• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Traffic Area (Ft- Amane Isutake)

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville
Élève de seconde année
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 4
Puissance : 1 425
Voir le profil de l'utilisateur
28
4
1 425
MessageDim 20 Mai - 15:14
Traffic Area
You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
Les affaires se déroulaient bien ces jours-ci pour l'agioteur. Les papiers scotchés sous son bureau affluaient, la demande entraînée dans une crue de requêtes. Le tournoi des étudiants mettait souvent en valeur des nouvelles têtes, et les informations les concernant devenaient des pièces recherchées! La tête de raisin passa sa main sous le bois du bureau pour récupérer un morceau de papier. Il l'étudia attentivement, le déchira en petits morceaux et le jeta dans la poubelle en sortant de sa salle de classe. "Informations générales + confirmation de la dernière rumeur circulant sur la personne... 2610 Yens ! Autant lui demander de se retrouver dans le centre-ville, le crépuscule colore déjà le ciel." Shinji attrapa son portable, envoya une localisation à son client et se dépêcha de rejoindre les lieux. L'heure de sortie s'étant évanouie, seuls quelques paisibles personnes marchaient dans les allées du centre-ville. Vêtu de sa cape, de son foulard et de sa casquette, l'agioteur prit possession de la zone de trafic. Une rue étroite, sombre, deux poubelles à gauche et un cul-de-sac en arrière-plan. Quelques chats se bataillaient un morceau de rat, il les observa en silence avant de s'installer sur une des poubelles. Il sifflota un air connu, feuilletant le dossier qu'il avait complété le jour même. Son client arriva enfin. Bien sûr, Shinji fit mine de ne pas avoir remarqué l'ombre de ses deux acolytes qui dépassait à l'angle de la rue. "Une batte et un petit couteau huh? Nishishi! Il veut veiller à être discret ou au contraire faire passer ça pour une guérilla de rue?" L'agioteur salua l'adolescent à la mine mauvaise. La transaction se fit dans les murmures de la brise, les informations n'échappant pas les murs de la zone.
Mais voici qu'arriva le moment de payer. Shinji annonça le prix, son interlocuteur arbora un large sourire.
"-Tu pensais sérieusement que j'allais payer? Quel con!"
La tête de raisin perdit son sourire mesquin.  Les nuages continuaient leur lente course dans le ciel, le soleil ensanglantait un peu plus le domaine céleste. Ensanglantée, c'était l'état de la main de Shinji. Il tenait par la main le couteau de son opposant qui restait figé dans son geste.
"Tu n'es pas le premier à me faire ce genre de coup. Mais quand on tient un sabre par la lame, le sabreur n'en fait plus rien."
Il frappa l'entre-jambe du mécréant, et enchaînant alors que celui-ci se pliait en deux, lui porta un coup de pied à la tête. "Bien. Il va se relever dans très peu de temps, et ces deux chiens-chiens se ramènent. Je crois que je n'ai plus qu'une seule bande de gaze à la maison. Tant pis!" En effet, les deux adolescents qui gardaient l'entrée de la rue avait été avertis par le son de la lutte. Dégainant couteau et batte, ils proliféraient insultes et menaces à l'agioteur, se jetant sur lui.
"Ce n'est pas comme si c'était ma quatorzième agression depuis que j'ai lancé ma combine... Il fit face à ses adversaires, la douleur de la plaie dans la paume de sa main lui faisant serrer les dents, regarda un  instant le ciel, et ferma les yeux en attendant une avalanche de coups sur son corps.
 


HRP:
 
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 5
Points : 0
Puissance : 1 350
Voir le profil de l'utilisateur
5
0
1 350
MessageDim 20 Mai - 17:00

NOM
Prénom

NOM
Prénom

「Traffic Area (Ft-Amane Isutake ) 」


"-J'ai localisé des types louches à quelques rues de ta position. Je t'envoie les cordonnées sur le champs.
-Reçu."

La ville plongeait dans une nouvelle nuit lentement, les dernières lueurs du crépuscules disparaissant au loin à l'horizon. Les lampadaires s'allumaient les uns après les autres tandis que les étoiles se masquaient sous les lueurs d'une ville en pleine vie nocturne. Du haut d'un immeuble, assis sur une des barrières qui faisaient face au vide, Amane était assis en observant les environs. Dans son costume de héro, aux allures de soldats dont les couleurs étaient plus américaines que japonaise, l'homme se sentait bien. Durant une vie entière, il avait porté l'uniforme des marines sur ses épaules. Et on ne peut perdre une telle habitude aussi facilement. Aujourd'hui encore, il ne se sentait bien que lorsqu'il enfilait des vêtements militaires. Cela lui rappelait les bons souvenirs. Il fumait une roulée au sommet de ce bâtiment en gardant ses lunettes sur le visage, une partie intégrante de son masque lui offrant une vision numérique qui faisait apparaître cartes, GPS et informations en tout genre. Un bijoux de technologie qu'une personne chère à son coeur lui avait autrefois conçu. Soufflant un nuage de fumée en grognant, le vétéran tira une moue à ce pincement au coeur qu'il ressentait. Il n'était pas du genre sentimental, mais deux choses parvenaient toujours à atteindre son coeur de pierre.
Soudainement, les cordonnées s'affichèrent sur sa vision numérique lorsqu'une carte s'y afficha devant ses yeux. Son nouvel assistant n'était pas mauvais, mais il n'était pas vraiment comparable à ce dont il avait eu l'habitude. Il manquait de rapidité et d'efficacité. La seule raison pour laquelle il l'avait pris à ses côtés, c'était un soupçon de pitié. Enfin. C'était un brave gamin et c'était mieux que rien. Mais Amane aurait préféré quelqu'un de plus utile. Lâchant sa roulée du haut de l'immeuble, le héro releva son masque en se redressant. Roulant ses larges épaules dont les épais muscles étaient toujours tendus, le quarantenaire grogna. Il approchait de plus en plus de la cinquantaine. Et pourtant, il était toujours aussi actif qu'un jeune-homme. Il doutait que ces "suspects" soient réellement dangereux cependant. A tout les coups, c'était juste des jeunes qui préparaient à acheter de l'alcool en douce. Rien de grave. Et rien d'intéressant.

"-C'est parti."

Bondissant soudainement au-dessus du vide, le Héro traversa sans mal la distance entre les immeubles tandis qu'il débutait une course rapide en filant vers la localisation que son assistant lui avait envoyé. Dans son dos se balançait un large fusil d'assaut futuriste dont des lueurs éclairaient légèrement les fibres de carbones qui le composaient. Les rangers du Soldat ne semblaient guère lui peser tandis que sa course rapide le menait de plus en plus près des lieux où s'étaient réunis les jeunes. A son torse trônait un paquet de cigarette américaine, ainsi qu'une radio, des menottes et un couteau militaire. Un souvenir des marines. Le bas de son visage masqué par un masque tandis qu'une lunette couvrait ses yeux dans une bande qui brillait d'une lueur cramoisie inquiétante. Quiconque le voyait, songeait à un soldat parcourant les toits dont la vision faisait même songer à ces films sur des robots exterminateurs. Et le plus ironique étant qu'ils n'en étaient pas loin.

"-Amane. D'après les vidéos de surveillances, deux jeunes qui tenaient la garde sur la ruelle viennent d'y entrer. Ils sont armés.
-Précision ?
-L'un avait une batte, l'autre semblait avoir une lame. Un couteau ou un tournevis.
-Reçu."

La situation semblait devenir plus inquiétante. Mais l'ancien marine n'en prenait guère compte. Des jeunes qui règlent des comptes, ce n'était pas hors du commun. Et souvent, les deux camps étaient fautifs. Mais le fait que des jeunes usent d'armes blanches sans connaître les conséquences d'un faux mouvement, le révulsait. C'était ces mêmes jeunes qui du jour au lendemain, se retrouvait en prison car il avait frappé là où il ne fallait pas avec une batte. Ou en pensant qu'un coup de couteau ne tuait pas. Les idiots. Fronçant ses sourcils, plissant la cicatrice qui traversait son front, le Héro serra les poings en approchant de plus en plus de la position. C'était bon. Il était énervé.
Suivant les indications du GPS de sa visière, le Héro arriva finalement au-dessus de la ruelle lorsque les deux jeunes chargeaient vers un autre qui semblait attendre les coups. Un autre était au sol à côté. Sûrement celui qui négociait quelque chose avec l'autre gamin.

"-Je note du sang dans les images, l'un est blessé."

Laissant tomber son corps dans la ruelle sans attendre les précisions, la voix de son assistant lui donnait les détails qu'il ne pouvait observer dans l'action. Ses yeux se posèrent un instant sur le sang qui tombait de la main du jeune-homme. Mais sans lui faire ressentir la moindre panique ou pitié. Ses yeux se focalisèrent sur les deux gamins qui chargeaient vers leur cible tandis qu'il activait son alter durant un instant. A peine une seconde. Les deux gamins écarquillèrent les yeux lorsque le Héro tomba entre eux et leur cible. Sa vision rougeoyante illuminant leur visage dans un regard impitoyable et sans émotion. Après une chute de plusieurs dizaines de mètres, le Héro ne semblait même pas avoir senti l'atterrissage sur sa jambe droite tandis qu'il posait la gauche devant lui en tendant ses mains.

"-Vous ne devriez pas jouer avec ces armes. Vous pourriez..."

D'une main, il saisit le poignet du l'acolyte qui tenait le couteau tandis qu'il dépose l'autre sous son coude. Tournant ses appuits sur le sol dans un mouvement rapide et calculé alors que son confrère dressait la batte dans le dos du héro. Puis il souleva brutalement le coude du gamin en appuyant sur son poignet pour l'abaisser en le soulevant brutalement du sol dans un craquement osseux. L'instant d'après, il s'écroulait sur son comparse sèchement en poussant un hurlement. Le Héro se redressa devant eux. Son costume marquant un corps musclés jusqu'à ses limites tandis qu'il avait maîtrisé d'un simplement mouvement les deux attaquants. L'un d'eux roula sur le sol en poussant des cris de douleurs tandis que son bras droit était tordu dans le mauvais sens. Le couteau gisait sur le sol tandis que son comparse avait perdu sa batte. Il leva ses yeux effrayés vers le géant qui se tenait devant lui.

"-...Vous blesser."

La voix était dénué d'émotion. Amane parlait de cette voix grave et froide qu'ont ceux qui ont connu l'horreur. Qui ont vue la mort et qui ont tué. La souffrance ne lui faisait plus rien ressentir. Aucune pitié. Aucun remord. Rien. Ils avaient voulu jouer avec des armes, ils avaient voulu se battre. Ils ne récoltaient donc que ce qu'ils avaient semés. Mais le jeune posa ses yeux sur le couteau entre lui et Amane durant un instant. Penchant la tête de côté, Amane l'observait sans rien faire pour écarter l'arme tandis qu'il garde une légère attention sur l'autre gamin encore debout dans la ruelle. Dès qu'il tentera de fuir, il irait l'intercepter. Il semblait blessé mais il devait être coupable d'une certaine façon. Il parla à nouveau vers celui qui était au sol en observant la dague, son confrère se tordant de douleur sur le côté.

"-Tu peux essayer. Mais j'espère que tu as conscience que cette chose peut tuer. Un accident est vite arriver lorsqu'on ne sait pas se servir de cette chose."

La voix n'était guère gentille, ni bonne conseillère, elle était froide et résonnait d'une menace sous-jacente. Le jeune semblait hésiter devant ce héros qui était loin de l'image qu'on s'en faisait. Allait-il le faire ou ou n'allait-il pas le faire ? Devait-il ou non ? Il ne voulait pas finir en garde à vue. Il ne voulait pas avoir un casier de plus. La panique commençait à le gagner lorsqu'il se jeta vers le couteau en le prenant de sa main. Puis il hurla lorsqu'une botte lui écrasa la main sur l'arme. Le Héro avait patiemment attendu la faute du jeune-homme pour en profiter pleinement. Lui broyant la main de sa semelle renforcé de fer en l'observant de haut. Ce choix le répugnait. Tournant sa ranger sur la main du jeune, sans monter une once de pitié ou d'émotion, Amane tourna son visage vers le dernier jeune encore présent, Shinji, tandis que les cris des deux jeunes résonnaient. The Justice Soldier était un héro impitoyable qui n'offrait aucun merci à ceux qui enfreignaient les lois et qui risquaient la vie d'autrui.


Élève de seconde année
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 4
Puissance : 1 425
Voir le profil de l'utilisateur
28
4
1 425
MessageDim 20 Mai - 18:50
Traffic Area
You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
Shinji tenait ses yeux clos, les muscles tendus, habitué aux refus de paiement qui tournaient mal. Mais les coups ne vinrent pas. Ils semblaient pourtant imminents! Il se décida à rouvrir un oeil. Ce qui capta son attention furent des couleurs vives, un éclair américanisé. Une montagne de muscles était en train de régler leur compte aux voyous qui accompagnaient son client. Shinji resta immobile, observant la scène. Une cacophonie de brisures d'os, de gémissements et de pleurs. Impassible. L'agioteur était impassible. Pas qu'il s'en foute de voir des jeunes se faire déboiter et briser les articulations mais... Si en fait, complètement. Il était plus concentré à peser le pour et le contre de l'intervention du héros. Peu lui importe du sort de ses clients. Peu lui importe le sort de n'importe qui. Il n'a pas le temps pour se préoccuper des petits malheurs des autres. Pas le temps de chialer sur des futiles jérémiades qui ne sont que de microscopiques atomes emportés dans le désespoir du monde. Un informateur doit museler sa compassion -s'il en a une, bien sûr-, faire taire ses sentiments pour que le business fonctionne bien. Le seul écart que certains se permettent, c'est la vengeance. Quiconque leur cherche des noises finit dans les abysses de la société. La réputation a bien plus grand impact qu'on ne le pense, surtout dans ce pays. Quand enfin fut fini le massacre, et le monologue de l'adulte, Shinji put enfin se remettre à bouger. Il arbora un grand sourire,  et s'excusa:
"-Donnez moi 45 petites secondes et je vous remercie comme il se doit."
Il se retourna, fit quelques pas vers son client qui s'était recroquevillé au fond de la rue, et jeta le couteau à ses pieds. Le tintement aigu de l'arme fit frissonner l'autre.
Il approcha sa main et fouilla dans la poche de manteau du lycéen. Il en retira un porte feuille, qu'il délesta de quelques billets et pièces. Il replaça le porte monnaie, et se releva. Son visage se contorsionna en un sourire effrayant:
"Règle n°1 de la charte du trafic d'informations: l'échange se fait à l'abri des regards et oreilles. Ce qui se déroule entre les quatre murs de l'affaire, reste à jamais entre ces quatre murs. Attends toi à une descente en enfer si tu dévoiles ce qu'il vient de se passer."
Il le gifla de sa cape charbon et s'approcha du héros avec un rictus:
"Hé bien, je vous dois une fière chandelle! Je n'imaginais pas un vieux loup des marines arranger la situation avec une telle efficacité! Permettez moi de vous remercier, Justice Soldier."
Le lycéen aux cheveux violets approcha sans crainte, malgré sa petite taille et sa carrure de moustique. Il détailla le corps musclé de l'homme, s'attardant sur ces cicatrices. Pour sûr, la vieille école avait fait de lui un dur à cuire qui sait faire respecter la loi. Tout les oppose. Shinji se remémore un instant la traque aux infos sur le net qu'il avait mené pour en apprendre plus sur ce justicier. Il n'avait connu que le sang et à mort. Il n'avait jamais dû tremper dans un trafic aussi malsain que celui des informateurs. Après tout, quand on vient d'un dojo-!! "Nishishi!!" Shinji écarquilla les yeux, secoua sa main poisseuse de sang pour en faire tomber quelques gouttes, et plaça ses mains derrière sa tête, comme on le fait lorsqu'on s'allonge dans un transat.
"Dites moi Isutake... votre dojo est encore ouvert?"
Les iris violettes de ce diable de lycéen brillèrent d'une lueur mesquine et affamée, comme si son salut dépendait de cette réponse.
 
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 5
Points : 0
Puissance : 1 350
Voir le profil de l'utilisateur
5
0
1 350
MessageLun 21 Mai - 3:20

NOM
Prénom

NOM
Prénom

「Traffic Area (Ft-Amane Isutake ) 」


"-Je préviens les secours et la police, Amane. Ils seront bientôt là.
-Reçu."

Détachant son doigt de l'oreille de son masque, le Héro observait avec attention le jeune-homme encore debout qui fanfaronnait à présent devant ses victimes. Pour une surprenante raison, Amane commençait à se dire qu'il aurait dû laisser les deux acolytes terminaient leur travail avant d'agir. L'arrogance du gamin commençait à le mettre dans une de ces colères que le Héro avait souvent en compagnie des ordures de ce monde. Une colère qui le poussait souvent à faire des bavures dans son métier. Cette colère venait sûrement de cette assurance qu'avait le garçon alors qu'il n'avait rien fait, le fait qu'il parle à Amane comme un égal, voir quelqu'un à son service ou peut-être juste le fait qu'il parle avec autant de liberté et d'assurance de son trafique. Les raisons ne manquaient nullement à Amane qui tournait son attention vers le garçon qui s'approchait maintenant de lui en plaçant ses têtes avec nonchalance derrière sa tête.

"-Dîtes-moi Isutake... votre dojo est encore ouvert ?"

Le Héro n'offrit aucune réponse au jeune-homme lorsque sa main fila soudainement en attrapant la gorge du garçon. Celui-ci avait tenté de l'éviter, il semblait rapide et agile mais le Héro était plus expérimenté. Sa main avait changé de course pour se placer à l'endroit précis où le jeune-homme tenta de s'échapper. La poigne serra fermement la gorge du garçon en le tenant droit tandis que le Héro penchait son visage vers celui-ci. Rien n'aspirait la gentillesse, ni l'héroïsme chez The Justice Soldier. Il inspirait la peur et la violence. Que ça soit de son masque implacable qui ne montrait aucune émotion, si ce n'est un aspect presque robotique, ou ses cicatrices qui étaient visibles au-dessus du masque ou encore l'arme dans son dos, rien n'aspirait la protection et la noblesse du héro. De plus, l'ex-marine était un homme qui n'hésitait pas à se salir les mains, voir frôler les limites légales qui entouraient sa vocation. Il n'était pas du genre à plaisanter.

"-Qui t'as dit que tu n'allais pas suivre le même sort que ces racailles ? Que trafiques-tu ? Et avant que tu n'oses me défier en songeant à ne pas me donner la réponse."

Amane dressa sa main libre pour la poser sur le poignet du jeune-homme en le tordant brutalement, à deux doigts de déboîter l'os. Pour l'heure, ce Garçon n'était rien de plus qu'une racaille qui commençait à créer son commerce. Il n'y avait là rien d'une personne qui suit les lois et les règles. Il ne valait pas mieux qu'un vilain et il suivrait le même traitement. A la guerre, comme à la guerre. Mais pour l'heure, Amane ne faisait que donner un avertissement. Oh...Il n'hésiterait nullement à faire du mal, même à cet adolescent. Mais il préférait tout de même l'éviter. C'était encore un jeune. Il y avait peut-être encore de l'espoir. Relâchant légèrement la pression, mais pas suffisamment pour faire oublier le danger à Shinji, il reprit de sa voix profonde et sans émotion. Cette grosse voix qui correspond tellement à l'image qu'on a des marines.

"-Deux poignets, vingts doigts. Je te conseille de répondre avant que je ne m'occupe des doigts. Est-ce clair ? Bien. Que trafiques-tu ? Et ne t'avise pas de me parler comme si nous étions égaux ou que je t'avais aidé."

Amane plissait les yeux derrière son masque à cette idée. On dit que la fierté d'un marine n'a aucune limite, c'était sûrement vrai. Les marines n'avaient qu'une famille : Les Marines. Lorsqu'on vivait l'enfer de la guerre, tuant et mourant avec des gars qui partageaient cette vie, on s'éloigne de la société. Aux yeux d'Amane, ce jeune homme était un gars qui avait vécu en sécurité dans une ville, loin des horreurs de la guerre et de la pauvreté. Qu'une telle personne ose être aussi familière avec lui sans son autorisation, l'agaçait. La voix de son assistant résonna à son oreille un instant pour lui conseiller de se calmer. Cela l'agaça d'autant plus. Cœur tendre. Il coupa son oreillette en reposant sa main sur le poignet du garçon en l'observant avec attention. La torture était une chose qui écoeurait l'opinion publique mais pourtant, on l'ordonnait aux soldats. Pendant ses années de services, même si au début il répugnait à suivre les ordres, Amane avait mené des interrogatoires musclés auprès de terroristes. Il en était parvenu à la conclusion que c'était le meilleur moyen d'avoir des informations. A tel point que des années après, il en usait jusqu'ici à Musutafu sur des gosses. Les parents ne savaient plus éduqués des enfants, c'était leur problème. Il était là pour faire régner l'ordre et recadrer les délinquants. Et ce qu'il faisait, n'était rien face à la véritable torture. Une simple discussion de courtoise aux yeux d'Amane. Si il le désirait, il pourrait faire souffrir jusqu'aux limites de la résistance mentale un Homme. Et le fait que le Héro soit ainsi prêt à aller au bout, dégageait chez lui un aura terrifiant. Un aura similaire à celui du Tueur de Héros lorsqu'il fit face aux meilleurs en les paralysant d'effroi. Amane ne plaisantait pas. Jamais.
Ses muscles épais et saillant prêt à la moindre tentative du jeune homme qui devait avoir un Alter et qui pouvait réserver une mauvaise surprise, Amane écoutait ses réponses en observant ses actions avec attention. Règle des marines : Toujours se préparer à une surprise.



Élève de seconde année
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 4
Puissance : 1 425
Voir le profil de l'utilisateur
28
4
1 425
MessageLun 21 Mai - 15:10
Traffic Area
You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
Shinji laissa échapper un petit hoquet en se faisant attraper par la gorge. Il garda son sang-froid, même s'il sentait bien que la situation se gâtait pour lui. Il plongea son regard dans celui froid du soldat qui se faisait de plus en plus menaçant.

"-Qui t'as dit que tu n'allais pas suivre le même sort que ces racailles ? Que trafiques-tu ? Et avant que tu n'oses me défier en songeant à ne pas me donner la réponse."

Rooh ce n'est pas poli d'esquiver une question avec une autre question! Nishishi... Aïe! Hm s'il me casse ce poignet, j'aurais à demander à quelqu'un de la classe de me rédiger mes réponses pour le contrôle de vendredi! Il sentait la pression sur sa chair aux deux endroits où le héros avait ses mains. Shinji respirait de plus en plus doucement pour se calmer et se concentrer sur les réponses. Il allait faire preuve de franchise, contrairement à ses habitudes. Peut-être est-ce le fait qu'il est encore dans l'ambiance du trafic qui le pousse à répondre. Ou peut-être le fait que dans deux à trois minutes il n'aura plus l'usage de ses doigts. "Est-ce clair ? Bien. Que trafiques-tu ? Et ne t'avise pas de me parler comme si nous étions égaux ou que je t'avais aidé."Mon Dieu, quel impatience! Je suis sûr qu'il est presque aussi impatient que moi! Tournant son regard une seconde sur son poignet tordu, il prit une petite inspiration et commença ses explications:

"Premièrement, que vous me réduisiez à l'état de charpie fait bien sûr partie des possibilités au plus grand pourcentage dans la situation présente, alors actuellement je me dis que je vais subir le même sort que mes camarades à moins de vous répondre avec toute ma franchise. Et je vous en prie, ne prenez pas cela pour de la provocation, c'est juste ma manière d'être depuis que je sais marcher."

Il s'humidifia un peu les lèvres et hésita entre son habituel sourire naïf ou sa tête de commerce. Il opta pour un mélange singulier des deux. Il chercha un instant ce qui était ensuite demandé puis repris:

"Ce que je trafique? Hm hé bien je donne des informations que j'ai durement recherché à mon client en échange ou de nouvelles informations, ou d'une bouteille de Panta, ou d'argent. Tout travail mérite salaire après tout! Si vous voulez le pourquoi du comment je me suis lancé là-dedans, je vous l'explique volontiers!"

Une franche coopération comme celle-ci, avec le sourire, soit on l'accepte, soit on le prend pour de la rigolade.  Mais dans le deuxième cas, cela ferait de la peine à ce cher petit Shinji! Nishishi! Haaa, les beaux jours où il lançait sa petite combine, tout seul au fond des salles de classe de son collège, appartiennent à un autre temps désormais! Il a le sens du deal maintenant, peut faire un aussi bon travail qu'un agent secret de comics, pour des sommes minables contrairement aux prix demandés dans le trafic international des informateurs. Mais il se ferait un nom, il se l'était promis! Pour lui, pour sa mère, pour que les mensonges ne restent plus enfouis dans les coins sombres des cœurs! Il ne veut plus voir de personnes comme son père, mort de disgrâce au fond de leur âme!

Son regard semblait se perdre au fond des souvenirs. Il en oubliait la douleur. Son sourire demeurait, comme s'il n'avait plus que ça pour lier le présent au passé.

 
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 5
Points : 0
Puissance : 1 350
Voir le profil de l'utilisateur
5
0
1 350
MessageMer 23 Mai - 13:28

NOM
Prénom

NOM
Prénom

「Traffic Area (Ft-Amane Isutake ) 」


"Ce que je trafique? Hm hé bien je donne des informations que j'ai durement recherché à mon client en échange ou de nouvelles informations, ou d'une bouteille de Panta, ou d'argent. Tout travail mérite salaire après tout! Si vous voulez le pourquoi du comment je me suis lancé là-dedans, je vous l'explique volontiers!"

Amane observait le visage du garçon quelques instants en fronçant les sourcils sous son masque. La main relâcha sa prise soudainement sans que le Héro ne donne une réponse à Shinji. L'intimidation semblait avoir porté ses fruits, du moins, Amane l'espérait pour l'adolescent. Le garçon ne semblait pas être vraiment méchant, simplement un jeune imbécile qui pensait pouvoir contrôler son petit monde en s'élevant dans le domaine de l'information. Mais il ne devait pas avoir conscience du mal qu'il faisait, et du danger qu'il encourait. Ce comportement irresponsable énervait Amane mais il n'avait aucune raison d'en faire plus pour ce garçon.

"-J'aimerais bien que tu m'en dises plus à ce sujet, oui. Mais pas ici, ni maintenant."

Le Héro ne parlait pas d'une voix intéressée, ni chaleureuse. Digne de son image, la voix était forte et dure tandis qu'il se tournait en approchant de l'entrée de la ruelle en faisant dos au garçon. Des sirènes se faisaient entendre à l'approcher de voitures de polices, ainsi que d'une ambulance. Des curieux s'arrêtaient sur les trottoirs de la rue qui s'ouvrait devant la ruelle tandis que les renforts arrivaient. Une voiture de police s'arrêta devant l'entrée de la ruelle en ouvrant ses portes sur des agents de la police. L'un d'eux, à la tête de chat, s'approcha de Amane en tendant sa main vers celui-ci. Le visage de chat de l'homme, au pelage gris et aux tâches blanches, portait une cicatrice à l’œil droit qui était clos. Imposant de sa stature, Shinji pourrait même y apercevoir que le corps entiers du policier était félin, même ses mains qui étaient couvertes de fourrures. Les deux discutèrent en restant à l'écart de Shinji comme deux adultes qui règlent des histoires d'enfants tandis que les deux se parlaient avec une certaine familiarité.

"-Un règlement de compte entre quelques jeunes. Ceux sur le sol ont tiré des armes blanches, j'ai donc réagi en conséquent. Celui qui est encore debout s'est retrouvé mêlé à ces racailles. Je vais m'occuper de lui, inutile de l'amener au commissariat.
-Hum...Si tu le dis, Justice Soldier. Néanmoins, il fallait réellement que tu ailles aussi loin ? Celui-ci semble avoir un bras cassé, quant à l'autre, sa main semble dans un piteux état.
-Humf...Ça leur servira de leçon. Ils veulent jouer avec des armes ? Qu'ils aient conscience des risques.
-Tu sais très bien ce qu'en pensent nos patrons, mon frère. Tu ne vas pas gagner en image si tu continues ainsi et ils pourraient bien un jour mettre fin à ton contrat. Enfin ! Je te préviens à chaque fois. On te laisse prendre la suite, on ramène ces gamins aux urgences."

Le Policier longea Amane en s'approchant de Shinji pour l'observer de ses yeux félins, tirant un carnet de sa ceinture ainsi qu'un stylo pour prendre sa déposition ainsi que son nom et prénom. Amane sourit en coin sous son masque en observant faire le policier. Ils étaient de vieux camarades des marines, dans les légions étrangères. Hiro était une personne que le Justice Soldier appréciait réellement, et c'était réciproque. Hiro était de ceux qui trouvait l'usage de la force et de la brutalité nécessaire dans cette société gangrenée par le mal. Un policier droit dans ses bottes qui faisait régner l'ordre dignement. Quant à ses avertissements, le Héro n'en était guère à ses premiers. Il avait conscience que ses méthodes déplaisaient aux sponsors qui ne pouvait l'utiliser pour vendre des produits, ou pour donner une image de héro digne de ce nom. The Justice Soldier était une personne bien trop brutale pour convenir à ce milieu. Et encore moins pour faire vendre des produits. Néanmoins, Amane n'y portait guère d'intérêt. L'argent ne l'intéressait aucunement, ni la renommée.
Lorsque Hiro en eut fini, après que les trois jeunes furent emporter par les policiers jusqu'à l'ambulance qui était arrêté plus loin, Amane échangea une poignée de main avec Hiro avant qu'ils ne partent en le laissant seul en présence du Garçon. Il prit un instant pour observer la carte de son masque, ainsi que les informations, avant de constater que les alentours étaient calmes. Hochant la tête, il se tourna vers Shinji à nouveau en posant ses mains sur les hanches.

"-J'ai envie d'un café. Nous allons parler d'homme à homme dans l'un de ceux-ci."Dit-il sans négociation. "Tu vas tout me dire sur ton trafique, petit et tu as intérêt à rien me cacher. Est-ce clair ?"

Sans attendre de réponse, mais écoutant les paroles du garçon, le Héro se mit en marche dans la ruelle en lui faisant signe de suivre. Amane connaissait un café d'une taille médiocre dans les alentours, caché dans une ruelle où quelques rares clients s'installaient la journée et le soir. C'était un endroit vieillot, où l'odeur de la cigarette et les nuages de fumées accompagnaient une petite salle autour d'un comptoir. Deux billards décorant la pièce sous des néons du siècle dernier. C'était un endroit où les vétérans se retrouvaient de temps en temps pour parler de leurs histoires autour d'un scotch ou d'un café serré. Le genre d'endroit que Amane appréciait particulièrement.
Traversant les rues, le Héro inclinait la tête vers les passants qui lui faisaient signes. Mais la plupart des regards l'observaient sans le reconnaître, d'autres en semblant accusateur à son égard. D'autres étaient compatissants. A ceux-ci, il ne montrait aucune attention tandis qu'il marchait d'un pas lourd et implacable. Son regard se tournant de temps en temps au-dessus de son épaule pour vérifier la présence de l'adolescent.


Élève de seconde année
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 4
Puissance : 1 425
Voir le profil de l'utilisateur
28
4
1 425
MessageSam 26 Mai - 15:14
Traffic Area
You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)You can call me liar (liar...)
L'attente parut interminable au lycéen. Ses articulations commençaient à s'engourdir, mais il n'avait vraiment pas envie de les sentir se briser sous la poigne de fer du héros.

"-J'aimerais bien que tu m'en dises plus à ce sujet, oui. Mais pas ici, ni maintenant."

Shinji respira enfin en sentant de nouveau le sol sous ses pieds. Pas qu'il n'aime pas gagner quelques centimètres, seulement s'il pouvait les gagner dans une poussée de croissance plutôt qu'en se faisant étrangler, ce serait mieux. Il toussa deux-trois fois pour s'éclaircir la gorge, et revint poser son regard sur la montagne de muscles. Alors il veut réellement en savoir plus. Bien, bien. J'imagine que j'ai fais le plus dur, me débarrasser de ses paluches sur mon corps. Ses pensées furent coupées par le son cacophonique des sirènes de la police. Une sueur froide descendit son échine. S'il gardait une certaine face devant ses clients, devant ses ennemis, s'il arborait son sourire naïf devant des connaissances amicales, il ne pouvait s'empêcher de trembler devant la police. Il savait très bien, au fond de lui, pourquoi il les haïssait, pourquoi il était incapable de leur montrer un certain respect. Mais rien, rien ne le ferait cracher le morceau sur cette peur mêlée à de la haine. L'agioteur tenta vainement de se calmer. Bien trop d'émotions refluaient. La crainte, qui avait pris son temps pour l'effleurer lorsqu'il répondait à Justice Soldier, prenait désormais ses quartiers dans sa tête. Sans parler de son impatience de sortir de cette situation, la contrariété, la fatigue de sa journée de cours... Tout cela lui donnait presque envie de vomir tandis que l'air alourdi de tensions se jouait de lui. Quand le chat policier s'approcha de lui pour prendre sa déposition, son sourire devint une grimace qui se décomposa en une expression de dépit entrelacée d'une lueur d’insolence dans son regard. Il ne se fit pas prier pour répondre sciemment aux questions, observant son client et ses sbires se faire déménager dans les ambulances. Lorsque le héros se retourna vers lui, Shinji cacha son dégoût sous sa joviale tête de trafiquant bienheureux.  

"-J'ai envie d'un café. Nous allons parler d'homme à homme dans l'un de ceux-ci. Tu vas tout me dire sur ton trafic, petit, et tu as intérêt à rien me cacher. Est-ce clair ?"

L'adolescent hocha la tête, et suivit sans discuter. Il marchait dans le dos de Justice Soldier, le nez en l'air. Le ciel se drapait enfin de sa robe étoilée. Criminelle beauté, insaisissable, elle fait pleurer les poètes, elle fait chanter les artistes, guide les voyageurs et les savants vers leur but, voluptueuse et si séduisante, elle console les enfants, soulage les adultes, éclaire leurs pensées. La nuit ne sait mentir, elle arrive, s'installe le temps d'un souffle de répit, et repart, traînant l'aurore dans ses voiles. Elle rend les rues de la ville uniques, dès que ses ombres embrassent les tours, les appartements, les pavés. Mais l'agioteur ne sait apprécier sa douce imposition sur Musutafu. Certes sa cape est aussi noire que le bitume et se fondrait à merveille dans ce décor changeant, mais rôdent dans l'antre de l'ébène des êtres, toujours plus avides de violence. Il ne souhaite pas se faire prendre en traître à l'angle d'une rue.

Ce soir pourtant, c'est différent. Il le sent. Rien ne lui arrivera.  

Enfin, l'odeur des cigarettes l'entourèrent, les néons clinquants s'invitèrent dans son champ de vision, les bons rires et les voix graves de virils hommes lui parvinrent. Il cligna des yeux. C'est bien différent des bars qu'il fréquente. Il s'accommoderait à l'ambiance dès qu'il serait assis avec un verre d'eau pour raviver sa gorge sèche. Il attendit sagement que le héros lui montre où s’installer et qu'il lui redemande ce qu'il veut entendre. Nishishi!... C'est bien la première fois qu'on s'intéresse à moi. Maintenant que j'y pense, j'ai eu des tas de demandes, mais aucune n'a jamais portée sur moi. Étonnant n'est-ce pas? Au fond, tant mieux que personne ne l'ai fait jusqu'ici. Rien de bon n'arrive quand on cherche à trop en apprendre sur moi. Il ne put s'empêcher de soupirer.    
 
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suite area
» 2009-10: trophée ligue blood bowl
» Amane-Chan , pandalette feu [niv.138]
» Organisation de la guilde : rangs, droits et Area
» DEATH NOTE - Lisa Amane - Vers détenue - (RAH 380)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville-
Sauter vers: