• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Rencontre Nocturne [Ft. Ulrick]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers
Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 19
Points : 0
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
19
0
1 300
MessageDim 8 Juil - 12:04

RYUUSEI
Melios

GUNDERSEN
Ulrick

「 Rencontre Nocturne 」
Dans ces rues sombres, la nuit est encore présente. 
Longtemps, je cours pour échapper au monstre me suivant. Il me semble... que je l'ai perdu.
Mais rien n'est sûr.
Mes forces commencent à épuiser. C'est impératif de faire une pause. 
Espérant être hors de danger, je me laisse glisser contre un mur, cacher entre les diffèrent objet de la rue mais surtout entre les ombres de la nuit. 
Mes blessures sont minimes. Mais la peur est toujours là. Son cri... il était horrible. Tout simplement terrifiant. Comment c'est possible que ce genre de créature traîne dans les rues sans que personne ne semble informé ? Je connais le nom d'un certain nombre de criminels et pourtant le sien m'était inconnu.
En tout cas, s'il me retrouve... je suis fichu. Je n'ai même plus d'arme. Et je n'aurais pas la force de fuir une fois de plus sur des mètres, voire sur des kilomètres. Après, c'est vrai qu'il semble moins endurant que moi...
Je n'aurais jamais pensait que cette nuit tournerait ainsi. Mais alors pas du tout. 
Je vais me reposer quelques instants ici... avant de rentrer chez moi pour profiter d'une nuit, que j'estime avoir bien mérité. 
Je reste tout de même à l’affût du moindre mouvement. Je ne dois prendre aucun risque.
Mais la... je suis surtout fatigué.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 13
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
13
1
1 300
MessageDim 8 Juil - 14:27
Les bruits des semelles sur le pavé, un rythme effréné, un son résonnant fortement claquant tranchant la nuit ! C'est ce qui tira de sa torpeur notre homme blotti dans le coin d'une ruelle sombre, de nature peu curieuse pour cette heure avancé de la nuit il ne fit que se tourner sur le côté cherchant à retourner dans les bras de Morphée ! Pourtant, cette course désordonnée se rapprochait créant une multitude de bruit sur sa route se répercutant en écho contre les murs d'une ruelle bien étroite. Une fuite ce son, il ne le connaissait que trop bien, une mélodie unique qu'il avait lui-même bien souvent interpréter. Tout ceci signifiait surtout une chose des problèmes à l'horizon, du danger, un rictus carnassier apparaissait sur le visage du sdf, le meilleur moyen de lancer un jeu plein de sel. Pourtant Dame chance avait décider la veille qu'il passerait la nuit ici et il se devait de ronger son frein.

Le rythme ralentissait, le son lui indiquait et tout ceci marquait-il la fin du divertissement, une longue silhouette, traversa son champ de vision sous la faible lueur de rare fenêtre encore éclairer. Grande et élancer de large ailes colorer d'une rare beauté fixée au dos, un alter de mutation ? Sans aucun doute, mais la beauté aussi importante soit-elle n'est au final qu'éphémère. L'homme ne s'était arrêté qu'à quelques pas de lui pour se jeter contre un mur. Le quidam semblait s'être jeté contre le mur probablement blotti en pleine découverte d'une nouvelle expérience. Sa respiration sifflante puissante laissait transpirer sa peur dans un lieu où la montrer n'était qu'avouer ses faiblesses. Cependant tout ceci n'était qu'un signe du hasard et quand on parle du hasard il y a un homme qui répondra toujours présent.Ulrick c'était redresser son dos frottant le long du mur dans un bruit continu, le cri du tissu sur la pierre, long puis plus rien ! Suivit d'un

« CLAC !! »

Brisant une dernière fois le silence de la nuit ses paumes heurtèrent avec force ses joues pour lui donner un coup de fouet, puis tel un spectre il ce mit en mouvement estimant vaguement où ce trouvait cet homme ailé. Avec pareil organe il aurait dû décoller peut être était-il blessé l'odeur acre du sang flottait dans l'air, à moins bien sur qu'il n'en ai pas encore la possibilité, dans les cas il était traqué. Silencieusement d'un rythme lent les yeux mis clos encore dans les vapes d'un manque de sommeil et d'un léger abus d'alcool Ulrick se stoppa.Penchant la tète sur la droite, ce fut d'un ton bien trop joyeux qu'il lâcha.

« Trouvé ! »


Ses yeux s'ouvrant totalement pour révéler son regard d'acier de couleur ambre devant un homme recroqueviller sur lui-même ses ailes repliées comme pour se protéger. Les mains dans les poches au milieu de l'étroite ruelle le norvégien se redressa et pivota lentement pour faire face à l'intrus. Oui s'en était clairement un, vêtement propre, visage au trait fin, bien rasé, et même si elle était désordonnée suite à sa cavalcade sa chevelure était soigner. Ulrick souriait plus que de mesure, il avait trouvé un dandy apeurer. La nuit allait désormais évoluer !

« Que faire que faire que faire ... »

Son dollar d'argent sautait en l'air sous l’impulsion d'un pouce déformer par le temps et d'autres "aventure".

« Mes dames qu'en penser vous doit-on jouer, peut être l'aider, le laisser ou bien … Non non n’abusons pas !

Comme vous le souhaitez,… ainsi soit-il ! Vous avez tranché, mais n'oubliez pas qu'il me faut jou ... »


Le regard d'Ulrick s'était arrêté net sur la pièce qui venait de retomber pour la troisième fois dans la paume de sa main, un large sourire sur le visage, les yeux pétillants la face joviale. Le vieillard avait l'attitude d'un enfant le matin de noël qui venait de découvrir son jouet préféré en déchirant un emballage. Il remit la main dans une poche de son imperméable pour en sortit des cartes, dés, bille de nacre qui partir tous dans une poche de cuisse de son pantalon. Objet qui fut échanger contre une flaque en fer-blanc qui avait un certain vécu vu sa patine et ses bosses. Il la jeta au jeune homme.

« Tiens gamin, pour désinfecter cette odeur de sang et le gosier, sa fait pas que du bien, mais ça met du cœur au ventre et la, je pense que ça ne peut pas te faire de mal ... »

Ulrick avait retiré tout en parlant son imperméable révélant un tee-shirt trouer de large cicatrice zébrant la chair qui n'était pas couverte. Celles-ci pour la plupart étaient loin d'être propres ou dues à des outils ouvrager plus à des morceaux de chairs déchirées. Il finit par jeter son long manteau en maugréant.

« Oui oui ….. je sais, ….. mais pas sur que ça lui plaise, attrape jeunot ! Il est pas bien chaud, ne sent pas la rose, mais tu feras un peu plus couleur locale, parce que la on a plus l'impression que tu portes un écriteau dépouiller moi

Bawahahaha !

Allez bois ! Tu les as pas entendues t'es en veine pour le moment profite en ! J'te boufferai pas !

Par contre ! »


Ulrick approchait lentement les deux pelles qui lui servait de main lentement vers la tète du quidam tout en continuant de parler !

« Alors qu'est-ce qu'un quidam comme toi vient foutre ici et respire un bon coup si on devait te serrer l'autre serait déjà là depuis un moment il semblerait que tu ne l'intéresses plus ou qu'il t'a paumer et qu'il traine dans le coin. »
Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 19
Points : 0
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
19
0
1 300
MessageDim 8 Juil - 16:18

RYUUSEI
Melios

GUNDERSEN
Ulrick

「 Rencontre Nocturne 」
Un bruit... dans cette nuit noire et peut rassurante, j’entends un bruit. Ce bruit... on dirait un frottement...Serait-ce le criminel qui me recherche ? J'en doute... Vu à quel point il était énervé, je pense que la discrétion n'est pas son truc. Sil m'a retrouvé, il me sauterait sûrement dessus avant de … faire ce qu'il m'a dit précédemment. Mais ce bruit n'est pas aussi menaçant. C n'est pas pour autant que je relâche ma vigilance. Ma tête se tourne vers la provenance de ce son, qui s'arrête après quelques instants. C'était... du tissu ?...Je ne me trouve pas seul ici, en tout cas.
Un « clac » interrompt mes pensées. Un...Coup ?.... Je n'en sais rien. Mais cette présence ne semble pas vraiment posséder de mauvaises attentions. Sinon on m'aurait déjà attaqué.
Des pas. Maintenant, ce sont des pas qui troublent le silence. Qui pourrait bien se trouver ici, à une telle heure ? Ce n'est pas banal. Et ce n'est absolument pas le genre d'endroit où faire une petite balade nocturne. Absolument pas. Surtout quand on risque de se faire agresser par un meurtrier dans une petite ruelle sombre.
Un homme apparaît dans mon champ de vision. Décidément pas celui qui me poursuivait.
Cet homme est tout d'abord bien plus âgé. Il a facilement le double de mon âge, si ce n'est plus.
Une odeur me pique le nez. Je prends quelques secondes à la reconnaître. Celle de l'alcool. L'homme n'est certainement pas sobre. Enfin, je préfère toujours tomber sur un vieil homme ivre que sur mon chasseur.
En tout cas , lui ne me semble pas agressif. D'un ton joyeux, il annonce qu'il m'a trouvé. M'avait-il aperçu précédemment ?...Hmm... Sûrement. Ce ne serait pas étonnant que je ne l'aie pas remarqué alors que j’étais en pleine fuite. 
L'homme se pivote pour me faire face. Nos regards se rencontrent. Ses yeux d'acier se plongent dans les miens, d'une couleur noisette. Je n'y vois aucune animosité. Juste une certaine ivresse, rien de vraiment inquiétant.
Rapidement, je le détaille. Ses vêtements sont abîmés et poussiéreux, son allure est peu soignée. 
Je suppose... que c'est dans les rues qu'il vit. En tout cas ça expliquerait notre rencontre.
Le vieil homme reprend la parole, ne sachant selon ses dires, pas quoi faire. Il lance une pièce en l'air...et... Il parle … tout seul … Au moins ...j'ai un bon exemple ce que produit l'ivresse. Petite note a moi-même ; ne jamais tomber dans l'alcool.
Il continue à parler, et c'est suite au troisième atterrissage de sa pièce qu'il se stoppe, et ce en pleins milieux d'une phrase.
Pour une raison inconnue... son visage marqué par quelques cicatrices s'illumine de joie. Il met la main dans son imperméable et sort divers objet... en plus de son alcoolisme, son autre tare à l'air d'être les jeux de hasard. Il possède dès, bille et autres petit objets de ce genre.
Il me lance... ce qui contient son alcool et qu'il vient de sortir de sa poche. 
Je l'attrape maladroitement, un peu surpris. L'objet est dans un salle état en tout cas.

Il me l'avait donc envoyé pour désinfecter ma blessure... et il m'invite à boire. Me soigner, je veux bien mais... je vais par contre refuser la deuxième offre. Déjà, je ne pense pas que boire serait une bonne choses dans mon état et je ne pense pas bien tenir l'alcool. Aussi... même si je fais sûrement un peu trop de manière dans la situation où je me trouve, je n'ai pas vraiment envie de boire derrière lui. D'ailleurs, pendant qu'il me parlait, il enleva son imperméable. Son torse... est recouvert de cicatrices. C'est loin d'être agréable à regarder. Son t-shirt est déchiré d'ailleurs, ce qui laisse ses blessures apparentes. Il me lance le vêtement qui le recouvrait auparavant. 
Je me recouvre du tissu, puis prends la parole, toujours un peu surpris :

-Je....Merci.

Juste un mot simple, mais c'est ce que je ressens à ce moment, de la gratitude. Après tout, cet homme que je connais ni d'Adam ni d'Ève, vient m'apporter son aide. Alors même sil n'a pas grand-chose à m'apporter, je lui en remercie.
C'est vrai que l'odeur n'est pas agréable, entre la poussière et l'alcool... mais je mets mon côté maniaque de côté pour l'instant. C'est mieux que rien.
J'ouvre le flasque. Sans que je ne le veille, mes antennes remuent un peu suite à la forte odeur d'alcool.
Avant que j'applique le liquide sur ma plaie, l'homme reprend la parole en tendant ses deux larges mains vers moi. 
Je lui réponds doucement.

-Comme vous avez dû le déduire... on me poursuis. Un homme... m'a interrompu alors que je vaquer à quelques activités… Et m'a pris en chasse. C'est un véritable fou furieux.

Bien sûr, j’omets des détails. Peu importe qui il est, je ne vais pas révéler des informations sur mes activités aussi facilement. Mes ailes bougent un peu alors que j'ose enfin me détendre. Le danger semble s'être atténué à présent. Je peux souffler un peu.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 13
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
13
1
1 300
MessageMar 10 Juil - 22:17
Un simple merci qui sifflait pour le moment le vieillard n'en demandait pas plus, pour le moment seulement, il était adulte maintenant et il ne comptait pas casser son jouet tout de suite et encore moins le faire fuir. Il comptait déjà comprendre et voir les déboucher possible selon son histoire. Il avait bien utilisé l'alcool pour désinfecter, mais pas pour se rincer le gosier, peut être avait-il peur de choper la galle ou dieu sait quoi de pas très ragoûtant en buvant derrière lui. D'autre l'aurais sans nul doute mal pris, mais pour le vieillard ce n'était qu'un simple manque de maturité, d'expérience ou un excès de prudence.

« Profite de tes beaux vêtements propres pour te faire un bandage, c'est rudimentaire, mais vu l'écoulement du sang il ne semble pas que l'artère soit touché il t'en faudra pas plus pour stopper si tu serres un minimum.

Humm …

Ouaip, elles ont raison les petiotes, tu t'en tires bien en fin de compte. Parce que t'as tout du blanc lapin qui à échapper au chasseur. Enfin, si t'as pas la force de déchirer ta belle tenue, poche intérieur droite de l'imper y a une lame. »


Si l'on excluait le doux oscillement de ses antennes et le relâchement de ses ailes, le papillon ne semblait avoir le moindre mouvement de crainte devant les mains qui s'approchaient de son visage pour finir par l'empoigna et secouer sa chevelure et défaire cette coiffure de bourgeois pour la mettre en pétard. Maintenant, il serait plus en accord avec les lieux ! Ulrick pouvait se faire tomber lourdement sur le sol en l'écoutant. Il devait vraiment le prendre soit pour un attarder soit pour un fou, la seconde option n'était pas fausse, mais il en restait un homme avec un certains sens d'analyse. Il y avait trop de demi-mots et ici il valait mieux joueur carte sur table qu'on puisse aligner une main pleine ou une paire de deux. Frottant sa barbe Ulrick donnait l'impression de méditer à cet échange machinalement, il avait ressorti son dollar d'argent de sa poche avec sa main libre la faisant pivoter entre ses doigts expert à une vitesse que seul l'habitude pouvait faire atteindre.

« Donc je résume petiot, t'es un col blanc qui est venu se paumer dans les bas quartiers et tu as fait une mauvaise rencontre. Dis-moi t'as des tendances masochistes ou alors tu veux vraiment me faire croire que tu as des affaires dans le coin ? Ici y a que deux types de personne qui a à faire dans le coin et tu rentre déjà pas dans la première catégorie pour la seconde … Hum je vois

... »


Oui, cette fois, il souriait de plus belle, Ulrick était clairement gâter cette fois ! Bien sûr il n'était pas certains de sa réflexion, mais elle semblait tangible, ravalant son sourire, il reprit d'un ton qui tranchait complètement avec tout ce qui avait précéder. Bien trop sérieux pour coller au personnage :

« T'es dans une belle merde p'tit gars et accessoirement moi aussi selon la suite des événements, la grande question, c'est pourquoi ton alter n'a pas été utiliser à moins qu'il se soit juste avérer inefficace. Si t'es vraiment tombé sur une bête enrager, je pense qu'elle est encore tapis quelque part dans l'ombre. Bon, je vais te guider hors d'ici, je doute qu'il y ai l'un de tes amis en mesure de venir te chercher ici, sauf si tu m'annonces qu'il est déjà en route.



Ah et si jamais un jour tes affaires te ramène dans le quartier prévois toi une porte de sortie, je passe pour une bonne patte ici, mais tu vois on est une espèce en voie de disparition, sûrement parce qu'on passe tous pour des fou. »


En vrai, Ulrick espérait réellement que ce « fou furieux » soit encore dans les parages, il en rêvait, il en avait le regard hagard, la bave aux lèvres. Il aurait peut-être le droit à ce moment ou il miserait sa vie, même si c'était pour protéger un quidam ça lui convenait. C'était pas le prix qui importait, mais bien les enjeux.

« Bon petit gars à moins que la cavalerie soit en route ou que tu souhaites attendre le lever du jour, on va se bouger. Juste une chose avant que je sois fixer sur tes capacités dans le cas peu probable où tu croises quelqu'un qui te fixe sans sillé tu ravales ta fierté et tu baisses la tête ça nous éviteras de longue explication. »

Sur ces douces paroles Ulrick, c'était redresser et époussetait son pantalon avant de tendre sa main pour aider le jeune à se mettre debout.
Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 19
Points : 0
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
19
0
1 300
MessageMer 11 Juil - 2:55

RYUUSEI
Melios

GUNDERSEN
Ulrick

「 Rencontre Nocturne 」
Je désinfecte la blessure en écoutant l'homme reprendre la parole. Les picotements me font légèrement grimacer, mais j'ai comment bien pire que ça. Je referme la vasque et la glisse dans une des poches.

Hum... Me faire un bandage ne me semble pas si indispensable que ça. La blessure devrait bientôt arrêter de saigner, ça devrait aller. Et il a bien raison en remarquant ma chance. Un faux pas et j'aurais été un cadavre à l'heure qu'il est.
L'homme... m'ébouriffe les cheveux ? ...D'accord... Je le laisse faire, si ça lui fait plaisir... Être décoiffé ce n'est pas grand-chose par rapport à son aide. Et puis je suppose que je fais un peu tâche ici, les bas-quartiers, c'est loin d'être mon milieu et ça se voit. Ha... c'est donc sûrement pour ça qu'il a dérangé ma coiffure bien trop soigné pour ce lieu. Je change d'avis, et finalement je glisse ma main dans la poche de l'imperméable pour en sortir un couteau. Rapidement, je tranche un bout de ma chemise avant de bloquer le saignement à l'aide du bout de tissu. D'ailleurs... l'homme fait preuve d'une certaine imprudence. A t-il conscience qu'il vient de donner une lame à quelqu'un qu'il venait à peine de rencontrer ? C'est sûrement sa seule arme en plus. Enfin... il n'a pas l'air très sain d'esprit de toute façon.

Il reprend la parole. Il se doute de quelque chose. Évidemment. Ma présence est suspecte en même temps. Mon regard exprime clairement mon refus de lui répondre, de toute façon il semble s'être répondu toute seule... Je ne lui donnerais aucune information à ce sujet. Je ne sais pas à qui j'ai affaire, peut-être qu'en sachant ce que je fais il tenterait de me faire du mal. J'ai pris assez de risque pour aujourd’hui.
En tout cas... ça a l'air de lui plaire... .Qu'est-ce qui ne va donc pas chez lui ? Tout ce risque l'amuse c'est ça ? Je ne dis rien à ce sujet. Autant ne pas le contrarier.

C'est d'un ton bien plus sérieux qu'il reprend une fois de plus la parole.
Je l'écoute silencieusement avant d'enfin lui répondre.

-J'ai bien conscience de la situation dans laquelle je suis. Aussi, je suit venu seul mais je ne serais pas aussi imprudent si je dois refaire surface ici. J'ai retenu la leçon. Et je me doute que mon ennemi se trouve encore dans la zone. Mon  Alter n'a pas eu le temps de l'atteindre, même si je ne suis pas sûr qu'il aurait été très efficace sur lui.

Ma voix est plus tranquille mais reste sérieuse. Mon regard se tourne vers l'homme qui...trouve apparemment le fait de se faire pourchasser très plaisant...

Je hoche la tête à ses dires et me relève en prenant sa main. De nombreux centimètres nous séparent une fois debout. En même temps, peu sont les gens me surpassant. J'enlève la poussière de mes vêtements et me retient à en faire plus. Être présentable n'est pas le plus important à ce moment.
Du coin de l’œil je l'observe. Il m'a sauvé...je peux au moins lui apprendre quelques faits sur mon Alter. Ce serait toujours plus prudent si nous nous retrouvons en situation dangereuse.

-Aussi, mon Alter me permet d'émettre des spores pouvant paralyser si elles sont respirées. Je dois déplier mes ailes pour les utiliser. Et au cas où vous ne l'auriez pas deviné, ces dernières ne me permettent pas de voler.

Mes ailes ondulent doucement durant cette explication. C'est une bonne chose de faîte. À voir maintenant sil va me parler de son Alter à son tour, s'il en possède un bien sûr. Peut-être fait il partit des 20% restants de la population.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 13
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
13
1
1 300
MessageJeu 12 Juil - 21:13
Toujours pas enclin à se dévoiler, l'interlocuteur d'Ulrick semblait conserver un brin de méfiance, grand bien lui fasse ! Le clochard avait dû lui apprendre la première des règles quand on traînait dans des coins malfamé, un plan de repli, la vie ici était comme une valse avec le diable ! Tout n'était que question que de rythme et d'anticipation, rater une mesure nous laissait plonger. La seconde, c'était de se méfier de toutes mains tendues, une main secourable, un beau sourire quelques paroles amicales et si on se laissait berner, on se retrouvait les poches vide au mieux, une lame entre les omoplates au pire. La deuxième le papillon égaré semblait la maîtriser en partie , il ne tombait pas dans la toile de fils que tendait le clochard, après il n'y sourcillait même pas, soit Ulrick avait affaire à un homme se maîtrisant parfaitement ce qui d'après leur rencontre n'était pas le cas, soit il savait ce mettre un frein en ce cachant derrière son joli minois. Il apprenait vite, il n'était pas encore dans le haut du panier, mais il s'en sortirait grandi.

Cependant, lorsqu'il révéla son alter, il était difficile de savoir s'il brouillait les pistes, révélait peu pour garder secret un plus gros pouvoir. Ulrick était quelque peu perplexe rien n'avait marcher jusqu'ici pour en découvrir plus sur l'égarer, était-ce si facile de lui faire cracher le morceau la dessus ? La part de vérité incontestable était qu'il ne puisse s'envoler, à moins bien sûr qu'il ne soit pour lui ! Cette douce pensée fit ricaner le vieux barbu, il en tremblait de joie, sans la dissimuler, on pourrait la percevoir comme ne simplement s’arrêter qu'à la fraîcheur de la nuit.

« Tu ne voles pas, hum dommage pour toi, mais tant mieux pour nous, ne dit t'on pas qu'un battement d'ailes de papillons dans le pacifique peut déclencher un ras de marée dans l’atlantique ? Vu la taille des tiennes, tu aurais déjà rasé toute la cote est bwahahahaha ! »

Tout en rigolant Ulrick fouillait lentement dans une de ses poches, pour finalement en sortir une carte, la tournant lentement pour en voir sa face. Lancelot était de sortie ce soir, elle signifiait la prudence. Il le jouerait donc ainsi :

« Bien, bien, mesdames, soit montrons lui donc ce que vous me souffler, mais tout ceci ne vous ressemble guère. Regarde bien petiot, car au final, ce n'est guère reluisant, il te faudra remettre sa dans le contexte de mon époque ! »

Il n'y aurait pas de démonstration de force, les as était rester cacher, mais la politesse envers l'inconnu était de mise, il parlait de son alter, Ulrick parlerait du sien, démonstration à l'appui. Tout ne serait que poudre aux yeux, il ne comprenait pas ou cela le mènerait comme toujours, mais ses dames savent se montrer facétieuse, têtu, joueuse et parfois même prudente ! Les fils de son destin, il ne pouvait pas les démêler, encore moins les appréhender, mais Ulrick savait qu'il se devait de les suivre aveuglément. Que cela lui plaise au non !

Lentement, la carte que tenait entre ces doigts Ulrick commença à prendre une teinte pale qui grandissait tel une flamme dévorant le papier cartonné, puis elle montait dans le spectre lumineux à une vitesse prodigieuse la taille de son aura augmentant éclairant la ruelle sombre pour arriver au rouge, rouge sang, cramoisi, violet sombre. Instantanément l'aura disparu comme absorber par les doigts la tenant tout aussi qu'un épéiste se remettant garde de Battö !

«Voilà, rien d'impressionant, de la lumière, sa reste pratique …

Mais oui chut, mesdames voyons inutile d'en rire

Je disais donc sa reste pratique la nuit loin des éclairages publics, après un abus cela donne ceci.»


La carte, vit son aura revenir au rose pale pour être projeter en l'air, la carte virevoltant, pris de la hauteur avant de disparaître consumer dans un discret

fiuuuutt

Rythmé par un claquement de doigts, Lancelot avait rejoint les limbes tel un feu d'artifice, joli et éphémère.

« Inutile d'en expliquer plus la lumière produite comme celle de mon monde n'est que fugace, si moi celle que je crée peut revenir, l'autre est plus compliquer à retrouver. Pour ton alter inutile de m'en faire une démonstration, ma liberté de mouvement, j'y tiens ! Bon, bon, bon, petit gars, il serait peut-être tant de te faire remonter vers la lumière sinon tu risques de t'enraciner. »

Deux choix s'offrait donc à eux remonter la rue, ou la descendre au final cela importait peu pour les gens sensé, mais l'immigré clandestin ne l'était absolument pas, il voyait fuir le danger ou s'y précipiter. Le papillon semblait convaincu que son adversaire avait tourné les talons, mais s'il n'avait que la moitié de la ténacité que possédait le vieux, il devait sans nul doute être quelque part dans l'une de ses ruelles. Une pièce lui suffirait pour connaître la voie à suivre, son dollar d'argent vola reflétant les faibles lueurs des lumières solitaire. Elle fut rattrapée au vol d'un geste sure et précis pour en avoir le résultat, pointant son doigt tronquer, Ulrick indiquait un chemin à suivre, celui d'où était venu le papillon !

« Mesdames ont parfaitement raison remontons la piste, on a que trop traîner, mettons nous en route ! Vu le temps passer y a de fortes chance que si il n'a pas abandonné, il nous ai dépassé, se repérer comme remonter une piste reste un exercice difficile dans ces ruelles de nuit. Il faut mieux cependant pas trop virevolter avec le diable sous cette lune d'ou l'utilité que ton saignement soit circonscrit. Allez petiot papillon en route. »

Ce fut en sifflotant, le visage heureux et insouciant qu'Ulrick ouvrit la marche, d'abord quelque pas avant de jeter un coup d'œil furtif par-dessus son épaule pour voir si on le suivait.
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Samedi 19 Juin - Nocturne Zombies : Death Camp - Belcodène
» [LEGO] Coup de coeur nocturne
» [Whb] Tournoi II de la nocturne du FBJ 14/01/12
» [RP]Une ballade nocturne entre artistes, entre amies
» [Question] Terme «révélé» - Corbeau de la montagne, rassemblement nocturne et entrée secrète [Réponse Officielle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers-
Sauter vers: