:: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Uraiko Gintamaru "Le coeur à ses raison que mon poing t'imprimera dans la gueule (j'suis gentil en fait.)"

avatar
Uraiko Gintamaru
Élève de première année
Messages : 15
Points : 0
Puissance : 1 500
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 4:41
image_banniere
• Nom : Gintamaru
• Prénom : Uraiko
• Surnom :Ura, Ura-kun, Rainbow(+suffixe au choix)
• Age : 16 ans
• Sexe : Masculin
• Groupe : Etudiant héroïque en première année
• But : Devenir un héros et comprendre ses émotions.
Alter : Heart Burst (Activation)
Un nom bien étrange et pourtant il est assez approprié même si il ne décrit pas comment l’Alter fonctionne. En bref, Uraiko peut déployer une énergie qui circule en lui, cette énergie deviens plus puissante en fonction des sentiments qu’il ressent. Cela paraît simple mais c’est en réalité plus complexe que cela. Ce pouvoir semble s’être éveillé tard chez ce garçon mais en réalité c’est parce que ses effets n’ont été perçu qu’a ses douze ans. Si on regarde en profondeur le fonctionnement du Heart Burst, on voit que celui-ci est produit par les hormones, plus précisément les mélanges hormonaux. Ceux-ci circulent au travers d’un genre de système nerveux supplémentaire qui parcourt tous le corps d’Uraiko et permet ainsi la circulation de l’énergie. Normalement son corps rejette l’énergie naturellement (mais elle le fortifie, c’est-à-dire qu’il ne fait pas beaucoup de sport mais que son corps reste bien sculpté et adapté à utiliser son pouvoir sous certaines mesures). L’énergie rejeté n’est pas visible sauf lorsque le bonhomme à une émotion violente qui peut être visible par un petit nuage multicolore inodore et inoffensif rejeté brutalement par les pores ou les orifices du visage (c’est assez facile de le gêner donc si vous aimez les explosions de couleur vous pouvez essayer). Ses yeux ont tendance à luire quand il utilise son pouvoir.

Passons maintenant à ce pouvoir de manière plus approfondie, l’activation se déroule quand Uraiko utilise sa capacité à réorienter l’énergie qui circule en lui pour la « compresser » c’est-à-dire l’utiliser à des fin offensive. Le pouvoir se veut principalement offensif, vu que ses effets une fois en compression (l’énergie est alors clairement visible, peut être sous la forme de fumée violemment rejetée du corps ou d’éclair colorés) lui permette un renforcement. En gros il dispose d’une grande force et d’une vélocité également accrue. Il devient ainsi redoutable en combat rapproché. On peut constater que son pouvoir se scinde en plusieurs parties :

1. Le Heart Burst Classique : Divisible en quatre couleurs (les quatre émotions primaires) :

• Bleu = Le chagrin (souvent représentée par des vague d’énergies). C’est une force
• Rouge = La colère (souvent représentée avec des éclairs)
• Vert = La peur (souvent représentée par un genre de fumée bougeant très vite)
• Jaune/doré = la joie (souvent représentée par une aura à l’allure de celle d’un Super Sayain)

2. Le Tight Burst (Jamais utilisé à ce stade) : concentration puissante et Accumulation des quatre couleurs. Les effets et couleur sont mélangés (tous les effets sont assemblé et les couleurs mélangée donc on peut avoir des éclairs jaune, puis bleu pendant que les vagues d’énergie passe du rouge au vert … En gros Uraiko deviens un clavier Chroma). Uraiko devient plus fort plus rapide.

3. Heart Override (Jamais utilisé à ce stade) : Les énergies se concentre encore plus, donnant une force encore plus accrue à Uraiko. Elle se caractérise par une aura blanche lumineuse née de la fusion des quatre éléments primaires. Uraiko devient donc encore plus fort.

Faiblesse :

En effet ce genre d’Alter ne peut être utilisé sans contre coup. En effet Uraiko possède un Alter très dangereux et très autodestructeur. Même si Uraiko peut utiliser son pouvoir sans trop se faire de dégâts, il aura probablement beaucoup de courbature après un combat s’il a trop poussé sur son corps. De plus son Alter déploie de la chaleur, et ainsi sera dangereux car le jeune homme en plus de transpirer, peut aussi avoir des brûlures quand il utilise son pouvoir en Tight Burst. Il peut donc se trouver porteur de brûlure au troisième degré après avoir utilisé son pouvoir. Le Heart Override quant à lui peut causer la mort par calcination. Ces problèmes peuvent être régler par une meilleures adaptation du corps d’Uraiko à son Alter ou du matériel équipé de refroidissement, mais même en palliant à ce soucis de surchauffe (Heart Overheating), il y a encore des problèmes. Son alter en phase 2 et 3 devient dangereux car ils peuvent également le tuer même en régulant la chaleur. Uraiko peut être victime d’arrêts cardiaques. Cela est due au fait que son cœur comme le sang, est l’organe qui diffuse l’énergie dans son corps, et plus Uraiko tire dessus, plus son cœur bat vite ce qui en résulte par un arrêt cardiaque donc potentiellement la mort (logique.) Uraiko a un gros potentiel mais il n’a pas un contrôle suffisant sur son pouvoir pour l’utiliser normalement et sans risquer sa vie en l’utilisant.

Uraiko a toujours été très peu prisé des filles malgré son apparence qui n'a rien de repoussant. C'est une aura étrange qu'il dégage qui repousse ces demoiselles, une aura issue de son comportement (à voir ailleurs donc). Uraiko a une taille moyenne, un corps élancé mais musclé, grâce à son alter qui lui a permis de se bâtir un corps bien taillé sans trop d'effort. Uraiko est donc un jeune homme possédant un visage étant la plupart du temps assez transparent, qui ne délivrent pas facilement d’indications sur son état d’esprit, sauf quand on interagit avec lui. Son nez fin et sa bouche large sont surmontés d'yeux aux couleurs irisées et hypnotiques, digne d'un clavier chroma razer. Le tout est orné d'une tignasse blonde dans laquelle il ne cesse de passer les mains, ce qui fait qu'il est souvent coiffé n'importe comment.

Uraiko fan des jeux vidéo qu’il est, adore tous ce qui est badass et apprécie les tenues élaborée, les teintes foncées et voulait absolument quelque chose qui en jette pour son costume. Son costume est composé d'une jumpsuit simple, colorée en noir et rouge foncé. Par-dessus il a un plastron de protection, résistant à la chaleur, sa tenue devant être prévue pour tenir au brusque montée de température de son alter. Mis à part cela il dispose d'une cape attachée à ses épaulettes et rétractable aisément par un mécanisme situé sur ces épaulettes (la cape est alors stockée dans un compartiment de la partie dorsale du plastron). Il peut ainsi se débarrasser de sa cape -et la réassembler à son costume- si elle pose soucis. Ses coudes sont protégés eux aussi et comme les épaulettes c'est dans un genre de carbone résistant noir, flexible et heatproof qu’elles sont conçues, comme le reste de la tenue. Ces protections se retrouvent également sur les genoux. Quant à eux, les gants sont composés de deux couches. Une de cuir, ayant les mêmes particularités de la tenue, lui couvre les avant-bras et les mains sont d'un carbone métallisé avec des phalanges en titane. Ses jambes n'ont rien de bien spécifique si ce n'est des genouillères et un genre de bandage qui se trouve être un ustensile d'entrave pour attacher d'éventuel criminel. La ceinture à la boucle en forme de crâne dispose de nombreuse poche donc une pour le téléphone d'Uraiko. Ses bottes sont inspirées des Timberland mais, sont modifiées pour convenir au combat et à son Alter.
Une image ici :
Costume :
 

Uraiko est un gamin complexé. C'est un de ses points central. Le jeune homme est perdu face à lui-même et se cherche encore. Ces parents n'ont jamais réellement su voir ce qui tracassait leur enfant, même une fois qu'il fut adolescent. Cette distance avec ses parents l'a rendu très peu bavard à propos de ses malheurs. Cela est en partie une cause de son caractère associal, même s'il a tendance à être plus sûr de lui avec son entrée à U.A.

Une fois mis en confiance, le petit devient quelqu'un d'adorable, gentil, assez naïf, compréhensif et c'est une personne qui se soucie beaucoup de ses amis. Il a souvent des déprimes passagères qui l'accablent mais, il arrive à garder un sourire, ou du moins un sourire de façade pour ne pas inquiéter ses proches. Le jeune homme s'attache également très vite, à cause de son hyperémotivité et de sa dépendance affective. Cependant, nous voyons ici sa face principale, mais le jeune homme possède une autre facette de lui-même.

Une facette qui se trouve être complétement différente. Uraiko ressent des sentiments violents et souvent de manière violente. Et quand on parvient à outrepasser sa peur qui peut le rendre également violent et qu'il ressent de la colère ou du chagrin, Uraiko peut devenir violent envers son adversaire. Mené par ses sentiments, il perdra peu à peu ses barrières mentales et éthiques. Cela peut arriver quand on s'en prend aux amis d'Uraiko gratuitement ou sans qu'ils soient capables de se défendre eux-mêmes pour quelque raison. L'intolérance et le mépris le mettent hors de lui tous comme ceux qui font souffrir gratuitement.

Son caractère n'est cependant pas nuancé dans le sens ou ces accès de colère sont rares, léger et souvent réprimés au fond de lui. Il reste quelqu'un de très sympathique et naïf mais, ces sentiments pourraient le conduire à sa perte en tant que héros. Il va devoir apprendre à maîtriser ce flot destructeur qui coule en lui ce qui lui permettra aussi d'avoir un meilleur contrôle sur son pouvoir et un meilleur avenir.


Acte Premier : La fissure

Parfois la vie ne nous fait pas de cadeau. C'est un fait. Car, si l'esprit humain ne vise qu'à l'accès au sentiment de la joie, cet infime mélange chimique si addictif que notre corps veut constamment répéter, en se mettant dans toutes les conditions possibles pour y accéder, alors c’est que nous devons apprendre de nos erreurs pour finalement la retrouver. Seulement, de nos jours, les cicatrices ne sont plus vues comme des marques d'humilité. Les gens les montrent comme des trophées, des preuves de courage ou d'un passé douloureux. Et certaine personne s'aime à penser que leurs cicatrices prouvent bien que les gens avec des cicatrices plus petites n’ont rien que des égratignures. Ces personnes oublient que la douleur que procure une seule lance peut être équivalente à des milliards de piqûres quel que soit leurs impacts. Seulement, il arrive que certaine cicatrices soit trop complexe pour qu’on puisse les montrer clairement au monde. Et le monde partira du principe qu’elle n’existe pas. C'est donc ainsi qu'on envisage les choses : votre souffrance ne compte pas tant que vous avez tout ce qui fait le bonheur des autres.

Ces mots, Uraiko Gintamaru les retourna longtemps dans son esprit, comme une cause, toutefois indirecte de son malheur. Malheurs qui n'ont pas réellement été déclenchés par un évènement tragique comme on peut en voir dans quelques histoires clichées et dans un bon nombre de mangas. Uraiko n'a perdu aucun de ses proches, n'a subis aucun traumatisme et n'a pas de grande cicatrice pour fanfaronner. Il n'a pas non plus un pouvoir handicapant à première vue. Donc cet enfant doit forcément être heureux, pas vrai ? C'est ce que vous vous dites … Et bien la réalité est plus complexe que cela.

Le jeune homme est né lors d'une soirée chaude, propres aux périodes estivales, en Amérique alors qu'il était avec ses deux parents. Sa mère pris le garçon, avec elle et rentra chez elle au Japon, laissant son mari travailler dans son entreprise américaine. Ses parents se sont rencontrés à Tokyo, alors que le père était expatrié pendant un temps, après quoi, il ne passait qu'une à deux fois par an pour aller voir sa femme et son fils, si bien qu'ils finirent par divorcer. Cependant, cela ne perturba pas Uraiko qui était trop jeune, mais les conséquences étaient déjà là à ses quatre ans. Les enfants sont si cruels … Et un jeune homme sans pouvoir c'est du pain bénis pour eux, qui firent du jeune homme un souffre-douleur. Pendant ses années en maternelle et également pendant les années primaires, il fut la cible de harcèlement constant à son égard, à cause de ce manque. De plus, sa mère estnée dans une famille japonaise traditionnelle et était très stricte et oppressante avec le garçon, sans remarquer que cela le stressait énormément.

Il eut la chance cependant de trouver un camarade n’ayant pas d’alter non plus, qui fut pendant ces années ci, un réconfort important, le jeune homme trouvant quelqu’un qui comprenait ce qui lui arrivait. Ensemble ils s’imaginaient devenir des héros et sauver le monde, parce que nos rêves se concentrent sur ce qui nous est inaccessible. Leurs amitié n’étais hélas résumée qu’à cet handicap qui leurs dévorait la vie, cette fissure si profonde, perforée sur leurs âmes, qui laissait leurs rêves s’échapper alors que la réalité les rattrapait, à chaque fois qu’un groupe d’enfant venait les martyriser.

Acte Second : La Lumière de l’âme

Peu de temps après la fin de leurs primaires, les deux garçons furent mis dans le même collège. Uraiko ne savait pas ce qu’il voulait faire plus tard, et il ne le saurait que très tard, tandis que son amis le savait déjà. Leur complicité s’était encore renforcée et ils passèrent une première année de collège classique, ignorant les remarques moqueuse de leurs camarades. Leurs fissures étaient comblées par leur amitié. Mais cela ne dura pas. Uraiko avait douze ans et deux mois, et il commençait à comprendre que malgré cette amitié, l’intérieur de son âme restait creux. Le jeune homme commençait à perdre pied psychologiquement. C’est ainsi que fut diagnostiquée son hyperémotivité qui fut mise en cause par le manque d’amour maternel prodigué durant l’enfance. Ces émotions, telles des ouragans dans le cœur du jeune homme, il n’arrivait pas à savoir pourquoi il les ressentait. Cette appréhension de soi-même le fit se cloîtrer un peu plus dans sa bulle, surtout quand il perdit son pilier principal. Cela se produisit alors que des voyous de son collège décidèrent de s’en prendre aux deux amis. Cette matinée froide hivernale ne pouvait être pire pour Uraiko et pourtant … Dans sa tête et dans son cœur tout était chamboulé. Il ne se reconnaissait plus. Et sa fissure se rouvrit alors, lui faisant sentir une douleur cuisante sur la plaie à vif de son âme. Puis son esprit fut dans le brouillard et il se redressa, le poing serré et le bras tremblant, et sous la panique, une seule émotion resta dans son cœur pétrifié : La rage. Son bras commença à émettre une faible lueur rougeâtre qui palpitait à l’unisson avec les battements de son cœur.

« La cour du collège était verglacée, et tous les élèves étaient sur le point de partir du collège qui allait fermer pour la journée, les professeurs étant incapables de faire cours à cause des conditions météorologique. La racaille s’approcha en riant, prenant son temps et remuant des mécaniques sans trop se presser. Il avait un air cruel voire sadique sur le visage alors que les deux amis semblaient tétanisés. « Tu regardes quoi ?! » beugla-t-il, sous les rire narquois de ses comparses. Uraiko ne répondit pas. Il bouillonnait. Une partie de lui souhaitait s’enfuir et l’autre ne pensait qu’à laisser libre court à sa rage. Le caïd s’approcha encore, laissant s’échapper un ricanement narquois. Son alter lui permettait de rendre ses bras extensible « comme Luffy » pensait Uraiko. Mais cette fois il ne pensait à rien. Et alors que ses bras élastique attrapait Uraiko par le col, celui-ci, qui n’ayant pas tant de distance à parcourir, leva le poing et l’abattis furieusement sur le visage de son ennemis alors que son bras s’illumina un instant d’un grand flash rouge. Ainsi son Alter s’éveilla. Les caïds, surpris, prirent la fuite, laissant leur camarade tomber au sol. Il saignait du nez, la couleur vermeille du sang se mêlant au givre sur le sol. On n’entendit plus rien, sauf les gémissements du caïd et Uraiko qui venait de paniquer d’avantage. La mâchoire de l’agresseur fut déboitée et le jeune Gintamaru eu pas mal de soucis avec son école et du en changer, notamment à cause des parents riches du caïd, malgré tous ce qu’il put dire pour se défendre. »

Il changea donc de collège, les derniers mots douloureux que lui a dits son ancien meilleur ami en tête. Celui-ci s’était sentit horriblement trahis et terrassé par la jalousie à cause de cet alter. Il cessa de fréquenter Uraiko, ce qui laissa le jeune homme désemparer. Cette lumière rouge était-elle le reflet de son âme ? Etait-ce cela la lumière de l’âme ? … En réalité c’était évident … Quel que soit la lumière elle projettera toujours une ombre derrière sois … Car c’est Uraiko en ce moment qui créait ses propres démons. Il se ferma alors encore plus et son changement d’école fut une catastrophe. Il passait ses classes à un cheveu, a redoublé quelque fois et avait de fréquentes déprimes qui lui minaient la vie. « Quand on se trouve face à un inconnu dans le miroir, la confiance en soi deviens très dure à avoir ». Cela, il l’avait appris à ses dépens. Pourquoi cet Alter maintenant ? Pourquoi ses émotions étaient si envahissantes jusqu’à exploser en dehors de son corps ? Tous encore une fois, n’avaient pour cause que ses émotions auxquelles il ne comprenait rien. Ses sentiments si fort n’avait aucun sens précis aux yeux d’Uraiko et cette sensation de ne plus se connaître lui-même, le poussa à s’orienter vers un avenir ou il pourrait donner un sens à tout ça.

Acte Troisème : La voix du cœur

Il n’hésita pas quand il fut face au choix de son lycée pour l’avenir et postula à l’examen d’entrée à l’U.A. Il dû déménager de chez sa mère pour prendre un appart, ne supportant plus la présence de sa mère qui l’accablait sans cesse pour son mauvais comportement. L’examen arriva lors d’une fraîche matinée préprintanière, Uraiko avait eu une note convenable au écrits et se trouvait désormais face aux énorme doubles portes des terrains d’examens … Uraiko était très stressé, n’ayant eu personne sauf quelque amis qu’il s’était fait grâce au jeu vidéo, pour le rassurer. Le jeune homme pris une profonde inspiration, faisant résonner son souffle dans son âme et se donna du courage avant de se ruer dans le terrain en même temps que les autres candidats. Uraiko, fit rapidement face à son premier adversaire. Encore endoloris de son tas de carton et de jeux vidéo qu’il avait traînés jusque dans son nouvel appartement jusqu’à tard hier soir. Il eut quelques soucis pour se mettre dans le bain, mais il parvint tous de même à terrasser son ennemi. Ses coups étaient peu précis, plus centrés sur la force, mais toutefois placé à peu près stratégiquement grâce à ses connaissances en sport de combat. Et même si il ne ressentait pas grand-chose à part le stress, cette pression qui s’exerçait sur lui était assez forte pour lui permettre d’utiliser son pouvoir.

« Et ce fut une réussite : Le jeune homme commença par grimper sur un mur afin de prendre de la hauteur et de trouver des ennemis facile. Son jogging slim noir fermé jusqu’en haut. Le jeune homme pris une bonne inspiration et bondis hors de sa corniche, fendant les airs pour arriver sur son second adversaire. D’un habile mouvement il put arriver dans le dos de celui-ci et l’abattre en plusieurs coups bien placés, arrachant quelques câbles pour peut-être s’en servir par la suite, merci aux cours de krav maga et aux rattrapages qu’il dû suivre pour son alter arrivé tardivement. Le jeune homme resta mobile pour ne pas se faire surprendre, tandis que le nombre d’adversaire déclinait rapidement. Prenant un bon appui, il partit en sprint vers un endroit où il pourrait trouver d’autre ennemis et continua cette routine tous le long de l’examen. Quand un robot géant arriva et manqua de faire effondrer l’immeuble sur lequel il se trouvait, Uraiko profita de la lenteur du titan pour courir sur sa surface métallisée dont le vert kaki propre au machines de l’examen rappelait son design militaire, et trouver un nouvel angle de vue plus safe loin de la machine qui ne valait rien de toute façon en terme de point. Il arriva sur une ruine qui semblait avoir été perforée avec de l’acide, probablement l’alter d’un des candidats. Il s’avança prudemment et tomba nez à nez avec une des machines, coincée à l’étage dans lequel il venait d’arriver et le combat s’engagea. Il fut blessé au front et à la hanche dans le processus. »

Il parvint finalement à abattre un nombre satisfaisant d’adversaire, même si il n’aimait pas user de son pouvoir à ces fins. Il fut reçu à l’école de l’U.A en première année et pu alors rejoindre sa classe pour ses premières heures de cours. Ses troubles furent un sérieux handicap pour qu’il s’intègre dans sa classe mais le jeune homme se sentait déjà mieux … Avec son but en tête, il semblait moins se fermer aux autres. Le jeune homme est aussi suivit par un psychologue qui lui apprendra à contrôler ses émotions. Après tout cela, il commençait à la comprendre … La voix de son cœur … Celle qu’il voulait mettre à profit en devenant un héros. Ainsi, Uraiko Gintamaru, commença une nouvelle vie, une vie où il pourrait montrer quel poids peut avoir les sentiments. Une vie où il pourrait devenir un héros, qui protège avec son cœur. Il pourrait, enfin, devenir lui-même.

TO BE CONTINUED …

image_footer

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 195
Points : 25
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 16:54
Welcome et ravi de te voir sur le forum!

Voilà ta note :

Longueur : 200 / 400
Orthographe : 200 / 300
Style : 450 / 700
Originalité : 350 / 600
Autres bonus : 100 (première année) + 200 (v.2.)

Total : 1 500 points de puissance.

Une fiche correcte, avec quelques fautes, répétitions, enfin rien de bien grave non plus o/

Tu peux faire ta FT, ton carnet et RP \o/
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: