• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 le karma ••• misao & arihito

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 6
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
6
0
1 200
MessageMer 18 Oct - 12:12
Les fins de mois sont souvent difficiles et tu aurais aimé ne pas connaître le sentiment de désespoir qui t’envahit lorsqu’il te reste pile assez pour payer ton loyer. Si on compte l’argent qui va disparaître de ton compte après l’avoir payé il te reste la somme incroyable de... mille yens. C’est pile assez pour faire les courses (sans petits plaisirs bien évidemment, et Dieu sait que les fondants aux chocolats te manquent). Tu regrettes tellement de vivre seul maintenant que tu y penses, tu aurais pu ne payer que la moitié ou un quart du loyer. Tu pousses un long soupir en sortant de la bibliothèque universitaire—il est déjà un peu trop tard. Avec le soleil qui commence à se coucher un peu plus tôt et la température qui baisse, tu as l’impression de gâcher le peu de jours ensoleillés qu’il reste. Le soleil commence à se coucher seulement (jusqu’à il n’y a pas longtemps, tu aurais cru qu’il était vingt heures mais lorsque tu regardes ta montre il n’est qu’en fait dix-neuf heures) mais tu as l’impression qu’il est vingt-trois heures tellement le temps passe lentement à la BU.

Plutôt que de manquer de dormir debout en plein milieu de la rue, tu décides de t’arrêter vers le distributeur de boissons le plus proche pour prendre une cannette de coca—le nectar sacré qui sauve tes journées les plus dures. Ton porte monnaie est presque vide cependant (tu n’aurais jamais cru à l’existence des pièces de un yen jusqu’à il n’y a pas si longtemps) et tu n’es même pas sûr d’avoir assez. Ça te prend bien au moins cinq minutes de trouver les bonnes pièces. Tu vois dans le reflet de la vitre que visiblement la crème anti cernes n’a pas résisté à tes deux heures de désespoir au campus et cogne ton front contre le distributeur de boissons une très longue minute, comme pour réfléchir au sens de la vie.

Tu es sur le point de récupérer ta canette lorsque tu sens quelqu’un te tapoter l’épaule. Lorsque tu te retrouves face à deux garçons (probablement légèrement plus jeune que toi mais beaucoup plus grand—en même temps, ce n’est pas compliqué de trouver un garçon plus grand que toi) qui n’ont pas l’air de vouloir plaisanter. Tu ne dis rien et attends une première réaction des deux jeunes hommes en face à toi. Un silence légèrement gênant s’installe entre vous trois jusqu’à que le plus grand des deux s’appuie violemment contre le distributeur, comme pour t’encercler.

— Y-Y’a quoi? Si vous voulez ma canette prenez-la, mais peace, OK?
— Ta canette? Qu’est-ce que j’en ai à foutre de ta merde?


Ils se resserrent contre toi tandis que l’autre murmure en rigolant « Il est roux et il nous parle en plus y’a quoi » —Ah! Putain, quel âge ils ont encore, à se moquer de tes cheveux? Ils se rapprochent encore ce qui te force à te plaquer contre la vitre, juste à côté du plus grand dont les muscles te terrifient. Tu as l’impression qu’il va t’éclater le crâne contre la vitre avec et que ton cerveau va exploser à cause du choc et rien qu’y penser te donne des frissons. Il vole ton sac et jette toutes tes affaires sur le sol, l’autre en profitant pour les écraser—tes précieuses affaires que tu as toujours essayé de garder propre...

D’un seul coup le plus grand jette ton sac par terre et te tire par les cheveux.

— O-Oww!
— Bon poil de carotte, où est-ce que tu l’as foutu ton fric?


Tu n’as pas le temps de répondre qu’il tire de plus en plus, te donnant les larmes aux yeux, ce qui permet à celui en face de toi de s’esclaffer « Il va pleurer, quelle victime! ». Tu essaies de soulever la canette (qui est légèrement plus lourde que ce que tu peux te permettre) pour essayer d’au moins forcer ton bourreau de te détacher mais il le remarque immédiatement et te les tord pour te restreindre—te faisant doublement mal. Tu pourrais crier à l’aide mais tu ne vois personne et tu as surtout peur des conséquences que cela pourrait avoir sur toi, ils ont visiblement bien besoin du peu d’argent qu’il te reste.

— E-Ecoute, j’ai plus beaucoup d’argent, on peut s’ar—
— J’en ai rien à branler, donne moi tout ce qu’il te reste.


Tu n’as vraiment pas envie de céder mais en même temps tu as vraiment mal et donner l’argent serait une solution simple pour que tout cela s’arrête...



And if such a thing were to make me feel alive


Then I have to become a kind person,
I want to reaffirm myself
I have to become a kind person
Before my heart grows numb from the cold

Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 112
Points : 8
Puissance : 1 270
Voir le profil de l'utilisateur
112
8
1 270
MessageMer 18 Oct - 16:58
LE KARMA •••
Il commençait à se faire tard pour Chaton. Mais étant accompagnée par ses grands-parents. Celle-ci avait le droit de rester un peu plus longtemps réveillée. Privilège d'être avec ses grands-parents et en plus de cela, ceux-ci l'avaient emmener à l'extérieur pour aller manger une crème en glace. Pas n'importe laquelle, la crème glacée à la barbe à papa. Elle était de plusieurs couleurs comme un arc-en-ciel et avait si bon goût. Celle-ci lichait au début son cornet, mais ne pouvant plus attendre longtemps. Elle se retrouvait rapidement avec de la glace sur le bout du nez. Cela était froid et à la fois rigolo.


Chaton et ses gardiens se trouvaient au centre-ville. Ils devaient retourner au quariter résidentielle avant que Minori revienne à la maison. Il ne faudrait tout de même pas qu'elle sache ce qui c'est passé pas vrai ? En direction vers la maison. Misao entendait un bruit étrange. Elle ne devinait pas ce que c'était, mais elle était certaine d'avoir bel et bien entendue quelque chose.

Est-ce que vous avez entendu ?


Ses grands-parents se regardaient avant de répondre à leur princesse qu'ils n'avaient rien entendu et qu'il serait mieux de retourner à la maison. Misao vouait bien retourner chez elle. D'un autre côté, elle entendait encore du bruit qui semblait être pas si loin de où elle se trouvait. Cela se peu qu'il n'y a rien. Cependant étant curieuse et à la fois un peu courageuse, celle-ci avait l'intention d'aller voir ce qui se passait.

- Je vous dis que j'ai entendue de quoi. Je vais aller voirr.

Elle tournait le dos à présent à ses grands-parents qui lui demandaient presque à genou de ne pas faire cela. Que cela pouvait être dangereux. Par contre, il était trop tard. Elle avait une idée dans la tête et avait l'intention d'aller jusqu'au bout. Les membres de sa famille la suivait à distance au cas ou il arriverait de quoi. En se rapprochant, Misao entendait davantage le bruit. Oh non. Elle se mettait à couvert derrière un mur pour ensuite se pencher un tantinet la tête pour voir ce qui se passait. Un homme ou un gamin, cela n'était pas évident avec sa grandeur, avait des ennuies avec deux personnes. Ces personnes en questions lui voulaient tout son fric. Si elle était la place du roux, elle voudrait que quelqu'un lui vienne en aide. C,était avec cette pensée qu'elle se rapprochait de la scène pour crier sur les malfrats.

- Arrrêter ! Laisser le trranquille !


Celle-ci avait peur à l'intérieur d'elle, mais vu de l'extérieur, cela semblait à une gamine de 10 ans qui était calme. En entendant la voix, les deux malfrats riaient. Celui qui n'avait pas tordu les doigts du roux se retournait vers Misao.

- Sinon quoi petit chaton ? Tu vas aller pleurer au jupe de ta maman !


Chaton n'aimait pas ce qu'il venait de lui dire. Cela était blessant. Elle restait figée un moment.

- Retourne d'où tu viens. Cela ne te concerne pas.


Il tournait le dos à Misao pour retourner tourmenter le roux. Elle ne pouvait pas juste partir comme cela. Elle donnait l'impression qu'elle quittait les lieux. Cependant, elle se reculait pour pouvoir mieux bondir. Cela était la première fois qu'elle allait utiliser son Jump pour aider quelqu'un. Elle était motivée. Elle se plaçait en position de chasse pour se propulser par la suite dans les airs. Chaton fermait les yeux se rendant compte qu'elle était dans les airs. Sa crainte avait prit le dessus. ne voyant pas où elle allait atterrir, elle espérait de tout coeur qu'elle allait pas juste échouer au sol. Par chance, celle-ci percutait le gars qui lui tournait le dos. Le gars se trouvait à présent au sol avec la gamine qui lui coupe un peu le souffle quand elle tombait sur lui. Sentant que cela ne faisait pas aussi mal que prévu, celle-ci ouvrait les yeux. Elle était fière d'elle. Princesse avait réussi à faire son bond sans trop se faire mal. Par contre, elle devait s'occuper du gars qui se trouvait sous elle. Celle-ci sortait les griffes pour les rapprocher du visage du gars et de cracher comme un chat.

ft. Arihito Shuku
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 6
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
6
0
1 200
MessageSam 21 Oct - 15:27
Ton porte feuille, ton porte feuille... À vrai dire, tu n'as pas eu vraiment le temps de le ranger, il est juste dans ta poche—quelle bande d'idiots, fouiller les poches de quelqu'un est tellement facile, surtout vu ton état actuel. Plaqué au mur et retenu par quelqu'un, l'autre procède à un dépouillage de la personne, quitte à la déshabiller ou abîmer ses vêtements. 

En tout cas, c'est comme ça que tu faisais, à l'époque. 

Ce n'est pas si compliqué que ça, il suffit juste de réfléchir un minimum. Visiblement cependant, ils n'ont pas l'air de posséder d'alter, ce qui te donne au moins un avantage (bien que tu ne sois pas en état d'utiliser le tien pour le moment). Tu aimerais bien pouvoir analyser la situation plus en profondeur mais plus le temps passe plus tes cheveux souffrent—tu as l'impression que tu vas bientôt pouvoir voler à force de te faire tirer les cheveux. « S-Steup', lâche au moins mes cheveux—  » 

La réponse eut le mérite d'être claire—plutôt que de les lâcher, il profite d'avoir le contrôle de ton crâne pour (presque) l'exploser contre la vitrine. Finalement, tu n'es même pas mort (tu avais vraiment cru que ce genre de coups pouvaient te tuer), tu as juste la tête qui tourne légèrement et du mal à réfléchir désormais. Il te hurle dans les oreilles de te dépêcher et plutôt que de l'écouter, tu remarques une fillette qui s'approche. … Une fillette ? Qui s'approche ? Vers vous ? 

Qu'est-ce qu'elle compte faire ? Elle ne pense pas pouvoir arrêter ces deux brutes quand même, si ? Elle a quel âge après tout, neuf, peut-être dix ans ? Voire même moins. Ah—l'innocence, une bien belle chose. Lorsque tu étais plus jeune, tu détestais ce genre de personnes qui se prenaient pour des héros. Tu te sens un peu mal pour elle, elle va probablement se prendre un coup (après tout, ces deux personnes n'ont pas l'air d'éprouver un quelconque remord envers ce qu'ils sont en train de faire)(ceci dit tu fais bien plus jeune que ton âge alors il est probable qu'ils pensent faire face à quelqu'un de plus jeune qu'eux en pensant que tu es un collégien)(ainsi, ils n’oseraient pas faire du mal à une petite fille, si?). Si elle se prend un coup, tu te sentirais vraiment mal parce que—c'est quand même une gamine, et ce serait de ta faute. 

— Arrrêtez ! Laissez-le tranquille!

… Ah.

Tu as envie de rire, parce que ça fait un peu pitié, il faut l'avouer—une gamine de dix ans qui essaie d'arrêter deux voyous avec un simple « laissez-le tranquille ! »... Tu te retiens quand même, parce qu'il en faut du courage à son âge, d'essayer d'arrêter deux cons qui en emmerdent un autre. Elle doit être une admiratrice des héros et veut en devenir une. C'est assez commun de nos jours—surtout quand on est enfant... Les héros et tout ça, toi aussi, tu aimes bien, mais quand même... Celui en face de toi se retourne pour lui faire face. 

Ah... Maintenant que tu la vois mieux, tu remarques ses oreilles de chats. Elle a un alter de mutation, huh... Elle pense probablement pouvoir te sauver grâce à ça. 

— Sinon quoi petit chaton ? Tu vas aller pleurer au jupe de ta maman?


Urgh—zéro tact, mais à quoi est-ce que tu t'attendais de toute façon ? Elle va probablement partir, dégoûtée, en se rendant à l'évidence que finalement, elle est beaucoup trop jeune et que ce genre de situation ne peut être maîtrisée que par des adultes—des personnes qui puissent contrôler ce genre de petites racailles des bacs à sable. 

— Retourne d'où tu viens. Cela ne te concerne pas. 


Tu pousses un long soupir et te prend un coup de poing soudain dans l'estomac par celui en face de toi, comme pour te dire « ouais enfin la ramène pas trop quand même, y'a toujours personne ». Tu la vois partir—qu'est-ce qu'elle pouvait faire de toute façon, même son alter n'est probablement assez pour te sauver. Visiblement, c'est toi face à ces deux là, alors tu n'as pas vraiment le choix, finalement, tu vas être obligé de donner tes pauvres yens restant. 

— OK, OK, j'abandonne, tu peux me lâcher m—

Tu n'as pas le temps de finir ta phrase que le gars devant toi s'écroule par terre, la gamine de tout à l'heure s'étant jetée dessus. Attends. Quoi ? Encore un peu sonné face au coup de tout à l'heure, tu es en train de réaliser qu’une petite fille vient d’assommer un garçon possédant une quarantaine de centimètres de plus qu’elle. La joie des alters, n’est-ce pas... Décidant que ce n’était pas assez, la petite sort les griffes et les approche vers celui au sol. Qu’est-ce qu’elle va faire? Elle ne va pas lui crever les yeux quand même? Ça ne sert à rien de s’acharner sur lui, il est déjà K.O—à moins qu’elle le prenne pour un vilain, ce qui n’est absolument pas le cas, quand même, ils veulent juste te voter de l’argent, ce n’est pas la mort. 

Ni une ni deux, l'autre garçon s'enfuit, effrayé par ce qu'il pourrait lui arriver à son tour. Un peu surpris par sa réaction, tu manques de tomber à terre. Donc il n'avait vraiment aucun alter... C'est un peu ridicule, il a vraiment peur de ça? Après tout—ce n'est qu'une enfant et, bien qu'elle possède un alter, elle est facilement maitrisable.

C'est le moment où tu es censée la remercier, c'est ça? Ça te fait un peu bizarre, de devoir remercier une petite fille qui ne sait probablement même pas lire correctement. Cependant, ce serait très malpoli de ne pas la remercier—et tu n'es quand même pas un connard, tu sais qu'elle serait blessée si tu te casserais juste sans rien dire. Surtout que tu ne peux pas « juste » te casser—tu as tes affaires à ramasser. Tu t'abaisses et récupères un par un les cahiers, que tu essaies de nettoyer du mieux que tu peux. Tu en profites pour tirer la langue au deuxième garçon qui te regarde avec la haine.

— Tu peux le lâcher tu sais? Il va pas me tuer non plus...

Il a l'air terrifié surtout—vraiment pitoyable, d'avoir peur d'elle. Il pourrait juste la pousser et la jeter par terre en fuyant. Peut-être qu'il a un minimum de moral et ne veut pas s'en prendre à une petite fille? Ou peut-être qu'il est juste faible et a peur de se faire griffer(?) par elle. Est-ce qu'il a déjà eu un chat au moins? Ça ne fait tellement pas mal... La griffure pique pendant quelques minutes et c'est tout.

— E-En tout cas, merci de m'avoir aidé. Je sais pas ce que j'aurais fait sans toi aha...

J'ai un peu honte de l'avouer mais sans toi, j'aurai vraiment été dans la merde—puis mes parents m'auraient tué si j'avais donné mon argent à des petits cons de ce genre. C'est le karma, Arihito. Le karma. Putain, tu as presque envie de chialer quand tu vois les traces des baskets sur tes cahiers—comment est-ce que tu vas expliquer ça? On va probablement se moquer de toi si tu dis la vérité—surtout si tu dis que c'est une petite fille qui t'a sauvé...



And if such a thing were to make me feel alive


Then I have to become a kind person,
I want to reaffirm myself
I have to become a kind person
Before my heart grows numb from the cold

Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 112
Points : 8
Puissance : 1 270
Voir le profil de l'utilisateur
112
8
1 270
MessageDim 22 Oct - 4:21
LE KARMA •••
Il venait de lui tourner le dos. Elle avait hésitée un moment à agir ou tout simplement partir. Mais voyant que le gars était dans la misère par l'autre gars. Elle se sentait pas obliger. Disons qu'elle avait assez de courage pour tenter le coup. Elle bondissait sur ''l'ennemi'' pour se retrouver au sol. Se retrouvant rapidement par-dessus lui et avec les griffes sortie, celle-ci observait attentivement celui-ci pour s'assurer qu'il n'allait pas s'en prendre au roux. Elle entendait très bien l'autre gars partir. Est-ce qu'elle faisait peur à ce point ? Aucune idée. Cependant sur le moment, cela lui faisait plaisir. Cela la rendait fière d'elle. Un sourire c'était même crée sur son visage pendant un cours instant. Chaton reprenait son sérieux quand elle entendait la voix de celui qu'elle venait de secourir. Il lui disait qu'elle pouvait libérer le gars qui se trouvait en dessous d'elle. Oh oui effectivement. Elle hochait positivement de la tête pour constater que l'autre gars avait peur d'elle. Elle se levait tranquillement pour regarder le gars se lever à pleine vitesse pour s'éloigner le plus vite possible d'ici. Cela était marrant et cela faisait rire la petite. Elle levait un peu le menton et mettait les poings sur les hanches parce qu'elle venait de réussir un exploit. Un exploit assez dangereux pour son âge, mais il y a un début à tout non ?


Chaton reprenait son calme après quelques instant et entendait le bruit des cahiers qui se faisaient ramasser par le jeune homme.
Celle-ci décidait de lui donner un coup de main. Cependant, il était déjà trop tard. Il avait eu le temps de tout ramasser. Il prenait le temps de la remercier par la suite. Qu'il ne savait pas ce qu'il aurait fait sans elle.

- Il n'y a pas de quoi. Si j'avais été à la même place que toi, j'aurrais voulue un coup de main.


Celle-ci avait perdue son sourire. Comme si toute l'adrénaline de l’événement venait de disparaître pour laisser place à une petite fille un peu froide à celui qu'elle venait de sauver. Elle prenait le temps d'essuyer un peu ses vêtements pour ne pas avoir trop de poussière sur ses habits. Elle pouvait entendre son prénom au loin. Cela devait être les grands-parents qui se rapprochaient d'eux. Elle se retournait un court instant pour constater que c'était bien eux. Avant d'être envahi de question et d'inquiétude de ses grands-parents, celle-ci décidait de poser une question au roux.

- Est-ce que tu vas bien ? ... Tu n'es pas trrop blessé ?

Elle était un peu distante avec lui, mais il pouvait sentir au fond qu'elle était inquiète pour lui. Elle avait beau ne pas le connaître, mais elle se disait qu'il ne devait pas être méchant avec ce qui venait de se passer. Donc, cela ne lui dérangeait pas de lui donner un coup de main de plus si nécessaire.


ft. Arihito Shuku


Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 6
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
6
0
1 200
MessageMer 25 Oct - 19:23
Son visage s'emplit de fierté en réalisant que l'autre garçon avait pris peur d'elle. Il y a de quoi--après tout, elle venait de sauver un citoyen lambda, à seulement dix ans (voire moins à vrai dire, elle fait vraiment gamine, putain, comment est-ce qu'elle a trouvé le courage de s'attaquer à des gars qui font quarante centimètres de plus qu'elle? À son âge tu te serais contenté de t'ignorer ou juste de prévenir quelqu'un (quoique, après tout tu faisais pareil, ça aurait été de l'hypocrisie absolue). Tu as un peu honte de l'admettre mais dans un sens, tu l'admires un peu. Le courage, tout ça... Même aujourd'hui, tu n'aurais pas osé faire ça. Mais bon, il y a aussi son alter à prendre en considération, parce que bon, le tien, pour sauver des gens... Le mieux que tu peux faire c'est essayer (essayer est le mot clef) d'assomer ou de blesser quelqu'un avec un objet ne dépassant pas les cinq cent grammes. Autant dire que c'est perdu d'avance.

Sans que tu le remarques, son visage perd toute émotion et la petite fille fière que tu avais découverte fit place à une gamine froide et distante, en quelques sortes. Eh bah, je m'y attendais pas... Il faut dire qu'à son âge, normalement, les gosses, ça pète toujours la joie, ça rigole, tout ça tout ça. Tu entends toujours des hurlements devant les écoles primaires... Sa vie doit pas être super super, pour qu'au final, elle soit (très probablement) dans cet état permanant de vide. À moins que ce soit un effet secondaire de son alter? Tu penches plutôt pour la seconde option parce que bon. Dix ans (voire moins).

« Il n'y a pas de quoi. Si j'avais été à la même place que toi, j'aurrais voulu un coup de main. »

Certes. Tu en profites pour remarquer qu'elle roule légèrement ses « r » (comme ceux qui imitent les chats), ce qui est assez drôle en soi. Cependant, tu n'aimerais pas entendre ça tout la journée, c'est comme ceux qui miaulent: au début c'est rigolo, au bout d'un moment tu as juste envie d'étrangler la personne (surtout si c'est mal fait) et pourtant Dieu sait que tu aimes les chats. Tu adores les entendre ronronner, ça te calme et te réchauffe, tu profites beaucoup des chats de tes amis parce que toi, tu es trop irresponsable pour pouvoir t'en occuper. Tes parents ont toujours préférés les chiens cependant, c'est pour ça que tu n'as jamais pu en avoir un. Tu as vécu avec deux chiens presque toute ton enfance et il y en a même un qui a voulu te mordre l'oreille lorsque tu étais petit--tu en as gardé un très mauvais souvenir.

« Est-ce que tu vas bien? ... Tu n'es pas trrop blessé? »

Ah oui, tes blessures. Tu as l'impression de t'être pris un coup de marteau dans le crâne et tes cheveux ont encore du mal à se remettre de ces bonnes cinq minutes de souffrance extrême. Il y a également ton estomac qui a souffert du coup de poing donné par le plus petit. Cependant, on ne peut pas dire que c'est la fin du monde--tu n'as juste pas l'habitude de te prendre ce genre de coups, c'est pour cela que la douleur est multipliée par dix. Mais tu ne vas pas lui dire « j'ai mal de partout je vais mourir au secours », tu es quand même plus âgé qu'elle, tu te dois de montrer l'exemple aux plus jeunes! ... Ou quelque chose comme ça.

« Non non, ça va, plus de peur que de mal, j'imagine... »

Ouais, c'est ça. Tu vas juste t'écrouler en rentrant chez toi, trop épuisé (mentalement et physiquement) pour faire tes devoirs. Si tu étais une victime, tu te serais même permis de rester chez toi demain mais eh...! Ce sont des choses de la vie. Ouais, c'est vrai que tout le monde se fait tabasser une fois dans sa vie, c'est logique... Qui plus est, les examens sont bien plus proches que ce que l'on peut croire, tu ne peux pas te permettre de glander chez toi sous pretexte que bouh bouh des gens ont été méchants avec moi je suis traumatisé bouh bouh je vais mourir bouh bouh. Non, tu vas juste prendre une bonne douche, manger et dormir en te sentant coupable de ne pas avoir bossé.

« T'es quand même vachement jeune, tu veux que je te raccompagne chez toi? Je me demande déjà ce que tu fais seule à cette heure-ci... »

Tu ne sais pas quoi faire pour la remercier, alors la raccompagner est tout de même la moindre des choses, non?  



And if such a thing were to make me feel alive


Then I have to become a kind person,
I want to reaffirm myself
I have to become a kind person
Before my heart grows numb from the cold

Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 112
Points : 8
Puissance : 1 270
Voir le profil de l'utilisateur
112
8
1 270
MessageJeu 26 Oct - 17:22
LE KARMA •••
Misao venait de demander à celui-ci s'il allait bien. Il disait que cela allait, que c'était plus de peur que de mal. Mais, le j'imagine pouvait sous-entendre autre chose. Comme si cela avait fait plus de mal que de peur. Cela se voyait sur le visage de Misao qu'elle voulait dire quelque chose et qu'elle se retenait de le dire. Parce que la personne qui se trouvait devant elle parlait déjà de d'autre chose. Alors, autant ne pas revenir en arrière. Elle aurait voulue avoir la vérité. Savoir s'il était vraiment blessé ou non, il ne le disait pas sûrement parce qu'elle était qu'une gamine. Bref, celui-ci disait qu'elle était vraiment jeune et il se proposait pour l'accompagner jusqu'à chez elle. Tout en demandant ce qu'elle faisait ici toute seule à cette heure-ci.


Chaton avait presque oubliée ses grands-parents avec cet évènement et la conversation qu'elle avait avec lui. Elle se grattait un peu le derrière de la tête tout en riant bêtement.

- Bien en faites... Je ne suis pas.  


Celle-ci n'avait pas le temps de terminer sa phrase que les grands-parents de celle-ci se trouvait à ses côtés et à l'observer aux milimètres près pour savoir si elle n'était pas blessée.

Grand-Père: Ça va , tu n'es pas blessée ?

- Non, je vais bien

Grand-maman qui la serrait dans ses bras et qui donnait l'impression à Misao de ne plus pouvoir respirer.

Grand-Maman: Je suis contente que tu n'es rien.


Pprincesse se faisait caresser le dessus de la tête par la suite. Pendant que le grand-père remarquait enfin la présence du roux.

Grand-Père: Ça va aller petit ?

- C'est lui que j'ai sauvée des griffes des brigands.

Grand-Père: Ho! c'est vrai cela ?  

Grand-Père regardait attentivement le roux.

Grand-Père: Est-ce que tu veux que l'on t'accompagne jusqu'à chez toi ? Cela est dangereux de se promener seul ces heures-ci.

Misao avait retrouvée le sourire. Parce qu'elle était de nouveau avec les membres de sa famille et en plus, celle-ci pourrait continuer d'aider le jeune homme pour s'assurer que tout se passe bien jusqu'à chez lui.

- Cela me ferrait plaisirr de t'accompagner, mais si tu ne le souhaites pas. Je comprrendrrai.


ft. Arihito
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 112
Points : 8
Puissance : 1 270
Voir le profil de l'utilisateur
112
8
1 270
MessageJeu 1 Fév - 17:42
LE KARMA •••
Misao venait de dire au jeune roux que cela lui faisait plaisir de le raccompagner jusqu'à chez lui. Elle venait de le sauver en quelque sorte et elle se sentirait mal si jamais celui-ci était attaqué en retournant à sa demeure. Il ne semblait pas d'accord avec l'idée. Soit qu'il essayait de faire son fort qui n'avait pas besoin d'aide ou qu'il avait honte qu'une gamine de dix ans était venu à son tour. Misao avait les oreilles baisser sur sa tête n'étant pas ravie de la réponse du jeune adulte.


Les grands-parents de celle-ci voyaient bien qu'elle était un peu triste alors que le roux tournait le dos pour faire son bout de chemin. Le grand-père de Chaton interpellait celui-ci une dernière fois.

Grand-père: Petit ! Laisse nous faire une partie du chemin avec toi. Cela rassurait notre petite-fille et ainsi tu serais plus en sécurité.

Misao était d'accord avec l'idée et se demandait si celui-ci allait accepter la proposition. Il c'était arrêté quelques instant. Celui-ci prenait sans doute le temps de réfléchir à ce que venait de dire son grand-père. Après quelques instant de silence, il se retournait vers la famille pour accepter. Misao sautait de joie à l'idée et se tenait à ses côtés le temps de la marche. Une fois rendu près de chez lui, celui-ci remerciait de nouveau Chaton avant de continuer le reste du chemin seul.

- Mission accompli!  


Celle-ci avait un grand sourire sur les lèvres. Elle avait l'impression d'avoir bien agis en protégeant ce jeune homme de ses brigands.

Grand-Père: Bon , il est temps de rentrer. Il se fait tard.

- Oui grand-père.

Grand-maman lui tenait la main alors que celle-ci baillait. Elle était épuisée de sa journée pauvre petite. La petite famille retournaient donc à la maison. Une fois de retour à la maison, Misao se changeait rapidement en pyjama fleuri pour aller au lit.




ft. Rp fantôme
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre Oxford Chapitre 13 : Le karma
» Karma de l'île aux Saphir
» Assassination Classroom
» bad karma (j-e)
» Le caméléon et son karma de merde ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Centre-ville-
Sauter vers: