour satisfaire l’avidité des humains.  »

Tu recules doucement t’éloignant de plus en plus. Tu devais retourner vers ta lumière. Le jour se levait et elle a besoin de toi. Si le vieux n’avait plus rien d’intéressant à dire, tu partiras.

Spoiler:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 22
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
22
1
1 300
MessageSam 21 Juil - 10:47
La tension était retombée, mais la suffisance était toujours la, savoir sacrifier un bras pour arriver à ses fins était un art que peu de personne acceptait. Savoir faire taire son instinct de survie n'était qu'une compétence de ceux se moquant de leur vie ou qui ne la voyait que comme un simple outil, c'était clairement le cas pour Ulrick. Il faut dire que le vieux avait eu le droit à plus que sa part de salade de gnons, tarte de torgnole et séance de passage à tabac. Il savait ce qu'il pouvait se permettre de prendre ou non. Là ses batteries ce rechargeait et si les hostilités devait reprendre à défaut de guerroyer il pourrait jouer quelque tour à sa façon histoire de tempérer.

Il s'avérait que ce ne serait pas nécessaire, le gamin prenait gentiment le large et semblait laisser tomber les armes. Tout cela pour ce lancer dans un laïus, le barbu ne rêvait pas, il avait été « traiter » d'humain ! À croire que le tatouer n'avait pas les yeux en face des trous, il avait eu le droit à de nombreux sobriquets, déchet, parasite, lie de la société, fossile … mais voilà des années, des décennies même que l'on ne l'avait pas assimiler à un être humain. Tout dans son discours se contredisait ! Le norvégien, avait-il l'air d'agir en bande ou même d'être accompagné ? Lui n'apprenait pas de ses erreurs non plus, il les répétait encore et encore pour son propre plaisir, il ne risquait pas non plus de se reposer sur ses pairs, il était un solitaire porter par un désir le consumant jusqu'à la moelle. Un paria vivant en marge des autres, c'était en cela qu'il était un semblable du tatouer.


« Il semblerait que l'on soit dans une impasse pour aujourd'hui, ton envie, je ne saurais l'assouvir, encore moins ton appétit. Cependant, crois-moi, on sera amené à se recroiser au moins une fois, un jour ou peut être, je te laisserai goûter ce que j'ai à te proposer. »


Ulrick porta deux doigts au niveau de sa tempe puis fit un signe de salut avant de tirer sa révérence. Aujourd'hui, Ulrick laissait passer, car ses Dames ne le souhaitaient pas ! Il s'était cependant bien diverti finalement la journée commençait bien. Lui aussi ce mis à prendre ses distances en ce marrant, la vie était belle et riche en couleur, ce pays semblait … Intéressant.

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 et 26 avril bfg/netepic a bucheres ( aube)
» [Question] Contraint par le Roc VS Aube (résolu)
» Jour 5 - L'aube est rouge, beaucoup de sang a dû couler cette nuit !
» Jeu aviation online : L'aube des Aigles
» Intégrer les constellations de l'Aube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Autres endroits :: Plages & Mers-
Sauter vers: