• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Qui. Pro. Quo. [w/ Johan R. Grant]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 72
Points : 0
Puissance : 2 060
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur
72
0
2 060
50
MessageVen 5 Jan - 4:08

Qui. Pro. Quo.    



w/ Johan R. Grant
Joker dans la manche

▬ *silence*

De la vapeur se forme sur le miroir alors qu'un nuage de brume envahit l'espace. Dans un bruissement, l'eau s'écoule le long de son corps, et dans ce déluge, elle laisse ses idées se noyer. Son ouïe se concentre sur le flux aquatique, elle ferme les yeux. Les gouttes roulent sur sa peau, caressant chaque imperfection, chaque cicatrice, comme le doigt langoureux d'un amant. Elle se laisse envelopper dans cette chaleur réconfortante, s'abandonnant presque entièrement à ce sentiment de bonheur simple et- Une paire d'yeux vitreux la fixe à travers les nappes épaisses de son esprit. Comme soudainement prise dans un étau, elle ouvre les paupières, inspirant profondément à la recherche d'une goulée d'air rafraîchissante. L'atmosphère est tout à coup moite, intenable. Sa fine main coupe le robinet et, sans perdre un instant, elle s'enveloppe de sa serviette et quitte sa salle de bains. Le choc thermique est agréable, mais il ne suffit pas à chasser au loin ce souvenir. Encore à moitié trempée, elle se laisse aller sur son lit, non sans avoir poussé les deux matous qui prenaient presque toute la place. Les yeux levés au plafond, elle attendit que cela passe.

Les journées se faisaient longues depuis qu'elle était sortie de l'hôpital, et encore plus depuis sa démission. C'était maintenant officiel, elle n'était plus professeure. Dans un sens, c'était mieux ainsi. Comment avait-elle pu penser qu'elle avait quelque chose à apporter aux élèves ? Tant de héros étaient mieux placés pour les conseiller et les aider. Et, par ailleurs, elle n'aurait fait que leur rajouter une couche de problèmes dont ils pouvaient très bien se passer. Certes, elle se doutait que pour le moment, la Rose Noire n'était pas en mesure de se dresser face à U.A.. Cela demandait du temps de réunir des effectifs, des fonds. Un empire Yakuzas ne se construisait pas d'un claquement de doigts. Mais il pouvait essayer, elle serait là pour les en empêcher. Le visage de Cybils, gonflé et couvert d'hématomes, lui revint en pleine face.

La violence. Elle ne savait plus trop si c'était quelque chose qui sommeillait en elle depuis longtemps ou si ce trait s'était développé avec le temps passé chez les Kusabana. Peu importait. Elle roula sur le flanc, prenant un oreiller pour le serrer contre elle. Un des chats miaula, mécontent d'être à nouveau poussé.

Une sonnerie déchira le silence ambiant. Un coup de fil, à cette heure ? Elyah se redressa et décrocha sans même vérifier le numéro. Comme elle s'y attendait, la voix pimpante et colorée de Liliane envahit son oreille.

« Bonsoir ma puce ! Je te dérange pas trop ? »
Elyah s'apprêta à répondre, mais l'autre reprit aussitôt.
« J'ai des nouvelles d'un des anciens Kusabana, un de ceux échappés avec la Rose Noire, ça t'intéresse ? »
Une nouvelle fois, elle voulut parler mais se fit couper aussi sec.
« Il s'agirait de Fre- Fran- Freak- Freanky ? Ils peuvent pas trouver des noms plus simples ces vilains ? Ah ! Où en étais-je ? Oui ! Il aurait été aperçu dans le centre ville il y a une dizaine de minutes et- »
« Il portait un masque ? »
« Oui, ça fait partie de son costume après to- »
« Non. Seulement en certaines occasions. Je suis dessus. Merci, Liliane. »

Et elle raccrocha, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. D'un bond, elle fut sur ses pieds et, rattrapant sa serviette qui glissait inéluctablement, elle se rua sur son armoire pour revêtir sa tenue officielle. Elle avait les cheveux encore trempés, mais tant pis. Elle n'avait pas le temps. Chez les Kusabana, elle avait entendu parler de Freanky. Ce n'était pas un gars équilibré, à vrai dire, il en était même la définition inversée. Mais tout ce dont elle avait retenu de lui c'était le masque. Il ne le portait que lorsqu'il s'apprêtait à tuer quelqu'un.

Son cœur se mit à battre plus rapidement. Pourvu qu'elle arrive à temps.

Dehors, la pluie battait les rues. Drue, froide, constante. Cela devait faire un moment qu'elle tombait, à en juger par les flaques dans les caniveaux et à chaque aléas du trottoir. L'héroïne jeta au sol une sorte de planche de skateboard, dénuée de roues. Elle se mit à flotter doucement, à quelques centimètres du sol, grâce à l'Alter de la jeune femme. Grimpant dessus, elle se laissa porter en direction du centre-ville, à quelques pâtés d'immeubles de là. Loin dans le ciel, le visage granuleux de la pleine lune demeurait silencieux. Une petite vibration. Elle sortit son téléphone. Liliane. La policière lui envoyait les dernières coordonnées reçues. Elyah réajusta sa trajectoire.

Aux aguets, elle s'engouffra dans le coin des ruelles sombres, à la limite des mauvais quartiers. Là, des bars plus ou moins lugubres étaient encore ouverts, malgré l'heure déjà bien avancée. Il devait être dans les trois heures du matin. La ville était calme. C'était d'ailleurs étrange que son amie soit encore éveillée à cette heure-ci. Mais ce n'était pas le moment de penser à tout cela. Fronçant les sourcils, Elyah resta un instant à réfléchir sur une stratégie. Elle devait d'abord retrouver sa cible. Puis la neutraliser. Et enfin contacter la police avant de filer. C'est qu'elle n'était pas encore autorisée à patrouiller. Même si sa période de mise à pied avait été révoquée, elle n'en demeurait pas moins en convalescence, jusqu'au début de son nouveau contrat avec son agence. Tant pis. C'était le genre de situation qui nécessitait une prise de décision rapide. Et si tout se passait bien, personne ne saurait qu'elle était sur place.

Voulant prendre l'avantage de la vision, elle emprunta des escaliers de secours et monta sur le toit d'un immeuble moyen. De là, elle avait la possibilité de se déplacer d'un bâtiment à l'autre sans trop de difficulté. Elle vérifia ainsi plusieurs allées sombres, procédant simplement à un contrôle visuel furtif. Freanky n'enlèverait pas son masque avant un moment s'il était décidé à tuer, elle n'avait pas besoin de plus pour l'identifier. Quel autre imbécile excentrique aurait l'idée de porter un masque au même moment dans le même quartier ?

Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 468
Points : 2303
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
468
2303
2 945
0
0
MessageLun 29 Jan - 20:41
LIVRE 1 - CHAPITRE N°5
Qui. Pro. Quo.
Johan R. Grant & Elyah Kinta
Une nouvelle nuit, une nouvelle mission. Le quotidien d'une âme corrompue, enfoncée, perdue dans un océan de meurtres et de crimes sordides. C'était le quotidien de l'électrifié, du jeune Johan. Malgré sa liaison à la célèbre école d'héroïsme, c'était un tout autre uniforme qu'il portait actuellement. Une tenue longue, d'un noir de jais, particulièrement riche dans son aspect. Un costard, agrémenté d'un masque étrange, au sourire grotesque, effrayant. L'élève était désormais le Joker. Une autre identité, d'autres besoins, un autre travail. Il n'était désormais qu'une âme, une lame cachée dans la manche de la jeune femme à la tête d'un petit groupe. Des vilains ? Dans un sens.

Heureusement pour l'éthique de notre protagoniste, il ne s'attaquait jamais à des innocents. C'était un nettoyeur, un nettoyeur de nuisibles. Et pour elle, les nuisibles étaient ses concurrents. Des vilains, des malfrats, des gens dont les héros sont censés occupés. Mais tels des rats, ils arrivent à se faufiler, à se cacher dans le moindre interstice, esquivant les pièges et le poison.

Mais ils ne pouvaient s'échapper du dératiseur.

« J'arrive sur les lieux. » Lança-t-il.


Néanmoins, sa voix était brouillée, dévorée par l'étreinte étrange de ce masque qui étouffait naturellement sa voix. Pour toute personne extérieure, le Joker était muet, discutant à l'aide d'un simple langage des signes. Non, ces mots étaient à une toute autre personne : son amie, liée à lui par un communicateur, caché dans le masque.

« Bien. Tu ne devrais pas en avoir pour longtemps, ce n'est qu'une petite frappe. »


La voix était douce, le ton léger. Après tout, les deux êtres partageaient bien plus que de simples missions, quand ils en avaient le temps. De l'amour ? Non, un simple besoin de chaleur, pour elle. Et lui ? Bah, il n'y pensait peu.

Sa silhouette slalomait entre les ruelles sombres. Comme seule musique, le rythme de ses pas lourds, le clapotement des gouttes d'eau d'une pluie qui frappait la ville avec insistance. Sans le savoir, le Joker fut malheureusement remarqué. D'une première personne, qui indiqua sa position à une héroïne, et cette dernière, qui vit passer de son perchoir le grand homme.

Ce dernier arriva finalement dans une espèce de cour. Un petit lieu fermé, encerclé de bâtisses. Surement un endroit où les enfants s'amusaient, à l'abri du regard des parents. A contrario, c'était quelque chose de bien différent qu'il s'apprêtait à réaliser.

Un meurtre ? Non. Plutôt un espèce d'avertissement. Mais à qui ?

Oh... La personne devait sûrement être cet homme, effrayé, et essoufflé. Comme s'il venait de courir pour échapper au diable lui-même, il se tenait d'une main contre le mur d'un des immeubles, l'autre sur le cœur. La respiration bruyante, la voix grave, il masquait presque le bruit de la pluie.

Soudainement, il se retourna. Comme s'il avait senti la présence, l'aura de Johan. Ce dernier était debout, à l'entrée, les bras le long du corps. Même si le masque cachait son regard derrière des verres teintés, la future victime sentait que son attention était posée sur lui. L'essoufflé savait qu'il avait en face de lui sa propre faucheuse.

Selon les informations de sa proche amie, l'électrifié savait que cet homme était détendeur d'un alter lui permettant de générer des lames à travers son corps. Il ne fut ainsi pas réellement surpris lorsque cela se produisit, l'homme tentant de se défendre en lançant l'arme créée contre le Joker. Impassible, calme, notre protagoniste était totalement effacé dans ce costume. Comme s'il ne désirait pas interférer, comme si le Joker était quelqu'un de différent. Dans un sens, peut-être pour se dédouaner. Ne pas s'inquiéter, ne pas briser cette fameuse éthique qu'il tentait de garder.

Claquant simplement des doigts, une gerbe de foudre s'échappa de sa main, venant frapper la lame. Elle fut déviée de sa trajectoire, s'enfonçant dans le sol, non loin de sa cible. Précis, rapide. L'homme comprenait qu'il n'avait aucune chance.

« H-Hey ! On... On peut s'arranger ! » Tenta-t-il de dire.


S'avançant doucement, il tomba en avant, dans un grognement de douleur. La fatigue et la peur agressaient son être, et son corps en subissait les conséquences. Relevant la tête, un sourire dément était dessiné sur ses lèvres, et un rire né de son stress vint rejoindre la pluie en bruit de fond.

« Ne me fais pas de mal ! Je promets de ne plus interférer ! S'il-te-plaît ! »


Johan resta immobile, impassible. D'extérieur, il ne semblait rien ressentir. Rien penser. Tel un golem à la solde de son créateur, le Joker n'était, après tout, qu'une arme. Qu'une carte qu'elle lançait en pleine partie de poker pour remporter la victoire. Pas de sentiments. Pas de questions. Il devait exécuter les ordres. Soupirant silencieusement, l'électrifié réfléchissait néanmoins. Devait-il le laisser partir ? Ne pas lui donner la leçon qu'il se doit de lui donner ?

C'était un traître. Un simple abrutit adorant l'argent, et ayant vendu de grandes informations. Il ne devait pas l'éliminer, certes, mais le blesser. Lui faire du mal. L'envoyer assez à l'hôpital pour qu'il ait le temps de réfléchir aux conséquences de ses actes.

Comprenant que quelque chose n'allait pas dans ses actions, la jeune femme suivant la mission de son bureau, au chaud, parla alors à l'oreille de son employé. À l'image d'une conscience mal placée, d'un petit démon sur l'épaule.

« Dépêches toi, Joker. »


Quand elle l'appelait comme ça, il comprenait qu'elle ne plaisantait pas. Qu'elle s'attendait à du travail bien fait.

Résigné, Johan s'avança lentement vers sa victime. Levant son bras, cette dernière pouvait ainsi voir un flux d'électricité parcourir le membre. Comprenant que son offre était refusée, il recula rapidement, plaquant son dos contre le mur, cachant son visage de ses mains. Sanglotant, couinant, il murmurait quelques mots incompréhensibles, attendant son jugement.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 72
Points : 0
Puissance : 2 060
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur
72
0
2 060
50
MessageVen 2 Fév - 5:22

Qui. Pro. Quo.    



w/ Johan R. Grant
Joker dans la manche

▬ *silence*

Sur les hauteurs, le vent soufflait avec force, balayant les parcelles de peau que son costume ne pouvait couvrir. La pluie tombait toujours avec autant de conviction, et malgré la chair de poule qui faisait frissonner ses cuisses, elle ne sentait pas le froid. Son esprit était trop occupé à scanner les ruelles, les recoins et les quelques badauds qui passaient là, il n'avait pas de temps à consacrer à son bien être. Pas quand la vie d'innocents étaient en jeu. La main posée sur la garde de son épée, elle sauta sur un nouveau bâtiment et continua son analyse du secteur. Plus elle avançait, et plus l'angoisse de ne trouver qu'un cadavre encore chaud montait en elle. Serrant les dents, l'héroïne pressa le pas, ses armes flottant à sa suite tels une longue chevelure de métal. Rien. Ni à droite, ni à gauche. Les informateurs auraient-ils mentis ? Non, Liliane mettait un point d'honneur à ne garder que les plus fiables de ses moineaux, à l'instar d'une généticienne extrême. Il fallait qu'elle regarde mieux. Concentre-toi, se hurla-t-elle finalement, le cœur coincé dans un étau de stress.

Soudain, il était là. En contrebas, une silhouette arborant un masque blanc semblait suivre de loin l'homme qui le fuyait. Elyah dégaina silencieusement l'une de ses épées, serrant de ses doigts la poignée jusqu'à en faire blanchir ses jointures. Elle aurait aimé lui sauter dessus immédiatement, ne pas risquer une seconde de plus la vie de cette pauvre proie, mais vu la hauteur, elle se romprait une jambe, voire pire. Suivant des yeux l'étroite rue dans laquelle ils déambulaient, elle observa les bâtiments alentours et en repéra plusieurs desquels elle pourrait descendre si besoin. Bien. En faisant attention à rester la plus discrète possible, Elyah s'élança à la suite du masqué.

La course effrénée du fuyard prit fin dans une cour sans issue, au bout de laquelle il s'arrêta, à bout de souffle et tenant à peine sur ses jambes. Sans les quitter du regard, la jeune femme perdit du temps à atteindre un endroit moins surélevée. Impuissante, elle ne put que regarder Freanky s'approcher de l'homme. Celui-ci tenta de se défendre à l'aide d'une arme de jet, et la demoiselle fronça les sourcils. Étrange qu'un civil se promène ainsi avec un couteau, pourrait-il s'agir d'un règlement de compte ? Mais cela ne changeait rien au fait qu'elle ne les laisserait pas faire. La lame fut repoussée en pleine course par l'étincelle que l'assaillant venait de créer du bout des doigts. Autour de l'électricité, de la vapeur s'éleva du fait de la pluie. L'héroïne prit une profonde inspiration. Bon, vu le temps et vu son style de combat, ce genre d'Alter n'allait pas être une partie de plaisir. Mais elle ne pouvait pas se permettre d'attendre des renforts, ni simplement en appeler. Tant pis.

Grimpant sur son skate, Elyah se laissa choir dans le vide. Elle concentra son énergie sur sa planche, l'empêchant de prendre de la vitesse alors qu'elles tombaient depuis le troisième étage d'une maison. D'un bond, elle vint s'interposer entre les deux hommes, faisant face au masqué. La lame de son épée se releva, le tranchant brillant légèrement sous l'éclat de la lune, et elle se tint prête à riposter. Dissimulé par son bandeau noir, son regard glacé examinait son adversaire, dressant un portrait robot concis au cas où il lui échapperait. Mais cela n'arriverait pas. Hors de question de laisser un tel déséquilibré dans la nature.

« Il suffit, Freanky. »

Les lames liées à son pouvoir demeurèrent sur le toit, elles étaient ses seuls atouts pour l'avoir par surprise et la jeune femme ne voulait pas dévoiler son jeu trop rapidement. Si elle avait une certaine appréhension, elle n'en laissa rien transparaître. Les muscles de son corps étaient tendus, prêts à en découdre.

Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 468
Points : 2303
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
468
2303
2 945
0
0
MessageMar 6 Fév - 14:20
LIVRE 1 - CHAPITRE N°5
Qui. Pro. Quo.
Johan R. Grant & Elyah Kinta
Le Joker. À force, Johan le considérait presque comme un être à part entière. Une autre âme, vivant aux côtés de la sienne. Une autre personnalité, une ombre au-dessus de lui, qui dictait chacune de ses actions lorsqu'il portait ce costume effrayant. Ou bien, tout cela n'était qu'une simple excuse ? Qu'un simple moyen de se rassurer ? Ainsi, il n'avait pas à se mettre sur la conscience ce qu'il réalisait. À souffrir de cauchemars à la vision des vilains qu'il faisait souffrir, par simple plaisir de son amie. "Ce n'est pas moi", devait-il penser, les quelques rares moments où le sommeil l'attaquait. "C'est le Joker", encore, et encore. Se noyait-il dans cet océan de doutes, de peur, à l'approche de la fin de sa scolarité ?

Le choix. Ce fameux choix. Héroïsme, ou Joker. Les jours passaient, et ce choix devenait de plus en plus important. Il ne pourrait pas faire les deux, malheureusement.

Mais qu'importe. Actuellement, Johan avait d'autres priorités. S'occuper de cet homme. Que devait-il faire ? L'électrocuter assez pour le faire souffrir au point qu'il comprenne ? Le passer à tabac ? Comme à chaque fois, à chacune de ses idées, il ferma les poings, les serrant à s'en faire saigner les paumes. Bordel de merde, à quoi en était-il réduit. Fermant lentement les yeux, prenant une profonde inspiration, il se prépara à l'attaquer et à terminer son travail.

Heureusement pour la pauvre victime, une jeune femme se plaça entre les deux mâles. Écarquillant subitement les yeux, cette présence étrangère et menaçante balaya d'un revers de la main ses doutes, qui n'avaient plus leurs places. Une nouvelle complication... Une héroïne ? Un autre vilain ? Un simple passant ? Non. C'était... Quoi ? Le regard électrique, invisible aux yeux des deux personnes, fixa avec intérêt la belle. C'était... Oui. Elyah... Ou un nom du genre. Une professeure d'U.A. Une héroïne. Bordel de merde ! C'était bien la pire chose possible. La seule rencontre qu'il désirait éviter. Celle avec un membre de son putain d'établissement.

Reprenant une profonde inspiration, il poussa un soupire silencieux. Selon les dernières nouvelles, Elyah n'était plus membre de l'école. De plus, il ne l'avait jamais eu, pendant ces cinq années à l'U.A. Même s'il l'affrontait, elle ne devrait pas reconnaître l'électrifié.

Lentement, le Joker réalisa alors quelques signes. Muet, il dialoguait avec ce langage, utilisé par les sourds et malentendants. Chaque geste était réalisé avec lenteur, presque à la manière d'une danse, alors que le regard blanc de son masque fixait l'héroïne.

« Je ne connais pas de Freanky. Je suis le Joker. »


Durant quelques secondes, il attendit une quelconque réaction de la jeune femme. Rien. Merde. Elle ne semblait pas réellement du genre à connaître ce langage. C'était énervant, d'un côté, car il n'allait pas réussir à la convaincre de simplement s'en aller. Après tout, la personne derrière elle, celle qu'elle protégeait, était un vilain. Peut-être qu'elle ne l'avait pas compris, et c'était sûrement le cas. Sinon, elle ne serait pas là à le protéger.

L'homme, de son côté, profita de la situation. Comprenant lui aussi qu'elle se trompait sur toute la ligne, il se mit à hurler.

« Oui, aidez moi ! C'est Freanky, il veut me tuer ! Il me poursuit ! »


Johan tiqua doucement à ses mots. L'enfoiré. Ce petit bâtard cherchait à se mettre l'héroïne dans la poche pour se sauver lui-même. Et lui qui se retenait de l'attaquer et de lui faire du mal ! Ce connard allait comprendre sa douleur. Mais d'abord, Elyah. Si les mots ne servaient à rien, l'électrifié connaissait un autre langage, universel.

Celui du combat.

Claquant des doigts, plusieurs pics d'électricité prirent forme dans l'air, dans un petit son de crépitement caractéristique. Johan avait l'avantage. Tout d'abord, elle usait d'armes en acier. Un très bon conducteur, et toucher sa lame lui permettrait de faire de jolis combos. La pluie, elle aussi, ajoutait encore un bel avantage. Le sol mouillé était ainsi particulièrement bien conducteur, et la jeune femme risquait de prendre de beaux dégâts si jamais une gerbe lui arrivait dessus.

Tout d'abord, il devait tester les capacités de la jeune femme. Même s'il l'avait déjà croisé, il ne connaissait ni son Alter, ni sa réelle force. Des points d'ombres relativement énervant, là où il était aisé de comprendre la force du pouvoir de Johan : la foudre. Sans attendre, il frappa l'air de sa main, les armes électriques tombant en trombe sur la jeune femme. D'une part pour observer sa vitesse de réaction, et sa vitesse de déplacement, mais aussi pour installer une certaine distance entre les deux. C'était comme ça qu'il combattait.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 72
Points : 0
Puissance : 2 060
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur
72
0
2 060
50
MessageLun 12 Fév - 17:11

Qui. Pro. Quo.    



w/ Johan R. Grant
Joker dans la manche

▬ *silence*


Celui qu'elle prenait pour sa cible se mit à s'agiter étrangement, et même si elle ne savait pas le parler, elle reconnaissait le langage des signes. Était-il muet ? Ses fins sourcils se froncèrent. A sa connaissance, Freanky n'était pas du genre silencieux. Certes il savait se sans doute faire discret, mais du temps où elle opérait chez les Kusabana, elle avait entendu des rumeurs sur ses méthodes d'assassinat, et elle se souvenait clairement de cette histoire de berceuse qu'il chantait à ses victimes. Cela ne collait pas. Pas du tout. Elyah serra plus fermement son poing autour de la garde de son épée. Fausse piste. Bon sang ! Elle n'avait pas de temps à perdre avec des règlements de compte entre malfrats... Malheureusement, son code de conduite l'empêchait de fermer les yeux sur ce genre d'incident. Très bien. Puisse qu'il en était ainsi, elle allait expédier cette tâche le plus rapidement possible, après quoi elle pourrait reprendre sa traque.

Bien à l'abri derrière elle, l'homme "innocent" tenta vainement de semer le doute, mais la jeune femme n'était nullement dupe. Peut-être avait-elle tort, peut-être qu'avec la prison le tueur avait changé son mode opératoire, mais toujours est-il que cela ne changeait rien à sa décision. Qu'il soit ou non la personne qu'elle recherchait, elle l'arrêterait ici et maintenant. C'était son devoir, mais avant tout c'était son choix, en tant que personne. Celui qu'elle protégeait n'était pas blanc comme neige, il est vrai, mais à ses yeux cela ne faisait aucune différence. S'il y avait bien une chose qu'elle avait retenu de l'enseignement de son père, c'était qu'une personne au service de la justice se devait de protéger tout le monde, sans tenir compte de leur origine, de leur passé ou de leur actions. Prenant une profonde inspiration, Elyah se prépara mentalement.

A la soudaine tension dans le corps de son adversaire, elle comprit que lui aussi était prêt.

D'un simple claquement de doigts, il généra une brusque gerbe d'électricité. Ni une, ni deux, l'héroïne glissa sa main libre dans sa poche et jeta en direction des pics volatils l'un de ses poings américains. Elle avait l'espoir que l'acier de son arme capte la foudre de l'Alter du masqué, lui permettant de foncer sans risquer de se prendre une décharge. Toutefois, elle se garda bien de bouger immédiatement. Il y avait trop de zones d'ombres pour qu'elle se jette au corps-à-corps, et la situation l'appelait à se montrer raisonnable. Que sa tactique fonctionne ou non, elle avait décidé de laisser son projectile retomber au sol, dans le but de taire encore un peu la nature de ses capacités. S'il l'attaquait ainsi de face, sans prendre la peine d'observer les alentours, c'est qu'il ignorait sans doute son Alter.

Préparant déjà son coup suivant, Elyah fit mentalement se déplacer une de ses lames liées. Celle-ci flotta doucement depuis le toit, dans le dos de son adversaire et surtout bien éloigné de lui. Elle ne pouvait bien sûr pas se contenter de le pourfendre, mais cela n'était pas dans ses intentions.

Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 468
Points : 2303
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
468
2303
2 945
0
0
MessageLun 19 Fév - 13:56
LIVRE 1 - CHAPITRE N°5
Qui. Pro. Quo.
Johan R. Grant & Elyah Kinta
La manière dont le Joker utilisait son alter était relativement différente des autres manieurs de foudre. Là où la plupart se concentrait sur de l'expulsion d'électricité, sous forme de gerbes incontrôlées et puissantes, Johan lui, était bien plus fin. Ses attaques étaient ainsi généralement moins chargées que ses équivalents. Moins de volts, tout bêtement. Néanmoins, en contre-partie de cette perte de force, l'homme avait un quasi-total contrôle sur ses attaques. Il les contrôlait, pour les déplacer dans l'air, un peu de la même manière que l'héroïne maniait ses armes par la pensée. Bien sûr, les déplacements restaient limités à ses capacités humaines : il n'était pas capable de manier efficacement cette foudre sans pouvoir la voir, et la vitesse est loin d'être l'égale de celle d'un éclair frappant le sol. Sans oublier cette puissance décrue, qui ne lui permettait pas d'abattre ses cibles d'une simple gerbe de foudre !

Des différences visibles, notables. Ainsi, lorsque la jeune femme tenta d'user de l'acier pour détourner les pics, Johan fit un simple mouvement du doigt pour éviter cela. Chose qui ne serait pas possible avec une attaque trop chargée en foudre, demandant bien trop de concentration au Joker pour être réellement contrôlé.

Actuellement, notre protagoniste n'avait, en effet, aucune connaissance de l'alter de la jeune femme. Par conséquent, malheureusement pour lui, il ne savait rien de l'attaque surprise qu'elle préparait. C'était énervant. Affronter ainsi une personne aux pouvoirs inconnus, qui pouvait potentiellement l'abattre à n'importe quel moment, selon l'alter qu'elle possédait... Énervant, mais aussi excitant.

Son pouls s'accélérait au fur et à mesure. Sa respiration se fit plus rapide, légèrement irrégulière. Le combat. Brutal, violent. Sanglant. Un affrontement entre deux personnes, ne se connaissant ni d'Eve, ni d'Adam. Lui, le vilain. Elle, l'héroïne. Cette sensation... était différente. Différente, voir même jouissive. Il était le mauvais. Le méchant. Celui qu'elle se devait d'arrêter. C'était si différent de ce qu'il apprenait à l'U.A. Différent, dans le bon sens du terme. Comme s'il venait de pénétrer dans un monde inversé, et être réellement son propre contraire.

Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il endossait ce rôle. Celui du Joker. Celui de l'arme, sans émotion, répondant simplement aux ordres de son maître. Cette "identité" était telle une lame. Normalement dans son fourreau, reposant, avant de fendre l'air à de rares occasions, reflétant le soleil, représentant une idéologie à elle seule. Surtout dans un pays comme celui du soleil levant. Mais là, c'était la première fois qu'il se retrouvait face à un héros. À ce qu'il devait normalement devenir, à la fin de cette année.

C'était comme affronter son propre futur.

Il en oubliait presque sa cible. Bien trop concentré sur le combat, l'idée même d'abattre son glaive contre ce petit chanceux quitta rapidement son esprit. Grognant doucement, les pics continuèrent leurs chemins jusqu'à la jeune femme. Pourquoi elle n'attaquait pas ? Pourquoi elle n'utilisait pas son alter ? Préparait-elle quelque chose ? Ce n'était pas normal. Pas logique. Certes, la pluie offrait un avantage réel à sa foudre. Mais malgré tout, elle était trop passive.

Si c'était le cas... Il devait occuper l'esprit de l'héroïne de manière à ce qu'elle n'arrive plus à préparer son plan.


Fermant soudainement les poings, son corps se mit légèrement à trembloter. Puis, d'un mouvement, il ouvrit ses mains avant de plaquer leurs paumes contre le sol trempé. Dans un bruit semblable à celui du Tonnerre frappant le ciel, des pics de foudre s'échappèrent du sol pour tenter d'embrocher la jeune femme. Du sol ? C'était un peu l'image que ça donnait. En réalité, un mince filet de foudre était présent, à quelques millimètres du sol, et servait de base pour l'attaque. Levant ensuite son bras droit, il fit apparaître d'autres projectiles volants, pour attaquer Elyah depuis les airs, en même temps qu'au sol. L'idée était simple : la forcer à bouger, à s'occuper l'esprit, à se déconcentrer. La forcer à utiliser ses pouvoirs et à montrer ce qu'elle savait faire !

Le style de combat de notre protagoniste était basé sur le combat à distance. L'esquive. C'était comme ça qu'il se battait. Toutes ses attaques servent ainsi ce simple but : créer une distance entre lui et sa cible. Pour certains, cela ressemblait presque à voir une crevasse séparant les deux combattants. Mais d'un autre côté, c'était comme traverser un ravin sur une fine corde. Après tout, malgré cet enchaînement qui semblait compliqué à esquiver, la jeune femme pouvait voir une échappatoire. En contrôlant autant de choses à la fois, Johan était obligé de réaliser des mouvements répétés, identiques. C'était comme un pattern, semblable aux attaques préparées d'une I.A. d'un jeu vidéo prit au hasard.

Comme un espèce de jeu de plate-formes, où, malgré les obstacles, il était toujours possible de passer entre les mailles du filet.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 72
Points : 0
Puissance : 2 060
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur
72
0
2 060
50
MessageVen 23 Fév - 15:15

Qui. Pro. Quo.    



w/ Johan R. Grant
Joker dans la manche

▬ *silence*


Derrière son bandeau, son regard glacé observait chaque mouvement que le masqué faisait. D'ordinaire, elle adaptait sa stratégie en fonction des mimiques de son adversaire, mais face à ce visage sans expression, elle ne pouvait que compter sur son langage corporel, et pour cela elle devait prendre le temps de le craquer. Chaque personne a des tics, des petites astuces dans l'utilisation de son Alter. Elyah avait elle-même tendance à s'humecter les lèvres ou à se les mordre quand elle se concentrait pour contrôler ses différentes lames, et elle était justement en train de s'arracher un petit bout de peau tandis que son épée continuait sa discrète progression en direction de l'homme. Comme pour ordonner à sa foudre de se mouvoir, il claqua à nouveau des doigts, faisant esquiver à son attaque la parade qu'elle avait tenté. Ignoré, le poing américain s'écrasa au sol, inerte, ne laissant qu'un bruit métallique rebondir doucement à leurs oreilles. Bon. C'était seulement un très mauvais signe, mais ce n'était pas grave. Elle n'allait pas se débiner pour si peu, pas vrai ?

Un étrange sourire se dessina sur les lèvres, partagé entre l'amusement et l'excitation que provoquait chez elle cette situation épineuse. Elle le réprima bien vite, et inspira profondément. Sa vie seule n'était pas en jeu, il y avait bien l'autre figurant qui pleurnichait toujours derrière elle, elle ne pouvait pas raisonnablement se permettre d'être ainsi stimulée à l'idée d'un affrontement digne. D'autant plus qu'elle avait encore ce problème qu'était Freanky sur les bras. Tant pis. Il lui fallait trouver un moyen de venir à bout de l'énigmatique manieur de foudre, et vite. Mais avant qu'elle ne puisse réagir, elle le regarda, impuissante, apposer brusquement ses deux mains sur le sol détrempé de la ruelle. Dans un grondement, des gerbes de foudre jaillirent du sol, prêtes à décharger leur folle énergie dans son corps. Plus par réflexe que consciemment, la demoiselle fit un bond pour tenter d'esquiver ces pics, mais elle se retrouva aussitôt dans la ligne de mire de l'attaque suivante. Merde.

Contractant au maximum ses muscles, Elyah analysa vivement la situation et elle décida d'esquiver en ralentissant sa chute au maximum. Se déployant sur toute sa longueur afin d'offrir une meilleure résistance à l'air tout en tournant sur elle-même, elle usa de son Alter pour rigidifier temporairement sa tenue, une petite seconde à peine, afin de passer au travers de la mitraille électrique. Elle serra les dents, priant pour que ses vêtements tiennent le choc, cette "astuce" ayant souvent tendance à les laisser déchirés et en ruine. Elle entendit distinctement un craquement, mais elle savait au bruit qu'il ne s'agissait que d'une couture qui venait de se débrider légèrement, signe qu'elle ne pourrait pas se permettre de recommencer ce type d'esquive. Mais cela n'allait pas être suffisant. Elle allait devoir dévoiler son Alter, tant pis. Déversant son énergie dans son épée, elle força le contrôle et, la laissant ensuite quitter sa main, la fit tournoyer vivement autour d'elle pour absorber au maximum les décharges qu'elle ne pourrait pas esquiver.

Atterrissant souplement au sol, elle se redressa vivement alors qu'une seconde rangée de pics fondait sur elle. Oh ! Il était décidé à ne pas la laisser respirer ? Qu'il compte la dessus ! A l'aide d'un léger saut arrière, Elyah se positionna sur son skate, et celui-ci se mit à léviter à quelques centimètres du sol. En parlant de cela, à bien y regarder, la pluie s'écrasait étrangement dans un certain périmètre autour de l'inconnu. L'héroïne plissa les yeux, et il lui sembla discerner ce qui semblait être un filet composé d'électricité. Discret, et efficace comme technique. Il avait rendu le terrain alentour impraticable pour les combattants au corps à corps telle qu'elle. Heureusement qu'elle n'avait pas oublié sa planche en sortant, quel calvaire ce combat aurait été sinon. Mais déjà, les projectiles fusaient à nouveau dans sa direction. Bien.

Avec l'attaque qu'il venait de lancer, l'homme était sans doute concentré sur ce qui se passait devant lui. Sans un bruit, la lame avait fini par le rejoindre, et d'un coup, elle passa sur son flanc, l’éraflant au passage s'il n'avait pas eu le réflexe de l'esquiver. Que cela ait fonctionné ou non, Elyah choisit de profiter de l'effet de surprise pour tenter une approche. Sautant de sa planche, elle prit appui sur l'épée qui fonçait dans sa direction et se projeta en avant, le poing dressé, prête à l'abattre dans le visage factice de l'homme. En une fraction de seconde, elle avait réussi à couvrir la distance qu'il avait voulu créer entre eux. Échec. Pas encore Mat. Mais cela viendrait.

Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 468
Points : 2303
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
468
2303
2 945
0
0
MessageVen 23 Fév - 16:53
LIVRE 1 - CHAPITRE N°5
Qui. Pro. Quo.
Johan R. Grant & Elyah Kinta
Était-il normal d'autant apprécier un affrontement, pour un potentiel nouveau héros ? Johan n'en savait rien. Mais au fond de lui, l'homme se doutait que tout ça n'était pas forcément bien vu. Les combats, c'était un peu toute sa vie. Ses rencontres, ses années passées à divers endroits, à dialoguer avec ses poings. Surement le langage qu'il connaît le mieux ! Chaque frappe était un mot, un enchaînement une phrase et un combat tout un dialogue entre deux personnes. Certains n'étaient pas à l'aise avec l'oral, l'écrit. Ils discutaient mieux avec leurs instincts, tels des bêtes. Peut-être qu'au fond de lui, l'électrifié était comme ça. Moins capable de dialoguer, caché derrière son sourire, c'était bien avec ce genre d'échanges qu'il s'exprimait le mieux. Quelque chose lui disait même qu'il en apprendrait moins sur l'ancienne professeur en discutant simplement avec elle !

Et dans un sens, il sentait que c'était la même chez elle. Qu'il n'était pas le seul à ressentir ce début d'excitation légèrement morbide, en affrontant quelqu'un. Jouant sa vie, sa réputation. C'était comme ça qu'on arrivait à créer un réel bon combat. Comme ça qu'il le vivait, à chaque fois. La présence du pauvre malheureux derrière lui était totalement oublié, d'ailleurs. De toute manière, il ne prendrait sûrement pas le risque de s'échapper. Ça ne ferait que retarder l'inévitable ! Surtout que Johan n'avait que très peu envie d'être engueulé par sa proche amie.

Toujours concentré sur le combat, notre protagoniste analysait et réfléchissait à propos du style de combat de la belle, et de son alter. Surement de la même manière qu'elle analyse ses propres mouvements, et sa propre manière de se battre. Ses yeux bleus passaient d'un mouvement à l'autre, et malgré qu'il était concentré sur son assaut, il prenait le temps d'analyser chaque pas, chaque esquive, pour mieux préparer la suite. C'était comme ça qu'il fonctionnait.

Usant de son alter, la jeune femme fit voleter sa lame pour s'en servir et se protéger des pics venant du ciel, devant l’œil étonné du Joker.

Quel était donc son alter ? Cette question lui brûlait les lèvres. De la télékinésie ? Non. Peut-être pas. C'était possible, probable. Mais il n devait pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Lorsque ses pics s'élancèrent sur la jeune femme, la belle usa de sa capacité pour s'envoler sur son skate, et esquiver d'une part les pics et de l'autre son filet de foudre. Bon dieu, elle s'adaptait rapidement ! Et comment. C'était une pro. Une héroïne. Comment pouvait-il en être autrement ?

À travers son masque, son sourire s'étira. Un sourire grand, puissant, joyeux, voir même légèrement pervers. Dans un sens où... il appréciait se combat. Affronter quelqu'un de puissant était toujours aussi jouissif. C'était la première fois, depuis un moment, qu'il rencontrait quelqu'un de plus fort que lui, lorsqu'il se battait "normalement", sans utiliser toute sa force. Généralement, ils étaient plus faibles. Voir égal. Elle, non. Bordel, il en maudissait presque la pluie ! Pourquoi était-elle là ?! À cause de toute cette eau, cette différence de force était comblée !

Il tuerait pour la combattre de nouveau, par beau temps.

Perdu dans ses pensées, il fut alors surpris de l'attaque surprise de la lame. Ne pouvant l'esquiver, il poussa un grognement de douleur étouffé par son casque lorsque l'épée vint le toucher au flanc. Posant, par réflexe, sa main gantée sur la plaie, il constata que la coupure n'était pas profonde. Tant mieux, putain. Il aurait pu perdre sur ce coup-là. Quel imprudent il était ! En tout cas, avec cette attaque, Johan mit un doigt sur le point commun de chaque chose qu'elle animait.

C'était, à chaque fois, des objets de métal.

Maniait-elle les champs électromagnétiques ? Ou bien, simplement, pouvait-elle manier par la pensée les objets de cette matière ? Dans les deux cas, les capacités étaient semblables. Elle pouvait les manier à volonté et les déplacer dans l'air. Bordel. Cette femme avait dû préparer cette attaque furtive à l'avance, d'où son calme au début ! Heureusement qu'il l'avait perturbé. Peut-être qu'elle aurait réussi à l'embrocher si elle était en pleine position de ses moyens !

Tentant de se reprendre, il fut surpris de cette nouvelle attaque ! Bordel. Elle était rapide et ne perdait pas un moment pour l'enchaîner ! Cette fois encore, il se prit le coup, directement au visage. Grand gaillard qu'il était, cela ne suffit pas à le faire chanceler néanmoins. Elle pensait peut-être être en position d'échec, prête à lui prendre son roi, mais elle venait de faire une terrible erreur. Elle était proche... Toute proche. Et la suite se résumait en deux mots.

8th Commandment.

La tête légèrement en arrière suite au coup, il la renversa en avant, d'un mouvement, presque surnaturel. Regardant l'héroïne droit dans les yeux, son corps s'illumina, et une fraction de seconde plus tard, l'homme laissa littéralement exploser la foudre autour de son corps. Une expulsion brut d'électricité, et rare attaque liée au corps à corps. Malheureusement pour elle, entre la pluie et surtout le fait d'être aussi proche de l'homme, l'attaque en devenait dévastatrice.

Sans savoir l'étendue des dégâts, Johan recula rapidement. Son corps tremblotait doucement. Bordel. Cette attaque était forte, mais toujours aussi terrible pour son corps, et surtout pour ses réserves. Attrapant une pile, il l'écrasa dans la paume de sa main, en absorbant le contenu. Le combat était loin d'être terminé, il devait rester...

Déterminé.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 72
Points : 0
Puissance : 2 060
Réputation : 50
Voir le profil de l'utilisateur
72
0
2 060
50
MessageLun 5 Mar - 23:07

Qui. Pro. Quo.    



w/ Johan R. Grant
Joker dans la manche

▬ *silence*


Sans faillir, son poing s'écrasa sèchement sur la joue masquée de l'homme. Le coup n'était pas si puissant que cela, mais elle en était encore à tester la résistance de son adversaire. Certes, elle devait l'arrêter le plus vite possible, mais elle ne devait tout de même pas le blesser trop gravement. Pas après ce qu'elle avait déjà fait. On en revenait toujours à la violence. D'un certain point de vue, il pouvait être compréhensible de répondre aux attaques des vilains par une puissance de feu supérieure. Mais n'était-ce pas encourager la brutalité que d'agir ainsi ? Malheureusement, il était pour eux trop tard pour faire machine arrière, les couteaux étaient tirés, et seuls leurs corps et leurs muscles pouvaient désormais communiquer. Enfant, Elyah aurait aimé être le genre d'héroïne capable de raisonner son ennemi ou de juste pouvoir éviter les affrontements inutiles, mais la réalité est bien différente des rêves de gosse. Bien plus difficile surtout. Les bandits n'écoutaient pas sagement votre point de vue, ils ne tendaient pas l'oreille pour comprendre que se battre ne servirait à rien. Et celui-ci n'aurait pas non plus fait d'efforts.

La violence n'était plus un choix.

L'impact sembla à peine gêner le masqué, et tandis qu'il se redressait et qu'à travers son bandeau, elle pouvait voir son regard bleuté, la jeune femme remarqua les crépitements d'électricité parcourir le corps de l'imposant inconnu. Elle comprit aussitôt qu'elle allait se prendre une bonne décharge dans la figure. Pas besoin d'être un génie pour voir qu'elle était effectivement dans une très mauvaise posture. Vite. Elle devait réfléchir. L'esquive semblait impossible, pas la peine de perdre du temps à se torturer les méninges pour rien. Alors quoi, elle allait juste se laisser faire ? N'y avait-il pas d'autre solution ?

Levant vivement ses bras en croix devant son visage, l'héroïne baissa le menton, serra les dents, et se prépara en un instant à recevoir l'attaque de plein fouet. A la dernière seconde, son épée vint s'interposer devant elle. Ce ne serait pas suffisant à contenir toute la puissance de l'explosion électrique, mais au moins cela en absorberait une petite quantité. C'était mieux que rie- Dans un sifflement, la foudre fondit sur elle, se déversant sur la surface de son corps, aidée par la pluie qui n'avait de cesse de tomber. Tous ses muscles se raidirent au passage du flux indésirable, et elle ferma les yeux, ne laissant qu'un grognement de douleur émaner de sa gorge contractée. Bordel que ça faisait mal ! La déflagration fut courte, mais elle ne l'en laissa pas moins à terre, sur les genoux, le corps encore tremblant. Aurait-elle perdu ? C'était mal la connaître que de la croire hors-jeu dès la première escarmouche. Baissant doucement les bras, la jeune femme leva ses grands yeux bleu glace vers le visage sans expression de l'autre combattant. Ses yeux qui n'étaient plus dissimulés derrière son bandeau noir.

Pendant que son corps subissait la foudre, son esprit s'était concentré sur le contrôle du morceau de tissu, défaisant l'accroche qui le gardait solidement autour de son visage. Il glissa alors discrètement derrière ses bras croisés et il se confondit dans le noir de sa tenue, se dissimulant sous les pans de sa robe.

Peu importe que l'électrifié remarque ou non ce détail, Elyah se redressait déjà péniblement, prête à suivre son plan. Quelques tressaillements agitaient encore ses membres, mais dans son regard brillait une détermination inflexible. Il en faudrait plus pour l'arrêter. Bien plus. Elle n'était peut-être pas la plus forte des héros, elle en était même bien loin. Elle n'était pas la plus glorieuse, ni la plus intelligente. Mais dans ce genre de situation, elle était de ceux qui se relevaient toujours, et ce même si ça vie en dépendait. Enfin sur ses jambes, elle se mit en position de garde. Derrière elle, l'épée non liée qu'elle avait chargé en énergie se planta dans le sol, juste avant qu'elle n'en perde le contrôle. Pas de souci, il lui restait encore celle qui voletait désormais sur sa droite, les deux qui étaient sur les hauteurs, et l'un de ses deux poings américains. Faisant léviter celui-ci, elle le fit fondre en direction de l'épaule droite de son opposant tandis qu'elle tentait un crochet du droit pour couper toute esquive sur le côté.

Son bras s'allongea, mais elle était loin de l'atteindre, un bon dix centimètres séparait son coup du visage de son adversaire. Une erreur de calcul ? Une feinte. Jaillissant de sa manche, le bandeau fonça vers le corps de l'homme, et surtout sur sa gorge, cherchant à la lui comprimer. La jeune femme en profita pour faire un bond vers l'arrière de sorte à récupérer sa lame qui l'attendait, et, pivotant vers l'inconnu, chargea sur lui, prête à le frapper du plat de son épée.

Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 468
Points : 2303
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
468
2303
2 945
0
0
MessageVen 9 Mar - 14:50
LIVRE 1 - CHAPITRE N°5
Qui. Pro. Quo.
Johan R. Grant & Elyah Kinta
Aucun mot n'était lancé. Pas un seul dialogue. Même le vilain que chassait l'électrifié ne parlait pas. Il n'y arrivait pas, totalement bloqué devant ce spectacle. Un affrontement brutal et barbare entre deux personnes qui étaient pourtant bien plus proches qu'il ne le savaient à l'origine. Enfin, Johan le savait. Mais elle, elle n'avait aucune idée de qui était derrière le masque du Joker. Pour elle, le Comique n'était rien de plus qu'un criminel utilisant son alter à tort et à travers, abattant sa foudre vengeresse sur de pauvres âmes. Elle n'avait pas totalement tort, néanmoins, mais comment réagirait-elle si la belle découvrait que derrière ce masque l'empêchant de parler se trouvait un élève de l'école qu'elle venait de quitter ?

Qu'importe. L'heure n'était pas à ça. L'heure était au combat, à ce type de discussion qu'il appréciait tant. Il analysait la manière dont la jeune femme avait de se battre, notait dans son esprit les différentes particularités de son alter. Et surtout, il anticipait une nouvelle attaque surprise. L'un comme l'autre auraient pu tuer son adversaire à un moment précis. Elle, en l'embrochant de sa lame cachée, et lui, en surchargeant la foudre qu'il avait lancé sur elle. Après tout, recouverte d'eau, les dégâts qu'elle prenait étaient augmentés. Tuer quelqu'un à l'aide d'électricité devenait particulièrement aisé. Avait-elle, d'ailleurs, remarqué ça ?

Après tout, qu'elle ne tente pas de le tuer était logique. C'était un héros, et tuer n'était clairement pas dans le métier. Pas seulement tuer d'ailleurs, blesser gravement était aussi particulièrement mal vu. Un héros se devait d'être impeccable et garder une certaine image de soi, histoire de ne pas être mal vu par la société qu'il devait protéger. Lui, dans son rôle de vilain, c'était différent. Il n'avait pas que le droit de la tuer, c'était même un devoir, dans un certain sens.

C'était peut-être pour ça que, malgré la force de l'héroïne, Johan ne se battait pas à fond. Oh, il pourrait. Utiliser ses blasters, augmenter ses réflexes. Mais... ce n'était pas du jeu. La pluie était déjà de son côté, et il lui permettait de nombreuses petites choses. C'était déjà assez pour équilibrer s'il se battait "normalement", alors utiliser la totalité de sa force ne servait à rien.

Il désirait un combat équilibré.

De toute manière, qu'elle remarque ça ou non l'importait peu. Si c'était le cas, elle devrait être rassurée, au vu des dégâts qu'elle reçut de cette décharge de foudre puissante. C'était pas forcément la chose la plus facile à sortir pour notre ami, mais dieu que c'était utile et surtout difficile à esquiver quand on s'amusait à être aussi proche de son adversaire. Elle arriva à bloquer un peu de sa capacité en utilisant sa lame, certes, mais ça ne servait qu'à sauver les apparences.

Satisfait de ce coup, il ne baissa néanmoins pas sa garde. Non, il était particulièrement concentré, et attentif. Elle ne l'aurait pas une seconde fois. Il s'attendait d'avance à un nouveau coup planqué. Elyah ne devait pas avoir qu'une seule lame cachée, c'était sûr et certains ! Qu'avait-elle encore en stock ?

Cette fois ci, elle lança son poing américain directement sur lui, maniant l'objet à l'aide de ses pouvoirs. Grognant, il donna alors un violent coup pour dévier l'objet de sa trajectoire, non sans une réelle douleur. Heureusement, la distance était courte et l'objet ne pouvait être envoyé avec assez de force pour être réellement dangereux. Il l'envoyait de manière à l'avoir encore en vue, avant d'être surpris de ce coup-de-poing... Dans le vide ? Non, mince !

Cette fois, c'était son bandeau. Bingo ! La belle ne maniait pas seulement une matière. Elle maniait un peu tout. Mais jusqu'à présent, ce n'était que des objets à elle. Mh. Posant cette information dans son crâne, il leva alors sa main pour attraper soudainement le tissu, qu'il déchira sans plus de cérémonie. Johan n'était pas un géant de deux mètres pour rien, et sa musculature n'était pas celle des sculpteurs qui ne cherchaient que la beauté. C'était un homme fort. Réellement.

Ce combat commençait à durer. Un peu trop. Prenant une profonde respiration, il décida de couper court à tout ça. Les informations étaient là : elle maniait les objets par la pensée, et avait donc besoin d'une concentration suffisante pour les utiliser. Il comptait bien la forcer à se concentrer sur la défense, quitte à utiliser trop d'électricité.

D'un mouvement, il lança deux boules d'électricité pure en l'air, avant d'abattre ses deux mains sur le sol. Prêt à installer un peu de distance dans cette douce relation, il lança alors des pics de foudre sortant du sol en direction de l'héroïne, histoire de la faire pas mal reculer. En profitant pou réaliser un petit saut en arrière, accentuant tout ça, il claqua alors des doigts et les deux boules s’abattirent sur la jeune femme, sous la forme de deux éclairs presque réels. Oh, certes, ils n'étaient pas aussi puissants qu'une réelle frappe de Zeus s'écrasant sur un sol fumeux. Il n'était pas capable d'atteindre les 20 millions de volts demandés, mais c'était tout de même relativement puissant. Surtout si on ajoute cette fameuse pluie !

La force des deux combattants était plutôt égale, en vérité. Oh, Johan ne se battant pas à fond, la belle l'était plus en réalité. Mais si on ajoutait l'avantage du terrain, l'héroïne n'était pas en très bonne posture.

« ... Rentre. Y a urgence. »


La voix de la jeune femme perturbait finalement la chose. Douce, mais aussi froide, cassante. Ce n'était pas normal... Quelque chose clochait.

Comprenant que ce n'était pas le moment de rester, il s'échappa, provoquant une explosion d'électricité pour cacher sa fuite. Dommage, mais il avait d'autres choses à faire.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [M11] goblins
» 07/11 - PTQ Paris - Hasselt Oberon
» Utilisation des toilettes
» Nationaux Belges 2011
» Le Trône de fer... En Lego

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville-
Sauter vers: