:: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Espaces Verts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A l'ombre d'une jeune fille en fleur [PV Veloce Visrin]

avatar
Invité
Invité
Mar 31 Mai - 23:53
Invité
Fin du service de midi.

Cette fois pas le temps de passer à l'appartement, je dois faire quelques courses si je veux survivre jusqu'à la fin de la semaine.
Malgré ma tenue de civil, je garde tout de même la casquette de l'enseigne, histoire de leur faire un peu de publicité tout en errant dans les quartiers commerçants.

Sur le chemin menant à la grande supérette de Musutafu, j'aperçois au loin sur ma gauche un immense espace de verdure. Je ne m'y étais jamais aventuré jusqu'à présent et malgré le vide intersidéral de mon frigo, je me fais violence et décide d'y jeter un coup d’œil.

Une fois proche, il se trouve que ce qui ne semblait être que de le pelouse fraîchement tondue était en réalité un parc totalement isolé du reste du monde. Une fois à l'intérieur, j'y trouve d'abord un jardin sec, suivi d'un immense pavillon en bois recouvert de bardeaux de cèdre rouge, donnant vue sur un petit étang rempli de carpes dissimulées dans l'ombre d'un saule pleureur, trônant au beau milieu de ce petit coin de paradis.
Je me perds bien volontiers dans ce bel espace parfaitement aménagé où je ressens une grande quiétude m'envahir.

Tandis que j'avance d'un pas hasardeux, je commence à apercevoir quelques personnes installées ça et là, se fondant parfaitement dans le décor. Il faut dire qu'une multitude d'arbres et d'arbustes permettent de se dissimuler aisément grâce au feuillage et à d'autres stratagèmes de la sorte.
Pourtant, ce n'est pas une de ces personnes qui attire mon attention. A vrai dire ce n'est même pas une personne.
Sous l'immense saule que j'avais vu un peu plus tôt, deux yeux turquoise se détachent de la pénombre. Je m'approche d'eux comme un insecte attiré par une source de lumière et lorsque je parviens à distinguer la propriétaire de ces deux pupilles, je m'arrête net.

Fixant le lointain sans esquisser le moindre mouvement, elle semble perdue dans ses pensées. Je me sens soudainement un peu gêné de m'être approché d'elle de cette façon... Fort heureusement elle ne semble pas m'avoir encore remarqué.
Son visage ne laisse rien transparaître d'autre qu'une incroyable neutralité, bien que son regard dégage une froideur aussi terrifiante qu'envoûtante.
J'hésite longuement avant de lui adresser la parole, après tout c'est un peu déplacé de déranger quelqu'un qui médite non ? Mais d'un autre côté, je n'ai rien à perdre... dans le pire des cas je me contenterai de retourner en ville pour m'occuper de mes affaires.

- Vous...

Attends une seconde. Je suis censé lui demander quoi ? A quoi elle pense ? Si elle attend quelqu'un ? Je pourrais aussi juste entamer la conversation par un bonjour... mais rien ne vient, rien ne serait spontané.
Finalement, je fais quelque chose de plus étrange mais qui me correspond bien mieux que d'engager une conversation sans raison valable: m'assoir à bonne distance et l'observer. Je passerais peut-être pour un voyeur si elle se rend compte de ma présence, mais au moins j'aurais évité de parler pour ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Mer 1 Juin - 1:43
Invité
Veloce feat. Axel.
Un vrai modèle de
Droiture.





J’attendais depuis une éternité le train en direction du lendemain
Mais, j’ai manqué le dernier train depuis longtemps.
J’ai laissé mes rêves dans un casier,
Mais malheureusement, je n’ai même plus un rond sur moi.


Une nouvelle fois elle en avait appeler à l'Interstice pour se sortir d'un pétrin sans nom, elle c'était faite prendre à partie dans une ruelle par des criminels de bas-étages, certainement attirés par la beauté de la jeune femme, ou bien au porte-feuille qu'elle ne possédait pas. Et plutôt que de se faire ouvrir en deux elle avait préférer courir se fondre dans les ombres. Regrettant de haïr à ce point les armes à feu, elle aurait pu se défendre avec ça, mais pas avec son Alter.

Mais tout cela n'était pas sans conséquence sur elle, rentrer dans l'Interstice c'était comme avoir quelqu'un qui nous maintient la tête sous l'eau, se débattre ne faisait que faire rentrer plus d'eau dans les poumons, et si l'on se concentre on peut entendre très clairement les voix venant du dehors, maquées par le doux bruit de l'eau.

Elle parvenait sans décombres au fond d'une rue des plus sombres, entre deux buildings, cherchant rapidement sa respiration, roulant des yeux affolés, mains posées sur les genoux, non c'était bien pire que de se noyer. Les créatures du monde des ombres s'accrochant à elle tels de multiples fardeaux, plantant leurs griffes dans sa chair, mais ce spectacle était invisible pour les communs. Les voix se faisant plus pressantes à ses oreilles, rauques, étrangement menaçantes, elle avait envie d'hurler, hurler de douleur, comme une bête blessée, à l'agonie.

Au fil des années la demoiselle ne savait plus vraiment distinguer le rêve, l'Interstice, ou même la réalité, peut-être même qu'il n'avait jamais eu de démons dans l'ombres, peut-être qu'il n'y avait aucune voix qui lui brisaient les tympans. Elle pouvait bien être folle c'était le dernier de ses soucis.

... Tes amis ne sont pas vraiment tes amis..

C'était une des nombreuses raisons qui lui avait rendu l'existence d'une vie normale impossible, si elle avait eu des enfants, c'était ça qu'elle voulait leur léguer pour l'avenir ? Bon courage, vous avez gagner une vie entière en psychiatrie les enfants.. Cette pensée lui fit lâcher un rire froid, mauvais, presque fou.

Veloce cherchait un échappatoire des ses yeux, il n'y avait que la lumière qui pouvait faire taire les ombres, l'Alter de lumière de sa compagne faisait toujours taire les ombres, après tout. Il lui fallait un soleil rayonnant pour leur imposer le silence.

Elle se jetait hors de la rue obscure, légèrement aveuglées par le soleil qui annonçait l'été, elle marchait longtemps, des larmes s'écoulant silencieusement sur ses joues, elle avait un regard qui trahissait sa douleur. Finissant par atterrir dans un parc, cherchant immédiatement un coin tranquille.

La demoiselle s'appuyait autant qu'elle pouvait sur le tronc de l'arbre qui était en réalité un saule, se tapant la tête plusieurs fois contre l'arbre qui n'avait rien demander, murmurant des choses incompréhensible.

« Quand est-ce que vous allez vous taire ?.. »


Veloce essuyait rapidement les larmes qu'elle avait sur les joues, fermant les yeux quelques secondes pour revenir au calme, au moment où elle les rouvrait elle croisait le regard d'un gamin qui traînait dans le coin, se contentant d'afficher un air neutre, froid et détaché. Puis finissait par fixer le lointain.

Quand elle parvenait enfin à poser un regard pas trop douloureux sur le lointain ce gamin revenait à la charge. Elle ne comprenait pas pourquoi elle l'intéressait tant, elle n'avait rien de particulier pourtant

« Qu'est-ce que tu me veux toi ? »







Ecrit par L'Envol141 © Codée par Heine / Castiel D. Constantine © Images par Shilin
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Espaces Verts-
Sauter vers: