• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Prison Break [Uraiko,Keira,Damu]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Autres endroits :: Villes voisines
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageDim 10 Juin - 18:11
Devant l'étrange procession du capturé et du vilain, les quartiers miséreux d'une ville voisine au camp d'entraînement leur tendaient les bras. L'endroit était sale, une odeur de moisissure flottait fans l'air et de l'eau assez boueuse formait au sol des flaques. Le criminel grimaça de dégout, mais il savait qu"il n'y avait pas d'autre chemin, inutile de faire des manières. L'endroit était l'un des moins fréquentés possibles, surtout à cette heure ci, où le quartier devenait un véritable coupe gorge. Toujours en silence, il amena le pauvre étudiant au pied d'un immeuble en mauvais état, dont la porte, seul partie qui semblait neuve -et propre- s'ouvrit sur code. Une fois rentrés, Damu fit passer son invité par nombre de couloirs et fini par descendre d'un étage et ouvrir la porte d'un appartement de bonne taille, à la propreté et au luxe surprenant dans le milieu.

Une planque, perdue au fin fond de nul part, qui n'appartenait qu'à lui. Une chance qu'elle se trouve proche de son lieu de mission, car Mustuafu était bien loin, surtout dans son état. L'étudiant, toujours la lame sur la gorge, devait être épuisé. Le kidnappeur ouvrit une petite salle adjacente et vide, et, après avoir pris le soin de lui lier les poignets ensemble, il l'y enferma à clé provisoirement, avec seulement ces mots :

- Je m’occuperai de ton cas plus tard, profite de ce temps de répit pour réfléchir à ta situation et, tant qu'à y être, à nos motivations. La ligue n'a peut être pas frappé aussi fort que prévu, mais sois sûre que nous n'en resterons pas là.


Le son de la clé dans la serrure, puis le silence pour l'adolescent abandonné en pleine tourmente. Damu soupira une fois la porte refermée. Saloperie de job, il s'était blessé pour cette ligue, et ignorait si le jeu en avait valu la chandelle. Il regarda l'état de sa main, qui lors du trajet avait tenue sa blessure. Rouge de sang. Pouvant enfin se permettre un petit râle de douleur, il se rendit à la salle de bain, se passa de l'eau sur le visage, et entreprit d'enlever à la pince chirurgicale ce qu'il pouvait des morceaux de balle qui meurtrissaient sa chaire. Il serrait les dents rageusement. Rien n'avait marché comme prévu. La douleur le ramena sur terre, et il retira avec soulagement le dernier des morceaux qu'il pouvait atteindre. Il désinfecta la plaie consciencieusement.  

Puis, comme il en avait l'habitude, il se saisit de fil noire, solide, et d'une aiguille désinfectée et suffisamment pointue, et il s'occupa de recoudre sa plaie sans un mot, sans plus de plainte que quelques râles. Une nouvelle ligne, rien de plus, pas de quoi en faire un drame, son corps recousu avait connu pire. Il passa par réflexe une main sur la place de son œil manquant. Une nouvelle couture, c'était aussi simple que cela. Il finit d'éponger le sang qui avait coulé sur le lavabo et le sol, pansa sa plaie.  

Mais il allait lui falloir mieux... Les soins rudimentaires qu'il était capable de s'apporter ne suffisaient en rien, et il resterait assez peu apte à se battre pendant deux bons mois si sa plaie ne cicatrisait pas. Le nom d'une de ses camarade s'imprima alors dans son esprit, une petite touche de lumière, une aide bienvenue. Aussi bien pour garder l'étudiant que pour les soigner tout les deux... Keira Jolan si il se souvenait bien... Oui, ce devait être elle, il avait entendu parler de son Alter de soin, et l'information était restée gravée dans son esprit comme le nom d'une alliée à ne pas oublier. De mission ce soir aussi, elle ne devait pas être loin !

L'homme prit immédiatement son téléphone portable "professionnel" en main, encore entier malgré la soirée, et chercha si il ne détenait pas le numéro de ce potentiel secours. Si il estimait pouvoir gérer la situation à lui seul, il préférait rester prudent. Bingo ! Faisant défiler les caractères, Damu trouva le numéro de la soigneuse, qu'il appela immédiatement. Encore fallait il qu'elle soit en état de répondre, en sécurité, en état de venir... Soit, si elle ne l'était pas, il irait la chercher, avec autant de camarades qu'il pourrait ! Un message s’afficha soudainement à l'écran. l'écriture désastreuse typique de YUi, sous le numéro d'Uriel.

Tout deux allaient bien. Plus ou moins. Mais ils étaient en vie et en sécurité. Le rouquin prit une profonde inspiration de soulagement, se laissant tomber sur un siège, une main couvrant le bas de son visage. une sonnerie de téléphone, une deuxième... Allez, réponds s'il te plait...


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 31
Points : 1
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
31
1
1 300
MessageLun 25 Juin - 7:03
i want to sleep and never wake upCela faisait combien de temps qu'elle était assis là ? 15 minutes ? 40 minutes ou même, une heure ? Elle n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle est retournée à la ville en trébuchant tout en évitant soigneusement les rues populaires, là où nombreux gens se promenaient. Elle était dans les vapes. Elle ne fixait que devant elle une caisse de bois, et le silence rompit lorsqu'un chat miaula à ses côtés. Elle tourna la tête lentement pour l'observer, puis distingua que son pelage blanc était sale, son œil gauche était d'une couleur verte, l’œil gauche arraché, suivit d'un long cicatrice, profond. Le félin blanc ne fit que l'observer, lâchant un ronronnement pour une raison inconnue. Keira, le regard vide, se contenta de le regarder avant de refixer au vide. Ses jambes tremblaient légèrement de fatigue, elle ne s'est pas reposé sur cette foutu caisse en bois comme elle le souhaitait, et non sur le sol froide.

La lumière de son téléphone s'alluma, et son téléphone vibra. Elle poussa un soupir avant de le prendre paresseusement de son sac de sport, qui celui-ci était en très mauvais état. Elle fixa pendant quelques secondes le nom inscrit sur l'écran. Damu Ningyô...c'était qui lui déjà....ah oui, c'est le roux, le truc recousu.

«-Damu ? Que me veux-tu ? Tout va bien dans ton coin ?»

Ce dernier lui expliqua alors qu'il se trouvait dans un appartement, qu'il a capturé un élève et qu'en ce moment, il avait besoin de son aide pour ses blessures. Ah, enfin, elle pourra quitter cette endroit. Jetant un dernier regard au petit félin blanc, elle se releva et marcha jusqu'au bâtiment où se trouvait son collègue. Elle fronça son nez en sentant l'urine de chat, la merde et tout ce genre de choses. Ils étaient récents. Elle jeta un coup d’œil rapide aux alentours, se rassurant que personne ne la suivait. Après se sentir satisfaite, elle entra dans ce lieu sinistre et longea le couloir et descendit des escaliers, jusqu'à arriver devant une porte. Elle frappa trois fois, avant d'y entrer, fermant délicatement la porte derrière. Elle respira l'air frais de l'appartement, cette pièce était beaucoup plus propre, plus hygiénique, que celui des couloirs.

Elle regarda un moment la pièce, avant de rejoindre Damu dans la salle de bain. Heureusement que l'effet de son élixir s'est dissipé, sinon son Alter serait inutile.

«-Bonsoir, Damu.» lâcha t-elle, lui donnant un minuscule sourire.

Elle se lava les mains pour se préparer, se mit devant son camarade, regarda sa main dont se trouvait une nouvelle cicatrice recousu et le prit doucement. Avec sa main libre, elle cracha sur sa paume, avant de mettre un doigt dans sa salive et l'appliqua sur la blessure recousu. Elle continua donc son travail, cette fois-ci vers le dessus de la hanche gauche de son collègue, grimaçant cette fois-ci en voyant la blessure. Elle ordonna donc à son camarade de se coucher sur le sol pour qu'elle travaille plus facilement.

Elle s'attacha les cheveux et se mit à genoux, puis elle prit une serviette humide qu'elle a humidifié et le pressa fermement contre la blessure. Quelques minutes passèrent et l'amérindienne retira la serviette, le posant à côté d'elle et enleva toute traces de corps étrangers avec la pince chirurgicale et une boule de coton délicatement. Par la suite, elle cracha droit dans la blessure, laissant s'étendre lentement dans tout la plaie, avant de mettre un doigt dans sa bouche pour ensuite le passer aux contours de la plaie. Elle attendit quelques secondes avant de le recoudre.

«-Si jamais la plaie s'infecte d'ici dans quelques jours, tu sais où me trouver. Et si ce n'est pas le cas, on enlèvera alors les points de sutures, mais en retour tu gardera une cicatrice pour le restant de tes jours. Et aussi, évite de trop bouger.»

Elle se releva donc, aidant ainsi à Damu à se relever. Elle se lava les mains soigneusement, les sécha puis quitta la salle de bain. Elle regarda autour d'elle avant de lâcher un soupir fatigué, elle souhaitait dormir dans son lit chaud..ou prendre un des chambres de l'appartement. Juste pour une nuit. Ou pire elle dormira sur le canapé. Elle se tourna vers son acolyte et le regarda.

«-Où se trouve l'élève ?»
©? 2981 12289 0


«Sometimes the only way to stay sane,
is to be a little crazy !»




THEME SONG

CHANSON DU MOMENT: Click here o/

Keira vous parle 24/7 en #66cccc
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 51
Points : 392
Puissance : 1 760
Voir le profil de l'utilisateur
51
392
1 760
MessageMer 27 Juin - 3:57
Le vide s’était fait depuis longtemps dans ma tête … Mais pas le vide qu’on faisait avant un match ou une partie de Dark Souls ou Cuphead. Non là c’était un vide complet, total et absolu, rien ne traversait mon esprit si ce n’est qu’un écho de ce qui se passait dans la réalité, encore sous le choc, et cherchant désespérément à m’enfuir d’une réalité qui me terrifiait. Seul. Enfermé. Prisonnier. Je ne voulais plus y penser à présent. Juste fuir. Loin. J’étais donc menottés et dans un état au limites du végétatif. Parfois, quand je refusais d’accepter la réalité, mes sentiments pourtant si vivaces, aussi puissant qu’un cataclysme dans mon cœur, se cachaient et ne se montrait plus pendant quelque temps. J’avais ressenti ça lorsque mon alter s’était éveillé et que mon meilleur ami, qui pensait que je n’en avais pas, comme lui, m’a soudainement tourné le dos. Cette force nouvellement découverte ne m’avait pas consolé à l’époque car j’avais perdu mon pilier, ce qui me donnait envie de vivre.

Et un pilier revint … Ce rêves, ce désir de mettre mes émotions autrefois gardés si égoïstement, au service d’autrui. C’est ce en quoi je crois, mais comment puis-je avancer si ces émotions continuent d’exploser dans ma poitrine sans but ? Je dois trouver un sens à ce tumulte en moi et pour cela, je deviendrais un héros ! Je rendrais tous ceux qui ont modelé mes émotions, fier, car c’est ce qu’ils ont placés en moi que j’utilise pour combattre. Il s’agit de ma lumière, qui éclaire mon chemin et aussi du brasier qui entoure mon âme. Et aucune arme n’égale une âme humaine qui s’embrase… Aha, j’ai lu ça sur internet et je l’ai trouvé vachement … Personnel et approprié ! Même si c’est un peu bateau …

Un peu bateau … J’eus alors du mal à penser rationnellement, je sentais une surface froide, et une voix qui semblait s’adresser à moi … Doucement je sortis de mon état un peu étrange, entre une sieste et une torpeur glacée et terrifiante. J’étais … J’étais encore prisonnier … Mon esprit s’était évadé pendant quelque instant … Mais à présent mes yeux semblait reprendre des couleurs alors que je regardais autour de moi et vit Damu, l’être vil qui avait profité de ma faiblesse pour m’enlever dans cette maudite forêt. Alors que les souvenirs de la veille revenait petit à petit, je reprenais mes esprit et essaye vainement de me mettre dans une position confortable dans la pièce ou on m’avait jeté. Je ne voulais absolument pas m’attarder sur la décoration de celle-ci, je voulais juste rentrer chez moi …

Prenant mon courage à deux mains et malgré que j’étais encore un peu dans les vapes, je voulu me relever mais j’eus un cri de douleur, avant de constater que mes bras étaient toujours salement brulés et pas un poil propre. J’allais devoir recevoir des soins rapidement si je voulais évitez que ces brûles s’infectes. Regardant le reste de mon corps tant bien que mal, je me souvins aussi pourquoi mon épaule me lançait autant, et en effet, la blessure infligée au couteau par Damu était encore fraiche. Sinon je n’avais rien d’autre de grave mis à part quelque égratignures.

Soudain j’entendis Damu parler avec quelqu’un d’autre malgré mon cerveau encore dans le brouillard. Il semblerait que quelqu’un d’autre soit arrivé … Comme si j’étais pas déjà dans la merde. Je ne compris pas de qui il s’agissait, ni quel fonction elle occupait. Je pus, cela dit, comprendre que c’était une femme au timbre de la voix étouffée par la porte. Soudain quand ils furent plus proches j’entendis la jeune femme évoquer certaines choses qui me laissèrent penser qu’elle était médecin, sans vraiment parvenir à l’identifier. Je n’avais pas la tête à réfléchir, mon esprit n’analysais plus depuis longtemps, alors Le vide s’était fait depuis longtemps dans ma tête … Mais pas le vide qu’on faisait avant un match ou une partie de Dark Souls ou Cuphead. Non là c’était un vide complet, total et absolu, rien ne traversait mon esprit si ce n’est qu’un écho de ce qui se passait dans la réalité, encore sous le choc, et cherchant désespérément à m’enfuir d’une réalité qui me terrifiait. Seul. Enfermé. Prisonnier. Je ne voulais plus y penser à présent. Juste fuir. Loin. J’étais donc menottés et dans un état au limites du végétatif. Parfois, quand je refusais d’accepter la réalité, mes sentiments pourtant si vivaces, aussi puissant qu’un cataclysme dans mon cœur, se cachaient et ne se montrait plus pendant quelque temps. J’avais ressenti ça lorsque mon alter s’était éveillé et que mon meilleur ami, qui pensait que je n’en avais pas, comme lui, m’a soudainement tourné le dos. Cette force nouvellement découverte ne m’avait pas consolé à l’époque car j’avais perdu mon pilier, ce qui me donnait envie de vivre.

Et un pilier revint … Ce rêves, ce désir de mettre mes émotions autrefois gardés si égoïstement, au service d’autrui. C’est ce en quoi je crois, mais comment puis-je avancer si ces émotions continuent d’exploser dans ma poitrine sans but ? Je dois trouver un sens à ce tumulte en moi et pour cela, je deviendrais un héros ! Je rendrais tous ceux qui ont modelé mes émotions, fier, car c’est ce qu’ils ont placés en moi que j’utilise pour combattre. Il s’agit de ma lumière, qui éclaire mon chemin et aussi du brasier qui entoure mon âme. Et aucune arme n’égale une âme humaine qui s’embrase… Aha, j’ai lu ça sur internet et je l’ai trouvé vachement … Personnel et approprié ! Même si c’est un peu bateau …

Un peu bateau … J’eus alors du mal à penser rationnellement, je sentais une surface froide, et une voix qui semblait s’adresser à moi … Doucement je sortis de mon état un peu étrange, entre une sieste et une torpeur glacée et terrifiante. J’étais … J’étais encore prisonnier … Mon esprit s’était évadé pendant quelque instant … Mais à présent mes yeux semblait reprendre des couleurs alors que je regardais autour de moi et vit Damu, l’être vil qui avait profité de ma faiblesse pour m’enlever dans cette maudite forêt. Alors que les souvenirs de la veille revenait petit à petit, je reprenais mes esprit et essaye vainement de me mettre dans une position confortable dans la pièce ou on m’avait jeté. Je ne voulais absolument pas m’attarder sur la décoration de celle-ci, je voulais juste rentrer chez moi …

Prenant mon courage à deux mains et malgré que j’étais encore un peu dans les vapes, je voulu me relever mais j’eus un cri de douleur, avant de constater que mes bras étaient toujours salement brulés et pas un poil propre. J’allais devoir recevoir des soins rapidement si je voulais évitez que ces brûles s’infectes. Regardant le reste de mon corps tant bien que mal, je me souvins aussi pourquoi mon épaule me lançait autant, et en effet, la blessure infligée au couteau par Damu était encore fraiche. Sinon je n’avais rien d’autre de grave mis à part quelque égratignures.

Soudain j’entendis Damu parler avec quelqu’un d’autre malgré mon cerveau encore dans le brouillard. Il semblerait que quelqu’un d’autre soit arrivé … Comme si j’étais pas déjà dans la merde. Je ne compris pas de qui il s’agissait, ni quel fonction elle occupait. Je pus, cela dit, comprendre que c’était une femme au timbre de la voix étouffée par la porte. Soudain quand ils furent plus proches j’entendis la jeune femme évoquer certaines choses qui me laissèrent penser qu’elle était médecin, sans vraiment parvenir à l’identifier. Je n’avais pas la tête à réfléchir, ayant cessé d’analyser tandis que tout mon corps me faisait souffrir. Et alors, pris au piège, je commençai doucement à paniquer en cherchant à me défaire des menottes de fortune mais sans succès. Je ne pouvais pas rester dans cette pièce dans cet état mais une partie de moi s’en foutais et souhaitait juste fuir le plus loin possible. Bordel qu’est ce que je vais faire ?!



"The most powerful weapon on earth is the human soul on fire"


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageVen 13 Juil - 23:50
Keira semblait épuisée.
Elle l’accueillit avec un faible sourire et il s’effaça dans l’appartement pour la laisser entrer, la saluant d'un simple "Bonsoir à toi aussi" qui s'essayait chaleureux, mais le moral n'y était pas.

Rien d'étonnant à son état, elle aussi s'était battue, alors qu'elle était si jeune... En tant que père d'une enfant d'à peine 5 ans de moins -il y avait certes beaucoup de différence de maturité et d’expérience, mais son esprit protecteur rangeait presque Keira dans la même case que Yui- , il était en colère contre Tomura d'avoir envoyé de si jeunes adolescents se battre. Si Yui était restée plus ou moins sous sa protection et celle d'Uriel, Keira et Kansen étaient allés seuls. Et il ne préférait pas demander pourquoi la jeune fille n'était pas accompagnée, il ne se doutait que trop bien de la réponse. Il n'avait pas eu l’occasion de connaître très bien Kansen mais lui avait dispensé quelques cours de combat, et même si il ne doutait pas de se capacités, l’envoyer contre des élèves du même âge mieux formés, et des adultes, était une véritable invitation au massacre. Et que dire des Vengeurs qui étaient arrivés se joindre à la fête ? Il songea que le corps de l'infortuné devait déjà être froid et rigide à l'heure qu'il était. Ou, si un peu d’espoir était permis, peut être évanoui, ou prisonnier... Il était déjà reconnaissant au ciel que l'Amérindienne ait pu elle rentrer saine et sauve. Le regard de la jeune fille témoignait de son abattement moral et physique, son propre regard à lui ne devait être guère mieux, mais il s'estimait déjà chanceux.

Keira cracha dans sa main et commença sa besogne sans trop broncher face à la blessure sanglante.
La jeune fille avait du cran, beaucoup, elle le soigna d'une main experte et l'homme couturé sentit la douleur disparaitre de sa plaie avec reconnaissance pour la soigneuse. Il se laissa relever et une fois en appuie sur ses jambes, il la salua comme le voulait la politesse Japonaise, sans trop se pencher non plus, à cause de sa blessure. Par soucis de bienséance il lui proposa un siège avant qu'elle ne passe au patient suivant, et il alla lui chercher un verre et une carafe d'eau fraiche dans la cuisinette, qu'il lui tendit. Il marchait d'un pas un peu raide, mais si il avait réussi à conduire l'élève jusqu'ici, alors il pouvait bien se permettre quelques pas de plus !

-Dans la seconde pièce du couloir, à droite,mais avant repose toi et hydrate toi. Il doit avoir reprit ses esprits, mais je doute qu'il se montre coopératif, alors reprends des forces. Il est menotté mais il a un Alter de renforcement musculaire qui marche sur les émotions, il faudra éviter de lui donner trop de secousses émotionnelles, où il risque de pouvoir nous mettre K.O... Du moins c'est ce que j'ai compris de son Alter.


Sur ses mots, il s'assit dans le fauteuil d'en face et reboutonna sa chemise. Il se servit un verre aussi et tendit l'oreille dans le silence pesant de la pièce, guettant le moindre signe venant de la pièce fermée. Uraiko ne semblait encore rien tenté, sans doute s'était il résigné ? C'était la meilleure chose à faire, il ne serait qu'un otage, la mission n'incluait en rien sa mort, alors il n'avait aucune raison de paniquer, pas vrai ? L'ambiance lourde et l'odeur de renfermé de l’appartement, propre mais si inhabité qu'il en devenait semblable à ces maisons fantômes d'où les habitants seraient sortis précipitamment en laissant tout en plan, le prenaient à la gorge. Après les actions du combat, la capture, et tout ce qui allait avec cette mission, ce temps de repos sentait seulement le calme avant la tempête, plutôt qu'une véritable conclusion. Il regarda l'écran de son portable, envoya un message à sa fille : "Sois sage, je viendrai te chercher dès que possible, promis, j'ai capturé un des nullos, ne casse rien chez Uu cette fois s'il te plaît. 'u°" et reposa l'appareil sur la table basse pour se recentrer sur son hôte. Il avait envie de lui poser des questions sur sa mission, sur comment elle se sentait, sur ses motivations à la Ligue, avait envie de créer un lien avec cette personne pour qui il avait de la reconnaissance d'avoir accepté de venir, mais il s'abstient. Ce n'était pas le moment, il aurait tout le temps plus tard.

- Je pense que nous pouvons y aller. Viens, si tu veux bien.


Il lui montra le passage, tout en s’efforçant de ne pas se montrer trop directif. Il attendit qu'elle le rejoigne et alors ouvrit enfin la "cellule" de fortune de l'élève en héroïsme, qui n'avait guère plus de temps désormais à accorder à ses doutes. Toujours courtois, il fit les présentations :

- Voici une de mes camarades, elle est ici pour te soigner, tu sera bien traité alors ne tente rien de stupide.

Car stupide il aurait fallu l'être, Damu s'était en effet saisi de ses armes, et portait dans ses poches son pistolet ancien, de sa main droite une épée menaçante. Il était presque frustré de ne pouvoir utiliser son arme de prédilection, mais en appartement une Faux hybride de Tronçonneuse était très peu maniable, et pour l'idée de "reste calme nous ne sommes pas si agressifs" il y avait mieux, clairement. L'homme entra pour laisser Keira passer à sa suite, puis il revint se positionner stratégiquement près de la porte.


Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mieux que Prison break
» Théodore Bagwell "T-Bag" (Prison Break)
» [Fan-Fiction] Atelier de créations des Break-Fics
» [Fini] [Barry le Boucher / Chaos] cultiste de nurgle prison break
» prison ball

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Autres endroits :: Villes voisines-
Sauter vers: