• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Une prise d'otage pour deux (ft Keiju )

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone industrielle
Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 36
Points : 22
Puissance : 1 250
Voir le profil de l'utilisateur
36
22
1 250
MessageLun 11 Juin - 4:01
Une prise d'otage pour deuxft. Keiju


"Bon les gars, on s'détend et on repose le gamin sans faire d'histoire."

De base, il était juste ici pour emprunté les toilette, qu'est ce que ferait Mayuta dans une banque? Le voilà maintenant braqué par plusieurs arme à feu au milieu d'un braquage dérivant sur la prise d'otage. Vous devinez que contrairement aux civils et à la sécurité débordé par les malfaiteurs, Mayuta restait debout, fixant celui qui semblait le chef de groupe de son regard arrogant. Il était souriant et pourtant, il était bien conscient d'être dans une merde noire.



Pourtant sa journée avait bien commencé. Déjà, il avait réussi à s'octroyer une grasse mat' et c'est pas une chose facile quand on dort là où on peut! D'habitude les premières voitures le réveillaient mais là il s'était trouvé un pont tranquille en bordure de ville à pas piquer des hannetons! Mais que faisait-il à dormir là et pas squatter les planques habituelles des Bas-quartier? Bonne question, même Mayuta ne se souvenait pas être passé par là la veille. Ses derniers souvenirs? Surement une baston dans un bar ou une bière de trop. D'habitude, il préférait quand il se réveillait dans un lit, liant l'util à l'agréable, mais là, tout s'alignait pour qu'il passe une bonne journée. Une grasse mat', une gueule de bois quasi-inéxistance, le Mayuta bourré du passé avait même pensé à lui laisser une demi kébab en guise de petit déjeuné!

"Rrroooo putain Mayu' t'es un génie!"

C'est le ventre presque plein qu'il quitta son pont pour découvrir un soleil éclatant. Bon, c'était pas le genre de quartier qu'il fréquentait habituellement, il devait être vraiment bourré pour avoir migré jusqu'ici. Premier objectif de la journée: retrouver les bas quartier, deuxièmement, retrouver Kazu'! Il fouilla sa poche arrière pour en sortir son paquet de cigarette: une clope. Il la pris pendant que son estomac se mit à gronder. Lendemain de soirée oblige, il était obligé de revoir sa liste. En premier, trouver des toilettes et ensuite choper des clopes.

"Bon... J'vois pas l'ombre d'un tabac, mais des chiottes ça doit se trouver! "

Sur ce coup là, il avait pas tord. Si ses observations était bonne, il était dans la Zone industrielle de Musutafu. Des bureaux et des usines comblaient le paysage ne laissant aucun espoir de commerçant pour Mayuta. Il déambulait, clope au bec comme toujours, à la recherche du moindre bâtiment où il pourrait rentrer facilement. C'est une banque qui attira son attention, seul lieux où un certain trafique perdurait. Comme si de rien n'était, il s'engouffra parmi les hommes et femmes en costumes. Il pouvait peut-être y rentrer, mais pas y être discret. Vu la clientèle et l'emplacement de cette banque, elle ne devait se spécialiser que dans les grosse entreprise. Ici, elle devait se sentir en sécurité loin de la ville et était plus proche de ses clients. Pourquoi s'occuper des petit particuliers quand on peut se réserver que les plus riche de la ville? A cette idée et face aux regards de la sécurité qui se concentrait sur lui, il rigola. Rien de pouvait briser sa journée.

"Excusez-moi monsieur, puis-je vous aider? Vous êtes client ici?
Hein moi? Non du tout, je passais juste vous emprunter vos toilette, enfin si je le mérite bien-sûr!"

Sans attendre que l'agent de la sécurité qui lui avait adressé la parole ne puisse répondre, il se dirigea vers la porte arborant un W.C des plus voyant. Faisant semblant d'être serviable, il voulait juste vérifier que cet inconnu ne sème pas le bordel dans sa banque. Mais face à ce délit de faciès, il n'avait même pas envie d'élever la voix, rien ne pouvait se mettre entre lui et cette journée parfaite.

Rien? Peut-être pas, car pendant qu'il lâchait sa pêche calmement dans des toilettes qu'ils n'avait pas vu aussi propre depuis longtemps, une troupe d'homme cagoulé fit infraction dans l'enceinte de la banque, brisant le calme ambiant en tirant au plafond et tirant un gamin qu'ils avaient surement attrapé dans la rue. C'était étonnant de nos jour de voir une telle attaque, les malfaiteurs utilisant leurs alters plutôt que des armes. Mais face à des civiles n'ayant pas autorisation d'utiliser leur alters et avec un canon braquée sur un jeune otage, était-ce vraiment nécessaire un quelconque pouvoir?

"Okay les mecs! On fait pas de bourde on bouge pas sinon la cervelle de ce gamin tâchera vos si jolis costumes! Mes compagnons vont passer parmis vous prendre ce que vous avez, vous devinez que jouer les héros est fortement déconseillé!"

D'où il était, Mayuta pouvait entendre son discourt qui avait suivi les coups de feu. Sa voix transpirait le calme et la confiance, rien d'étonnant: vu la position de la banque, ils avaient au moins un bon quart-d'heure avant que les premiers héros pointent le bout de leurs nez. La cerise sur le gâteau pour cette magnifique journée, une bonne baston qui se profilait!

"Bon les gars, on s'détend et on repose le gamin sans faire d'histoire."



Vous devinez que ce Mayuta qui semblait sortir de nul part n'était qu'un clône. Il avait beau faire une tête de plus que tout le monde et pouvait en assommer la moitié d'une bonne torgnole, il n'allait pas foncer tête baisser dans une gueule du loup armée. Avec ce clone au centre de l'attention, il pouvait se donner une idée du nombre et du danger. En tout dix hommes repartie dans la banque, le chef au centre pointant la tête blonde du gamin avec son revolver, le sous-nombre était vraiment handicapant. Au moins, il ne risquait rien tant qu'il attirait l'attention des deux hommes qui fouillaient les salles voisines. Même sius la meilleure organisation, un élément perturbateur peut entraîner un vent de panique, se traduisant ici par la totalité des canons pointant vers Mayuta.

"J'crois que t'as pas compris gamin! Tu vois ce mec là-bas, il vient tout juste d'insonoriser tout le bâtiment, lui à déjà coupé le système de sécurité avant même notre arrivé! Si tu comptes gagner du temps en attendant l'arrivée d'un héros, comptes pas trop là-dessus.
-Ho t'inquiète pas!
-J'ai pas l'habitude de compter sur les héros!
-Ça vient des chiottes!"

En effet, le braqueur au plus proche des toilettes remarqua le filet de fumée sortant de sous la porte que trop tard, un deuxième Mayuta venait d'apparaître derrière le preneur d'otage et les deux clones explosèrent ensemble, obstruant toute vision à quiconque se trouvait dans la salle. Leur avantage numérique représentait maintenant leur plus grand défaut. Privé de vue, le moindre tir pourrait se perdre et toucher un des leurs. Dans le noir le plus total, un b ruit sourd résonna, celui de la porte des toilettes défoncée par un violent coup de latte. Le Mayuta était lâché et il fonçait vers le chef à toute allure...



Élève de troisième année
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 2
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
20
2
1 300
MessageLun 11 Juin - 23:41

ft. Mayuta Kukun

"You have power over your mind - not outside events. Realize this, and you will find strength."

Une prise d'otage pour deux.

"Non, enfin si, mais c'était la carte de ma mère vous voyez ? Et j'ai totalement oublié le code, code que j'ai pensé avoir retrouvé les deux fois où je l'ai tape après le premier message d'erreur. Vous savez ce que c'est une mère, si je me pointe chez moi en lui disant que sa carte s'est faite manger par le distributeur, je vais pas seulement me faire tuer non : elle récupérera chacun de mes organes pour les revendre." Le visage de Keiju se décomposait encore plus à chaque seconde où le guichetier ne réagissait pas à sa demande de récupérer la carte bancaire de sa mère. Sa mission était pourtant simple : Retirer de l'argent pour aller faire les courses, et c'était sans doute la dernière fois qu'il allait devoir exécuter cette corvée avant un long moment, vu la tournure que vont prendre les prochains mois avec la mise en place de l'internat à U.A. Ses cheveux blonds qui surplombaient son visage enfantin ne donnaient pourtant pas l'impression de faire affaire à un individu louche, près à mentir pour obtenir le moindre Yen. "Je suis désolé jeune homme, mais il va falloir que ta mère vienne en personne pour récupérer cette carte, sans ça je n'ai aucune preuve que c'est bien sa carte, qu'elle te la prêtait, ou quoi que ce soit du genre." Inconsciemment l’œil du jeune garçon vient tiquer, il savait que s'il rentrait sans cette carte, il allait passer un très mauvais quart d'heure. "Si elle revient dans cette banque après m'avoir croisé, ce sera ma tête sur un pique, et croyait moi vous n'avez pas envie de la voir assez énervée pour faire ne serait-ce qu'un dixième de ça."

La journée n'avait pourtant pas si mal démarré, un réveil des plus agréables avec un beau soleil, une ambiance pas aussi tendue que d'habitude à la maison. La semaine n'avait pas non plus été drastiquement mauvaise, ce qui laissait Keiju envisager un week-end des plus agréable. Mais non, il a fallu que le lycéen inverse le code de sa mère avec le sien, pour se retrouver dans une situation des plus gênante et angoissante. Alors que le guichetier s'entêtait à refuser la demande du blondinet, celui-ci commençait sérieusement à envisager de déménager dans un lointain pays, changer d'identité, voir même de sexe. L'interlocuteur du futur héros l'encouragea à quitter le guichet, ce qu'il se résigna de faire non pas sans râler dans sa barbe inexistante. Alors que ses premiers pas commencèrent le diriger vers la sortie de la banque, un événement des plus inattendus vint accaparer toute son attention : une dizaine d'homme cagoulé pénétrèrent en un instant dans le bâtiment, et un s'empressa d'attraper Keiju par le col en lui collant son arme contre la tempe. En temps normal, l'étudiant aurait réagi extrêmement rapidement, mais le nombre de braqueurs ne lui a pas donné la possibilité de les prendre de court, et ce qui devrait être un héros, se retrouve otage. Cependant, cette position de petit garçon faible lui donnait la possibilité d'analyser la situation sans trop de difficulté. "Okay les mecs! On fait pas de bourde on bouge pas sinon la cervelle de ce gamin tâchera vos si jolis costumes! Mes compagnons vont passer parmis vous prendre ce que vous avez, vous devinez que jouer les héros est fortement déconseillé !" L'homme avait un ton calme, il était sûr de lui, et ça Keiju pouvait le ressentir. Était-ce une confiance justifiée, ou pas ? Ils avaient quinze bonne minute avant l'intervention d'un héros et ce s'ils n'ont pas désactivé l'alarme, ce qu'ils ont dû faire vu leur organisation et placement rapide. Ils avaient prévu leur coup, c'est une évidence, mais ils ne savaient pas qu'ils étaient en présence d'un élève de troisième année dans l'école la plus prestigieuse du Japon.  

Alors que Keiju serrait le poing, près à mettre toutes les chances de son côté pour intervenir le plus rapidement possible, un individu des plus intriguant sorti de nul part. Il venait pour défendre Keiju, mais disait ne pas compter sur les héros ? Drôle de mentalité, mais peu importe, la diversion que créa l'explosion de fumée autour des deux... lui ? Permis à l'étudiant de se dégager, arrachant au passage le revolver des mains de l'homme qui le tenait dans ses bras. Un bruit sourd résonna dans la pièce, et un homme - le même que celui qui explosa par deux fois - sorti en courant des toilettes, se ruant sur l'homme qui tenait Keiju en otage.



"Merci pour le coup de main, mais j'vous jure, j'avais la situation sous contrôle."
Le visage souriant de Keiju fut la première chose qui sorti de la fumée, avant le reste de son corps. Sa main, recouverte d'une forme violette sombre, broya l'arme qu'il avait dérobé à son agresseur. Les braqueurs ne savaient plus qui pointer, l'homme qui courait vers la fumée, ou le gamin qui en sortait ? L'effet de surprise était ce qu'il fallait au jeune garçon, qui plia les genoux, son visage arborant toujours un sourire niais et enfantin. "Je préfère Kiddo que gamin, d'ailleurs. Majin Form : Human" Une forme spirale se dessina sur son visage, son regard perça celui d'un duo de criminels juste en face de lui, qui pointèrent sans plus attendre le petit corps du blondinet. "MAJIN RUSH" Cette même forme, recouvrait désormais entièrement sa main, et ses jambes. Il s'élança droit devant lui à une très grande vitesse, et alors qu'il arrivait au niveau des deux individus, il se concentra pour que la partie qui recouvrait ses jambes vienne recouvrir son second bras, et avec l'élan donné par son assaut, et la puissant de ses coup, il frappa avec un grande violence les deux braqueurs en même temps, ses coudes se pliant pendant que ses deux poings heurtaient leurs abdomens respectifs. Alors que ses deux adversaires s'éclatent conte la paroi située quelques mères derrière eux, la traversant presque, Keiju termina son trajet au même endroit se relevant en essuyant son front maintenant ensanglanté "J'ai encore du mal à gérer ça. Et j'ai pas non plus trouvé une phrase d'arrivée trop stylé, du coup... Salut ?" Il arborait le même sourire niais que plus tôt, près à en découdre avec les types restant, même s'il savait au fond de lui qu'il ne pourrait pas réitérer l'exploit d'un second Majin Rush de suite.

Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 36
Points : 22
Puissance : 1 250
Voir le profil de l'utilisateur
36
22
1 250
MessageMar 12 Juin - 3:55
Une prise d'otage pour deuxft. Keiju


"Merci pour le coup de main, mais j'vous jure, j'avais la situation sous contrôle.
Ca s'voyait pas, laisse moi  faire je m'en débarrasse vi..."

Mais alors qu'il fonçait dans le nuage pour attraper leur chef au col et lui arracher son arme, il ne trouva qu'un homme désarmé et sans otage. Ce dernier sorti du nuage à côté de lui, broyant l'arme qui le pointait juste avant et fonça défoncer deux types plus loins. Pour un gamin, il en avait dans les tripes!

"Encore un gamin de U.A je devine? Ça pullule de partout ces trucs là."

L'homme désarmé tenta de profiter de la surprise de Mayuta pour tenter un crochet surprise mais c'était en vain, il y avait une nette différence physique entre les deux. Jouant de son poids, Mayuta attrapa son bras pour le tirer vers lui et le renvoyer au sol d'une corde à linge en pleine gorge. L'homme tomba lourdement sur le dos. La fumée commença à se dissper, dévoilant non pas, ni deux, mais trois Mayuta encerclant le corps de leur chef.

"C'est tout ce que vous avez à r'vendre?! J'espère que vous êtes meilleur qu'votre chef, il valait pas grand chose!
-Liquidez les! On balance nos alters!
-Héhé pourquoi vous vous reteniez?"



A ces mots, trois membre foncèrent vers le groupe de Mayuta, chacun prenant une copie. Le premier dévoila une queue fine mais tranchante avec laquelle il transperça le Mayuta de droite. Au même moment, le deuxième clone lui reçut un coup surchargée d'un poing en acier trempée, mais dans le vide malheureusement. Quant au vrai Mayuta, il profita de l'explosion simultanée de ses deux clones pour esquiver de justesse le coup de croc de ce qui semblait être un lycanthrope. Ni une ni deux, il contre-attaqua en enfonçant son poing dans la mâchoire de la bête, brisant plusieurs dents au passage.

"C'est de bien joli alters, mais ça manque de résistance héhé."

Mayuta s'était reculé. Le premier à moitié assommé, il était à deux contre un et la fumée se dissipait déjà. Se grattant le nez, il jaugea ses adversaires, attendant de voir qui allait foncer en premier. Il sautillait même sur place comme un boxer...Ou un enfant:

"Alors? Qui ouvre le bal? Allons messieurs un peu plus d'entrain!"

Face à la provocation, c'est l'homme au poing de fer qui fonça le premier. Mais dans la précipitation il se fit avoir comme le premier. Son poing tiré vers Mayuta qui l'envoya balader derrière lui d'un coup de pied dans le dos. Le temps qu'il se relève, un clone apparut entre lui et l'homme à la queue qui lançait son assaut. Un nouveau nuage lui explosa à la face accompagné d'une patate retentissante qui lui brisa le nez.

"Bah alors, j'ai cru sentir un truc craquer? "

Le plan était simple, s'il en défonçait le plus possible, ils n'auront plus personne pour garder les otages qui s'enfuiront. Pas besoin de héros! D'ailleurs, pourquoi utilisaient-ils pas ...

"Bon on arrête de déconner!"

Des coups de feu retentir, un bruit sourd qui paralysa toute la pièce. La seule chose qui bougeait était la fumée de Mayuta qui disparaissait. Un homme tenait une femme par les cheveux, la traînant par terre en pointant le canon d'un fusil mitrailleur sur la tempe. Le spectacle qu'il découvrit empêcha Mayuta de calculer le coup de l'homme qu'il avait dégagé. Se retournant trop tard, il encaissa un premier coup qui brisa sa garde et un deuxième qui l'envoya baladé sur plusieurs mètres. Il aurait put se réceptionner sans trop de bobo si sa trajectoire de rencontrait pas le premier otage.

"Merde... T'es costaud gamin, mais tu devrais plutôt t'occuper des otages, laisse faire les grands.
-C'est simple maintenant! Un mouvement et on peut dire adieu à cette chère demoiselle! C'est de bien beaux alter, j'en serait presque jaloux de ne pas en avoir. Mais j'ai un gun, donc c'est moi qui décide. Maintenant ce qu'il reste du groupe 1 vous surveillez ces deux là! Le 2 vous restez à l'entrée! 3 et 4 vous prenez tout comme prévu! Vous cherchiez le chef? Me voici!"

Devant le regard impuissant de Mayuta, l'homme dictait ses ordres en le narguant. Un troupe de cinq homme parti dans le fond de la banque, surement en quête du coffre, pendant qu'un autre de trois fouillait les caisse et autres sacs. Le groupe qui était censé s'occuper d'eux n'était composé que de trois gars, les deux qu'avait affronté Mayuta et un troisième qui s'était fait discret. Ils étaient surement plus nombreux avant le passage des deux "héros" si on pouvait les qualifier ainsi. Il ne restait enfin que les deux en retrait contre la porte. l'un semblait maintenir sa main contre la porte, surement celui qui isolait le bâtiment. L'autre doit s'occuper de l'alarme, un alter électrique? C'était bien beau de savoir tout ça, mais face à ce fou furieux prêt éclater une boîte crânienne au moindre clignement de cil ça ne servait pas à grand chose... En était-il vraiment capable?

"Tu bluffes... J'suis sur que t'aurais pas les couilles d'appuyer sur cette gâchette."

Un long silence, puis un coup de feu vînt répondre à Mayuta. Les yeux perçants du tireur n'avait pas lâché le regard de Mayuta lorsqu'il appuya sur la détente, logeant une balle en plein dans la jambe de son otage. Sa bouche elle ne s'ouvrit pas, laissant les cris de la victime meubler l'ambiance. Si, il en était capable.



Élève de troisième année
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 2
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
20
2
1 300
MessageJeu 14 Juin - 23:05

ft. Mayuta Kukun

"You have power over your mind - not outside events. Realize this, and you will find strength."

Une prise d'otage pour deux.

Ils étaient deux, deux personnes ne se connaissant ni d'Eve, ni d'Adam pour affronter une groupe d'une dizaine de braqueurs, armés et n'ayant pas encore dévoilé un seul de leurs alters. Mais l'attention du lycéen était concentrée sur le gars qui semble pouvoir se cloner. Encore un gamin de U.A ? Ça pullule ? Il n'y a aucun doute à avoir sur le fait que ce gars n'est en rien un héros, mais dans ce cas pourquoi aider Keiju ? Utiliser son alter, même pour une intervention héroïque lorsqu'on a pas de licence est strictement interdit par la loi. "Il paraît qu'on se reproduit assez vite oui. La faute aux bouffons qui décident de braquer une banque sans doute ? Ou peut-être..." Son sourire était toujours présent sur son visage, et tout en poursuivant sa phrase il commença à se diriger vers le comptoir où le guichetier de tout à l'heure se cachait. "Peut-être que c'est aussi de la fautes de ces justiciers, reflet d'une justice fausse et personnifiée." Il ne les portait pas dans son cœur, ces gars des vengeurs. Ils n'ont, pour la plupart, aucune limite et sont donc responsables d'actes et d’événements parfois bien plus dramatique que ce qu'était entrain de réaliser le criminel. L'attention de toutes les personnes présentes dans la pièce, victimes comme criminels, était portée sur l'autre membre du duo de pseudo-héros. Instinctivement, et comme on lui a enseigné lors des différents cours théorique, Keiju s'est dirigé vers les victimes pour s'occuper d'elles. Tendant sa main vers le guichetier, c'est avec un regard paisible et protecteur qu'il l'invita à se diriger vers les toilettes. Il fallait agir vite, avant que les criminels ne se rendent compte que le blondinet était entrain de leur subtiliser la plupart de leurs moyens de pression. Mais alors que le jeune garçon se dirigeait vers l'extrémité du comptoir pour rapatrié une des dernières personnes dans la salle d'eau, un bruit attira son attention : Des coups de feux, suivis par une demande des plus sérieuses d'arrêter de déconner. Les yeux verts du garçon étaient désormais fixés sur l'homme qui avait jeté l'injonction, qui tenait une arme directement pointée sur la tempe d'une otage. Un corps lourd s'écrasa sur le futur héros : Celui de l'homme qui se voulait du côté de la justice, les deux personnes se retrouvaient donc dans un désavantage des plus désagréable. "C'est simple maintenant! Un mouvement et on peut dire adieu à cette chère demoiselle !" Le sang de Keiju ne fit qu'un tour, son cœur se comprima, et il ne cessa de se répéter qu'il n'avait pas été assez rapide. "Avant de trop parler, regarde autour de toi. Il n'y a plus que deux otages à portée de vue, elle, et celle qui se cache derrière le comptoir au fond. Ta diversion a été très utile." Il essaya d'être discret, faisant comprendre au cloneur qu'il y avait peut-être un chance de faire pencher la balance, mais qu'il allait falloir être malin. Les différents braqueurs répartirent les tâches, pendant que Mayuta et Keiju restaient là, incapable de faire quoi que ce soit.



"Tu bluffes... J'suis sur que t'aurais pas les couilles d'appuyer sur cette gâchette." Le sourire de l'étudiant disparu en moins d'une demi-seconde. Provoquer dans une situation comme celle-ci ? C'était la chose la plus stupide qu'il pouvait faire, et alors que son regard émeraude insistait forcément sur le fait qu'il trouvait ça stupide, un coup de feu retentit. Le temps sembla s'arrêter quelques instant, c'est à ce moment précis que Keiju compris qu'il n'était plus dans le cadre scolaire, que c'était réel, que les blessés l'étaient réellement, ainsi que les morts. Le garçon avait crié sans s'en rendre compte, un "NON !" dirigé vers le criminel, mais un non qui n'avait eu aucun impact. Il n'y avait plus un bruit, rien, un silence qui se vit briser par les cris de douleur de la jeune femme. Les yeux du gamin se remplirent de larmes, et il se mit en boule au sol, marmonnant. "La protéger, c'est mon devoir de la protéger. C'est mon but, en tant que héros, je dois protéger ceux qui n'en sont pas capable." Puis, ce corps qui faisait de légers mouvements s'arrêta net. Tout ceci n'avait duré pas plus de 10 secondes, mais dans cette courte période on pouvait ressentir que le jeune garçon n'était plus le même. Il souleva sa tête, fixant le criminel qui avait blessé la jeune innocente. Son regard, de base enfantin et niais, était vitreux et fermé. Sa mâchoire n'accompagnait plus son sourire habituel, son visage était totalement fermé, et entre deux cris on pu entendre sa voix, qui ne laissait paraître plus aucune compassion. "Majin Form : Anger" Dans la seconde qui suivit, ses doigts et son corps étaient positionné comme s'il s'apprêtait à démarrer un sprint comme les coureurs olympiques. "Majin Rush" Son corps s'élança net, droit devant, encore plus rapidement que la fois précédente. Keiju avait totalement laissé sa colère le submergé, mais malgré ça il semblait être animé par une volonté précise, il n'était pas en roue libre totale. L'homme, qui était la cible de son assaut, pointa son arme vers le jeune homme et commença à tirer. Mais c'est à ce moment-là qu'il montra une certaine différence d'action et de réaction par rapport à l'attaque précédente. Tout ça se déroule extrêmement rapidement, mais il bloqua l'avancée de son corps avec sa jambes gauche, d'un coup net, et s'élança dans la direction opposée. Il répéta l'action du côté droit juste après pour se rediriger vers sa cible. Il attrapa son crâne fermement dans sa main droite, et il claqua au sol avec une force et une rage sans précédent. Un bruit sourd, différent des précédents résonna dans la salle. Sa main étaient recouverte du sang, un sang qui n'était pas le sien. Sans même attendre ni réfléchir, il arracha son tee-shirt, révélant aux yeux de tous son Alter : Cette forme qui évoluait et parcourait son corps. Il enroula la blessure de la victime dans le tissu blanc, victime qui avait d'ailleurs perdu conscience au moment de l'arrivée de Keiju, sans doute à cause de la douleur. L'une des balles tirées par le criminel n'était vraiment pas passée loin, et avait éraflée son épaule qui affichait une légère marque de brûlée. A quelques centimètres près, il y passait sans doute.

Le jeune garçon était donc maintenant planté au milieu de tout le monde, à moitié nu. Son visage montrait qu'il ne semblait plus saisir ce qui se passait autour de lui, vide, morne, comme si ses instincts étaient les seules choses qui le dirige. Mais s'il ne bougeait pas, c'était pas seulement parce qu'il ne réfléchissait plus, mais surtout parce que cette dernière attaque lui avait demandé un effort physique qu'il n'aurait pas été capable de produire en temps normal. Même s'il ne semblait pas ressentir la moindre douleur à l'instant présent, au fond de lui il était à deux doigts de flancher, ses jambes ne pouvant plus supporter son poids.

Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 36
Points : 22
Puissance : 1 250
Voir le profil de l'utilisateur
36
22
1 250
MessageMar 19 Juin - 18:52
Une prise d'otage pour deuxft. Keiju


Mayuta serrait les dents, surement pour retenir la rage que venait de créer ce coup de feu en lui. Il ne pouvait rien faire mise à part regarder, comme un otage? Son alter ne pouvait pas l'aider face à une arme, ni sa force.

"Tsss... Gamin, si t'as un plan c'est l'mo..."

Mais il ne put finir sa phrase qu'il avait disparu. Il avait l'habitude des situations qui explosaient, une parole enflammant une soirée ou un geste qui partait en échange de poings. Mais celle-ci, il ne put même pas la suivre. Le jeune semblait possédé, passant en un clin d’œil en face de leur adversaire pour lui éclater le crâne sur le sol.

"Héhé, c'est ça un élève de U.A ?
-Comme quoi, y a du vengeurs qui s'ignore dans c't'école!
-Au moins, il fait une bonne diversion."

Profitant de tout les regards tourné vers le gamin qui semblait hors-combat, sans défense après son assaut, deux Mayutas venaient de rejoindre la fête. Il aimait pas se comparer aux Vengeurs, les ayant rejoint par proximité de points de vue. Mais des fois, il jugeait qu'une bonne salade de phalange suffisait plutôt que leurs extrémités. Mais là, il avait pas le temps pour chercher ses mots, les trois passèrent à l'action. deux prirent les devants, se séparant dans la banque. Totalement dépassé par les événements, le premier réflexe d'un humain lambda armé est de tiré sur le premier truc qu'il peut viser. Sans personne à sa tête, la panique se répend vite. Transpercés par les balles, les deux clones explosèrent à nouveau, signe que le terrain était maintenant à lui. Assommant les quelques débiles qui pensaient pouvoir rester sur son chemin, Mayuta fonça vers l'otage qui avaient remplacé les cris par des pleurs et des gémissements de panique. Arrivé sur place, la scène vu de plus près lui fit remonter le goût d'alcool de la veille. Bière, vodka, il se souvenait de ce qu'il avait bu au moins. A côté de la victime, le gamin de l'académie était droit face au corps ensanglanté du chef. Vu de loin, on croirait une pastèque éclatée.

"Et beh, y en a qui savent s'amuser! Il poussa le blond au sol et prit la jeune femme dans ses bras. Tâche de rester couché, j'm'occupe d'elle et j'repasse."

Il disparut dans la fumée, fonçant vers la porte des toilettes. Lorsque la porte claqua derrière lui, la fumée se dissipa. C'était un véritable tour de passe-passe qu'avait les criminel devant leur yeux. Trouvant cinq de leur membres hors combats, une otage disparue et surtout, Mayuta au milieu de la salle les mains dans les poches. Certains pointèrent leurs armes, d'autre leurs alters, mais aucun n'osaient bouger.

"Héhé..; Alors, sans vot'chef on sait pas quoi faire? Ou vous avez compris que si vous tirez, vous risquez encore cinq minute de blackout et cinq têtes en moins?"

Gagner du temps, c'est tout ce qu'il pouvait faire. Le saignement était trop important. Mayuta n'était peut-être pas médecin, mais ce genre de blessure il avait déjà dut en panser. Le strict minimum, de quoi arrêter le saignement, mais vu ce qu'il avait sous la main ça n'allait pas se faire très vite. Le temps qu'ils se décident à tirer et se démènent avec une nouvelle explosion noire, il devrait pouvoir se démerder.

"Aller, on sert les dents chérie.
Alors, vous tentez votre chance? J'sais pas si vous voyez de là, mais votre chef c'est un brin dégueu héhé!"



Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [serie] George R.R. Martin signe pour deux ans avec HBO
» Prise d'otage a Marseille.
» [CR] EPT Prise d'otages à Loyada
» Stratégie de deckbuilding pour deux joueurs.
» Tapis pour deux joueurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone industrielle-
Sauter vers: