• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Porter un masque... [PV Uriel]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageMar 20 Fév - 1:32
S’étant bien amusée durant l’après-midi avec Aiko et Kobe, Hikari se baladait tranquillement le soir.

Elle ne voulait pas retourner de suite chez elle et profiter de cette sensation de légèreté qu’elle avait dans ses pas. Peut-être qu’en réalité, il s’agissait simplement que contrairement à son habitude, Hikari ne portait pas ses lames sur elle. Mais pour elle, il s’agissait d’un genre de fraicheur, le genre de sensation qu’elle ne ressentait habituellement qu’en se droguant, mais pour une fois, elle était complètement saine.

Marchant donc en écoutant simplement les divers sons alentours, lentement, respirant doucement, elle portait sur son visage un sourire naturel comme il était rare d’en voir sur son visage depuis quelques années.

Mais ce n’était pas vraiment de la joie, mais plutôt un calme temporaire. Et elle le savait. Elle pensait intérieurement alors à son passé, aux diverses choses qui l’ont menés à sa situation actuelle. Sa naissance, son éducation et surtout ses choix.

A ces yeux, ces derniers étaient la cause de son état. Elle ne s’en sentait pas réellement mal, mais après avoir passé un moment avec des jeunes aussi gentils, elle se demandait si elle n’aurait pas pu être ainsi, terminée en tant que gentille.

Pas forcément comme une héroïne, mais comme une fille normale. Une partie d’elle se disait que c’était impossible en étant née dans cette famille, mais une autre partie d’elle se disait que c’était possible, qu’elle aurait pu être normale selon sa définition.

Elle ralentit lentement jusqu’à s’arrêter complètement dans une rue, seule, sous un lampadaire. Elle avait lentement perdu son sourire en marchant et éprouvait un genre de tristesse.

*Peut-être devrais-je simplement quitter cette ville…* Se demanda-t-elle en regardant vers la rue qui menait hors de cette dernière.

Elle resta ainsi un moment, seule avec ses réflexions.

-Haaa… Hé, pourquoi faites-vous aussi peu de bruit comme ça ? Vous me voulez quelque chose ? Demanda-t-elle finalement en se retournant.

Elle avait entendu un homme s’approcher et décida de l’observer tandis qu’il sortait de l’ombre.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageMer 21 Fév - 18:08

















 ❝ Porter un masque... ❞

w/ Hikari Hazama


La journée avait été des plus plaisantes, et surtout placée sous le signe de la Création. Toute sa matinée, Uriel l'avait passée à composer un lied, se concentrant sur la forme musicale de celui-ci. Il n'avait certes pas eu le temps de terminer, mais il avait pu avancer de manière notable, et si tout se passait bien, d'ici quelques jours il allait sans doute pouvoir entamer les premiers tests vocaux en compagnie de Madame. Cela allait prendre pas mal de temps, car la belle Égyptienne n'était pas versée dans l'allemand, il allait devoir lui apprendre la prononciation mais également le sens de ce chant. Le thème en était le voyage, mais cette traduction n'était pas la plus exacte. Plus que le voyage physique, c'était surtout la description de sentiments et d'un désir d'aventure. Le masqué avait écrit le poème à la base du lied plutôt par hasard, laissant sa plume glisser sur la feuille, projetant peut-être un peu de ses propres émotions qu'il comprenait pourtant si peu.

L'après-midi s'était révélé plus coloré, Madame ayant invité quelques amies à venir prendre le thé. Servant partiellement de pot de fleur, il avait eu la riche idée d'accompagner leur séance de papotage par un peu de musique live, même si au final cela lui avait profité davantage à se tenir dans un état apaisé. Aucune de ces commères n'avait été blessée, ni outragée par ses soins, et son initiative lui avait même valut un sourire de sa patronne. Comme quoi, il devenait véritablement de plus en plus affable au fil du temps. Ce n'était pas forcément un mal, au final, cela ne lui ôtait pas la partie la plus importante de son être, à savoir son désir de bâtir toujours plus d’œuvres singulières, ces tableaux merveilleux et morbides qu'il offrait à la Grande Dame. Et d'ailleurs, son besoin de façonner ne l'avait pas quitté d'une semelle, l'amenant dès la tombée de la nuit à rôder à la recherche d'une proie potable.

Son Alter activé, il déambulait calmement dans les ruelles sombres, en bordure de la ville endormie. Dans sa tête, il réfléchissait encore aux notes qu'il pourrait ajouter à sa composition, tandis que son œil écarlate errait, observant les nuages de fumée qui s'échappaient du peu de gens qu'il croisait. Quelques-uns étaient tentants, mais aucun de ces matériaux n'était véritablement parfait. Il lui en fallait un de bonne facture s'il souhaitait sublimer au maximum cette journée si délicieuse et agréable. Mais rien. Rien. Roulant son œil unique, Uriel s'arrêta dans une ruelle étroite et plongée dans l'obscurité, et il était là, à réfléchir à un plan de secours quand tout à coup, son attention fut brusquement happée par l'apparition d'une créature divine. Un épais manteau de fumée noire et opaque à souhait, qui, certes enveloppait une vulgaire jeune fille comme il en existait tant, mais qui avait conquis en un instant toute sa curiosité. Exit ses idées pour le lied, il ne voulait désormais que satisfaire ses envies les plus sombres.

A pas feutrés, il entreprit de la suivre discrètement, profitant de l'apparent état de distraction de sa victime, il se glissa dans les ombres, sa longue main fouillant sous les plis de sa cape, se refermant sur l'accessoire qui lui servait d'arme. Ses doigts se crispèrent sur le bois quand sa proie s'arrêta, se tournant dans sa direction et, apparemment, s'adressa à lui. Grinçant des dents, il leva néanmoins son pistolet factice sur la demoiselle, et, visant un peu au dessus de son épaule de sorte à atteindre sa fumée, il tira. Pas un bruit, pas un éclat, mais il vit clairement sa balle s'enfoncer dans le voile de regrets de la demoiselle, alors qu'il se permettait d'émerger des ténèbres.
« Chut... Laissez-vous allez. »


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageDim 25 Fév - 1:58
Elle ne voyait pas clairement l’homme. Bien que son ouïe fût à peu près entraînée, Hikari ne possédait guère une bonne vue. Elle l’entendit sortir un objet, peut-être une arme, mais n’entendant aucun son semblant à du métal, elle ne leva pas sa garde, ne se méfiant que d’une éventuelle arme à feu… Et cela lui causa sa perte.

Elle ne comprenait pas ce qu’il se passait… Elle fit un pas en arrière afin d’essayer de lever sa garde, mais se rappela de son passé et d’un épisode en particulier qu’elle détestait particulièrement.

Elle ne le regrettait sans doute pas pour les bonnes raisons, mais elle se mit à trembler, lance en main, voyant devant elle les cheveux roux, la chevelure flamboyante de son enseignante au coucher du soleil. Hikari était derrière elle.

Elle se nommait Hanekawa, une idole héroïne tout comme Yaiba, qui officiait en duo avec cette dernière. A genoux au sol… à la hauteur de la petite fille, faisant face à un groupe de fan…

Le point important était que la lance de Hikari était ensanglantée…

-Ne t’inquiète pas, ce n’est pas de ta faute Hikari…

L’apparence de la petite à l’époque était bein entendue celle d’une enfant traumatisée et cela n’était pas faux, mais le problème était ce qu’il se passait dans ses pensées…

*Pourquoi ! POURQUOI ! Comment est-elle tellement ! Tellement ! C’est de ma faute, comment peut-elle penser ainsi ! Elle, qui va probablement mourir à cause de moi, parce qu’elle est satisfaite ! PARCE QU’ELLE N’A AUCUN REGRETS ! NE TE FOUS PAS DE MA GUEULE !*

Elle était complètement enragée contre son enseignante.

Et elle tomba à genoux. Quittant son corps enfant, le crépuscule, pour retrouver la réalité illuminé par un simple lampadaire. Le souffle court, relevant son visage pour voir l’homme.

-Qu-Qu’est-ce que tu m’as fait connard !



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageMer 7 Mar - 17:21

















 ❝ Porter un masque... ❞

w/ Hikari Hazama



Dans un soupir de satisfaction, Uriel se délecta des souvenirs qui passaient dans son esprit, comme s'il s'agissait de mets culinaires. Pour en garder la comparaison, ceux-ci seraient l'équivalent d'un morceau de chocolat noir aux zestes d'orange, un délice d'amertume qui éclot ici non pas sur son palais mais dans sa tête. Mais ce simple carré, aussi agréable et puissant qu'il était, ne pouvait pleinement suffire à apaiser son appétit. Toutefois, avant de revenir aussitôt à la charge, l'homme préféra analyser ce qu'il avait pu entrevoir et surtout comprendre de la scène. Cela semblait remonter à l'enfance de sa proie, vu la taille de ses mains autour de ce qui devait être une lance mais également en comparaison de sa taille avec l'autre personne présente dans ce fragment de mémoire. Une femme à la superbe chevelure rousse. Cela réveilla en lui l'image d'une personne complètement différente, et un fin sourire naquit sur ses lèvres, bien à l'abri derrière son visage factice. Son désir de torturer cette jeune fille grandit encore, et il saliva presque à l'idée de pouvoir exploiter davantage le voile de regrets qui enveloppait son corps fin.

Pendant un bref instant, il ressentit toute la colère que la demoiselle éprouvait dans ce souvenir, mais il n'avait malheureusement pas accès à ses pensées ni même aux paroles que l'autre protagoniste devait prononcer. Un contact plus approfondi était nécessaire pour qu'il puisse avoir accès à ce genre de détail, mais soit. Il avait tout son temps. S'avançant d'un pas de plus dans la direction de sa victime, l'Artiste la tint en joue de son arme. Il ne pressa pas immédiatement la détente, la laissant subir jusqu'au bout cette réminiscence qui semblait fort douloureuse pour elle. En même temps, il s'agissait du but de son Alter, il n'était pas là pour rappeler aux gens les bons moments, ce n'était pas ce genre d'émotions qui l'intéressaient. La souffrance, la tristesse, la peur, la colère... Toute la négativité que pouvaient engendrer les remords, Uriel n'avait que cela comme obsession, pour la simple et bonne raison qu'il s'agissait de sensations qu'il était en mesure de comprendre facilement.

L'insulte lancée par la jeune fille lui fit légèrement pencher la tête sur le côté, amusé par le violence qui habitait un si petit être. Devait-il réellement répondre à cette question ? Bien sûr que non ~ L'astuce était de laisser ses proies dans le flou, et souvent le manque d'information les poussait à l'erreur ou permettait de plus aisément les briser.
« Allons, un peu de politesse demoiselle. Le spectacle ne fait que commencer. »
Tandis qu'il prononçait ces mots, il avait fini par se rapprocher suffisamment de la jeune fille, la toisant de son œil écarlate. Il était cependant resté à une certaine distance de sécurité, préférant ne pas se retrouver sous la lumière froide du lampadaire. Là, il tira à nouveau, et ce furent deux balles légères qui se fondirent dans la fumée noire qui émanait de sa victime.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 9 Mar - 8:34
Elle tenta de se relever lentement face à l’homme. S’il y avait une chose qu’elle détestait, c’était vraiment le genre de regard hautain qu’elle s’imaginait que l’homme devait tenir. Elle ne voyait que la silhouette de l’homme dans cette rue mal éclairée, mais sa taille lui importait peu, il était déjà un ennemi pour la blondinette.

Elle essayait de calmer sa rage pour trouver une ouverture. N’étant pas armée, elle devait probablement fuir, mais pas avant de donner un bon coup à l’homme, dont la réponse hautaine ne faisait qu’ajouter de l’huile sur le feu. Tellement qu’elle ne se rendait pas réellement compte de son immense désavantage. Non seulement elle était désarmée, les sons ambiants étaient extrêmement limités et elle ne possédait aucune information sur la personne qui l’attaquait.

Ne voyant que sa silhouette, n’entendant que le son de la friction des textiles, elle fût choquée lorsque sans un son, sans un contact, elle se remit à voir la scène précédente.

Elle avait annoncé la fin de sa carrière d’héroïne idolâtrée afin de prendre soin de la génération suivante, elle n’avait alors que 31 ans. Hanekawa Takanashi s’était retrouvée, pendant un entraînement avec la petite blondinette, attaquée par un groupuscule de fan hardcore. Hikari avait alors 13 ans et s’entraînait principalement à la lance et la rousse était la meilleure enseignante pour ça.

Cela faisait déjà quelques années que la petite avait commencé l’entraînement. Elle était au départ une des meilleurs et s’entraîna dur afin de ne pas perdre face aux autres enfants. Peut-être était-ce dû à cet entraînement strict que la petite s’était infligé, mais sa croissance fût difficile et tandis que les autres grandissaient normalement, elle commençait à avoir des difficultés à cause de sa taille.

Elle restait celle qui s’en sortait le mieux à la lance, mais la raison était ailleurs, comme pour cette soirée. Elle restait seule le soir pour s’entraîner avec Hanekawa, ce, avec des armes réelle, son enseignante ayant reconnu ses efforts. Bien entendu, la différence de capacité était énorme et la petite pouvait tout essayer, en vain, n’arrivant même pas à atteindre sa chevelure flamboyante.

C’est à ce moment-là que les détraqués attaquèrent. Ils étaient une douzaine et le combat fût rude. Bien entendu, Hanekawa interdit Hikari de participer. Et lors d’un passage que Hikari reconnut comme critique, cette dernière eut une pensée emplie de jalousie…

*N’est-elle pas la seule que je n’ai jamais atteint avec ma lance ?*


Lorsqu’un assaillant voulut prendre Hikari en otage, cette dernière donna un grand coup horizontal, pour éloigner l’homme, mais en utilisant la portée de la lance, elle atteignit aussi l’arrière des mollets de l’héroïne… C’était un coup qu’elle avait voulu, mais bien entendu, tous pensèrent que cela était sans faire exprès.

Blessé aux jambes, elle continua de se défendre et les assaillants ayant peur de sa lance firent une erreur grave en voulant la désarmé, lui donnant une blessure mortelle à la tête. Pendant que ses fans reculaient en gueulant que ce n’était pas leur faute, Hikari tremblait en se disant que son action eut des conséquences auxquelles elle ne s’attendait pas.

-Ne t’inquiète pas, ce n’est pas de ta faute Hikari…

Et cette dernière s’enragea intérieurement, c’était clairement de sa faute. Elle observa sa lance quelques instants avec une pensée malsaine après s’être enragée. Elle pointa alors sa lance vers la gorge de son enseignante. Peut-être était-ce à cause du coup qu’elle avait reçu sur la tête, mais cette dernière, couchée au sol, leva son menton, comme pour montrer clairement son cou afin que la petite ne puisse se rater. Pensait-elle que la petite voulait abréger ses souffrances ? Seule elle le sait, mais cette action arrêta la petite dans son élan.

*T-Tu ne vas pas résister ?!*

Peut-être était-ce le choc, mais la bouche d’Hikari s’ouvrait et se fermait alors qu’aucune parole n’en sortit, le tout se déroula alors dans ses pensées, continuant sa réflexion précédente.

*Q-Qu’est-ce que c’est que ça…
Sérieusement.
Pourquoi sembles-tu si satisfaite ?
Parce que tu as fait de ton mieux, parce que tu n’as aucuns regrets ?
C’est ça ?*


Bien entendu, personne n’allait répondre à ses pensées, mais elle allait continuer. Cependant, en réalité, dans son corps ayant 21 ans, Hikari se dirigeait hors de la lumière du lampadaire pour essayer d'attaquer physiquement son adversaire, alors qu’elle était complètement désarmée.

-J-Je vais te buter…



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageMar 27 Mar - 17:48

















 ❝ Porter un masque... ❞

w/ Hikari Hazama


Le même souvenir apparut dans son esprit. Le même, mais en plus approfondi. Les couleurs étaient plus vives, les détails plus définis, et surtout, certains éléments lui apparaissaient enfin. Les traits du visage de la rouquine se précisèrent, et à la tenue qu'elle portait, l'homme se demanda s'il ne s'agissait pas d'une héroïne. Peut-être, ce gens étaient encore plus nombreux que des nuisibles mine de rien. Soit disant là pour protéger la veuve et l'orphelin, au final, aucun n'avait encore réussi à l'empêcher de composer ses tableaux. En même temps, il savait se faire discret, et comme pour cette pauvre enfant qui subissait en cet instant son pouvoir, Uriel avait un penchant pour les victimes qui étaient déjà au bord du gouffre, le genre de personne qui ne manquait pas forcément aux autres. La blonde faisait-elle exception ? Il en doutait. A cause de ce souvenir justement.

Il ne pouvait savoir si elle avait frappé sciemment ou non le mollet de la femme, la condamnant au passage. Il n'était pas dans sa tête, seulement dans ses souvenirs, et encore une fois, les balles de fumée ne lui permettaient pas de goûter en profondeur aux sentiments qui agitaient la jeune fille dans son passé. Mais que cela était divertissant. Entre la chute de cette héroïne inconnue, ce qu'il devinait comme de l'hésitation chez la petite fille, et les regards affolé des personnages d'arrière plan, l'Artiste se sentait comme face à une peinture mouvante. Oui, il allait peut-être essayé de mettre cela en exergue quand il s'occuperait plus physiquement de sa cible. Mais comment symboliser le parjure ? Il n'avait le temps de se procurer des roses jaunes, et ces fleurs n'étaient pas forcément les plus indiqués pour ce type de traîtrise. Alors quoi ?

Tandis que les questions se multipliaient dans sa tête, Uriel fut surpris par la combativité de la jeune femme. Les mots qui s'étranglaient dans sa gorge étaient d'une dureté étonnante, et c'est avec son corps pour seule arme qu'elle s'avançait vers lui. Le masqué émit un léger grognement de contrariété. Ne pouvait-elle pas se laisser faire comme la plupart de ses précédentes victimes ? La rue n'était pas un endroit sûr pour se battre, car même si le coin était désert, il préférait ne pas trop s'agiter tout de même. Que comptait-elle faire de toute manière ? Ses remords devaient gonfler en elle telles de vilains tumeurs, pesant sur sa poitrine, et en plus de cela, il y avait cette différence de taille et de carrure qui ne serait certainement pas à son avantage. Certes, aussi agile qu'il était, il y avait des chances que le tueur soit moins rapide que la demoiselle. Mais pas dans l'état dans lequel il l'avait conduit.

La laissant se rapprocher, Uriel rangea Tears sous les plis de sa cape, confiant, peut-être même un peu trop. Il ne savait rien de l'Alter de sa proie, et elle pouvait tout aussi bien en avoir un complètement inutile qu'un qui lui conférait une super force. Un frisson à la fois glacé et agréable courut le long de son échine. La Dernière Danseuse ne l'effrayait pas.

« Épargnez mon mollet, il m'est encore utile. » répliqua-t-il d'un ton narquois.

Se bloquant sur ses jambes, il se tint prêt à esquiver simplement le moindre coup venant de sa jeune cible. Dardant son œil écarlate sur elle, son masque sembla lui adresser un sourire, alors que d'un signe de la main il l'invitait silencieusement à tenter... tenter quoi ? Tout ce qu'elle allait gagner, c'était qu'il allait lui mettre la main dessus. Mais allons jeune créature, débat toi une dernière fois, avant que ton corps ne soit plus qu'un énième vassal au service de la Faucheuse.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 6 Avr - 21:04
*Te fous pas de ma gueule !
Soit plus égoïste !
Supplie pour ta vie !
Débats-toi !
Pourquoi peux-tu abandonner ta vie aussi facilement ?
La vie, si tu la perds, elle ne reviendra jamais tu sais ? Alors pourquoi ?!*
Pensa-t-elle chaotiquement sous l'effet de la confusion.

Elle pleurait, sans vraiment comprendre pourquoi, la petite fille pleurait en pointant sa lance vers le cou de Hanekawa. Mais son expression était vraiment malsaine. Et lorsqu’elle voulut donner le coup, une lame arrêta son attaque.

-Qu’est-ce que tu fais Hikari. Demanda une voix clairement en colère.

Alors qu’elle s’approchait du type, elle se remémorait en partie de la suite. L’homme rangea ce qui semblait être une arme à feu, tandis que la vue de la blondinette s’habituait à l’obscurité. Il s’agissait clairement du type d’homme que la fille détestait le plus. A prendre la petite de haut et ce, pas uniquement physiquement.

Puis il dit une phrase, étrange.

Elle s’arrêta en l’entendant parler, se posant des questions sur lui. Il était clairement la cause de ces flashbacks involontaires, mais en plus il avait vu ces derniers. Elle ne savait nullement qu’il n’était pas au courant de toute, mais cela ne changeait rien pour elle : pour la première fois depuis longtemps, elle souhaitait vraiment tuer quelqu’un, mais comme si le hasard était contre elle, elle était complètement désarmée.

Plutôt que de foncer bêtement tête baissée, elle écarta légèrement les jambes et se mit en garde, observant droit le masque de l’homme. Elle avait des bases de combat désarmé, mais c’était tout et malgré qu’elle paraisse un peu plus calme suite à la déclaration de l’homme, elle continuait de bouillir de colère… Colère qui l’empêchait de voir qu’elle n’avait aucune chance.

Elle frappa vite, étonnamment vite au vu de son état enchainant deux jab gauche, un crochet du droit et un low kick. Rien d’incroyable, simplement un enchainement dont elle avait l’habitude et qui semblait extrêmement naturel malgré sa taille. Elle savait mettre son poids derrière ses coups, utiliser tout son corps pour ce faire, mais en étant affaibli et incapable de frapper la figure de l’homme, cela fonctionnerait-il ?

Habituellement, après cet enchainement, elle avait l’habitude d’essayer de bloquer ou esquiver le coup suivant, mais cela aurait été trop lui demander dans son état actuel…



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageDim 15 Avr - 15:34

















 ❝ Porter un masque... ❞

w/ Hikari Hazama


Cette pique, ces quelques mots si étranges qui révélaient les capacités de son Alter eurent entièrement l'effet escompté. Une flamme meurtrière s'alluma dans le regard de jade de la jeune fille tandis qu'elle se mettait en garde. Vu l'état de bouleversement dans lequel elle se trouvait, Uriel se serait attendu à ce qu'elle tente aussitôt de lui sauter à la gorge, mais elle semblait conserver suffisamment de sens logique pour ne pas commettre cette erreur. Enfin, cela ne l'empêchait pas de rester et de vouloir aveuglément l'affronter, ce qui était un autre type d'erreur. Sa meilleure chance de survie aurait clairement été de fuir, de puiser dans toutes les forces qui lui restaient et de prendre ses jambes à son cou, de courir sans se retourner, sans réfléchir à où ses jambes la menaient, juste d'aller loin, hors de portée de l'artiste et de son pouvoir. Mais il y avait trop de colère en elle. Le masqué se redressa, satisfait de la voir réagir ainsi. C'était un peu comme si elle se condamnait elle-même.

Pourtant, la rapidité avec laquelle elle l'agressa l'étonna un tant soit peu. S'il n'avait pas été prêt à se défendre, elle aurait sans doute réussi à porter ses coups de poings. Malheureusement, la différence de taille, de carrure et d'état mental jouaient en la défaveur de la demoiselle. Elle n'avait pas la portée pour lui asséner le moindre impact au visage, et seul son coup de pied atteignit l'arrière de la cuisse de l'homme. Si il avait ressenti une quelconque douleur, il n'en laissa rien paraître. Dans cette situation-ci, il ne pouvait pas se laisser aller et faire sa diva, cela risquait de redonner un gain d'énergie à cette petite, et il n'avait ni l'envie, ni le temps, de la laisser prolonger éternellement leur affrontement. Enfin, maintenant qu'elle s'était volontairement jetée au devant de lui, la partie était terminée.

D'un revers de sa main gantée de métal, Uriel gifla sans ménagement sa proie dans le but de l'étourdir. Il y mit une bonne partie de sa force, mais la puissance de ce coup résidait surtout dans la dureté de son gant. Loin de se contenter de cela, l'homme apposa ensuite sa main gauche directement sur le front de la jeune fille, serrant sur son crâne ses longs doigts de pianiste. Il exerça une pression ferme, afin de l'empêcher de juste se dégager d'un mouvement de tête. Et d'une voix mélodieuse et cruelle, il s'exprima :
« Je n'en ai pas fini avec vos souvenirs, demoiselle. Montrez-moi ce qu'il advient ensuite ~
Et sur ces mots, il libéra son Alter, mais ce que la jeune femme allait ressentir serait à coup sûr bien plus lourd et pesant que ce qu'il ne pouvait lui infliger avec Tears.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bionicle] Le masque de Gavla ou Jaller sur un Decepticon
» [MOC] Sans nom : le masque forger
» [Sets] Quel masque de Takanuva préferez-vous ?
» oryana desire porter les couleurs des SON ! [Refusé]
» Uriel - Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville-
Sauter vers: