• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Le hasard et ses aléas [w/ Gaara Y. et Damu N.]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageMar 26 Déc - 15:55

















   ❝ Le hasard et ses aléas ❞
 
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita

 

Une petite voiture noire aux vitres teintées s'engagea dans la petite rue et finit par s'arrêter devant une sorte de bar. Au dessus de la large vitre se trouvait un panneau lumineux, sur lequel on pouvait lire Le Calypso. L'extérieur n'était pas des plus accueillant, mais en y regardant de plus près, on pouvait voir qu'une toute autre attention était portée à la décoration de l'intérieur. Des fleurs ornaient les tables, des tableaux étaient suspendus aux murs, et le tout était dans des coloris très chaleureux. Cela détonnait pas mal avec l'aspect des autres bars du coin qui se voulaient plus "natures", avec leur vieille odeur de bière frelatée et leur musique sauvage qui s'entendait depuis l'extérieur. Mais contrairement à ces bars miteux, Le Calypso était réputé pour son bon goût, ses pâtisseries d'après-midi et son indifférence quant à la provenance de ses clients. Même le plus recherché des criminels pouvait s'y rendre le plus sereinement du monde, et même y obtenir de bons tuyaux en fonction de ce qu'il avait besoin.

Après avoir jeté un œil à l'heure sur son téléphone, Uriel sortit du véhicule. Il claqua la porte et le chauffeur démarra presque aussitôt. Le masqué resta un instant devant le bar, se demandant s'il s'agissait d'un bon choix. Il devait revoir l'épouvantail, dans le but de récupérer le vinyle qu'il lui avait prêté, et même s'il l'avait déjà invité chez Madame, il préférait le revoir dans un lieu neutre. Mais est-ce que Le Calypso convenait ? D'ordinaire, il y allait plutôt en compagnie d'Anket, quand elle avait envie d'une bonne sucrerie, et peut-être que l'endroit convenait d'avantage à une dame... Tant pis, il était trop tard pour changer de toute manière. Il finit donc par entrer dans la petite boutique.

Il eut à peine le temps d'y mettre un pied que le patron venait déjà l'accueillir chaleureusement. Les deux hommes s'échangèrent quelques phrases cordiales, comme les deux bonnes connaissances qu'ils étaient. Le tenancier de l'établissement était un homme qui approchait doucement de la trentaine, sa chevelure blanche lui conférait un air presque angélique, mais qui était atténué par le sourire moqueur ancré à ses lèvres. Les nombreuses couches de vêtements qui le recouvraient dénotaient de son goût pour la mode et les belles choses, ce qui se retrouvait dans l'atmosphère de sa boutique. Ils échangèrent quelques mots sur la peinture, le gérant demandant à Uriel quand est-ce qu'il pourrait lui passer une nouvelle commande. Ce à quoi le masqué ne su répondre, son inspiration étant assez... irrégulière ces derniers temps.

Après plusieurs minutes, le patron finit par lui présenter sa table, au fond, près d'une petite bibliothèque en bois blanc. Tout ici était mignon et propret. Quand il venait avec Madame, Uriel s'y sentait à l'aise. Mais à présent qu'il était seul, il avait l'impression de faire tâche. Ce qui était sans doute vrai. Enfin. Il n'y avait presque aucun autre client pour le juger, et comparé aux deux malabars qui buvaient un thé à quelques tablées de lui, il n'était pas le pire ici présent.

Croisant les mains devant lui, il ferma son œil et se laissa aller à ses réflexions. Après lui avoir raconté sa rencontre avec le fameux Damu Ningyô, Madame avait fait quelques recherches sur le personnage. La police était à ses trousses, et il était effectivement un évadé de prison. Ce qui se révélait dangereux d'être vu en sa compagnie, aussi bien pour Uriel que pour Anket. Mais il fallait bien qu'il récupère son vinyle, c'était une pièce de collection après tout. Un sourire carnassier vint troubler le fil de ses pensées, et sans savoir pourquoi, il se remémora son altercation avec l'homme crocodile, il y a de cela plusieurs mois. Il y avait eu une évasion récemment, et dans les journaux, il avait pu lire que ce garçon faisait partie des fuyards. Sur le moment, il n'avait pas su comment prendre la nouvelle. Il était partagé entre l'envie furieuse de satisfaire sa vengeance et l'idée raisonnable de ne pas s'en faire. Après, Musutafu était une très grande ville, quel était le pourcentage de chance de recroiser ce nuisible ? 1% ? Autant dire presque impossible !

 

 

 
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
 



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageMer 27 Déc - 10:14
Depuis leur dernière -et seulement seconde- rencontre, quelques semaines avaient eu le temps de s'écouler. Un peu nerveux pour une raison qui lui échappait, Damu Ningyô s'était enfin décidé à rendre le Vinyle prêté, dont l'écoute ne l'avait pas lassé, lui faisant revivre à chaque fois la mort du jeune... Minki ? Son trépas étant bien plus intéressant que son nom, il l'avait oublié. Dommage.

Il s'était laissé conduire dans un énième bar dont Uriel avait la connaissance, nommé "le Calypso" - Un joli nom aux origines aquatiques qui lui plaisait assez - par Kynnjou, une de ses camarades, dont le visage angélique encore inconnu des forces de l'ordre lui permettait d'emprunter un véhicule sans crainte - Damu aurait pu conduire si elle n'avait pas farouchement préféré lui servir de chauffeuse, arguant qu'elle n'avait pas confiances... Tout ça pour un petit accrochage de rien du tout avec une barrière ! Quelle rancunière... -. Assis donc à côté de la jeune femme aux cheveux violets, les deux discutèrent un peu avant l'arrivée. L'avantage de travailler dans une ligue, c'était ça : la coopération et l'entente. Bien sûr il y a avait des éléments dissidents, mais Damu était un criminel extrêmement social et communicatif, ce qui créait le désespoir des uns mais lui permettait de se lier facilement aux autres afin d'en obtenir des services... 

Il fit claquer la portière sans trop le faire exprès et Kynnjou lui fit les gros yeux d'un air amusé. Il l'aimait bien, elle était facile à vivre, cette tristement banale dealeuse de drogue et d'infos. Il entra dans le bar et fut étonné du charme paisible et coquet de l'endroit. Vêtu d'une chemise blanche à manches larges resserrées aux poignets, d'un pardessus sans manche cuivré et brillant -qu'il adorait- dont le revers était brun et de la poche duquel dépassait le fil doré d'une montre à gousset luxueuse. Le tout associé à un de ses éternel pantalon à la mode Victorienne et de simples chaussures basses de cuir à lacet parfaitement vernies, il était parfaitement à son aise en ce lieu.

Un charmant jeune homme, dans sa tranche d'âge, dont les cheveux blancs et les yeux clairs captèrent son regard, et dont la tenue rafinée le rendait presque - si ce n'était complètement - jaloux semblait être le maitre des lieux. À vrai dire il était magnifique mais Damu n'avait pas vraiment la tête et le coeur à ça en ce moment. Il y a peu il l'aurait sans doute abordé, mais... Il secoua la tête pour lui même. Averti par un message du Masqué, il le rejoignit dans une salle qui lui semblait être une bibliothèque cossue. Il chercha de son oeil vert au bord de l'iris doré le propriétaire de l'objet qu'il tenait précieusement serré contre lui et s'installa à sa table en le saluant d'un geste de tête accompagné d'un sourire. 


- Bien le bonjour !  Charmant lieu... Hum ? Vous m'avez l'air pensif... Passons, voici enfin ce qui vous appartient, mes excuses de l'avoir gardé aussi longtemps mais son écoute est tellement agréable !  

Il lui rendit son bien et parcourut plus précisément du regard les lieux. Il avait bien envie de s'arrêter quelques instants afin de prendre une boisson mais hésitait à congédier sa partenaire qui l'attendait patiemment dans la voiture... Qui savait si il n'aurait pas très vite besoin d'elle ? Il n'hésita que peu, charmé par le calme du lieu. Ce n'était sûrement pas aujourd'hui que les problèmes allaient lui tomber dessus, il avait bien le temps de se détendre...
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageVen 29 Déc - 16:39
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel

Deux jours après la grande évasion
Gaara n'avait pas eu son évasion facile. Avec ce motard qui était arrivé de nulle part.Bref, celui-ci était ravi d'avoir s'en sortir vivant. Bon il allait se rappeler longtemps de cette bataille. Vu que cela sortait de l'ordinaire et qu'il avait encore des marques de cet affrontement. Il devrait rester dans sa cachette le temps de récupérer pleinement de ses blessures. Cependant, Gaara avait envie de sortir et de boire pour se changer les idées. Il ne se cassait pas la tête pour le vestimentaire. Il portait un coton ouaté gris avec des jeans bleu marin. Ayant un peu mal à sa jambe, celui-ci se rendait à la destination le plus proche. Le Calypso.

Sans attendre un instant de plus à l'extérieur, celui-ci entrait de ce lieu qui était ... beaucoup trop sophistiqué pour celui-ci. Cela était trop luxueux et chic. Du moins, Gaara ne passait pas inaperçu avec son accoutrement du quotidien. Mais, personne ne souciait de lui et cela était mieux ainsi. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Un homme aux cheveux blancs avec un habit à aveuglé les yeux s'approchait de Gaara pour l'acceuillir au Calypso.
Bienvenu au Calypso mon cher.
Celui-ci faisait un sourire à son client et lui disait également que s'il voulait quoi que se soit qu'il n'avait pas à se gêner.
Merci
Gaara continuait donc d'explorer les lieux pour se rapprocher du bar et de se commander un verre de leur meilleur whisky. Il avait besoin de fort pour diminuer la douleur et sûrement que l'endroit serait plus amusant s'il prenait plus qu'un verre de fort.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageLun 1 Jan - 16:35

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita


Accrochée à un mur, une horloge cliquetait doucement les secondes et les minutes. Son esprit continuait à vagabonder sans but, à la recherche de souvenirs plus intéressant que sa mésaventure avec l'autre reptile. Il n'avait pas envie de se montrer antipathique quand son invité se montrerait, ni ne voulait être de mauvaise humeur dans ce lieu qu'il appréciait. Mais pourquoi avait-il autant de considération pour cet épouvantail ? Il avait retourné cette question plusieurs fois dans sa tête pendant les derniers jours, sans trouver de raison précise. Il avait bien quelques pistes, mais rien de bien concret. Le plus probable était qu'au contact de Madame, il s'était déjà bien trop ouvert au monde. Dans un soupir, il se demanda s'il ne devait pas mettre les voiles et retourner en Europe. Pourtant, il aimait le Japon. Il appréciait tout particulièrement la dualité entre le moderne et le traditionnel, cela faisait monter en lui l'image du jour et de la nuit se mélangeant en un tourbillon de couleurs. Mais même par amour pour cette terre d'accueil, pouvait-il seulement risquer de perdre l'essence de son existence ?

Des pas légers s'approchèrent de la table et de douces senteurs fruitées le tirèrent de ses rêveries. Ouvrant son oeil, son regard rencontra celui de jade de son cadet. Le tueur au sourire cousu semblait à première vue de bonne humeur. Uriel ne bougea pas d'un millimètre. Derrière son masque, sa pupille suivait tranquillement les gestes du rouquin. S'il ressentait un peu de joie en voyant son bien dans les bras de la Poupée, son visage figé n'en laissait rien paraître. Il écouta les excuses qui lui étaient faites, hocha simplement la tête, mais garda le silence. Un drôle de sentiment se diffusait en lui. Il était... heureux ? Heureux que le vinyle ait plu au jeune homme ? Mais qu'est-ce qu'il en avait faire ? Il devrait plutôt s’enquérir de l'état de son bien, et normalement il serait déjà en train de vérifier chacune des faces de l'objet, à la recherche de la moindre griffure, aussi infime était-elle... Mais il n'en fit rien. Il se contenta de simplement reprendre son vinyle et de le déposer sur la table, devant lui.

« Merci d'avoir fait le déplacement. »

Uriel avait parlé d'un ton sobre, sans réelle émotion. Il aurait préféré ne rien dire, mais au fond de lui, il n'avait tout de même pas envie de laisser le rouquin sans réponse. Il se détourna du fin visage de porcelaine pour mieux observer le reste du bar. De l'autre côté de la pièce, il vit le patron accueillir un client. C'était une bien étrange habitude que cette homme avait, mais cela donnait souvent l'impression aux gens qu'ils étaient spéciaux. Quelle illusion. Personne n'était spécial, peu importe la personnalité, l'alter, etc. D'un coup, le masqué eut envie d'avaler un bon verre de whisky, afin de chasser toutes ces pensées négatives. Malheureusement, il était en public, et à moins de tuer toutes les personnes présentes, il ne pouvait se permettre de consommer quoi que ce soit.

« Je ne vais pas vous retenir plus lon- »

Ses mots se figèrent dans sa gorge et, brusquement, une veine pulsa une fois dans son cou. Les yeux toujours fixés sur le patron, il avait fini par entrapercevoir la tête du dernier client. Et ce qu'il vit ne lui plut pas du tout. Il se revit tout à coup devant le cadavre mâchonnée de celle qui aurait dû être sa proie à lui et à lui seul. Il ressentit la chaleur des flammes qui dévoraient le bâtiment. Et la seconde d'après, il était de retour au Calypso, les mains crispées autour de son vinyle. Finalement, il finit par prendre une goulée d'air et par doucement la souffler entre ses lèvres. Il devait se calmer. Il devait se montrer raisonnable. Uriel reporta son attention sur Damu, espérant secrètement que le rouquin n'ait pas remarqué ce qui venait de le troubler.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageLun 1 Jan - 19:37
Le Masqué était comme à son habitude assez peu parlant mais Damu n'y accordait que peu d'attention. La parole et l'aisance avec les gens n'étaient pas le fort de tout le monde et il était du devoir de ceux dont c'était le cas de s'adapter. Et puis déjà il lui parlait, et cela était largement suffisant.

Il s'apprêtait d'ailleurs à le congédier - Si tôt ? Ah, sans doute avait il des choses à faire, et puis rendre en Vinyle ne prenait pas des heures, sans doute n'avait il pas prévu de profiter des lieux aujourd'hui ! Tant pis, il y resterait seul le temps d'un thé, et d'une discussions avec le Barman ? Mais comme s'était dommage... -  quand le tueur se coupa dans sa phrase, ce qui reconcentra l'attention papillonnante du second vers un point précis de la pièce. Qui que soit le nouvel arrivant ou la situation, cela semblait mettre en "émoi" Uriel, ce qui étonnaît assez le couturier.

Lui même donc tourna la tête, et eut l'agréable surprise de voir les cheveux violets et le familier visage de son ancien camarade de cellule, Gaara Yoshita, alias Killer Flesh, un jeune tueur prometteur. Manifestement, celui ci avait réussi à s'évader ! Ah, bien joué petit...

Une idée audacieuse germa dans l'esprit du Faucheur au sourire recousu et il se leva afin de se rapprocher de l'évadé, après avoir fait signe au Masqué qu'il revenait. Il salua son vieil allié ! -D'ailleurs, quel souvenir l'autre gardait de lui ? Leur cohabitation n'avait pas été des meilleure et seul l'évasion de la Poupée les avait réellement "rapprochés". Et encore... Mais, il avait plutôt envie de lui parler. Il bouillait d'envie de lui poser toutes sortes de questions sur son évasion, comment les choses s'étaient passées, depuis son départ...

Et puis, il avait... Une certaine pointe de culpabilité. Il avait lu dans les journaux que le malheureux Killer Flesh s'était retrouvé criblé de balles, et bien que ce soit stupide et qu'il ait rempli en soit sa part du contrat il avait le sentiment de l'avoir... abandonné ? 

- Gaara ! Cela faisait longtemps... - Il lui agrippa le bras et le guida à travers la salle jusqu'à la table qu'il partageait avec Uriel - Hum, peut être aurait il du lui parler de ses intentions ? - Alors ? Comment va tu ? Tu as bien le temps de discuter... Je te présente... L'Artiste, un... confrère ? Et donc, voici Gaara, mon ancien codétenu, sans qui je ne serais pas sortit de prison de sitôt ! 

Bien élevé, il lui apporta une chaise. Et, d'une pierre deux coups, il était à peu prêt sûr que son aîné - présumé ? - resterait avec eux... Une de ses intuitions sorties de nul part.
Après tout, entre chasseurs, on devait bien s'entendre non ?
Le rouquin arborait un air satisfait et jovial, comme d'habitude. Concentré dans son action, il n'avait même pas prit le temps de voir les réactions des deux inconnus.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageMer 3 Jan - 16:42
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel


Gaara était installé au bar avec son verre de whisky en main. Il prenait le temps de sentir l'odeur de l'alcool forte avant d'en prendre une gorgée. Ah le fort qui coulait tout le long de la gorge. Un plaisir qu'il n'avait pas ressenti depuis quelques mois. Il ne buvait pas souvent, mais quand il en avait le goût, cela faisait plus que du bien.

Il s’apprêtait à boire une seconde gorgée lorsqu'il entendait une voix qu'il ne pensait pas entendre de sitôt. il se retournait le visage en étant surpris de le recroiser. Cela faisait des mois qu'il ne l'avait pas croisé. Pourtant, celui-ci était resté le même. Il y avait des choses qui ne changeaient pas et Damu semblait en faire partie. Gaara se laisser donc guider doucement par la poupée jusqu'à une table.

Hey bien et bien. Gaara souriait de son plus beau sourire. C'était quoi les chances qu'il recroise l'artiste ? Peu probable et encore qu'il est un quelconque lien avec Damu. Cela était marrant. Dieu que le monde est petit.

Alors ? Comment va tu ? Tu as bien le temps de discuter... Je te présente... L'Artiste, un... confrère ? Et donc, voici Gaara, mon ancien codétenu, sans qui je ne serais pas sortit de prison de sitôt !
Oh mais, Gaara connaissait déjà cet artiste. Leur première rencontre était même tout feu tout flamme. Garra déposait donc son verre de whisky sur la table devant lui et restait debout le temps que Damu aie lui chercher une chaise. Le jeune homme était souriant. Il n'y avait rien de mal à discuter avec un ancien ''collègue'' non ?
Enchanté . L'artiste.
Il tendait sa main droite à l'artiste, mais voyant que celui-ci ne semblait déjà pas d'humeur. Il retirait sa main, mais gardait pour autant son joli sourire. Il retournait donc la chaise pour que le dossier se trouve vers la table afin de déposer ses bras croisés sur le dessus du dossier. Cela était plus confortable pour lui ainsi. Puis, il se moquait de quoi il avait de l'air en publique. L'important c'était son bien être et non celui des autres. Il continuait donc la conversation avec Damu.
J'ai du temps devant moi en effet. Maintenant que je suis sorti de prison. J'ai tout le temps du monde pour faire ce qui me plaît.
Prenant par la suite une autre gorgée de son whisky.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageJeu 4 Jan - 11:52

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita


Qu'il ait remarqué ou non l'émoi du masqué, Damu se leva brusquement et alla en direction de l'irritant reptile. Incapable de dire un mot, Uriel ne put que le suivre du regard, inquiet du déroulement de cet acte. Il les observa se parler, se sourire. Se connaissaient-ils ? Il en était sûr. A voir leurs agissements, les deux hommes avaient déjà partagé du temps ensemble. Derrière son masque, il s'humecta les lèvres, nerveux. Si le crocodile s'approchait, il ne saurait pas comment réagir. Une partie de lui voulait jouer la carte de l'indifférence, et l'autre... l'autre voulait extérioriser sa rage sourde qui remontait doucement en lui, ce sentiment de frustration qu'il avait réussi à endormir jusque là. Mais déjà les deux hommes s'approchaient de la table. Le masqué inspira profondément et, dans son esprit, parvint à se focaliser sur la première option. Il croisa les bras devant lui et, de son œil unique, fixa le duo atypique : un homme au sourire carnassier, et l'autre au visage malmené.

Le rouquin fit les présentations, mais c'est à peine si Uriel prêta attention à l'identité du nuisible. Il pouvait bien s'appeler Gaara, Jiro ou Takeo, il s'en moquait bien. Toutefois, il apprécia le fait que son camarade ne dévoile pas sa véritable identité à son insu. La dernière chose qu'il souhaitait était que Madame se retrouve en danger face au crocodile. Ce serait bien le genre de cet homme. Enfin, peut-être aurait-il l'occasion aujourd'hui d'écarter ce problème ? Peut-être était-ce un signe que la Mort désirait cette âme néfaste à ses côtés ? Tss. Comme si il pouvait faire une belle œuvre avec un tel matériau...

« Moi de même. » répondit-il d'un ton glacial.

Il considéra la main que lui tendait celui aux cheveux roses, mais resta immobile. Ah. Lui aussi semblait vouloir cacher leur rencontre ? Très bien. Ce serait plus simple de faire bonne figure ainsi. En revanche, il n'avait toujours pas appris les bonnes manières, vu la façon dont il s'asseyait. Uriel retint une réflexion. Cela n'aurait fait que jeter de l'huile sur le feu. Détournant le regard, il observa Damu qui prenait place. Ce visage amical apaisa doucement ses pulsions. Uriel se détendit légèrement.

Ancien codétenu hein. Ils ne s'étaient apparemment pas évadés de prison ensemble même si Damu sous-entendait qu'il avait droit à son aide. Leur relation serait-elle plus fragile qu'ils ne le montraient ? Non. Si c'était le cas, alors l'épouvantail ne serait pas aller vers lui avec un tel sourire. Uriel prit une profonde inspiration. Heureusement qu'ils étaient au Calypso. Dans n'importe quel autre endroit, il aurait pu craindre de voir son image entachée par ses relations avec deux ex-prisonniers, voire même que la police récupère son signalement. Ici, personne ne parlerait.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageJeu 4 Jan - 14:16
Damu, bien que très confortablement installé, était assez mal à l'aise. La pose de son ex camarade aux cheveux roses était déplacée mais il se gardait bien de le rappeler à l'ordre, trop poli pour oser l'afficher devant un inconnu. Enfin, inconnu... Le prenait on pour un idiot ? Ces deux là dégageaient une aura... tendue, ou du moins assez peu amicale. Mais après tout il se faisait sûrement des idées : quoi de plus normal que d'être méfiant dans leur situation ? Chacun savait de quoi était capable les deux autres et seul le fragile lien de la civilité pouvait empêcher les choses de mal tourner. Et cet endroit semblait complice de tout ce qui pouvait se dérouler entre ses murs.

Mais qu'est ce qui le prenait à penser à une aussi sombre issue ? N'était il pas heureux, là, et détendu ? Cela le peinerait si deux de ses connaissances qu'il jugeait amicales à son égard devaient mal se considérer entre elles ou se montrer à lui sous un jour qu'il n'avait pas envie de voir, mais il ignorait comment "débloquer" la situation. Au moins Gaara lui avait poliment répondu, il décida de prendre cette perche.

- Je le constate, n'est ce pas agréable que de pouvoir occuper ses journées comme on l'entend ? Plus de cris de gardiens, plus de planche de bois en guise de lit, plus de programme imposé... Je m'étonne cependant de te trouver ici - il hésitait encore mais Gaara semblait beaucoup moins à cheval sur l'étiquette ainsi se permettait il de le tutoyer-, j'ignorai que tu appréciais les bars de ce -Flûte, comment formuler sans insulter l'autre de rustre ?- standing.

Hum... C'était toujours un peu violent, il espérait que l'autre ne s'en formaliserait pas. Il appréciait son camarade pour le service qu'il lui avait rendu mais définitivement, ils n'étaient pas du même monde. Enfin... Il ne s'arrêtait pas à ça, bien entendu... Il avait eu aussi cette attitude provocante, il n'avait pas toujours eu de beaux vêtements et il avait lui aussi tenté de jouer au dur avant de finalement trouver la façon de vivre qui lui plaisait. Il avait eu aussi ce regard et cette colère, cette fausse fierté... 
L'oeil dans le vague, le rouqin repensait à toute cette époque dont il s'était relevé. Puis il repensa à la prison, par conséquent. Le sentiment qu'une brume froide et paralysante grandissait dans son estomac et dans ses muscles le fit réagir.

Rah ! Mais ressaisi toi, Damu ! Ce n'est pas le moment d'être mélancolique ! Il chassa le terne sentiment au loin et afficha un sourire pimpant aux deux hommes.

- Excusez moi j'étais ailleurs ! 


Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageSam 6 Jan - 21:56
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel


Gaara avait eu le droit à un accueil. Assez glacial. Mais avec ce qui c'était passé entre les deux. Bien, cela était tout à fait normal et prévisible. Ce qui à fait légèrement rire notre crocodile. Celui-ci retenait son rire tout de même histoire de ne pas mettre en colère ce pauvre artiste.

Par la suite, notre jeune homme c'était installé sur sa chaise et prenait une gorgée de son whisky avant que son ancien collègue de prison continue de parler.
Je le constate, n'est ce pas agréable que de pouvoir occuper ses journées comme on l'entend ? Plus de cris de gardiens, plus de planche de bois en guise de lit, plus de programme imposé... Je m'étonne cependant de te trouver ici 
Il écoutait bien le reste des paroles ainsi que le sifflement de Damu.
Certes, cela n'était pas tout à fait le genre d'endroit qu'il allait en temps normal. Un peu de changement ne faisait pas de mal non ? Mais, cela semblait un peu les déranger eux. Si seulement Gaara n'était pas aussi sans coeur ou s'il ne s'en moquait pas, il aurait pu être aimable et sortir des lieux. Cependant, il ne voulait pas quitter de sitôt les lieux. Il n'avait même pas fini son premier verre de whisky.
Non en effet, cela n'est pas mon style d'endroit. Mais, j'avais vraiment soif et je suis entré au premier endroit que j'ai croisé sur la route. La déco n'est pas mal ... mais cela ne remplace pas celui que j'ai vu au ... comment il s'appelle déjà.
Il savait très le nom du bar en question, mais il faisait un brin exprès de faire ''languir'' Damu et l'artiste avant de dire la réponse.
Oh oui ... le Lucky Charms.
Prenant le temps de lever son verre avant de continuer la suite.
Je voudrais porter un toast à cet endroit chaleureuse et enflammé. Santé  
Celui-ci buvait d'un coup sec le reste de son verre de whisky pour terminer avec son sourire carnassier vers l'artiste en se demandant comment il allait réagir.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageDim 7 Jan - 18:52

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita


Les bras toujours croisé, Uriel demeurait immobile. Seul son œil se mouvait, passant de l'un à l'autre des deux hommes, étudiant leurs mimiques et leurs gestes. Une petite pointe de curiosité perça en lui, alors qu'il remarquait le nuage croissant dans le regard du rouquin. Il eut envie de savoir ce qui lui passait par l'esprit, de goûter à ces souvenirs sombres et sans doute oppressants... Mais il y avait l'autre. Et avant même qu'il ne puisse tenter quoi que ce soit, Damu avait retrouvé son éternel sourire vif. Une légère déception saisit le masqué, mais rien ne pouvait trahir ses pensées. Son regard restait fermé, neutre, et vu le passif de ses interlocuteurs, ils le trouveraient sans doute aussi amical qu'une porte de prison. Mais au fond, il s'en moquait éperdument. Il ne comprenait même pas pourquoi il s'ennuyait à rester ici. Serait-ce encore cette colère sourde qui voulait étriper le crocodile ? Peut-être. Peut-être pas. Rien dans ses multiples passés ne semblait correspondre à une telle situation.

Alors que les deux compères discutaient entre eux, Uriel dressa l'oreille quand ils abordèrent le sujet du bar. Effectivement, l'endroit semblait d'un tout autre niveau. Mais ce qu'ils semblaient ignorer, c'était le fait que le Calypso était ouvert à tout vilain, sans considération pour son passé, son allure ou son état mental. Vous étiez méchant ? Alors vous étiez le bienvenue. Faire plus simpliste relevait de l'impossible. Le patron, justement, s'approcha de leur tablée et leur apporta une petite assiette de biscuits et une coupelle de cacahuètes, sans doute pour celui qui était déjà à l'alcool. Alcool que le masqué n'aurait pas refusé.

Lucky Charms. Pendant une seconde, il se demanda s'il avait bien entendu.

Relevant son oeil unique sur le dénommé Gaara, il le considéra avec une légère surprise. Il voulait vraiment ranimer de tels souvenirs ? Pendant une fraction de seconde, une étincelle de haine pure dansa dans sa pupille. Il le regarda lever son verre et trinquer seul en lâchant une pique que seul le masqué pouvait comprendre. Prenant une profonde inspiration, Uriel serra doucement ses poings. Il devait se contenir. Pas question de donner satisfaction à ce vaurien. Après quelques secondes de silence, un léger rire secoua ses épaules. Un rire froid, moqueur.

« Un bar réputé pour la vermine qui y grouillait, oui. »

Ils pouvaient être deux à jouer. Ce n'était pas aussi libérateur qu'il l'aurait espéré, mais il n'avait pas de meilleure solution à portée de main. Le Calypso ne méritait pas de disparaître dans les flammes de la colère.

« Leur dernière décoration manquait d'ailleurs de finesse. »

Plongeant son iris brûlante dans ceux du garçon à la chevelure rosée, il soutint son regard à défaut de pouvoir lui sourire en retour.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageLun 8 Jan - 21:14
Mais à quoi diable faisaient ils allusion, tout les deux ?
Sérieusement hors du coup, le rouquin recousu faisait danser son œil inquisiteur de l'un à l'autre des personnages, sans trop oser ouvrir sa monstrueuse bouche. "Lucky Charms" ? Enflammé ? Vermine ? Qu'est ce que ce langage codé voulait bien dire ? Il en était sûr désormais les deux se connaissaient, mais ne semblaient pas du tout s'apprécier ! Du moins, c'était peu clair : Gaara semblait joyeux, mais dans le coté mesquin et vantard du terme, et portait seul un toast à ce bar inconnu ...Encore un ? Décidément, Uriel devait connaître tout ceux de Mustuafu ! D'ailleurs, en évoquant le sujet... Une vague de colère à la fois froide et contenue et bouillonnante semblait en émaner, et le sixième sens de Damu l'engageait à la plus grande prudence avec les mots dont il userait. Même avec un masque dissimulant son visage sa gestuelle ne trompait pas, du moins pour quelqu'un habitué à lire celles des gens afin de percer à jour leurs carapaces.

Déstabiliser par l'ambiance faussement posée des lieux, la Poupée n'osait même pas se servir dans les plats apportés par le charmant patron mais ressentait le besoin de trouver quelque chose pour détendre plus ou moins l’atmosphère. Nous étions dans un bar après tout, et le crocodile était seul pour l'instant à avoir prit une boisson. Mais si il en proposait une à Uriel, pourrait il seulement la consommer ? Aha, l'idée était tentante... Enfin, d'autres avaient sûrement essayé avant lui, mais cela ne valait il pas la peine d'être tenté ? Et puis mince, lui aussi avait besoin de quelque chose pour décompresser ! Et pour ça, rien de mieux que l'alcool !

Il se leva une seconde fois -décidément il ne faisait que s'assoir et se relever aujourd'hui ! -

- Uriel, souhaitez vous quelque chose ? Ce sera ma tournée, cette fois...

Il attendit sagement la réponse et inclina la tête en l'entendant, en prit compte et alla au bar passer sa commande. Il profita de tourner le dos à Uriel pour adresser une mimique à l'homme au cheveux rose, qui aurait pu se traduire par " quel que soit à la chose à la quelle tu est entrain de jouer tu vas trop loin! "
Il se rappelait sans mal les causes de l'arrestation de son ex camarade de cellule : un combat dans un bar où il avait tué un ou deux types, il ne se rappelait plus, ou peut être plus... Les circonstances étaient trop similaires pour qu'il ne se méfiât pas. Il connaissait après tout peu Uriel en raison de leur faible nombre de rencontres, et ne pourrait dire pour l'instant si il était vraiment important à son œil bien que les souvenirs qu'ils partageaient lui étaient agréables - enfin certains beaucoup moins que d'autres mais les circonstances étaient...particulières -, mais imaginer sa nuque se briser dans la mâchoire du Saurien comme il l'avait vu faire il y a de cela de nombreux mois sur un gardien le dérangeait et faisait frisonner son épine dorsale. Peut être avait il eu tort d'inviter Gaara... Si quelque chose arrivait de mal à l'un ou à l'autre il se considérerait comme seul fautif...

Sans doute prenait il cela trop à cœur mais il était de ce genre de personne à absorber comme une éponge les ondes négatives des gens qui l'entouraient, et nous avions ici un magnifique exemple de comment hautement le perturber.

Son verre de vin arriva finalement, il avait changé sa commande soft pour quelque chose de peu adapté à l'heure de la journée et qui lui vaudrait sans doute des regards interrogateurs mais il avait besoin de sentir la chaleur de l'alcool dans sa gorge et dans ses veines. Il retourna s'assoir auprès des deux autres, son sourire faussement enjoué toujours cousu au visage, mais ses jambes tremblaient pour une raison inconnue et ses gestes embrouillés le firent trébucher, renversant maladroitement la moitié de son verre sur les deux installés avant de se rattraper au bord de la table par un heureux réflexe, mais le verre se brisa et il s'entailla quelque peu la main, son sang se mêlant à l'alcool d'une façon autre que celle qu'il avait espérée. Avec une grimace désolée, le rouquin se releva vivement, constata les dégâts et son air contrit fut d'autant plus misérable. Un rire de gêne traversa ses lèvres et il s'empressa de ramasser les morceaux de verre sans se préoccuper de la douleur de sa main.

- Je suis affreusement désolé j'ai trébuché et je m'excuse pour cette maladresse je.. - il s'embrouillait un peu comme à son habitude et enchaînait précipitamment les mots, tendis que le barman leur apportait des assiettes et un nouveau verre auquel il ne toucha pas - Vous... Enfin... Vous devriez peut être...- il se frotta la tempe gauche, nerveux, tout en tendant les serviettes aux deux hommes-
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageJeu 11 Jan - 19:27
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel


Gaara déposait son verre de whisky sur la table. En ayant gardé son sourire en attendant la réaction de l'artiste. Cet homme masqué riait avant de mettre des propos qui démontrais clairement le mécontentement de celui-ci. Il parlait de vermine et que la décoration laissait à désirer.

Par la suite, Damu proposait donc à l'autre de quoi à boire et que cela serait sa tournée. La poupée attendait donc la réponse de son ami. Du moins, Gaara voyait bien qu'il y avait quelque chose entre les deux. Mais bon, une fois que l'artiste disait ce qu'il voulait, Damu s'éloignait et prenait le temps de regarder Gaara avec un air qui lui disait d'arrêter ce qu'il faisait. Le jeune homme se contentait de rouler les yeux. Il ne faisait rien de mal. Il ne faisait que discuter calmement avec l'artiste. Le jeune homme attendait que Damu soit partit pour déposer son menton sur le dossier de sa chaise avant d'essayer de causer avec l'artiste.
Tu dis cela parce que tu es en colère ou parce que tu ne veux pas que le Calypso subisse le même sort ... hum ... sans doute un peu des deux.
Il se replaçait confortablement sur la chaise lorsque Damu revenait avec l'alcool. Après un court instant, la poupée renversait sa coupe de vin.
Je suis affreusement désolé j'ai trébuché et je m'excuse pour cette maladresse je..  
Celui-ci nous disait également qu'il serait peut-être bien de se nettoyer. Vu que les deux avaient été tâchés par le vin de celui-ci.
Ne t'en fais pas Damu, ce n'est que du linge après tout. Est-ce que ça va aller ?
Il prenait le linge que lui tendait la poupée pour essuyer le sang qui coulait sur la main de la poupée et retirer les morceaux de verre s'il y avait.  
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageJeu 11 Jan - 23:50

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita


Alors que la tension se faisait presque palpable, le tueur recousu semblait fort peu à son aise. Et il y avait bien de quoi. Il se retrouvait projeté au milieu d'une conversation pleine de sous-entendus venimeux, à devoir subir leurs piques et leurs escarmouches verbales sans même avoir les informations en main pour les comprendre. Mais il n'avait pas besoin de comprendre. Le mieux était qu'il reste étranger à toute cette affaire. La mésentente entre le crocodile et le masqué était clairement affichée, il est vrai, mais les détails de cette affaire n'avait pas besoin d'être ébruités, surtout ceux concernant sa légère... perte de contrôle. Peut-être que Damu serait compréhensif, il avait en lui la fibre artistique, il connaissait sans doute ce sentiment de frustration que peut causer une œuvre inachevée, et surtout inachevable. Mais il valait mieux ne pas prendre ce risque.

Quand le jeune homme à la chevelure fauve se leva et lui proposa un verre, Uriel sentit le mot "non" prêt à glisser sur ses lèvres. Il leva son œil unique vers son comparse et il se figea. Essayait-il de vouloir détendre l'atmosphère ? Oui, c'était assurément cela. Il savait que l'Artiste ne pouvait se permettre de boire en public, ou tout du moins, il était assez intelligent pour l'avoir déduit après leurs quelques rencontres. Uriel inspira. Où diable était passée sa politesse ? A vouloir jouer les caïds face à ce mal élevé, il en avait oublié son invité. Pire que tout, il l'avait laissé assister à une véritable farce dramatique et malaisante à souhait. Alors, il hocha la tête.

« Un whisky, je vous prie. »

N'ajoutant rien de plus, il observa simplement la fine silhouette du rouquin se tourner et se diriger vers le bar. Là, le patron l'accueillit avec un large sourire, ce genre de sourire qui démontrait un intérêt trop manifeste. L'homme au masque était bien au courant de la réputation que le maître des lieux cachait derrière un visage affable, et même s'il n'aurait rien dû ressentir de spécifique, il eut tout même l'envie d'au moins alerter son confrère. Mais avant qu'il ne puisse faire le moindre mouvement, la voix désagréable du parasite envahit son espace auditif. A ses paroles, il répondit d'abord par un léger haussement d'épaules.

« Je dis cela parce que vous manquez définitivement de savoir vivre. » claqua-t-il avec un mépris intense, aussi bien dans la voix que dans le regard.

Le bruit de pas se rapprochant de la table lui fit détourner les yeux de l'autre gêneur, et au moment où il aperçu de nouveau le visage du rouquin, c'était pour le voir trébucher le plus maladroitement du monde, et pendant un instant, Uriel se dit qu'il n'y avait pas plus cliché comme évènement aléatoire. Mais trop tard, le mal était fait. Le vin virevolta et s'écrasa sur les deux hommes, tâchant leurs vêtements de fleurs mauves qui seront sans doute impossible à récupérer. Mais il y avait plus grave. Des fines mains blanches de la Poupée, des perles rougeâtres gouttaient doucement. Les bris de verre avaient entaillé sa peau, laissant comme souvenir quelques plaies sans doute bien douloureuses.

Alors que le saurien se levait immédiatement pour venir en aide au blessé, le masqué demeura interdit, fixant le sang qui coulait doucement sur la peau laiteuse. Sa vision se brouilla et une vive douleur perça son crâne, comme si une foreuse cherchait son chemin jusqu'à son cerveau. Il cligna des paupières et se détourna aussitôt du duo. Et en une fraction de secondes, plus rien. Il ne souffrait plus, et bien qu'il ne sache pas d'où cela venait, son esprit ne s'y attarda pas davantage, il y avait plus urgent pour le moment. Il put alors se concentrer à nouveau sur la scène, sans cette fois rencontrer le moindre problème. Mais que lui restait-il à faire ? Avec précaution, il récupéra chaque débris tranchant et les déposa dans sa main gantée de métal.

Le patron s'approcha alors, avertit par le bruit de verre brisé, et voyant qu'il tenait une boîte de pansement et du désinfectant dans ses mains, Uriel s'empressa d'aller l'en délester. Pour une raison obscure, il n'appréciait pas voir le parasite aussi proche de l'homme qui l'intriguait autant. Alors, après avoir pris soin d'envelopper les morceaux de verre dans le linge que lui avait donné Damu, il se fit une place auprès d'eux et entreprit d'arroser les blessures du rouquin d'un peu de produit désinfectant.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageDim 14 Jan - 16:58
Mesdames et Messieurs, bienvenus à la représentation de la scène la plus surréaliste de notre siècle qui soit !

Avec un mouvement méfiant de recul, Damu regarda l'homme aux cheveux mauves qui venait de... Le soigner ? Il se serait attendu facilement à une attitude Je-m'en-foutiste de la part de Gaara, peut être quand même un peu d'agacement, alors cette réaction le laissait perplexe : Y avait il un coup fourré derrière ? Non, il ne voyait pas vraiment... Un simple acte de gentillesse et de prévoyance ? Pourquoi pas, après tout, c'était ce que sa réponse laissait entendre.

En tout cas, même si il n'avait sans doute jamais suivit de formation d’infirmier ou quoi que ce soit, il n'avait au moins pas empiré les choses et avait même plutôt bien fait le travail, étonnant pour quelqu'un qui passait le plus souvent pour une brute ou du moins quelqu'un de peu délicat. Positive surprise, donc. Bien trop gêné et étonné pour dire quoi que ce soit où ne serait ce que pour réagir - Sérieusement, il aurait pu le faire tout seul, alors pourquoi n'avait il pas protesté ? C'était humiliant...- le summum de l'incompréhension fut atteint quand Uriel, qui jusqu'à cet instant s'occupait de ramasser les morceaux de verres sur la table - Table sur laquelle trônait miraculeusement le verre de Whisky commandé par le Masqué, que Damu avait réussit à déposer avant de tomber, au moins la honte n'était elle pas totale...- s’approcha de lui afin de lui désinfecter et panser la main. Quoi ? Mais...

La situation était aussi gênante que positive : au moins aucun des deux n'avait plus vraiment l'air fâche - et une victoire involontaire, une ! - mais il était assez déconcertant de voir deux tueurs s'occuper de quelques coupures à la main. Le produit le brûlait mais il faisait bonne figure, manquerait plus qu'il ne grimace...Il se laissa faire patiemment, perdu dans ses pensées. Le contact froid du gant de métal lui causa soudainement un électrochoc qui le ramena un peu sur terre et il retira vivement sa main et s’écarta des deux hommes, gagnant un peu d'espace personnel. Il regretta bien vite son geste, impoli pour les deux personnes bien intentionnées... Trop bien intentionnées peut être à son gout.

-Hum... Merci... Vous auriez pu vous éviter cette peine, j'aurais pu m'en occuper... Mais merci.

Il se saisit lui même des débris emballés dans la serviette et alla les jeter, geste qui lui permit de recouvrir ses esprits. Pourtant social, il devait admettre avoir été mal à l'aise, et le rouge de ses joues avait pour raison celle ci et sa honte, le prenait on pour un enfant fragile à ce point ? Il croisa le regard légèrement amusé du maître de bar, et ceux carrément moqueurs des deux loubars assis non loin. Il les défia de son œil unique qui prit une mauvaise couleur orange/jaune/verdâtre et retourna s'assoir, serrant contre lui sa fine main bandée. Une fois sa place reprise, il sourit aux deux hommes d'un air amusé et débonnaire.

-Tss, il faudrait vraiment que je pense à m'acheter de l'adresse un de ces jours, encore désolé pour vos vêtements, et pour l'étui... - Le gérant vint récupérer le matériel, comme si rien n'était arrivé - Je vous rembourserai tout les deux si il faut, au moins cela aura mis un peu d'animation...Votre verre mon cher - il poussa sur la table le verre d'Uriel-. Désolé de l'interruption, où en étions nous tous ?

Il savait évidemment que la discussion s'était arrêtée entre les deux hommes sûrement sur des menaces ou des insultes, des petites piques, et il comptait bien sur le fait que l'un ou l'autre engrange sur quelque chose d'autre. Uriel serait peut être plus réceptif, mais Gaara était de nature spontanée, dans sa tête se lança un petit concours pour voir le quel des deux avait la meilleure répartie.
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageDim 14 Jan - 20:21
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel


Gaara venait de donner un coup de main à son ancien collègue. il voulait faire le bien pour une fois ou voulait-il mettre en rogne davantage cet ''artiste'' ? et s'il voulait déranger celui-ci, cela semblait marcher puisque l'homme masqué se mettait entre lui et la poupée pour continuer le traitement.

D'avoir les deux gars qui prenaient soin de lui, la poupée semblait pas tout à fais à l'aise. Même qu'il avait les joues un peu rouges. Celui-ci prenait tout de même la peine de les remercier.
Il n'y a pas de quoi Damu, les amis c'est fait pour s'entraider pas vrai ?
Il ne le pensait pas tellement. Il ne le considérait pas comme un ami en tant que tel, mais celui-ci avait prit la peine de lui donner un coup de main pour s'en sortir alors, c'est un service pour un service du coup rien de plus. Damu s'excusait encore pour les vêtements et qu'il voulait même les rembourser. Bof , pour Gaara ce n'était qu'un vieux coton ouaté. Cela n'était vraiment pas grave. Il regardait le verre de whisky qui se déposait devant l'artiste tout en écoutant ce que disait son ancien collègue de prison. La conversation était certes terminés. Cependant, le groupe pouvait continuer sur d'autre chose pas vrai ?
Et bien , nous parlions d'art qui laissait à désirer donc du coup. En parlant d'art. Je me demandais, si tu as une carte ''d'affaire'' c'est que tu dois être populaire en quelque sorte non ? Donc ... pourquoi on ne voit aucune de tes oeuvres ?
Il faisait cela par simple curiosité ou il disait cela pour mettre en doute l'artiste à propos de son talent. 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageLun 15 Jan - 16:45

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita


Son regard se perdit un instant dans la contemplation de la légère plaie qui ornait désormais la fine main de l'épouvantail. Ce n'était pas profond et le saignement commençait déjà à bien ralentir, ce qui était plutôt bon signe. Mais avant qu'il ne puisse faire quoique ce soit d'autre, la main s'échappa de sa douce emprise et le rouquin s'écarta de quelques pas, visiblement gêné par l'attention que ses deux connaissances lui portaient. Avec du recul, Uriel comprenait. Ce genre de réaction était plutôt étrange, autant de la part du Saurien que de la sienne. Enfin, pour l'autre c'était un pur jugement de valeur, mais contrairement à ce qu'il affirmait, il n'avait pas l'air d'une personne s'occupant de ses amis. Quant au masqué, eh bien, la notion même d'amitié lui était presque inconnue. Il comprenait vaguement le principe, mais disons qu'il n'était pas doué pour ce qui était de l'appliquer. D'ordinaire, il infligeait les blessures plus qu'il ne les soignait.

Quelques rires gras attirèrent alors les foudres de Damu, et Uriel comprit qu'il s'agissait des deux malabars qu'il avait remarqué en entrant. N'avaient-ils rien de mieux à faire ? Enfin, peut-être que la situation était risible et que le côté comique lui échappait ? Ah... Apparemment non, ou en tout cas, son camarade faucheur n'avait pas le regard d'une personne sur le point de rire. Dans un haussement d'épaules, l'Artiste exprima son indifférence pour l'état de ses vêtements. Ce n'était quelques tâches, et au pire des cas, Madame lui en offrirait sans doute d'autres. Sa cape était d'ailleurs la seule à être touchée, parce qu'il ne comptait bien sûr pas les haillons du crocodile.

Reprenant sa place, il constata cependant qu'une vilaine goutte de vin s'était déposée sur la couverture cartonnée de son vinyle. Il se figea, et son cerveau se mit à tourner à plein régime, à la recherche d'une émotion à fournir. Colère ? Peine ? Rage ? Déception ? Un bouillon noir menaçait d'éclater en lui mais, prenant une profonde inspiration, il parvint à se contrôler. Ce n'était pas la faute du rouquin s'il avait ainsi détérioré son bien. Bon, en revanche, cela lui apprendra à prêter ainsi ses effets, qu'on ne l'y reprenne plus. La voix agaçante de celui aux cheveux roses lui fit relever la tête et il laissa un petit silence s'installer. Il osait vraiment lui poser ce genre de question ? Alors qu'à leur première rencontre il l'avait interrompu en pleine séance de création artistique ?! Du calme, du calme.

« Certains tableaux de ce café viennent de mon atelier. Mais pour mes œuvres les plus... organiques, elles ne sont généralement qu'éphémères. » répondit-il finalement d'une voix aigre.

Ses doigts entourèrent le verre de whisky, plus par manie que par décision de boire. De toute manière, il ne pourrait sans doute même pas y tremper ses lèvres. A moins que... Ce n'était pas le summum de la politesse, mais cela lui permettrait d'avaler un peu d'alcool pour se détendre et de laisser le temps à tout le monde de reposer ses nerfs. Surtout les siens au final, parce qu'il se doutait bien que l'autre avorton s'amusait plus qu'autre chose. Il se leva donc de sa chaise, prenant son verre avec lui.

« Veuillez m'excuser un instant. »

Il pivota et se dirigea au fond d'un petit couloir, en direction d'une porte ornée d'un symbole masculin. Une fois dans les toilettes, il s'adossa simplement à un mur et, après avoir relevé la partie basse de son masque et vérifié qu'il était seul, il put enfin prendre une gorgée du nectar alcoolisé.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageMer 17 Jan - 15:15
-Il n'y a pas de quoi Damu, les amis c'est fait pour s'entraider pas vrai ?

Dieu que cette phrase sonnait faux...Jamais le vrai Gaara ne pourrait prononcer quelque chose d'aussi mièvre sans que ses amygdales ne le brûlent. Mais peut importe le but caché, ce geste ne semblait pas contre lui... Ou alors était il devenu fou, cette possibilité lui effleura l'esprit... Il laissa sagement la discussion reprendre son plein, et faillit s'étouffer dans son verre -que le Barman lui avait rapporté, puisqu'il n'avait pas eu le temps de prendre sa consommation avant qu'elle ne se déverse au sol comme le sang d'une plaie fraiche - quand l'homme saurien lança une pique qui l'aurait lui même vexé à la place du Masqué. Ou alors celui aux cheveux violets n'y comprenait rien, ou bien il le faisait exprès !

Le ton aigre et cassant de la réponse ne l'étonna pas, mais au moins cela calmera peut être le jeune homme - Plus il y pensait, plus il était la caricature des jeunes qu'il pouvait voir à la ligue, irrévérencieux et sûrs d'eux, il pouffa en imaginant subitement Tomura avec des cheveux roses comme Gaara, sans trop comprendre d'où lui venait cette idée mais il ne cherchait plus depuis longtemps. -

Il eut peur que son rire soit mal interprété et tenta de voir si l'un des deux autre protagoniste réagissait, mais, en un clignement d’œil, Uriel avait déjà disparu avec son verre et une excuse. Mais... Étais il vexé à ce point ? Non, sans doute devait il boire... La Poupée soupira : quel étrange manie tout de même ! Étais il si affreux que cela, sous son maque, pour refuser de se montrer ainsi ? Pour ne même pas oser boire de l'alcool avec deux criminels dont un pas mal malmené par la vie non plus, il devait vraiment ressembler à deadpool...

Au moins cela lui laissait l'occasion de discuter un peu plus avec Gaara. Il sauta ur l'ocassion pour parler avant que lui ne parle :

- Alors, comme ça, tu as réussit à tuer Mike, pas vrai ? Aha, Félicitions ! Alors, comment est ce que tu as fait pour t'en tirer finalement ? Au départ je m'attendais à ce que tu me suives, alors j'ai été pas mal surpris de te voir continuer le grabuge, mais bon, le principal est que tu sois enfin sortit de ce putain d'endroit !


Changement niveau de langue, n'est ce pas ? Oui, ça surprend au début, mais c'est une caractéristique de Damu : Bien qu'il parle plus habituellement avec de beaux mots, il s'adaptait à son interlocuteurs assez bien et changeait de comportement comme de chemise ! Enfin, pas trop quand même, le langage des banlieues très peu pour lui, il restais un Comte tout de même, et Damu Ningyö tenait à rester respectable !


Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 64
Points : 4
Puissance : 1 290
Réputation : 130
Karma : - 50
Voir le profil de l'utilisateur
64
4
1 290
130
- 50
MessageSam 20 Jan - 19:09
Le hasard et ses Aléas

Yoshita Gaara & Damu & Uriel


Gaara posait tout simplement une question. Pourquoi cet artiste semblait se mettre en colère pour si peu ? Du moins, il était à bout de nerf, mais il restait tout de même calme. Gaara soupirait à la réaction de celui-ci. Il aurait voulu plus de distraction que cela. Celui-ci avait le droit à seulement à une réponse aigre disant que les œuvres qui se trouvaient ici venait de son atelier et pour ceux plus organiques c'était plus discret.

L'homme masqué s'excusait par la suite pour s'en aller à salle de bain avec son verre. Gaara trouvait cela étrange, mais bon. Chacun leur habitude ? Bref, il se retrouvait seul avec son ancien co-détenu qui lui parlait le plus vite possible. Celui-ci voulait l'empêcher de parler on dirait. Était-il fâché de la tournure de la soirée ? Cela semblait être le cas. Gaara s'en moquait par contre. Il écoutait donc ce que lui disait la poupée.
Alors, comme ça, tu as réussit à tuer Mike, pas vrai ? Aha, Félicitions ! Alors, comment est ce que tu as fait pour t'en tirer finalement ? Au départ je m'attendais à ce que tu me suives, alors j'ai été pas mal surpris de te voir continuer le grabuge, mais bon, le principal est que tu sois enfin sortit de ce putain d'endroit !
Il le prenait pour un idiot ou quoi ? Bien sûr qu'il allait sortir de cet endroit merdique. Cela était prévu depuis qu'il était entré là-bas.
Oui en effet je l'ai tué. Il le méritait après tout ce qu'il faisait et je dois avouer que cela était amusant.
Son verre était vide. Il levait donc le bras dans les airs et par chance, le propriétaire des lieux se rapprochait de Gaara pour prendre son verre ainsi que l'argent que lui tendait le jeune homme pour aller lui préparer un autre verre de Whisky.
Disons que j'ai eu des ennuies avec les gardes une fois que tu es sorti de la prison. Je n'ai pas pu sortir ce jour-là. Mais grâce aux cartes magnétiques que tu m'avais donné, j'ai pu en sortir sain et sauf. 
Celui-ci rigolait tout en grimaçant légèrement à cause de ses blessures qu'il avait eu de ce motard cyborg qui ne devait pas être là au départ. 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 111
Points : 2699
Puissance : 2 215
Karma : -15
Voir le profil de l'utilisateur
111
2699
2 215
-15
MessageDim 21 Jan - 0:55

















 ❝ Le hasard et ses aléas ❞
w/ Damu Ningyô & Gaara Yoshita



Le liquide capiteux le réchauffa petit à petit, et doucement, son cerveau s'apaisa en même temps que la boule de colère qui lui comprimait le ventre. Il laissa prendre un peu le whisky sous sa langue, l'arôme fruité envahissant son palais et lui procurant un soupçon de plaisir inavouable. Vraiment, ce petit bar ne payait pas forcément de mine, mais il savait choisir ses fournisseurs. Uriel laissa les secondes s'égrener, profitant de ce moment de calme pour se ressourcer. Il n'arrivait pas à être autrement que grinçant envers le saurien, et même s'il voulait bien essayer de faire un effort avec la présence de Damu, l'autre n'était pas d'une grande aide. S'attaquer ainsi à son art, le seul élément de sa vie qui avait une réelle importance, c'était tellement irrévérencieux qu'il aurait pu lui coller sa main gantée dans sa joue pâlotte. Mais il ne l'avait pas fait, et c'était à souligner, n'est-ce pas ?

Soudain, la porte s'ouvrit. Uriel rabaissa aussitôt la partie basse de son masque et resta en retrait. Un des malabars d'un peu plus tôt s'avança dans la pièce mais ne le remarqua pas, le masqué étant dans son angle mort. L'homme était légèrement baraqué, mais il avait sa garde complètement baissée. S'approchant silencieusement de lui, Uriel l'observa. Avec sa chevelure grasse, son t-shirt délavé et ses poils sur les épaules, l'homme était une caricature du vieux voyou de bas étage. Et c'était ce genre de vermine qui avait osé ricaner des maladresses de son camarade ? Sans faire le moindre geste brusque, l'Artiste déposa sa main sur le dos de l'inconnu, activant au passage son Alter. La fumée s'éleva alors sous son regard, grisâtre et épaisse, et derrière son visage fixe, ses lèvres s'étirèrent en un sourire sadique.

Le malabar sursauta à son contact, et il fit volte-face, ses mains s'agitant pour vite reboutonner son jean. Dans son regard, la surprise, à laquelle se succéda la colère et le dégoût.
« Me touche pas sale pédale ! »
Uriel pencha un peu la tête sur le côté, ne comprenant pas l'insulte proférée. Mais cela n'avait pas d'importance. Il se redressa de toute sa hauteur, dardant son oeil écarlate sur le visage du malabar.
« La politesse n'est véritablement pas votre fort. Laissez-moi vous apprendre l'humilité. »
Sur le coup, l'homme ne comprit pas. Et brusquement, son visage se délita, ses yeux s'emplirent de larmes mêlées à une douce expression d'incompréhension, tandis qu'il repensait à son divorce et à cette année de semi-pauvreté. Uriel n'en perdit pas une miettes. Il profita de cet instant pour décocher son poing ganté dans la mâchoire du type, l'envoyant balader contre l'urinoir. L'homme couina, le nez dégoulinant de morve, et il leva vers lui un regard implorant. Mais il ne comprenait pas ce qu'il avait fait de mal. Et c'était bien dommage. Le masqué l'attrapa par le col et lui infligea un coup de plus, se sentant encore plus libéré. L'autre voulut bafouiller des excuses, mais il se fit immédiatement calmé par un impact qui lui fit sauter une dent de devant. Un peu de sang gicla, projetant au passage quelques gouttelettes rougeâtres sur son masque blanc. Dans un gémissement, le malabar se recroquevilla sur lui-même, répétant en boucle des excuses. Tch... Ça joue les fiers mais ça ne sait même pas encaisser...

D'un pas raide, Uriel se rendit jusqu'au miroir et entreprit de nettoyer les quelques tâches de sang qui ornaient son faux visage. Il se sentait mieux. Et avec un peu de chance, l'autre voyou aurait comprit qu'il existait des personnes dont il valait mieux éviter de se moquer. Il prit le temps de réajuster sa cape, en profitant au passage pour admirer les dégâts des maladresses de Damu. Il inspira profondément, et ses épaules furent secouées par un léger rire.

Comme si rien ne s'était passé, Uriel quitta les toilettes et regagna la table où se trouvaient encore l'épouvantail et le crocodile. Ne disant rien, il se rassit simplement, déposant son verre vide devant lui.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia



Même les plus affreux des criminels peuvent trouver un semblant de bonheur.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 159
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
159
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageDim 21 Jan - 18:37
Comme il s'y attendait, Gaara revendiqua le meurtre de l'enfoiré de garde dont le nom même le répugnait. Il n’avait de toutes façons que peu de doutes, et il sourit avec complicité à ces mots. Bien joué, Killer Flesh ! Au moins la vie de ceux qui passeraient après eux ne serait pas plus enlaidit par ce guignol braillard jouant de la matraque que par le fait de devoir porter ces affreuses tenues informes oranges vif ou à rayures noires et blanches le faisait déjà. Ah, et le fait d'être en prison aussi pouvait être un problème quand on ne savait pas s'en sortir par soi même ou quand on avait pas les bons coéquipiers, mais bon on ne pouvait pas non plus tout régler !

En commandant un second verre, l'adolescent - car malgré ses airs de racaille il n'avait bien que dix sept ans aux bons souvenirs de Damu - continua de répondre au rouquin qui écoutait attentivement, bien qu'il ait déjà lu les grandes lignes dans les journaux, et qu'il ait accessoirement vécu une partie de la scène. Il repense aux sons des balles qui sifflaient, et aux bruits qu'il avait pu entendre, depuis son coté de la porte métallique. Le saurien grimaça, et cela fit tilter la Poupée. Son évasions c'était mal passée, à ce qu'il avait pu lire aussi. L'intervention d'un autre criminel, mais qui n'a pas été cité ou décrit. Tss, l'art de l'infirmation se perdait, il n'y avait jamais assez de détails ! Mais avoir devant soi le principal intéresse permettait de palier à cela :

- Oui, je m'en rappelle très bien ! Je suis d'ailleurs asse étonné que tu ai survécu à ça, je pensais bien ne plus jamais avoir l'occasion de te voir autrement qu'en sac à main... Heureusement tu es costaud...Une aubaine qu'ils n'aient pas trouvé les cartes en plus ! Il y a pas à dire tu es vraiment un veinard... Enfin, ça me laisse l'occasion de vraiment te dire merci en face quoi, c'est pas plus mal... Où est ce que tu te chance en cas de problème ? J'ai deux trois planques à te conseiller au besoin...


Malgré sa déception de le voir sous ce jour si agressif et vulgaire, Damu faisait appel à toute sa part de civilité et de -urk quel horrible mot- bonté en faisant cette offre. Il n’avait pas envie cependant de lui proposer de rejoindre la ligue. Bien qu'il s'y plairait sûrement, il sentait une catastrophe arriver avec un tel tempérament, et si son évasion datait de peu, il valait mieux que son visage recherché ne traine pas trop autour du Lotus Noir. Le groupe primait avant les amitiés individuelles. Tss, que cette phrase était désagréable, mais Tomura avait raison : les relations personnelles ne devaient pas mettre en péril les autres, c'était le prix à payer pour bénéficier des avantages de la Ligue.

En attendant une réponse, le Comte ne cessait de regarder si Uriel revenait. Mais que faisait il ? Un des deux loubards était entré à son tour, et le temps commençait à se faire long, même pour boire un verre entier de Whisky. Si Uriel avait ne serait ce que la moitié de la descente de Damu, en sachant qu'il devait bien mieux tenir que celui ci, il devrait déjà être revenu... Une pointe inquiétude perça son ventre, mais il se rassura lui même en argumentant que le principal "danger" était juste face à lui, et son Alter n'étant pas de se dédoubler comme nous le savons tous... Il fit d'ailleurs un sourire composé à celui ci en terminant son verre, puis il massa machinalement sa main "blessée".

Enfin la porte se rouvrit et le Masqué revint s'assoir, déposa son verre vide tout en restant muet. le tueur laissa le soulagement s'emparer de lui quand un détail le perturba : n'était ce pas un peu de sang qu'il avait sur la pommette de son masque ? Vu de face, ce n'étais sûrement pas très visible, mais de coté comme l'était Damu, il était assez clair que quelque chose clochait. Il fronça les sourcils, intrigué, et son esprit ne tarda pas à faire le lien entre l'absence prolongée du Malabar, que son camarade semblait attendre avec énervement.

Sous la table, Damu attira l'attention du Masqué vers lui en lui donnant une petite tape du pied dans la jambe, et se frotta la joue et la pommette comme il l'aurait fait naturellement, indiquant à Uriel où s'essuyer, si jamais il comprenait où il voulait en venir. Avec un peu de chance, Gaara n'avait pas trop remarqué, bien que cela ne soit pas dérangeant dans l'absolu mais sa délicatesse le poussait à apaiser les tensions, et laisser voir qu'Uriel eut le besoin de se défouler sur quelqu'un n'était à son programme. Plus problématique serait aussi le fait que l'autre le remarque malgré la distance. Enfin, du trois contre un serait vraiment vraiment vraiment stupide. Mais il n'avait pas l'air très finaud en même temps.


Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au hasard du net O.Mevel sur Direct 8
» [Fond] Le hasard dans les Wargames
» Habbo, restriction pour les jeux de hasard
» Hasard ludique 26/9 a mons
» Activités figurinistes du club

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville-
Sauter vers: