• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 The Justice Soldier [Terminée]

My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 5
Points : 0
Puissance : 1 350
Voir le profil de l'utilisateur
5
0
1 350
MessageSam 12 Mai - 16:21
image_banniere
• Nom : Isutake
• Prénom : Amane
• Surnom : The Justice Soldier
• Age : 45
• Sexe : Mâle
• Groupe : Héro
• But : Faire régner la justice et l'ordre.

Body strengthening : L'Alter permet de renforcer l'éfficacité d'une partie du corps de son utilisateur durant une durée de une minute pour dix secondes de rechargement. Son utilisateur peut en user dans un maximum de 5 minute mais à cet instant, l'alter est inutilisable durant 24 heure. Il ne cible qu'une partie du corps à la fois.



L'Homme qui atteint le mètre quatre-vingt n'est plus tout jeune. Néanmoins, son physique est entretenu par une musculation intensive qui lui fait garder une stature droite et imposante. En le voyant, on peut facilement voir en l'Homme le corps d'un ancien combattant d'art martiaux ou même un soldat. En cause sa posture toujours droite et sérieuse, tiré comme une épingle.
Son visage est marqué par les rides d'un âge qui s'approche de la cinquantaine lentement, creusant des marques sur son front ainsi qu'autour de ses yeux aux teintes noisettes. Ses traits sont robustes, un visage qui est carré et dont les mâchoires sont parfaitement dessinés sous une barbe qui en suit les formes. Son nez est large ainsi que proéminent selon des traits qui ne sont pas asiatiques. D'ailleurs, ses yeux qui sont légèrement en amandes, sont plus ouverts que la normale asiatique. On comprend alors, facilement, que l'Homme n'est pas d'origine purement japonaise mais métisse. Des cicatrices marquent son visage sévère en deux balafres profondes qui ne laissent pas sans stupeur : L'une d'elle traverse ses lèvres sur le côté gauche en remontant sur sa joue. Une autre s'ouvre au-dessus de l’œil droit de l'Homme en remontant sur son front. La barbe qui couvre son visage est blanche à présent, marque de son âge mais précoce. Ses cheveux blancs sont plus cours sur son crâne, s'attachant derrière son tête. Mais ce qui marque réellement le visage de l'Homme est une magnifique moustache qu'il s'est laissé pousser depuis quelques années. Son expression est souvent sévère mais elle offre aussi un côté paternel par des sourires chaleureux et rassurant, ainsi que des yeux stricts mais dont le regard est protecteur et à l'écoute.
Son corps est imposant, forgé par des années d'entraînements intenses qu'il continue malgré son âge dans sa propre salle de musculation. Passant des heures par jours à renforcer son physique, l'homme possède des épaules larges et solides qui forgent également un cou épais. Les muscles roulent sur ses bras ainsi que sur ses cuisses aussi robustes et entraînés que le reste. Son torse est imposant dû à sa musculature ainsi que son abdomen. En soit, le Héro est l'incarnation du justicier type qu'on trouve dans les comics américains. Mais sa taille n'est néanmoins pas des plus impressionnante car si elle est correcte, elle n'est pas celle d'un géant. Il n'atteint que le mètre quatre-vingt après tout. Lorsqu'il est découvert, on peut également observer que contrairement aux héros de comics, la vie de héro est dangereuse et laisse des marques. Si les muscles sont attrayants, les cicatrices le sont bien moins et l'Homme n'y a pas échappé. Des cicatrices marquent ses bras profondément en des dessins écœurants ainsi que le reste de son corps. On peut compter une vingtaine de cicatrices différentes allant des blessures par balles, à des lames ou des brûlures. Dont une profonde et vraiment dérangeante qui lui marque une partie du corps, celle de droite, sur le flanc : Une brûlure profonde qui a défiguré les chairs du héros.  

Mais lorsqu'il enfile son costume, on découvre un nouvel homme : The Justice Soldier.
Son costume n'est pas celui d'un débutant mais d'un Homme qui connait la guerre, et qui sait s'équiper convenablement pour lutter contre les dangers de la société. On peut faire facilement le lien entre son costume et la tenue d'un soldat. Il porte des bottes solides, des "rangers", dont les semelles sont renforces de fers. Il porte un treillis en fibre renforcé en noir complet, mais possédant ses nombreuses et larges poches qu'on trouve sur ceux des militaires, ainsi que la fluidité requise pour permettre à un soldat de se plier et courir sans gène. Il porte ensuite un T-Short moulant sous une veste de cuir robuste aux couleurs très américaines : Bleu / Rouge / Blanc ainsi que des lignes noirs qui appuient les traits de la veste et son esthétique. Ce n'est pas un hasard, le héro semble vouloir être facilement reconnu. Par-dessus la veste est passé un harnais où sont glissés divers outils comme une radio, des menottes, un paquet de cigarette et un couteau sous son bras droit. A sa ceinture est visible un ajout où sont placés divers grenades : Deux lacrimo, deux aveuglantes et une explosive et deux paralysantes. Dans son dos, le harnais laisse place à un endroit où il peut glisser son légendaire fusil anti-crime. Il ne tire aucune balle létale mais des balles sophistiqués qui ont été inventé par sa femme pour l'aider dans son métier de héro : Des balles aux charges électriques pour paralyser ( des sortes de tasers ), des balles explosifs pour des écrans de fumées, des balles en plastiques (usé par les forces de l'ordre) ainsi que des balles qui placent des traceurs.
Enfin, pour compléter sa panoplie de héro, The Justice Soldier porte un masque sur le visage qui est capable de résister à des balles de petit calibre et qui présente des lunettes numériques pouvant lui afficher diverses informations envoyés par ses assistants. On peut également noter qu'il porte des gants dont les phalanges sont renforcées par des plaques de fers. En général, il porte également sous sa veste un gilet par balle en kevlar.



Amane est une personne qui peut faire peur par son apparence sévère et implacable. Mais comme souvent chez ces personnes, il possède un cœur doux. Amane est un père dans l'âme qui possède un amour absolu envers son unique fille : Aina. Pour son sourire et son bonheur, Amane est prêt à tout réaliser. Sa fille est la chose la plus sacrée à ses yeux, son trésor et la personne qu'il doit protéger à tout prix. D'ailleurs, c'est un homme qui aime les enfants particulièrement, il apprécie les voir jouer et les voir vivre en paix, s'amuser et s'épanouir. C'est en soit, un gros ours protecteur et paternel. A ses yeux, les enfants sont l'incarnation de l'innocence dans le monde, la pureté de l'Homme. En retour, il voue une haine farouche envers ceux qui s'en prennent à des enfants jusqu'à ne vouloir que la mort pour les pires d'entre eux.
Amane est une personne pour qui la famille est importante. A ses yeux, la famille est un cercle intime qui est le foyer de tout homme dans un monde dangereux et brutal. Il aime avoir sa famille et vivre cette vie de Père. A ses yeux, avoir une famille, c'est aussi avoir des obligations et des responsabilités. On ne peut faire le mal sans que ça touche et brise sa famille. Ainsi, chaque personne qui possède une famille, doit agir en conséquence.
C'est également un homme qui aime s'amuser avec ses collègues ou amis. Boire un verre avec eux, jouer aux cartes en fumant des cigares, faire des blagues et aller faire des sorties. Il apprécie par exemple aller à des festivals de Rock ou de Métal avec ses amis de longues dates pour s'éclater durant plusieurs jours sur les groupes qui ont bercé son enfance et d'autres. Il aime également observer les championnats de l'U.A avec ses amis en encourageant les participants ou même d'autres sports passant à la télé. Une vie sans avoir d'amis à inviter chez lui ou à aller voir, lui serait bien pénible. Il aime l'amitié, et s'amuser et se détendre. Les amis, les vrais, sont de la famille comme il dit.

C'est un homme de devoir également, envers son pays comme envers les autres. Pour lui, il n'y a rien de plus honorable que de servir son pays loyalement. De respecter l'ordre et les lois en vigueurs. De savoir se tenir en société et de se comporter dignement. C'est une personne droite qui aspire à veiller à ce que les autres se comportement en suivant les règles de la société et avec honneur. A ses yeux, la seule justice est celle des lois du pays. Pourquoi ? Car les lois sont objectives et morales. Et rien n'est plus digne qu'une justice qui règne dans une République et une démocratie.
Ainsi, il est sévère envers les autres pour veiller à ce qu'ils comprennent et suivent ces règles. Mais également en raison de son expérience dans l'armée qui lui a enseigné la discipline et l'ordre. Sa sévérité n'est nullement méchante, si il l'est, c'est pour enseigner à ses subalternes, enfants ou apprentis le digne comportement que doit avoir un homme ou une femme dans la société, plus encore si il aspire un être un symbole pour les autres. Car rien n'est plus indigne qu'une personne qui n'en fait qu'à sa tête en nuisant aux autres. Et pire encore lorsqu'elle s'affranchit des règles pour devenir un vilain. A cette instant, elle mérite punition et châtiment.
Amane est une personne très droite et carrée donc. Mais aussi légèrement maniaque. Il a tendance par exemple à tout ranger à sa place et de façon très organisé chez lui ou dans son bureau. Il n'aime pas le désordre et veille à ce que rien ne le soit autour de lui. Il tient par exemple un planing très précis et organisé sur son emplois du temps. C'est une personne qui ne parvient jamais à se poser réellement, qui est toujours à cent à l'heure et qui est continuellement sous tensions. A tel point qu'il ne prend jamais de vacance et n'est souvent pas présent chez lui avant tard le soir.
Amane est une personne altruiste dans le sens où il est prêt à mettre sa vie au service des autres, plutôt que pour lui même. Néanmoins, il sait qu'il est ainsi car la société moderne lui permet. Comme il le dit souvent aux vilains : "Remerciez la Société pour ses règles. Car si on vivait dans l'anarchie, je serais le pire monstre qu'il soit." Amane est un Homme avant toute chose. Et si jamais les règles de la société disparaissait, il ferait régner sa loi par la force. D'ailleurs, ne le fait-il pas en temps que héros ? Il en est conscient et ça ne le gène pas. La justice doit être imposer par la force si nécessaire. Ainsi, il n'hésite pas à y aller de main forte contre les vilains pour leur faire comprendre qu'on ne peut se soustraire à la justice impunément. La force est ce qui fait régner l'ordre. La force mais également la peur. Et c'est pour cette raison qu'Amane est une personne qui aime inspirer la peur à ses victimes. Qui plus est, il prend un certain plaisir sadique lorsqu'il brutalise les vilains qui le méritent. Pour eux, il n'a aucune pitié.

Car avant d'être un père, il est un soldat de la justice. Et il la fera régner par la force là où des Hommes se refusent à la suivre. Poing contre poing, arme contre arme, vie pour vie.




The Justice Soldier
"Veux-tu goûter à un avant-goût de ma justice ?"

Amane Isutake est né dans Musutafu durant un printemps, il y a maintenant quarante-cinq ans. Il hérite son alter de son Père qui tenait à cette époque un Dojo où on enseignait l'évolution des arts martiaux en mettant en avant l'usage des Alters pour adapter aux changements de la société. Son père était un homme droit et sévère qui éduquait d'une main de fer ses enfants selon les traditions millénaires du japon, il se nommait Hiro Isutake. Quant à sa mère, elle était professeur dans une école de Héro où elle enseignait l'Anglais aux aspirants. Elle était douce, et la seule capable de faire ronronner le père implacable du jeune Amane. Elle était américaine, se nommant Anna Isutake. Amane était un garçon intelligent et curieux durant son enfance qui aimait faire plaisir à ses parents dont il était l'unique enfant. Une enfance qu'il passa dans les dojos de son Père qui l'entraîna pour en faire son héritier, ainsi qu'en suivant les cours dans l'école du quartier. Amane avait l'avantage d'une mère étrangère qui lui enseigna rapidement l'Anglais, devenant bilingue.
Son enfance n'a rien de particulière cependant. C'était un enfant souriant et sérieux qui avait des résultats correctes à son école. Amane ne manquait nullement d'amis dont la plupart était inscrit auprès du dojo Isutake où ils s'entraînaient avec lui sous les enseignements de son père. Rapidement, grâce aux voyages de sa Mère qui lui rapportait des souvenirs, Amane découvrit les comics américains qu'il dévora durant toute son enfance. Il était envoûté par l'aspect fort et inflexible des héros américains qui inspiraient les foules de leurs muscles et de leurs mots. Plus encore des héros qui utilisaient toutes sortes de gadjets et d'armes. Le garçon avait une certaine attache pour l'un de ces héros de comics qui faisaient régner la justice en dehors des lois d'un pays incapable de châtier les vilains. Un justicier hors la loi qui punissait les criminels à sa manière.
Lorsqu'il termina le collège en étant premier de sa section, en grande partie grâce à ses résultats en sport durant les tournois d'arts martiaux de son collège, Amane réussit à joindre l'U.A dans le souhait de devenir un Héro professionnel afin de faire valoir l'enseignement du Dojo Isutake dont il aspirait alors à reprendre la succession lorsque son père n'aurait plus la force de continuer à entraîner les aspirants. Ainsi que de profiter de l'argent pour investir dans le Dojo. Mais ce n'était pas les seuls raisons, Amane était un garçon qui avait une réelle vision de la justice et qu'il aspirait à réellement la défendre. A protéger les innocents et incarner la justice comme un de ces héros américains dont il était encore grand fan. L'Alter de Amane était polyvalent mais difficile à maîtriser. En mélangeant la maîtrise acquise par les entraînements de son père aux arts martiaux, ainsi que l'éducation de l'U.A, Amane devînt une véritable arme de la justice.
Mais durant ces années, il fit plusieurs découvertes sur le monde qui le changea lentement. L'une d'elle était dû aux informations qui retransmettait sur une guerre qui ravageait des pays lointains. Durant son enfance, et les prémices de sa jeunesse, Amane ne s'était concentré que sur le fait qu'il y avait des Héros et des Vilains. Mais il en avait oublié et ignoré que le monde n'était pas seulement composé de ces deux choses. Les pays se faisaient la guerre dans le monde, des batailles entre le bien et le mal où les héros n'étaient pas présent. Des femmes, des enfants et des hommes qui étaient gouvernés par des tyrans et qui tremblaient au son des bombes. Durant cette période, Amane commençait à songer à un moyen d'y intervenir en restant sur la voie qu'il s'était choisi : Devenir un Héro. Aux fils des années, l'idée de joindre l'armée germa dans son esprit.
L'autre vînt lorsque durant son stage de dernière année, un vilain fit bruit dans la ville. Il ne s'agissait pas d'un simple vilain qui causait des troubles mais d'un véritable tueur. Par manque de chance, Amane se trouva sur son chemin en présence de son maître de stage ainsi que de divers héros. Le Vilain était monstrueux, jamais Amane n'avait senti autant de haine dans le regard d'une personne, ni autant d'envie de meurtre. Son corps en avait été figé sur place tandis que les héros se lancèrent contre lui. Mais le Vilain n'usait pas seulement de son alter. Loin de là. Celui-ci utilisait également des armes à feux. Après plusieurs longues minutes d'affrontements, les héros le mirent K.O mais ce n'était pas sans le prix d'une vie. L'un des héros gisait sur le sol, une balle l'ayant touché en lui ôtant la vie sur le coup. Ce jour là, Amane prit conscience que malgré les Alters, les héros restaient des hommes de chairs et de sang. Et que la vie était facile à perdre. Etre un héro impliquait de se battre en mettant sa vie en jeu. Comme un soldat met sa vie en jeu pour protéger les intérêts de son pays.
A l'époque, Amane portait un costume de héro faisant songer aux arts martiaux. Et son nom de héro était : Martial Men. Mais à la fin de sa dernière année, le garçon qui était devenu maintenant adulte, portait un costume de soldat aux couleurs bleu, blanche, cramoisie et noir. Et son nom était The Justice Soldier. En mémoire pour ce héro qui avait donné sa vie pour la justice, Amane serait un soldat qui risquerait la sienne en retour, pour protéger les innocents. Tel est la voie des Héros.

Ainsi, à la fin de ses études à l'U.A avec son diplôme en main, Amane ne devînt pas un héro professionnel. Profitant de sa mère et de ses origines américaines, il alla aux Etats-Unis pour postuler dans les légions étrangères des marines afin d'être envoyer dans des pays en guerre. Pendant vingt ans, il fut dans les commandos des marines dans les pays du Moyen-Orient en prenant part à divers affrontements et campagnes dans les pays sensibles. Amane y apprit la nature humaine avec plus de profondeur que durant une vie dans une ville en paix. Il vît aussi que la frontière du bien et du mal était plus flou qu'on ne le pensait. Que ça soit l'ennemi ou les alliés, des hommes sans respect pour la morale rôdent.  
Durant ses premières années sur les fronts, Amane eut plusieurs histoires à cause de ses agissements contre d'autres soldats qui allaient trop loin sur le front. Les dénonçant par la suite aux supérieurs, il fut rapidement connu comme étant une balance. Et dans l'armée, on n'aime guère les balances. Ainsi vînt un soir où sortant des douches pour revenir à sa tente, l'Homme fut attaqué par une dizaine d'homme portant des cagoules qui le tabassèrent brutalement. Amane n'en ressortit pas indemne et fut transféré dans une cellule de soin où une infirmière du nom de Nina Andrew s'occupa de lui. Le soldat crut voir un ange au-dessus de lui lorsqu'il reprit conscience. La femme était pâle, mettant en valeur ses longs cheveux d'un blond pur et ses yeux d'un bleu profond. Elle lui offrait des sourires doux et craquant. Le soldat s'éprit dès le premier regard de cette femme.
Aux fils des années, Amane monta en grade dans l'armée en atteignant le poste de Sergent-Chef dans sa section. Il avait cessé d'être sur le dos des autres soldats directement, comprenant que ses méthodes n'étaient pas adéquates. Il préféra travailler sur son évolution afin de pouvoir ordonner aux soldats le bon comportement sans qu'ils ne puissent rien faire. Ainsi, il fut un instructeur implacable qui faisait suivre une discipline de fer. Si il jugeait un élément impropre pour représenter l'armée, il l'excluait du front sans ménagement. A son service, il ne désirait que les meilleurs et les plus nobles. Des gars sur qui on pouvait compter et qui représentait la justice.
Les batailles étaient souvent violentes, les ennemis usant d'alter sans ménagement contre les militaires. Et Amane avait l'habitude de mener ses hommes directement sur le front, en ne restant jamais en arrière. Ce qui lui valut de nombreuses blessures le forçant à aller auprès de l'infirmerie où Nina s'occupait de lui. Ils échangèrent de nombreuses discussions, partagèrent leurs aspirations et rêves. Nina appréciait le caractère d'ours grincheux d'Amane, en sachant qu'il avait dans le fond un cœur doux. Et plus encore, elle aimait son esprit héroïque et noble. Quant à lui, il aimait la douceur de cette femme qui arrivait à l'atteindre et l'apaiser. Son rire doux et son esprit joueur. Après plusieurs années à ne se voir qu'en retour de mission, Amane prit les devant en l'invitant à boire un verre où il se déclara. Et l'infirmière accepta.
Mais les supérieurs d'Amane n'appréciait guère sa façon de faire. Sa section était implacable et surtout, elle n'hésitait pas à dévoiler les affaires louches de l'armée. Si elle continuait ainsi, elle en dérangerait certain qui ne désiraient pas qu'on apprenne leur méfait. C'est à cet instant qu'on envoya l'escouade d'Amane dans une mission qui avait tout l'air d'être une partie de plaisir pour ces vétérans. Mais qui en vérité, était une mission suicide. On leur avait demandé de patrouiller et d'enquêter sur une cache terroriste en leur assurant qu'ils seraient en sous-nombre. Mais la vérité était tout autre : La cache était une base ennemie.
A peine furent-ils sur place que les ennemis s'en prirent à eux dans une fusillade mortelle, plusieurs hommes tombant au sol sous les tirs ennemis. Amane et les autres se cachèrent derrière des ruines en tirant et usant des alters mais l'ennemi était en surnombre et mieux armés. Les explosions résonnaient partout aux alentours, les balles sifflaient aux oreilles, les cris faisaient échos dans la vallée. Ils étaient à la merci de l'ennemi. Il n'y avait plus aucune chance. Amane ferma ses yeux, revoyant cette scène où il s'était retrouvé paralysé de peur devant ce vilain et son arme. Non. Il ne serait plus jamais ainsi. Quitte à sacrifier sa vie, il se battrait. Ouvrant ses yeux d'un air décidé, le Sergent se releva devant les yeux de ses hommes apeurés.

"-Ne vous en faites pas, les gars."

On ne peut fuir sa véritable nature. Durant toute son enfance, Amane n'avait qu'un rêve en tête : Devenir un héros. Un super-héros. Mais il avait oublié cette aspiration dans l'armée. On lui avait enseigné à être un soldat, un numéro parmi une liste. Quand avait-il oublié son rêve ? Les enseignements de l'U.A lui revinrent en mémoire tandis qu'il ramassait un deuxième fusil qui était abandonné sur le sol. Les balles ricochaient contre les murs, des pierres volant autour de lui.

"-Je m'occupe de tout. Dégagez."

Les soldats observaient leur sergent qui se tenait debout malgré les tirs ennemis qui mitraillaient les murs de la ruine où ils s'étaient réfugiés. Le Sergent restait droit en leur tournant le dos, la voix plus grave et déterminé que jamais. Amane avait ouvert à nouveau les yeux. Ce monde était pourrie. La gangrène était présente même dans les forces qui défendaient les nations libres. Et lui. Il les avait servi sans rien dire. Cessant même de lutter contre. Il avait eu peur. Peur d'être à nouveau tabassé ou pire encore, par ces personnes. Cette peur. Plus jamais il n'en serait victime. Au contraire. Il la fera ressentir aux vilains, quel qu'ils soient.
Fronçant ses sourcils en bondissant à l'extérieur des ruines, l'Homme activa son alter qui s'était renforcé par son service dans l'armée, et l'expérience du terrain. Sur le front, on se bat pour survivre à chaque instant. Et le fait de combattre pour sa vie, le spectre de la mort toujours dans votre dos, vous fait dépasser vos limites. Ses yeux étaient plus vifs et efficaces. Suivant les balles et les trajectoires, il courrait en les évitant. Bondissant, roulant et rampant derrière les pierres, débris et ruines. Se redressant en tirant sur les ennemis, encore et encore. Des balles le touchèrent. L'épaule, le flanc, le bras. Mais il ne ressentait plus aucune douleur.

"-Vous savez ce qu'on dit d'où je viens ?!"

Sautant hors de sa cache en lâchant chargeant vers les positions ennemies qui n'étaient maintenant plus qu'à quelques mètres. Activant son alter sur sa jambe droite en pliant le genou. Dans un cris de courage, le soldat bondit dans les airs sur les derniers mètres en tournoyant pour placer ses viseurs sur le dos des terroristes éberlués.

"-Au delà des limites ! PLUS ULTRAAAAA !"


Il avait mal. Terriblement mal. Clignant des yeux lentement, Amane observait le ciel où pointait les premiers rayons du soleil à présent. Les images de la nuit lui revenaient brutalement en tête. Les visages des terroristes qui les canardaient depuis leur position, ceux de ses compagnons tombant sur le sol pour y crever comme des porcs à l’abattoir. Mais il en avait sauvé plus encore. Mais les pires images n'étaient pas celle-ci. C'était le visage de ces terroristes en question qu'ils avaient tué. Une véritable boucherie. Et dans ces visages, il y en avait d'enfant. Des enfants qui portaient des fusils. Il pensait pouvoir partir en paix mais ces souvenirs le hantaient durant ces derniers instants. Et merde. Je suis vraiment pas fait pour ça. Alors qu'il allait laisser son visage tomber pour quitter ce monde, une main se posa sur son ventre dont le T-short était troué de plusieurs balles. Cette main...

"-Reste..."

La voix de Nina résonna à son oreille, une voix brisée par les sanglots et la tristesse. Trouvant la force de tourner son visage vers celui de la femme, comme si il s'agissait là de l'ange de la mort qui venait à lui, l'homme sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. Jamais il n'aurait imaginé voir une telle peine déchirée le visage doux et souriant de celle qu'il aimait. Posant sa main sur celle de Nina, il hocha doucement le visage. Il resterait, il le devait. Amane ne désirait pas voir cette tristesse une seconde de plus sur le visage de sa compagne. L'alter de Nina était de type guérison. Mais le soleil était nécessaire pour son utilisation car elle y puisait l'énergie. Durant de longues minutes, Amane lutta contre la mort en s'accrochant à la seule chose qui compter assez pour ses yeux : Nina. Par miracle, celui-ci tint bon.

"-Quand tes hommes sont rentrés pour demander des renforts, les supérieurs ont refusé. Malgré les plaintes des soldats qui trouvaient cela intolérable, ils n'ont pas changé d'avis. Alors je n'ai pas attendu plus longtemps. J'ai pris un véhicule et je suis venu ici au plus vite. Je...J'avais peur d'arriver trop tard, de te trouver mort et quand je t'ai vu dans ton sang...j'ai vraiment cru...
-Tout va bien, Nina. Ne pleure plus."

Amane lui saisit doucement le menton en lui offrant un sourire rassurant tandis que ses blessures étaient refermées. Cependant, tout n'allait pas si bien qu'il le prétendait. Les blessures l'avaient considérablement affaibli, à peine tenait-il encore debout. Et la douleur le prenait encore par pulsations dans tout le corps. Lui volant un doux baiser, il ramasse un de ses fusils sur le sol en marchant vers la voiture. Elle s'avança derrière lui mais il se retourna en posant un regard dur vers elle.

"-Patiente ici, Nina. Ce que je vais faire, ne te plaira pas."

Elle écarquilla les yeux à cette annonce.

"-Que veux-tu dire ?
-Qu'on m'envoie à la mort pour une cause juste ne me dérange pas. Mais que des crapules envoient de braves soldats crever pour protéger leurs méfaits m'est intolérable. La justice ne pourra rien pour eux tant qu'ils seront en sécurité ici. Alors je vais me charger de la faire entendre."

Amane s'en détourna dans un pas décidé, jusqu'au véhicule que sa compagne avait utilisé pour venir jusqu'ici. Dans son état, l'homme espérait sincèrement que les autres soldats du camps ne se mettent pas en travers de son chemin. Mais il comptait bien faire justice. Mais à l'instant où il chercha les clés, elles lui tombèrent sur les genoux alors que Nina s'asseyait à ses côtés en le regardant d'un oeil sévère.

"-Premièrement, voici les clés, Sergent-Chef. Et deuxièmement, je pense que vous n'avez pas réellement compris que là où vous irez, j'irais à présent. Je refuse de te retrouver dans un tel état, tu comprends ?"

Amane observait cette femme qu'il avait connu douce jusqu'à aujourd'hui. Mais à présent, elle semblait plus décidée qu'il ne l'était et aussi inflexible. Soupirant, l'homme était partagé entre l'envie de l'embrasser ou de répondre. Finalement, il ne fit aucun des deux en mettant le contacte.

"-Ais-je vraiment mon mot à dire ?
-Non.
-Je me disais bien."


Voila maintenant deux ans qu'il avait quitté le front après avoir lancer une attaque sur les supérieurs de son camp marine et les avoir forcer à avouer leurs crimes. Si Nina n'avait pas été à ses côtés ce jour là, l'ancien marine aurait sûrement tué jusqu'aux derniers des ces salauds. Mais finalement, justice avait été faite. En ce qui les concernaient eux. Après cette histoire, Amane avait décidé de quitter l'armée américaine pour rentrer chez lui. De toute façon, les Marines ne voulaient plus de lui. Mais à sa surprise, même si il n'aurait pas dû en douter, Nina décida de le suivre.
Les deux amoureux s'installèrent dans la ville natale d'Amane, Musutafu, où ils ouvrirent une agence de Héros professionnel. Amane pouvait en profiter grâce à son diplôme mais Nina ne le possédait guère. Cependant, ses talents de guérisseuses mais également ses connaissances en bricolages et numériques firent d'elle une parfaite assistante. En vérité, Amane ne désirait rien de plus qu'elle à ses côtés. Reprenant son nom de héros, The Justice Soldier arrivait dans la cour des grands. Et sans ménagement. Ainsi apparut le héro soldat qui rôdait dans la ville en compagnie de son fusil. La première affaire qui fit parler de son agence et de lui même concerna l'arrestation d'un gang criminel dans les faubourgs de Musutafu. Le justicier était intervenu dans le bâtiment où se cachait les trafiquants avec son fusil en faisant un véritable massacre. Il ne tua aucune personne, son arme n'usait que de balles non-létales qui alternaient charges électriques pour paralyser et balles à blanc. Pour les alters de renforcement, il possédait des balles réelles mais n'en usaient que pour eux et en visant les articulations. Suivant les indications que lui transmettaient Nina aux lunettes de son masque et à l'oreille de son masque, le justicier encore inconnu fit un travail remarquable. En moins d'une heure, tous les membres du Gang avait été mi hors d'état de nuire. Mais on parla également de l'effroi qu'ils témoignaient à son égard ainsi que des blessures sévères qu'il avait causé.
The Justice Soldier avait brisé de nombreux bras, doigts et os durant sa mission contre le Gang. On parlait également d'un homme qui ne pourrait plus jamais remarcher de sa vie. Les accusés parlaient du héro comme d'un monstre sans pitié, un véritable démon. Les seuls mots de Justice Soldier devant les journalistes fut ceux-ci :

"Je ne suis pas comme All Might et les autres Héros. Si vous osez vous affranchir des lois, sachez que je me trouverais sur votre route. Et à cet instant, je n'aurais aucune pitié pour vous."

La violence des interventions du Justicier tranchait la population en deux lorsqu'on leur demandait leur avis dessus. Certains trouvaient cette violence indigne d'un héro professionnel tandis que d'autres trouvaient qu'elle était justifié et nécessaire. Après tout, les vilains ne méritaient que ça ! Mais la violence était pardonnée lorsqu'on avait conscience de l’efficacité implacable dont faisait preuve le Héro avec son assistante. Qu'importe la mission, il la réussissait. Pour deux raisons principales : La première était que, comme un véritable commando, Justice Soldier préparait toujours minutieusement ses opérations dans les moindres détails. Tandis que Nina, son assistante, lui transmettait toutes les informations sur le terrain et changement dans les prévisions. Ces deux personnes ne faisaient qu'une. Et la deuxième raison était la volonté inébranlable du justicier qui imposait le respect. Une seule de ces opérations où sa volonté fut visible, a été réellement publique durant un temps. Lors d'un assaut sur une cache des Yakuzas, le Justificier avait mené sa mission à bien malgré des blessures graves. Les images des journalistes qui l'avaient filmé et photographié lorsque les urgences l'avaient récupéré, avaient fait un certain bruit dans les environs de la scène. Le Justice Soldier était en sang, son visage traversé par une atroce griffure tandis que son bras droit pendait mollement à son flanc. Mais à cet instant, il restait droit en fixant les journalistes et les témoins. En proclamant :

"Vous pensez que je souffre ? Ce n'est rien. Savez-vous pourquoi ? Car c'est le lot d'un véritable héro. Et à l'attention des vilains : Vous souffrirez bien plus que moi, si je vous trouve."

Mais à chaque fois qu'ils rentraient de ses opérations périlleuses, Nina l'attendait dans les locaux de leur agence. Toujours inquiète pour lui, toujours à ses côtés. Elle écoutait ses doutes, ses peurs, ses plaintes. Elle le rassurait, l'épaulait et le soutenait. Sans elle, jamais Amane n'aurait eu la force de tenir comme il le faisait. C'était elle qui le guidait. Et les mots qu'ils prononçaient aux journalistes, c'était pas les siens. C'était celle qu'une voix d'ange lui murmurait à l'oreillette. Et c'est ainsi que le Justice Soldier devînt le traqueur des contrebandiers et des gangs qui rôdaient dans les ombres de la civilisation. C'était son domaine, un domaine dans lequel il excellait. Lui qui avait vue les horreurs de la guerre, qui avait vécu avec le spectre de la mort sur les épaules, il était le seul à être capable de faire ce travail. Le seul à pouvoir résister à ce poids. Il en était convaincu.



Comment avait-il pu penser ça ?
Durant cinq années, leur carrière de Héro et d'assistant de héro fut une réussite. Jour après jour, ils gagnaient en influence et en reconnaissance. Jour après jour, ils mettaient derrière les barreaux des ordures de la pire espèce. Mais la vie d'Amane avait été aussi pleine de merveille. Il avait retrouvé ses anciens amis de l'U.A avec qui ils allaient souvent boire des verres ou regarder des matches à la télé. La plupart lui reprochait son image sévère et violente, d'autres trouvait que le Justice Soldier était un symbole remarquable et qu'il était sur la bonne voie, tant qu'il ne franchissait pas la frontière. Mais ils étaient tous sur la même longueur, acceptant la façon de faire des uns et des autres. Et c'était souvent des discussions de fin de soirée quand l'alcool était fort. Il s'était également marié avec Nina, sa petite ange, et une année après, il avait eu le bonheur d'être père d'une fille parfaite. Son trésor. Ses parents adoraient leur belle-fille, qui parvenait même à adoucir son père pour la première fois. Mais lorsque le Père Isutake rencontra sa petite-fille pour la première fois, son coeur de pierre s'enflamma pour devenir aussi tendre que de la guimauve.
Ces beautés et douceurs de la vie apaisaient le cœur du vétéran qui y puisait la force de mener ses missions de héro dans les endroits lugubres de la société. Evidemment, il n'en tirait pas autant de renommée ou de gloire que ceux qui arrêtaient des vilains publiques et aux yeux des médias. Mais il en était tout aussi satisfait. Et moins les gens sauraient à quel point il pouvait être brutal, mieux cela vaudrait pour sa carrière. Il ne prit jamais de stagiaire d'ailleurs, jugeant ce qu'il faisait trop dangereux pour impliquer un jeune bleu qui ne connaissait rien à la guerre et à la mort. Nina était la seule qui le comprenait et lui convenait. Aux boutades de ses amis héros. "Tu sembles être un soldat sans sentiment, mais au fond, tu es juste un grand amoureux, Amane !" Il l'était oui. Mais il ne cachait à personne que bien qu'il soit amoureux et aimant, il était de ceux qui n'avait aucun sentiment, ni aucune pitié, envers les criminels. En vérité, il trouvait même une forme de plaisir à leur briser les os.

Mais un jour, cette vie paisible et contrôlée se brisa brutalement pour lui.
C'était une journée normale. Leur fille était chez ses grands-parents pour la journée. Laissant le champs libre aux deux parents pour faire leur travail pleinement. Cette fois-ci, ils étaient sur une affaire sensible qui avait été offerte par les forces de la police à leur agence. Des gars des Yakuzas qui semblaient trafiquer des armes et des drogues dans un quartier dangereux et isolé. Amane avait mit son costume, prêt à faire ce qu'il faisait, et avec cœur. Puis il s'approcha de la zone qu'on suspectait être à la mafia japonaise. Un immeuble comme tous les autres, qui n'offrait rien de spécial. De nombreuses fenêtres, deux entrées. Une partie de plaisir. Une routine. Justice Soldier s'en approchait de plus en plus, et il ne fallut qu'un instant pour envoyer les deux vigiles auprès de Morphée. Entrant à l'intérieur, il fit résonner son fusil tandis qu'il tirait sur tout ce qui bougeait. Esquivant les coups et les tire avec son Alter, et ses techniques martiales. On le toucha plusieurs fois mais le soldat ignorait la douleur, faisant sa mission jusqu'à la mort si il le fallait.

"-Continue à droite, puis prend l'escalier jusqu'au troisième étage. Il devrait y avo-Bzzzzt..."

Faisant une pause dans sa course poursuite dans le bâtiment, le Justice Soldier appuya sur son oreillette.

"-Nina ? Je ne te reçois plus. Tu peux régler ça ? Nina ?"

Aucune réponse que le grésillement. Quelque chose n'allait pas, la mafia avait-elle de quoi brouiller les signaux ? Sûrement. Rechargeant son arme, il se préparait à retourner à la poursuite des fuyards quand le son revînt finalement. Il entendit les cris de sa compagne qui résonnaient ainsi que des rires. Puis une voie fit échos dans son oreille, une voie qu'il n'oublierait jamais.

"-Yo', Justice Soldier...
-Qui êtes-vous ?! Que faites-vous à ma femme ?!
-Je te rassure, Héro. Je suis un homme de valeur alors nous allons que la tabasser jusqu'à ce qu'elle crève. Mais tu peux encore la sauver. Il te suffit pour ça de laisser tomber ton opération et courir aussi vite que possible à elle. Si tu refuses..." Un cris résonna. "Et bien...Je doute qu'il en reste grand chose."

Puis le son se coupa à nouveau. Amane n'y réfléchit même pas. Quittant les lieux sans même prévenir les forces de la police qui étaient en position dehors, il monta sur sa moto en roulant à toute vitesse vers les locaux de son agence. Le temps allait si lentement alors qu'en venant ici, tout allait si vite. Les cris résonnaient encore à ses oreilles, pourtant, l'oreillette ne fonctionnait plus. Il priait. Quoi ? Un dieu. Tout ce qui pouvait protéger sa compagne. Traversant les rues aussi vite que possible, il frôlait les véhicules en manquant de renverser des piétons. Puis arrivant devant son agence, il ne prit pas même le temps d'arrêter la moto. Bondissant sur le côté en activant son alter, il roula sur le sol en renforçant ses os. Tant pis pour les déchirures musculaires ou les égratignures. Il n'avait pas le temps pour ça.
Traversant les locaux rapidement, il activa son téléphone pour appeler les urgences sur le champs. Montant les marches deux par deux, il rentra l'épaule la première dans la porte du bureau en plaçant son fusil devant lui. Mais il n'y avait plus personne. Plus personne hormis son ange sur le sol dans son propre sang. Dans un cris de détresse, il courut à elle en s'écroulant pour la saisir dans ses bras. Son visage, son corps...Ils l'avaient ravagés. Elle ne pleurait pas. Aucune larme n'était visible alors que ses yeux l'observaient. Une main tremblante s'approcha de son visage, il s'en saisit. La gorge serrée par une détresse pure.

"-Tout va bien...Amane...
-Nina..Tiens bon, ils arrivent !"

Mais son regard se faisait de plus en plus lointain. Retenant la main contre sa joue, Amane la serra contre lui alors que des larmes coulaient sur son visage.

"-Reste..."


Le prêtre récitait son discours habituel au-dessus d'un cercueil où la pluie tapait goûte après goûte. Mais il n'en retînt aucun mot. Les amis entouraient le cercueil sous leurs parapluies et certains dans leurs costumes de héros, mais il n'en retînt aucun visage. Le cercueil s'allongeait devant lui. Mais il n'en retînt aucun détail. La seule chose qu'il en retînt, était la main juvénile qu'il tenait dans la sienne et les sanglots d'une fille qui avait perdu sa maman.

A la fin de la cérémonie d'adieu, des héros et des amis s'approchèrent de lui tandis que sa fille était auprès de ses grands-parents plus loin. Il ne voulait pas qu'elle assiste plus longtemps à une telle chose. Il serrait les mains, remerciant les uns après les autres de leurs amis présent, pour leurs mots et leur soutient. La tristesse était lisible dans tous leurs regards, car tous aimaient cette ange rayonnant qui était retourné aux cieux. Mais Amane ne prononçait aucune autre parole. Son visage de marbre. Il avait échoué à protéger l'une des seules choses qui lui tenait le plus à cœur. C'était tout ce qui comptait. Non. Il en avait encore une autre qu'il pouvait encore protéger: Aina. Sa fille n'avait que trois ans, elle avait les cheveux violets et héritait de l'alter de sa mère. Elle était innocente, pure et si belle. Il devait la protéger elle. Il ne devait pas à nouveau risquer la vie de ce qui lui importait le plus.
Mais il ne pouvait pas renier ses aspirations et sa guerre contre le mal. En vérité, son coeur n'avait jamais autant hurlé à la justice. Jamais il n'avait senti une telle motivation à poursuivre des vilains et à les briser. A les mettre les barreaux jusqu'à la fin de leur misérable vie. Mais quoi qu'il en coûte, Aina devait être en sécurité. C'est pour cette raison qu'Amane confia son unique fille, son trésor, entre les mains de ses parents. Dans le Dojo, auprès d'eux et loin de lui, elle serait à l'abris. Elle ne serait pas seule. Et même si la séparation lui déchirait le cœur, et qu'il savait qu'elle en souffrirait aussi, c'était le seul choix possible.

Maintenant, deux ans passés depuis cet accident. Depuis que cette tragédie lui retira de sa vie l'une des plus belles choses que ce monde lui avait offerte. C'était ces souvenirs, cette histoire qui était la sienne, qui l'alimentait de son envie de justice. Qui lui permettait de tenir encore et encore malgré les blessures et les douleurs. C'était cette rage juste et nécéssaire qui lui donnait la force de brandir ses armes et son symbole. Il était The Justice Soldier. Le soldat de la justice. Et il continuerait à se battre jusqu'à la fin.


Grognant de douleur, l'homme s'avançait en écrasant les morceaux de verre qui gisaient sur le sol. Les ténèbres de la pièce ne le gênait en rien grâce à son masque qui éclairait les lieux. Devant lui gémissait un homme portant des vêtements de sports et qui se tenait un bras dont un os appuyait contre le tissu de sa veste. A son approche, le vilain poussa un hurlement :

"-Pitié ! PITIE ! Mais qu'est-ce que tu es à la fin ?!"

L'homme qui portait sur son corps imposant un costume de héro, dont les couleurs multiples faisaient songer à la bannière américaine, s'arrêta à quelques centimètres de l'homme pour braquer son regard sur lui. Un puissant fusil sophistiqué trônait dans son dos, dans un harnais militaire où étaient passés devant lui divers affaires dont un pistolet et des cigarettes. Sa voix déformée par le masque, résonnant avec force et d'un ton grave répondit à la question du vilain :

"Je suis un Héro. Mais le genre de héro qui aime briser des os. Je suis le Justice Soldier."


Les cris du vilain résonnèrent jusqu'à l'extérieure où les gyrophares de la police éclairaient les bâtiments alentours.


» Comment avez vous connu le forum ? : Par google ! «

image_footer
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 478
Points : 2306
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
478
2306
2 945
0
0
MessageLun 14 Mai - 17:55
» Bienvenue sur le forum !
Et on valide !

Longueur : 350 / 400
Orthographe : 150 / 300
Style : 350 / 700
Originalité : 300 / 600
Autres bonus : 200 (héros)

Total : 1 350 points de puissance.

Amuses toi bien ! Penses à recenser ton avatar ici ! o/




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Codex Levan] Chapitre 5 – Justice héraldique
» La justice Provençale, une mascarade ?
» Statuts de la Haute Cour de Justice
» Greffier de justice
» [blog] the cross of justice !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: