• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 24h sur 24, 7j sur 7, le Konbini Ladiva [ft. Eva et ouvert aux clients]

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageDim 17 Déc - 17:46
Pour les joueurs intéressés:
 

Peu importe ce qui arrivera, si le quartier est difficile, si la démographie est entièrement contre ces possibilités, certaines personnes ouvriront des boutiques. C’est l’exemple de ce konbini situé dans des ruelles très mal fréquentés.

Une porte automatique en verre vous permet de voir qu’il s’agit d’un lieu ouvert au publique, illuminé par une pale lumière on peut donc voir de l’extérieur les rayons et face à la vitrine se trouve directement alignés les nouveaux magazines, magazines en tout genre.

Directement en entrant, vous verrez à droite les caisses, 2 caisses, le minimum vital pour gérer un éventuel mini rush qui n’arrivera jamais au vu de l’emplacement de la boutique. A gauche se trouve 4 étagères, séparant la boutique en 5 allées, alignant de nombreux produits.

Spoiler:
 

-Ah oui, Hikari, une nouvelle devrait arriver vers minuit, tu voudras bien t’occuper d’elle ?

-No problem.

-D’ailleurs, tu ne veux pas-

-Non.

Le propriétaire et manager du konbini, un homme baraqué mesurant environ 2m, demanda poliment a Hikari de s’occuper d’une nouvelle employée. Une des premières choses visible était les cornes du manager qui provenait de son alter. Cet homme était un ancien héro ayant arrêté sa carrière pour diverses raisons. Il avait donc décidé d’ouvrir une boutique de proximité dans les quartiers les moins fréquentés, boutique ouverte à tous, après tout, il n’avait plus aucun compte à rendre aux forces de l’ordre.

La manager:
 

L’homme baignait apparemment dans de nombreuses affaires étranges, mais il s’agissait d’un des seuls hommes de grande taille avec qui Hikari s’entendait bien. Il disait même vouloir léguer la boutique à Hikari, mais cela n’était pas dans les plans de cette dernière et elle le lui explicitait clairement. Tout le monde le nommait Ladiva, mais ce n’était apparemment pas son vrai nom.

Ainsi, Hikari continua de travailler, à la caisse, en rayon, elle devait être polyvalente et s’occuper un peu de tout. A 22h, Ladiva s’en alla et Hikari se trouva donc seule de 22h à minuit.



Minuit allait bientôt arriver et Hikari était devant la boutique, en train de passer le balai. Ayant du temps libre, elle en profitait donc pour prendre un peu d’air frais avant l’arrivée de la nouvelle recrue.

-Il a dit une nouvelle, mais j’espère que ça sera pas un vieux gay comme la dernière fois. Marmonna-t-elle en utilisant le balai pour s’appuyer.

*Je me demande si il lui a dit de passer par derrière… Haaa… J’espère qu’il ne veut pas vraiment me laisser la boutique quand il partira à la retraite…*

Ainsi, Hikari prit son temps en passant tranquillement le balai devant la boutique.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageMer 27 Déc - 18:33
J’ai toujours détesté les compétitions. Tout simplement parce que je perds tout le temps. Ce soir là ne fit pas exception.  Après m’être fait rétamer à Pierre-feuille-ciseaux, mes amis, alors bien au chaud à profiter de la fête, m’envoyèrent récolter quelques provisions de type alcool. Mais deux problèmes se posaient alors. Premièrement, j’étais légèrement pompette. Ce qui nous emmène au deuxième problème. J’étais totalement perdu. Non sérieusement, j’étais où la ? On aurait dit les quartiers un peu chauds de la ville. Le genre d’endroits où t’as pas envie d’aller. Surtout pas tard le soir, comme maintenant.

J’arborai donc une terrible poker face, dans l’espoir que ma carrure sportive dissuade les lascars environnants. Pour être honnête, je cherchai surtout à me barrer d’ici jusqu’à voir le paradis. Une supérette. Ouverte. A cette heure. Ni une ni deux, je plongeai dedans, me rendant directement au rayon alcool. Ah oui, et j’oubliais mon troisième problème. Je n’y connaissais rien en boisson. En même temps, vous me direz, vu le stock limité présent, je n’avais pas l’embarras du choix, et ça me rassurait.  Il manquerait plus que je me fasse engueuler en rentrant. Le magasin, dans son ensemble, était ultra glauque. L’alcool accentuait ma paranoïa : j’avais l’impression qu’il y avait eu un meurtre ou un truc comme ça. Et le fait d’être le seul client n’aidait absolument pas. J’avais l’impression de gêner, de les empêcher de fermer et de rentrer chez eux... Enfin, si cet endroit n'était pas dirigé par des fantômes.

- Now let me open this scar… tutututulututu… ♪

Je chantonnai pour évacuer le stress, attrapant une ou deux bouteilles au passage. Puis je me rendis rapidement en caisse, mais ravi de voir qu’il n’y avait personne pour la tenir. Je restai alors là.. Quelques instants. Dans l’espoir que quelqu’un arrive. Oh pitié, j’avais vraiment aucune envie de me faire remarquer. C’était comme jeter une pierre dans un étang. Mais bon, puisque je n’étais pas encore fiché voleur, je dus me résigner:

- S’iouplait. Je voudrais payer…
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageJeu 28 Déc - 22:50
Une nouvelle et entraînante, folle soirée attendait notre tueur roux favori. Après avoir retrouvé quelques amis de la Ligue, organisé quelques futurs meurtres, mangé à satiété en buvant quelques verres, fait un tour de bars douteux et acheté compulsivement divers accessoires de musique, le bien surnommé "Poupée" par les autorités connu une sacré frousse.

Une patrouille nocturne de héros.
Non mais oh.
Lui faire ça à lui ? Au risque de gacher une si belle soirée ?
C'était un peu de l'abus de son avis.

Réfugié dans une petite supérette encore ouverte et tenue plus ou moins sérieusement par une petite jeunette blonde, il observait les lieux un peu miteux pour lui. Il fallait dire qu'il avait de hauts standards, chose aisément remarquable à sa tenue stye 18/19 ème, parfaitement repassé, et à sa gestuelle distinguée et noble. Son unique oeil gligna sous les néons, fatigué.

Il prit quelques bonnes bouteilles de vin blanc, de l'alcool fort de cerise et d'amande et une dernière d'Armagnac. Au moins leur rayon était bien fournit. Il tourna les talons de ses bottes lustrées et vu du coin de l'oeil un autre personne partir vers la caisse vide, quelques bouteilles aussi en main. Décidément.
Son air propret et paumé le fit rire. D'où il sortait, celui là ? Il avait l'air pur, mais Damu n'avait pas le temps de tuer ce soir. Il avait envie de rentrer boire ses petites trouvailles et composer un peu, ou peut être coudre, il n'arrivait pas à se décider...

Il jeta un rapide regard à ses achats. Urk. Du wisky bas de gamme, de la bière, de la vodka, le parfait petit attirail du jeune cherchant à se soûler vite et fort. Le couturier à l'étrange sourire recousu leva son oeil au ciel : quelqu'un avait ici besoin de ses enseignements ! 
Surgissant derrière la pauvre hère attendant toujours la caissière, il se permit sans gêne de l'aborder.

-Tststs, où pensez vous donc aller avec ça ? Si vous cherchez de l'alcool, faites au moins l'effort de prendre quelque chose de bien, jeune homme... 

Il ramassa des bras du blondinet son chargement et les remplaça par quelques bouteilles plus appropriées.

-Voilà de quoi... Ça ne vous coûtera même pas plus cher.

Avant de laisser l'autre réagir, il répartit d'un pas guilleret et sautillant chercher la femme qui passait le balais et lui tapota l'épaule.

- Mademoiselle ? Il me semble que vous êtes attendue en caisse...

Il sourit à la demoiselle en vert -bon choix !- et repartit prendre sa propre place à côté du petit qui ne devait pas avoir l'habitude des lieux comme celui ci. Et des hommes à l'oeil bouton. Mais ce n'était qu'un détail.


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageJeu 28 Déc - 23:50
Avant l’heure, ce n’est pas encore l’heure et après l’heure c’est plus l’heure. Hikari était du genre ponctuelle, toujours à arriver en avance, elle espérait intérieurement que les autres en fasse autant. Mais visiblement, ce n’était pas le cas de la nouvelle recrue.

Ayant d’habitude très peu de clientèle a cette heure-ci, Hikari en profita pour se reposer en se posant contre son balai lorsqu’elle entendit un client sortir.

*Ah ? Il y avait quelqu’un à l’intérieur ?* Se demanda-t-elle.

A vrai dire, elle se fichait un peu de cet endroit et y travaillait simplement parce que pour l’effort fournit la paye était intéressante. Puis d’après les chiffres, l’endroit était rentable ce même malgré les nombreux larcins… Sérieusement, comment Ladiva gagnait-il autant d’argent ?

Pensant laisser l’homme partir même si il avait volé quelques produits, Hikari décida de l’ignorer, cependant ce dernier s’approcha d’elle et lui tapota l’épaule… Lui disant plus ou moins de retourner faire son travail.

Sans répondre, Hikari observa le détraqué… C’était la seule définition qu’elle pouvait donner a une telle personne. Il ne faisait pas particulièrement peur à Hikari qui avait vu des choses étranges en travaillant de nuit, mais il restait un type déformé, restant dans la limite de taille, Hikari ne se plaignait donc pas plus que ça.

-K-K~ Je retourne en caisse. Dit-elle sans effort en retournant vers le magasin.
Se dirigeant derrière la caisse, elle vit cependant un de ses ennemis.

N’ayant pas dépassé le mètre 550, Hikari détestait vraiment les personnes de grande taille. D’après elle ceux mesurant plus d’1m80 était des ennemis. Elle claqua de la langue en apercevant l’homme qui mesurait environ 1m90.

-Tch.

Observant l’homme en lui offrant un sourire commercial, elle arriva derrière la caisse. Passant les articles en lui souriant, passant exprès 2 fois les bouteilles les plus chères en faisant semblant de ne pas avoir vu.

-Bien, ça fera 5870 yen, s’il-vous-plait~ Demanda-t-elle d’une voix mélodieuse. Ah, je peux voir votre carte d’identité ? Je suis désolée, je suis obligé de vérifier cela lorsqu’il s’agit d’achat d’alcool. Expliqua-t-elle en mentant simplement.

Elle le voyait clairement se sentir légèrement mal, qu’il n’était pas censé être ici et le garder plus longtemps permettait à Hikari de se sentir légèrement mieux. Elle avait déjà prévu de continuer d’essayer d’embarrasser le blondinet un peu plus longtemps en disant qu’elle irait vérifier l’authenticité de la carte ou des billets à l’arrière, bref, gêner le plus possible l’homme.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageVen 29 Déc - 0:30
-AAAH!

Je ne pus contrôler ce spasme de peur, alors que ce gars était venu m’accoster. Pour une raison obscure, j’attirais toujours les gens chelous. Dans le métro, dans la rue… Je sais pas… Ma tête peut être, ou simplement le fait qu’on était seuls dans ce magasin… Quoi qu’il en soit, lui était vraiment pas net. Mais genre… C’était beyond limits… C’était le premier vilain que je rencontrais… S’en était forcément un avec sa gueule. Un tueur ? Un tortionnaire ? Oh putain, je commençais à me faire des films dans ma tête. Comment les héros font pour garder leur calme ? Je tenais difficilement mon visage impassible, alors qu’il continuait de blablater. J’acquiesçait simplement à tout, dans l’espoir qu’il SE BARRE le plus vite possible. Je croisai mes bras musclés, avec mon vieux sac plastique qui pendait, dans l’espoir de lui faire comprendre que j’étais apte à me défendre. De quels droits jugeait-il mes gouts en matière d’alcool ? Bon en vrai, il avait raison mais quand même ! Si j’étais plus torché, j’aurai pu me battre ici et maintenant pour si peu. Cette alternative me terrifiait.

Et vous savez ce qu’on dit :  chassez le naturel… Alors qu’il me prenait mes affaires de force, mon coté « chaton » revint au galop.

- Non mais vraiment ce n’est pas… la peine…

Bon au moins il semblait être de bonne humeur, donc j’imaginais que je pourrais vivre un jour de plus. Je rigolais nerveusement alors qu’il me tendait ses boissons. C’était sans doute empoisonner, ou pire ! Et puis je pouvais pas laisser mon libre arbitre sombrer aussi facilement.

- Ha ha… Merci, c’est gentil. Mais j’aime bien ça… la vodka (Y’avait pas plus faux). J’vais garder ça…

Merci les cours d’acteurs, hein… Alors qu’il partit chercher quelqu’un, je suppose, je sprintai dans les rayons remettre ses trucs à leur place. J’en gardais quand même un ou deux, pour éviter de le vexer.  Ouf, au final il ramenait bien une caissière. Attends. Elle m’a fait une grimace là ?! Putain, y a le joker et une tsundere dans la même pièce ! J’en pouvais plus de cette soirée.

- Salut… euh bonsoir pardon…

Ah elle était plutôt mignonne, selon les critères du moi sous alcool. Au moins son beau
sourire me faisait oublier l’autre affreux derrière moi.  Je pouvais sentir son regard peser sur mes épaules. Il était hors de question de se retourner. Par contre elle avait être jolie, ça l’empêchait pas d’être casse c*****. Je cherchai nerveusement ma carte d’identité. Carte d’identité que j’avais bien évidemment laissé à l’appart car je cite un pote « t’inquiète, tout le monde croit que t’es majeur avec ta taille ». Purée ! Elle avait bien l’air d’avoir 10 ans et ça l’empêchait pas de travailler !

En réalité, je faisais pas vraiment le malin et était plutôt en sueur, à l’idée de faire attendre l’autre. D’autant plus que ça allait me revenir une fortune cette histoire ! Elle m’avait douillé ou quoi ? J’étais presque sur de l’avoir vu grugé le prix d’une bouteille. Au final, je sortis ma carte étudiante.

- J’ai que ça désolé…

Je lui tendis d’une voix grave, en batifolant des cils. Ma mère m’a toujours dit que je pouvais avoir toutes les filles de la terre si je le voulais. C’était le moment de voir si elle avait raison.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 29 Déc - 0:58
Tout sourire, Hikari continuait d’observer attentivement afin de mettre le plus de pression possible sur le grand homme. D’ailleurs le tordu observait aussi la situation. Son instinct lui disait que l’homme avait des pensées insultantes envers elle, mais sa taille était plus que suffisante comme insulte, n’aggravant donc pas spécialement la situation.

*Soit embarassé pauv’type…* Pensa-t-elle en le voyant chercher ses papiers.

Son visage était souriant, mais ses yeux eux ne souriaient pas, ce l’espace d’un instant. Elle retrouva rapidement une expression normale lorsque le blond regarda à nouveau en sa direction.

Acceptant la carte, prête à jouer sa pièce afin de déranger le client, elle vit rapidement quelque chose.

*HAHAHAHA, mais c’est qu’il me donne le bâton pour le frapper le garçon !* S’exclama-t-elle intérieurement en étouffant un rire.

-Pfft.

Tenant la carte étudiant dans sa main gauche et la pointant de sa main droite, elle prit une expression surprise.

-Mais vous n’êtes pas majeur ? Dit-elle en pointant Kobe du doigt en posant la carte sur le comptoir.

* Je parie qu’il essaie à chaque fois d’acheter de l’alcool simplement parce qu’il est grand !*


Elle attrapa alors toutes les bouteilles et les rangea dans un panier derrière le comptoir.

-Je suis foncièrement désolée, mais je ne peux pas vous vendre d’alcool, attendez patiemment 3 ans, vous pouvez probablement profiter d’autres choses… Jouant la comédie, elle dirigea ses yeux vers les magazines. A 18 ans vous pouvez acheter certains magazine pour occuper vos soirée seul vous savez ? Reprit-elle tout innocemment.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageVen 29 Déc - 1:23
Absolument hilare intérieurement, Damu regardait la scène en se retenant de rire. La petite et adorable serveuse semblait avoir quelque rancune contre les personnes de grande taille - à ce qu'il en avait cru comprendre - et le blondinet faisant bien son mètre 90...

Le dialogue surréaliste qui s'ensuivit, rempli de mielleuseries et de petites piques l'amusait encore plus. Il ne s'ennuyait décidément pas ce soit ! Tant pis si il perdait du temps - cela lui ajoutait des chances de ne pas se retrouver en face à face avec la patrouille, un geste à éviter quand on était en cavale ( tout comme faire ses courses dans un magasin sous probable vidéo surveillance me direz vous ) -.

La petite pique sur les magasines ne manqua pas de l'achever et il se retient de partir dans un fou rire, camouflant de sa main sa bouche mosntrueusement recousue en pouffant silencieusement, seules témoins de son rire étaient ses épaules qui "hoquetaient" de temps à autre. Le numéro de charme pitoyable du mineur associé à son culot et à la dérision de la vendeuse qui avait récupéré l'assortiment de bouteilles - dont la composition avait mystérieusement changé, tu croyais que ça lui échapperait petit coquin ?-, après d'ailleurs en avoir fait repassées plusieurs, tout était distrayant.

Voyant néanmoins la situation tourner court, le rouquin s'avança en reprenant son calme. Il avait envie de boire lui aussi, et de rentrer chez lui pourquoi pas, un jour...

- Un problème peut être ? J'ignorais que les établissements de ce quartier étaient aussi regardant, surtout si cela venait à renoncer à, combien déjà ? Ah oui, 5870 yens... Même si la rigueur est en soi une qualité ce garçon m'a l'air taillé pour supporter quelque verres de Vodka, n'est ce pas ? Un grand gaillard comme ça...

Bon, d'accord, il en avait sciemment rajouté une couche. Mais c'était tellement drôle ! Oui, Damu est un salaud, et alors ? 


Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageVen 29 Déc - 2:05
Ok, donc l’honneur était définitivement rentré en jeu. Et en plus de ça, ils s’étaient ligués contre moi. Elle se foutait très clairement de ma gueule, et l’alcool rendait ma tolérance au second degré nulle. Sérieusement, qu’est-ce que je lui ai fait ? D’autant plus que l’autre abruti là, avait ajouté son grain de sable.  Je lâchai un petit sourire ironique à ses remarques, ne voulant pas plus me le mettre à dos. Au moins, ce n’était pas le genre de gros relou qui te presse en permanence. J’essayai de garder mon sang froid. De par mon expérience avec mes parents, s’énerver revient à avouer ses faiblesses. Il fallait résister.

- Ah ouais, c’est drôle hein. Dis-je avec l’amertume en bouche, alors qu’elle me montrait ses magazines porno, qui entre nous, étaient aussi explicites qu’un discours politique. Mais je veux acheter ça.

Je m’accoudais sur le comptoir en soupirant, fatigué de devoir débattre, me mettant à sa taille. Dans le milieu, on m’appelait l’escroc pour une bonne raison. Je repris ma voix naturelle, cassée pour cause de karaoké abusif.

- Ecoute. Je suis crevé. Je veux juste rentrer et me détendre. T’es quoi, étudiante ? S’il te plait, en tant que collègue, fais-moi une faveur et encaisse-moi ça.  Je fermerai les yeux sur le double passage de la bouteille.

De toute façon, on allait me rembourser. Alors si je pouvais avoir plus d’argent sans difficulté, tout allait bien. Je soutenais son regard de mes yeux fatigués. Je commençais à être à cran et j’avais faim.


- S’teuplé…
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 29 Déc - 2:34
*Connards* Pensa intérieurement Hikari en entendant la remarque du timbré. La mention du prix exacte montrait clairement qu’il avait remarqué qu’elle avait essayé de faire payer plus au blondinet. Et surtout, il prenait la défense du garçon.

Gardant son sourire commercial, elle continua d’observer la situation. Le clown qui était prêt à éclater de rire. Le blondinet qui en avait clairement marre, souriant amèrement.

Il s’accouda sur le comptoir, juste devant Hikari qui devait tout de même se tenir bien droite pour être au même niveau que l’homme avachi… Ce qui ne fît qu’accentuer le fait que Kobe était bien plus grand que la jeune fille. Il reprit la parole avec une voix cassé et cela donna le coup de grâce à la caissière.

*Il me prend vraiment pour une étudiante ? Non… S’il a dit ça, c’est que c’est le plus jeune qu’il puisse estimer en toute logique. Je suis certaine que si cela se passait dans d’autre condition il m’aurait traité de collégienne… Batard.*


De plus, il essayait de faire le gentil en faisant croire qu’IL fermerait les yeux sur l’erreur d’encaissement, encaissement qui n’a pas eu lieu à cause de ses papiers. Comme tous les types foireux qui passaient tard le soir et qui rencontrait le moindre problème. Dans un premiers temps ils se faisaient tout gentils en essayant de régler ça pacifiquement pour ensuite montrer leur véritable couleur…

Cependant, le jeune homme surprit tout de même Hikari : Il terminait en lui faisant réellement pitié, ce qui déclencha un mécanisme étrange dans le cerveau de la fille.

-Pu… Pupu… Essaya-t-elle de se retenir à cause de ses côtes cassées avant d’éclater de rire.  HAHAHAHAHAHAHA, Mais t’as pas de face toi ! Abandonnant finalement totalement son rôle de caissière, elle se retourna pour s’asseoir sur le comptoir, passant ses jambes du côté des "clients". Dans les pire des cas quoi ? Le type de derrière achètera les bouteilles pour ta part et te les donnera à l’extérieur ? Naan~ Je ne laisserai jamais faire une telle chose~ Mais je suis d’humeur plutôt généreuse, après tout, ce n’est pas tous les jours que je vois quelqu’un qui fait aussi pitié que toi ! Même les insectes m’inspirent plus de respects que toi, mais je veux bien t’encaisser normalement à une condition. Elle croisa alors les jambes, assise sur le comptoir.

-Lèche. Termina-t-elle en désignant clairement ses chaussures.

Elle savait que cela lui attirerait des ennuis, mais c’était exactement ce qu’elle souhaitait et puis au pire, cela lui permettrait de voir un grand garçon se prosterner… Sa perversion était remonté après s’être retenue trop longtemps.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageVen 29 Déc - 14:08
Les choses avaient rapidement pris une tournure étrange et presque... surnaturelle. Le tueur en série se demanda si il n'était pas en train de rêver tant plus rien n'avait de sens : entre la petite vipère qui se prenait pour une princesse, assise sur son comptoir - elle semblait avoir très mal prit sa remarque, et lui qui pensait qu'elle avait de l'humour !- et le loubard des bacs à sable qui passait de fier à bras à victime professionnelle - et qui lui aussi semblait lui en vouloir... Mais bordel avaient ils tout les deux un balais dans le cul à ce point ? Tout ça pour un peu d'alcools et une question d'honneur ! En plus il avait plus ou moins prit son partit, c'était à n'y rien comprendre ! - il ne savait pas le quel des deux était lenplus hilarant et le plus ridicule.

Le problème, c'était que la situation paraissait assez mal engagée pour finir sans bagarre. Lui demander de lecher ses chaussures... Rabaissant, et crade en plus de cela. Lui ne le ferait pas et s'en irait simplement acheter de l'alcool ailleurs - ou entranglerai la femme si il avait été seul, quoiqu'il aurait envoyé l'âme d'une sacré enquiquineuse dans l'autre monde... Bah, il fallait bien de tout pour faire un monde et au moins cette petite aurait mis de l'animation dans le celui des morts !-

Mais là il se trouvait simple spectateur, au bord de la crise de rire, ses joues porcelaines rougies et les lèvres pincées. Cet établissement allait rejoindre la liste de ses préférés, à n'en pas douter ! 

- Mademoiselle, je ne me serais jamais douté de ces petits penchants... sadiques... - il pouvait bien lui conseiller quelques endroits mais pas devant un mineur, enfin ! - Que vous a donc fait ce jeune homme pour mériter ce traitement ?  C'est bien la première fois que je vois une Tsundere en action... Ou bien une Himedere, peut être, j'ai tendance à confondre les espèces de saloperies entre elles... 


Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageVen 29 Déc - 15:10
Cette petite s***** commençait à me saouler. Mon visage devenait rouge, mes mains se crispaient sous la colère. J’avais envie de l’insulter de tous les noms, et dans un sens, ça n’aurait été que justice, vu son caractère.  Et puis c’était quoi cette posture de chaudasse ? Elle s’est crue dans un ecchi ou quoi ? Elle s’attendait vraiment à ce que je m’agenouille en criant «  yes master ? » Mais alors que j’ouvrais la bouche, me préparant à déferler une tempête de haine, la punchline de Belzebuth me cloua littéralement  au sol. J’avais rarement autant ris. Il avait su retranscrire ma pensée à la perfection. Cette petite parenthèse me remit les idées en place, et me permit de relativiser. C’était juste une frustrée de la vie. Et entre perdre ma dignité le temps d’un soir, sobre à me faire chier sur un canapé, et perdre ma dignité tout court, mon choix était vite fait. J’essuyais d’un revers de bras mes larmes de rire et repris

- Pas mal, pas mal…

Mais je pouvais pas simplement partir comme ça. Une idée maléfique me traversa alors l’esprit. Aah, si elle veut jouer aux cons... Je me relevai, m’imposant de toute ma taille, et  sortis tranquillement mon téléphone, prenant une petite photo de la bitchy biatch, assise sur son bureau.

- Comme ça, j’ai gratuitement ce que vous m’avez proposé tout à l’heure. Dis-je en désignant les magazines.

Ah la vache, j’avais mal au ventre. Trop de trucs interdits dans la même soirée. Mais bon, ça fera une histoire à raconter. Je me dirigeai alors tranquillement vers la sortie.

- Du coup, bonne soirée, ma grande. Enfin « grande », façon de parler.


J’accompagnai cette splendide punchline d'un clin d’œil, tel une cerise sur le gâteau. Me dites pas que tout ça, c’était à cause de ma taille…
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 29 Déc - 15:59
*Ces pauv’ taches !* S’exclama intérieurement Hikari qui était assise sur le comptoir alors que les deux clowns se moquaient d’elle.

Ainsi, elle décida de faire simple et lança un couteau en un instant. Le couteau qui frôla la jambe du blondinet, pour atterrir juste devant son pied. Bien entendu cela ne l’empêchait en rien de sortir de la boutique, mais au moins cela fit gagner le temps à Hikari de reprendre la parole.

Elle n’avait techniquement pas eu recours à la violence et le seul témoin valable de la situation était clairement tordu et ne servirait pas dans le pire des cas. La caméra de sécurité était là pour décorer et la plus grande sécurité du magasin était la présence de Ladiva, faisant que certains évitaient de chercher des ennuis.

Elle se leva en marchant dans la direction du blondinet en prenant la parole.

-Monsieur le clown, je vous préviendrais que dere signifie qu’il y a un semblant d’affection, hors je ne connais même pas ce graand blond~ Mais dans votre cas vous pouvez m’appelez comme vous le souhaitez, je ne m’en préoccuperais pas plus que ça.

Se contenta de ramasser le couteau et commença à s’amuser à le faire tourner entre ses doigts avant de le pointer vers Kobe en lui faisant face de son mètre même pas cinquante.

-Quand à toi Kobe Montaro, accentua-t-elle je te prierai de bien vouloir me prêter ton téléphone afin que je supprime la photo que tu viens de prendre… Après tout un étudiant ne tiens probablement pas à avoir des problèmes, que ça soit avec les forces de l’ordre ou des lames diverses et variée non ? Simplement parce que tu es un peu grand tu te crois tout permis ? Un GRAND garçon comme toi comprends probablement que la PETITE fille que je suis serait avantagé à partir du moment où des forces de l’ordre entrerait dans l’équation n’est-ce pas ? Ah, la caméra n’est là que pour décorer, alors seuls vos deux témoignages entreront en jeu n’est-ce pas ? Dit-elle en levant mesquinement les yeux afin de regarder le blond dans les yeux tout en faisant tourner son poignet afin de faire des cercles du bout du couteau.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageVen 29 Déc - 17:00


-Whouah !!

C’était quoi ça ? Je sautillai légèrement, voyant le couteau se planter devant moi. Archi cool.. enfin absolument horrible ! hum… Et elle le sortait d’où d’ailleurs ?! Non, en fait je veux pas savoir.

Alors comme ça, il semblait que la miss voulait m’intimider. Bon en vrai, c’était plutôt réussi, vu que je n’aime pas forcément avoir des lames pointées sur moi. Elle jouait également la carte de la pédophilie. Stratégie très prisée par les tsundere en tous genre pour faire culpabiliser le personnage mâle. Mais c’était sans compter sur mon intellect. Déjà, les caméras prouvaient qu’elle s’ était mise en scène d’elle-même, et qu’elle avait « «  agressé » » un client .  Et puis, j’avais un témoin. Je me retournai quand même pour vérifier qu’il était toujours là, lui faisant un petit signe de la main.  J’avais toutes les cartes en main.

Je profitai donc de ma carrure pour me baisser vers elle, la fixant dans les yeux d’un air (faussement) sur.

- Dans ce  cas, miss Hikari, agée de 21 ans ( je pointai son badge d’employée) jouons à un jeu. Si t’arrives à l’attraper, tu pourras effacer la photo.

Bon, je m’étais peut-être un peu emporté. Elle avait quand même un couteau.  Mais bon sang, mon gars, tu fais du karaté ! C’est pas une pseudo loli qui va te faire peur. Je mis alors le téléphone en l’air, bien hors de sa portée. Je préparai tout de même une esquive sur le côté, en cas de coup de couteau.

- Ou sinon, tu me donnes ma marchandise, et je te la rends. Commerce équitable…

Je me sentais tellement puissant. C'était pas bien je le sais. Mais tellement jouissif. Je souris machiavéliquement.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageVen 29 Déc - 17:43
Mais ils nous faisaient quoi ces deux gosses ?
Il était très rare que Damu soit le membre le plus calme et sérieux d'un groupe, et cette situation le mettait terriblement mal à l'aise : On lui piquait son rôle, là ! Non mais ! Et en plus il n'était même pas le plus agressif ! Tout se perdait...

La jeune femme voulait récupérer la photo, soit. Enfin il était assez drôle que le garçon a garde, mais qu'en ferait il ? Il ne refusait de la supprimer que pour la faire bouillonner, ce qui en soit était déjà une raison suffisante. La répartie du dénommé Kobe était en tout cas parfaite : cette pauvre Hikari avait ses raisons d'être en rogne, mais elle avait lancé les hostilités...

La Poupée se demanda dans quel camp il se rangerait au besoin, tout en cherchant parmi les petits sachets de sucreries qui se trouvaient toujours à coté des caisses un petit sac de pop corn qu'il ouvrit en regardant la scène. Le blondinet pas dégeu se tourna vers le rouquin assis avec classe sur le tapis roulant qui continuait de grignoter et lui adressa un signe de main. Oui ? Certes ? Que veux tu jeune homme ? Quel est ton but ? pensa le tueur en plissant son œil. Au moins il ne manquait pas de courage, une fille armée d'un couteau, même de petite taille, était bien dangereuse pour quelqu'un de désarmé, aussi baraqué soit il. Le fou haussa les épaules et finit son sachet, qu'il roula en boule et lança sur la tête de la blondinette - ils étaient assortis, que c'était chou ! -.

- Du calme, laisse lui au moins une chance...


Sortant de ses bottes hautes un couteau de petite taille, il le tendit tranquillement à Kobe :

-Le tien sera plus petit, pour compenser quoi... Allez, offrez moi du spectacle ! Ah, mais ne soyez pas trop longs quand même, ça ferait tâche si le gagnant n'avait pas le temps de cacher le corps du perdant avant que quelqu'un d'autre n'arrive...


Il ne pensait pas un mot de e qu'il disait : il n'y aurait sûrement pas de meurtre ce soir, mais faire stresser l'innocent le faisait assez rire. Enfin, si cela le stressait bien entendu, mais sous entendre que l'issu de la dispute pouvait être mortelle le calmerait sûrement dans ses ardeurs... Cette petite travaillait ici, dans les bas quartiers de la ville, où on ne se promenait pas innocemment avec un couteau dans les manches. Elle était sûrement bien plus dangereuse qu'on ne pouvait le croire, et elle avait un regard que Damu reconnaissait aisément : celui d'une collègue de crime... Avait elle déjà tué ? Peut être pas, mais il valait mieux se méfier.

Le tueur avait choisit son potentiel camp, et se tenait toujours élégamment assis, bien au chaud dans sa veste verte sapin, prêt à utiliser le poignard forgé avec soin qui y était dissimulé. Sous ses airs flegmatique et désintéressé, il buvait à la flasque l'Armagnac qu’il avait prévu d’acheter en couvant de son regard vert vif les deux enfants qui se disputaient le portable. La chaleur de l'alcool lui brûla la gorge mais il aimait ce genre de souffrance enivrante, et il profitait toujours mieux d'un combat lorsqu’il était un peu... Éméché ?


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageVen 29 Déc - 23:26
*Mais c’est qu’il se fout ouvertement de ma gueule…* Pensa Hikari.

Entre Le blondinet qui se moquait clairement de sa taille et le truc qui se moquait d’elle, elle se demandait si son premier meurtre n’allait pas être le blondinet. Mais tout gâcher pour un moment d’excès ? Ce n’était pas son style. Si elle le tuait, cela serait découvert tôt ou tard et son cas qui était "gris" deviendrait immédiatement "noir".

En réflexe, elle trancha le sachet que le détraqué lui avait jeté pour l’empêcher d’agir, le voyant sortir une petite dague ne l’étonna guère, mais elle se méfiait tout de même. Il était difficile de savoir si un fou à lier était réellement dangereux ou non, certains étaient clairement capable de reconnaître les gens capable de se battre à leur pose, d’autres à leur air et Hikari faisait partie du second groupe. Ainsi les malades mentaux ne pouvaient être jugé facilement.

L’espace d’un instant elle hésita à résoudre le conflit pacifiquement en acceptant de vendre les bouteilles, mais même si elle ne voulait pas commettre de crime sérieux, elle n’était pas du genre à abandonner aussi facilement.

Casser le portable ? Elle serait en tort car cela était clairement les biens d’autrui, de plus le casser avec un lancer de couteau laisserai de claire preuve à son encontre. Elle préférait tuer le garçon dans ce cas-là, de plus avec le couteau que l’autre voulait lui prêter, elle pourrait faire passer ça pour de la self défense. Les morts ne parlent pas et l’autre était clairement tordu, mais elle ne choisit pas cette option.

Attraper le portable était la meilleure méthode. Il existait de nombreuses méthodes pour mettre un homme à genoux et elle choisit donc la plus efficace.

Elle lança légèrement son couteau en l’air, comme si elle souhaitait jongler avec afin que l’attention des deux gigolos soient sur le couteau, pendant ce temps, elle sortit une seconde lame avec sa main gauche, qu’elle utilisa en donnant l’impression qu’elle allait poignarder sérieusement le blondinet, terminant avec un coup de pied droit bien placé entre les jambes.

Une fois le coup de pied placé, elle arrêta son coup de couteau qui avait servi de feinte et recula pour rattraper le couteau qui retombait.

Il lui suffisait désormais de prendre le portable. Mais avant ça, lui montrer à quel point ce qu’il avait fait était dangereux pourrait servir. Elle pointa du doigt vers son pied droit pour montrer sa chaussure et activa un petit mécanisme qui sortit une lame au bout de la chaussure.

-N’es-tu pas chanceux que je n’ai pas utilisé cela ? Quoique cela ait été pour le mieux que tu ne puisses pas répandre tes gènes… M’enfin ce n’est pas grave. Maintenant, je vais juste supprimer cette petite photo…



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageSam 30 Déc - 0:37
Connais tes ennemis, et connais toi toi même. Cette phrase, je l’avais étudié en cours, mais je n’en comprenais pas le sens. Jusqu’à aujourd’hui. Car en cette belle soirée étoilée, je me rappelais que les hommes avaient ce point faible, que seules les dernières des sous m*** osaient exploiter, révélant alors leur propre faiblesse et lâcheté.

Ainsi, je m’écrasais lourdement au sol devant elle, me tortillant et ressentant une douleur inimaginable. Suffoquant, mais surtout impuissant, je ressentais soudainement une haine envers le monde entier, mais en particulier envers cette petite p***. Je serrais fort le couteau que le clown m’avait passé. J’allais probablement attrapé d’étranges maladies à toucher ce genre d’objet, mais il me permettait au moins de concentrer ma rage en un point.

- petite… connasse… soupirai-je avant de reprendre difficilement mon souffle, tel un gros fumeur.

Je sursautai alors qu’elle me montrait ses armes secrètes, dignes des plus grands nanars, et protégeai mes parties intimes en conséquence. Cette meuf était définitivement dangereuse, mais elle avait un défaut. Car comme les méchants dans les films, elle parlait trop avant de passer à l’action. Et il était de mon devoir de lui faire fermer sa gueule.



Rassemblant mes dernières forces, je pivota sur moi même, lui faisant un énorme croche patte. Je rampai au sol, usant de force brute pour lui arracher mon pauvre téléphone qui n’avait rien demandé à personne. Et une fois cela fait, je le lança, d’un geste désespéré, vers le clown, avant de m’écrouler au sol. Je compte sur toi, partenaire…. Et ainsi, Kobe sombra dans la nuit, allongé dans le sol sale d’une supérette de banlieue.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageSam 30 Déc - 17:08
Ouch.
Vraiment...Ouch.
Pauvre petit gars.
Parmi les techniques de faibles que même Damu n'utilisait pas, il y avait le coup de pied dans la partie sensible. Avec force en plus, pas un coup de pied de fillette sous prozac... Pas étonnant que le pauvre Kobe soit au sol - enfin si un peu, il comprenait cette souffrance mais à ce point là quand même...Enfin, chacun sa sensibilité...- en gémissant et en insultant la jeune femme. Il s'attendait à quelque chose de plus grandiose, mais bon... Il soupira en s’apprêtant à ramasser le pathétique estropié quand celui ci eu un regain d’énergie soudain et faucha les jambes d'Hikari -Joli coup!- avant de récupérer son portable et de l'envoyer... vers lui ?

- Attends... Quoi ? Tu veux que j'en fasse quoi, de ton portable ? "Partenaire", vraiment ? Juste parce que je t'ai prêté une de mes armes ?


Malgré ses protestations qui n'étaient là que pour la forme, car il appréciait plutôt le courage de cet être pur et le dégout que lui inspirait le blondinette le poussait bien à considérer l'autre garçon comme son allié, il ramassa le petit appareil électronique maltraité tandis que l'autre... s'évanouissait ? Arf, pas sur un sol aussi sale mon garçon ! Avait il seulement entendu l'autre ? Et la gamine, qu'allait elle faire maintenant ? C'était dans les fines mains de porcelaine du tueur que la fameuse photo défendue se trouvait et tout se jouait maintenant. Il se méfiait du terrible dispositif de la vendeuse, et restait sagement éloigné d'elle. Il avait bien eu raison...Un Vilaine, à n'en pas douter. Il la jaugeait du regard, prêt à une éventuelle confrontation. Il montrerait dans ce cas bien plus de résistance que le mineur, étant bien plus rapide et dangereux que sa fine carrure féminine le laissait penser. Cette petite saloperie allait s'en mordre les doigts si elle osait toucher à une seule de ses mèches rousses. Ou même si elle continuait de se prendre au jeune homme à terre. Ces sales mains de pétasse n'avaient pas le droit de toucher une âme pure qui méritait d'aller au ciel.

Dans la pièce silencieuse, le son de ses bottes à petits talons de bois résonnait tandis qu'il se plaçait devant la jeune femme. Sa pupille, doucement, changeait de couleur, comme si un liquide orange venait d'être versé dans une boisson verte. De la colère ? Mais pourquoi ? Ce n'était pas son genre de s’énerver aussi facilement... Même, pas son genre du tout... Au contraire, il se serait amusé normalement, là, maintenant ? Il n'y comprenait plus rien. L'alcool, sans doute, et la fatigue... C'est ça, il était impatient... Sûrement... Le garçon comique et joyeux venait il d'atteindre sa limite ? Une sourde colère montait en lui tandis que poing et mâchoire se crispaient. Son air n'avait plus rien de sympathique, uniquement pure menace dissimulée sous un sourire crispé.

Le seul témoin ne verrait rien. Il volerait la cassette de surveillance.

Oui, il POUVAIT la tuer.

Mais ce n'était pas très drôle, comme punition...
Il pouvait sûrement faire mieux. Il devait reprendre son calme. La situation était encore bon enfant. Il allait trop loin. Le physique enfantin de la jeune femme était peut être aussi une des causes de ses pulsions, bien qu'elle n'ait rien d'innocent en elle.
Le tueur secoua la tête. Ses boucles de feu voltigèrent et en un instant il reprit son air habituel, calme et serein quoiqu'un peu provocateur. Il montra le portable avec un sourire malin qui plissa son œil de nouveau vert et limpide.

- Tout ça pour une malheureuse photo... Gâcherait elle votre réputation et votre image ? Je la trouve bien représentative de votre personne, pour ma part... Et puis, qui sait, elle pourrait attirer bien des clients pour votre établissement ! Ainsi, vous n'aurez plus à recourir à de misérables magouilles pour avoir un salaire digne de ce nom...Peut être que cela calmerait vos envies de supériorité aussi, et vos petites lâchetés au combat... J'en ai vu peu, et je dois dire vous détester déjà...Étrange, non ? Au début je vous trouvais amusante, mais vous êtes déjà lassante...


Le portable déverrouillé de Kobe lui donnait un pouvoir absolu sur la situation. Cette petite photo suppliait presque d'être envoyée à tout ses contacts. Il pianota quelques mots rapidement d'une main, l'autre tenant toujours son poignard. Il ne baissait pas sa garde une seconde, professionnel. L'adversaire était radicalement différent, n'est ce pas, petite ?

La missive partit, accompagnée du simple message " Promotion tout les soirs au Konbini ! ♥️ ". Il n'avait pas vraiment le temps d'en marquer plus. Oh, et puis rajoutons les réseaux sociaux ! Connecté, le jeune, Faceb*** et compagnie... Des fossettes apparurent aux commissures de ses lèvres, et il montra à la jeune blondinette qu'il effaçait la photo - geste inutile évidemment -.

-Et voilà Mademoiselle, effacée ! N'est ce pas ce que vous vouliez ♥️ ?


Il remit le petit appareil dans sa poche, attendant que l'autre se réveille. Ce qu'il n'avait pas l'air de vouloir faire...

- Dans votre propre intérêt, il vaudrait mieux que ce petit se relève très vite... Il est peut être de plus fragile condition que je ne l'avais pensé...

Le petit homme releva l'étudiant et l'assit contre la caisse. Quelle technique... L'eau sur le visage ? La baffe ? Bon, les deux ! Après avoir mis son plan à exécution, il attendit une réaction. Ah, comment allait il lui annoncer que tout ses amis et sa famille le prendrait sûrement pour un pervers ? Hum... Il n'allait pas lui dire, il le laisserait constater par lui même les dégâts ! - on est lâche jusqu'au bout ou on ne l'est pas...-


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 78
Points : 690
Puissance : 1 675
Réputation : 25
Karma : - 10
Voir le profil de l'utilisateur
78
690
1 675
25
- 10
MessageMar 2 Jan - 18:40
A vrai dire, Hikari n’avait pas de problème avec la photo, mais avec plutôt avec le fait que le grand blond faisait son malin avec la photo. De plus quelque part elle se demandait si sa réaction n’était pas excessive. Elle avait déjà frappé des voyous qui cherchaient un peu trop et jamais aucun ne furent aussi… Blessé.

Ne prêtant plus vraiment attention au déchet sur le sol, elle s’apprêtait à supprimer simplement la photo du téléphone et demander au tordu d’emporter le blondinet s’il le voulait bien. Mais elle ressentit rapidement son centre de gravité changé et tomba au sol. Par réflexe, elle se rattrapa sur les mains, laissant à Kobe une chance de récupérer le téléphone.

Elle ne regretta pas un instant avoir baissé sa garde. D’après elle la situation était plus intéressante lorsqu’elle pouvait être retournée. Il s’agissait là d’une partie du rôle de méchante qu’elle s’était donnée. Admirant presque la combativité du blondinet, elle se releva prête à combattre, mais fût déçue lorsque le garçon abandonna sa conscience, laissant donc la fille presque seule avec la chose.

*Pouvait-il être aussi ennuyeux pour quelqu’un qui fait cette taille…*Pensa-t-elle ennuyée.

Mais elle ne s’arrêta pas pour autant. Restant sur ses gardes, elle savait que l’autre truc était plus dangereux que le tapis qui se trouvait devant les caisses. L’observant, ce dernier commença un discours.

-Hein ? Répondit-elle ne comprenant pas vraiment.

En un instant elle se posa de multiples questions sur le truc qui était en face d’elle. N’avait-il pas compris que l’animosité était présente bien avant la photo ? Et qu’elle n’aurait pas pris cette pose si cette dernière posait le moindre risque à la jeune fille. Elle en conclu qu’il était inutile de demander à la chose d’avoir une réflexion profonde et logique, non pas qu’elle avait raison, mais qu’elle n’avait pas envie d’y réfléchir beaucoup plus.

Elle vit clairement qu’il fit diverses choses avec le téléphone. Avait-il copié la photo ? L’envoyé a son propre téléphone ? Sur son mail peut-être ? Après tout aucun son ou vibration ne vinrent du tordu. S’il avait un téléphone, il ne s’était pas envoyé de message avec le téléphone du blondinet.

Il termina en montrant à Hikari qu’il avait effacé la photo, avant de ranger le téléphone dans sa poche, menaçant finalement Hikari d’une manière qu’elle ne comprit pas non plus.

Dans son intérêt ? Elle ne voyait pas d’intérêt hormis ne pas avoir à soulever le jeune homme afin de le sortir de la boutique. Elle décida de reprendre parole pendant que le clown tentait de réveiller le blond. Rangeant temporairement ses couteaux et la lame de sa chaussure.

-Hum... Hésitant légèrement, se demandant si le roux comprendrait. Moi qui me demandais quel genre de fou vous étiez, mais visiblement vous avez fait quelque chose sur le portable. Pourrais-je simplement vérifier ? Je n’ai rien contre vous hein, ce jeune homme par contre est du genre a m’énerver. Ah si vous vouliez la photo afin de vous amuser avec ça me dérange pas hein, je voulais juste lui apprendre qu’il n’était pas à sa place et même très loin de là. Dit-elle en s’accroupissant à côté de l’inconscient, appuyant sur la joue du blondinet du bout de son index.

*Pour peu que tu aurais été moins grand tu aurais presque pu être plaisant comme client comparé aux trucs louches qui trainent habituellement.* Se demanda-t-elle en l’observant.

Elle restait cependant prête à esquiver et éventuellement combattre le tordu.



Hikari préfère le #339933
Family~:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 60
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
60
0
1 100
MessageMar 2 Jan - 22:23
Je me réveillai brutalement, le visage trempé.  Le visage de Monsieur J à deux centimètres de moi me fit bondir du bureau. Une fois la distance mise entre moi et les deux gus, j’attrapai rapidement mon téléphone. Le clown me lançait des regards mijoteurs. Qu’est ce qu’il avait fait ? je craignais le pire. Soudain, l’appareil sonna une fois, deux fois, trois fois…
Du coin de l’œil, je checkai le problème :  

Maman
- Trop mignonne, tu nous la présentes quand ?

Mon amour secret
- Sale pervers ! Je ne te pensais pas comme ça !

Mes potes
- Elle est trop bonne !
- T’es où, c’est pour un pote !
- OU EST L’ALCOOL KOBE ???
- C’est quoi ça XD ?

Mon meilleur ami
-  Tu t’es fait hacké ou quoi ?

FACEBOOK
Votre compte a été suspendu temporairement pour contenu pornographique.


What ? Plus j’avançais dans les messages, plus mon visage devenait rouge. J’entendais leur voix dans ma tête, et je voyais ma réputation chuter. Comment j’allais résoudre ce malentendu ? Pour mes potes, je ne me faisais pas trop de souci. C’était surtout les filles qui m’inquiétaient. Elles allaient forcément en parler entre elles, et je perdrai toute crédibilité en tant qu’homme sérieux, en plus de ma fertilité.
Je tentai bien de répondre aux messages les plus importants, mais c’était comme transporter une cruche percée. Je fusillai le clown du regard, même si tout ce bordel était en partie de ma faute. J’allais répondre quand tout à coup :  

- ATCHOUM !

Quel enfoiré… Avec ses conneries, mon pull commençait à s’humidifier. SI ce petit jeu m’avait « «  amusé » » jusqu’à présent, cette fois, s’en était trop. Je m’approchai alors de l’autre et lui montra l’écran :


- Tiens ! Regarde ! Tous mes potes te connaissent maintenant !  Et tu peux gueuler ça changera rien ! Alors maintenant tu vas arrêter de me casser les couilles, et m’amener ton supérieur.  

En réalité,je préférais tout de même ma situation. Personnellement, c'était juste un malentendu. Ca allait faire des vagues, certes, mais je m'en sortirai. Alors que sa réputation à elle semblait bien plus endommagée. Dans un sens, je comprenais sa colère. C'est juste que je m'en foutais.  Je passai alors brutalement devant eux.

- Mieux ! Je vais y aller moi-même. Manquerai plus que je finisse avec un couteau dans le dos ! dis-je en désignant les caméras.


J’enlevai mon pull, m’essuyai le visage avec et lui lançai dans la figure, me retrouvant en t-shirt FLASH.



Profitant de sa cécité, je me dirigeai, énervé vers la réserve, espérant trouver quelqu’un.
Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 160
Points : 140
Puissance : 1 955
Réputation : 150 (290)
Karma : -50 (-100)
Voir le profil de l'utilisateur
160
140
1 955
150 (290)
-50 (-100)
MessageMar 2 Jan - 23:18
Coup dur pour Kobe.
Le jeune homme avait sûrement connu des réveils plus agréables. Et des soirées en général. Sans conteste le gagnant de la palme d'or de la plus grosse victime de Mustuafu ce soir. Bah, il s'en remettra ! Plus problématique était le cas de Hikari... Quand à Damu, cette enflure s'en sortait très bien et son moral était revenu avec sa sale farce. Il était encore plus facile de le faire changer d'humeur que de voler sa sucette à un enfant - ou que de ternir la réputation de deux personnes d'un seul geste. -

Horrifié, le blondinet regardait les notifications de son portable. Aie. Damu n'avait pas prévu qu'il soit au courant aussi vite. Bon, il venait de se faire deux connaissances qui n'allaient sans doute pas devenir ses amis... Tant pis ! 

Il s'attendait à une quelconque contre attaque quand le jeune -fragile- éternua bruyamment. Hum, la bouteille d'eau sur la tête en pleine nuit dans un magasin pas vraiment chauffé n'était peut être pas conseillé effectivement. Mais au moins était il réveillé ! 

Ah ? Tiens ? On me dit dans l'oreillette que Damu n'a pas encore répondu à la jeune blondinette ? Oui oui c'est normal, il n'en a aucunement l'intention ! Résumer toute sa philosophie lui prendrait beaucoup trop de temps et il n'avait pas envie de gaspiller sa salive. Cette personne POUVAIT être intéressante, une future grande criminelle, mais là... La flemme. Et puis écouterait elle seulement ? 

Après avoir poussé une geulante, Kobe s'en était allé en enlevant son pull et en l'envoyant à Hikari. Le tueur prit soin de ne pas faire de vague, n'appréciant pas de se retrouver avec des vêtements lancés sur la figure - Enfin, mouillés du moins... - et laissa tranquillement l'autre se manger des menaces. Dure soirée pour toi ma cocotte... Tiens, pour un peu il aurait presque de la peine !

Maintenant que l'adolescent était passé dans la réserve à la recherche d'un supérieur, le rouquin se retrouvait une nouvelle fois seul avev la jeune femme aux airs d'enfant. Tss, il était l'heure de partir... Mais... Il avait bien envie de voir la suite lui ! Comment allait réagir le potentiel supérieur ?  Il s'imaginait d'ici un homme bedonnant et chauve passer sa colère contre son employée, qui elle serait horrifiée de perdre son travail... Hum oui sans conteste il allait rester ! Même si il ne servirai à rien dans la scène...

Il se rassit à son poste - le tapis roulant-, croisa ses fines jambes et attendit comme un spectateur de pièce de théâtre la suite arriver, prenant un soin infinie à ne même pas regarder la jeune femme qui de toutes façons ne manquerait pas d'attention les prochains jours !


Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La prise vue de l'extérieur, sujet ouvert par Anatol2
» La confrerie du "chaos "( RP ouvert a tous )
» Le pinfu ouvert
» Présentation de la Boutique Les Balivernes de Lorient
» [RP]Messe du mardi soir - par Enosh de Noirlac..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers-
Sauter vers: