:: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone résidentielle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Darkness meets Lightning | pv Johan

avatar
Tamashinki Manatsu
Vilain Solitaire
Messages : 12
Points : 1
Puissance : 2 100
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Sep - 0:03

    « Pourquoi ..? Pourquoi tu as fais ça ... Pourquoi, Sinister ..?! »

    Avachi au sol contre un mur de l'allée sombre où je perdais mon sang froid à cause de l'influence de la nuit sur mon état mental atrophié, j'allumais une cigarette pour réchauffer mon coeur meurtri par le paysage que j'avais moi même peint. Le sol de ciment était souillé, scintillant sournoisement au gré de l'astre nocturne d'une teinte écarlate qui se répandait en une petite flaque. Une bouffée, et je sentais le poids de mes péchés s'envoler avec la fumée qui semblait danser comme des prières vers les cieux étoilés. Je marmonnais constamment les mêmes questions, rhétoriques bien entendu puisque les réponses ne m'étaient pas méconnues. C'est cette Ombre la cause de tout ça. Cette Ombre est responsable de ma déchéance depuis le moment même où elle s'est mise à faire résonner sa sinistre voix dans mon crâne. Et elle frappait et frappait comme des coups de marteau.. non, de massue de guerre partout sur les parois de ma tête de gosse ! Comment est-ce que je pouvais la faire taire, sérieusement ? Et maintenant que je suis adulte, sa voix ne s'est pas adoucie mais s'insinue à mon insu dans mon esprit, elle traverse mon subconscient et me fait commettre ces horreurs.

    Au milieu du petit bassin de sang, un corps, celui d'une jeune femme, gisait inerte mais encore chaud. Son visage dérobé de toute flamme ne m'effrayait même pas. Les cadavres ne m'évoquaient plus la peur. Je me rappelle qu'auparavant, quand je dérapais et tuais sans raisons sous l'influence de Sinister, mes mains et mes jambes se mettaient à trembler comme des feuilles mortes frémissant sous la bise. Ahh, les débuts de carrière... J'en perdais l'équilibre et finissais toujours sur les fesses sans même pouvoir dire un mot. Si je pouvais avoir un miroir à ce moment précis, j'aurais vu à quel point j'ai grandi, à quel point j'ai dégénéré. Je ramassais mon précieux couteau au sol près de ma jambe, lui aussi encore tâché de son crime récent, et le fourrait dans une de mes poches puis en prenant appui sur un genou, je me relevais enfin. La braise rougissait et consumait les centimètres de tabac qu'il me restait pour soulager mes pulsions, je faisais preuve d'un tel self-control en fumant que je me plaisais à contempler volontairement le massacre. Une seule plaie, juste en dessous de la poitrine, je pense avoir percé quelque chose, elle avait du mal à s'exprimer au bout d'une poignée de secondes.

    Mais je ne me laissais pas abattre. Parce que même si ce meurtre n'était qu'un pur caprice du monstre qui sommeille en moi, je m'efforçais à y trouver du bon pour que ma conscience dépravée soit ravie.

    « Ca pouvait pas être une fille bien ...
    - Sans rire ? Elle traînait tard dans la rue, elle sait pas que c'est dangereux ?!
    - Peut-être que ça pousserait les héros à faire plus de patrouilles de nuit ? un sourire intéressé se dessinait, marqué par le maquillage rouge qui décorait ma bouche.
    - T'es un pourri. De sa voix sombre, l'Ombre ricanait, content du monstre qu'était devenu son hôte grâce à ses enseignements. Aller, on va en chercher d'autre !
    - Non, ça suffit pour ce soir ...
    - ALLER, ON Y VA ! le ton commençait à monter, je me tenais la tête des deux mains comme pour essayer d'étouffer les provocations de mon alter. Tout en moi se contredisait, une partie de mon corps me suppliait de l'arrêter pendant que l'autre me tirait vers lui, ce qui me donnait littéralement l'impression d'être déchiré à l'intérieur. Mon coeur, mon âme...
    - Ferme..la... Je t'ai dit .. que ça.. SUFFIT ! »

    Je faisais preuve d'une volonté infaillible. Il ne me fera pas plier. Mais il ne comptait pas s'arrêter là. Sinister Shadow est un alter vraiment tordu, il propose une puissance particulièrement intéressante pour des contrecoups cruels, c'est exactement le genre de pouvoir qu'on ne verra jamais servir la justice telle qu'elle est voulue dans nos villes. J'étais alors déjà prédestiné à perpétuer la folie si j'en venais à me reproduire un jour, j'étais comme maudit dès la naissance. Mon destin est funeste, je suis comme qui dirait là pour représenter la gangrène de l'ère moderne. Ils pourront se sauver en amputant, mais je me serais déjà propagé pour continuer à causer dommages irréversibles et douleurs absurdes dans toutes vos vies. Ayant certainement été interpellé par mon monologue bruyant, un jeune homme sortait de la pénombre, posant un regard curieux sur mon visage clownesque, puis deux yeux épouvantés sur la morte. La peur se lisait sur sa figure comme si elle était écrite en toutes lettres, il s'est recroquevillé sur lui-même en trébuchant, un premier geste de lâche que j'ai déjà eu le loisir d'observer. Après un petit instant de paralysie terrorisée, l'instinct de survie revient au galop et le jeune homme se relevait pour prendre ses jambes à son cou.

    Apprécier chacun de ses gestes sonnait dans ma tête comme si je léchais comme un animal la moindre larme de désespoir qui suintait à flot. C'était un festin, un vrai régal. Et ce fut également ce qui fit pencher la balance, Sinister avait évidemment profité de mon extase pour me convaincre de m'en faire au moins un de plus. Laissant derrière la défunte demoiselle ainsi qu'un mégot de cigarette mal éteint, je commençais une course folle à travers la ruelle, une ligne droite qui débouchait directement sur la rue. Je devais rattraper ce lapin avant qu'il n'en sorte ou il pourrait s'enfuir, ou attirer trop d'attention. J'étais visiblement plus rapide car j'avalais la distance d'avance qu'il avait assez rapidement, je n'avais qu'à tendre le bras pour me saisir de ma proie. Si personne ne venait s'interposer maintenant, une deuxième personne allait perdre la vie à cause de l'incompétence des héros de cette fichue ville. Ma purge incontrôlée n'aura encore trouvé que peu d'obstacles. Les efforts désespérés de cet homme voulaient clairement dire "J'AI BESOIN D'AIDE"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 201
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Sep - 15:50
LIVRE 1 - CHAPITRE N°3
Darkness meets Lightning
Johan R. Grant & Tamashinki Manatsu
Comme à son habitude, l'électrifié passait ses nuits à l'extérieur. Marchant d'un pas lent, lourd, il slalomait entre les ruelles, sans trop faire attention au monde extérieur. Ses deux lacs calmes lui servant à observer le monde allaient et venaient d'un point d'intérêt à un autre, sans réellement y mettre d'émotions. Il marchait, bêtement, d'un point A, d'un point B, sans même savoir où serait sa destination finale. Le comique suivait idiotement le vent, ce n'était qu'une feuille tombée d'un arbre peut-être un peu trop tôt, et qui amorçait lentement une descente chaotique vers un sol qui saurait sûrement bien lui rendre.

Oh, il devrait plutôt dormir, certes. Après tout, il devait rejoindre U.A. dans à peine quelques heures. Histoire de faire acte de présence, avant de s'enfuir dans une petite planque histoire de rattraper le sommeil qu'il perdait à faire sa petite balade nocturne.

Enfin "balade", non. Actuellement, il se dirigeait vers les bas-fonds de la ville. Vers les ruelles sombres, mal éclairées, où des vilains passaient leurs temps à comploter, surtout suite à l'affaire de Stain. Ce fameux chasseur de héros, au discours entraînant, au charisme puissant. Enfin, de ce qu'il savait. À la différence de pas mal d'autres, il n'avait même pas regardé la fameuse vidéo. Non... Trop la flemme. Johan croyait le tout sur parole. Ce n'était pas étonnant, de toute manière, et il se doutait déjà qu'une telle chose arriverait un jour ou l'autre. La paix n'est qu'un prélude à une nouvelle guerre, rien n'est jamais éternel. Un cycle infernal, enchaînant les moments doux à ceux plus violents, où le sang versé n'aurait d'égal que la beauté d'une victoire arrachée par l'un des deux camps.

La raison de sa venue dans ces endroits malfamés était simple. Son amie, cette douce personne qui partageait ses nuits, avait encore une fois besoin de son aide. Il allait surement devoir enfiler son costume de Joker pour chasser un peu les quelques personnes ennuyantes qui se mettaient contre les affaires de sa jeune connaissance. Un moment où il s'effaçait totalement, ne laissant derrière lui que son simple instinct combatif. D'ailleurs, en parlant de cette personne, voilà que son téléphone vibra. Un appel. Elle.

« Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de Jo- »


« Oh, arrête avec cette blague à la con. T'es où ? »


« Dans une jolie petite ruelle. »


La voix de la belle était douce, mais à la fois relativement rauque. Grave. Ce n'étaient clairement pas les paroles d'une sainte innocente, au timbre aiguë, mais bien celle d'une jeune femme qui semblait connaître la vie, et surtout la cigarette. Le sourire aux lèvres, moqueur, la connaissance de l'électrifié semblait même sentir ce rictus provocateur fixé sur les lèvres de son Joker, lançant ses mots avec une violence rare, à l'image d'un soldat tentant d'abattre sa cible.

« T'as cinq minutes pour te ramener. Sinon, ceinture. »


« T'sérieuse ? Eh, t'as pas l'droit ! » Dit l'homme, en prenant un air légèrement contrarié, malgré son sourire, qui restait toujours présent, fixé. « J'ai compris, j'me bouge. »


Raccrochant, il s'arrêta quelques secondes pour pousser un léger ricanement moqueur. Cette fille le tuerait, un jour. Cette relation en était presque toxique, en réalité. Toujours dans l'attente de l'aide de son arme favorite, Johan en perdait le sens du temps, des réalités. C'était en grande partie à cause d'elle qu'il détruisait son année scolaire.

Mais qu'importe.

Alors qu'il comptait changer de ruelle pour s'engouffrer dans un océan de ténèbres, il fut soudain alerté par un bruit, puis plusieurs. Quelqu'un courrait. À toute vitesse. Plissant lentement le regard, il comprit directement que cette course n'avait rien à voir avec celle d'un joggeur en pleine séance sportive. Non.

C'était bien plus la dernière course d'une proie qui allait être dévorée.

Hésitant quelques secondes, l'électrifié observa l'entrée des bas-fonds. Elle l'attendait. Et merde, ce n'était pas encore un héros. Ce n'était pas son problème ! Serrant lentement les dents, perturbé, séparé entre son envie d'aider et sa pseudo-lâcheté qu'il cachait derrière sa fainéantise, il tenta de peser le pour, le contre. Ce n'était pas un examen. Ce n'était pas pour les cours.

Mais s'il n'y allait pas, il aurait ce crime sur la conscience.

« Putain. » Cracha-t-il, tout haut.


S'élançant directement en arrière, il décida de ne pas rejoindre sa belle. Tant pis. Une autre fois. Elle le pardonnerait sûrement un jour. Suivant les bruits provoqués par les chaussures claquant sur le pavé des ruelles, il arriva bien rapidement à rejoindre l'homme. Un gars dans la trentaine, un employé qui sortait un peu trop tard d'une soirée avec ses collègues. Une pratique connue au Japon, qui consistait à resserrer les liens, autour d'un bon verre de saké. Malheureusement, il ne fit pas la rencontre d'une belle blonde, mais plutôt d'un être qui semblait vouloir arracher sa vie, et voir la dernière étincelle de vie de ses prunelles s'éteindre comme on écrase une cigarette sur le sol.

Et quand on parle de cigarette, voilà le fumeur. Un être étrange, déguisé en clown, qui semblait être le fameux prédateur. Ce lion qui s'apprêtait à sauter sur une pauvre petite gazelle pour se délecter de sa chaire. Pas tant qu'il était là.

L'électricité commença à circuler le long de son corps, ce dernier s'illuminant lentement. De légers arcs de cet élément qu'il maîtrisait venant s'échapper de son être, quelques secondes, pour y revenir. Claquant violemment des doigts, de nombreux pics de foudre s'échappèrent du sol, venant séparer les deux acteurs de cette folle course poursuite. La victime, surprise par cette attaque fulgurante qui éclaira violemment la ruelle, tomba en avant, s'écrasant contre les dalles.

« Désolé, j'crois que j'vais t'faire d'l'ombre. » Lança alors le comique, en direction de l'assaillant.


De son pas toujours aussi lent, Johan se dévoila à son futur adversaire. Comme à son habitude, le géant était habillé de sa simple veste bleue, et d'un pantalon de survêtement. Son sourire moqueur sur les lèvres, ce véritable masque cachant ses multiples idées germant dans sa tête, l'homme observa le prédateur derrière ses pics élémentaires. Derrière lui, sa proie, cette pauvre brebis égarée, se releva en observant son sauveur. Néanmoins, la psyché embrumée par la peur et l'adrénaline, l'homme poussa un nouveau hurlement avant de s'enfuir. Le comique n'y accorda même pas la moindre attention, concentré sur le clown présent devant lui.

« Bon. Ta proie s'est barrée. J'imagine que t'accepteras pas de gentiment rentrer chez toi, hein ? »


Se grattant l'arrière de la tête, Johan était plutôt gêné. Il n'avait pas envie de se battre contre lui. Aussi puissant soit-il, l'électrifié avait déjà son rendez-vous qui l'attendait et de toute manière, il avait déjà fait sa bonne action de la nuit.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamashinki Manatsu
Vilain Solitaire
Messages : 12
Points : 1
Puissance : 2 100
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 20:07

    Le décor monotone ne semblait même pas changer, seuls les graffitis et le motif de briques répétitif défilaient à toute vitesse dans cette course effrénée à travers une longue ruelle obscure. Il y faisait noir, tellement que je voyais à peine le dos de ma cible, silhouette fuyarde qui s'agitait dans la nuit. Ses grandes foulées devaient traduire les battements successifs de son coeur affolé, sur ses talons j'arrivais comme la Mort elle-même, aussi précipitée et passionnée qu'un collecteur d'impôts. Dans mes yeux il n'y avait que son reflet fugace entouré d'un noir profond, tandis que la ville endormie ne se doutait de rien. Enfin, c'est ce que je pensais. Pourtant la fuite bruyante ne pouvait que servir d'alarme pour exprimer ses S.O.S étouffés par sa respiration intensifiée par la course, c'était bien pour ça que j'aurais voulu mettre la main dessus avant qu'elle ne quitte les murs de cette artère peu fréquentée. Mes poumons encrassés m'avait fait perdre un peu d'endurance, l'homme avait réussi à rajouter de la distance entre nous, une distance précieuse et décisive, puisque c'est là-même qu'un obstacle vint se loger, s'interposant sans tarder entre ma proie et moi.

    Quand j'ai remarqué une silhouette se tenir debout près du fugitif s'étant finalement arrêté, je compris aussitôt qu'il avait trouvé l'aide dont il avait désespérément besoin pour se sortir de ce mauvais pas. Je me demandais s'il en avait fait la demande via d'éventuelles dernières prières, mais tout ce dont j'étais certain c'était que le nouvel arrivant ne semblait pas prendre ses jambes à son cou en me voyant débouler. Je ralentissais progressivement jusqu'à m'arrêter, toujours enveloppé par l'obscurité de laquelle dépassait ma tête blonde et éclaircie par la soif de sang. Dans ma poitrine, le coeur se remettait petit à petit de ses efforts, mais à aucun moment je n'ai ressenti la moindre crainte ni la moindre anxiété. Je n'avais pas encore pu identifier ce type, mais tout portait à croire qu'il s'agissait là d'un valeureux héro. Je souriais excessivement car l'idée excitait les pulsions de Sinister Shadow à travers tout mon corps, pourtant j'effaçais subitement ce visage réjoui pour reprendre les marques d'un dérangé, me bouchant les yeux de la main droite quand des pics de foudre jaillirent brutalement devant moi. La lumière qu'ils irradiaient m'était horripilante et provoquait déjà de légers picotements. Profitant de ce moment de répit, l'homme que je poursuivais se mit à détaler à nouveau comme un pleutre. Tout à coup comme pris de migraine, je me tenais la tête avant de me mettre à répondre aux tentations de mon alter à haute voix, donnant à mon opposant l'impression que je parlais seul, ou que j'entendais des voix, aussitôt qu'il m'eut menacé de la façon la plus puérile possible. De l'intimidation...? Il ne se prenait pas pour n'importe qui, cet homme avait tout intérêt à justifier son audace.

    « Tue-le .. La voix de Sinister Shadow chuchotait ces mots dans mon crâne comme des murmures fantômes.
    - Non.
    - Tue-le ...
    - Pas maintenant ! rétorquai-je avec conviction, commençant à perdre patience.
    - TUE-LE ! Ses susurrements devinrent d'effrayants cris, sonnaient comme des ordres qui me mirent hors de moi.
    - BON, OK !! je pointais l'individu en face du doigt avant de lui crier dessus à son tour. TOI, T'ES MORT !! »

    Sans attendre de réaction, je faisais un léger bond en arrière pour m'éloigner de la lumière exécrable qu'irradiaient les pics électriques avant de laisser libre cours à la folie meurtrière qui n'attendait que de s'exprimer. Pourtant, je n'y allais même pas franco, je ne matérialisais que les bras de mon alter, ceux-ci s'étendant violemment contre les murs qui constituaient les limites de la ruelle. Les griffes creusaient le béton, les paumes l'écrasaient dans un fracas audible à des miles à la ronde, puis je bondissais en m'aidant des membres de Sinister pour atteindre une hauteur qui n'avait rien d'un simple saut humain, cadencé par le mouvement des énormes mains obscures qui utilisaient le décor comme de prises d'escalade. C'était pour enjamber sa défense plutôt bien pensée que je voulais m'élancer, mais je n'allais pas m'arrêter à là ! La main droite de Sinister Shadow arrachait littéralement un petit morceau du mur sur lequel il s'appuyait pour que des débris et des gravats retombent sur la tête de notre opposant. Quoi qu'il fasse, il voudrait forcément éviter que les morceaux de ciment ne le gênent, ainsi soit il se protégera la tête pour ne pas être assommé, soit il bondira lui aussi en arrière dans la direction opposée à ses piques précédemment levés, me laissant quelques précieuses secondes pour me sortir de ce pas délicat. Anticipant une éventuelle esquive, je retombais lourdement dans la rue, haletant et en fermant un oeil à cause du petit effort que je venais de fournir pour passer dans son dos. Tout ça n'était qu'une mise en bouche, un combat acharné allait forcément résulter de cette petite altercation.

    « Tu vas regretter de n'pas avoir pris tes jambes à ton cou comme l'autre sac à m*rde, gamin !! »

    Il aurait pu lire l'hystérie de là où il était, une petite dizaine de mètres nous séparaient et ce que je lui criais indiquait à tout autre civil présent dans la rue à une heure aussi tardive et fatidique qu'il ne fallait pas perdre son temps ici.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 201
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Oct - 15:33
LIVRE 1 - CHAPITRE N°3
Darkness meets Lightning
Johan R. Grant & Tamashinki Manatsu
Voilà que Johan tombait face à un adversaire qui ne semblait clairement pas décidé à passer outre ce petit sauvetage. Bordel de merde. L'électrifié était particulièrement pressé, une jeune femme l'attendait dans les bas-fonds, et il devait perdre son temps à affronter un taré aléatoire qui tentait d'assouvir ses sales pulsions meurtrières. Gardant un léger sourire sur ses lèvres, ce rictus n'était rien de plus qu'un simple masque de chair factice dont se servait Johan. Une provocation permanente, qui était si différent des autres faciès joviaux. Là où celui d'All Might exprimait sa confiance en lui et en son image de symbole de la paix, celui du protagoniste était bien plus mauvais. Entre le je m'en foutisme et la simple provocation gratuite qui servait à bêtement éclater l'ego de son adversaire au sol.

Mais à mesure que les secondes passaient, à mesure que l'âme en face de Johan s'exprimait, il commença à lentement comprendre. Cette personne était dangereuse. Un fou, à la psyché perturbée. Un véritable danger pour les autres. Il avait cette aura étrange, légère, qui flottait à travers son être. N'importe quelle personne habituée à l'héroïsme et son contraire pouvait ainsi voir facilement que ce Clown là n'était en rien cet être jovial et bon enfant qui s'amusait à faire rire les nouvelles générations, enchaînant les blagues et l'humour potache. Non. Lui était d'un genre bien différent, bien plus habitué aux asiles qu'aux cirques. Il était... ça.

Bien sûr, Johan n'entendait en rien les paroles sombres et démoniaques de l'alter de son adversaire. Ainsi, les mots tintés de cette folie n'étaient pas compris de la bonne manière. Le comique voyait ainsi un simple taré qui, à la manière d'un enfant en plein caprice, rejetait bêtement l'autorité d'un géniteur peut-être un peu trop dur avec lui. Son non, son pas maintenant, n'étaient que des refus de la demande de l'électrifié quant à son départ, et en rien un dialogue interne, une bataille permanente entre l'homme et son pouvoir innommable.

« Hem... J'aurai du m'en douter... I guess. » Lança-t-il, levant ses épaules.


S'étirant lentement, il ne sembla même pas réagir à l'annonce de sa mort prochaine par cette faucheuse au look improbable. Laissant son électricité parcourir tout son corps, le réveillant un peu par la légère douleur qu'il ressentait à mesure que cette foudre animait chacune de ses cellules, le comique se préparait à l'affrontement. Un combat, bordel de merde. Il espérait simplement pouvoir gérer cet intrus sans trop avoir à se dépenser, la nuit n'en étant encore qu'à son début. Reposant ses deux yeux bleus sur son adversaire, il sentit son téléphone vibrer dans sa bouche. Surement un appel de cette délicieuse jeune femme. Légèrement soûlé, Johan glissa simplement sa main vers le téléphone, avant d'absorber l'énergie présente dans la batterie. Ça de moins.

Fainéant comme à son habitude, notre protagoniste laissa Tamashinki s'élancer en premier. Là où le pouvoir né de l'alter de Johan était relativement compréhensible lorsqu'on le voyait l'utiliser, ce n'était clairement pas la même chose concernant Corazon. Non, c'était même l'exact contraire. À la vision de ses deux océans illuminant son regard, Johan observa alors ces étranges bras d'une matière inconnue s'échapper du corps de son attaquant, dont il se servit pour s'élancer en l'air, se servant des murs de cette ruelle relativement étroite pour littéralement s'envoler lors d'un bond puissant. Pas mal ! C'était plutôt bien pensé. Mais comme précisé plus haut, c'était assez maigre pour comprendre les tenants et aboutissants de ses capacités.

Son alter était-il la maîtrise et la transformation de cette matière étrange qui formait les deux bras ? C'était plutôt maigre. À l'heure actuelle, Johan n'avait aucune idée de l'intelligence indépendante de l'alter... Ni de sa faiblesse à la lumière, élément que maîtrise de manière indirecte l'électrifié, sa foudre illuminant l'endroit.

Ingénieux, il usa même de ses griffes pour faire tomber quelques bouts de murs, ajoutant à ce déplacement un petit coup qui obligeait Johan à lui-même changer sa position. Naturellement, il sauta en arrière pour tenter de mettre de la distance entre lui et son adversaire, tout en esquivant les quelques débris. Malgré tout, le Clown était parvenu à passer dans son dos, avant de hurler encore quelques petites choses qu'il ignora, le sourire toujours présent.

« Pas mal, pas mal, je l'avoue. Mais t'es pas le seul à être capable d'en mettre plein la vue. »


Se retournant pour de nouveau faire face à son adversaire, Johan décida d'à son tour passer à l'attaque. Le style de combat du comique était plutôt particulier, étrange, différent. Là où la plupart des manieurs d'éléments se contentaient d'attaques brutales et létales, usant du potentiel de destruction des alters de ce type pour vaincre rapidement son adversaire, le comique usait de ça d'une manière différente. Il contrôlait le terrain, les déplacements de son adversaire, les siens. Ses attaques étaient légèrement plus faibles, tout en gagnant cet effet de zone, tout en démontrant son contrôle quasi-total sur sa foudre.

Oui, il jouait presque. Dans un sens où l'affronter était presque semblable à l'un de ses jeux de plateformes, notamment lorsqu'on est un combattant de corps-à-corps. Johan devient alors le maître du jeu d'une séance électrique où il tente, du mieux qu'il peut, d'anticiper les mouvements de son adversaire, de contrôler ses déplacements sans qu'il le sache. De le mener là où il le désire, pour enfin lui porter le coup final. Un style en finesse.

Ainsi, la présence de nouveaux arcs électriques parcourant son corps prouvèrent aisément qu'il s'apprêtait à attaquer. Abaissant sa main, de nouveaux pics de foudre s'élevèrent du sol pour s'élancer sur son adversaire. La foudre parcourra la ruelle, atteignant les murs... Et là, de nouveaux pics sortirent à leurs tours, encadrant le secteur, et fonçant comme un bloc vers Corazon. Malheureusement, l’étroite ruelle était à l'avantage de Johan. La lumière était ainsi concentrée, et surtout l'attaque prenait une bonne partie de la zone de combat. Sachant très bien qu'il pourrait retenter de s'échapper par le haut, le comique leva alors son autre bras en arrière, des pics flottant apparaissant derrière lui, prêts à s'abattre... Au cas où.

Oui, un jeu de plate-formes, d'esquive. Voilà à quoi ressemblait son style de combat.

Écrit et codé par Johan R. Grant
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone résidentielle-
Sauter vers: