• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 C'est donc ça un héro ? Ft Lucie Beauxchamps

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageDim 10 Juin - 21:14
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps
La nuit était tombée depuis belle lurette sur Musutafu, leurs réunions à la Ligue étaient de plus en plus longue. J'étais partis avant la fin, par simple ennuie.
Je marchais donc, les mains dans les poches, depuis un bon quart d'heure, déambulant de ruelle en ruelle. Techniquement, à cette heure là, les "héros" ne travaillent plus, et les seuls encore debout sont ceux qui font des heures sup' dans l'espoir de toucher plus d'argent.

La nuit était calme, le bruit des chats qui défendaient leurs territoire était la seul nuisance sonore dans le coin, et la lumière des lampadaires ne passaient pas dans le coin, de quoi rester tranquille un bon moment, mais je savais que j'allais devoir quitter les petites ruelles pour rejoindre l'artère principale, parce que bon, c'est bien gentil de devoir me cacher, mais j'ai autre chose à foutre que de perdre mon temps à zigzaguer dans tout les petits coins paumé de la ville.
Je sortis mon paquet de clope, en mis une dans ma bouche, fis jaillir une flammèche de mon index et tira dessus. C'est tout de même assez agréable de fumer la nuit, d'autant plus que la température extérieure s'y prêtait bien. Les chats devenait de plus en plus bruyant, la confrontation n'allait pas tardé à se faire. L'un d'eux fit tomber un objet métallique quelconque, ce qui résonna fort dans la petite ruelle.

Je m'échappa des petites artères pour arriver dans la rue principale, pas un bruit, pas une personne n'était dehors. les lumières des panneaux publicitaires éclairaient la rue autant que les lampadaires, et au loin, une jeune femme marchait dans ma direction.
Elle est suspecte, elle regarde à droite et à gauche.  
codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageLun 11 Juin - 15:36
Si jamais on lui avait dit comment se déroulerait cette soirée, Lucie aurait rit au nez et à la barbe de son interlocuteur en dépit de toute sa politesse.

Mais revenons en au début, vous voulez bien ?
Nous étions pour être précis le 11, la température était bonne, et l'heure assez avancée. Alors que faisait Lucie en pleine rue, seule ? Une patrouille, question inutile ! Quoique pas tant que ça, spécialisée en sauvetage en mer, et en secourisme, l'utilité en milieu urbain d'une héroïne dont le combat et l'arrestation n'étaient pas les domaines de prédilection pouvait sembler étrange. Mais apparemment, ce quartier manquait de héros, laissant les populations civiles en danger constant dans cette période de trouble, et même si elle n'était peut être pas la plus disposée, elle ne pouvait pas rester tranquillement chez elle sans rien faire. Ne pas être payée, elle s'en fichait, l'heure et la fatigue aussi, elle avait choisi ce travail par vocation et était déterminé à le faire bien. Si personne de plus efficace qu'elle n'était là, alors elle endosserait le rôle de défenseuse du peuple !

Tout ça, c'était le contexte : sur son temps libre, et en tenue de combat assez approximative - elle ne pouvait enfiler son costume hors de ses horaires de travail sous peine d'amende, et portait donc une tenue "normale" composée d'une jupe bleu ample en corolle avec une ceinture cintrée sur une combinaison noire à manche courte à l'abri des coups d'arme blanche et ignifugée -enfin, dans la limite du possiblement humain...-, de bottes à lacets confortables et d'un foulard dans les cheveux très solide, pouvant servir de liens pour attacher les mains. Sous sa jupe, l'héroïne cachait son arme, son Pistoseringue, et quelques poches de réserves de Mésoglées, aussi bien de soin que de combat. De quoi combattre le crime en toute discrétion ! Dans son éternel petit sac à main en cuir marron, elle tenait son portable, prête à agir à la moindre alerte, à dénoncer le moindre individu suspect.

Mais le criminel qu'elle venait de trouver n'était pas juste "suspect". Il était bien connu des forces de l'ordre, un membre de la Ligue des vilains ! L'héroïne se savait repérée, de toute façon il était inévitable qu'elle se dévoile, car elle ne pouvait pas le laisser partir : si elle le laissait en liberté, alors qui savait ce qu'il était capable de faire ? Des vies étaient en jeu, son Alter était puissant, et ses intentions mauvaises, quoi qu'il puisse en dire. Ce n'était pas avec la violence et la peur qu'on changeait les bases mauvaises d'une société, mais avec la parole, de bons exemples... Si le but était louable, les actions engendrées ne l'étaient pas ! Mais attaquer de front était elle la bonne solution ? Oui, elle n'avait pas vraiment d'autre choix, à part celui de partir... Non ! Elle n'était pas lâche !

Et tant pis si elle devait en mourir...

-Excusez moi...


Elle se rapprocha de l'individu impressionnant, au physique détérioré, et sa petite taille ainsi que sa féminité ne devaient pas jouer en sa faveur pour avoir l'air impressionnante. Un délicat brin de fille comme elle ne devait pas vraiment inspirer la crainte chez les vilains, mais ce n'était pas son but : elle voulait l'arrêter, l'envoyer en prison, le ramener à la raison, l'aider à se construire une nouvelle mentalité... C'était ça aussi d'être un héros ! Il avait sûrement un bon fond, seulement des mauvaises méthodes, peut être un lourd passé... Elle arriva à sa hauteur.

- Vous êtes en état d'arrestation !

Rapide, elle lui saisit le poignet et s'apprêta à lui passer le premier bracelet d'une paire de menottes qu’elle sortie de son sac à main.






Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageLun 11 Juin - 16:17
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps
J'en étais sûr, c'était une "héroïne". Elle marchait timidement vers moi, et m'interpella "Excusez moi" sa voix chantonnais, mais faussement, elle était stressé, elle était impressionné, elle savait qui j'étais, et sans doute pourquoi j'étais.

Elle était habillé d'une combinaison noire avec une jupe bleue hideuse.
" Qu'est ce qu'elle me veut celle là ? " J'aime pas qu'on vienne me casser les couilles, d'autant plus qu'il fait nuit. J'écrasa ma clope, et repris mon chemin.
" Le prend pas personnellement, mais j'ai pas de temps à t'accorder, alors retourne d'où tu viens avant que je ne m'énerve vraiment et te réduise en cendre.." Je n'ai même pas eu le temps de finir ma phrase, qu'elle s'empressa sur moi et me dit sur le même ton hésitant qu'avant " vous êtes en états d'arrestation ! " Puis attrapa un des mes poignets pour me mettre le menottes. Je n'avais rien vue venir, et elle l'attrapa sans trop de soucis, à vrai dire, je ne m'y attendais pas.

Je déposa sur l'"héroïne" un regard sombre et insistant, mes yeux étaient nervurés de rouges, mes pupilles bleues ce dilataient. La pression qu'elle exerçaient sur mon poignet était faible, vraiment faible, et on voyait bien qu'elle n'était pas une combattante, seulement une pauvre femme qui n'avait sans doute pas le choix car peu de personnes disponible à cette là.

Je dégagea donc mon bras de sa faible emprise, sorti une cigarette et l'alluma du bout des doigts. Je ne décrocha cependant pas mon regard d'elle, toujours à une assez proche distance d'elle, sauf que mon regard c'était un peu adouci.
Quelques gerbes de flammes bleues s'échappaient de mes bras et de mes épaules.

" Pourquoi es-tu une héroïne ? Qu'est ce qui te pousse à aider ce monde pourrie jusqu'à la moelle ? " Les flammes s’intensifiaient et un petit sourire ce dessinait sur mon visage. Je tendais mon bras droit vers elle, sa réponse déterminera mon action.
codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageLun 11 Juin - 18:43
Le dénommé Dabi ne semblait pas réellement furibond, ou même spécialement menaçant, mais il avait l'air fou, réellement fou, endoctriné par les idées de Stain. Stain...cet homme avait beaucoup trop de charisme, et avait déchaîné les vilains. Un véritable danger pour la société, qu'il prétendait pourrie jusqu'à la moelle. Mais c'était faux. Oui il y avait du mal, comme partout, mais il y avait du bien aussi, en majorité, et rien que cela méritait d'être sauvé, encouragé, hors en se comportant ainsi ces vandales ne faisaient qu'aggraver els choses. Mais elle avait enfin l'occasion d'entendre les arguments d'un de ces gens. Il fumait et des flammes sortaient de sa peau, et il avait dégagé son bras avec aisance. Elle n'avait pas oser y aller avec tout son potentiel, pourquoi donc ? Par crainte d'être jugée comme " à abattre" ? Stupide ! Elle devait se reprendre ! Elle avait l'air fragile mais parmi les jolies héroïnes qui ne comptaient que sur leur Alter ou la souplesse et autres caractéristiques clichés, Lucie faisait office de bourrin, avec ses 130 kilos de charge humaine maximum et son physique replet qui cachait des muscles solides ! Certes elle n'était pas rapide, et ne maitrisait pas spécialement les arts martiaux ou le combat au corps à corps -pour ne pas dire qu'en réalité elle ne savait que projeter sa gelée- mais c'était mieux que rien, et elle se devait d'au moins essayer !

-" Pourquoi es-tu une héroïne ? Qu'est ce qui te pousse à aider ce monde pourrie jusqu'à la moelle ? "

Comment ?

La jeune femme se figea, ses yeux bruns sombres plantés dans ceux glaçants de l'homme, sans faillir. Une détermination brave l'emplissait, elle n'avait pas peur de ce bras tendu vers elle. Brûler, elle s'en fichait, car si elle reculait c'était bien les flammes de l'enfer qui l'attendraient au jour de sa mort pour la récompenser de sa lâcheté et de son peu d’héroïsme. Elle n’avait pas de temps à perdre dans un long discours, elle dit la chose qui lui passa par la tête, qui étais donc sa plus honnête et sincère pensée :

-Parce qu'il y a toujours quelque chose à sauver. Parce que je crois que ce monde n'est pas tout à fait perdu et que si personne n'essaie au moins d'être ce que vous même appelez "bons héros" alors là, toute peine sera perdue, pour vous comme pour moi. Je demande à comprendre votre vision du monde, mais jamais je n'y adhérerai tout à fait. Certes il y a du mauvais, je ne peux pas le nier, il y en a même beaucoup, mais ce n'est pas tout lâcher et se dire "honnête" qui fera de moi quelqu'un de bien. Je veux au moins essayer, je ne demande pas la célébrité, l'argent, la reconnaissance, je veux juste que le monde aille mieux. Point.


Elle serra son arme dans la main, crispa son poing, les mâchoires serrées, sérieuse à en mourir. L'un des combats les plus sérieux de sa carrière se jouait là. Ses idéaux confrontés à une autre vision du monde, deux vérités toute deux justifiées, aucune ne méritait d'être tue, si seulement cela pouvait se passer autour d'une tasse de thé et non en se battant... Mais les règles du jeu étaient gravées dans le marbre, ils devaient se battre. Elle se devait de gagner.

-Et toi ? Pourquoi estime tu devoir te salir les mains et l'âme au lieu de faire entendre ta voix d'une autre façon ? Pourquoi être un vilain ?
 






Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageMar 12 Juin - 17:57
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps
Elle me fixa un long moment avant de répondre. Son regard hésitant changea soudainement pour un regard plein de détermination, ce qui ne m'effraya pas d'avantage d'elle. Ses yeux hésitaient à se confronter à mon regard, mais elle y arriva tout de même. L'une de ses mains était crispé sur son arme, tandis qu'elle ne savait pas quoi faire avec l'autre.

Elle m'avoua ce qu'elle pensait être son idéal de l'héroïsme. Un idéal très cliché, simpliste même je dirais, " toujours quelque chose à sauver " Cette phrase est stupide, voir banale, bien trop abstraite pour signifier quelque chose pour moi.
Elle ne se voile au moins pas la face, ce qui me fit souffler involontairement soufflé du nez.
" Je ne demande pas la célébrité, l'argent, la reconnaissance, je veux juste que le monde aille mieux. Point. " Pour moi cette phrase, est une phrase bouclier, elle est très certainement au courant de l'idéologie de Stain, et a très certainement déjà visionné la vidéo sur lui. Pour moi, elle se cache derrière des préceptes qu'elle même ne respecte sans doute pas, dès lors qu'une personne songe à devenir un " héro " elle pense directement à la popularité, et à l'argent. Je suis sûr qu'elle ne déroge pas à cette règle là.

" Et toi ? Pourquoi estime tu devoir te salir les mains et l'âme au lieu de faire entendre ta voix d'une autre façon ? Pourquoi être un vilain ? "

"Parce que, c'est vous, les héros et cette image crasseuse de la justice que vous véhiculé, qui pourrie ce monde et cette société surhumaine, il est donc logique que des personnes soit là pour nettoyer, pour purger ce monde des imposteurs que vous êtes. Je ne dis pas que vous êtes tous des pourritures, ton idéale par exemple, du moins, ce que tu me dis être ton idéal, le montre bien. Quant à mon âme, elle n'a rien à faire ici, ce concept aussi abstrait n'est rien dans cette discussion. Faire entendre notre voix ? Mais Stain l'a déjà fait durant la vidéo de son arrestation, en montrant au monde entier que vous ne valiez rien. As-tu vue quelques chose bouger dans cette malheureuse société ? Non, rien, à part les personnes déterminé que nous sommes ce regrouper pour faire bouger ce monde, dans lequel nous vivons tous.
Tu me qualifie de Vilain, mais vous êtes ici les seules mauvaises personnes, à profiter d'un moment de trouble pour vous pavaner devant les écrans téléviser et montrer que vous êtes ne serais-ce qu'un minimum "utile" pour ce monde. Non, je ne suis pas un Vilain, nous ne sommes pas des vilains, nous sommes la vraie justice qui révolutionnera le monde !"
Un mur de flammes bleues déferla sur la jeune "héroïne", et mon regard s'intensifia d'un coup, laissant place à une toute autre personne.
 
codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageMar 12 Juin - 19:12
À peine la réponse du dénommé Dabi fut elle terminée, et elle donna par ailleurs envie à Lucie de s'arracher les cheveux de désespoir tant leurs visions du monde étaient en parfaite contradiction, qu'un véritable mur de feu s'abbatit sur elle sans qu'elle ne puisse l'esquiver. Elle avait été trop proche de son ennemi, et ses avants bras non protégés en payaient les conséquences.

Elle se recula d'un bon en poussant un cri de douleur et constata l'étendue des dégâts. Elle pouvait encore bouger ses mains et ses doigts, sa peau lui faisait mal mais rien qui ne semblait irréparable. Elle partait néanmoins avec un sérieux handicape, elle devrait veiller à être plus prudente. 
Sans attendre elle fit sortir de ses bras sa gelée, qui forma une barrière gélatineuse de protection autour de ses avants bras. Si ces "gants" ne pouvaient la défendre des attaques car l'eau contenue dans la Mésoglée s'évaporerait à terme, au moins cela apaisait et soignait il ses blessures.

Éloignée, elle le défia du regard. D'accord, fini de jouer, c'en était déjà trop !
Cet homme ne voulait pas entendre raison, et il la détestait en la mettant dans le même panier que des faux héros qu'elle même détestait, ces femmes vulgaires en combinaisons moulantes cherchant l'attention et la gloire, ces héros compétitifs qui ne cherchaient que le frisson... Elle n'était pas comme ça ! Son seul tort était de croire que le monde avait bon fond, que le système n'était pas si pourri et qu'il était toujours possible de le perfectionner en restant pacifiques ! 
Et si ce "Dabi" avait tout de même décidé de lui nuir, elle allait lui donner une raison plus valable ! 


- Écoute moi ! Je ne désapprouve pas ton discours mais toute cette haine n'entraînera que plus de haine, de peur et de désolation ! Nous vivons une époque avec un très faible taux de criminalité, les innocents ont la chance de pouvoir être sauvés si ils subissent une agression, un accident... Que ceux qui les sauvent n'aient pas bon fond je veux bien l'entendre, je souhaiterai aussi que ça change, que nos actes ne soient pas médiatisés par exemple, qu'on parle peu voir pas de nous, mais si le bien est fait par des mauvaises personnes pourquoi ne pas chercher à accroître le nombre de bonnes personnes au lieu de perdre son temps à tuer les mauvaises qui ne cesseront d'affluer car le mal existera de toujours dans le coeur des Hommes ? 

Et, bien campée sur ses deux jambes, elle tira de son poison sur le tueur, visant un peu au dessus de lui pour que seules des retombées ne lui arrivent dessus et non pas tout le produit, car son but n'était pas de le blesser trop gravement.






Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageMar 12 Juin - 22:59
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps
Tsss elle n'en démord pas hein !? elle commence à me courir sur le haricot avec son beau discours moralisateur, je commence à vraiment perdre patience.

Sa salve de truc gélatineux me passait par dessus. " T'es débile ou quoi ? Je suis juste là, pas au dessus hein." C'est lorsque de petites gouttes me tombèrent dessus que je me rendis compte qu'elle n'étais pas si stupide que ça, en effet, cette gelée bizarre était " corosive " ma main commençait à brûler. Il vaut mieux que je ne touche pas, si j'essaye de l'essuyer, je vais juste me l'étaler et ça n'arrangera rien.
Mes yeux étaient gorgés de sang, mes pupilles étaient rétractés, mon regard était plein de haine, et une grande envie de violence m'emplissait, des gerbes de flammes s'échappaient maintenant d'un peu partout de mon corps, et je marchais vers la femme.
"Ah mais je suis obligé de t'écouter, t'es la seule nuisance sonore dans le coin, ta voix devient vraiment de plus en plus insupportable pour moi. Tu parles de haine et de désolation, mais nous n'allons rien ramené, à cette époque, tout ses sentiments sont déjà presque à leurs paroxysme, et c'est en les faisant éclater que la révolution pourra enfin avoir lieu. Faible tôt de criminalité ? Oui, pour l'instant, réveillez vous, et regardez autour de vous au lieu d'admirer votre nombril. Des groupes comme les notre se forment de plus en plus, les vilains timides se réveillent enfin, certains citoyen commencent à vous haïr, à vous mépriser, la population perd peu à peu foie en vous. Nous ne causons rien, nous ne sommes que le résultats de vos actions. Nous ne perdons pas notre temps à tuer les mauvaises personnes, nous purgeons cette société malade. Les mauvais héros ne sont que des parasites. Chercher à accroître le nombre de bonnes personnes ? Frappez dans un pommier et osez me dire que toute les pommes tombés sont bonnes, vous verrez qu'on se moquera de vous. Je ne cherche pas à vous faire changer de côté, bien loin de là, tu sembles avoir bon fond, mais n'essayes pas de me résonner, j'ai bien trop été déçu par tes soit-disant " Héros " pour pouvoir m'arrêter là. Maintenant, tais toi. J'étais collé à elle, mon visage n'était plus qu'à quelques centimètres du sien, et rapidement, je saisis ses deux bras, lui fis une balayette, l'accompagna au sol, pausa mon genoux sur ses deux bras, tout en exerçant une grande pression, et mis ma main sur sa tête. "Il est sans doute encore temps d'abandonner pour toi, avant que je ne m'énerve vraiment "héroïne"."  
codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageSam 16 Juin - 15:38
Avant de pouvoir réagir à l'attaque de son assaillant, Lucie fut mise à terre et retenue avec puissance au sol. La jeune héroïne tenta de bouger et de dégager ses bras de l'emprise de l'homme mais, malgré un bon départ, elle échoua. Elle continuait de se débattre rageusement au sol, la peur que Dabi ne la carbonise sur place ne la quittait pas, mais elle ne pouvait pas abandonner comme il le lui proposait.

Un tel acte serait contraire à son discours ! Comment pouvait elle espérer être crédible si elle acceptait d'abandonner comme ça ? Mourir en défendant ses idéaux, c'était écrit dans le contrat quand on acceptait d'être un héros ! Il était hors de question de simplement partir comme ça, pourquoi perdait il son temps à proposer cela ? Les héros se doivent d'incarner un idéal et de s'y tenir, c'était le discours même de la Ligue ! Elle ne serait rien d'autre qu'une fausse héroïne en faisant cela. 


- Hors de question ! Je préfère mourir héroïquement que d'accepter ta proposition... Même si ma mort devait être aussi pathétique que cela, au moins aurais je suivi mes principes... Et il ne faut pas crier victoire trop vite ...

Continuant de se débattre sous le poids de Dabi, l'héroïne commença à jouer avec plus de ruse pour déplacer le poids de son assaillant vers ses épaules, en remontant ses bras pour qu'il la suive. Puis, jouant de leur différence de poids, car elle était plus massive que Dabi, Lucie parvint à se remettre à genoux pour le renverser. Le rabattant à terre, elle placa sa main sur son torse pour le maintenir à son tour au sol, le menaçant de son arme chargée.


- Quand on se bat contre un vrai héros ! 






Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageDim 17 Juin - 0:42
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps
Téh c'est qu'elle est loin d'être stupide cette femme, ce servir de mon poids pour me faire basculer, original, par contre, elle n'était pas obligé de parler, ça voix me tape vraiment sur le système, bon sang qu'elle m'énerve avec ses discours à la con, puis c'est qu'elle est grosse en plus. Par contre, elle croit impressionner qui avec cette arme stupide ? Je la fixa, d'un air stoïque, pour lui montre qu'elle n'intimiderait personne ici.

"Vraiment, ferme là. Tu vas réveiller le quartier, et arrêtes de te considérer comme une héroïne, ta licence ne fait pas ta valeur, c'est justement cette dernière qui fait de toi une héroïne, et ton obstination pour m'arrêter est plus que stupide par ailleurs, nous savons évidement tout les deux que tu n'y arriveras pas. Ni une ni deux, j'attrapa avec une main le visage de la femme, ce qui la fit ce relever d'un coup, elle savait ce que j'allais faire si elle restait là.

Pour la suite, elle m'avait trop énervé pour la laisser partir, puis, si pour elle, mourir maintenant est un choix, alors je vais l'aider. Nous étions tout les deux près du sol, mais pris d'un élan de vitesse et de violence, me leva vite et approcha d'elle à très grande vitesse, pris ses deux bras, là ou la peau était déjà brûlée, et réutilisa mon alter, à cette distance, elle ne pourra pas faire quoi que ce soit.  
codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageLun 18 Juin - 21:37
Une fournaise se déchaina sur ses bras.
Dabi ne lui laissait aucune chance, elle n'avait réussi qu'à l’énerver.
Dans un cri de douleur pure à fendre l'âme l'héroïne recula en lui administrant un coup de pied dans l'estomac et se mit au sol, sur les genoux, tenant contre son torse ses avants bras sérieusement brulés en tentant d'en calmer la douleur. De grosses larmes roulaient sur ses joues mais, fière, elle s’efforçait de ne pas pleurnicher. Elle fit sortir non sans peine de sa zone à vif autant de gelée qu'elle en pouvait, et sentit de suite les effets apaisants de son Alter. La douleur raffluait suffisamment pour qu'elle puisse se concentrer sur autre chose, et elle se leva péniblement en ne prenant appui que sur ses jambes. Elle allait guérir, même si elle en garderait des séquelles, elle devait pour l'instant survivre en priorité et faire abstraction de la douleur ! Elle recouvrait son image de femme forte quelques secondes plus tard et fit face à son opposant.

-Je sais que je n'y arriverai pas. Je ne suis pas folle, mais tourner le dos et espérer courir assez vite pour échapper à une attaque dans le dos n'est pas mon genre. Tu n'attends rien de moi, je le vois bien, et cela me désole de ne pas pouvoir te prouver toute ma bonne foi, mais au moins je n'ai rien à perdre. Tu ne m'aurais pas laissé gentiment partir je ne suis pas idiote alors ne fais pas l'hypocrite, et sache que je ne me tairai pas même si cela devait réveiller toute la ville, si les vilains et les héros ont bien le même défaut, c'est leur amour des grands discours, ton cher Stain est maître en la matière, n'est pas Dabi ?!

Elle avait haussé le ton dans sa colère sans s'en rendre vraiment compte, mais en observant une lumière s'allumer depuis la fenêtre ouverte d'un des immeubles non loin, elle reprit espoir. Cette petite lueur était la possibilité qu'on appelle des renforts, qu'une personne sache qu'un criminel se tenait ici, que, même si elle devait mourir brulée, la zone serait mise sous surveillance, peut être le vilain arrêté... Elle pouvait encore changer la donne, elle, la petite héroïne de quartier avec de grands idéaux, elle pouvait enfin faire honneur à ses promesses ! Elle prit sur elle pour pouvoir lancer une nouvelle attaque de poison, directement sur les jambes du criminel. Elle tira deux fois, une pour chaque jambe. Si seulement elle pouvait le ralentir, voir le paralyser momentanément... Ce n'était pas très moral mais il le fallait ! L'avenir de Mustuafu et de la société héroïque reposait sur cette maudite Ligue, pas de tergiversions !

- Et prends ça aussi, le lanceur de flammes !

En prenant son élan tel le petit boulet de canon qu'elle était -quand tu n'es pas une héroïne toute fine et agile, fais dans le bourrin, ça marche très bien !- elle lança son pied dans la cage thoracique du vilain.






Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 20
Points : 3
Puissance : 1 560
Voir le profil de l'utilisateur
20
3
1 560
MessageDim 24 Juin - 18:48
C'est donc ça un héro ?
Ft. Lucie Beauxchamps

Elle arrive encore à se relever après tout ça ? Bon, on va s'donner à fond maintenant, j'commence à être fatigué et elle m'énerve, cette attaque sera la dernière. Tien ? J'ai enfin compris son alter, son corps produit une substance qui peut être corrosive ou qui peut soigner ses blessures, c'est vachement intéressant.
Elle continua avec son discours, très pénible encore.

" Bon tu commences à me gonfler, j'ai envie d'aller dormir il est tard. J'vais tout donner pour te buter. Adieu. " Je ne l'avais pas vue venir, mais elle avait lancé cette connerie de gelée sur le sol, elle visait sans doute mes jambes pour m'empêcher de bouger, mais elle avait tiré un peu trop bas et avait seulement touché le sol, mais elle me fonça dessus et m’asséna un grand coup de pied dans le thorax et me fêla sans doute une côte. Une expiration brutale s'extirpa de ma bouche, et un peu de sang coula avec. J'étais vraiment énervé, je ne contrôlais plus la situation. Elle allait morflé.

Elle n'étais pas loin, à une distance assez raisonnable pour que, en forçant bien sur mon alter, je puisse grièvement la blesser, voir, la tuer. J'm'en foutais maintenant, mon but c'était ça, la détruire. J'avança mes deux mains vers elle, et, les yeux dans les yeux, activa mon alter, libérant une seule et même énorme gerbe de flammes bleus, brillante dans cette nuit noire.
L'Infini jet de feu bleuté se dirigea à grande vitesse vers l'héroïne, qui n'avait pas eu le temps de se protéger intégralement, et qui se protégea seulement son visage, avec ses avants-bras, déjà bien endommagés par la précédente attaque. Visiblement c'était de trop pour elle. Elle tomba directement, transpirante, haletante. J'allais l'achever, mais j'entendis au loin les gyrophares des policiers au loin. Je regarda au alentours, et une fenêtre, une seul, était ouverte et avait la lumière allumée, une frêle silhouette disparaissant lorsque mes yeux se pausaient dessus.

Je me retourna vers le semblant d'héroïne affalée au sol. "Les éboueurs passent à 7h30." Et je m'enfonça dans une petite ruelle sombre, boitant, allumant une clope au passage et expirant douloureusement.

codé par Johan R. Grant / Heine


Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 131
Points : 20
Puissance : 1 730
Réputation : 90
Karma : 30
Voir le profil de l'utilisateur
131
20
1 730
90
30
MessageLun 25 Juin - 21:05
Elle avait sentit un craquement sous son pied.
Puis elle avait reculé d'un bond.
Juste assez éloignée pour surprendre la dernière et bien plus puissante déflagration qui lui arrivait dessus. Elle n'eut que le temps de protéger son visage avec ses avant bras pour tenter d'amoindrir le coup avant d'être atteinte.
La maigre protection de son Alter ne suffit pas. Elle sentit sa chaire cuire et les nerfs de ses avants bras envoyèrent simultanément au cerveau des messages de douleur. Elle ne put même pas crier tant elle avait mal. L'attaque finale ne dure qu'une seconde, mais elle l’anéantit pour de bon.
Son corps surchauffé et en sueur se laissa tomber au sol, elle tenait faiblement contre elle ses membres calcinés en geignant, prête à être achevée. Il suffirait d'une déflagration au visage... Ce serait long, douloureux,mourir brûlée vive... Sa langue était si sèche qu'elle ne pouvait même pas implorer, ou tenter une ultime bravade. Elle ne pouvait pas... Pas comme ça, c'était si misérable..
Une unique larme roula sur sa joue, tandis qu'elle fixait son adversaire dans les yeux.

Un déchirement sonore emplit la nuit.
Les... Secours ?

Une silhouette disparut à la fenêtre.
Le témoin avait appelé la police ainsi que les pompiers, identifiant la menace. L'héroïne à terre adressa un silencieux remerciement à cette personne.
Sa vie étais sauve.
Dabi s'en allait, boitant, la laissant avec une dernière phrase un peu stupide, mais emplie de dédain : "Les éboueurs passent à 7h30."
Elle serra les dents pour ne rien répondre, ce qui risquait de le faire changer d'avis. Il devrait être stupide car les secours étaient suffisamment proches pour l'arrêter si il revenait sur ses pas, la défaite n'était donc pas totale, car elle avait la vie sauve, et avait réussi à le blesser un tant soit peu. Elle lâcha quelques amères larmes de déceptions, de n'avoir été plus efficace, de ne pas avoir endigué ce danger pour la société... Un homme au regard si froid devait être mis derrière les barreaux, mais elle n'avait pas eu la force de l'arrêter... Elle étais encore si faible...

Elle s'évanouit quand un la mit sur une civière, pour ne se réveiller que le lendemain à l’hôpital, entourée par les visages inconnus d'un médecin et d'un infirmier. Son dernier souvenir furent les lumières éblouissantes des gyrophares, et les paroles confuses des gens s'affairant autour d'elle, tandis que ses oreilles martyrisées lui donnaient l'impression d'être enveloppée dans du coton.
~~~

Elle cligna lentement des yeux. Elle ne sentait plus son corps, et la salle était si blanche qu'un instant elle se crut morte. Une odeur de propreté et de produits d’hygiène vint lui agresser les narines.

La femme était le docteur Kusabae, son assistant s’appelait Harbuckle, il était d'origine Américaine. Le médecin se rapprocha de son lit, vérifia son état d'éveil, lui posa quelques questions et, enfin, lui tint résumé de la situation. Elle avait vraiment l'air gentil, et ses épaisses boucles blondes de star de film ainsi que son sourire la mirent en confiance. Elle avait un sourire de pub de dentifrice et portait du rouge à lèvres, et si elle n'avait eu Elyade dans sa vie Lucie serait peut être tombée sous le charme.

Elle tenta de se redresser mais ne réussit pas. L'infirmier vint la relever, puis sortit de la pièce.

- Alors... Concernant les événement d’hier soir, votre agresseur n'a malheureusement pas été appréhendé, les secours ont estimé votre état comme étant l'urgence principale, vous étiez dans un état déplorable. Je dois vous dire que vos avants bras ont beaucoup soufferts, vous garderez des cicatrices à vie malheureusement... Je suis désolée.

Lucie s'y étais préparée. Bien qu'elle ait toujours pensé à son corps comme d'une arme au service de la justice, et non comme d'un objet de beauté, elle ne put retenir une grimace en songeant à l'aspect qu'elle aurait désormais. Elle espérait qu'Elyade saurait voir au delà de ça, elle ne pouvait voir le résultat mais elle qui avait été épargnée par les années... Le Karma l'avait bien rattrapée ! 

Elle n'était pas réellement inquiète, elle n'avait aucune doute de l'Amour d'Elyade pour elle, malgré les échecs et dangers de son métier. Il devait être si inquiet... 

- De plus je me permets de vous sermonner d'avoir continué vos activités, illégalement de surcroît, dans votre état. Je laisserai vos supérieurs vous reparler de tout ça, mais... En tant que Médecin je me dois de vous imposer un arrêt.

- Pou... Pourquoi ? Mon état ? Vous parlez de mes blessures ?

- Entre autre, mais... Surtout parce que vous êtes enceinte. Quand vous serez remise de vos blessures il sera nécessaire de prolonger l'arrêt, l'enfant à venir a déjà eu beaucoup de chances...

- Je... Vous êtes sûre ? Je suis... Enceinte ? 

Sa voix craqua sur la fin. Un enfant... Elle avait bien sûr eu ce projet en tête, et la discussion était venue avec son fiancé, mais elle n'avait jamais pensé déjà l'être, certes elle avait été nauséeuse récemment, mais elle avait mis cela sur le compte d'un virus quelconque... La peur et la joie s'emparèrent d'elle simultanément, les événements s'enchaînaient sans lui laisser de répit. La violence de l'attaque déjà se faisait oublier au profit de la nouvelle.

- Vous l'ignoriez ? 

- Oui... 
 
Le Médecin marqua un temps. Elle sourit et prit ses mains dans les siennes. Elle savait rassurer la jeune femme. Elle lui sourit et commença à partir, sur le pas de la porte elle s'arrêta. 

- Quelqu'un attends de pouvoir vous voir depuis hier. Je reviendrai faire un bilan ce soir, reposez vous surtout.

- J'essayerai, c'est promis.

La femme quitta la pièce avec un dernier sourire. Elle s'effaca dans le couloir blanc et trop propre, et Elyade prit sa place, il dut se baisser pour entrer dans la pièce et cela fit rire Lucie, qui pour la première fois depuis un temps se prit à sourire. Il avait l'air inquiet mais heureux de la revoir réveillée, il s'installa à ses côtés et lui prit la main. 

La jeune héroïne put sortir deux jours plus tard, marquée définitivement de blessures aux avants bras, mais prête pour un nouveau départ, et l'esprit plein de nouveaux projets.






Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un revenant passe un bonjour !
» [LES MATCHS 0] CORSE - LYON --- Amical le 10 JUIN (score final =4-5)
» « Après-Midi Entre Amis ... » [Lucie R. & Tyler H. (un peu plus tard)]
» [Rapports d'Activités] de Lucie--
» Lucie Caudron - NOn, c'est pas Chaudron mais Caudron !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers-
Sauter vers: