:: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ronde de nuit [Aizawa et Lucie ]

avatar
Messages : 44
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Oct - 16:32
 Il y a bien des choses mystérieuses dans le monde. Pourquoi les Alters étaient ils apparus du jour au lendemain ? Pourquoi certains scientifiques cherchent tant à atteindre l'immortalité alors que la Terre est déjà surpeuplée et que la vie n'aurait aucun intérêt sans échéance ? Pourquoi les Hommes aiment ils donc tant se creuser la cervelle ? Pourquoi les Créationnistes ? Pourquoi la vie ? Pourquoi la Mort ? Et comment diable Lucie Gloonbee avait elle réussi à se mettre dans une telle situation en si peu de temps ?!

 Retour en arrière d'une demie heure. Il est alors une heure du matin, et notre petite héroïne s'en va rentrer chez elle après avoir fait des heures supplémentaires. Il lui faut alors traverser la moitié de la ville à pieds - Hélas ! pas de voiture, et pas de transport en commun à cette heure ci... - pour retrouver son petit appartement. Jusque là, pas de problème particulier : la lune est claire, la ville plutôt belle dans son écrin sombre, et, avantage non négligeable, pas un chat à l'horizon. Bien heureusement pour la jeune demoiselle de 21 ans, qui malgré son statut d’héroïne et l'arme - un lance gelée urticante - qu'elle portait avec son costume de soigneuse - Mais qu'elle idée de ne pas avoir apporté une tenue de rechange !-, ne cessait de se faire des films catastrophe à tout bout de champ et n'était pas vraiment expérimentée au combat.

 Personne ? Vraiment ? Et cet étrange type, là bas...AH non, ils semblent être deux...Et ils semblaient bien agités. Rassemblant son courage, JellyfishLady décide de s'approcher aussi discrètement que possible - soit pas beaucoup - afin d'intervenir en cas de problème, conscience professionnelle oblige ! et de se cacher derrière le mur de la ruelle, à une quinzaine de mètres d'eux.

 Les deux individus avaient l'air en désaccord et se disputaient plutôt fort. Accaparé par l'objet du litige, un sac à dos simple au contenu mystérieux, ils n'avaient pas encore remarqué la jeune femme. Elle n'aurait su dire ce qu'elle leur reprochait vraiment, mais un sombre pressentiment la dissuadais de tracer sa route. C'était une grave erreur. Le plus petit des deux hommes sortit de sa poche un canif si rapidement que son adversaire n'eut pas le temps de comprendre comment il venait de se retrouver gorge ouverte.

 Par réflexe, l'héroïne inexpérimentée sortit de sa cachette et tira sur l'agresseur, lui brûlant le visage avec sa Mésolgée fermentée. Elle ne savait pas si elle lui avait touché les yeux, mais en tout cas il semblait suffisamment désarçonné pour qu'elle puisse la mettre à terre, un bras derrière le dos, et lui passer les menottes. Au final, avoir gardé son costume n'était pas une si mauvaise idée... L'inconnu geignait au sol et, prise de remords, Lucie lui essuya le visage sommairement avant de concentrer son intention sur l'autre, qui malgré son impressionnante blessure, bougeait encore. Peu lui importait si il était un criminel ou non, les Soigneurs ne se préoccupaient pas de ce genre de détail....

 Elle sortit autant de Mésoglée - Saine, cette fois - qu'elle le pouvait de ses manches et en enroba la gorge meurtrie de l'homme. Plus épaisse et collante que la Mésolgée fermentée, ce pansement / garrot cicatrisant tiendrait sans problème. Mais serait il efficace sur une blessure aussi grave ? L'héroïne retient ses larmes du mieux qu'elle le pouvait. Elle venait d'arrêter son premier criminel à elle seule, mais elle ne tenait pas à connaître son premier échec ce soir là. Elle secoua la tête pour reprendre ses esprits et songea à appeler les secours.

 Elle tâtonna à coté d'elle à la recherche de son sac à main et de son portable, mais ne toucha qu'une... chaussure ?

 Elle poussa un cri quand une large main s’abattit sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aizawa Shōta
#lethimsleep2k17
Messages : 8
Points : 0
Puissance : 1800 (3000)
Réputation : 42
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 21:40




T a k e a l o o k a h e a d


Il est on ne peut plus alerte, à la meilleure heure de la nuit en ce qui le concerne, pendant ces rares moments durant lesquels il ne ressent presque plus la fatigue. Son perchoir est un balcon, emprunté régulièrement à l'appartement d'un jeune couple qui a pour habitude de fermer les rideaux toute la nuit. La position est confortable. L'air est rafraîchissant. Il a pu se ménager un peu depuis le début de la soirée, il en est assez conscient pour l'apprécier pleinement.
Il termine son dernier bout de pain — il a rarement le temps de prendre une vraie pause — et savoure son angle de vue parfait sur la scène qui se déroule plus bas, exactement comme il l'avait prédite. Deux vilains de bas étages, qui avaient fait mine de coopérer, et qui inévitablement finissaient par se foutre sur la gueule. Un classique. Certains pourraient y comprendre un simple conflit d'intérêt, lui se doute bien qu'ils avaient dès le début prévu de se la faire à l'envers mutuellement.
Shōta n'a malheureusement pas pu voir à qui ils avaient volé ce sac, donc il le ramènera aux autorités avec eux ; tout ce qu'il lui reste à faire, c'est attendre un peu qu'ils en viennent aux mains, voir contre qui il va devoir se battre, et simplement oh mon dieu mais qu'est-ce qu'elle fait ?

Les héros ont pour la plupart une zone et des horaires de prédilection. Une grande partie de ses collègues de nuit connaissent le mode opératoire d'Eraserhead, soit par habitude, soit parce qu'ils se tiennent généralement au courant. Vu la façon dont elle se cache, et vu que Shōta n'a aucune idée de qui il s'agit, ce doit être une rookie, et elle ne se doute pas qu'il est déjà sur le coup. Elle a l'air d'être prête à intervenir. Il faut absolument qu'il trouve un moyen de lui faire comprendre que c'est une mauvaise idée.
Son arrivée l'a distrait, et il lui suffit d'une seconde d'inattention pour que l'un des deux vilains plus bas se fasse planter par l'autre sans que Shōta ait le temps de faire quoi que ce soit. Ses lunettes couvrent ses yeux, il se prépare à sauter, mais se retient lorsqu'il se rend compte que l'héroïne a elle aussi décidé de s'approcher d'eux. Il garde sa position d'observateur pour l'instant, mais a du mal à s'empêcher de serrer les dents.

Son mauvais préssentiment se justifie en l'espace d'une minute. Shōta est forcé de s'élancer hors de sa planque et activer Erasure sur celui qui s'est relevé, priant à qui voudrait l'entendre qu'il allait bel et bien attaquer l'héroïne avec son alter. L'atterrissage est brutal car précipité, mais il profite de la demi-seconde de confusion afin d'immobiliser le vilain, tirant fermement son bras tendu en arrière grâce à son écharpe. Ils ont eu énormément de chance.
Pas le temps de s'étendre là-dessus, celà dit, parce que toute l'attention est maintenant sur lui, et ce n'est pas comme ça qu'il aime gérer ses problèmes.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 44
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Oct - 16:39
Littéralement soulevée du sol à bout de bras par son assaillant, Lucie eut le temps de comprendre la situation en un éclair. Le plus petit, au sol, était bel et bien menotté et ne semblait plus constituer un quelconque danger, mais celui qui s'était fait attaqué - et qu'elle avait sauvé ! Quelle gratitude !- était manifestement de très bonne constitution car il s'était relevé, sa blessure encore entourée d'un col de gelée, et il hurlait à ses oreilles des choses que la pauvre femme, tétanisée, ne comprenait pas. Il leva un bras, s’appétant à utiliser son Alter devina-t-elle, et elle ferma les yeux, anticipant le coup à venir.

Quelle idiote je fais... J'ai oublié ma place, et voilà le résultat...

 Le temps semblait s'étirer en longueur mais le poing ne s’abattait pas, et pour cause ! Rouvrant les yeux au son que fit un corps en percutant le sol, l'héroïne eut la surprise de voir un autre homme dans la scène, qui retenait par un bandage le bras du criminel. Ces lunettes, cette barbe mal rasée, ces vêtements noirs et surtout, cette technique de combat ! Lucie reconnut le professeur Aizawa, qu'elle n'avait pas eu lors de ses études à Yuei, mais qu'elle avait eu l'occasion de voir dans les couloirs, et dont elle avait entendu parler. Bien qu'elle ne l'ai jamais trouvé très rassurant, elle n'avait jamais été aussi contente de voir un autre héros !

 Mais son sauveur risquait lui aussi bien des choses, et l'ennemi n'était pas encore vaincu. Enfin relâchée d'un mouvement brusque par son adversaire, Lucie se réceptionna assez mal à terre et se relave difficilement, le dos et les reins douloureux. Elle tenta d'observer la situation, sans se précipiter cette fois, mais un sentiment d'urgence la gagnait. Redevenue comme une simple étudiante, elle avait envie de demander conseil, de s'enfuir, mais elle chassa cette dernière idée : elle était une pro, nom d'un chien ! Bien qu'elle n'ait pas encore pu observer l'Alter du vilain - un petit peu de sable traînait à ses pieds, et Lucie espérait que son Alter n'y serait pas lié, il pouvait s'agir uniquement de poussière, non ? -, elle savait qu'il avait besoin d'un contact physique avec son adversaire, ce qui pouvait jouer en sa faveur, et en celle de EreaserHead. Mais si l'Alter avait bien un quelconque rapport avec le sable... La partie était mal engagée !

Elle avait déjà fait une erreur, et elle ne comptait pas en faire de seconde. Elle sortit de son sac, qu'elle avait retrouvé, une seconde paire de menottes, et évalua le reste de Mésoglée venimeuse qu'il lui restait. Un demi réservoir. C'était suffisant...

Comment l'autre pouvait ne pas l'avoir entendue se rapprocher, elle n'en avait aucune idée. Ses pauvres forces en combat étaient découplées par l'adrénaline qui courait en elle et rendait son esprit plus clair. Elle s'apprêtait à planter sa seringue / pistolet à travers la couche de gelée afin d'atteindre le cou de sa victime, mais l'horrible pensée que cela pourrait conduire à la mort de sa cible la fit changer d'avis en un quart de seconde, ainsi se contenta t'elle de planter avec vigueur l'aiguille dans le bras du criminel, celui que l'étrange bandage du héros UnderGround ne retenait pas, et lui injecta ce qui restait de produit dans les veines. Une dose comme celle ci lui provoquerait des crampes, des démangeaisons, et, inavouable mais préférable, une paralysie momentanée du bras. Elle n'avait jamais été aussi violente que lors de cette soirée, pensa elle. La raison de ce geste était trouble, mais elle savait qu'il était préférable pour une fois, et ce contre sa philosophie, de diminuer physiquement son adversaire.

D'un geste sec elle emprisonna le poignet meurtri de l'homme avec l'une des menottes, mais fut repoussée avant de pouvoir profiter de son immobilité pour lui passer la deuxième. Spasme ou geste délibéré, elle n'en avait aucune idée, mais l'individu semblait souffrir et poussa un cri qui ne manquerait ps de hanter ses cauchemars. Ses veines gonflées semblaient jaillir de son bras, et avaient une couleur violette malsaine. Prenant soudain conscience qu'elle ne devait pas agir sans concerter son allié impromptu, elle lança à voix haute à Aizawa :

- Qu'est ce je dois faire ? A...A quoi est ce que je peux être utile ?

Elle aurait voulu que sa voix ne tremble pas autant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aizawa Shōta
#lethimsleep2k17
Messages : 8
Points : 0
Puissance : 1800 (3000)
Réputation : 42
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Nov - 22:50




La voyant figée, Shōta est pris d'une légère vague d'anxiété jusqu'à ce que la rookie se décide à réagir, pas trop tôt mais juste à temps. Il aurait eu du mal à retenir le vilain très longtemps dans cette position contraignante, en tension sur le sol avec un équilibre précaire ; il met déjà toute sa force pour le garder en arrière. L'effet de surprise est dissipé, et dans la configuration actuelle, il ne peut pas le maîtriser seul.
Du moins pas immédiatement.

Il a un doute quant au choix de riposte de l'héroïne. Ce doute se confirme très rapidement. Lorsqu'elle se fait repousser, Shōta perd le peu de prise qu'il avait sur le vilain, qui se débat comme un animal enragé. Il doit à tout prix l'immobiliser, mais il ne peut pas se déplacer comme il voudrait si elle ne s'adapte pas à ses mouvements, et il n'a plus l'habitude d'être à plusieurs sur le même cas.
Il a trop peu d'élan après avoir passé plusieurs secondes immobile au sol. Ses bandelettes s'enroulent autour de tout ce qu'elles peuvent atteindre depuis sa position : une grille de fenêtre, une canalisation, n'importe quoi qui l'aide à se propulser dans les airs et tomber de tout son poids sur le vilain, dans l'espoir de le plaquer au sol. Ses cris sont glaçants, et ses convulsions sont violentes. Shōta peine à le maintenir face contre terre.


S h a d o w s i n t h e c i t y ! I ’ m a s t r a n g e r t o m y s e l f ,
O n t h e s e s t r e e t s I ’ m s o m e o n e e l s e


"Il faut absolument que tu m'aides à le calmer ! "

Lorsqu'il voit l'état de son bras, Shōta se souvient enfin. Cette héroïne était élève à U.A. quelques années plus tôt, et il avait déjà eu un aperçu de sa mésoglée à l'époque. Mademoiselle Gloonbee, certainement, s'il se rappelle bien.



"Jellyfish Lady, c'est ça ? Quitte à le rendre inconscient, tu dois l'empêcher de se débattre ! La douleur ne fait qu'empirer les choses ! "

C'est les nerfs qui le font parler aussi sèchement ; la situation qui a mal tourné, mais aussi une pointe de déception. En tant qu'héroïne, ce n'est pas une bonne première impression. Elle lui demande de la guider, quand bien même elle a sa license, et il ne devrait avoir aucune foutue autorité sur elle.

Ses yeux sont fixés sur le vilain au sol, Erasure activé pendant aussi longtemps qu'il le peut, mais il parvient tout de même à distinguer la seconde paire de menottes au sol au bord de son champ de vision. Vers le mur. Le même mur contre lequel devait être le second vilain, qui portait ces mêmes menottes quelques minutes plus tôt, et qui était supposément sonné. Ce même vilain qui, manifestement, a disparu.
L'état de ses nerfs ne fait qu'empirer.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 44
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Nov - 19:40
Les choses tournaient de plus en plus mal : Eraserhead était un excellent pro et avait déjà réussi à plaquer au sol le blessé, qui ne cessait de se débattre en criant. Lucie était horrifiée par son propre acte mais commençait enfin à avoir les idées plus claires et réalisait son erreur. Premier constat : Aizawa ne tiendrait pas éternellement, la priorité était de retenir l'ennemi au sol. Deuxième constat : où était donc passé ce foutu deuxième criminel !?

"Il faut absolument que tu m'aides à le calmer ! "

Calmer quelqu'un ? C'était ça, son job ! L'héroïne farfouilla dans son sac aussi rapidement que possible et sortit de sa trousse de secours un anesthésique réservé à ses patients, mais dans le feu de l'action, peu importe ! Elle en remplit une seringue propre tout en maintenant le bras de l'homme au maximum au sol, ce qui lui demandait pas mal d'efforts au vu de son gabarit face à celui de l'autre, mais au moins y arrivait elle.

"Jellyfish Lady, c'est ça ? Quitte à le rendre inconscient, tu dois l'empêcher de se débattre ! La douleur ne fait qu'empirer les choses ! "

Oui, c'est bon, elle avait compris ça quand même. Elle était inquiète de la disparition du deuxième mais se focalisait sur son premier objectif : neutraliser au moins celui là, et ne pas se laisser déborder. Elle injecta son produit dans une des veines de l'inconnu et continua de presser son bras tout en le frottant pour faire circuler plus vite le liquide. Elle constata avec soulagement qu'elle avait bien dosé le produit : l'homme se calma après quelques secondes de lutte, et finit par sombrer totalement.

Lucie l'ausculta brièvement : il respirait normalement, ne faisait pas semblant de dormir, et quand à son bras... Elle fit sortir de sa main un peu de gelée, bleue cette fois, et lui en entoura le bras. La Mésoglée de soin finirait par rejoindre son sang en passant par la peau et les effets s'annuleraient entre eux. Dans la panique elle avait agit sans réfléchir : au lieu de vouloir le maîtriser par la douleur, ce qui avait royalement échoué, elle aurait du dès le début penser à cet anesthésiant ! C'était déjà une chance qu'elle ait son matériel sur elle, ceci dit... Elle ramena les deux mains du costaud endormi dans son dos et les attacha avec la paire de menotte qu'elle avait commencé à lui mettre. Un problème sur deux de régler.

Elle se releva de suite, sur le qui vive. Il lui semblait peu probable que l'autre se soit contenté de s'enfuir et si il avait réussi à enlever ses menottes, ce n'était pas une bonne chose... Elle remplit de nouveau sa réserve de pistolet grâce à la poche de son cou, et se saisit des menottes à terre. Elles étaient endommagées, et ne se fermaient plus. Prévisible. Il ne lui restait qu'une paire, et espérait que cela leur suffirait. Ses yeux cherchaient dans tout les coins et les recoins où est ce que ce type pouvait bien avoir disparu. Elle écarta de son visage les mèches sorties de sa queue de cheval et regarda de nouveau son "senpai". Elle avait très clairement été nulle au début de l'opération, et espérait s'être un peu rachetée, et tenait à se montrer plus convaincante dans le rôle d'une héroïne professionnelle.

-... J'ignore quel pourrait être l'Alter de l'autre. Il a utilisé une arme blanche, ce qui est peu courant pour quelqu'un qui posséderait un alter offensif. As tu besoin d'un soin quelconque ? Il me reste

Elle s’interrompit soudainement quand une silhouette sombre surgit d'un mur, comme sortie de l'ombre, et se jeta sur eux. Une arme lança son éclat métallique. Lucie arma et tira une nouvelle fois, mais son adversaire semblait s'en ficher comme de l'an quarante bien que le tir l'ai touché. Génial.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale-
Sauter vers: