:: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

t i r e d d a d

avatar
Aizawa Shōta
#lethimsleep2k17
Messages : 2
Points : 0
Puissance : 1800 (3000)
Réputation : 42
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Sep - 0:59
image_banniere
   
• N o m : Aizawa
• P r é n o m : Shōta
• S u r n o m : Eraserhead
• A g e : 30 ans
• S e x e  : Masculin
• G r o u p e : Héros
• B u t : Assurer la sécurité de la ville en poussant la
          prochaine génération de héros à l'excellence
   
E r a s u r e permet à Shōta d'effacer temporairement l'alter d'une autre personne, tant qu'un contact visuel est maintenu, et dans la mesure où l'alter en question n'est pas le fruit d'une mutation aux effets permanents. Erasure est donc un outil puissant, mais reste limité par différents paramètres purement physiques — entre autres la capacité (ou l'incapacité) de Shōta à ne pas cligner des yeux sur une longue durée, ou un temps de rechargement variable entre plusieurs utilisations suite à des blessures subies par le passé.
Lorsque Shōta utilise Erasure, ses yeux prennent une coloration rouge, et ses cheveux se dégagent de son visage, comme pour améliorer son champ de vision.

   
9 9 p r o b l è m e s e t 5 0 % d ' e n t r e e u x s e r a i e n t r é g l é s
p a r u n e b o n n e n u i t d e s o m m e i l


Shōta prend très souvent l'apparence d'une gigantesque chenille.
De jour, il est probable de le croiser soit à l'intérieur de, soit accompagné par son sac de couchage, de couleur jaune afin d'être certain que personne ne lui marche dessus par mégarde. C'est surtout le seul qui convienne à sa grande taille : un mètre quatre-vingt trois s'il se tient droit — il se tient rarement très droit. Il s'agit également d'un rare modèle intégrant une capuche, par conséquent parfait pour n'importe quel individu ne se souciant pas d'une présence constante d'électricité statique dans ses cheveux.
Shōta est donc capillairement approximatif. Si sa barbe est peu entretenue, et sa tignasse noire, longue et emmêlée, c'est parce qu'il a tout simplement autre chose à faire, sauf s'il prend cinq secondes pour l'attacher dans des situations d'urgence. Faire la cuisine peut être considéré comme une urgence.

Il a le regard de quelqu'un de fatigué qui ne s'en cache pas. Un des avantages peu discuté des cernes de six pieds de long est qu'elles donnent une allure peu commode, à laquelle peu ont envie de se frotter. Ca l'arrange. Cet aspect est renforcé par une cicatrice sous l'oeil droit, la noirceur de ses iris, et la sécheresse générale de ses yeux, qui semblent injectés de sang à toute heure de la journée.

Son expression faciale n'aide pas non plus. Il est réputé pour tirer la gueule sept jours sur sept, même s'il lui arrive de sourire.

L e s o l e i l ? J a m a i s e n t e n d u p a r l e r .

La peau de Shōta est livide, car on ne bronze pas sous les lampadaires. La majeure partie de ses activités de héros prend la forme de rondes de nuit, qui se terminent de façon plus physique si la chasse a été bonne. Son corps est donc construit pour l'agilité, la vitesse, et le combat rapproché, dans la mesure où son arme principale se résume à une écharpe.
Shōta fait quasiment tout avec cette écharpe. Fine et longue, elle s'apparente plus à un bandeau une fois déroulée, et le matériau est assez résistant — pour ne pas dire indestructible — pour lui permettre de se déplacer avec, mais surtout immobiliser efficacement ses adversaires. Impossible, cela dit, de lui soutirer la composition exacte du tissu : tout ce que vous saurez, c'est qu'un métal spécifique est intégré parmi les fibres.
Il s'en sert également pour cacher ses lunettes de protection jaunes, qu'il garde autour de son cou lorsqu'il ne les porte pas. Celles-ci recouvrent ses yeux sans obstruer son champ de vision, et rendent plus difficile la tâche de déterminer si oui ou non Erasure est activé, ainsi que sur quelle personne dans un groupe.

Le reste de son uniforme est une combinaison entièrement noire, rendant Shōta très discret dans l'ombre. Il ne s'embarrasse pas d'accessoires superflus, une ceinture et des bottes suffisent amplement.
Ces vêtements sont assez versatiles pour servir à la fois de costume et de tenue de ville. Il les retire donc rarement, et l'usure est visible sur ses manches, mais il a d'autres préoccupations.

   
L o g i q u e . C a l c u l a t e u r . R a t i o n n e l .

Chaque action a un sens, chaque calorie dépensée doit l'être pour une raison ; de l'énergie, il en a en quantité limitée, et il n'y a pas de petites économies. Si au premier abord, il apparaît comme un authentique pantouflard, peu se rapprochent assez de lui pour comprendre qu'il en fait en fait trop : Shōta jongle entre deux emplois du temps, mais il reste, à son plus grand dam, un simple mortel.
Ceci étant, son image ne mérite pas une seule seconde de son attention.

Alors il repose ses yeux dans des endroits douteux, à des heures improbables, parce que la journée est faite pour travailler, et la nuit, il a d'autres chats à fouetter. Les plages horaires sont cadrées, millimétrées, afin qu'aucun effort ne soit superflu et que le rendement soit maximal. Shōta est exigeant, et encore plus avec lui-même.
Si on y réfléchit bien, tous les moyens sont bons pour se pousser loin efficacement. Il n'a donc aucun scrupule à employer des méthodes plus que discutables tant que les résultats y sont, que ce soit pour former ses élèves ou pour se dépasser lui-même. Le reste n'a aucune importance.
Il tire parfois une étrange satisfaction de ses accomplissements, quand bien même les moyens utilisés étaient peu honorables.

S a c r i f i e r a i s - t u t a p r o p r e v i e a f i n d ' e n s a u v e r 
c e n t a u t r e s ?


Bien sûr. C'est mon travail.

Shōta n'a pas de temps à perdre avec certaines conventions sociales, mais son choix de manquer de tact n'a rien à voir avec un quelconque désintérêt. Ses motivations n'ont rien de nihiliste, bien au contraire : fondamentalement, il croit en la valeur de l'humain, et ses actions vont donc dans ce sens. Il se préoccupe du bien-être de ses congénères avant tout. Lors d'une situation extrême, son instinct premier sera de s'inclure par défaut dans la liste des pertes, si cela sert l'intérêt général.
Ca ne semble pas lui causer souci. Il est plus facile de prendre du recul sur ce genre de choses avec de l'expérience.

D'un naturel d'ores et déjà détaché, ce mode de vie en tant que héros a permis à Shōta de développer encore plus son esprit d'analyse ; il est capable de mobiliser la quasi-totalité de ses ressources mentales sur l'activité en cours. Tel un ordinateur, ses émotions prennent la plupart du temps une place de tâche en arrière plan, qu'il s'autorise parfois à considérer, mais qu'il a plutôt tendance à ignorer.
Ce défaut, quand bien même il le reproche souvent aux autres, est l'un des rares que Shōta s'autorise, étant donné le niveau de contrôle qu'il exerce (pense exercer) sur sa propre vie. Il est peu sain de garder ses sentiments pour soi-même pendant aussi longtemps, mais il sait garder les idées claires, au moins lorsqu'il n'est pas dans le calme de son appartement.
Pour l'instant.

   image_footer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 155
Points : 24
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 16:59
Heeeey \o/ Welcome o/

Une bonne connaissance du personnage, un niveau Rp largement suffisant, c'est parfait ! Voilà ton sujet de test RP :

Sujet : Décris nous la première mission de Aizawa, après être devenu un héros. Sa rencontre avec le vilain, etc.

Voilà voilà o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aizawa Shōta
#lethimsleep2k17
Messages : 2
Points : 0
Puissance : 1800 (3000)
Réputation : 42
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 1:37


I c a n b a r e l y f o c u s , I w a i t w i t h b a i t e d b r e a t h


Première erreur : la nuit a été longue.

Il réalise à quel point il s'est sur-estimé lorsqu'il ne reconnait plus son environnement. En dehors de sa zone de confort et la confiance du permis évaporée, le poids des vingt-sept dernières heures le heurte en pleine figure au moment où celle-ci entre en contact avec le sol. Ses lunettes tiennent bon, mais il perd tout de même le contact visuel, parce qu'il a merdé.
La confrontation est devenue inévitable dès lors qu'il n'arrivait plus à mobiliser toute son attention. Dans l'idéal, il aurait été raisonnable ; dans l'idéal, il ne se serait pas laissé entraîner dans un quartier qu'il connaît mal, il aurait attendu encore quelques heures, il aurait même pu laisser tomber pour cette fois et s'y remettre après avoir repris des forces. Shōta pourrait aisément trouver une bonne centaine de façons dont il aurait pu mieux gérer la situation. Il a au moins le réflexe de se projeter dans l'ombre de la ruelle, avant de se retrouver complètement sans défense.


W h e n i t a l l f u c k s u p , y o u ' r e t h e d y n a m o


Juste un peu sonné, il savoure les précieuses secondes qu'il vient de gagner comme l'oeil au milieu de la tempête. Ses pensées se perdent malgré lui dans les souvenirs des trois années passées, à la recherche de bribes de son seul semblant d'expérience ; n'importe quoi qui lui serait d'une quelconque utilité dans un futur extrêmement proche. Il rassemble ses forces, quand bien même il sent chaque muscle surexploité de son corps protester. Son poignet gauche a pris un coup, et il n'a pas la moindre idée de ce à quoi son visage ressemble après avoir percuté le bitume. Si la douleur et l'adrénaline ne le maintenaient pas alerte, il aurait des vertiges, il le sait parfaitement. Heureusement pour lui, sa dernière compote n'est pas encore tombée de sa poche.
Shōta l'entend rôder quelques mètres plus loin pendant qu'il retarde son hypoglycémie. Après quelques jours de traque, il l'avait pris pour un simple délinquant un peu virulent. Sa seconde grosse erreur a donc été une erreur de jugement. Il en prend conscience peu à peu en observant ses mouvements depuis la relative sécurité de l'appui de fenêtre sur lequel il s'est perché.

C'est sa première "rencontre" avec le dit Sheikh. Son avant-goût, il l'a eu avec des séries de rumeurs, des informations indirectes de sources plus ou moins fiables, des traces laissées ça et là comme un reliquat de ses petites habitudes. Il sait pour sûr qu'il est à la tête d'un petit gang local, et que ses démons sont la drogue et l'argent. Ce qu'il découvre, c'est que Sheikh sait tout aussi bien se débrouiller tout seul ; alors que Shōta pensait le cueillir lorsqu'il y serait le moins préparé, ce dernier avait déjà cramé sa présence à des kilomètres. Il est plus doué qu'il n'y paraît.
C'est d'autant plus de raisons de lui couper l'herbe sous le pied rapidement.

Son alter était aussi resté un mystère jusque là. Shōta comprend maintenant qu'il a certainement quelque chose à voir avec le son, parce qu'il n'a pas le souvenir d'avoir fini sa compote si bruyamment, et pourtant les yeux de Sheikh sont maintenant braqués sur lui.


I c a n h e a r y o u r f o o t s t e p s c u t t h r o u g h t h e r a i n


Ce n'était pas prévu. Sheikh est massif, nerveux, mais surtout armé d'une lame, et tenter à nouveau un combat rapproché le mettrait dans un désavantage qu'il ne peut pas se permettre dans son état actuel. C'est un imprévu, et Shōta commet presque une troisième grossière erreur : penser qu'il est incapable de gérer un imprévu.
La perspective de se prendre une branlée monumentale le force à agir immédiatement, et ce qu'il explose en premier est une canalisation, juste avant de se tirer hors de portée. Son écharpe manque de céder sous son poids — c'est encore d'un prototype, il se rappelle brièvement, il était supposé faire attention — il oublie rapidement cette information lorsque de l'eau glacée traverse le tissu de sa combinaison contre sa jambe. Il pleut maintenant dans la ruelle. Le son rebondit contre les murs, envahit l'espace, et puisqu'il ne peut probablement pas utiliser Erasure, cela devrait lui offrir une couverture suffisante.

Sheikh semble déstabilisé, par le froid comme par le bruit. Shōta sait qu'il doit finir ça rapidement.

Il serre les dents à travers les gouttes lorsque ses pieds retrouvent le sol, et il ne lui laisse pas le temps de se retourner avant que ses deux bras soient immobilisés derrière son dos, un même bandeau trempé autour de ses poignets et tiré vers l'arrière à cinq mètres de distance, comme on maîtriserait une bête sauvage. Sheikh bascule tout le poids de son corps vers l'avant. Tout ce que Shōta a à faire, c'est tirer un coup sec sur l'autre extrémité de son écharpe, enroulée à sa cheville, pour lui faire manger le béton.

Eraserhead a encore du chemin a faire, mais il compte bien apprendre des erreurs de ce soir, une fois qu'il aura localisé le poste de police le plus proche.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 155
Points : 24
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 15:00
Parfait o/

J'te valide, va jouer ♥

1800 de puissance actuelle - 3000 de puissance "réelle" face à des PNJ ou au bon vouloir de ton adversaire o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: