• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 La nuit, jour des vilains [ PV Johan ]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 7
Points : 0
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
7
0
1 300
MessageDim 10 Juin - 14:56
Calme, c'était bien le mot. Aussi étonnant que cela puisse paraître, car ça n'était pas arrivé depuis un bon moment, ces ruelles sombres pourtant propice aux vol et au meurtre étaient dénué du moindre malfrat. Aucun signe d'un quelconque groupe de Yakuza, ou ne serait-ce que d'un vilain en quête d'un peu de divertissement à cette heure de la nuit, mais qu'est-ce qu'il pouvait bien arrivé ? Avais-je loupé quelque chose, un événement quelconque ? D'après mes souvenirs, la dernière fois où la plupart des garnements n'avaient osé sortir le bout de leur nez, c'était après un événement impliquant All Might, mais avec le temps ça leur était passé. Autrement dit, il s'est passé un truc et je suis pas au courant, et ça me plait pas.

Ca faisait un moment que je vagabondais sans rien trouver d'intéressant, batte à l'épaule. Pourtant, je m'étais bien renseigné et avais appris qu'un gang sévissait depuis quelques temps, apparemment impliqué avec une certaine mesure dans cette histoire de "trigger", une drogue permettant de renforcer les alters et créatrice de vilains en tous genre. Il paraîtrait que mes cibles ne soient qu'un simple relais, distribuant simplement la drogue dans l'ombre afin de ne pas attirer l'attention des autorités, ainsi que d'en brouiller la source. Je n'avais pas la prétention de vouloir en finir avec ces triggers, non c'était pas mon combat... Mais je pouvais au moins leur mettre des bâtons dans les roues, et venir fragiliser l'engrenage. Toutefois, c'est ce que j'étais venu faire ici... Avant de réaliser qu'il n'y avait rien. Bordel, c'est carrément chiant.

Tournant dans un coin de rue, toujours plus sombre que les précédents, et déçu encore une fois de ne rien y trouver, je m'apprêtais à abandonner mes recherches et rentrer bien sagement chez moi malgré l'anxiété qui me tiraillait l'estomac. Je trouverais bien un malheureux à matraquer sur le chemin du retour... Cependant, un cri tout de même vint finalement déchirer le silence.

"Aaaaah ! Un monstre !"

Je me retournais aussitôt, alors qu'un homme en piteux état venait de trébucher en débarquant d'une énième ruelle. Son costume déchiré et le sang qui coulait de son front démontrait bien qu'il lui était arrivé quelque chose, mais c'était quoi cette histoire de monstre ? Rapidement, l'homme se précipita vers moi en se redressant maladroitement, chutant à nouveau à genou alors qu'il s'agrippait à ma veste. Je grimaçais à son geste, mais me retenais toutefois de l'envoyer valser à des mètres en arrière puisque il continuait à déblatérer toutes sortes de mots incompréhensible. Toutefois, ses derniers mots furent bien plus clairs que les précédents.

"Aidez-moi !"

Impassible devant un tel comportement, qui me dégoûtait en de nombreux points, je m'apprêtais à le laisser pleurnicher là où il était avant de remarquer un détail intéressant. En effet, malgré la pénombre, il m'était facile de repérer le tatouage qui ornait son avant-bras droit, sa veste déchiré laissant largement paraître celui-ci. C'était très clair, j'avais passé assez de temps à me renseigner à leur sujet pour le reconnaître. Ce type était un des Yakuza que je recherchait. Sans crier gare, et d'un geste rapide, le métal de ma batte rencontra la mâchoire de ce pauvre gars dans un craquement sourd. Celui-ci, assommé, s'affala simplement à côté de moi. Dans la précipitation, et parce que ça me démangeait depuis un moment, j'avais frappé fort et espérais ne pas l'avoir tué. Une bonne correction aurait suffit pour un type du genre.

Je ne réfléchis pas beaucoup plus à son sort, et m'empressais alors de m'engouffrer dans cette ruelle d'où il avait surgit. Ses paroles me revinrent rapidement à l'esprit, un "monstre". Je savais ne pas devoir prêter beaucoup attention aux paroles d'un Yakuza, surtout dans un état pareil, mais il était clair que quelqu'un était en train de me piquer mon boulot. Il ne devait pas être seul, il me suffisait de continuer afin de trouver le r-... Le reste ? Un corps, deux corps... Trois... Non, ils était au moins une dizaine, gémissant pour la plupart, inertes pour d'autres, tous allongés au sol tandis qu'une forte odeur de brûlé me chatouillait les narines. Ils étaient là, mes proies, tous hors-d'état de nuire. Qui avait bien pu...? Ma réponse ne tarda pas à arriver, car c'est en levant les yeux que je l'aperçu. Un homme se tenait là, debout au milieu de ces hommes vaincus. De dos d'abord, il sembla remarquer ma présence, et c'est lorsqu'il tourna la tête qu'un frisson vint parcourir l'entièreté de mon corps. Un monstre ? Non, il n'était qu'un homme, portant un masque étrange et grossier. Mais cet homme venait de se farcir à lui seul ce gang de Yakuza, gang que je me réservais le droit de corriger... Il m'avait empêché de me défouler, et peu importe ce qu'il était, je comptais bien passer mes nerfs sur quelqu'un ce soir.

"Hoy ! Toi là, je sais pas ce que tu viens foutre par ici mais t'es pas le bienvenue, et je te remercie même pas pour tout ce bordel, parce que merde c'était mon boulot mec !" Rugissais-je nerveusement avant de saisir ma batte fermement. "Je vais t'apprendre moi, à t'occuper des affaires des autres... Viens-là !"

Sans en demander plus, je me précipitais dans sa direction, brandissant mon arme de métal à deux mains. Parcourant rapidement la distance qui nous séparait en écrasant quelques blessés sur mon chemin, manquant de trébucher à deux reprises, je bondis finalement en avant tout en envoyant un swing parfait directement au niveau de son masque... Voyons voir ce qu'il avait dans le ventre, ce satané voleur.
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 499
Points : 2305
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
499
2305
2 945
0
0
MessageVen 15 Juin - 1:55
LIVRE 1 - CHAPITRE N°10
La nuit, jour des vilains
Johan R. Grant & Poolo Kiewicz
Une nuit noire, sombre. Musutafu était étreinte dans le doux voile de Nyx, enfonçant toujours un peu plus les ruelles de l'endroit au fond de ténèbres insondables. Dans cet environnement où les murmures et chuchotements prenaient lentement la forme d'un brouhaha assourdissant, une ombre s'élançait à travers l'océan de béton, de ruelles en ruelles. Cette ombre, c'était Johan. Ou bien, désormais, le Joker. Le corps imposant du Comique était enfermé dans cette étrange forteresse enveloppant sa psyché. Un costume, grotesque, étrange, peut-être même effrayant. Costard, cravate, pantalon impeccable, mais surtout ce masque empêchant tout son de s'échapper de la bouche de l'électrifié.

À son oreille, une voix, donnant quelques informations sur la marche à suivre. Des mots lancés par une femme, à l'écho doux, féminin. Elle venait d'elle, la fameuse, cette proche amie qui profitait du spectacle enfoncé dans son repère. Johan imagina le corps fin et agréable de la belle sur son grand siège de cuir, un verre à la main, observant de son œil vif et brillant son arme se déplacer dans une ville méconnaissable quand la lune s'élevait entre les immeubles.

« Tu ne devrai pas trop avoir de mal, Joker. »


A ces mots, un léger rire s'échappa de la bouche du dénommé, s'étouffant dans le masque d'acier. Ne pas avoir trop de mal ? Normal. Il s'était... amélioré, dernièrement. Le combat face à All Might, la rencontre avec Suiren, les événements du camp d'été. Petit à petit, la forteresse imposée par ce costume se brisait sous les coups répétés d'un destin qui n'en pouvait plus de ses chaînes.

« Ce ne sont que des yakuzas. Rien de bien sorcier. »


Elle n'avait pas tort. Les yakuzas étaient démodés, passés de mode. Suite à la montée en force des vilains, les anciens maîtres des ombres n'étaient rien de plus que des acteurs de seconde zone. Les familles restantes se comptaient sur les doigts des mains, et l'influence qu'ils avaient sur le monde n'était rien de plus qu'un ancien souvenir, raconté au détour d'un verre par d'anciens membres qui n'avaient même plus besoin de cacher leurs tatouages, la menace désormais aussi importante qu'une pierre jetée dans un océan de problèmes.

Enfin. Il devait se dépêcher. Terminer cette mission dans les règles de l'art. Il retournerait ensuite voir sa belle, peut-être même tirer un coup, avant de retourner profiter des quelques heures de sommeil séparant le tout de son stage. Heureusement qu'il n'avait pas décidé de rejoindre l'internat de l'U.A., c'était impossible de s'échapper de cette véritable prison chaque nuit pour réaliser ces quelques travaux.

Le temps passait, et au détour d'une nouvelle ruelle, notre homme tomba sur le gang. Ah... Enfin. Les hommes étaient habillés de tenues sombres, discutant entre eux, avant d'enfin remarquer le Joker, à l'entrée de l'endroit. Immobile, statique, pouvant presque être confondu avec le décor. Son sourire figé dans l'acier, son regard planté dans le métal, son masque n'exprimait rien d'autre que cette espèce de contentement de l'instant présent. Les victimes échangèrent un regard, un rire, avant qu'un jet de foudre ne ramène leurs esprits à la raison.

Le combat débuta alors rapidement. Faibles... Ils étaient juste faibles. Son sang ne pulsait pas à travers ses veines, cette épée de Damoclès n'était pas au-dessus de sa tête. Il frappait, machinalement, à l'image d'un simple employé déprimé et réduit à l'état de robot exécutant une tache sans même y penser.  Il ne remarqua même pas le fuyard, occupé à sauver sa peau, sans savoir qu'il rencontrerait plus loin une autre faucheuse. La vie avait une idée en tête et il ne pouvait y réchapper.

Quelques minutes plus tard, l'affrontement était terminé. A ses pieds, les corps des différents yakuzas. Aucun n'était mort, bien entendu. Johan n'était pas du genre à les tuer, et ce n'était en soit pas l'ordre. Il... apprenait une leçon à ses gars. Poussant un soupir, devenu muet à cause du masque, il resta là, quelques secondes. Perdant son regard dans un mur, alors que la voix de son amie s'était tût. Elle devait sûrement l'attendre, là-bas, dans les bas fonds de la ville.

Mais alors qu'il s'apprêtait à quitter l'endroit, des bruits de pas s'élevèrent derrière lui, non loin de l'endroit où il était arrivé. Lentement, il se tourna, pour faire face à un nouvel acteur dans cette scène sanglante. Un jeune homme, à la chevelure blonde, qui ne semblait pas réellement de bonne humeur. Un héros ? Non. Absence de costume, et il n'avait pas la tronche de l'emploi. Un autre yakuza, un allié qu'il n'avait pas remarqué ? Peut-être. Mais cette hypothèse fut balayée comme la marée détruisant le château de sable, alors que la voix forte et énervante de cette nouvelle âme perturbait le doux silence de la nuit.

Il cherchait lui aussi à abattre ses coups sur le groupe qu'il venait de vaincre. Oups, dommage. Un autre vilain, du coup ? Ou bien juste un yakuza. En soit, l'idée germait. Alors qu'il fonçait en direction de lui, Johan resta planté là. Habitué, le troisième année analysa doucement sa cible. Pas de vitesse surprenante, et pas d'alter de force vu qu'il utilisait une batte. Ses capacités physiques étaient humaines, et rien de singulier ne s'échappait de son corps. Quel était son alter ? Il devait se méfier, tant que cette variable était toujours inconnue.

Un simple coup, en direction de son masque. D'un bond, notre homme s'échappa du coup, hors de portée. Il ne laissait même pas le temps de se présenter ! Enfin, au vu de son adversaire, il doutait fort que cette étrange bête déchaînée puisse connaître le langage des signes. Seul dialecte autorisé pour l'arme qu'il était durant ces quelque temps nocturnes. Soupirant silencieusement, il leva alors ses mains, usant de gestes pour exprimer quelques mots simples.

« Tu veux jouer ? Alors jouons. Toi et moi. »


Une simple provocation, incompréhensible pour le néophyte. Enfin, il devait quand même forger son image, non ? C'était ça, le travail de héros. De héros ? Mais... n'était-il pas le Joker ? Les idées s'embrouillaient dans la tête du comique, avant qu'il ne lève son bras pour lancer sa première attaque.

Son corps semblait crépiter, des gerbes de foudre s'échappant, parcourant son corps caché par le tissu. Comme à son habitude, l'homme ne se battait pas à fond. Ce n'était qu'un début, qu'un amuse-gueule servant à tester les limites de l'estomac de son invité. Allait-il en avoir assez pour être totalement rassasié ? À voir. Claquant alors des doigts, des pics de foudre commencèrent à apparaître dans le crépitement caractéristique d'une foudre indomptable. Et les pieux s'élancèrent alors en direction de l'homme, dans le but de frapper son corps nerveux.

Écrit et codé par Johan R. Grant




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 7
Points : 0
Puissance : 1 300
Voir le profil de l'utilisateur
7
0
1 300
MessageVen 15 Juin - 19:15
J'étais en rogne. Moi qui me démenait pour dénicher de la vermine à cogner, comme lors de la plupart de mes soirées, voilà qu'un gus masqué s'autorise tout bonnement à me piquer mon boulot. J'aurais peut-être bien fais de me renseigner à son sujet, du moins savoir ce qui l'avait emmené ici, mais pas moyen dans un moment pareil. J'avais besoin de me dépenser, et malheureusement pour lui il était le seul mec encore debout... Je me devais donc de lui montrer ce qu'il en coûtait de se mêler de mes affaires. Tout en me précipitant dans sa direction, j'avais tenté de le frapper au visage à travers un mouvement relativement précis, mais visiblement bien trop lent... Ou peut-être prévisible, je ne savais pas, et en avais rien à carrer. Le fait est que le bonhomme ait pu esquiver mon attaque aussi aisément, d'un simple bond en arrière, et ça me gonflait déjà bien. Je grognais au vu de mon échec, avant d'agripper à nouveau mon arme fermement, prêt à continuer. Toutefois, de là où il était désormais, je pouvais distinguer mon adversaire effectuer des sortes de mouvements étranges à l'aide de ses mains... Un langage des signes ou quelque chose dans le genre sûrement, rien que je ne comprenne en tous cas. C'était qui ce mec ?

"Je comprends rien à ton charabia, alors arrêtes un peu de te la jouer ninja et viens plutôt par là. T'as l'air d'en avoir dans le ventre, alors montres-moi un peu c'que tu vaux vermisseau !"

Crispé, ce furent des sortes de crépitements qui retinrent mon attention, m'arrêtant instantanément dans la nouvelle percé que j'espérais mettre en oeuvre. Il préparait bien un truc, son alter peut-être ? Quoi que je puisse en dire, il était clair qu'il n'était pas n'importe qui, qu'il savait ce qu'il faisait... Je devais rester attentif. L'homme avait levé le bras, et venait tout juste de claquer des doigts de façon à invoquer des sortes d'éclairs qui se précipitaient en ma direction. Simple mais redoutable hein ? Pas question d'hésiter, je m'élançais une nouvelle fois en avant, approchant moi aussi de ces pieux électriques qui m'étaient destinés. Ce salaud avait visé juste, tous avaient été minutieusement placés de façon à m'atteindre, ils étaient alors extrêmement proches entre eux au moment même où j'allais les rencontrer. Effectuant une fois encore un large mouvement de bras, j'envoyais ma batte frapper les éclairs, croyant les briser ou du moins les écarter dans l'action... Grossière erreur. Idiot que j'étais, le métal de mon arme ne fit qu'absorber les charges électriques afin de mieux les déverser à travers l'entièreté de mon corps. L'instant d'après la contraction de mes muscles m'immobilisa totalement, du moins pendant une poignée de seconde, avant que je ne tombe à genou, haletant. Appuyé sur ma batte à la façon d'une canne, je redressais le regard afin de toiser cet homme qui manipulait les éclairs. Mon regard, emplie de rage, contrastait avec le large sourire de satisfaction qui s'affichait sur mon visage.

"Ah bon sang, c'est ça que je voulais voir ouai'p... Je comprends comment t'en as fini avec ces bons à rien, mais saches une chose... Je me redressais alors, portant mon arme à l'épaule tout en relevant le menton d'un air vantard. "Je ne suis pas comme eux, moi !"

Bien qu'arrêté dans ma course, je m'étais bien rapproché de mon adversaire, et il devait désormais être à deux bon mètre de ma position... A bout portant autrement dit ! Sans crier gare, j'attrapais d'une main la veste d'un des gus à terre, la déchirant en grande partie alors que je me précipitais en avant, puis la lançais face à mon adversaire sûrement sur ses gardes de manière à lui bloquer la vue. La seconde qui suivait, je me laissais déraper sur le sol, apparaissant sous la veste toujours en l'air et brandissant mon arme au dessus de moi. Je passais entre l'endroit où devaient se trouver ses jambes, abattant ma batte au niveau de ses partis intimes. C'était pas chic, j'en conviens, mais je faisais clairement pas le poids face à un alter pareil... Alors tous les moyens sont bons pour remporter la victoire, c'est ça un combat de rue !
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 499
Points : 2305
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
499
2305
2 945
0
0
MessageMar 19 Juin - 14:34
LIVRE 1 - CHAPITRE N°10
La nuit, jour des vilains
Johan R. Grant & Poolo Kiewicz
Voilà que quelqu'un d'un peu plus intéressant que ces vulgaires racailles était rentré en scène. Bon, ce n'était pas forcément ce qu'il attendait à l'origine, mais c'était déjà mieux que ces cadavres ambulants qui ne servaient qu'à peine d'amuse-bouche. Et encore, c'était peut-être même trop beau à dire les concernant. Au moins, cette nouvelle âme semblait un peu mieux tenir la distance. Un autre vilain, sûrement ? Un Yakuza ? Peut-être même un vengeur ? Mh. Difficilement. Il n'avait pas vraiment la tête de l'emploi. Ces derniers partageaient avec les héros les tirades incessantes sur la justice et le fait de protéger les innocents, tout en y intégrant le discours génocidaire. Ce n'était pas vraiment le genre que donnait le blond. Il était plus violent, plus sauvage, bien loin du cliché lancé par la jeune femme qu'il affronta durant le camp d'été.

« T'as des infos sur c'gusse ? »


La phrase était lancée à son amie, étouffée néanmoins par le masque pour ne pas être entendu par l'homme. Avantage dans un sens mais aussi inconvénient, étant donné qu'il ne pouvait absolument rien échanger avec son adversaire. Et pourtant, c'était un peu le sel relevant le plat ! Les échanges de ce type étaient communs, surtout lorsqu'il était encore au collège. Ah, les bastons entre furyo ! De beaux souvenirs, là où les alters ne comptaient pas, où la puissance des poings formaient à elle seule des arguments à éclater contre la tronche d'un autre homme en manque de... débat.

« Non, rien. Termine ça et rentre. »


Un "oui cheffe" vint germer dans son esprit, ne s'échappant pas de ses lèvres pour éviter de vexer la belle. Avant de s'élancer vers lui, l'homme montra sa non-connaissance du langage des signes. Un soupir vint s'écraser contre son masque, déprimé de ne pas rencontrer quelqu'un parlant ce dialecte. Certes, le pays du soleil levant n'était pas forcément le pionnier à ce niveau, mais quand même. Il pensait, à force, qu'avoir apprit tout ce bazar ne lui servait à rien !

Il le provoqua finalement, avant de se prendre les divers pics électriques. C'est vrai qu'affronter un manieur de foudre à l'aide d'objets en métal ce n'était pas vraiment la meilleure des idées. Si encore il les maniait par la pensée il n'aurait pas à se prendre l'électricité au contact, mais là c'était un véritable appel à en profiter. Normalement, Johan "manie" sa foudre, de manière à ne pas la laisser se faire diriger directement vers les objets métalliques. Cela lui permet de, par exemple, éviter de se voir bloquer chaque attaque en balançant un objet en métal sur la tronche. Il en perd en vitesse et en force, mais comme ça, plus de soucis.

Et là encore, aucun alter de montré. Rien du tout. Pas d'élément, pas de gain spécial. Peut-être un gain de force, alors ? C'était actuellement le seul pouvoir qui venait en tête au comique. Si c'était le cas, il devait faire réellement attention au moindre coup porté. Quelle que soit la différence de force entre les deux, Johan était, physiquement, un simple être humain. Malgré ses deux mètres et sa musculature, la forteresse n'était pas indestructible. Les coups d'All Might en étaient la preuve, alors le moindre coup pouvait être décisif.

L'information en tête, il resta sur ses gardes. Sa foudre était puissante, mais largement en dessous de véritables éclairs. Pas de quoi tuer un homme d'un revers de la main, même si se prendre ses attaques secouait pas mal.

Ce gusse semblait en tout cas encore en forme. S'élançant de nouveau vers lui, il lança un bout de tissu déchiré, récupéré sur l'un des mecs au sol. S'en servant comme écran pour cacher sa glissade, il lança alors un coup en direction de ses... parties intimes. Putain, c'était bas, ça. Ni une, ni deux, Johan leva alors sa jambe, avant d'abattre son pied sur la batte. La bloquer était suicidaire s'il avait un alter de force, il devait donc ruser et simplement le dévier de sa course.

Écrasant l'arme avec force, il dévia alors le tout pour faire rencontrer à la batte le sol de béton. Profitant du contact, il déchaîna alors de nouveau sa foudre, qui parcouru l'objet pour venir à la rencontre de son adversaire. Histoire d'être sûr d'en finir, il fit alors sortir du sol -ou semblerait- de nouveaux pics de foudre, pour tenter de transpercer le corps de Poolo et l'électrifier ade nouveau. Une double attaque violente qui consommait, mais qui était redoutable à courte portée.

Une fois terminé, le Joker poussa un long soupir mêlé d'exaspération et de contentement, avant de reculer un peu pour observer le tout.

« Je pense que ça suffira. J'rentre. »


Disait-il, en pensant en avoir terminé. Se trompait-il ?

Écrit et codé par Johan R. Grant




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 5 - L'aube est rouge, beaucoup de sang a dû couler cette nuit !
» Jour 2 - Nuit paisible ?
» [Jour 2] Une nuit reposante
» nuit sanglante
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers-
Sauter vers: