:: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Swordancer × Elyah Kinta [Terminée.]

avatar
Messages : 46
Points : 4
Puissance : 1 900
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 11:13
image_banniere
• Nom : Kinta
• Prénom : Elyah
• Surnom : Swordancer, Ely', Lyly
• Age : 26 ans
• Sexe : Féminin
• Groupe : Héros
• But : Former de nouveaux héros pour un jour pouvoir
prendre sa retraite l'esprit tranquille.



Fragments
En utilisant des objets, Elyah leur transmet involontairement de l'énergie. Celle-ci est indétectable et inexploitable par d'autres que la jeune femme. Une fois une certaine quantité d'énergie accumulée, Elyah peut alors contrôler ces objets par la pensée. Plus elle contrôle d'objets en même temps, plus elle doit se limiter à des actions simples, et généralement, elle se sert de son pouvoir pour employer plus d'épées qu'elle n'a de mains durant les combats.

La transmission involontaire d'énergie n'est pas le seul moyen de générer ce lien avec les objets, Elyah peut insuffler volontairement l'énergie nécessaire dans un objet. Toutefois, passé un certain temps, les objets dans lesquels l'énergie a été projetée de force vont finir par la rejeter, cassant le lien kinesthésique. Le temps varie souvent en fonction de la taille et du poids de l'objet, plus il est gros, plus vite le lien va se rompre.
La demoiselle a également besoin de dix secondes à une minute pour forcer un lien par le biais d'un contact physique.

A ce jour, Elyah utilise au combat quatre à cinq épées (deux dans les mains qui ne sont pas encore liées et trois dans les airs qui réagissant à ses pensées) mais également un skateboard noir qui lui permet de léviter quand cela est nécessaire. Et puis presque l'entièreté de son appartement est aussi contrôlable, mais les brosses à dents n'ont jamais été des armes bien redoutables.


Au fond du couloir, vous pouvez voir arriver une jeune femme avançant d'un pas déterminé. Sa silhouette est fine, vous pouvez la deviner sportive et entraînée. Alors qu'elle se rapproche, vous remarquez que sa courte chevelure blanche flotte autour de son visage, tel un halo fantomatique, et cet aspect est d'autant plus renforcé par sa peau laiteuse, presque livide. Vous frissonnez légèrement alors que l'écart entre vous se réduit encore. La demoiselle ne vous paraissait pas bien grande au départ, mais vous devez avouer que vous n'avez pas l’œil pour ce genre de chose, vous ne pouvez le deviner, mais elle mesure tout de même un mètre soixante-dix-neuf, ce qui est plutôt grand pour une femme au Japon.

Toute vêtue de noir, vous notez que sa tenue est plutôt simple : un pantacourt surmonté d'un débardeur. Quelques chaînes argentées ornent son cou et ses poignets, mais rien de vraiment tape-à-l’œil. Votre regard s'arrête un instant sur ses chaussures : des baskets plutôt usées sur lesquelles de la boue a largement eu le temps de sécher. Si vous vous y connaissiez, vous auriez pu analyser qu'elle est une personne aimant courir, et ce peut importe le temps extérieur, mais vous n'en avez pas le temps, car voilà qu'elle se trouve à votre hauteur.

Ses grand yeux bleus glacés ne vous calculent même pas, ils sont figés sur l'extrémité du couloir d'où vous provenez. Son visage est pur, et il y a encore quelques traits enfantins qui subsistent malgré de très légères rides aux coins des yeux. Elle est encore jeune, et plutôt jolie dans son style avec ses lèvres pulpeuses et son petit nez en trompette. Sans doute sous le coup du stress, elle se mord doucement ses lèvres, et en vous y attardant, vous notez que cela doit être une habitude : la peau de ses lèvres étant bien abîmée. Votre regard de lourd descend le long de son cou et se retrouve inévitablement attiré par ce qui se trouve un peu plus bas : le décolleté d'une poitrine ferme et rebondi. En bon expert, vous devinez un joli 95D, peut-être même E...

Sortant de votre torpeur, vous remarquez que la jeune femme vous a dépassé. Sans aucune gêne, vous vous retournez pour terminer votre analyse. Des cuisses musclées vous attirent aussitôt, tout comme les hanches qu'elles soutiennent. Et vous restez là, bras ballants, sans rien dire. D'un coup, la jeune femme se retourne et d'un geste de la main semble vous inviter à la suivre. Un peu choqué, vous faites un pas dans sa direction quand tout à coup une épée frôle votre visage et rejoint la jeune femme. Celle-ci vous adresse un regard de dégoût et reprend son chemin alors que vous essuyez les quelques gouttes de sang roulant de la légère coupure sur votre visage.


« Qu'est-ce qui fait la différence entre un héros, un anti-héros et un vilain ? Les choix. Nous choisissons de consoler un enfant qui vient de faire tomber sa glace, comme nous choisissons de la piétiner allègrement. Et nous sommes responsables de nos propres choix. » AeroPunch.

Elyah a grandi avec cette phrase placardée dans sa chambre, bien agencée parmi tous les portraits de héros méconnus qu'elle appréciait. A présent adulte, ce dessein la guide dans ses actions, elle essaye toujours de penser aux conséquences de ses actions et de ses paroles, ce qui au final la pousse à parler peu et à beaucoup ressasser silencieusement les différentes possibilités s'offrant à elle. Les imprévus la déstabilisent et l'irritent facilement, que ce soit en mission ou dans la vie de tous les jours : un retard dans les transports en commun, une invitation à sortir, un bandit qui fait quelque chose d'inattendu ou de stupidement imprévisible... Et quand cela arrive, elle n'hésite pas à sermonner les gens qui viennent perturber son équilibre.

Avec ce mode de vie millimétré, la jeune femme a développé de grosses lacunes en terme de sociabilité. Elle n'est pas méchante, mais les gens savent rarement sur quel pied danser face à son visage fermé et son regard glacé. Certains la trouvent prétentieuse et hautaine, peut-être y a-t-il une part de vérité là dedans, mais le fond du problème est qu'elle n'est juste pas à l'aise en société. Elle a le sourire facile pourtant, mais si seulement cela suffisait.

Avec ses rares amis, Elyah se montre très proche et très soucieuse de leur bien être. Toujours prête à donner un coup de main, elle en fait même parfois un peu trop et doit être freinée avant de franchir la limite de l'embarras. Mais elle est extrêmement loyale et investie dans tout ce qu'elle entreprend, excepté dans ses relations intimes. Là, c'est plutôt chaotique et épisodique : il peut lui arriver d'enchaîner les coups d'un soir, puis de subitement s'arrêter pendant plusieurs mois sans que rien ne semble déclencher ce comportement. Quant aux relations à long terme, elles sont apparemment exclues, Elyah s'attache à ses amis, mais jamais à plus.

Au combat, Swordancer est dangereuse de par sa capacité à manier plusieurs lames par le biais de son esprit, et elle a donc tendance à se concentrer sur son environnement proche plutôt que de voir le tableau dans l'ensemble. Elle n'aime pas laisser traîner les affrontements en longueurs, elle préfère viser directement la soumission de son adversaire en essayant de le blesser le moins possible.

Niveau passions et goûts, Elyah dessine plutôt correctement et a même réussi à publier un doujin one-shot plus jeune, mais à présent, elle gribouille plus pour passer le temps. Elle est par ailleurs végétarienne et addict aux sucreries et pâtisseries. Elle compense cela en pratiquant beaucoup de sports différents, dont des sports de combats.



Chapitre 0. A l'aube.

Doucement, le jour s'éveille sur un petit village côtier. Le vent joue dans les vagues, les repoussant doucement sur le sable frais et détrempé. La marée va et vient sans se lasser, dans un doux bruit de clapotis qui a bercé les nuits et les jours de cette terre depuis des millénaires. La vie revient peu à peu dans les rues et sur les eaux, les marins s'en vont aux premières lueurs et les plus téméraires ne rentreront que lorsque le soleil regagnera son lit. Mais ce temps est encore loin. Un homme matinal sort avec son chien, un petit bâtard vif et prêt à affronter cette belle journée, alors que son maître doit encore se battre avec le voile de son sommeil. Prenant son chemin habituel, l'homme se laisse promener à la suite de son animal. Ils traversent sans vraiment faire attention, mais à cette heure-ci il y a encore heureusement peu de voitures. Ils longent la plage et là, le maître laisse libre court au canidé. Celui-ci s'élance vivement, soulevant à sa suite le sable en une petite fumée poussiéreuse. L'homme s'assoit et il attend. Il va attendre que son chien se défoule suffisamment, et puis il rentrera, boira son café et se préparera pour aller au travail. C'était routinier, mais il n'attendait rien d'autre de la vie. Depuis que sa femme l'avait quitté, il n'y avait plus que son brave Frizzi et son travail pour le maintenir à flot. Au souvenir de son récent divorce, son cœur se comprima et il cacha son visage dans ses mains.

Des aboiements retentirent par dessus le babil aquatique. L'homme releva la tête, à l'écoute, séchant ses larmes du revers de sa main. Il appela son chien, mais celui ne vint pas. Inquiet, il se leva brusquement et parti à sa recherche dans les dunes. S'il ne se trompait pas, il devait y avoir une grotte dans cette direction. S'en approchant, il eut la confirmation que les appels de Frizzi venaient de l'intérieur. Il l'appela à nouveau, mais l'animal ne se montra pas. En faisant attention à ne pas glisser sur les pierres humides, l'homme entra et au passage, il remarqua comme une faible lueur au fond de la grotte. Une ombre passa devant et un nouvel aboiement, anxieux celui là, l'invita à s'avancer d'avantage. Ses yeux s'habituèrent doucement à la faible luminosité, et il étouffa un petit sanglot. Une jeune femme était allongée sur les pierres, sa robe était teintée de sang et une mare rougeâtre séchait doucement entre ses cuisses. Frizzi était à ses côtés, il regardait le petit paquet que la défunte portait dans ses bras. L'homme ne voulait pas regarder, mais il n'avait pas le choix. Allait-il revivre cette scène ? Tremblant, il déglutit avec peine et prit doucement le petit être dans ses bras. Pendant un instant, il crut voir un visage bleu, étranglé par son propre cordon, et il faillit bien lâcher l'enfant... Un gazouillement le tira de sa torpeur cauchemardesque et son regard rencontra la bouille fripée du bébé, bien rose et surtout bien vivant. L'homme regarda son chien, et celui-ci pencha légèrement la tête sur le côté, la langue pendante.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~*~*~*~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« Quelle matinée... Ça va Tetsuya, tu tiens le coup ? »

Un large bonhomme vint abattre sa lourde paluche sur l'épaule de l'homme. Il regarda son ami et collègue, et secoua la tête. Non, ça n'allait pas fort, cette découverte macabre l'avait pas mal secoué et avait surtout ravivé de douloureux souvenirs. Il soupira et repris l'écriture de son témoignage tout en jouant pensivement avec son badge. Malgré le fait qu'il soit policier, sa position de témoin l'empêchait légalement de mener l'enquête, et pourtant... Il brûlait de découvrir pourquoi cette pauvre fille avait préféré risquer sa vie pour donner naissance à sa petite dans cette grotte, plutôt que d'être prise en charge dans un hôpital. En tout cas, ils avaient l'identité de la défunte : Elyah Templeton, une américaine venue s'installer au Japon il y a deux ans. Le bébé était entre les mains des médecins et ceux-ci lui avaient assuré qu'une heure de plus, et le petit bout de chou aurait sans doute succombé à une hypothermie.

Ses doigts se crispèrent. Pauvre gosse. C'était terrible de perdre ses parents, heureusement qu'elle n'avait pas l'âge de comprendre. Tetsuya releva les yeux et il remarqua que son collègue, Kiyotoki, ne l'avait pas lâché du regard. Il était soucieux, normal après tout. L'homme tenta de le rassurer d'un sourire, mais il ne put lui montrer qu'une moue tordue et finalement peu consolante. Oui, il n'avait pas le moral, mais tant pis. Il savait quoi faire pour se changer les idées: enquêter. Foi de Tetsuya Kinta, il trouverait des explications.

Chapitre 1. Rêves d'antan.

« Papaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!! »

Une petite voix enfantine le réveilla de sa sieste. Tetsuya se frotta les yeux et regarda la petite fille qui venait à lui, le visage rougit par les larmes et ses vêtements couverts de boue. Il lui frotta doucement la tête et la prit sur lui. Elle n'avait que six ans, mais elle était déjà bien grande pour son âge, sans doute était-ce dû à sa chevelure blanche qui la vieillissait un peu. Il sécha ses larmes et la laissa se calmer. Quelques minutes passèrent, et après de longs reniflements, elle finit par lui avouer qu'Eugène l'avait poussée parce qu'elle était amoureuse de Shûya. L'homme lui sourit, heureux de son insouciance.

Il ne savait pas si un jour il pourrait lui dire d'où elle venait et encore moins qui était son véritable père. Il lui caressa le visage et la berça doucement contre lui. Il ne le voulait pas, mais à un moment, il devra lui dire la vérité, avant qu'elle ne le découvre par elle-même et ne le prenne très mal. Ce n'était pas le genre de nouvelle que l'on accueillait avec le sourire, même lui avait été choqué à l'époque...

◄◄ Flashback ► Kiyotoki claqua un dossier devant lui. Un nom figurait dessus, celui d'un chef de gang assez retors. Tetsuya leva les yeux sur son collègue, interrogateur : cette histoire serait liée aux Yakuzas ? Non... Son ami s'assit face à lui en soupirant, la tournure des évènements ne lui plaisait pas du tout.

« Selon mes sources, Mlle Templeton serait arrivée au Japon pour terminer des études en commerce, malheureusement, elle semble avoir attiré l'attention de Fukuda vers janvier de l'année dernière. Il l'aurait séduite, mais elle a sans doute déchanté en comprenant qui il était réellement. »

« Déchanté au point qu'elle ait décidé d'accoucher dans une grotte ? »

Kiyotoki baissa les yeux et lui indiqua d'ouvrir le dossier sur Fukuda. Avec l'effervescence produite par l'affaire du bébé de la grotte, il avait décidé de ne plus regarder la télé et il avait loupé clairement loupé l'assassinat de Fukuda, la veille de la découverte de la plage.

« Templeton a sans doute eu vent de la mort du père de son enfant, et elle a peut-être eu peur que ses ennemis s'en prennent à elles. »

Tout cela devenait vraiment trop compliqué. Tetsuya se frotta le visage pour essayer de se concentrer, mais tout ce à quoi il pouvait penser étaient les papiers d'adoption qui traînaient négligemment chez lui, sur sa table de salon. ►► Flashforward ►

Finalement, l'affaire du bébé avait vite été classée sans suite, faute de preuves évidentes et faute de témoins, d'autant plus qu'il ne s'agissait pas d'un meurtre. La police se concentra d'avantage sur Fukuda car c'était une occasion formidable de démanteler son cartel. Et après plusieurs mois de dossiers et de passages devant les juges, Tetsuya avait finalement réussi à adopter la petite Elyah. Petite Elyah qui dormait à présent sur lui, sans avoir conscience qu'elle le couvrait de boue. Il sourit, et ferma à son tour ses yeux.

Chapitre 2. Perte de repère.

Le cercueil s'éleva doucement à une dizaine de centimètres du sol et il suivit une jeune fille de quatorze ans. Sa chevelure blanche était en bataille, ses yeux rouges et son teint livide. A ses côtés, un grand bonhomme baraqué en uniforme de police, Kiyotoki, meilleur ami de son père. La jeune fille s'arrêta au bord d'un trou et, regardant le cercueil, elle ordonna à celui-ci de descendre doucement dans la tombe. Jamais elle n'aurait pensé un jour utiliser son pouvoir de la sorte, mais qui souhaiterait prévoir la mort de son père adoré ? Tetsuya avait perdu la vie dans l'exercice de ses fonctions : lors d'une prise d'otage, le vilain tira un peu au hasard, et le policier se prit une balle de plein fouet. Il mourut sur le coup. Le croque-mort posa ses mains au sol et il commença à refermer la terre sur le cercueil. La cérémonie était sobre, selon le souhait d'Elyah. Son père s'était toujours montré très modeste, et elle souhaitait ne pas déroger à sa personnalité, ce qui signifiait pas de grande parade, peu de faire-part de décès, peu de monde, mais du monde qui l'aimait ou l'avait aimé. Son ex-femme était là, d'ailleurs. Elyah la regarda tristement. Elle n'était pas sa mère, et Tetsuya n'était pas son père. Elle le savait depuis un moment maintenant, mais cela n'importait plus à présent. Reniflant légèrement, elle sentit le bras de Kiyotoki lui entourer les épaules alors que sur la tombe fraîchement recouverte fleurissaient déjà des fleurs et poussait de l'herbe.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~*~*~*~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Suite au décès de son père, Elyah logea chez Kiyotoki et son épouse le temps de terminer ses études. Ils étaient très bons avec elle, et ils parvenaient à lui faire garder pied. Son temps libre, elle le passait comme d'habitude avec Eugène et Shûya, ses meilleurs amis depuis l'enfance. Ceux-ci l'aidèrent aussi à remonter la pente et à lui faire penser à autre chose grâce à leur passion commune : les Héros. La demoiselle était friande d'informations sur les Héros peu connus de la capitale, les chevaliers de l'ombre qui n'aiment pas les feux des projecteurs, tandis que ses camarades étaient de grands fans de All Might ou Endeavor, les gros bonnets en somme. Ils bûchèrent très dur leur dernière années et tous trois s'inscrivirent pour entrer à l'académie U.A..

L'examen d'entrée fut une véritable surprise pour eux. Venus exprès de leur campagne pour le passer, ils ne savaient rien à son sujet et ont été assez surpris par sa forme. Elyah réussit aussi bien l'examen pratique que théorique, de même que Shûya, mais cela fut un peu plus compliqué pour Eugène. Néanmoins, quand les résultats arrivèrent, ils furent heureux d'apprendre qu'ils étaient pris, même si seule la demoiselle avait été retenue pour la filière héroïque.

Chapitre 3. Les années lycée.

La vie à Musutafu aurait pu être compliquée, d'abord car Eugène et Elyah étaient orphelins et donc sans personne pour les loger, mais c'était sans compter Shûya et sa famille pleine aux as. Ils décidèrent donc de partager un appartement tous les trois et ainsi commença leur vie étudiante. Que ce soit dans la filière héroïque ou dans la générale, les jeunes gens se débrouillaient au mieux de leur capacités. Les cours allaient bon train, et les années passèrent sans véritable changements. Enfin, presque. Les trois amis virent leurs personnalités évoluer au fur et à mesure de leur apprentissage. Ils durent se rendre compte que le monde était gris, et non noir ou blanc, que certains bandits ne l'étaient pas par plaisir mais par nécessité ou à cause d'un passif. Leurs avis commencèrent alors à diverger. Elyah pensait qu'un vilain pouvait se repentir, s'il décidait de faire les bons choix ; Eugène était d'avis que tous les vilains, sans exception, devraient être condamnés ; et Shûya... Shûya trouvait que certains vilains avaient raison de vouloir bousculer ce monde trop propret.

Bien vite, les trois jeunes cessèrent de trop se parler. Ils vivaient encore ensemble, mais comme des colocataires. Chacun faisait sa vie de son côté, et Elyah rencontra son premier amour. C'était une jeune fille du nom de Shaïma, elle avait des yeux de serpents et sa peau froide était recouverte d'écailles multicolore. Leur passion fut intense, mais surtout brève car Shaïma ne prenait pas cela au sérieux et sortait avec qui elle voulait en même temps. Elyah mit un terme à leur histoire avant qu'elle ne devienne toxique, mais elle en garda une profonde blessure, celle du premier amour, de la première peine. Par la suite, elle enchaîna les rencontres mais sans jamais rien tenter de sérieux, préférant se concentrer sur son diplôme. Elle l'obtint d'ailleurs aisément et, une fois celui-ci en poche, rejoignit une agence spécialisées dans les héros discrets.

Chapitre 4. ERASED.

Peu de monde est au courant des missions et sauvetages réussis par Swordancer, la mystérieuse manieuse d'épées. Pendant un temps, les journalistes essaient d'en apprendre plus à son sujet, mais comprenant que son silence radio et sa discrétion n'étaient pas feints pour attirer le public, ils reportèrent rapidement leur intérêt sur d'autres héros friands de célébrité. De même, Elyah parle peu de cette partie de son passé, elle en est fière, bien évidemment, mais il semble s'être passé des choses qui l'ont fait se replier sur elle-même. Peut-être est-ce simplement dû à ce mode de vie sobre, mais toujours est-il qu'elle a développé un côté asocial assez prononcé.

Chapitre 5. Retour à U.A..

Après huit années passées dans cette agence, Elyah découvrit un matin que U.A. recrutait des professeurs. Des documents avaient été envoyés aux différentes agences, dont la sienne, et elle lu l'annonce avec beaucoup d'attention. U.A. n'avait pas été la part de sa vie la plus formidable, elle réservait cette place aux moments passés avec son père, mais tout de même, ce serait formidable d'enseigner à la jeunesse et de voir de nouvelles fleurs éclore, robustes et pleines d'idéaux. Et peut-être même aurait-elle la chance d'empêcher certains jeunes de finir comme Shûya. Celui-là avait décidément bien mal tourné... Mais là n'était pas son histoire. Après quelques entretiens faisant suite à sa candidature, Elyah fut honorée d'apprendre qu'elle a été retenue pour un poste.


image_footer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 195
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 12:21
Welcome et bonne chance pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 46
Points : 4
Puissance : 1 900
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Aoû - 10:53
Fiche terminée, bonne lecture ! o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 195
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Sep - 18:01
Des héros ! Ouiii \o/ Welcome ! Jolie fiche !

Voilà ta note :

Longueur : 250 / 400
Orthographe : 250 / 300
Style : 500 / 700
Originalité : 400 / 600
Autres bonus : 200 (Héros) + 200 (V.2.)

Total : 1 800 points de puissance.

Voilà voilà, occupe toi de ta ft et rp ma grande \o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: