:: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Natsu Heiwa - L'homme de la Brume [ END]

avatar
Natsu Heiwa
Élève de seconde année
Messages : 8
Points : 0
Puissance : 1 400
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Oct - 0:09
image_banniere
 
• Nom : Heiwa
  • Prénom : Natsu
  • Surnom : Smoker
  • Age : 17 piges
  • Sexe : Masculin
  • Groupe : Département du Support, deuxième année.
  • But : Découvrir un moyen de protéger le peuple oublié.
Smoke controller - Aussi épaisse qu'un feu de forêt, Natsu est capable de produire de son corps de la fumée en quantité. Sa capacité à la manipuler est plutôt faible, il est juste capable de lui donner une forme grossière.

 
D’un point de vue global, général, le garçon n’est pas bien grand. Une maigre hauteur qu’il combine avec une masse graisseuse infime, il est loin d'être anorexique simplement sec de muscle. Mais tout est parfaitement proportionné. Il a donc une allure svelte. Facilitant l'agilité et la vitesse de mouvement. Mais ressembler à une crevette ne fait pas de lui un garçon sans atout. Il est sec certes, mais sa musculature est bien présente. Dans ce monde où la loi du plus fort règne bien souvent, ne pas savoir se faire entendre par ses poings n’est clairement pas la bonne solution.

Son corps est de naissance dans la norme. Une couleur de peau aussi pâle que celle d’un malade, blanc comme un cul. Certains ont cette caractéristique physique de bronzer ou encore d’avoir une teinte de peau plus mate, mais ici rien de tout ça. Un nez en pointe pouvant faire penser à une pseudo-sorcière mais très pratique pour le port de lunettes. Encore toutes ses dents. Une chevelure assez peu soigné dans l’ensemble. Une longueur acceptable, environ mi-cou lui permettant de jouer dans n’importe quelles pubs de shampoings. Une coloration qui va d’ailleurs de pair avec son grain de peau. D’un bond pale naturel assez prononcé, lors de longues expositions au soleil il lui arrive de s’éclaircir, virant alors sur un blond platine assez dégelasse.

Mais il serai trop aisé d’en rester là. Il a choisit de s’habiller généralement de façon assez peu originale, simplement un sweat a capuche et un jean de piètre facture qu'il a payé de son propre argent de poche. Un look assez passe partout qu'il surmonte générale d'un bonnet, hiver comme été. A croire que la mode est une chose bien propre a chacun. Rien de bien exceptionnel en soit.


 
« Réver d'un monde juste ne signifie pas forcément que l'on se soucie d’autrui, simplement que tout le monde soit sur un pied d'égalité. »

Altruisme  ▬ Pas vraiment le genre d'adjectif qui décrit réellement le personnage qu'est Natsu. Aider la veuve et l'orphelin très peu pour lui, quelle personne saine d'esprit irai d'elle même se jeter dans un affrontement physique alors qu'elle est totalement étranger a cette même situation ? Arrêtez de croire que ce monde d’héroïsme ne forme que des héros en soif de protéger son prochain de sa chair. Les gens sont bien plus égoïstes qu'ils en ont l'air. Il ne sera pourtant pas hésitant a prêter son bras pour aider sa grand-mère a passer ce passage piéton ou encore a renseigner son chemin aux pauvres ignorant errant dans cette ville. Gentil certes mais bien loin de l'altruisme.

Façon de parler ▬ Assez peu familial et ayant passer pas mal de temps hors de sa zone de confort, il a acquis un certain franc parlé quand la situation le permet. Grande gueule ? Pas vraiment. Disons juste qu'il ne tourne pas autour du pot. Une franchise qui peut paraître sèche et hautaine a certains moment, mais il faut bien dire les choses des fois. Rassurrez-vous, il est surtout un garçon agréable et chaleureux avec qui échanger. Il a d'ailleurs une fâcheuse manie de ponctuer ses fins de discours par un humour dont souvent il est le seul a comprendre le sens. L'humour est un don inné parait-il.

Les Héros  ▬ Cette catégorie de la population, disons qu'il l'a respecte sans en attendre plus. Beaucoup d'ados de sa génération ont grandis avec les exploits d'All Might apportant son lots d'adorateurs. Lui voit cette populace en costume comme un outil nécessaire, comme le sont les maçons, les policiers, les facteurs, sans eux le monde plongerait dans le chaos créé par les vilains, mais même si leur situation les amènes a risquer leur vie pour celle des autres ils ne doivent en rien se croirent au-dessus des lois. Voilà sa vision de la profession de « Héros ».

Ses passions ▬ La technologie, la mécanique. A cette évolution de la société, ne pas côtoyer la technologie est purement impossible. Mais c'est surtout dans sa curiosité de comprendre chacune des choses qui l'entoure que le simple fait de décortiquer tel ou tel appareil est devenu plus que du savoir mais un véritable plaisir. Ce fut a peu près le même processus concernant la mécanique, quand vos parents vous offrent un véhicule motorisé et qu'il vous permet de découvrir des endroits qui vous étiez encore inconnu comment ne pas devenir amoureux de la discipline, ne pas vouloir réparer vous même ce bijou qui vous accompagne lors de vos virées, de vos peines quand vous parcourrez la ville en quête de réponses.  

Son objectif ▬ « Mon objectif en entrant à Yuei ? Acquérir simplement les connaissances nécessaire pour dans le futur trouver un moyen de protéger le peuple tout entier ». Au vu des histoires qu'il a pu entendre de son père tout au long de son existence, il s'est fixé cet objectif pour comblé le travail des Héros. Ils ont beau avoir la vocation et les pouvoirs de protéger la région où ils se trouvent il n'en reste pas moins des hommes et des femmes « ordinaires ». Ils ne peuvent pas être ici et là-bas en même temps. Pour lui pas question de laissé cette face du monde oubliée, nous vivons a une époque où tous méritent la même protection qu'elle soit par faites par des héros ou de par la technologie. Il y a de fortes chances qu'avec le temps, il revoit un tel projet à la baisse mais après tout quand on est jeune, notre inexpérience et notre insouciance parle a notre place.

En résumé ▬ Un garçon gentil, légèrement recul sur lui-même qui se satisfait amplement de sa seule présence. Plutôt calme et guidé par son sang froid en général, il peut pourtant monter bien vite sur ses grands chevaux, sûrement une pointe de susceptibilité. Ouvert d'esprit, il a appris a apprécier chacune des parcelles de ce monde et surtout à ne pas se plaindre de sa condition, alors ôtez-vous de la tête que ce léger sourire sur ces lèvres est signe de provocation. Commencez plutôt a lever les yeux de votre nombril et regarder l'univers dans lequel on vit avant de juger ceux qui vous entourent. Si votre téléphone bug de temps en temps, allez le voir, il se fera un plaisir d'y jeter un œil.

 
Est-ce une bonne chose de décrire son vécu par rapport a une chronologie ? Sûrement, mais a défaut de faire comme tout le monde je vais plutôt vous énoncer ma vie par événements et comment ils ont régis mon existence. La toute première chose qui a marqué ma vie de jeune enfant encore insouciant, c'est le jour où pour la première fois j'ai déçu mes parents. Ça peut paraître bénin comme ça, mais je suis certain que vous vous rappelez encore le jour où pour la première fois, votre père n'a pas ris a l'une de vos bêtises mais a simplement claqué la porte derrière lui. Je me souviens encore son regard ce jour-là. Une simple fraction de seconde a suffit, un simple contact visuel. Pour poser un peu les bases, cela faisait des mois que je demandais a mes parents un ordinateur dernier cri. Vivant dans un milieu plus que modeste je n'ai su, qu'après que toute la famille a du se priver de bon nombre de choses pour m'offrir un tel présent. Alors vous ne pouvait qu'imaginer la tête de mon paternel quand je lui ai annoncé que je venais de tout faire flamber seulement deux semaines après avoir récupéré ce petit bijou. La cause ? Une tasse de lait chaude a moitié pleine.

Ce fut le départ dans ma passion pour la technologie. Après appris les efforts qu'avaient coûtés un tel cadeau, je me suis mit en quête de le réparer par mes propres moyens. Le déclic apparu a peine les premiers écrous dévissés et le premier cache déplacé. Il n'y avait pas vraiment de quoi fantasmer, devant mes yeux simplement quelques fils et quelques circuits imprimés, mais ce fut comme irrationnel, transcendant même. Encore aujourd'hui je ne peux pas vraiment expliqué ni pourquoi ni comment, mais réparer cette bêtise fut l'une de mes plus grandes bénédictions. Même si elle m'a coûtée pas mal d'argent de poche et énormément d'efforts, le jour où la simple carte mère s'est mise a refonctionner de par mes simple manipulations, je me souviens que je n'ai pu retenir mes larmes. Quand vous êtes a peine âgé d'un peu plus d'une dizaine d'années, ce genre d'exploit vous paraîtra aussi imposant que sauvé le monde tout entier.

Après avoir remonté entièrement ce qui me servait d'ordinateur, prit de pulsions inarrêtables, je n'ai pu m'empêcher de démonter et remonter tout et n'importe quoi comme appareil domestique qui traînait dans la maison. Déréglant la plupart d'entre eux au passage. Mais avec un simple tournevis en main je me sentais le plus intouchable des humains.

Le prochain événement marquant se passe durant la douzièmement année de mon vivant. Je me souviens encore qu'il pleuvait a torrent dehors ce soir-là. Pour comprendre les faits, il faut savoir que mon paternel est policier dans la vie active. Cette nuit-là avait commencé comme beaucoup d'autres, un repas assez tardif, plutôt festif comme a l'accoutumé. Ma mère est une femme enjoué de manière naturelle, elle a le don de faire sourire mon père par des mots qui paraissent simple et banals mais si apaisant quand elle les prononces. J'ai toujours redouté qu'elle possède un alter de psychologique, ça pourrait expliqué le fait qu'elle était si persuasive pour que j'aille faire mes devoirs. Pour en revenir a nos moutons cette sombre nuit, l'homme qui m'avait élevé, celui que je considérais comme un roc, un homme imperturbable face a l'adversité, au beau milieu d'une conversation est tombé en larme. Le travail qu'il avait effectué ce jour-là l'avait touché au plus profond de son âme.

C'était simplement « une aggression » des plus banales à l'arme blanche sur une mère et son enfant. Des blessés mais aucun tué, juste pour une histoire de sac a main et une réponse un peu trop prononcée. La fatigue ou simplement le rapprochement physique avait amené mon patriarche a transposer ses pensées comme si c'était nous, ma mère et moi-même les victimes de cette altercation au sombre résultat. Ce n'est pas tant de voir mon père dans cet état qui m'avait marqué mais c'est après cette soirée que j'ai enfin ouvert les yeux sur le monde qui nous entoure, sur le poids que pouvait ressentir mon paternel en rentrant chez nous chaque soir et de rabâcher son impuissance face a tous ces malheur où simplement il avait pu être qu'un spectateur. Des mois plus tard au détour d'une conversation, je ne sais plus vraiment de quoi nous parlions mais il a suffit d'une phrase pour qu'il fasse basculer mon destin. « Tu sais mon fils je suis fier de la société dans la quelle nous évoluons, je sais très bien que les héros sont là pour nous protéger de tous les vilains qui perturbent l'ordre public mais j'aimerais de mon vivant voir de mes propre yeux, je ne sais pas … quelqu'un ou quelque chose qui mettrait en sécurité tous les gens que les héros ne peuvent sauver ». Si tu savais a quel point ses mots m'ont touchés ce jour-là père, je suis certain que tu aurait préféré te taire.

A vrai dire ce n'est que quelques années plus tard que j'ai repensé a cette même citation, elle a simplement refait surface quand je me suis demandé « Et toi Natsu que veux-tu faire de ta vie ? ». Sauver le peuple oublié des héros ? Ça sonne plutôt bien en fin de compte. Une pensée qui au fil du temps est devenu l'objectif de tout un destin futur ...

Je me rend compte que j'ai assez peu parlé de ma mère dans ce récit, c'est pourtant grâce a elle que je mène la vie que j'ai aujourd'hui. Que se soit mon père ou moi-même, nous ne connaissons pratiquement rien sur le passé de cette femme qui partage notre périple. Mais ça ne que peu d'importance, la seule chose a savoir, c'est son assiduité a une discipline bien précise : Le kung-fu. Un art martial (si on peut le dire ainsi) très peu connu dans notre contré au vu de notre situation géographique. Mais qui mériterais d'être largement plus répandu. Avant de regrouper une panoplie de geste aussi défensif qu'offensif dans le combat, c'est avant tout une vraie philosophie de vie. Mais en quoi cela me concerne ? Tout simplement parce que moi aussi j'en suis tombé amoureux, pas un amour transcendant comme un coup de foudre mais un attachement sur le long terme, vous usant sur le temps mais qui quand vous vous en éloignez, vous rappelle a lui sans même prononcé un seul mot. Sur le principe est-ce mon choix ? Pas vraiment. Comme tout jeune garçon voulant être fier de ses parents j'ai débuté par influence. Difficile de dire non quand celle qui vous a mit au monde vous regarde depuis le bord de la salle les larmes aux yeux n'arrêtant pas de crier votre nom. La honte n'est-ce pas ?

Mais avec les âges la pratique évolue, votre expérience elle grossi, votre vision sur les choses s’élargit et les plus votre maître vous parle, plus la souffrance de l'effort subit devient bénéfique. Sans vous mentir dans ma petite enfance j'étais un enfant assez turbulent, légèrement hyper actif. Mais avec la pratique du kung-fu, les méditations, la souffrance pour dépasser ses limites, la connaissance sur les fondements de cette pratique, un tout qui vous apporte une solidité mentale et un recul sur le monde qui peut paraître si superficiel aux premiers abords. Je peux le dire fièrement que cet art de vivre m'a transformé ou plutôt m'a modelé en l'homme qui vous parle aujourd'hui. C'est pour ça que chaque semaines je passe des heures aux entraînements a fortifier l'âme et le corps comme le prône les enseignements. Je n'aurais qu'une chose a ajouter, merci mère.

Je viens de vous présenter les grands facteurs de mon passé qui font de moi se que je suis mais qui guide aussi mes pas pour l'avenir, un chemin qui je l'espère est tout sauf un long court d'eau tranquille. Vous racontez le reste ? Cela ne serai que superflue. Je suis bien loin des histoires tragique qui ont formées les convictions solides des héros que vous admirez tant. J'ai vécu paisiblement, entouré de ma famille, plutôt solitaire avec seulement quelques amis, pour la plupart maintenant perdu de vue et vous savez quoi ? J'espère que mon futur sera aussi simple et joyeux que les dix-spet années que j'ai pu vivre jusqu'à maintenant. Si votre portable fais des siennes, n'hésitez pas a me passer un coup de fil … hum … a venir me voir plutôt ...


  image_footer
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Natsu Heiwa
Élève de seconde année
Messages : 8
Points : 0
Puissance : 1 400
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Oct - 22:43
J'annonce que ma présentation est terminée ! Bonne lecture, soyez indulgent, j'ai des fraises tagada héhé


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 195
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 18:37
Welcome et gg pour la fin de ta fiche ! Je valide !

Voilà ta note :

Longueur : 250 / 400
Orthographe : 200 / 300
Style : 400 / 700
Originalité : 350 / 600
Autres bonus : 200 (deuxième année)

Total : 1 400 points de puissance.

Va jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: