:: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

D'une simple partie de cartes... [PV Kujaku Pen]

avatar
Natsume Tsurayaki
Élève de seconde année
Messages : 37
Points : 3
Puissance : 1 900
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 3:27
« D'une simple partie de cartes... - Le pro du Blackjack »


Les bas-quartiers…Pour la plupart des citoyens, dit « la masse », les gens normaux, c’étaient que des quartiers malfamés, infestés de malfrats, voire de vilains en devenir. En clair, c’était LE quartier à éviter absolument, sous peine de finir soit dépouillé, soit volé, ou pire encore, violé ou mort pour les plus malchanceux. Néanmoins, ce n’était pas le cas pour certaines personnes. Pour une poignée d’individus, ceux qui auraient, à tout hasard, connu les aléas des résidents de ces ruelles sinistres et insalubres, se dévoilait un endroit tout autre. Et c’était le cas pour le jeune Natsume : Un immense terrain de jeu s’offrait à lui en ces lieux, qui pour n’importe quelle personne, suinterait le crime et le commerce souterrain.

Notre jeune étudiant était dans un bar, niché dans le coin d’une ruelle que le soleil éclairait avec grand peine dans une seule et fine ligne entre les bâtiments à l’air vétustes, et certainement pas aux normes énergétiques actuelles. Le bar paraissait aussi insalubre et décrépit que les infrastructures alentours. Le parquet, d’un brun désaturé, grinçait sous les pas lourds des habitués. Chacun de ces grincements sonnait comme un gémissement plaintif émanant de chacune des lattes de bois sauvagement piétinées. L’endroit, lui, était dans l’obscurité totale. Seuls les fins rayons lumineux à travers le store se permettait de trancher l’obscurité, et de laisser voir les fines particules de poussière flottants dans la salle.

Qu’en était-il donc de l’adolescent ? Il était assis au fond de la salle, à une table où se trouvaient étalées quelques cartes. A en juger par la disposition, et les pièces qui étaient parsemées, le gamin venait de gagner une partie de BlackJack. Et le rugissement de l’habitué le confirmait amplement. Son adversaire, à l’imposant tour de bras, fit voler les cartes, avant de chopper Natsume par le col, qui restait impassible.

« Espèce de petit fumier ! C’est quoi ton secret, hein ?!! »

L’étudiant se contentait de garder le silence. Une main se posa sur l’épaule du gaillard, pour lui dire exactement ces mots.

« Allez, tirons-nous…Ça vaut pas la peine de s’embrouiller avec le barman pour un gamin… »

Le perdant relâcha le jeune homme, en poussant un « tch » de frustration. Les deux comparses sortirent alors du bar. Le garçon en chemise, lui, ramassait ses cartes avec un grand sang-froid, avec ce qui venait d’arriver. N’importe qui aurait tremblé en se faisant prendre le col par deux mastodontes. Mais lui, ça ne lui faisait absolument rien. Il se rassit, et se contenta de mélanger son jeu qui avait fini au sol auparavant.

Le bar était redevenu étrangement calme. Le regard noir du barman à l’encontre des deux trouble-fête était redevenu placide, nettoyant son verre avec nonchalance comme avec lassitude. Cet endroit donnerait le cafard à n’importe qui, en réalité. Par ailleurs, aucune fois depuis l’arrivée de Natsume il était fait mention de U.A. Même lui, s’était habillé en civil de sorte à ce qu’on ne sache pas d’où il vient. Cependant, sa chemise blanche et son pantalon noir ne trompaient personne. Tout le monde se souvenait de lui à cause des évènements du festival des sports de l’an dernier, ainsi que la prise d’otages de son stage, parue au journal télévisé. Cependant, cela ne gênait visiblement pas le moins du monde, qu’un apprenti héros se promenait dans les bas quartiers et plumait violemment les habitués. Après tout, il n’était pas encore professionnel. Quel mal pourrait-il faire ?

Le jeune homme battait ses cartes avec un certain détachement, alors que la lumière du jour venait percer l’obscurité. Dans cette déchirure lumineuse, une femme-paon était apparue, transformant l’univers jusqu’à maintenant désaturé en débauche de couleurs. L’indifférence de Natsume disparut, et se mua en un petit sourire mutin en voyant la nouvelle. Il haussa alors un peu le ton, et vint alors lui demander.

« Eh, bonjour, vous. Est-ce qu'un petit jeu, ça vous tenterait ? »

Son sourire mutin était devenu un sourire gentil, voire adorable. Mais plus qu’une invitation à jouer, c’était un véritable aller simple pour l’enfer. Un pacte avec le diable pour aller se faire directement plumer. Cette partie serait-elle un duel psychologique, ou un massacre à sens unique ?

Codé par Johan / Heine Rammsteiner
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kujaku Pen
Vilain Solitaire
Messages : 4
Points : 0
Puissance : 1 600
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 11:12
D'une simple partie de cartes...

Un rendez-vous. Un simple rendez-vous. Pourtant, même pas fichu de se rendre à l'heure à ce rendez-vous. C'est sous le regard du barman, que la femme fronça les sourcils, il ne lui avait suffi que d'un simple regard pour comprendre que la personne qu'elle devait voir allait être en retard.

En effet pas plus tard qu'hier, Kujaku venait de recevoir un appel, à vingt-trois heures du soir autant dire que ça ne l'avait pas plus enchanté que ça. Son mari étant d'or et déjà endormit, elle savait évidemment que ses filles ne dormaient toujours pas. Elle avait donc pris cet appel avec le plus de discrétion possible avant de se retenir de crier de colère. On venait tout juste de lui demander de venir aujourd'hui pour remettre en cause un de ses échanges, qui s'était plus ou moins bien passé. Elle ne put qu'accepter, fulminant intérieurement elle avait raccroché rageusement avant de revenir se coucher.

C'est donc à l'heure demandée qu'elle était arrivée dans les bas quartiers, comme à son habitude en venant ici elle essayait de se faire discrète. Enfin ce n'était pas le mot approprié cependant… Dans ces couloirs lugubres et dans les pièces humides du bar, elle se sentait que très peu à l'aise lui rappelant quelques souvenirs désagréable ressemblant aux lieux où elle charmait les hommes quand elle était jeune. Le sol en bois semblait coller sous sa semelle, on était loin des sols de marbres sur lesquels elle avait déjà marché. Et dans ce décors plus que déprimant et dégoutant se tenait Kujaku. Vêtue d'une robe bleue pastel s'arrêtant à ses pieds, le vêtement avait un large dos nu fait pour laisser son beau plumage en liberté, elle n'était pas très discrète. Ses talons aiguilles martelait le sol collant alors qu'elle commença à s'avancer vers le barman en fronçant les sourcils s'apprêtant à sortir une phrase acerbe dont elle avait le secret. Au final, ses mots ne purent franchir ses lèvres, comprenant que tous les regards étaient sur elle. C'est vrai qu'elle resplendissait parmi tous les clients du bar. Sa beauté était plus éclatante que jamais dans ce petit bar situé dans une ruelle mal famée. En même temps c'est déroutant, on ne s'attend pas non plus à retrouver une femme chaussée d'une paire de chaussure bleu roi ainsi qu'une robe dont le prix dépasse celui d'un salaire moyen. D'ailleurs, elle prenait un certain plaisir à se sentir observé et convoité, refrénant un sourire hautain elle passa son regard d'or sur l'ensemble des personnes s'attardant sur les deux mastodontes qui se dirigeait vers la sortie donc un, le plus calme a priori, loucha sur sa poitrine avec un sourire malsain avant de s'en aller.

Une fois le tour de la salle observée, elle croisa le regard d'un jeune homme battant ses cartes avec une dextérité surprenante. Le barman interpella alors la jeune femme ce qui la fit détourner le regard un bref instant.

« Je vous sers quoi mademoiselle Pen, demanda le barman d'une voix rauque et désagréable sûrement dû aux cigarettes fumées aux files des jours. »

Au son de la voix éraillée de l'homme, elle eut un frisson désagréable qu'elle tenta de cacher alors qu'elle répondit rapidement juste avant que le jeune homme l'interpelle qu'elle voulait un verre d'eau.

« Eh, bonjour, vous. Est-ce qu'un petit jeu, ça vous tenterait ? »

Elle haussera un simple sourcil s'approchant du jeune homme, le jugeant du regard rapidement. De multiples questions se bousculèrent dans sa tête, qu'est ce qu'un garçon de l'âge de ses filles pouvaient bien faire dans ce genre de quartier à battre des cartes. Surtout avec un air aussi innocent qu'adorable qui la rendait plus que perplexe. C'était ce genre de personne dont il fallait se méfier le plus. La plupart assumait être des malfrats, des gens non fréquentable, mais ceux qui paraissaient les plus agréables sont souvent les plus manipulateurs de ce qu'elle avait pu rencontrer.

« Tu as de la chance, j'ai du temps à perdre. Que me proposes-tu comme jeu petit ? »

Du temps à perdre… Elle n'avait pas tort, elle devait surtout patienter jusqu'à l'arriver de sa connaissance qui a eu la désagréable idée de l'appeler dans la nuit. De sortes, elle n'hésiterait pas à quitter le jeu ayant une excuse toute faites. Elle avait vu légèrement plus tôt que les deux hommes qui étaient en train de partir provenait de la table du jeune homme et à en juger par leurs attitudes ça ne s'était pas fini dans leurs sens.

Perplexe et intrigué, elle n'attendait plus qu'à voir ce que l'adolescent avait à lui proposer pour lui faire passer le temps indéfini qu'elle avait devant elle.

ft. Natsume Tsurayaki
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Natsume Tsurayaki
Élève de seconde année
Messages : 37
Points : 3
Puissance : 1 900
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 20:12
« D'une simple partie de cartes... - Le joueur et la bourgeoise »
La femme à qui il venait de proposer une petite partie de jeu semblait pour le moins étrange, difficile à cerner. Impossible de déchiffrer le moindre morceau de personnalité derrière cet air hautain et bourgeois. Un tel individu faisait tâche dans ces bas-quartiers. Si tâche, qu’elle irradiait à elle seule l’obscurité du bar, qui était auparavant omniprésente.

Sa démarche chaloupée et ta tenue pour le moins osée, suscitait les regards, principalement des coups d’œil pour le moins lubrique de la part des ivrognes attablés. A croire qu’ils avaient trouvé mieux à regarder que leur bouteille à moitié pleine, trouvant la viande bien plus attirante que l’alcool. Natsume, lui, n’en restait pas moins un homme et appréciait les courbes attirantes de la lady. Mais son regard était différent. Il les appréciait davantage comme une bonne peinture, que comme un rumsteck. Disons tout simplement que c’était un homme de goût, capable de se délecter des bonnes choses.

Mais pour le coup, le joueur de cartes voyait un autre aspect de la demoiselle. Un aspect pécunier. Une robe aussi extravagante et une personnalité aussi méprisante ne voulait dire qu’une seule chose : Qu’elle avait beaucoup, mais alors beaucoup d’argent. Ce qui, du coup, en faisait une jolie dinde à plumer lors de son jeu de cartes. L’étudiant allait encore se régaler à la caféteria de l’U.A., demain.


« Je vous sers quoi, Mademoiselle Pen ? »

La voix rauque du barman résonnait presque dans l’établissement. Il semblait connaître la « jeune » bourgeoise. Pourtant, elle ne semblait pas être du genre à fréquenter de genre d’endroits sales et malfamés. Qu’est-ce qui pouvait bien la pousser à venir ici… ?
Quoiqu’il pouvait en être, cela donnait d’abord l’envie au jeune Natsume de se raviser, bien qu’il jouait à la loyale, ou presque. Il ne voulait pas se brouiller avec le barman, et se faire interdire d’accès à son terrain de jeu favori. Mais l’homme derrière le comptoir ne semblait pas s’y opposer. Après tout, dans les bas-quartiers, c’était souvent « chacun pour sa gueule ». Et cela comptait pour l’adolescent, comme pour la bourgeoise.

Cette dernière semblait d’abord méfiante, puis intriguée par ce que lui proposait le garçon à la table. Celui-ci battait ses cartes avec un petit air impassible, avant de poser son deck sur la surface en bois. Il releva la tête, et se mit à sourire à la lady d’un air pour le moins espiègle.

« Tu as de la chance, j’ai du temps à perdre. Que me proposes-tu comme jeu, petit ? »

« Petit » ? Sérieusement… ? Le jeune homme atteignait très probablement sa taille. Peut-être disait ça par mépris, ou pour signifier leur probable différence d’age. Mais elle allait apprendre très vite à ne pas sous-estimer les plus jeunes. Surtout quand elle s’apprêtait à perdre bien des plumes dans un jeu.

«Oh, un simple jeu de cartes, rien de plus. Du blackjack, très exactement. Mais faites attention à vous. Je ne parie que de l’argent, et je suis plutôt fort à ce jeu. »

Natsume ne perdait pas son petit sourire espiègle. Pas un seul instant. En réalité, il pariait surtout l’argent de ses victimes, si on pouvait les appeler ainsi. Oh non, il ne trichait pas, mais le garçon possédait un avantage certain par rapport à ses adversaires : Son expertise. Si bien qu’il était capable de compter les cartes, augmentant largement ses chances de victoire. Une partie de blackjack, c’était comme un combat pour lui, et là étaient bien les seuls domaines où il savait se révéler bon et adroit.

Sans le savoir, le magnifique paon avait fait un pas de plus vers l’enfer.

Codé par Johan / Heine Rammsteiner
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kujaku Pen
Vilain Solitaire
Messages : 4
Points : 0
Puissance : 1 600
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Aoû - 22:42
D'une simple partie de cartes...

Rabattant correctement son plumage derrière elle, elle s'assied devant le jeune homme et la table en bois, observant attentivement le deck des yeux venant ensuite relever le regard vers l'étudiant. Elle avait plus l'impression de jouer à un jeu de société avec une de ses filles qui devaient à vue d'œil faire le même âge que le jeune homme.

Ce dernier semblait pour le moins surprenant, quelqu'un d'aussi poli et espiègle en ces lieux étaient rares. Mais après tout, une riche comme elle était tout aussi riche. Elle en oubliait parfois qu'elle fréquentait souvent ces lieux autrefois. Elle sentait comme un peu de nostalgie dans l'air, même si elle ne fréquentait pas ce bar le lieu était assez similaire. Le jeune homme devait sûrement être intéressé par l'argent qu'elle pouvait posséder pensa la femme. Kujaku le pensait, mais le croyait aussi dur comme fer, avec tous ses vêtements elle était le pigeon parfait.

À une différence près. Elle était loin d'être un pigeon, mais un paon, le paon, lui, ne se fait pas plumer comme une vulgaire oie ou dinde. Le paon nargue les autres de sa ruse et son allure majestueuse en toute circonstance. Dans l'histoire, elle ferait tout pour s'en sortir gagnante. Il n'y a pas de petite victoire après tout.

«Oh, un simple jeu de cartes, rien de plus. Du blackjack, très exactement. Mais faites attention à vous. Je ne parie que de l'argent, et je suis plutôt fort à ce jeu. »

Du blackjack… Elle en connaissait les règles et avait déjà joué plusieurs fois. Comme elle s'y attendait l'étudiant voulait le contenu de son portefeuille. S'il était fort à ce jeu, c'était risqué. Et le jeu n'en valait pas réellement la chandelle. Mais l'idée de s'ennuyer si elle refuse ne l'enchantait pas vraiment. Passer son temps autour d'un verre d'eau observer par les alcooliques du coin cela allait un temps.
Elle aurait vite marre et s'en irait sans même aller voir l'homme qu'elle était censée rencontrer. Du temps perdu en soit et il était plus rentable pour elle d'un certain sens de rester avec l'étudiant. Son portefeuille en pâtirait, mais après tout elle ne part pas pessimiste et gardant sa confiance en elle débordante. Kujaku allait s'en sortir gagnante quoiqu'il arrive.

« Soit, ça me va. Par contre, je ne suis pas bien sûr des règles j'y ai joué il y a tellement longtemps. Je devais avoir ton âge quand la dernière fois que j'ai joué, dit-elle d'un ton nostalgique »

Tout en disant ça, un fin sourire agréable et paraissant sincère s'étira sur ses lèvres, tout simplement dans le but de feindre la naïveté. Aussitôt sa décision prise elle sortit un objet de son sac, qui était évidemment de marques, il était blanc le tout vernis qui rendait l'objet kitsch.

L'objet donc était un portefeuille, rien de plus simple, dont elle sortit le montant tout rond de treize mille et cent treize yen. Ce qui n'était pas une banale somme puisque cela équivaut à cent euros.

« C'est suffisant comme somme je pense non… ? Si c'est trop ou pas assez faites-le-moi savoir. Je ne sais pas combien vous avez l'habitude de miser jeune homme. »

Toujours d'une voix qui se veut gentille et innocente, elle pencha la tête légèrement lors de sa demande. La mère de famille se doutait bien que la somme désignée était assez importante pour un étudiant, ce n'était pas une somme banale pour Kujaku non plus. Elle avait une notion de l'argent assez stricte. Mais juste pour le plaisir de s'amuser avec le jeune homme elle était prête à miser beaucoup.

« Au fait, je ne me suis pas présentée et j'en suis désolé, je me nomme Kujaku Pen, prononce-t-elle d'une façon éloquente et polie en souriant à l'étudiant. »

ft. Natsume Tsurayaki
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Natsume Tsurayaki
Élève de seconde année
Messages : 37
Points : 3
Puissance : 1 900
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Sep - 1:23
« D'une simple partie de cartes... - Présentations et Séduction »
La jolie trentenaire, qui en faisait beaucoup moins, semblait bien confiante, avec un joli sourire. Des lèvres que Natsume aimerait beaucoup dévorer. Après tout il était jeune, célibataire, et les hormones n’étaient pas en arrière-plan à cet âge-là. Il joua la carte du sourire charmeur, tout en écoutant les belles paroles de la femme-paon.

« Soit, ça me va. Par contre, je ne suis pas bien sûre des règles, j’y ai joué il y a tellement longtemps. Je devais avoir ton âge la dernière fois que j’ai joué. »

Eh oui, c’était comme ça que le bel étudiant avait appris que la sublime demoiselle qui se tenait assise devant lui était plus vieille, bien plus vieille que lui. Il avait fait dans sa tête l’association entre « ton âge » et « tellement longtemps ». Ça, et un deuxième détail. Outre l’appétissant montant de treize mille et cent yens qu’elle avait sorti, il se trouvait que la jolie dame avait une alliance à l’annulaire. Pas de chance, elle était mariée... Puis de toute façon elle n’aurait pas voulu de lui, après tout il aurait été bien jeune pour une trentenaire.

« C’est suffisant comme somme je pense, non… ? Si c’est trop ou pas assez, faites-le moi savoir. Je ne sais pas combien vous avez l’habitude de miser, jeune homme. »

C’était beaucoup. Et même très tentant de la pousser à miser autant. Natsume commençait à se dire qu’il avait ferré un gros poisson, mais il se devait de penser au-delà de ça. S’il était trop gourmand, il pourrait tout perdre. Après tout, ce n’était peut-être qu’une naïveté de façade, et elle aurait prévu un plan pour le plumer lui. Il était très compliqué de trouver un équilibre entre prudence et appât du gain. Malgré ça, l’étudiant opta pour une stratégie plus douce, allant sur le grignotage, petit à petit, du portefeuille de sa belle proie. Il esquissa un adorable sourire, ma foi, plutôt convaincant, pour lui répondre.

«Eh bien, pas besoin de miser autant, ma belle demoiselle. Trois mille yens suffiront largement…Je suis étudiant, vous savez. Je ne suis pas bien riche…Je joue avant tout pour m’amuser. »

Cette phrase sonnait aussi hypocrite qu’un ivrogne qui prétendrait pouvoir tenir debout. Et ce, malgré l'air enjoleur et charmant qu'il employait. La chose la plus amusante pour Natsume dans ses parties, c’était la mine déconfite des pigeons qui se faisaient plumer chez le prodige du blackjack. Un petit plaisir sadique qui le perdra certainement plus tard. En attendant, c’était probablement la seule trace de méchanceté présente dans le garçon. Une espèce de cicatrice indélébile que la rue lui aurait laissé. Il commença alors à battre les cartes sans un mot, puis posa les trois mille yens qui lui servait de réserve de jetons. C’est alors que la jeune femme se mit à parler, avec un sourire et poli.

« Au fait, je ne me suis pas présentée et j’en suis désolée, je me nomme Kujaku Pen. »

Son sourire fit l’effet d’une bombe sur le jeune étudiant. Chaque parole qu’elle prononçait la rendait plus séduisante, et donnait l’envie à Natsume d’en faire son quatre-heures. Si bien que sa confiance en fut ébranlée l’espace d’un instant. Toutefois, il ne pouvait pas se permettre de sous-estimer son adversaire. Son honneur et l’enjeu financier était bien trop grand. Il se contenta d’offrir un nouveau sourire charmant, répondant poliment à la magnifique femme-paon qui se donnait la peine de se jeter dans la gueule du loup.

« Je m’appelle Natsume, enchanté. Désolé de ne pas m’être présenté avant également. »

Il distribua les cartes, calmement, en dévorant la dame du regard. Et sans même regarder ses cartes, il posa une mise de 200 yens sur la table. Il n’avait pas besoin de faire plus, son talent fonctionnait tout seul. Rien qu’en ayant compté, il savait qu’il était à 20 points. Il lui restait déjà deux alternatives, à la demoiselle : Piocher et perdre, ou rester ainsi et perdre. Quoiqu’elle choisisse, l’issue serait la même, et ça, le jeune garçon ne le laissait pas même paraître. Pas un seul instant.

Codé par Johan / Heine Rammsteiner
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kujaku Pen
Vilain Solitaire
Messages : 4
Points : 0
Puissance : 1 600
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Sep - 18:51
D'une simple partie de cartes...


Le regard du jeune homme parlait de lui-même, Kujaku l'avait d'or et déjà séduit. Elle y voyait une occasion de gagner, néanmoins la méfiance la rappela rapidement à l'ordre. Le voyant refuser la somme d'un ton dès plus hypocrite, un doute s'immisça doucement en elle.

Le jeune homme qu'elle avait devant elle, ou plutôt l'homme car dans ce jeu on pouvait clairement voir qu'il avait plus de maturité qu'il le laissait transparaître. Pourtant, son visage ne changea point d'expression, avec un certain mal elle réussit à garder cette façade.

«Eh bien, pas besoin de miser autant, ma belle demoiselle. Trois mille yens suffiront largement…Je suis étudiant, vous savez. Je ne suis pas bien riche…Je joue avant tout pour m'amuser. »


Ce jeu n'en valait clairement pas la chandelle, mais elle voulait simplement s'amuser pour le moment. Et puis elle avait déjà un plan tout bien calculé. Enfin plus ou moins, il ne fallait pas non plus exagérer, elle avait juste un plan B en cas d'échec. La somme importante sur la table disparaissa alors pour laisser sur la surface plane en bois cinq cents yens.

« Vu que tu mises pour l'instant que deux cents yens, je mets milles cinq cents yens, sourit-elle d'une voix d'une grande douceur. »

L'adolescent avait décidément l'air subjugué par la bourgeoise, assez en tout cas pour qu'elle s'en rendes compte. Elle comptait bien usé de ses charmes n'ont pas pour gagner, mais pour le voir être déstabilisé. Car il fallait le dire, voir ce genre de personnes être gênés ou déstabilisé cela l'amusait grandement. Elle se pencha donc légèrement laissant voir une légère marque entre ses seins par son col en V.
S'attendant à ce que l'adolescent s'y intéresse quelques secondes, feignant l'indifférence son regard ambré était dirigé vers ses cartes. Vu ce qu'elle avait intercepté dans ses mains, elle n'avait pas de grande chance de gagner. Sa dernière partie de cartes ne datait pas d'hier. Le présumé Natsume avait l'air d'être un expert en la matière, il suffisait de voir la dextérité qu'il avait en maniant ses cartes. Le brun était habitué, très habitué. La jeune femme devant lui comprenait doucement qu'elle avait de moins en moins de chance. Mais, elle avait toujours son plan B !

« J'espère que tu seras gentil avec moi et que tu ne vas pas m'anéantir directement, elle lâche un petit rire et reprends, tu as l'air bien à l'aise avec tes cartes, tu joues au black jack depuis longtemps dis moi ? »

Elle piocha alors une carte ne sachant pas trop quoi faire ne se souvenant pas vraiment de ce qu'il fallait faire. S'appuyant sur son coude tenant son menton, elle fronça légèrement les sourcils tout en regardant ses cartes réfléchissant à ce qu'elle pourrait faire. Pour le coup, elle semblait vraiment réfléchir, non pas aux cartes, mais de quelle façon elle arriverait à réussir son plan B. Il était assez simple à vrai dire, mais, il fallait quand même que le brun ne se doute de rien avant un p'tit moment. De sa main droite elle vint caresser une de ses plumes, passant ses cartes dans son autre main, réfléchissant toujours.

ft. Natsume Tsurayaki
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Bas quartiers-
Sauter vers: