:: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stage de secourisme ( Max Chandler et Lucie Gloonbee )

avatar
Messages : 50
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 19:25
Nous étions aujourd'hui le mardi matin d'une semaine bien particulière à l'agence LSELCC( Ligue de secours et de lutte contre le crime ). Pourquoi ? Que pouvait donc bien être "un événement particulier" pour une agence de héros ? L'arrivée de stagiaires, tout simplement !

Oh, rien de bien exceptionnel. Il y en avait tout les ans, généralement par duo ou trio, mais c'était en soit un petit événement car il nécessitait de prévoir un programme différent cette semaine là afin de montrer aux étudiants le plus d'aspects possibles du merveilleux métier de héros. Cela se traduisait souvent par une rencontre avec le directeur de l'agence le premier jour, qui faisait un petit topo explicatif et faisait visiter l'établissement, montrait le fonctionnement interne d'une agence... Si si c'est intéressant je vous assure ! ( Mais il est vrai que ce n'est pas vraiment le genre d'activité qui électrise un adolescent généralement. ) suivi de diverses activités de terrain ou en intérieur.

L'agence avait, suite au grand tournoi de U.A, envoyé plusieurs propositions à tout les niveaux. ( Pourquoi U.A en particulier ? Parce que c'était l'école la plus proche, pardi ! ) et récolté cinq réponses affirmatives : deux premières années, deux terminales, et un unique deuxième année. Bien que les stages se déroulent en même temps, ils avaient peu de chance de se croiser en dehors du premier jour "d'intégration"...

Lucie, alors employée depuis un an et demi, n'avait pas eu l'occasion de se mêler à ce type d'événement l'année passée, et souhaitait s'occuper d'au moins un jour de stage pour n'importe quel niveau. Sa requête avait été acceptée de bon cœur, elle était le mentor idéal pour les missions de sauvetage ! L'entreprise étant de taille moyenne ( 24 héros professionnels dispatchés dans le pays et même à l'étranger, sans réelle hiérarchie, chacun possédant ses qualités et ses défauts, un directeur ( Marluxe, le fameux héros Morphine, qui fait disparaître toute douleur et toute sensation forte ( panique, colère... ) aux gens à qui il transmet un peu de son d'ADN ) et deux sous directrices, ainsi que le personnel d'entretien et de comptabilité s'élevant 5 employés. ), tout le monde s'y connaissait et l'organisation était plutôt simple.

Fonctionnement étrange de l'agence LSELCC, les stagiaires n'avaient pas de mentor attribué à la semaine, mais au jour ! ( voir à la demie journée, et parfois plusieurs à la fois ! ), le but étant d'habituer l'élève à gérer plusieurs coéquipiers aux caractères et habilités différentes, un bon exercice d'immersion en soi, mais un peu déroutant ! Il fallait être patient et s'adapter vite, dans le monde des héros professionnels...

C'est ainsi que JellysfishLady devient maître de stage du groupe de stagiaires de deuxième année ( qui se résumais à un élève ) pour la journée du mardi. Elle avait, en bonne prof, lu plusieurs fois le petit dossier du dénommé "Max Chandler" et avait prévu de son mieux une activité intéressante. Pour être franche, elle paniquait un peu : d'un naturel peu affirmé et encore inexpérimentée, que ferait elle si elle tombait sur une forte tête ? Enfin, les appréciations des professeurs n’allaient pas vraiment dans ce sens, Max avait l'air d'être un élève agréable à vivre... Oh ? Et si l'activité ne lui plaisait pas ? Ou pire ! Et si il savait déjà tout ?

La jeune fille devait vraiment apprendre à se détendre... Avec le temps et l'habitude ça viendrait, mais quand même, elle aurait bien voulu qu'un collègue l'accompagne pour son premier cours...

Elle arriva un peu en avance à la LSELCC et en profita pour relire son planning :

9 h - 11 h : gestes de premier secours en salle, adaptation de l'Alter selon le type d'incident.

11 h - 13 h : pause déjeuner

13 h - 16 h : évacuation et soins primaires en simulation naturelle ( forêt, montagne, mer, une heure par exercice )

16 h - 18 h : évacuation en groupe d'un bâtiment et d'une zone de danger ( attaque de vilain et incendie, une heure par exercice aussi )

18 h - 18h 30 : bilan de fin

La journée allait être longue... Mais Lucie trépignait ! Elle espérait que ce serait enrichissant pour cet homme bougie ( un alter qu'elle trouvait fort intéressant au demeurant, mais elle craignait que la zone incendiée ne cause des soucis à son apprenti... ). Il était 8 h 55. Elle se leva, enfila sa tenue d’héroïne soigneuse
https://i11.servimg.com/u/f11/19/73/63/78/21942013.jpg:
 
, se dirigea vers la salle de secours ( où étaient disposés des mannequins, des trousses de secours, défibrillateurs et autres outils indispensables ! ) et toqua doucement avant d'entrer, ne sachant pas si Max serait déjà présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Chandler
Élève de seconde année
Messages : 13
Points : 1
Puissance : 2 000
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 16:11
Max était un peu nerveux. oh rien d’inhabituel cela dit ; après tout il l’était souvent. Mais aujourd’hui était le premier jour de son stage en agence. (Enfin techniquement c’était le deuxième, mais ils avaient passé le premier jour à écouter le discours du chef, visiter les locaux et...bref pas grand chose d’héroïque. Max avait tout de même pris des notes, car toute information était bonne à apprendre.) Bref, hier n’avait rien à voir avec aujourd’hui et c’était bien la raison de son embarras. Il espérait de tout coeur ne pas commettre une bévue dès son premier jour. Surtout qu’il était le seul stagiaire de deuxième année en stage ici.

Du coup là où ses camarades de classes attendaient tous dans leur salle attitré en papotant lui se retrouvait tout seul avec sa conscience en panique.

Pourtant l’agence était tout à fait acceptable, d’abord elle était proche de l’école. Un avantage non négligeable ! Ensuite elle se spécialisait dans les sauvetages, soins et aides apportées aux civils. Une partie du métier qu’on oubliait parfois ! Pourtant Max y tenait à cet apprentissage : après tout son rêve était de devenir quelqu’un sur qui l’on pouvait compter. Quoi de mieux pour s’en assurer, d’apprendre les gestes de premiers secours et autres techniques d’évacuation. Certes il aurait été plus judicieux de faire ce genre de stage en première année, quand Max était encore novice et n’avait donc aucune expérience sur le terrain à tester. Mais bon. Il n’y avait pas pensé à l’époque. (Il aurait bien inventé une machine à remonter dans le temps rien que pour botter le cul de Max du passé). Ce qui était fait, était fait et cela ne servait à rien de regretter ce qu’on ne pouvait changer (et puis, franchement, s’il inventait une machine à remonter dans le temps il y avait tellement de choses mieux à faire que de secouer son moi-passé).

Pour se changer les idées et éviter de gamberger, il se concentra plutôt sur ses notes de la veille. Le directeur leur avait parlé de tous les héros travaillant ici et qui dont, pendant une semaine, seraient leur mentor à tour de rôle. L’idée était plutôt bonne, même si elle risquait de lui donner du mal, la timidité de Max le rendait peu adepte du changement, à peine le temps de faire connaissance que POUF, en voilà un nouveau et on reprend à 0. Max reconnut quelques uns de noms, notamment celui du directeur, sans pour autant être fou d’admiration pour l’un d’eux. Ce qui n’était pas plus mal, car il n’en aurait pas mené large à devoir travailler sous un héros qu’il admirait (il aurait probablement fini en flaque par terre en quelques secondes même) ! L’agence lui convenait.

Puis en plus elle lui avait envoyé une proposition et donc le jugeait digne d’eux et ça, ça n’avait pas de prix. Il aurait été bien piteux s’il n’avait reçu aucune proposition et avait dû faire des demandes pas du tout légitime à droite à gauche.

Il se répétait ça en boucle (tu as été choisi par l’agence, tu as le droit d’être là, tout va bien se passer) quand la porte s’ouvrit. Le premier réflexe de Max fut de se lever d’un bond. Il espérait bien qu’être en avance ne dérangerait pas son professeur du jour ! Ou les notes... Bon sang les notes ! D’un geste il enfouit son carnet sous sa couche de cire, histoire de les avoir à disposition si besoin, sans passer pour un gros nerd.

Il fut étonné de voir l’héroïne JellyfishLady entrer dans la salle de secours, déjà en uniforme. Cette héroïne venait d’intégrer le marché, avec juste un an d’ancienneté, mais Max avait déjà entendu parler d’elle. Il lui semblait même qu’elle venait de UA, mais il n’était pas tout à fait certain. Sa tenue lui allait bien, et dieux merci, restaient élégant sans trop en montrer. Le coeur -et la cire- de Max n’aurait pas pu supporter une héroïne en string. (Il n’aurait jamais su où la regarder sans paraître grossier ou hypocrite) ! Son costume était même plutôt sympa, tout en rondeur avec des couleurs pastels rappelant l'animal marin dont elle tirait le nom et un chapeau à la forme distincte de méduse. Le costume de Max n'était pas aussi réussi, avec simplement un faux ensemble jaune rembourré pour le protéger des coups. Mais globalement son pouvoir demandait de laisser le plus de peau à l'air libre possible, pour avoir toujours accès à sa cire. Il avait également plusieurs poches avec de quoi se soigner et des petites armes de jet, mais toutes se trouvaient bien à l'abri sous sa première couche de cire.

-B-Bonjour! Parvint-il à balbutier un peu trop fort. Il arrêta son mouvement de main en plain salut également, c’était un peu trop familier envers un héros pro et son mentor du jour, non ?- Je suis Max Chandler...Hum..

Il se décida pour une bête inclinaison de la tête alors qu’il terminait:

-Ravi de vous rencontrer!

Et sploc, un morceau de cire gros comme le point s’écrasa sur le sol. BON SANG. Pourquoi est-ce qu’il avait incliné la tête comme un gros débile, il savait pourtant qu’il avait stressé (et en plus il parlait à une héroïne, une pro, vraiment jolie). Toutes les conditions étaient réuni pour le faire dégouliner. FORCEMENT cela devait arriver.

Il se releva prestement et inspira profondément pour calmer la flamme brûlant au sommet de son crâne. Puis il pointa du bout du doigt le désastre, et bafouilla:

-Hum désolé pour ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 9:43
À sa surprise somme toute relative, Lucie constata que son élève -Qu'est ce qu'elle adorait ce mot !-l'attendait déjà. À ses mouvements précipités, la jeune héroïne -elle aimait beaucoup ce mot là aussi -devina que le garçon de cire était stressé, ou du moins un peu nerveux. C'était compréhensible, bien qu'il na s'agisse pas de son premier stage, le fonctionnement de l'agence pouvait déstabiliser, et se retrouver face à des héros alors qu'on était qu'un élevé... bien compliqué tout ça.

Lucie se rappelait ses propres stages, et même ses études à Yuei, qui avaient été, ne pesons pas les mots, une véritable galère. Elle sortit de ses pensées en entendant la forte salutation du dénommé Max. -Au moins semblait il motivé !-. Elle s'apprêtait à lui serrer la main quand finalement le seconde année changea d'avis et salua poliment en se présentant. Décidément, il avait l'air mal à l'aise... Lucie espérait seulement que ce n'était pas à cause d'elle ! Peut être aurait il espéré un héros plus connu ou plus impressionnant...

"PLOC" fit un gros morceau de cire sur le sol, détaché de la tête du garçon. La flamme au dessus de son crâne était assez impressionnante et Jelly espérait que le garçon n'allait pas fondre devant elle au sens littéral du terme. Il ne manquerait plus que ça ! Devant les excuses sincères de Max et ses bafouillages elle ne releva ps plus que ça l'incident et lui répondit avec un sourire franc :

" C'est pas grave voyons ! Je m'appelle Lucie, Lucie Gloonbee, héroïne professionnelle, ravie également ! "

Elle se dirigea vers le fond de la salle après avoir salué comme il se devait le jeune homme et prit dans une armoire une petite serviette éponge avec la quelle elle enleva la cire qui collait aux plancher. Il restait quelques traces, mais la professeur estimait qu'elle avait déjà perdu assez de temps comme ça et fit signe à Max de la suivre au milieu de la salle, face à un mannequin à coté d'une tronçonneuse qu'elle alluma et avec la quelle elle fit calmement une entaille à la jambe de plastique. Ensuite, elle tendit à l'homme bougie une sacoche contenant du matériel médical : les classique Points de suture, bandages, serviettes éponges, désinfectant, aspi venin, baume anti brûlure et barres énergétiques accompagnés de matériel plus insolite : masque à gaz, Mésoglée ( un petit cadeau de Lucie, chaque sac de l'agence en contenait un petit pot ), pinces crocodiles et chargeur électrique, eau salée...

"Entrons dans le vif du sujet ! Ceci est ta première simulation : un héros ou un civil, peut importe, blessé par sa propre arme ou un par un élément de l'environnement. Il est conscient, et tu es équipé d'une trousse de premier secours seulement. Tu dispose de peu de temps pour arranger la situation, dix minutes exactement : première réaction ? "

C'était peut être un peu violent comme premier exercice, mais il était en seconde année et avait sans doute déjà été confronté à ce cas basique : désactiver et éloigner la source de danger, s'enquérir de l'état du patient, le mettre allongé, désinfecter la plaie avec l'alcool prévu à cet effet, arrêter le saignement à l'aide d'un drap propre et enfin bander la plaie sans trop serrer mais suffisamment pour ne pas que les vaisseaux sanguins se relâchent...

Dans le feu de l'action, un diaporama magique n'allait ps descendre du ciel pour indiquer les étapes au secouriste, et si la panique l'emportait, c'était cuit. En tant qu'examinatrice, elle devait s'assurer que ces premiers gestes fondamentaux étaient maitrisés à la perfection. Elle s'écarta un peu de la scène et sortit de sa large sacoche en cuir un petit calepin d'observation et un chronomètre. Elle adressa à son élève un signe de tête encourageant et un large sourire puis enclencha la minuterie fatidique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Max Chandler
Élève de seconde année
Messages : 13
Points : 1
Puissance : 2 000
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Oct - 20:34
Max était mortifié. Non seulement il avait foutu de la cire partout comme un élève de primaire ne contrôlant pas son alter, mais en plus l'héroïne professionnelle avait nettoyé ça  avec une décontraction incroyable et un sourire franc. Il se demanda si c'était une qualité qui venait quand on gérait des civils blessés. En tout cas le garçon était décidé à se rattraper et faire oublier cette...bavure dans leur présentation !  

" C'est pas grave voyons ! Je m'appelle Lucie, Lucie Gloonbee, héroïne professionnelle, ravie également ! "

Lucie. C'était donc le vrai nom de l'héroïne. Il se demanda s'il devait s'adresser à elle par son titre, professeur ou mentor, ou par son nom, ou bien par son pseudonyme de héros. Dans le doute il préféra ne pas interpeller du tout.

Elle se dirigea vers le milieu de la salle, et il la suivit jusqu'à un mannequin d'entraînement. Et d'une tronçonneuse. Que l'héroine attrapa et alluma tout de go.

Ah. Okay. D'accord.

Et elle coupa précautionneusement le mannequin à la jambe. Avec une tronçonneuse.

(Cela n'aurait pas été plus pratique avec un couteau?) Honnêtement, Max ne s'autorisa à respirer normalement que lorsque la pro héro (QUI MANIAIT UNE TRONCONNEUSE) coupa l'engin et lui tendit une petite sacoche. Il supposa qu'il s'agissait d'un kit de premier soin à l'odeur, mais n'eut guère le temps de la fouiller et se familiariser avec le matériel.

"Entrons dans le vif du sujet ! Ceci est ta première simulation : un héros ou un civil, peu importe, blessé par sa propre arme ou un par un élément de l'environnement. Il est conscient, et tu es équipé d'une trousse de premier secours seulement. Tu dispose de peu de temps pour arranger la situation, dix minutes exactement : première réaction ? "

Ah. D'accord, tout de suite là comme ça? Max inspira profondément, mais au moins l'urgence de la situation l'obligea à oublier sa honte d'un peu plus tôt. Il se concentra sur l'énoncé de l'exercice alors qu'il s'approchait du mannequin. Enfin la victime, plutôt!

"Il est conscient, mais est-il cohérent ? Peut-il me dire exactement ce qu'il lui est arrivé, s'il a mal ailleurs qu'à la blessure évidente ? Ou panique-t-il ?"

Juste au cas où, il préféra tout de suite annoncer:

"Premier réflexe; heu, probablement le réconforter d'un geste, lui dire que tout va bien se passer, que les secours sont en route et qu'il va être évacué."

Il tapota l'épaule du mannequin, et envoya valser la tronçonneuse du bout du pied (parce que voilà il s'en méfiait, qui laissait traîner une tronçonneuse branchée??) puis ajouta:

"Vérifier ses pupilles pour voir s'il n'a pas un traumatisme crânien."

Ensuite, il ne s'y connaissait pas très bien en soins et fouiller la trousse de soins à la recherches d'outils risquait de faire paniquer la victime. Lui en tout cas en voyant l'air mal assuré du secouriste face à ses propres outils, il aurait très peur. Donc faire autrement, improviser.

"Je sais qu'il faut faire un garrot."

Il n'en avait pas sur lui alors utilisa sa veste -et plus spécifiquement ses manches- pour en faire un de fortune. De toute façon il ne savait pas vraiment comment en faire un juste qu'il fallait que ce soit au-dessus de la blessure et qu'il fallait serrer pour empêcher le saignement. Sans saignement pour lui donner une indication...

"Heu, et dans le doute je vais ajouter de la cire sur sa blessure que je vais mélanger avec un désynfectant."

Cela ne pouvait pas faire de mal, après tout, sa cire alliée au désynfectant empêcherait le sang de trop couler, probablement l'os de trop bouger, également et ne serait pas bien difficile à découper pour les véritables médecins.

Il se dépêcha donc de lier les actions à ses paroles et s'activa en silence. Il mit la couche minimum pour que le médecin puisse avoir une meilleure vision de la plaie possible au premier coup d'oeil, malgré le bandage.

Une fois fini, il se retourna vers son professeur, qui armée de son calepin et (gasp) un chronomètre qu'il n'avait pas remarqué avant, prenait des notes. Appréhensif, il attendit le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Oct - 15:05
D'un oeil attentif et sans prononcer le moindre mot, la secouriste avait observé son élève agir et parler. À chaque petite erreur elle grimaçait, et hochait la tête lors des bonnes initiatives. Elle en était globalement satisfaite, et contente de le voir prendre un peu de confiance : bien qu'elle appréciait le fait de  ne pas avoir affaire à une forte tête, un apprenti trop renfermé n'aurait pas non plus été des plus simple à gérer. Ce max avait encore des choses à apprendre, mais il partait sur de bonnes bases.

Quand, fébrile, l'homme bougie se plaça face à elle une fois son exercice terminé, Elle toussota pour placer sa voix et lui donna ses conseils et avis :

- Alors alors... pour commencer, tu as fait du bon travail, dans une situation réelle la victime aurait survécu. Félicitations !  Mais je ne peux pas non plus dire que tout était parfait non plus... Pousser du pied une tronçonneuse branchée, vraiment ? Ce choix d'arme n'était pas un hasard : elle avait été prévue pour représenter un danger pour toi également, ou une personne qui serait passée par là plus tard. Si ça peut te rassurer, il y avait un cran de sûreté qui l'empêchait de se remettre en marche. Mais hors de ce contexte là, tu aurais été blessé à ton tour...Il aurait fallu la déplacer à deux mains et la mettre hors état de marche. Tu aurais dû aussi regarder dans la trousse : je comprends ton point de vue, mais il vaut mieux vérifier tout de même ! le bandage aurait été plus adapté que ta veste, qui transporte avec elle des microbes, et qui n'est pas aussi résistante... Tu as rattrapé l'erreur par la suite.

Anticipant un malaise chez son élève, elle enchaîna avec les bons points :

- J'ai apprécié ton réflexe de rassurer la personne. Peu de gens l'ont, et c'est pourtant essentiel ! Les blessés ne sont pas des machines, et leur parler gentiment peut leur éviter de paniquer, une chose à éviter en situation de crise. Un bon point, donc.

L'utilisation de ton alter était bien traitée, et le garrot plutôt acceptable. Pour un premier essai, au dépourvu, c'est digne d'un élève de U.A ! Je te met la note de 15/20.


Elle regarda l'heure, 9 h 45, et enchaîna :

- Bien ! Il nous reste deux petits exercices encore : le cas de la brûlure, et l'étouffement. Il y a une infinité d'autres cas, mais la limite de temps nous oblige à ne traiter que les principaux... Cette fois ci, pas besoin de mannequin, je ferais le modèle dans les deux cas, et je t'invite à regarder dans les placards et dans la trousse avant de commencer. Pendant ce temps, je vais me préparer.


Lucie fit encore un sourire à Max et alla prendre un peu de rouge à lèvre fondu, qu'elle étala sur une zone importante de son avant bras gauche et sur sa main après avoir relevé sa manche. Elle laissa le temps a l'homme bougie de farfouiller de ci de là dans la salle, tout en sachant ce qu'il devait repéré : le lavabo dans le coin gauche de la pièce, et les quelques chaises pliables posées contre les murs. Elle le laissait aussi se familiariser avec le matériel de secours, certaines choses devaient lui paraitre étrange, d'autres hors contexte...

- Si tu as la moindre question, n'hésite pas, je suis là pour ça !
Dit elle d'un ton rayonnant .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Alentours de la ville-
Sauter vers: