:: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faites place à JellyfishLady, nouvelle héroïne !

avatar
Messages : 44
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 18:12
image_banniere
   
• Nom :Gloonbee
   • Prénom :Lucie
   • Surnom :JellyfishLady, Jelly
   • Age :21
   • Sexe :fille
   • Groupe :Héroïne !
   • But :Aider un maximum de personne, rendre honneur à sa famille
   

Mésoglée

 Lucie a la capacité de repousser à la surface de sa peau un substance appelée "Mésoglée", une matrice extracellulaire riche en collagène ( une fibre collante et gélatineuse quand mélangée à de l'eau, qui confère aux tissus organiques une résistance mécanique à l’étirement, elle constitue les 3/4 des protéines dans un corps humain, et une mesure proche chez les animaux. Cette fibre est essentielle au processus de cicatrisation) en eau (97 pourcents) et en divers nutriments (dont alimentaires), dont elle facilite également le transport, qui forme une pellicule gélatineuse de 7 millimètres d'épaisseur autour de son corps (sortant via les pores de sa peau à l'air libre, le moindre tissus bloquant la sortie). Cette matière constitue en grande partie le corps des méduses, et n'est présente en aussi grande proportion que chez ces Cnidaires (l'embranchement des méduses, son nom de super héroïne vient de là, en plus de son affection étrange pour ces petites demoiselles de mer) . La Mésoglée venant juste de sortir de son corps et plus liquide que celle sortie il y à 5 minutes, qui durcit en formant une couche plus solide ( pratique pour éviter que la matière tombe au sol quand elle court.). Plus la Mésoglée est ancienne, plus sa courte sera solide, la seconde couche collante, et le cœur gélatineux.

 Cette "Mésoglée" est séparable du corps de Lucie et peut alors avoir diverses utilisations :

 - Pansements cicatrisants et barrière contre les micro organismes ( la structure particulière du Mésoglée empêche en effet toute bactérie de passer ). La cicatrisation n'est bien sûr pas immédiate, mais le saignement sera arrêté et les risques d'infections amoindris, surtout si le pansement a pu être appliqué très peu de temps après l'apparition de la blessure ). Cette matière se solidifie en surface à l'air, et redevient plus malléable en contact de l'eau, dans les deux cas le pansement tiendra.  

 - Apport d'eau et de nutriments aux personnes déshydratées, affamées... ( ou simplement blessées : l'ingestion de cette matière par voie orale ( ou par injection ) peut accélérer le processus de cicatrisation de blessures internes et nourrir particulièrement le cerveau et les muscles, générant non pas un effet dopant mais plutôt un calmant, et soignant la plupart des lésions cérébrales ). Lucie agit surtout dans les montagnes et les forets, auprès des personnes perdues en pleine nature et en manque de soin.

 -Éventuellement, Lucie peut se servir de son Alter comme arme, en prenant à pleines main sa matière et en la jetant simplement sur l’ennemi : cette colle naturelle ne l’immobilisera pas, mais peut l'aveugler un court moment, obstruer une arme ou simplement le dérouter et lui faire peur. ( si il ne connait pas les réels effets de la Mésoglée. ) De plus, arrivée à un certain niveau de "maturité" (comprenez par là de la Mésoglée fermentée depuis des semaines ), cette matière devient urticante et provoque de fortes démangeaisons ( simplement lancée sur la peau, cette matière est juste désagréable, mais injectée dans les veines, elle devient redoutable ! ) . Bien sûr, Lucie n'utilise cette arme qu'en dernier recours, mais elle dispose bien d'un pistoseringue capable d'envoyer cette matière plus liquide sur un ennemi, voir de la lui injecter au cas d'un corps à corps.

 - En dernière utilisation, mais elle n'est pas moindre : la gelée de Lucie a de très bons effets revitalisants sur la peau et les cheveux, et son effet apaisant contre les irritations et autres petits bobos quotidiens est appréciable, ce qui a donné l'idée à Lucie de commercialiser des pots de ce produit afin de financer son études et l'ouverture de son cabinet de héros. En réalité, la moitié de son salaire vient de là, car elle n'est pas encore très connue. (Elle a d'ailleurs découvert les propriétés nocives de sa gelée suite à des plaintes de clients ayant conservé trop longtemps leur produit, qui avait alors tourné.)

 Lucie se destine donc à être une héroïne secouriste de première classe ! Du moins, elle essayera et fera toujours de son mieux. Malheureusement, ce pouvoir très pratique n'est pas sans contraintes : c'est sa propre eau que Lucie draine pour fabriquer sa "Mésoglée", la quantité est donc limitée à deux litres par jour bien que boire suffit à remplir ses stocks ( après plusieurs heures dans l'organisme, Lucie s'accompagne souvent d'une sacoche remplie de bouteilles d'eau, et une de poison, au cas où... ) , et gare aux évanouissements ou déshydratation sévères ! Avoir trop forcé peut également influer sur les effets de la mésoglée sur plusieurs jours, devenant moins efficace e plus liquide, et en quantité moindre ( 1,5 L au lieu de 2 L).

Afin de pouvoir donner des bouteilles de Mésoglée à des patients trop éloignés d'elle ( en montagne, en mer, dans un immeuble effondré...) la jeune femme se déplace toujours avec un pistoseringue ( pistolet à mésoglée pouvant se changer en seringue ) lui permettant de viser les personnes, ou bien en leur envoyant une de ses bottes, poches de plastiques remplies de Mésoglée, qu'il suffira de percer pour bénéficier de cette si précieuse matière.

   
 Lucie a un physique particulièrement amical. Qu'entends je par "amical" ? Et bien, pour résumer, Lucie est adorable. Enfin, pour la plupart des personnes : chacun est libre d'en penser ce qu'il veut, selon ses propres critères, bien entendu...Mais nous ne sommes pas là pour digresser !

 Pour commencer, Lucie est plutôt petite. Bon, d'accord : très petite. Elle fait un mètre 62 pour 73 kilos, ce qui lui donne une apparence juvénile, on lui donnerait plus 16 ans que 21. Mais cela ne renforce que son coté "mignon", et lui permet de s'infiltrer facilement dans un lycée ou autre...

 Lucie possède un visage rond avec de petites joues roses, de grand yeux arrondis et bruns presque noirs habillés de longs cils courbes, des sourcils de taille moyenne arrondis lui donnant un air toujours étonné ou attentif, elle possède une bouche plutôt petite et ronde, pulpeuses, naturellement rouge. Son nez, petit et rond, est absolument trognon. Ce charmant petit minois est encadré par des mèches bouclées à l'anglaises (mais plutôt lâches), qui s'arrêtent un peu après le milieu de son dos, d'une jolie couleur châtain aux reflets parfois bonds foncé, parfois bonds clair... Quand elle sourit, des petites fossettes apparaissent au coins de sa bouche et sur ses joues. Dernier détail, Lucie garde une cicatrice autour du pied gauche depuis son enfance, et elle boîte de la cheville si elle force trop dessus.

 Concernant ses gouts vestimentaires, les tenues de Lucie ne sont pas farfelues (hormis son costume d’héroïne...) ou trop sobres, elles ont ce qu'il faut de classe, de chic et de pratique. Elle pourrait passer inaperçue, mais ses tenues inspirées de la mode des années 50 mêlées à du moderne font parfois se retourner les gens sur son passage. Jupes mi longues et bouffantes en corolles, chapeaux larges ( dont un qui ressemble à s'y méprendre à un chapeau simplifié de méduse, dont les cheveux de Lucie serait les tentacules ), shorts taille haute mettant ses hanches rebondies et sa taille marquée en valeur et haut à manches bouffantes accompagnés de bottes ou de chaussures basses laquées, l’héroïne prend soin de son apparence !

 Elle est toujours bien coiffée, et a développée un art pour le chignon faussement fait à la va vite, dont quelques mèches ondulées ressortent, savamment choisie. Elle porte souvent un bandana et quelques sautoirs, mais pas trop de bijoux non plus : elle reste avant tout une secouriste, hors de question d'être handicapée par coquetterie ! Exit donc les talons hauts, les jupes trop longues et les vêtements qui cachent trop son corps ! ( elle portera toujours une jupe mi longue avec un haut manches courtes, ou un short avec un haut manches longues, afin d'avoir toujours suffisamment de peau à l'air libre afin d'utiliser son pouvoir sans sombrer dans le vulgaire, elle déplore d'ailleurs l'hyper sexualisation des héroïnes d’aujourd’hui, qui se font plus connaitre par leur corps que leurs compétences...).

 En bref, la petite méduse à la classe et est plutôt mignonne, sans pour autant être tapageuse ou outrageusement sexy. Ses tenues sont, point importants, souvent faites en matériaux particuliers : tout ses vêtements sont en fibres indéchirables, même à l'arme blanche, jupes détachables en tissus ignifuge et isolant ( alors mises sur une combinaison comprenant une autre jupe en dessous, pudeur pudeur ! ), longs gilets frangés se transformant en cordes, body servant de maillot de bain... Les possibilités sont infinies ! Enfin, si, dans la limite du réalisable...Mais il y a tellement de gens qui regorgent d'idées que les avancées sur ce domaine laissent bon espoir !

   
 Lucie rayonne comme un petit soleil. Douce et attentionnées, toujours calme et rassurante, elle garde son sang froid en toutes circonstances - sauf en cas de combat contre un vilain, elle n'est pas du tout habituée à ce genre de situations ! Elle fera de son mieux, mais bon...- et prend facilement la tête des troupes si personne de plus charismatique ou qualifié ne s'en occupe. Humble, elle ne cherche qu'à aider son prochain sans rien recevoir en retour, bien qu'un petit compliment par ci par là la mette en joie.

 Volontaire, Lucie est une grosse bosseuse qui aimerait avoir plus de temps à consacrer à se détendre mais sait que le devoir n’attendent pas, et que, si elle veut redresser le nom de la famille Gloonbee, elle doit faire ses preuves ! Peu physique ( elle est capable de porter de fortes charges, mais la course et les arts martiaux ne sont vraiment pas son fort...) et dotée d'un pouvoir peu offensif, elle passa de justesse son diplôme de héros en réussissant brillamment les écrits, notamment en stratégies et en langues.

 D'un naturel bon vivant, Lucie aime parler amicalement avec tout le monde, elle est assez bavarde et sa bonne humeur est contagieuse - ainsi que son sourire rayonnant à faire pâlir de jalousie une star de la pub !-. Elle aime partager des choses avec les gens : des conseils, des vêtements, de la nourriture... Si il y a bien une héroïne sociale, c'est elle !

 Autre qualité, Lucie est maligne : posée et observatrice, elle analyse les tics des gens, leurs moindre parole, et tente de se faire une idée de la personne en face d'elle. Elle détecte facilement les problèmes des gens et tentera de leur venir en aide dans la mesure du possible. Habituée à presque tout au niveau "passé horrible et traumatisant", elle s'improvise psychologue quand il le faut. Elle n'a pas son pareil avec les enfants en état de choc qu'elle ramasse après les catastrophes, tous témoignent avoir été immédiatement rassurés à son contact. Elle adore d'ailleurs faire des interventions dans les écoles, ou faire passer des épreuves dans des Lycées de héros.

 Et tout ça, sans chercher la moindre parcelle de gloire ! Une vraie héroïne qui fait ça pour voir le sourire des gens, et se contente des missions ingrates avec plaisir. Personne n'aurait rien à dire sur sa ligne de conduite ! C'est typiquement le genre de personne à aider spontanément une personne âgée à traverser la route...Fantastique, non ?

 Tout ça, c'était les bons points de Lucie, mais il y en a des mauvais, obligatoirement - Eh ! personne n'est parfait !- .

 Par exemple, Lucie a beaucoup de mal à s'affirmer. Hors situation de crise totale où elle parvient à se prendre en main (surtout par volonté d'aider les autres que par réelle confiance en elle, en se donnant une image de leadeuse solide sur laquelle on peut se reposer alors que... Pas du tout, son cœur va sûrement à 200 à l'heure ) elle se laisse souvent donner des ordres et, même si elle n'est pas d'accord, elle n'ose souvent pas ouvrir la bouche. Ce qui en fait ce qu'on pourrait appeler couramment une victime. Des personnes dures ( tel Ayzawa, pour ne citer que lui, brrrrr) lui feront beaucoup de mal, volontairement ou non. Son petit cœur de méduse est assez fragile aux insultes, surtout sur sa famille et son incapacité à se battre dignement.

 Particulièrement Naïve, Lucie pense que toute personne a du bon au fond d'elle... Oui, même les criminels qui tuent des gens. As t'on besoin d'expliquer en quoi c'est un problème potentiel ? Si oui, prenons un exemple concret : Lucie, aidé d'autres héros, a arrêté un vilain. Celui ci demande grâce, verse quelques larmes de crocodiles... Lucie, dans son infinie bonté, prend pitié et s'approche... Et se fait prendre en otage. Voilà. Bravo.

 Et enfin, Lucie garde toutes ses émotions négatives pour elle. Sa patience est légendaire, et elle ne se plaint que rarement, mais à force de travailler à fond, de s'occuper de tout les soucis des autres en plus des siens et de ne jamais confier ses peines, elle se replie sur elle. Elle emmagasine, emmagasine, jusqu'au jour où elle explose, que ce soit en crise de larme ou en hurlant sur tout ce qui bouge. Autant la laisser seule dans ses moments là...

 Bien entendu, ces caractéristiques ne sont que des parcelles de ce qu'est Lucie en réalité, mais pourquoi faire un long paragraphe alors qu'il suffirait de lui parler pour découvrir sa sensibilité, son romantisme, sa bienveillance et aussi son coté moralisatrice "je défends toutes les causes du monde à la fois"....

 Alors n'hésitez pas, embarquez vous dans une aventure rocambolesque avec une méduse bien particulière, et advienne que pourra !

   
 L'histoire de Lucie ? Elle est unique, comme chaque histoire, mais également semblable à tant d'autres... Enfin, pas tout à fait, alors peut être vaut elle la peine d'être racontée. Installez vous confortablement, chers lecteurs, et nulle inquiétude : les histoires finissent toujours bien si le Narrateur en décide ! T

 Tout commence en 1990. Alexandre Gloonbee est alors un héros médecin reconnu dans sa ville d'origine,  qui faisait alors un peu patler de lui àtravers sa région - notre chère Lucie est en effet de nationalité française ! - et travaille d’arrache-pied pour aider ses confrères qui se battent pour un monde plus juste. Un jour, son chemin croise celui de Nona Dulac, une farouche policière et honorable au service de sa nation. Un lien puissant et brûlant se tissa entre ces deux là, et de leur union naquit un beau bébé : Lucie, en 1996.

 Ayant hérité du pouvoir de son père, elle désire depuis toute petite être aussi utile et douce que lui, et aussi décidée et droite que sa mère. Elle grandit heureuse, entourée de sa famille, et en était la plus grande fierté ! Éduquée avec soin et encouragée dans sa voie, elle aimait tendrement ses parents, qui étaient de si bons modèles ! Mais les bonnes choses ont une fin, et il ne fallut que 7 ans à Lucie pour le découvrir.

 Depuis quelques temps, le monde rose et sucrée ( ou plutôt bleu clair mésoglée ) de la petite famille déraillait : Alexandre se tuait à la tâche, ne dormait plus et vivait constamment stressé. Les vilains ne cessaient d'affluer, et ses horaires de travail de croître en conséquence. L'homme délaissait sa famille et sa santé, comble pour un héros médecin, et les disputes entre les deux parents devenaient fréquentes. L'homme était embarqué dans une spirale infernale Alors la jeune enfant prit une décision courageuse... et terriblement stupide. "Si ce qui fait du mal à mon papa c'est de devoir soigner trop de gens, alors moi je peux l'aider puisque que je suis comme lui ! "

 Alors un matin, Lucie se leva tôt et suivit son père. Elle avait enfilé une "tenue de héros" (une salopette à jambes ballons et un tee shirt, avec des petits gants blancs ) et était déterminé à changer les choses à sa manière. Ce qu'elle fit. Mais pas comme elle l'aurait espéré.

 La mission se trouvait en ville, et elle avait pu se laisser guider par les passants. Ses petites jambes avaient déjà bien travaillé à suivre son père, qu'elle avait perdu de vue en milieu de route, et elle était épuisée quand elle arriva sur le champ de bataille. La mission du jour était de démanteler un groupe de trafiquants, et l'enfant s'était précipitée au milieu du guêpier. Il ne lui fallut pas longtemps pour être capturée, terrifiée, et prise en otage, criant et hurlant au secours. Elle s'évanouit avant de voir la suite des événements.

 Quand elle se réveilla, on l'informa qu'elle avait été libérée par un héros anonyme et que son père l'avait ramenée à la maison, presque saine et sauve : sa cheville avait désormais une cicatrice autour du pied, ou la main d'un homme métal l'avait attrapée,on l'informa aussi que trop forcer dessus la ferrais boiter. Mais tout ce traumatisme n'était rien par rapport à la décision qu'avait pris son père : stopper brutalement sa carrière pour prendre soin de sa famille, qu'il se sentait coupable d'avoir mis en danger. Nona respectait ce choix et était heureuse de retrouver son mari auprès d'elle, libéré de son stress quotidien, mais Lucie vécut très mal cette nouvelle, persuadée - non à tort - d'en être la cause.

 Mais le pire était à venir. En brisant son contrat de héros, Médicuse avait alors déçu la population qui comptait sur lui ( même ceux qui ne connaissaient pas son nom avant cette affaire en avait profité pour rebondir,  lançant une petite polémique qui, bien qu'elle ne fit pas beaucoup clapotee de claviers, faisait mal) . Il était considéré comme un traître à son rang, une ordure de la pire espèce qui avait récolté de l'argent pour tout plaquer quand il en aurait suffisamment, et autres théories fumeuses...

 La réalité était, qu'ayant dû remboursé ses associée et leur donner des primes pour qu'il retrouvent du travail, la famille Gloonbee ne roulait pas sur l'or. Nona travaillait dur mais avait constaté les effets du surmenage sur son mari et restait raisonnable, faisant passer le bien être de sa fille encore sous le choc et de son couple en premier, et Alexandre, bien qu'ayant ouvert son cabinet de médecin, ne trouvait pas clientèle à cause de son affreuse réputation au sein de la ville. Triste histoire.

 Alors la jeune policière prit les choses en main. Elle amena Lucie sur le terrain et lui montra la dangerosité de ce type de métier. Elle lui enseigna à écouter sa peur et à tenir compte des dangers la prochaine fois. Elle lui donna le courage et la force de s'entraîner à nouveau et de tenter sa chance à l'examen d'une école de héros des années plus tard. Elle l'avait préparée, rassurée, lui avait appris à croire en elle - bien qu'elle doute encore -et à ne pas se fier aux avis des autres et surtout, à pardonner à ceux qui parlaient sans savoir. En résumé, tout ce que devait être et devait penser un bon héros, un de ceux dédiés à leur cause qui ne se préoccupent pas de leur popularité ou de combien de fortune ils ont amassé. De ce tragique événement, une unité familiale encore plus forte naquit et le bonheur revint, petit à petit. La famille déménagea au Japon, suite à une mutation de Nona, et Lucie s'adapta : elle apprit le Japonais en plus du français, de l'anglais et de l'allemand, et commença à prévoir d'entrer à Yuei, LA référence en lycée de héros.

 C'est ainsi que, à l'âge de 15 ans, Lucie s'inscrivit à l'examen de Yuei. Elle avait eut de très bonnes notes dans son collège, mais n'avait jamais testé son Alter sur le terrain, et il était inutile de préciser qu'elle était stressée à son maximum. Son cœur battait la chamade, mais elle était déterminée à montrer ce qu'elle était capable de faire, et à montrer à quel point la famille Gloonbee méritait son statut de famille héroïque !

 Elle déchanta vite en voyant les règles de l'épreuve en question : du combat ! Alors qu'elle avait un Alter de soin ! C'était...perdu d'avance ! Même en abattant un robot, elle ne réussirait jamais à vaincre la plupart des élèves, son score serait minable... Mais elle avait travaillé si dur pour en arriver là ! Elle sera les poings et les dents, et se lança au "BIP" sonore dans la course aux points.

 Elle traça et entreprit d'établir une stratégie : s'isolant dans une ruelle où elle avait peu de rivaux, elle étala au sol autant de Mésoglée qu'elle pouvait en produire. ce travail lui prit du temps mais elle réussit à attirer deux robots valant respectivement 2 et 3 points, et parvient à en faire chuter un, quand sa matière neuve était glissante, et à immobiliser l'autre dont les roues furent coincées par le collagène sec. Mais 5 points, ce n'était pas suffisant, et cette combine prenait bien trop de temps... De grosses larmes amères se mirent à rouler sur ses joues quand elle comprit que ça ne servait à rien. Autour d'elle, de jeunes personnes talentueuses et mieux adaptées qu'elles détruisaient à tour de bras les machines, élevant leur scores à un nombre inatteignable. La moitié du temps était passée.

 Un petit gémissement tira de ses pensées la jeune fille. Non loin d'elle, un jeune étudiant présentait une belle balafre sur la joue. Elle se releva, silencieuse, et, solennelle, observa tout autour d'elle. Ces gens étaient semblables à elle. Ils étaient déroutés, certains blessés, d'autres avaient jeté l’éponge, et une majorité continuait de se battre malgré leur fatigue. Et tous, elle était capable de les aider. Une douce et forte chaleur naquit dans son ventre, et elle s'élança vers l’éraflé le plus proche. Elle lui appliqua un peu de gelée sur la joue, et lui en fit avaler une poignée, avant de courir au blésé suivant. et au suivant. encore et encore. Puis ce firent eux qui virent la trouver, observant son manège. Elle ne s'arrêtait pas une seconde, sans prendre en compte sa propre souffrance liée à sa déshydratation, et continua de faire ce qu'elle savait faire, ce qu'elle voulait faire.

 Enfin, la sonnerie fatale retentit, et, en larmes mais avec un sourire rayonnant, Lucie sortit du centre d’examen, puis rentra chez elle. Elle ne connaissait le nom d'aucun camarade, mais tout ceux qui avaient accepté ses services - car certains avaient été trop fier pour ça- l'avaient remerciée, et elle était heureuse d'avoir pu connaître cet instant de grâce.

 Ses parents la réconfortèrent, la félicitèrent de son action, et elle commença à chercher une université publique où s’inscrire l'année suivante. Jusqu'au jour où la lettre des résultats arriva.

 PC : 5
 Points de sauvetage : 50

 Avec le score honorable de 55 points, Lucie fut acceptée en élève de classe A de la branche héroïque de Yuei, en 2011. On entendit son cri de joie jusqu'en France, et tout les océans durent vibrer d'un coup.

 La suite de sa scolarité fut moyenne, en ce qui concernait les activités physiques, mais les épreuves de sauvetage ( Où son accessoire, un pistolet seringue à Mésoglée soignante ou irritante, fut accepté, car considéré comme essentiel à son pouvoir afin de transmettre des stocks de Mésoglée et d'utiliser la capacité nocive de son pouvoir sans se blesser. ( à l'instar de la ceinture de Yuga, ou de tout les accessoires de costumes des étudiants actuels ) ) lui permirent de se démarquer, et ses compétences dans les matières " normales" lui permirent de passer son diplôme, attrapant au passage une mention " bien ".

 Immédiatement après, Lucie ouvrit son cabinet de super héroïne sous le nom de "JellyfishLady" ( Ou " demoiselle Méduse" ), s'installant à son propre compte. Ayant le droit d'utiliser son don, elle commença à commercialiser en magasins sa Mésoglée pour financer tout ça ( chose qu'elle faisait en secret auparavant, mais chuuut ). La moitié de ses revenus actuels proviennent de là, notamment. (les vertus sur la peau et les cheveux ainsi que contre les blessures quotidiennes du produits firent leur petit effet. ).

 C'est ainsi que se termine pour l'instant notre histoire, sur une touche optimiste, et puisse le sort être favorable à notre petite méduse préférée !

   image_footer
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 195
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Sep - 18:53
Welcome et GG pour ta fiche ! Je n'ai qu'une seule chose à dire : T H I C C Cool

Voilà ta note :

Longueur : 300 / 400
Orthographe : 150 / 300
Style : 400 / 700
Originalité : 450 / 600
Autres bonus : 200 (Héros)

Total : 1 500 points de puissance.

Va jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: