:: Gestion des personnages :: Présentations :: En cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Akuma Kazoku ▬ The Holy One. | 100% |

avatar
Akuma Kazoku
Membre non validé
Messages : 4
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 0:08
image_banniere
• Nom : Kazoku
• Prénom : Akuma
• Surnom :
• Age : 28 Ans
• Sexe : Masculin
• Groupe : Héros
• But : Casser du vilain.
Manipulation de l'Aura → Akuma est capable, grâce à son Alter, de manipuler son aura vitale sous la forme d'une énergie pure et brûlante. Cette dernière possède des attributs similaires à ceux de la lumière, se manifestant sous diverses formes et diverses couleurs selon les techniques utilisées. Elle dégage une chaleur capable de brûler l'épiderme humain si on y reste trop exposé. Le Kazoku s'en sert de bien des façons, ainsi même s'il s'agit d'un pouvoir favorisant le combat à longue distance, notre Héros s'est parfaitement adapté en faisant preuve d'inventivité et d'ingéniosité pour mettre à profit son Alter dans le combat rapproché -qui reste le domaine de prédilection d'Akuma-. Néanmoins, l'Aura étant un carburant vital au corps humain, plus Akuma se sert de son Alter longtemps, plus il se fatigue physiquement. Les gestions du temps et des dépenses d'énergie sont donc un point fondamental à la parfaite maîtrise de ce pouvoir.

Commençons par le commencement, l'aspect global de cette bête, que dis-je de cet Apollon, QUE DIS-JE ENCORE... DE CETTE PERFECTION HUMAINE qu'est notre bien aimé Akuma. Culminant à près d'un mètre quatre-vingt dix, notre blondinet est souvent considéré par autrui comme une petite perche bien joliment érigée. Cela reste cependant à nuancer, bien qu'assez gâté par la nature, cette taille n'est même pas extraordinaire pour un humain et comme nous le savons tous, le monde entourant notre fauteur de troubles est peuplé d'individus tous plus loufoques les uns que les autres... Enfin bref, ne nous égarons point et revenons en simplement à ce descriptif. Comme je le disais donc, le fait de s'élever à une telle altitude le contraint bien souvent à incliner son regard vers le bas afin de pouvoir observer ses interlocuteurs. Il serait donc relativement aisé de se méprendre sur les intentions de notre héros, après tout le fait de se sentir être regardé de haut par un inconnu n'est pas le sentiment le plus agréable qui soit je vous l'accorde. Malgré cela, sachez que même si cela s'avérera presque tout le temps être la réalité, il arrivera également dans de très rares circonstances que ce bon vieux Aku' vous considère et vous accorde un minimum de crédit, en ne vous persécutant pas immédiatement. En revanche pour l'air hautain... Faudra vous y faire, ça lui vient complètement naturellement. Enfin, comme je l'ai dis bien que tout cela soit lié à sa grande taille pour un membre de l'espèce humaine, ne plongeons pas trop profondément dans l'exagération, il y en a eu des plus grands que lui, il y en a encore d'ailleurs et je suis presque sûr qu'il y en aura d'autres dans le futur. Complétons nos informations. Après la taille vient donc le poids. Parfaitement en adéquation avec son mètre quatre-vingt dix, ses quatre-vingt cinq kilogrammes viennent harmoniser le tout, nous laissant avec un résultat des plus splendides. Au final, nous nous retrouvons avec une morphologie humaine assez imposante bien que loin d'être surhumaine, justement. Couplée à sa confiance en lui inébranlable, la carrure envahissante de l'esper a pour mauvaise habitude de donner quelques sueurs froides aux esprits les plus faibles. Une oppression facilement décelable émanant de chacun des pores de leur peau sous forme de transpiration, une appréhension inavouable qui se lit sur tous les traits de leur visage, voilà ce qu'inspire Akuma, ce que provoque son aura naturelle. M'enfin, nous n'en sommes qu'aux prémices de notre portrait et je vous entend, vous n'avez là qu'une image encore trop floue de la puissance, de la magnificence du gabarit de notre bagarreur, laissez moi donc vous en dire davantage.

Akuma s'est vu octroyé par Mère Nature un corps athlétique, sans nul doute possible. Il est doté de membres longs, puissants et souples. Simplement, bien que disposant d'un métabolisme encourageant, cela n'est en rien le fruit d'un laisser-aller naturel, mais bel et bien celui d'efforts quotidiens. Le hasard n'y est ici pour pas grand chose, ainsi derrière cette belle façade musculaire se cachent des heures de travail de musculation et de souplesse. Tout cela est dirigé par un entraînement extrêmement strict, suivi au pied de la lettre, qui, de nombreuses fois, l'a poussé dans ses derniers retranchements, le laissant exténué, inerte et ayant dépassé de loin ses limites physiques. Tout est donc plus clair maintenant, le fait que cette énergumène engendre moultes réflexions et inspire à la fois considération, craintes et respect vous paraît désormais plus légitime, pas vrai ? C'est bien normal. Nous sommes en plein âge d'or du corps humain, pré-trentaine, la carcasse de notre blondinet est à son apogée, son zénith. Cette dernière semble être une arme façonnée pour le combat et croyez le ou non, c'est exactement ce pour quoi Akuma l'utilise. Physiologiquement parlant, cet organisme n'a que peu de défauts, à vrai dire, le prédateur naturel qu'est le Kazoku considère qu'il n'en a aucun. Et cela nous amène donc à la chose la plus primaire qui soit pour un homme, la séduction. Bien évidemment. Si un tel corps existe, alors quel sacrilège serait-ce de ne pas en faire usage afin de satisfaire envies et besoins? Il s'agit là d'un idéal masculin à n'en pas douter. De quoi de plus ces demoiselles auraient-elles besoin? Oui, je l'ai entendu, au fond de la classe: la réponse est effectivement «Rien». Malgré tout, bien qu'étant à ne pas mettre trop de côté, la gente féminine n'est pas la préoccupation première du blond. Afin de clôturer cette vision globale de l'enveloppe charnelle du blond, il est nécessaire -ou pas après tout- de certifier qu'en plus d'une force et d'une souplesse alléchantes pour tout homme, il détient également une vivacité et des réflexes dignes des plus grands sportifs. Finalement, surhumain peut-être pas, mais monstrueusement impressionnant sans le moindre doute.

Avançons, comme vous l'avez compris, Akuma est ce que la société considère comme un bel homme. D'ailleurs, ne soyez pas surpris si par hasard, vous le croisez au détour d'une petite ruelle, en très bonne compagnie féminine, ce n'est pas si rare. Et la petite ruelle c'est bien évidemment pour  la forme hein, n'allez pas penser qu'il s'agit d'un violeur pervers, non mais oh! Enfin, que tout ce blabla ne vous amène pas à penser que le blond est un superficiel pur et dur, ce n'est pas complètement le cas et la beauté d'autrui ne suffira pas à piquer son intérêt le plus intense. Être un Homme signifie simplement bien des choses, débordant de fierté et de confiance en lui, il s'amuse donc de manière relativement régulière à tester ses capacités de séduction, rien de plus. Mais tout n'est pas toujours parfait et il arrive parfois que le succès ne soit pas présent lors de ses tentatives, c'est également une partie de la vie d'un homme après tout. C'est instant femme vous a certainement amené à penser que le Kazoku vivait dans l’exagération et l’excentricité ? Vous avez tout faux. Loin du too-much, le blondinet en est même à l'opposé. Il est très rare de le voir se lancer dans le loufoque, il reste très terre à terre et garde une simplicité déconcertante que ce soit en matière de coiffure, de style vestimentaire et bien d'autres choses.

Strict et sévère, c'est peut-être la première impression que vous aurez en croisant notre vagabond et en vous attardant plus d'une seconde et demie sur les traits de son minois. Derrière cet air sérieux qu'il affiche dans les plus courantes circonstances, il n'est pas impossible de découvrir un tout autre homme. Son visage est modelé par des traits assez fins et remarquablement bien équilibrés, ce qui peut littéralement métamorphoser cette face qui, aux premiers abords en impressionne voire en effraye plus d'un en ce qu'on pourrait considérer comme étant une petite gueule d'ange. Il s'agit d'ailleurs de l'une de ses facultés, celle de changer d'expression et d'humeur affichée à la vitesse de la lumière et très naturellement. Tantôt gentil, attirant, bienveillant et toutes les autres belles choses du monde -oui bon, j'ai dis tantôt mais ça en vrai c'est presque jamais, mais chut-, tantôt son iris d'or disposée au coin de son œil viendra, accompagnée de sourcils froncés, vous pétrifiez, vous glacez le sang. Au milieu de cette bouille gît un nez somme toute assez classique. La majorité des gens le considère comme petit, mais pas assez pour cela soit un fait qui marque l'esprit ou qui interpelle les passants. Bien heureusement d'ailleurs, car cet Apollon n'aurait pas du tout supporté voir une patate lui servant de nez siéger au centre de son visage si doux et sa fierté en aurait prit un sacré coup. De mémoires d'hommes -vivants- notre héros ne s'est jamais plaint de cette truffe, nous pouvons donc en déduire, sans prendre trop de risques, qu'elle lui convient assez bien. Pour terminer, nous parlerons de son menton qui se trouve être l'antithèse de son nez. Non pas qu'il soit proéminent ou disgracieux, non non, loin de là! C'est simplement qu'au contraire de son nez très légèrement pointu, le menton du blondinet se trouve être légèrement arrondi, harmonisant parfaitement la forme de son visage.

Bien, nous enchaînons, nous enchaînons, que les retardataires prêtent attention s'il vous plaît. Nous voici donc arrivé à l'un des atouts charme de notre beau blond. Sa bouche. Elle n'est obstruée par aucun poils, pas le moindre, ni moustache ni barbe. Non pas qu'Akuma soit imberbe mais il prend soin de se raser régulièrement, éliminant précocement l'apparition de ce qu'il juge pour l'instant comme inutile et comme un apparat camouflant sa beauté époustouflante. Voilà, revenons en à sa bouche, comme la globalité de son visage et de ses traits, les lèvres du blondinet sont particulièrement fines sans pour autant s'écraser l'une contre l'autre et ainsi disparaître. Nous ne parlons donc ici pas de lèvres pulpeuses ou de lèvres gercées, mais bien de deux amas rosés uniformes avec le reste de son visage. Quand l'envie lui prend, il arrive à notre légal de décrisper cette face autoritaire et d'abandonner l'espace d'un instant cette mine stricte et dure pour laisser la place à quelque chose de bien plus chaleureux et accueillant. En effet, lorsque l'on parvient à lui décrocher un sourire, Aku laisse apparaître aux yeux de tous quelque chose de ravageur et éclatant, éclairé justement par deux rangées de dents atrocement blanches dignes des plus célèbres mannequins de pubs de dentifrices. Une arme absolument fatale et destructrice. Toutefois, ne vous y méprenez pas, il s'agit là d'un moment rare et à savourer avec soin, un peu comme les goûters Nutella quoi, si vous vous attendez à le voir vous montrez ses dents à longueur de journée et bien...  continuez d'attendre. En revanche, bien que rare et précieux, ce rictus comme toute bonne arme est utilisé à la perfection par le justicier aux cheveux blonds! Comme chacun de ses faits et gestes, ce sourire est généralement perçus comme hautain ou sarcastique et est à la fois captivant. Mais certains phénomènes trouvent en ce sourire quelque chose de rassurant, de charmant voire même lorsque la gêne est à son comble, ils y trouvent quelque chose d'émouvant, beurk. Parfois naturel, parfois comédien, ce salopiaud d'Akuma est doué, très doué. Il est capable, sans le moindre scrupules et avec la plus grande des facilités d'afficher exactement l'expression faciale que vous vous attendez à recevoir, que vous espérez recevoir. Un pervers, un sadique, un homme insolent, mesquin, sans vergogne ! Oui. Il ne s'est jamais caché derrière des excuses, il est un homme manipulateur et use de chacun de ses atouts. MAIS ! Dans des cas plus exceptionnels, et exceptionnel est un mot parfaitement approprié, il se peut également qu'il se transcende et devienne sympathique, protecteur, gentleman, ou même si les étoiles, les planètes et tous les astéroïdes sont alignés, altruiste. Quel homme troublant.

Et dans tout ça, on oublie un petit truc important non ? Deux petits trucs même ! Et oui, il lui faut bien quelque chose à notre blondinet, pour contempler le monde fabuleux qui l'entoure, nah ? Vous l'avez compris, on passe à ses yeux. Au sein du genre humain, la majorité du temps lorsque l'on rencontre quelqu'un, on peut constater que ses yeux sont semblables à des perles. Des perles rares évidemment, de couleurs différentes et plus ou moins parfaitement serties sur un visage qui peut se trouver être tantôt angélique, tantôt diabolique. Ne faisant pas les choses comme les autres, ces informations sont quelque peu erronées concernant Akuma. Puisque ce n'est pas vraiment le cas chez lui, comment décririons nous ses yeux alors, me demandez vous ? Et bien, chez autrui, les yeux ou plus généralement le regard sont considérés comme des atouts charmes, des armes de séduction impérissables. Concernant notre blond, c'est différent. Plutôt que d'un outil pour charmer, Aku' s'en sert de façon à effrayer autrui. Apeurant ainsi quiconque ne se soumet pas à son charisme, ou... essayant de le faire au moins.. Ses prunelles se trouvent être assez peu étirées en hauteur, à contrario, elles s'étendent en largeur d'une façon presque inhumaine, incroyable, ce qui les rend absolument fascinantes et envoûtantes sans pour autant faire tâche avec le reste de son visage. Ses pupilles sont d'un or pur et scintillant, semblable au trésor le plus précieux qu'il vous serait donné de percevoir. Elles sont insondables et profondes, capable de noyer n'importe qui s'y attarderait un peu trop longtemps. Un regard est similaire au jugement lumineux et divin frappant la pauvre personne qui en est victime. S'alliant à son sourire, ses yeux servent à manipuler les personnes dans un sens ou dans l'autre et encore une fois, ils sont parfaitement capables de retranscrire la moindre expression, la moindre émotion. Comme vous vous en doutez, le blondinet n'hésite jamais plus d'une seconde avant de s'en servir pour parvenir à ses fins et obtenir ce qu'il désire.

Que serait un visage sans une chevelure adéquate. Une chevelure ici qui semble venir dans la continuité de ses yeux, puisque dans des teintes assez similaires, elle s'avère être d'un blond assez sympathique à l’œil. Le plus souvent, ses cheveux sont désordonnés, un peu en bataille, bien qu'ils adoptent assez naturellement une forme globale relativement stable et uniforme, que de paradoxes. Quelques mèches partent par ci par là, vivant leur propre vie au travers d'aventures toutes plus trépidantes les unes que les autres, j'en suis certain. Il s'agit d'un style assez nonchalant, qui s'accorde au mieux avec notre grand bonhomme. La longueur de ces derniers est moyenne, ce que les filles considéraient comme un mi-long, mais l’esthétique capillaire c'est beaucoup trop compliqué, pas vrai? Notre héros n'a jamais réellement prêté attention à cette longueur justement, il n'hésite pas lorsque ses cheveux le dérange, à les couper grossièrement sans y faire réellement gaffe. Au final, sa coupe finit par s'adapter d'elle même pour rendre quelque chose de présentable et c'est tant mieux.  

Nous commençons à toucher au but. Que nous reste t-il? Et bien tout de même pas mal de choses. Nous allons tenter d'en faire un résumé rapide et explicatif. Tout ce qu'il reste est comme ce qui a été décrit précédemment, parfait /PAF/! Non, restons humble, nous nous satisferons d'un gâté. Les bras de notre Musclor sont très longs, lui offrant une belle allonge, à côté de ça ils restent étonnamment musclés et parfaitement sculptés.  Ils sont ensuite prolongés par deux grandes mains, elles même ornées de doigts fins et étendus. Une belle paire de main pour de grosses paires de claques. La puissance est présente au sein de ce corps, c'est encore une fois indiscutable. À vrai dire, elle sauterait aux yeux d'un aveugle malvoyant, c'est dire. Tout en restant dans l'équilibre, les jambes du madoshi s'allient à ses bras, longues et où l'on décèle que chacun des muscles est minutieusement travaillés et dessinés. Plus en détails, ses cuisses sont épaisses, très épaisses, une fois contractées elles sont semblables à un rocher érodé ayant néanmoins résisté bien que marqué par les méfaits de ses combats face à la mer. Ses tibias sont eux, aussi solides que ceux d'un boxeur de muaï-thaï, mais cela est assez compréhensible puisque Akuma a prit soin de les entraîner aussi durement que possible, anesthésiant même les nerfs de ces derniers afin de n'y ressentir aucune douleur. Son buste est assez gonflé sans que cela ne paraisse forcé, il est également marqué par quelques cicatrices, la vie de guerrier laisse parfois quelques traces. Ses pectoraux sont ceux d'un combattant, mais pas affreusement proéminents comme ceux des bodybuildeurs, ils restent toutefois suffisamment développés pour impressionner les filles lorsque notre blondinet s'amuse à les faire bouger l'un après l'autre. Ses abdominaux quant à eux sont pour le coup semblable à ceux des bodybuildeurs, un découpage parfait, un vrai six-pack, la tablette de chocolat de vos rêves les plus fous. Ils ont été assenés de coups violents au fil des années, ce qui en fait aujourd'hui l'une des parties si ce n'est la partie la plus résistante de son corps. Enfin, un dernier mot sur son teint. Bien que très souvent exposé à la lumière, notre vagabond n'est pas très bronzé, entre le pâle et le hâlé, il a su trouver un juste milieu naturel se fondant grossièrement dans la masse.  

La description physique comme on l'entend est désormais terminée, cependant il reste un tout dernier point à aborder, son style vestimentaire. Akuma n'est pas un adepte de mode, cela ne l’intéresse pas et il n'a pas de temps à consacrer à ces bêtises. Il se contente d'arborer des vêtements qu'il juge confortables, simples et jolis au premier coup d’œil, c'est tout. Simple ne signifie pas forcément jogging et tee-shirt, mais plutôt quelque chose qui n'est pas tape à l’œil, quelque chose qui n'est pas trop excentrique. Il sait parfaitement se faire remarquer sans l'aide de ses vêtements. Il se contente donc en général de ce qu'il considère comme étant sympa et pas trop contraignant, des chemises, des t-shirts, des pantalons classiques aux tons sombres et parfois lorsqu'il fait froid une petite veste ou un gilet de costume. Oui bon, en réalité c'est assez classe comme style, donc dire qu'il n'y prête pas attention n'était pas entièrement vrai... Mais l'idée était qu'il reste à peu près toujours dans ce genre de vêtements sans passer quatre heures à choisir sa tenue. Puis après tout, son charisme naturel, sa beauté éclatante et son corps parfaitement parfait lui suffisent très largement, en toute humilité, toujours. Il s'agit d'ailleurs que l'unique justification au fait que ce dernier ne daigne même pas se vêtir d'un costume de héros lors de ses interventions...

Nous voici donc de retour après cette courte page de publicité. Mesdames et messieurs, veuillez regagner vos places et reprendre votre calme ainsi que votre entière concentration. Il est temps de passer aux choses sérieuses, à l'approfondissement de notre héros. Comme vous avez tous pu le remarquer, la description ci-dessus vous renseigne déjà partiellement sur le caractère de notre énergumène, vous avez déjà dû vous faire votre petite idée du spécimen que je vous présente là, pas vrai? Faites moi plaisir, oubliez tout. Le personnage que je m'apprête à vous présenter est bien plus complexe que ce qui a été raconté dans les quelques lignes précédentes, il s'agit là d'un cas unique, alors débutons. Akuma est un homme changeant. Tachez de vous en souvenir car c'est un point clé. Il possède en effet de nombreuses facettes, toutes plus différentes les unes que les autres. Ne parlons pas de schizophrénie ou de double-personnalité, non, il s'agit tout bonnement d'un être versatile. Oui, versatile décrit facilement notre esper, néanmoins la force même du mot ne semble pas suffisante pour s'élever au niveau du blondinet, elle ne considère pas l'entièreté de son caractère changeant. Complétons donc par lunatique, lunatique puisqu'en effet, notre bonhomme peut très bien tantôt être calme, très serein, manipulateur et calculateur et puis tantôt être capricieux, colérique, faire table rase de toutes les stratégies militaires qu'il eut lui même mis en place pour bêtement foncer dans le tas en se convainquant que sa force brute est plus que suffisante. Mais nous sommes loin d'en avoir terminé, l’imprévisibilité et l'impossibilité de sonder ce personnage sont absolument abjects et elles ne s'arrêtent pas là, loin de là. Le lundi pourra-t-il être apathique, nonchalant voire même fainéant ou encore inactif, puis le mardi il se montrera bien plus actif, énergique, complètement à l'opposé, il sera antipathique et continuellement sur les nerfs. Quelques fois malicieux, taquin et espiègle, il est également possible qu'il se montre extrêmement vicieux et encore plus sadique. Il est très rare de le voir faire une fleur à quelqu'un qu'il juge indésirable, inutile ou impuissant. Notre cas ressemble donc fortement à celui d'une sinusoïde, variant soit dans le positif, le très positif même, soit vous l'aurez deviné, variant vers les bas fonds de la négativité. Maaaaaaaaais! Il y a toujours un mais avec ce bon vieux Akuma: nuancer mes propos doit devenir un automatisme pour chacun d'entre vous. En effet, bien que capable de perdre patience et d'exploser telle une bombe d'un coup d'un seul en éclatant tout ce qu'il trouve sur son passage, notre éternel solitaire reste la très grande majorité du temps une personne dotée d'un très bon self-control. Il est donc très rare de le voir perdre complètement ses moyens et péter un plomb sans qu'aucun avertissement ne soit au préalable tombé, puis t'façon, si c'est véritablement le cas, la victime ne sera pas en position de témoigner, soyez en certains. Évidemment, étant un homme intelligent, il est obligatoire pour notre blond d'être en mesure de contrôler ses actes et ses paroles afin d'avoir un contrôle constant justement sur la situation et sur lui même. Peu importe ce qu'il pense au fond de lui, peu importe son humeur, peu importe ses envies, si la situation ne se prête pas à l'expression orale de ces dernières alors il se contentera d'afficher s'il le faut un sourire amical et sympathique mais non moins hypocrite et calculateur. Sans le moindre doute, vous avez là la facette la plus désagréable de Akuma, cette façon d'être fait de lui quelqu'un de particulièrement difficile à juger, cerner et comprendre. Rare sont ceux y étant une fois parvenus.

On appuie sur l'embrayage et hop, on passe la vitesse supérieure. Nous arrivons à vitesse grand V vers ce que chacun d'entre vous semble attendre impatiemment, ce que notre héros semble collectionner par milliers sans que cela ne le gêne particulièrement, des défauts. Oula, on va en avoir des choses à dire, une bien belle masse, évitons de perdre davantage de temps. Après avoir étudier le personnage plus en profondeur -sans sous entendus- avec un peu plus de précision et en poussant la chose le plus loin possible -toujours pas de sous entendus, arrêtez avec vos esprits mal placés- je pense pouvoir affirmer que la palme d'or du défaut, le défaut principal et majeur de notre homme se trouve être son ego, cohabitant à la première place avec bien évidemment le fait que son caractère soit changeant et également avec le fait qu'il soit tout bonnement impossible ou presque de le comprendre. Haha, croyez moi, vous avez certainement rencontré, entendu où même simplement vu -parfois ça se voit à l’œil- des gens prétentieux, je n'en doute pas, des gens très sûrs d'eux voire même devenant désagréables tant cela devenait excessif dans leur façon d'être, leurs habitudes de toujours se vanter, se mettre en avant... Notre blondinet les surpasse très certainement tous, il est bieeeen au dessus du lot, on lui attribue un ego aussi grand que notre astre lui même. Que dis-je, quel mensonge, quelle infamie ! Que l'Univers tout entier, même ! Et pourtant, l'Univers est infini. C'est assez simple en réalité, jamais ô grand jamais Akuma ne se jugera en tort et s'il se rend compte qu'il l'est vraiment, il ne l'admettra sous aucune condition, ou le nuancera très fortement. Il y a très peu de chance qu'il se juge plus faible qu'autrui, il admettra certainement manquer d'expérience ou avoir été un peu trop prétentieux vis à vis de l'adversaire qui lui faisait face, mais ne positionnera jamais quelqu'un complètement au dessus de lui et cela même si cela saute aux yeux de toute l'assemblée qui l'entoure, quel têtu. Peu de chances aussi qu'il se laisse marcher sur les pieds ou qu'il prenne la fuite face à un combat, bien au contraire, il serait plutôt du genre à affronter l'autorité et encore plus les adversaires réputés et estimés, tel est son but. De la fierté très légèrement déplacée vous dîtes ? Mais non, bien sûr que non, car à tout cela s'ajoute le fait que Monsieur Akuma est constamment en train de faire sa propre éloge, prenant bien soin d'écraser, d'humilier et de ridiculiser les plus faibles que lui. Il n'hésite pas la moindre seconde à être autoritaire, voire même plus, il n'est pas impossible que vous n'ayez plus l'impression de voir une personne simplement autoritaire mais bel et et bien un véritable dictateur tortionnaire. Fierté et narcissisme ne font, dans la majorité des cas, pas un très bon mélange et cela lui a joué et lui jouera certainement d'autres mauvais tours. Cependant il est impossible de changer un homme aussi fier que ne l'est notre héros. Cette vanité suscite chez son entourage proche ou lointain une probable animosité, ou au moins un agacement plus ou moins violent et permanent. Toutefois, son cercle social le plus proche, ceux qu'il pourrait presque considérer comme des amis, ont appris à faire avec et à accepter cet énergumène tel qu'il est, pour le meilleur et surtout pour le pire. Et quant bien même ce ne serait pas le cas, il n'en aurait strictement rien à faire, au moins, c'est dit, il ne modifiera pas son caractère quoiqu'il puisse advenir.

Doué d'une répartie vive et piquante, cinglante même, notre être à la chevelure d'or saura vous mettre au plus mal si vous tentez d'engager une joute verbale contre lui. Cynique et orgueilleux, il a beaucoup de mal à supporter, non, il ne supporte aucune forme d'autorité et ne s'y plie que s'il y gagne quelque chose. Assez paradoxal pour quelqu'un ayant travaillant au sein d'une guilde. Comme je le disais, il faut tout de même prendre un peu de recul, bien que fier comme pas deux, il est lucide et terre-à-terre, ainsi lorsque les ordres sont stricts, précis et sérieux, il ne rechigne pas à remplir la tâche qu'on lui confie, encore une fois, si celle ci va dans le sens de ses intérêts. Cette arrogance est en plus mêlée à une réelle connaissance des arts du combat, notre Apollon sait se battre et il en a conscience. Pas seulement lui d'ailleurs, ses talents de bagarreurs ne sont un secret pour personne. Son audace est à souligner elle aussi, ce blondinet est capable d'affronter les êtres les plus réputés, les plus puissants ! Il ne reculera jamais face à un challenge et encore moins si le challengeur est considéré comme lui étant supérieur. Ajoutons à notre petite marmite une ténacité remarquable et exemplaire, il s'agit même de son trait combatif le plus impressionnant. Une petite pincée d'obstination et le mélange commence à devenir aussi épicé qu'un piment du Mexique. Ses objectifs sont sa priorité absolue, peu importe qui il doit combattre, qui il doit abandonner au cours de la mission et qui il doit sacrifier, il n'hésitera devant rien pour remplir sa tâche et c'est encore une fois une espèce de fierté mal placée, car ce cher Akuma ne supporte pas l'échec. La victoire n'est à ses yeux pas obligatoire, non, elle est bien plus que cela. Elle représente quelque chose de vitale, un besoin qui lui est naturel. Gagner est une chose aussi importante que respirer pour notre esper, ainsi il ne peut pas, pas même une micro-seconde envisager un échec, comme vous n'envisageriez pas d'arrêter de respirer, j'imagine...

Nouveau paragraphe, nouveau sujet. Cette fois nous allons nous concentrer sur les peurs, les craintes et les appréhensions de notre guignol préféré. Hein ? Comment ça ces trois mots signifient la même chose ? Taisez-vous ! Bref, tout homme, toute femme, tout autre chose peu importe ce que c'est, possède au fond de son être, de son subconscient le plus profondément enfoui, une peur, un tracas, une phobie capable de réapparaître dans les situations les plus inattendues. D'ailleurs, en général, on ne veut pas trop que nos peurs se sachent, ce qui me semble assez logique. Qu'elles soient irrationnelles ou non, conscientes ou pas, l'arachnophobie, la peur du vide, la peur de la mort... Les exemples sont légions. Revenons en à Akuma et bien il n'en possède pas. Surpris hein ? Bien sûr que non, vous vous en doutiez, avec tout ce qu'on vient de se dire précédemment, comment pouvait-il en être autrement... Son arrogance et sa fierté l'ont naturellement amené à cette absence totale de peur, le néant absolu. Il néglige complètement la mort, dans le sens où il juge qu'il mourra bien un jour où l'autre, cela est inévitable. En combat, il considère simplement qu'un homme tel que lui ne peut mourir face à l'un de ses semblables, c'est aussi simple que cela. Sa témérité et son insouciance l'ont façonné de manière insolente et ce, envers la vie elle même. Malgré tous ces faits, je considère moi-même que notre héros nous présente ici un défaut gigantesque et non pas un avantage. Bien que le courage soit nécessaire au quotidien dans la vie d'un homme, lorsque celui ci est couplé à d'autres ingrédients qui ne s'y mélangent pas bien, tel que le narcissisme ou la stupidité, il mène généralement vers des fins qui ne sont pas favorables du tout à la survie de notre justicier. Ce dernier ne reculera face à rien, je vous l'ai déjà dis, mais ses actes sont souvent inconsidérés et dangereux pour sa vie elle-même. Par contre, évoquer une façon d'agir irrationnelle serait erroné. Petit à petit, la peur est devenue un sentiment qu'il a appris à ignorer et qu'il a de ce fait oublié. C'est ce fait précis qui vous amène à le considérer comme un pur idiot suicidaire. Sa capacité à métamorphoser la situation la plus périlleuse qui soit en une simple partie d'un jeu qu'il a lui même concocté dans son esprit, un simple amusement, est absolument sans limite. Mais vous aurez l'occasion d'en juger par vous même.

Hey oh, mais ce bon monsieur il est complètement négatif ou quoi ? Bah non les copains, commençons donc la partie positive de ce cher Akuma. Beaucoup de défauts sont listés, mais aussi quelques atouts bien dissimulés, bien enfouis ! Il en faut bien, j'compte pas jouer un déchet, non mais dis-donc. Comme je le disais, Akuma n'est pas qu'un ramassis de points négatifs, un vieux débris dont on aimerait voir l'existence s'écourter le plus vite possible. Entamons avec les qualités que vous avez le moins de chance de voir apparaître un jour. Le côté souriant et enjoué. Initialement peu démonstratif de ses émotions, le légal sait se montrer sincère et se comporter en réel ami avec les personnes qu'il aime. Elles sont rares, certes, mais cette minorité d'élus renforce son amitié, ainsi, si vous avez le plaisir et la chance d'être dans les petits papiers de ce blondinet, vous pouvez être sûrs d'avoir un compagnon sur lequel vous pourrez toujours compter et en lequel vous pourrez toujours croire. Un ami réellement prêt à tout pour vous. Plus une facette qu'une qualité, notre homme est un véritable optimiste, il verra toujours le meilleur côté de la chose et ne se laissera jamais, ô grand jamais vous dis-je, tomber dans une dépression ou autre chose du genre qu'il catégorise comme honteuses. Il sait tirer le meilleur de chacun, de chaque instant et cela se fait de plus en plus rare de nos jours, alors profitons-en.

Étant dans la fleur de l'âge, l'esper à la chevelure dorée déborde d'énergie. Fougueux et dynamique, il n'aime pas, la plupart du temps du moins, rester inactif. Cette prise d'initiative continue constitue une bonne chose non seulement pour lui-même mais également pour les gens qui peuvent temporairement l'entourer, qui y trouvent ainsi un modèle ou une inspiration. Lorsque cela lui prend, il est semblable à une pile électrique, devenant parfois absolument épuisant pour ceux qui ont le malheur d'être auprès de lui. Son endurance est très largement supérieure à la moyenne humaine, comme je vous l'avais précédemment cité, Akuma met énormément de temps avant d'esquisser le moindre signe de fatigue ou d'épuisement à plus grande échelle. Il a durement entraîné son corps et l'a confronté à des situations extrêmes, aux conditions de survie les plus atroces. Lors d'un combat, ce petit plus demeure être un fait très agréable et qui lui a rendu bien des services, car qu'importe le nombre de blessures superficielles, voire même un peu plus graves, tant que ces dernières ne sont pas assez graves pour engager une perte de conscience, il ne flanchera pas. Il ne laissera rien paraître, surmontant la douleur intérieurement. Cela peut même déstabiliser certains adversaires, les plus sensibles ou les plus susceptibles, en effet, il sera toujours doté de ce petit sourire en coin, éternellement supérieur et hautain, qui a le don d'agacer quiconque pourrait en être victime trop longtemps. Bien sûr, tout cela n'est qu'une illusion, son corps n'est pas incassable et notre combattant n'est pas immortel, même s'il aimerait beaucoup. Tout reste dans le cadre de la limite humaine et donc, même s'il ne laisse rien transparaître, le corps de notre combattant paye l'addition à un prix très très salé. Nous pouvons cependant considérer que son mental est prêt à endurer toutes les épreuves. Grâce à cela, lorsqu'il se perd dans des situations défavorables voire désespérées, il reste capable de transcender les sommets de sa condition, exploser les barrières naturelles qui lui servent de geôle et ainsi mener à bien ses objectifs. Malheureusement, Akuma ne cherche jamais vraiment à voir très loin. Ses actions sont destinées à débloquer la situation actuelle et peut-être à le faire avancer dans un futur très très proche, mais rien de plus. Il ne pense pas vraiment aux conséquences que ses actes vont engendrées lorsqu'il s'engage dans un combat qui l'excite, par exemple.

Avant de conclure cette seconde description, menons une rapide enquête vis à vis de l'aspect intellectuel de ce cher Akuma, après tout il ne s'agit pas d'un de ses points fort, selon les dires précédents n'est-ce pas ? Ses actes vous ont peut-être amené à le penser voire à le dire, mais la réalité est tout autre. Il s'avère même qu'il soit un homme très intelligent, comme peut le témoigner sa façade manipulatrice et calculatrice. Le fait de sembler plus bête qu'il ne l'est est aussi un choix réfléchi et stratégique, il paraît ainsi immédiatement moins effrayant et moins nocif, surtout aux yeux du Conseil Magique ou de Guildes Noires, par exemple. Sa vivacité d'esprit ainsi que sa perspicacité sont remarquables, dignes du meneur d'hommes qu'il peut être. Elles lui permettent d'analyser et de déchiffrer chacune des situations qui se présentent face à lui et d'agir en conséquences et en connaissance de cause.  Ce génie qui sommeille au fond de lui n'est toutefois pas utilisé à la perfection, puisqu'en général le blondinet ne l'utilise que lorsque son sérieux est obligatoirement demandé, c'est à dire en combat, ou lorsqu'il échafaude des plans stratégiques. Dommage, puisqu'au quotidien, cette intelligence pourrait lui éviter bien des ennuis inutiles. Nous voici donc arrivé au bout de notre personnage, mais vous êtes loin de tout savoir, après tout, si vous en voulez plus, il ne vous reste qu'à suivre ses aventures.

Posts suivants.

image_footer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kazoku
Membre non validé
Messages : 4
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 0:12

Histoire |1/3|




Chapitre ZéroBienvenue dans ce monde.

Le bruit des vagues s'écrasant contre la roche venait assourdir les hurlements de peine et de douleur poussés à l'intérieur de cette bâtisse haute perchée, sur cette falaise en bord de mer. Le ciel était sombre, vide, parsemé un peu partout de petits points lumineux et scintillants. Innombrables, les étoiles lointaines éclairaient aussi infimement qu'elles le pouvaient cette terre qui s'apprêtait à accueillir la vie. Dominant tous les autres astres célestes aux yeux des hommes, la Lune siégeait au milieu des cieux telle une reine observant son royaume. Son éclat blanc pur s'abattait sur les environs, révélant un territoire vaste et aux paysages variés. La houle vint une nouvelle fois frapper la paroi rocheuse, raisonnant à travers cette petite forêt touffue, la mer battait la cadence de cette mélodie ambiante. Elle était ainsi accompagnée par ses cœurs, la faune locale, divers animaux de leurs cris, venaient s'entremêler à tout cela. La brise y mettait également son petit grain de sel, virevoltant librement, elle animait cette folle nuit, emmenant avec elle les feuillages des immenses arbres tropicaux. Tandis que la vie nocturne et sauvage paraissait suivre son cours, un événement aussi ponctuel que magnifique s'apprêtait à avoir lieu: une naissance. Une naissance humaine, cela faisait bien longtemps qu'une telle chose n'avait pas été recensée dans ce coin de l'île. Des décennies pour être exact. Loin des contes de fée où l'environnement sauvage qui entoure généralement la venue au monde de l'enfant élu s'agite et semble accueillir ce nouveau-né telle une divinité, ici, la vie suivait simplement son cours sans qu'aucun zèle ne soit crée. La réalité n'est pas encore suffisamment utopique pour se mettre au service de l'Homme.

Les couinements de la future mère laissaient transparaître un mal véritable et se faisaient de plus en plus réguliers, grimpant en décibels jusqu'à finalement s'élever comme le véritable bruit dominant de la zone. Ils venaient de cette bâtisse, érigée par l'homme, une construction qui ne transpirait ni vraiment le luxe ni le manque de moyens. Des briques en pierre avaient été utilisées en guise de matériau principal, structurant solidement l'ensemble de la maison afin de protéger ses résidents du froid, du vent, de la pluie et certainement de tous les autres inconvénients naturels. Le toit était lui aussi de bonne facture, rien d'extraordinaire mais cela convenait très certainement à ses habitants puisque l'eau ou la neige ne s'y infiltraient pas. Une petite cheminée apparaissait également, de laquelle s'évadait d'ailleurs un long rideau de fumée, certainement un feu de bois qui en était à  l'origine. À l'intérieur apparaissaient quatre personnes, deux qui à priori devaient avoir déjà dépassé l'âge à partir duquel on considère quelqu'un comme étant vieux et deux autres qui, logiquement, s'avéraient être les futurs parents. Il s'agissait bien évidemment de la future famille de notre protagoniste. Le grand père paternel d'Akuma demeurait raide, les yeux figés sur sa femme qui assistait autant qu'elle le pouvait la future-mère. Il disposait d'un physique assez impressionnant pour que cela soit notifié, plus d'un mètre quatre-vingt-dix peut-être même atteignait-il les deux mètres. Sa carrure était elle aussi étonnamment imposante puisqu'il remplissait presque l'encadrement de porte située juste derrière lui. Sa chevelure avait viré au poivre et sel et son visage laissait figurer le poids des années d'expériences qu'il avait derrière lui. Son identité ? Sho Kazoku.

Au centre de la pièce, près de l'énorme installation sur laquelle était allongée Rin, la future-mère d'Akuma, deux personnes s’affairaient à différentes tâches. Concluons les présentations immédiatement, il s'agissait de Chieko épouse de Sho donc et également mère de Zetsu qui, lui, était le futur père de notre esper en devenir -qui à l'instant T n'était pas encore venu au monde-. Bref, une bassine d'eau chaude était à portée de Chieko et de nombreuses serviettes d'un blanc immaculé l'entouraient. Le mari de Rin subissait l'étreinte de cette dernière, au niveau de sa main, affichant une mine qui se voulait neutre mais qui trahissait une petite douleur ainsi qu'une appréhension compréhensible, vis à vis de ce qui allait advenir de la situation. La petite communauté bien que parée à toutes les éventualités étaient tout de même drôlement bien organisée et paraissait savoir ce qu'elle faisait lors de chacune de leurs différentes manœuvres. À la tête de l'organisation, grand-mère Chieko donnait les ordres et s'assurait de la bonne santé de Rin et du bambin qui arrivait pour découvrir le monde. Son second, celui qu'Akuma appellerait dans le futur « papa » soutenait sa femme tout en assistant et en réalisant à la perfection les directives. Sho bien qu'en retrait avait préparé tout ce qui devait l'être bien à l'avance et malgré cet air stoïque, il s'agissait certainement du plus anxieux du groupe.

Le travail de la mère avait débuté depuis plusieurs dizaines de minutes maintenant, la douleur était à son apogée, ses cris gagnaient en puissance par rapport aux précédents, le dénouement devait être proche. Les contractions lui étaient difficilement supportables et chacune des poussées engendraient un faciès totalement défiguré par la peine. Le corps tout entier de la jeune femme dégoulinait de sueur, chaque goûte de transpiration perlait le long de ses courbes avant d’entamer une chute inéluctable vers les serviettes disposées autour d'elle. Camouflées par les hurlements de Rin, les instructions de Chieko devenaient plus intenses, plus nombreuses, grand-père était de nouveau pris dans le typhon de la situation, réquisitionné afin que toute l'aide disponible soit mise à contribution. Le brouhaha n'avait jamais été aussi marqué, aussi carabiné. Soudain, tout s'arrêta, tout prit fin. Le temps était en suspens, plus aucun geste ne fut fait et surtout plus aucun son ne fut émit. Alors que la vie locale paraissait s'être déplacée dans un espace parallèle, dans quelque chose de totalement surréaliste: une bulle au sein de laquelle rien ne pouvait arriver; un long soupire vint troubler tout cela, dissipant ce calme qui, aux yeux de tous, paraissait être éternel. Ce soupire fut semblable à une pierre jetée au milieu d'un lac endormi, créant ainsi des ondulations à la surface de celui ci et annihilant l'uniformité du liquide. Mais comment en vouloir à Rin, cette dernière exprimait simplement, de la façon dont elle le pouvait et le plus naturellement du monde, son soulagement. C'était enfin terminé. Cette torture allait enfin devenir un rêve éveillé, elle le comprit immédiatement lorsque sa belle-mère se redressa, avec dans le creux de ses bras, le nouvel être emmitouflé dans sa serviette. S'en suivi les traditionnels pleurs enfantins, gages de la vie du petit être, il fallait bien ça afin de rassurer définitivement l'ensemble de la minuscule audience présente. Cette fois c'était sûr, la naissance avait eu lieu.  

Alors que ses larmes finissaient de couler et que ses beuglements s'estompaient, les yeux d'or du tout fraîchement né Akuma Kazoku s'ouvrirent et se délectèrent de leur première vision de ce monde qui les accueillait. La lumière était absolument parfaite, tamisée et diminuée afin de ne pas l'éblouir trop fortement, elle lui permettait d'observer grossièrement ce qui l'entourait. Ses yeux n'étaient évidemment pas encore assez développés pour obtenir une image nette et précise, ainsi malgré le flou omniprésent dans son champ de vision, l'enfant repérait déjà ces quatre êtres, pour lui gigantesques qui était dès aujourd'hui, sa famille. Sa grand mère le balada quelques instants à travers le salon commun, bien que réaménagé pour l’événement, cet endroit restait l'endroit de vie commun de la maison. La décoration était adaptée à cela et l'espace parfaitement optimisé. Les murs avaient été recouverts par de longues et très jolies lamelles de bois vernies, qui donnaient une certaine allure à la pièce. Les meubles avaient été construis soit par Sho soit par Zetsu, tout était fait maison ce qui était assez amusant et laissait envisager une certaine autonomie pour la famille Kazoku. Après tout, on avait à faire à une maison complètement isolée et à un mobilier qui n'était non pas acheté mais créé par la famille elle-même, de l'autonomie c'était le strict minimum pour vivre dans de telles conditions.

Après cette petite visite guidée, Aku' quitta les bras de sa grand mère paternelle afin de rejoindre ceux de celle qui lui avait donné la vie. Ses deux perles nacrées de jaune se déposèrent tendrement sur le visage de sa mère, l'observant avec un amour naturel et beaucoup d'admiration. Chacun de ses traits s'enregistrèrent dans l'esprit du petit être, ses lèvres, son nez, la forme de son visage, ses yeux, ses sourcils... Mais ce fut la longue tignasse d'or de Rin qui interpella le plus le bambin. Inconsciemment l'infinitésimal main du futur héros attrapa ces cheveux à la blondeur exaltante, le fascinant un temps avant que son étreinte ne se resserre sur ces derniers et que ses frêles paupières se closent, le libérant de ces éprouvantes première minutes de vie afin de le plonger dans les bras de la sublime Morphée et ce, bercé par la douce voix de sa génitrice qui lui murmurait encore quelques mots d'une douceur infinie.

« Bienvenue dans ce monde, Akuma. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kazoku
Membre non validé
Messages : 4
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 0:20

Histoire |2/3|




Chapitre UnLève toi et vis.

La vie continua et chacun perpétua son évolution, à commencer par Akuma. Celui qui n'était alors qu'un bébé entama sa croissance, un processus long mais qui a terme, allait faire de ce nouveau-né un véritable homme. Les première années de sa vie s'avérèrent assez fades, en même temps comment pourrait-il en être autrement? Avant les premiers pas, les journées se résumaient à manger, dormir, s'éveiller à différentes choses par ci, par là. Après l'apprentissage de la marche à quatre pattes puis de la marche sur deux pattes, notre petit blondinet entama, comme tout enfant qui se respecte, sa période bêtise. Une période qui, comme vous l'aurez compris, est remplie de conneries toutes plus originales les unes que les autres. La vie quotidienne du bambin était, la majeure partie du temps, partagée avec sa grand mère et sa mère. En effet, son père Zetsu passait le plus clair de son temps entre la pêche et la chasse, entre l'immense océan qui protégeait les arrières de l'habitation des Kazoku et l'infinie forêt qui en rendait l'accès difficile et la position presque secrète. Cette activité procurait à la famille de quoi se nourrir chaque jour, ramenant parfois à la maison des mets succulents et particulièrement rares. De plus, cela fournissait à Sho, différentes marchandises que ce dernier pouvait revendre sur l'immense place du marché de la plus grande ville de l'île, Tomi. Le grand père d'Akuma était un marchand très connu de l'île et ses talents d'homme d'affaire avaient fait sa prestigieuse réputation, il contribuait grandement voire principalement au fait que la petite tribu vivait confortablement avec des moyens plus que corrects, bien que l'isolation quasi-totale avait été leur choix de vie. Akuma était encore trop jeune pour le comprendre, mais son île natale n'était pas exclusivement peuplée des quatre membres de sa famille, loin de là. Il s'agissait d'un territoire relativement vaste qui abritait une plutôt grande ville, douée d'une certaine richesse. La densité de population était loin de celle des plus grands pays de ce monde, mais il y avait tout de même de quoi y faire. Un peu similaire à la maison dans laquelle notre héros vivait, son île était de taille moyenne avec une population moyennement importante.

Sans s'accélérer de manière précipitée, la croissance du petit blond se poursuivit, jusqu'à ce qu'il atteigne des âges lui permettant de comprendre des faits plus divers et plus variés. Jusqu'à ce qu'il obtienne une certaine habileté également, des capacités de déplacements plus prononcées, d'analyse et d'intuition qui lui offraient une plus grande liberté. Il commença par exemple à s'aventurer dans la gigantesque forêt qui faisait face à son domicile, débutant un apprentissage minutieux de la zone. Une fois en âge d'assurer sa propre sécurité, Akuma découvrit également avec son père la chasse et la pêche, s'attaquant tantôt à la zone verte afin de dégoter un beau gibier, tantôt à la zone bleue afin de récupérer de nombreux poissons. Il y eu d'ailleurs cet épisode, au cours d'une journée de pêche... Les journées étaient sommes toutes assez similaires les unes des autres à cette époque. Le petit se réveillait avant même l'aube, accompagné par son père et son grand-père. L'un partait pour sa matinée afin de ramener à la famille de quoi se nourrir pour le déjeuner et l'autre prenait immédiatement la route pour la ville, les affaires n'attendent pas le soleil, voilà ce qu'il répétait sans arrêt. Les deux hommes semblaient satisfaits et épanouis dans leurs domaines respectifs et c'était ce genre de joie que voulait vivre Akuma, ce genre de fierté, d'accomplissements également. Mais ça, ça n'était pas pour tout de suite. Il le savait lui, dans quelques minutes, sa mère allait se lever afin de débuter ce qu'elle appelait l'école à domicile. En tête à tête, tous les deux, pendant de longues heures, sa génitrice l'obligeait à subir ce qu'il semblait détester le plus au monde : des cours. Il y avait appris toutes sortes de choses jusque là. Il savait déjà lire et écrire par exemple, il avait également une certaine maîtrise des mathématiques et avait également déjà parlé de la géographie, la politique et l'histoire du monde qui l'hébergeait, dans sa globalité seulement par contre. Jamais par exemple sa mère n'avait évoqué en détails l'île sur laquelle ils demeuraient. Pourquoi ? Et bien aucune idée. Ce n'était pas vraiment un sujet tabou et encore moins quelque chose de secret, le futur héros était au courant  de la nature de son île, de l'existence de la ville de Tomi... Et son désir de découvertes et d'aventures commençait, non, il dominait déjà celui d'apprendre auprès de sa mère. Après tout, comment le lui reprocher, nous parlons bien d'un enfant qui n'avait jamais connu autre chose que sa maison, sa forêt et sa famille. Il était arrivé à l'âge où le besoin de sociabilité prenait le dessus sur toute autre chose. C'était d'ailleurs dans ce genre de réflexions qu'il s'était perdu tandis que sa mère faisait cours. Il ne l'écoutait plus depuis déjà un moment et la seule chose qui parvint à le faire sortir de ses pensées fut le retour de son père, avec sur chaque épaule deux énormes prises. La matinée avait été fructueuse et Zetsu pouvait apprécier les yeux admiratifs et contemplatifs de son fils. Le cours était terminé et l'heure du repas du midi approchait. Sa grand mère s'attelait à la préparation des aliments, aidée par Rin, tandis que père et fils prirent place autour de la table.

« Papa, je peux t'accompagner pour le reste de la journée ? Tu pourrais convaincre maman, s'il te plaît... ? »

Laissez moi vous dire que les yeux du petit blond furent encore plus illuminés lorsque Zetsu parvint à convaincre son épouse de laisser une après-midi libre à l'enfant. L'agitation était à son comble, cela faisait un petit moment qu'Akuma n'était pas parti en mer pêcher avec son père et il était bien plus fort maintenant ! Enfin, c'est ce qu'il croyait en tout cas. Vous connaissez les enfants, il suffit qu'un mois passe pour qu'ils pensent être devenus l'équivalent des adultes... Enfin bref, le duo Kazoku savoura son repas et fit le plein d'énergie au mieux, après tout, une longue partie de pêche les attendait. Après cela, père et fils prirent la route, descendant la falaise via un petit chemin sinueux et pas si sécurisé que ça au final. Zetsu partait en mer à bord d'un petit voilier, il n'était ni imposant ni particulièrement robuste, mais il avait le mérite de faire ce qu'on attendait de lui. Les outils étaient alors chargés, cannes, harpons, filets, appâts... Tout était fin prêt. Il était temps de partir voguer sur la mer pour quelques heures et surtout, temps de faire les plus belles trouvailles possibles.

La voile fut hissée et le bateau quitta la cote pour prendre le large. Akuma n'avait pas encore le savoir nécessaire pour réellement épauler son père dans l'art de la navigation, aussi se contentait-il de scruter les environs afin de percevoir au plus vite un endroit idéal pour se mettre en chasse. Les minutes défilèrent et le sérieux dominait sur le navire. Dans ce genre de situation, le petit blond savait parfaitement faire la part des choses et il abandonnait tout ce qui pouvait lui coller une image enfantine afin d'adopter l'attitude la plus adulte et responsable possible. D'un geste rapide de la main, l'enfant fit comprendre à son paternel que la zone était de loin la meilleure de celles qu'ils avaient traversé au cours de la dernière heure, il s'agissait sûrement du meilleur point pour commencer. Attrapant son petit harpon, le petit pêcheur grimpa sur le bord du bateau grâce à un petit bond aussi gracieux que majestueux. La brise était fraîche mais douce, les courants étaient calmes et le soleil au rendez-vous, faisant ainsi grimper la température vers des chiffres plus qu'agréables. La météo idéale pour une bonne journée, quoi. Ôtant son haut et le balançant sur le bois qui composait le sol de l'embarcation, Aku' plongea sans la moindre hésitation en plein dans le liquide bleuté. Il y était habitué, ce n'était pas la première fois et en plus de tout cela, son père avait déjà stipulé le fait qu'il était anormalement doué pour cela, bien meilleur que lui même ne pouvait l'être à son âge. Mais cela était peut-être du au fait qu'Akuma disposait d'un meilleur professeur que son père ? Les yeux dorés du futur esper s'ouvrirent durant sa plongée, balayant les profondeurs de la droite vers la gauche, il récupérait chaque information qui s'offrait à lui. Son bras s'arma, tout comme son index et son harpon, puis en une fraction de seconde, l'arme se projeta en direction de la cible du blondinet, la transperçant sans aucune pitié. Un petit sourire s'afficha au coin des lèvres de l'enfant qui remonta tranquillement à la surface, présentant sa prise à son instructeur, lui aussi ravi. Il s'agissait d'un poisson pour lequel Sho tirerait un excellent prix selon son père, mais ça, Akuma le savait déjà, après tout, ce n'était pas un hasard s'il avait choisi ce poisson ci et pas un autre.  

Les deux hommes s'aventurèrent plus loin, changeant plusieurs fois d'endroits afin de diversifier les espèces capturées. Chaque type de poisson avait un goût, une qualité, un prix ou une particularité différente, cela était évident. L'astre solaire quittait peu à peu les cieux afin de rejoindre l'autre moitié de notre belle planète, le ciel se couvrait ainsi d'une couleur mêlant les tons orangés et rosés, signifiant à nos deux pêcheurs qu'il était l'heure de quitter les eaux pour rejoindre la terre ferme. Du moins, c'est ce qui aurait du arriver si tout c'était déroulé selon le plan initial. Mais cette anecdote aurait-elle un intérêt si tel était le cas ? Bien sûr que non. Alors que les hommes de la famille Kazoku empruntaient le chemin du retour, un premier choc vint faire vaciller légèrement le bateau, faisant par la même occasion trébucher un Akuma inattentif. Cela eut au moins le mérite de le ramener à la réalité et de le faire agir en conséquence. Qu'était-ce ? À en croire ce qu'en disait son père, il ne s'agissait pas d'un choc contre un rocher sous-marin ou quelque chose du genre. Un second choc, plus puissant fit cette fois basculer le navire de manière bien plus conséquente, dangereuse même. Le jeune enfant avait, par réflexes, attrapé l'un des nombreux harpons présents, mais lui même espérait ne pas avoir à s'en servir. Alors que son père manœuvrait du mieux qu'il le pouvait afin d'éviter cette chose inconnue, la zone d'eau à quelques mètres en face du bateau se souleva tandis qu'un montre marin émergeait, dominant par sa taille les deux hommes et leur embarcation. Il n'avait pas l'air inoffensif du tout, son regard de prédateur et son immense mâchoire peuplées de dents dantesques et paraissant aussi tranchantes qu'une lame confortaient d'ailleurs père et fils dans cette idée. Le jeune Kazoku était bien évidemment incapable de faire face à un tel monstre et aussi naturel cela soit-il, une once de peur fit son apparition dans l'or dans ses prunelles. Son corps tout entier en tremblait, ses mains et son étreinte sur son arme étaient fébriles et les sons qu'il était d'habitude parfaitement capable d'émettre étaient totalement muets. Simplement pétrifié, le jeune garçon sentait ce sentiment de désespoir grandir en lui, impuissant et à la merci de ce monstre, il en perdait tout ses moyens. Après tout, il restait un simple bambin. Néanmoins, une voix le secoua.

« AKUMA! Écoute moi, on va s'en sortir. Reste calme et crois en notre avenir, mon fils. Dirige la voile dans ce sens, tiens là aussi fort que possible, je vais essayer de le distraire. »

Sur ces mots, le jeune garçon se rua vers les cordages, attrapant aussi fermement celui que venait de lui indiquer son paternel et le tirant à lui avec toute la force qu'il possédait encore en réserve après cette journée éprouvante. Cela modifia légèrement le cap du navire, évitant ainsi qu'il aille se fracasser frontalement contre le monstre. Au même instant, Zetsu avait pris la situation en main, du moins il essayait tant bien que mal de le faire. Ce moyen de transport qui lui servait quotidiennement était parfaitement équipé et il disposait, pour les plus gros animaux vivant dans les mers, d'un canon harpon destiné aux cibles de tailles supérieures. Ce qui était on ne peut plus le cas ici. Alors qu'il contournait le serpent de mer géant, le géniteur du bambin arma son canon et patienta jusqu'à ce que le meilleur angle de tir se présente. La bête s'était mise à bouger, elle prenait en chasse les deux humains, la situation était critique cependant la terre était désormais en vue, loin, mais en vue. Comme si la nature réagissait à cette scène, la mer s'agitait peu à peu et ce qui était une douce brise jusqu'ici commença à se transformer en un vent moyennement puissant. De nouveau focalisé mais tout de même désemparé, le blondinet pivota sur lui même pour appréhender l'évolution de la situation. Son père était sur ses gardes mais l'animal marin avait pour le moment disparu. Enfin, ce fut ce qu'il eut le temps de penser pendant une demie seconde, avant que ce dernier ne réapparaisse sur le flanc du bateau dans un fracas infernal. Presque par purs réflexes, Zetsu prit les devants, décochant son tir et laissant ainsi la lance de son arme filer en direction de ce qui leur servait d'adversaire imprévu. Les crochets situés au bout de la tige en métal allèrent se planter profondément en plein milieu de l’œil gauche du carnivore aquatique, qui émit naturellement un son d'agonie extrême tout en s'effondrant dans les profondeurs, une fois de plus. Avaient-ils gagné ? Le reptile avait-il pris la fuite ? Peut-être bien, c'était probable mais il était impossible d'en être sûr et le père de l'enfant à la chevelure d'or restait par conséquent aux aguets. Malheureusement, parfois il arrive que la plus grande des prudences ne soit pas suffisante pour passer au travers des mailles du filet. Sans même comprendre ce qui était en train d'arriver, Akuma scruta impuissant plusieurs imposants morceaux de bois voler en éclats et se disperser en mer. Le navire avait chaviré dans un premier temps puis semblait avoir été fendu en deux par la puissance bestiale et colossale du serpent des mers. Sans même s'en rendre compte, le petit avait été projeté dans les airs... Il le comprenait enfin... S'en était fini de ce cavalier des mers qui avait, durant un temps, été le fidèle compagnon de son père sur les eaux. Son père d'ailleurs ! Où était-il ? Impossible, il l'avait perdu de vue à peine une seconde... Bien qu'il tenta de retrouver la trace de son paternel, le jeune garçon n’accéda pas à une réserve de temps suffisante. En effet, dans les airs depuis quelques secondes, à la suite choc, il fallait bien qu'il atterrisse à un moment. Ce moment, c'était maintenant. Bien trop perturbé par cette catastrophe, il n'eut pas le réflexe d'inspirer une quantité suffisante d’oxygène pour lui offrir une plongée confortable. Alors que son corps pénétrait contre son gré dans le bleu liquide et infiniment étendu, il prit panique et notre futur justicier ressenti une atroce douleur au niveau de sa poitrine. Cela lui était arrivé auparavant, de l'eau s'était infiltrée clandestinement dans son corps. Emporté par les courants descendants, le petit blond fut aspiré plus profondément, se débattant aussi fort qu'il le pouvait pour remonter à la surface, en vain. Était-ce la fin ? Allait-il mourir noyé, souffrant atrocement durant les derniers instants de sa vie ? Ce fut ce qu'il cru lui même ce jour là. Ses forces l'abandonnèrent en même temps que ses paupières se fermèrent, les dernières bulles d'air s'échappaient de ses lèvres entrouvertes... Il avait maintenant perdu connaissance.

Isolé dans des ténèbres d'une noirceur sans égale,Akuma errait sans but, sans savoir où il était, ni même pourquoi il était ici. Tout était vide, un néant absolu, voilà tout ce qui était notable, toutefois, la douleur dans sa poitrine avait miraculeusement disparu. Ses pupilles se posèrent sur ses paumes, elles semblaient être vraiment les siennes, encore légèrement brûlées par les cordages du navire de son père, il pouvait encore y sentir son sang parcourir chacune de ses veines. Le navire de son père d'ailleurs, où était-il ? Ah oui... Il avait sombré, aucun chance qu'il soit ici, n'est-ce pas ? À moins que le jeune Kazoku lui même ne se soit perdu dans les abysses de l'océan ? Était-ce les fameuses profondeurs interdites et exclues du monde dont son grand père lui avait parlé quand il était plus jeune? Celles qui étaient si hostiles que même la lumière n'osait s'y aventurer ? Peut-être...

« AKUMA ! »

Outch, quelle était cette voix puissante et effrayée qui résonnait en ces lieux tel un appel à la prière ? C'était si puissant... Cela ressemblait à une alarme se dispersant dans une ville toute entière pour y avertir les habitants d'un danger imminent. Oui, c'était exactement pareil. Quelque chose de préventif, de bruyant et surtout de familier... Familier? Maintenant que cela était évoqué... Aku' leva les yeux vers le haut, mais cela n'y changeait rien, ses repères étaient totalement obstrués ici, le haut, le bas, l'horizon... Il n'y avait aucune échappatoire, il pouvait laisser son regard se poser où il le souhaitait, tout ce que sa vue lui montrait n'était qu'un noir parfaitement uni et dominant absolument chaque recoin de cette pièce, cet espace ou peu importe ce dont il s'agissait vraiment. Encore une fois, cet appel retentissait, cette voix, elle avait définitivement quelque chose de courant, d'habituel. Il l'avait déjà entendu quelque part, il en était certain. Puisque l'obscurité paraissait être le seul maître de ces lieux, Akuma se laissa tomber sur ce sol ténébreux, les jambes croisées en tailleur, ses paupières s'abaissèrent, mais cela n'y changeait pas grand chose à vrai dire, en terme visuel du moins. Puisque psychologiquement, cette manœuvre lui permettait de se concentrer sur cette voix qui l'invoquait, au loin. Il le sentait comme une flamme brûlant au centre de son anatomie, s'il voulait se tirer de là, il lui fallait suivre le chemin que lui dictait cette phonation.

Ses yeux se rouvrirent brutalement, les ténèbres avaient disparu. Instinctivement son corps se redressa légèrement puis le blondinet se pencha sur le côté, sentant quelque chose remonter le long de son estomac. Il rejeta des litres d'eau de mer dans un son pas très appétissant, vous vous en doutez. Ses pupilles étaient dilatées et se déplaçaient frénétiquement de gauche à droite afin de comprendre ce qu'il advenait. Il n’était plus au même endroit qu'une seconde auparavant, où était-il cette fois ci ? Du sable et l'océan quelques dizaines de mètres plus loin... Il avait rejoint la cote ? Comment ? Après une seconde qui lui paru être une éternité, Akuma identifia la silhouette qui siégeait à ses côtés depuis le début, cette carrure, ce visage, c'était son père. Ses iris sombres et inquiètes étaient plongées dans celle à la couleur or du petit, ses traits affichant quelques instants plus tôt une inquiétude maximale trahissaient désormais un soulagement profond. Du bout des doigts, le blondinet alla sécher l'une des dernières larmes traversant le visage de son père, un sourire naturel s'afficha sur ses lèvres tandis qu'il réalisait que malgré tout ce qui venait d'arriver, tout deux étaient vivants. Ce fut de courte durée. Les prunelles de son père perdirent petit à petit en intensité et l'étreinte qu'il exerçait avec ses bras sur le corps de notre futur esper se ramollissait au fur et à mesure des secondes. Dans un dernier râlement, le puissant Zetsu de ses derniers mots, légua son dernier ordre à son enfant.

« Lève toi et vis, mon fils. »

Le jeune garçon se releva complètement et en sursaut, soutenant son père qui n'était qu'un plus qu'un corps dénué de presque toutes ses forces. La panique commença à s’emparer de son être tout entier, que devait-il faire, il ne pouvait définitivement pas laisser la vie de son père se terminer ici, il en était hors de question. La première chose à faire était d'identifier la cause de cette perte soudaine de force, Akuma installa son géniteur sur le dos, allongé contre le sable fin, il ne lui fallu qu'un bref instant pour remarqué le pieux de bois planté dans le corps de son paternel, au niveau de son flanc gauche. Ses vêtements étaient partiellement tâchés d'un rouge sanglant et à y regarder de plus près, une traînée s'était également dessinée dans le sable. Il lui fallait agir vite et omettre toutes ses émotions négatives s'il voulait avoir ne serait-ce qu'une infime chance de donner un sursis à son père. D'un geste empli de force et de précision, il détacha le morceau de bois du corps de Zetsu, pansant immédiatement la plaie en serrant un morceau de tissu, préalablement déchiré, avec fermeté autour de cette dernière, tentant ainsi de contrôler tant que possible l’hémorragie continuelle. Malheureusement, après ces premiers gestes vitaux, le jeune garçon n'était plus en mesure de faire quoi que ce soit, sa force n'était guère suffisante pour remonter Zetsu au sommet de l'immense falaise, là où se situait son domicile et ses connaissances médicales étaient bien trop infimes pour qu'il puisse espérer le soigner davantage. Son pouls était rapide mais une respiration était nette et présente, la seule solution était de l'abandonner un temps afin d'aller chercher de l'aide auprès de sa famille, là-haut...

Quelques semaines après l’incident, aucune mort n'était à déplorer, pour le plus grand bonheur de l'intégralité de la famille Kazoku. Néanmoins les choses ne pouvant être parfaites, des séquelles étaient à recenser, bien évidemment. La finalité de cette histoire était assez simple, Akuma avait été chercher de l'aide auprès de sa mère, son grand père et sa grand mère qui sauvèrent Zetsu in extremis du pire, malheureusement, ce dernier ne s'en était donc pas tiré sans contreparties. Ses forces n'étaient plus comparables à celles d'auparavant, il éprouvait encore d’importantes difficultés à se mouvoir et ne disposerait certainement plus jamais des facultés nécessaires pour chasser que ce soit en mer, ou en forêt. Cette mésaventure avait beaucoup atteint le préadolescent à l'échelle psychologique également, inconsciemment, il se blâmait de ce qui leur était arrivé. Ce n'était pas sa faute du tout, mais son esprit ne pouvait s'empêcher de penser que la situation aurait pu être différente s'il n'avait pas été présent ce jour là. Bien heureusement, son père lui rappelait sans cesse que sans sa présence, il aurait plus que certainement quitter ce monde, ce qui avait le don de faire disparaître les doutes de notre jeune homme pour au moins quelques temps. À une moindre échelle, Akuma se retrouva dans l’incapacité de grimper sur un bateau quel qu'il soit sans être pris de violentes nausées, quelque chose de mental, tout portait à croire à un traumatisme puissant et qui l'handicaperait sûrement à vie.

Les mois passèrent de nouveau, une année peut-être même. Les choses avaient logiquement changé au sein de la famille Kazoku. Zetsu n'était désormais plus capable d'agir comme il le faisait autrefois et Akuma lui, n'était plus apte à grimper sur le pont d'un bateau sans vomir chacun de ses repas. Ce fut la raison pour laquelle notre futur héros décida de se spécialiser dans la chasse, afin de combler la place laissée vacante par son père affaibli. Déjà très habile dans ce milieu qui n'était pas toujours très accueillant, cette dizaine de mois passée quotidiennement au sein de cet environnement fit du jeune homme blondinet un véritable expert sur certains points. La survie, le pistage, la discrétion, le repérage et évidemment la chasse en elle même. Ce fut d'ailleurs durant une journée ensoleillée d'été qu'il fit une rencontre qui allait bouleverser son existence. La température était déjà élevée sur le littoral, mais cela était encore pire une fois bien avancé dans la zone verte. L'atmosphère y était étouffante et l'humidité peu présente, le bois ainsi que le sol étaient tous deux secs, ainsi il fallait être on ne peut plus prudents afin de ne pas se faire repérer en marchant malencontreusement sur de l'écorce morte, par exemple.

La traque avait déjà commencé, le blondinet avait prit sa cible en chasse, il s'agissait d'une belle bête dont la viande allait ravir l'ensemble de la famille, à n'en pas douter. Mais une telle viande n'allait pas être aussi simple à obtenir, évidemment. Il allait falloir agir minutieusement et avec une précision chirurgicale si Akuma voulait rentrer avant que le soleil ne soit à son zénith. Il était déjà en piste, sur les traces de l'espèce de biche plus rapide et plus massive que celles que l'on trouvait généralement sur l'île. Il fallait se montrer patient, l'attirer, sans qu'elle ne s'en rende compte, dans un endroit confiné d'où elle ne pourrait plus s'enfuir. Ce n'était pas chose aisée, comme vous pouvez vous en douter, les bêtes sauvages étaient loin d'être idiotes et s'adaptaient particulièrement rapidement. Le rôle de proie leur seyait à merveille et elles savaient rendre la tâche à chaque fois plus difficile, ce qui avait le mérite de subjuguer Akuma. Les choses trop aisées l'ennuyaient très vite, trop vite même. Alors que cette course se poursuivait, un son qui n'avait rien de sauvage vint briser l'harmonie naturelle qui régnait en ces lieux. Il s'agissait d'une voix humaine, celle d'un garçon à l'oreille mais pas encore adulte. À en croire les hurlements qui émanaient, il s'était certainement perdu. Dans un long soupire, le Kazoku détacha son regard de la bête sauvage, l'abandonnant finalement pour la laisser gambader quelques jours de plus. Ses genoux se fléchirent, puis d'un bond il changea complètement de direction, se faufilant à travers les troncs massifs qui constituaient la verdure de la forêt, direction les cris et le plus rapidement possible. La zone savait se montrer redoutable et dangereusement hostile pour ceux qui s'y aventuraient sans s'être correctement préparés. Finalement, le blondinet arriva à l'endroit où s'était effondré l'enfant en détresse. À première vue, il semblait être dans la même tranche d'âge que lui même et n'avait pas encore remarqué sa présence. D'un raclement de gorge puissant, le petit blond s'annonça, figeant en même temps un adorable rictus sur le coin de ses lèvres. C'était un instant assez unique pour le Kazoku, il s'agissait de sa première rencontre sociale, hors membres de sa famille. À vrai dire, il ne savait pas trop comment se la jouer, il tenait à faire bonne impression... Enfin, aux vues de la situation, cela n'allait pas être difficile, il avait la position du héros sauvant les victimes innocentes, comment ne pas être cool dans ces circonstances pas vrai ?

« T'es perdu ? » Questionna simplement et machinalement l'habitué de la forêt. Il ne voulait pas faire une entrée trop fracassante, la simplicité allait-être le maître mot de cette rencontre. D'un hochement de tête, le garçon confirma son hypothèse, se calmant par la même occasion, rassuré par une seconde présence humaine. Les yeux d'Akuma se plissèrent légèrement et ce qui n'était qu'un léger rictus se transforma en un petit rire amical. Approchant de quelques pas, il tendait au second enfant un main altruiste et amicale pour l'aider à se redresser. « Je m'appelle Akuma, j'habite pas très loin d'ici, je peux te sortir de là si tu veux. » La scène précédente se répéta, le rire du blond se fit plus marqué tandis que l'enfant hochait plus énergiquement la tête, ravi de voir sa situation se débloquer. D'une poignée enfantine mais virile, les deux enfants se saluèrent et l'égaré se retrouva sur ses deux jambes, prêt à prendre la route. Maintenant qu'il s'était relevé, le Kazoku pu remarquer qu'il était légèrement plus grand que son interlocuteur. Ce dernier était d'ailleurs assez sobrement vêtu même si son ensemble avait été endommagé par son escapade forestière. Ses cheveux d'un blanc tendant très légèrement vers l'argenté, hérissés par endroits, adoptaient une coupe assez unie avec son visage même si ce dernier ne semblait pas vraiment se coiffer quotidiennement. Enfin, alors que leurs regards se croisèrent l'espace de quelques secondes, le blondinet pu déceler le bleu électrique assez envoûtant des iris de la personne qu'il venait de rencontrer. Captivant.

« Je m'appelle Lloyd, j'habite à Tomi. J'étais avec d'autres enfants, on jouait et en quelques instants... je me suis retrouvé perdu au milieu de cette forêt... »
« Tomi ?! Trooooop cool ! Comment c'est de vivre là-bas, hein ? La ville, le monde, la place marchande, ça doit être génial à visiter! Mon grand père m'en parle parfois, mais jamais assez longtemps... »
« Hein ? Comment ça ? Me dis pas que t'habites sur cette île mais que t'as jamais été à Tomi... ? »
« Non. Mon grand père dit qu'il m'y emmènera quand je serai plus grand et que je pourrai l'aider à faire des affaires. »
« Hahaha ! J'ai jamais rencontré quelqu'un comme toi ! Tomi c'est la plus grande ville de l'île, on a à peu près le même âge et t'y as jamais mis les pieds ! T'es sacrément bizarre ! »
« Te moque pas ou je t'abandonne en plein milieu de la forêt, à la merci des loups! »

Durant le court voyage qui allait les mener jusqu'au domicile des Kazoku, les deux enfants sympathisèrent et apprirent à se connaître de manière assez globale. Le feeling était assez naturel, ce qui était plutôt une bonne chose pour le petit blondinet qui n'avait jusqu'ici jamais eu l'occasion de bâtir une telle relation sociale. Comme deux êtres destinés à se rencontrer et à s'apprécier, ces deux enfants voyaient tout ce qui concernait leur amitié être d'une simplicité déconcertante. Leurs humours respectifs s'entremêlaient et se complétaient parfaitement, leurs connaissances également, leurs récits subjuguaient l'autre comme s'il s'agissait de véritables contes de fée... L'alchimie parfaite. Une fois arrivée à l'orée de la forêt, le blondinet désigna à son nouveau compagnon son domicile et les deux garnements le rejoignirent en sprintant. Physiquement parlant, Akuma dominait Lloyd et pourtant celui ci affirmait être l'un des plus forts de Tomi... Enfin vous savez, les compétitions infantiles... Pénétrant dans la maison, le héros en devenir prit soin de raconter tout ce qui s'était passé en détail à sa mère et sa grand mère qui accueillirent à leur tour l'enfant à la chevelure argentée, à bras ouverts. Ces dernières lui firent comprendre que seul Sho, le grand père de la famille se rendait quotidiennement à Tomi et qu'il partait malheureusement tôt le matin pour ne rentrer qu'au coucher du soleil. Ainsi, Lloyd n'allait pouvoir rentrer chez lui avant le lendemain et il allait devoir passer la nuit dans cet antre, laissant certainement ses parents morts d'inquiétude. Néanmoins ce n'était pas le genre de choses qui préoccupait un enfant, lui, était simplement ravi de pouvoir passer plus de temps avec son ami fraîchement rencontré. La journée suivie son cours, de même pour la soirée, Sho fut mis au courant des différents événements et les deux garnements passèrent leur nuit à se raconter des histoires l'un à l'autre, une soirée parfaite aux yeux de notre futur justicier.

Le lendemain, Sho fut le premier levé, les deux infatigables énergumènes qu'étaient le blondinet et l'argenté avaient fini par céder à l'appel de Morphée alors que le soleil n'était plus très loin de se lever. Les laissant se reposer encore une petite vingtaine de minutes, le grand père rassembla ses affaires et prépara deux collations pour remplir l'estomac des deux garçons, ils allaient bien en avoir besoin. La boule de feu solaire était désormais haute dans le ciel, l'aube avait pris fin, laissant sa place à la fraîche et calme matinée. L'heure était venue de prendre la route. Le blondinet n'était d'ailleurs pas au courant du fait qu'il allait prendre part à ce petit voyage, son grand père avait préservé la surprise en tant que secret absolu. Cela allait être la première fois que le futur héros allait s'aventurer hors des frontières de la forêt et découvrir ce qu'était la réelle civilisation de cette fabuleuse île. D'une voix puissante, le doyen de la famille sonna le réveil.

« Akuma, Lloyd, debout, nous y allons. »

Tels deux soldats appelés à se mettre au garde à vous, les enfants s'étaient dressés en une fraction de seconde. Le garçon aux yeux de feu ré-analysait les paroles de son grand père, Lloyd lui avait déjà compris qu'une fabuleuse journée les attendait. Un immense sourire se dessina sur les lèvres du Kazoku qui commença à gigoter dans tous les sens, bondissant tel un lapin en ricanant avec son homologue. Il y allait enfin ! L'heure était finalement à la découverte de Tomi et en plus il allait être accompagné de son nouvel ami, comment cette journée pouvait-elle être meilleure ?! Attrapant leurs petits-déjeuners, les préadolescents emboîtèrent le pas, sur les talons du doyen Kazoku, direction la ville !  

Après une traversée qui ne fut pas si longue que ça, Aku' se retrouva enfin aux abords que la magnifique ville de Tomi. L'entrée de la ville était délimitée par une immense muraille, culminant à plusieurs mètres de haut et paraissant absolument infranchissable. Un passage en forme d'arche était surveillé par quelques gardes qui ne prirent toutefois pas la peine de contrôler les trois arrivants. Scintillants de mille feux, les pupilles du blondinet enregistraient tout ce qu'elles observaient. L'ouest de la ville semblait être caractérisé par de nombreux quartiers résidentiels, d'ici le petit garnement pouvait même contempler des battisses monumentales, de véritables châteaux... Le trio n'allait cependant pas dans cette direction, les trois hommes empruntèrent différentes rues afin de rejoindre la place marchande, une véritable zone absolument gigantesque au milieu de laquelle des dizaines et des dizaines de boutiques se démarquaient. Après que Sho ait indiqué aux deux enfants laquelle de toutes ces échoppes était la sienne, Lloyd prit la parole afin de faire ses au revoir.

« Monsieur Sho, Akuma, je vous remercie infiniment d'avoir pris soin de moi ! Je rentre rassurer ma famille mais je reviendrai vous voir cet après-midi, promis ! À tout à l'heure ! »

Et ce fut chose faite. L'après-midi venue, Lloyd revint, tout enjoué à l'idée de retrouver son ami et surtout de lui annoncer une nouvelle qui allait le ravir. Avec l'autorisation de son grand-père, Akuma pu accepter l'invitation que lui proposait son nouvel ami, celle d'aller visiter sa demeure et surtout de rencontrer ses parents qui étaient impatients à l'idée de pouvoir faire la connaissance de l'enfant qui avait justement sauver le leur et le remercier. Après une vingtaine de minutes de marche, les deux enfants arrivèrent devant un magnifique portail métallique, sublimement décoré et abritant surtout un bâtiment absolument incroyable. Ce qui se trouvait derrière ce portail était tout bonnement royal, il s'agissait d'un lieu qui aurait pu rendre les gens les plus riches de ce monde verts de jalousie, très certainement. Le terrain était parfaitement partagé, de grands jardins accueillaient les visiteurs et les habitants, ils étaient également fleuris et harmonieux grâce à un parfait équilibre des couleurs. Les routes menant à ce qui s’apparentait à un véritable palais étaient faites de petits cailloux qui rendaient l'accès certes difficile mais au niveau de l'esthétique, c'était parfait. À sa droite, le Kazoku remarqua deux espaces bizarrement aménagés, il n'avait aucune idée de ce dont pouvait être leurs utilités et n'osa pas déranger Lloyd avec une question stupide. D'ailleurs l'atmosphère était devenue assez étrange depuis que les deux jeunes garçons avaient pénétrés en ces lieux, jamais le duo n'avait été aussi silencieux. Mais cela était compréhensible, peut-être l'argenté stressait-il à l'idée de présenter son ami à ses parents et pour ce qui était du doré et bien il n'avait jamais vu un tel endroit de toute sa vie, alors... Devant la monstrueuse porte qui bloquait l'entrée de cet endroit majestueux, se tenait un homme, habillé tel un noble il avait là une bien fière allure. Ses vêtements laissaient néanmoins transparaître un physique bâti et musclé. D'une voix chuchotante, Lloyd brisa ce silence qui s'était naturellement installé, informant Akuma sur l'identité de cette personne. Il s'agissait donc du père du garçon à la chevelure grisâtre et selon lui, il avait été un mercenaire il y avait quelques années de cela, il s'avérait donc être un peu strict et solennel.

« Tu es donc ce fameux Akuma, ravi de pouvoir t’accueillir ici. Je suis Eddard Zeno, le père de Lloyd et tu es le bienvenue chez nous. Dans un premier temps laisse moi te remercier pour ce que tu as fais hier. Mon garçon n'est pas encore apte à se débrouiller de lui même et sans toi, Dieu seul sait ce qui aurait pu lui arriver. Ma fille aînée et mon épouse feront ta connaissance plus tard, pardonne les, elles sont occupées en ce moment même. Pour nous faire pardonner, laisse moi te faire visiter les lieux. »

La visite fut longue, très longue, il fallait au moins ça pour visiter un tel espace. De plus, elle n'avait pas été très marrante... mais bon, Eddard avait été très bienveillant et avait répondu à toutes les petites curiosités du bambin aux yeux d'or. Ainsi, le petit blond pu en apprendre beaucoup plus sur ce qu'était les alters par exemple et également sur la façon dont les Zeno avaient accumulés une telle fortune. Concernant le premier sujet, les récits du père de Lloyd avaient vivement piqué l'intérêt du jeune enfant. L’adulte qui l'avait accueilli toute l'après-midi durant lui avait même fait une proposition en voyant s'éveiller chez le Kazoku un tel attrait pour son passé. En effet, Eddard avait proposé à Akuma de repasser quand cela lui chantait afin d'assister à ses histoires les plus passionnantes, il avait, selon lui, déjà l'habitude de le faire pour Lloyd ainsi cela ne le gênait nullement si le petit garnement qu'était le blondinet s'ajoutait.

Les mois s’enchaînèrent et les visites d'Akuma furent d'abord plus récurrentes puis tout simplement quotidiennes. Il partageait son temps entre la place de marchande de Tomi, les ruelles de la ville où il y rejoignait Lloyd et ses amis pour s'amuser et enfin le manoir des Zeno. Les histoire d'Eddard étaient passionnantes et permettaient aux deux jeunes enfants d'apprendre de manière ludique l'histoire et le fonctionnement du monde dans lequel ils vivaient. Eddard était un héros retraité qui utilisait toutefois son expérience durement acquise afin de maintenir l'ordre sur la petite île de Tomi.  Après   tout ce temps passer à pérenniser ces habitudes, ces visites, le chef de la famille Zeno fit une annonce importante aux deux ados. Lloyd comme Akuma avaient désormais douze ans et ils avaient vu leurs corps d'enfants grandirent sans pour autant que cela ne soit leurs aspects finaux, bien évidemment. Cela était toutefois suffisant pour débuter une nouvelle phase selon Eddard, celle de l'apprentissage et de l’entraînement. Ce dernier proposa au Kazoku de rejoindre son fils dans les enseignements physiques et martiales qu'il se préparait à lui fournir.

« À compter de ce jour, je vous enseignerai tout ce que je sais, je vous ferai travailler de manière assidue et optimale, je vous entraînerai dans le but de faire de vous des combattants aguerris, des  hommes prêts à devenir des Héros et à affronter le vaste Monde. C'est votre but à tous les deux, n'est-ce pas ? Je vous y préparerai au mieux. Tous les jours, vous suivrez mes instructions sans vous plaindre et sans envisagez ne serait-ce qu'une seule seconde de laisser tomber. Êtes vous prêts ? »
« Oui Monsieur. »
« Oui Père. »
« Ainsi soit-il, nous commençons dès demain. Akuma, tu peux rester à ta guise, une chambre est déjà prête pour toi. »

Le blondinet obtint bien évidemment l'autorisation de ses parents afin d'assister à cette formation privée que lui proposait le dirigeant de la famille Zeno, ils y voyaient une certaine forme de fierté, après tout, leur enfant se préparait à devenir un apprenti héros. L'avenir qui se dessinait pour le petit blondinet était resplendissant, grandiose même, toutefois le futur proche promettait de n'être rien autre qu'un véritable cauchemar, un cauchemar nécessaire et obligatoire mais un cauchemar quand même. Son physique, sa détermination, ses rêves, ses croyances, tout ce qui faisait de lui l'être qu'il était allait être remis en question et retravaillé. Une adolescence précoce et tellement plus violente que ce que devaient vivre les enfants qui grandissaient de manières plus classiques. Qui suivaient des formations aux sein de prestigieuses écoles.

S'écoulèrent alors les quatre années les plus longues de la courte vie de notre protagoniste en devenir. Quarante huit mois durant lesquels il appliqua à la lettre le programme qui lui avait été confié par Eddard. Un listing de différents exercices physiques quotidiens, de leçons vis à vis de l'histoire, des révisions de ses propres doctrines, de sa propre façon de penser. Son caractère avait été façonné en quelque chose de nouveau, ou plutôt poli comme une pierre précieuse de laquelle on voudrait obtenir l'ultime valeur, l'ultime aspect. Ce fut plus de mille quatre cent jours qu'il passa en compagnie de Lloyd, a évolué et se développer d'une manière bien différente de ce dernier. Son corps s'était taillé et sa musculature était devenue ce qu'elle était destinée à devenir, un véritable roc. Ses mouvements avaient acquis une précision certaine et une souplesse extraordinaire. Son métabolisme tout entier était devenu simplement celui que l'on attendait d'un soldat qui, de par ses obligations, devait protéger la veuve et l'orphelin. Comment y parvenir sans force, sans vitesse, sans dextérité... ? Ajoutons à tout cela, les premiers signes de l'éveil de l'alter de notre héros qui s’avérèrent particulièrement tardifs et qui furent totalement ignorés durant cette formation. Cette dernière consistait en un renforcement physique et psychologique, le but n'était donc pas de façonner les pouvoirs naissants d'Akuma, pas encore en tout cas.  Psychologiquement parlant, le Kazoku n'était désormais plus le même homme. Ses facettes de jeunesse s'étaient rapidement éclipsées pour laisser place à ce qui le décrivait réellement. En même temps que sa force qui avait fleuri et que son talent qui eut explosé, son ego naquit et grandit jusqu'à devenir le cœur même du caractère de notre jeune homme.

Ses talents combatifs progressèrent également de manière significative. Celui qui n'était autrefois qu'un jeune garçon doté d'un physique avantageux et d'un gabarit encourageant le combat était aujourd'hui bien plus que tout cela. Il était devenu un véritable guerrier maniant divers styles de combat et surtout tirant complètement partie de chacun de ses attributs physiques. Ce long laps de temps avait notamment creusé l'écart déjà existant entre Lloyd et lui même, chose qui avait amené à un comportement encore plus strict et plus dur d'Eddard envers son fils. En quatre années, une distance s'était installée entre les deux amis. Distance qui atteignit son paroxysme lorsque, quelques mois avant la fin de l’entraînement, les premiers signes des pouvoirs d'Akuma se manifestèrent.  En effet, concernant Lloyd... le destin semblait avoir fait de lui l'un des rares êtres dénués d'Alter. Auparavant fusionnels ils en étaient arrivés au point de parfois s'éviter, enfin, l'argenté avait pris pour habitude de disparaître lorsque le doré faisait lui, son apparition...

En réalité, cette période d’entraînement s'était achevée d'une façon particulièrement violente. Revenons sur le dernier combat qui avait opposé nos deux amis, nos deux rivaux. Ce jour là, le soleil était camouflé par d'épais nuages gris qui, comme s'ils étaient capable de prédire le futur triste et sanglant de cette journée, laissaient des larmes leur échapper. Un trio d'homme se tenaient debout au milieu d'un grand espace vert, l'herbe n'y était pas trop longue mais assez glissante à cause la pluie continuelle qui y tombait. Ils portaient tous les trois une tenue adaptée aux déplacements amples et assez confortable. La voix d'Eddard raisonna fortement sur un rayon de plusieurs dizaines de mètres, indiquant ainsi le début du combat. Immobile, Akuma affichait sur sa mine maintenant plus adulte un sourire narquois et presque moqueur. Lloyd s'était élancé vers lui, prenant de bons appuis et arrivant ainsi à une très bonne vitesse. Son poing était armé et se projetait furtivement vers la joue droite du garçon aux pupilles dorées, qui, d'un fléchissement de jambes accompagné d'un petit mouvement rotatif, passa outre l'offensive de son adversaire. Sans qu'une seconde ne soit encore écoulée, la jambe du blond s'était dressée et élancée par l'inertie de son mouvement précédent, Akuma vint frappé violemment son opposant en plein dans les côtes, l'envoyant valser sur une longue distance. Sans se laisser abattre, Lloyd revenait à la charge, cette fois ci ralentissant bien avant d'arriver au contact de son ami, prenant position afin de lui envoyer un énorme enchaînement de coups de poing. L'assenant sans s'arrêter une seule seconde. Le plus petit des deux jeunes hommes se rendit bien vite compte que malgré la perfection de ses attaques, aucune de ces dernières ne parvenaient à atteindre le grand blond. Aku' évitait sans grande difficulté les poings du combattant adverse, lorsque ces derniers le menaçaient réellement, il utilisait son propre corps pour les stopper, ne subissant ainsi pas le moindre dommage. Patiemment, le Kazoku attendit une simple micro-erreur de placement de son adversaire, qui évidemment fut venue. Le pied de Lloyd avait quitté cette position parfaite qu'il avait précédemment adopté, laissant ainsi une petite ouverture dans la garde de ce dernier. Alors qu'un poing filait vers son nez, le blondinet de sa main gauche alla contre-attaquer, atteignant plus rapidement sa cible et le frappant d'un uppercut absolument destructeur dont Lloyd ne parvint pas à se relever. Le combat était terminé, si tant est qu'il avait un temps commencé, l'opposition de Lloyd n'était plus suffisante pour inquiéter Akuma et malgré tous les bons conseils du père Zeno, le fils de cette dernière personne citée n'était tout simplement pas assez doué pour vaincre le blondinet. Dans un soupire de désespoir, Eddard laissa une nouvelle fois une phrase crue, dont lui seul avait le secret, lui échapper.

« Encore une fois tu n'es pas capable d'appliquer mes enseignements, tout ce que tu entreprends n'est qu'échec, tu n'es pas digne d'être mon fils... Je demande encore aujourd'hui aux cieux pourquoi n'ont ils pas fait d'Akuma mon héritier... »

Bon, avouons-le, ce ne sont pas les mots qui font plaisir à un enfant, surtout venant de la bouche de son propre père. D'autant plus, de telles paroles auraient du mettre le Kazoku dans un état de gêne palpable, ce qui n'était définitivement pas le cas. Lui se sentait plutôt fier d'être la cible de tels compliments et ça, même si c'était abominable et douloureux pour Lloyd. Le grand blond n'était pas devenu plus compatissant en grandissant, au contraire. Et les distances que l'argenté prenait -peut-être à raison du coup- le dissuadait encore plus d'aller en son sens. Ce genre de discours était devenu régulier, habituel même. Néanmoins, quelque chose ne fut pas pareil cette fois là.

À la suite de cette prise de position, Lloyd se redressa, le visage immaculé de larmes et à moindre mesure de sang. La haine de ses yeux n'étaient pas dirigée vers son adversaire mais bel et bien vers son paternel.  D'une puissante impulsion, il débuta sa course vers ce dernier et ce d'une manière bien plus rapide et explosive que ce qu'il avait démontré contre Akuma. D'un bond parfaitement dosé, il arriva droit vers le chef de la famille Zeno, resserrant son poing à s'en faire saigner et contractant ses muscles aussi fort qu'il le pouvait. Deux mètres à peine le séparait de sa cible et autant dire qu'à la vitesse à laquelle il avait plongé vers celle ci, cela ne représentait pas grand chose du tout. Malheureusement pour lui, ce pas grand chose était justement quelque chose de suffisamment large pour être exploité par quelqu'un d'exceptionnel. Et évidemment, ces lieux abritaient quelqu'un d'exceptionnel. L'impact semblait être imminent d'autant plus qu'Eddard n'avait même pas pris la peine de réagir à cette offensive. Toutefois, une ombre se faufila à travers les angles morts de l'argenté. Une silhouette s'interposa entre les deux Zeno, cette silhouette appartenait bien évidemment au fils Kazoku. Telle la foudre qui s'abat sur Terre, un énorme coup de tibia alla fracasser la mâchoire de l'attaquant à la chevelure grisâtre, dégageant sa carcasse encore plus loin que lors du choc précédent. Cette fois, le grand blond ne pouvait même pas garantir l'état de conscience de son opposant. Son air hautain et narcissique avait désormais la domination totale sur les autres faces de sa psychologie et sa voix raisonna assez fort pour que Lloyd puisse l'entendre s'il était encore en état de faire fonctionner son ouïe.

« Ne t'avise plus de t'en prendre à mon mentor. »

Ce dernier combat avait sonné le glas de la période d’entraînement de Lloyd et Akuma et également de leur amitié. À la suite de ces faits, différentes choses arrivèrent. Tout d'abord, l'argenté   ne fut plus repris une seule fois à adresser la parole à son géniteur, ensuite le blondinet avait regagné son foyer et retrouvé sa famille à un rythme quotidien et non plus hebdomadaire, ce qui lui fit un bien fou. Non pas qu'il n'aimait pas vivre chez les Zeno, loin de là, il avait même adopté cette famille comme une deuxième patrie, mais retrouver ceux avec qui il partageait le même sang était un bonheur inouï. Ce fut d'ailleurs environ un mois plus tard que Sho fit une entrée fracassante dans la petite maison au bord de mer, bien plus tôt que ce dont il avait l'habitude. Il était essoufflé et son regard c'était immédiatement porté sur le jeune homme à la chevelure d'or. Le départ de ce dernier était imminent, il allait prendre la route vers l'une des plus grandes villes du monde, quitter sa contrée paisible et presque insignifiante et rejoindre un endroit ou l'action ne manquerait jamais. Il avait tellement hâte. Cet engouement était bien trop beau et il était tout naturel que quelque chose vienne gâcher ce plaisir, cela ne loupa pas. Sans vraiment savoir comme s'y prendre, le doyen des Kazoku délivrait la nouvelle qu'il venait d'apprendre à son petit fils.

« Eddard Zeno est mort. Il a été assassiné de ce que j'ai pu en entendre. Les gardes du manoir affirment que personne n'a pénétré leur terrain... De plus... Lloyd a disparu. Tu ne crois pas qu'il... »
« Il l'a tué. »

Les mots du blondinet avaient tranché net ceux de son grand-père. Aucun doute n'était permis, s'il s'agissait d'un meurtre, alors aux vues des circonstances, la culpabilité de l'argenté était impossible à remettre en cause. Les prunelles du jeune homme s'étaient emplies d'une haine profonde, ne laissant pas la moindre place à la tristesse ou la nostalgie. Sa voix avait été claire et puissante, appuyée par cette colère profonde qui commençait à le ronger de l'intérieur, provoquant une douleur inexplicable au niveau de son abdomen. Cet acte remettait tout en cause. Avec de telles charges sur le dos, Lloyd était désormais un fugitif recherché et n'était plus apte à s'engager en tant que soldat. Allait-il oser devenir un vilain renommé ? L'ennemi naturel de la justice ? C'était une chose qu'espérait Akuma du plus profond de son cœur. Ses projets ne pouvaient être chamboulés, le groupe destiné à le recruter arrivait le lendemain... Il ne pouvait se permettre de mettre en sursis son engagement. Sans un mot de plus, le doré quitta les lieux et il prit la direction de Tomi, décidé à rejoindre la résidence des Zeno. S'il se savait sur le départ le lendemain, il ne pouvait toutefois pas quitter cette île sans aller présenter ses plus sincères condoléances à sa seconde famille et encore plus important, sans leur promettre justice voire même, vengeance.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akuma Kazoku
Membre non validé
Messages : 4
Points : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 0:25

Histoire |3/3|




Chapitre DeuxT'es un vrai soldat maintenant, mon p'tit.

Quartiers des Forces d'Intervention, à Yokohama, quelques jours plus tard. Un bruit sourd raisonnait dans les lieux, celui des pas coordonnés et réguliers frappant le sol avec puissance et détermination. Il s'agissait de la marche des nouvelles recrues. Alignés neuf par neuf, les nouveaux soldats déambulaient à travers l'académie, se dévoilant aux yeux de tous, les plus anciens et les plus gradés. Au milieu de tous ces bonhommes se tenait Akuma, ses petites mèches blondes se trimballaient de gauche à droite un peu à l'arrache, il était ainsi facilement reconnaissable. Les troupes arrivèrent dans un grand hall vide, où le sol était simplement recouvert d'un carrelage blanc tirant vers le bleuté, rien de bien formidable. À vrai dire, l'Académie en elle même n'avait rien de bien formidable, il s'agissait avant tout d'un bâtiment d’entraînement et de formation, ou les nouveaux arrivants allaient suivre des cours et s'exercer d’arrache-pied. L'assemblée qui composait le groupe du blondinet n'avait rien de particulière selon lui, il n'y remarquait aucun personnage sortant du lot et encore moins l'un de tout ceux présents dans le tas potentiellement capable de lui causer quelques soucis. Aucun rival, donc. Cela risquait d'être ennuyeux. Alors que quelques chuchotages commencèrent à former un mini brouhaha, trois hommes firent leurs entrées à l'intérieur de l'immense espace. La porte claqua bruyamment derrière eux, entraînant un silence absolu et continuel. Ces trois soldats portaient un uniforme, chacun possédait d'ailleurs le glorieux manteau bleuté, signifiant un certain grade au sein des troupes. Akuma avait donc à faire à trois pointures, vraisemblablement. Le trio s'apprêtait à prendre la parole et rompre ce silence monotone qui s'était tranquillement éternisé.

« Bonjour à tous. Aujourd'hui, le Chef de Division et moi même prenons un peu de temps pour vous accueillir... » Ah ! Il s'agissait donc bien de personnes importantes ! L'un était coiffé d'une casquette. Son visage était ferme et autoritaire, un véritable leader. Ses traits paraissaient raconter l'histoire de chaque combat qu'il avait enduré et desquels il avait triomphé, c'était bel et bien un grand combattant. L'autre, le Chef de Division donc, était également coiffé d'un accessoire, mais loin de la casquette lambda. C'était une espèce de chapeau, difficile de cerner complètement chaque détail de son faciès, mais il était très aisé de deviner une pointe d'ennui... Il était même possible que ce camouflage vestimentaire serve à cacher le fait qu'il dorme pendant le discours de l'instructeur en chef... Ah la la, quelle image donnait-il... mais comment lui en vouloir, après tout ? Oups, alors que ce bon vieux Aku s'était perdu dans ses pensées, le gradé avait quant à lui continuer son discours, il fallait absolument se re-concentrer. « … C'est ce que tous vos supérieurs attendront de vous. Passons désormais à la présentation de celui qui sera en charge de votre formation, estimez vous heureux d'être sous les ordres de l'un des plus grands hommes que les Forces d'Intervention possèdent dans leurs rangs.»

Oh, le troisième membre mystérieux était donc le futur professeur de notre énergumène ? Quelle chance, Akuma allait véritablement être entraîné par un tel homme ? Ce dernier se tenait droit et demeurait silencieux malgré l'annonce de son supérieur. Sa tignasse était d'un violet étrangement anodin sur lui, mais véritable phénomène rarissime de par le monde, avez-vous déjà vu beaucoup de gens avec une telle teinture de cheveux ? Moi non plus. Parfaitement en accord avec sa chevelure, l'Instructeur s'était vêtu d'un smoking assorti, violacée également, sous lequel il avait enfilé une chemise dans les même tons bien qu'un peu plus claire. Touche finale, une petite cravate à points qui faisait là tout le charme de l'ensemble, une vraie pointure et de la mode ce gars! L'impatience s'était emparée du blondinet, comment ne pas avoir hâte de commencer sa formation lorsque de tels figures se hissaient face à lui ? Devenir un jour un homme tel qu'ils l'avaient été et l'étaient encore aujourd'hui, ça, c'était un véritable objectif. Il était vraiment temps pour le Kazoku de prendre son destin en main et de commencer son ascension vers les plus sommets.

Ainsi, notre jeune prodige débuta la première partie de son entraînement en tant que soldat, aux côtés de l'instructeur. C'était assez exceptionnel d'apprendre avec un homme aussi puissant, non pas que les enseignements d'Eddard étaient mauvais, loin de là, bien au contraire même. Cependant, ce nouvel enseignant permettait à Akuma d'acquérir de nouvelles connaissances et surtout de découvrir de nouvelles capacités. Ainsi grâce à différentes démonstration, il avait pu avoir un aperçu du style de combat de son nouveau groupe et de l'efficacité de leurs différentes stratégies. Toutefois, il ne s'agissait pas là de ce qui avait le plus capté l'attention de notre petit génie du combat, non non, le véritable trésor selon lui était l'apprentissage de l'Alter des soldats, tout simplement. Existant sous d'infinies formes, le blondinet avait pu, lors d'une autre démonstration, voir de ses propres yeux quelques capacités de haut niveau. Allier Alter, arts martiaux et stratagèmes en tout genre faisaient des Forces d'Intervention un groupe aussi déterminant que les héros solitaires de plus haut rang dans la guerre qui les opposant aux Vilains.

Il ne fallut pas bien longtemps pour que toutes les personnes observant l'évolution du groupe de recrues comprennent que l'un d'eux se détachait particulièrement du tas et ce, très largement. Du moins, en termes d'aptitudes physiques. Pour tout ce qui était pratique, Akuma dominait de la tête et des épaules chacun de ses camarades, à contrario, toute la partie théorique lui passait au dessus. À vrai dire, la majorité des choses qu'il étudiait étaient des sujets qui lui avait déjà été enseigné par Eddard, quelques temps plus tôt. Déjà que notre blondinet n'avait pas le caractère d'un premier de la classe mais si en plus il devait se farcir des heures de torture qu'il avait déjà subit auparavant... ce n'était même pas la peine. Cela justifiait en partie ses longues siestes durant les heures de cours et paradoxalement, le fait que ces notes soient malgré tout cela, loin d'être catastrophiques sans être exceptionnelles.  

La fin de sa formation fut vite arrivée et ses longues journées en tant que recrues destinées à tout faire dans le Q.G s'achevèrent. Terminé les tâches ménagères, terminé le ménage de l'intégralité du bâtiment, ciao. Il était enfin temps pour Akuma d'entreprendre la vie dont il avait toujours rêvé, celle d'un véritable soldat, d'un justicier errant afin de faire régner la justice. Heureusement, sa promotion fraîchement acquise lui permettait de rejoindre l'une des bases des Forces d'Intervention et d'y poursuivre son ascension. Il allait enfin rejoindre un véritable escadron militaire et épauler les héros lors de réelles batailles. Mais, il y a toujours un mais avec notre bon vieux blondinet, bien qu'ayant obtenu des résultats stratosphériques aux examens physiques, les notes théoriques étaient toutes justes moyennes. Ainsi, les bases pour lesquelles il restait des places disponibles étaient loin d'être légion, enfin, il n'y en avait même qu'une seule.

N'ayant pas vraiment le choix, Akuma se dirigea vers la base légèrement isolée qui allait devenir son nouveau chez lui pour les prochains temps à venir, de longs temps certainement. L'avantage était qu'elle résidait sur un territoire assez contesté du Japon où les vilains, la contrebande, le marché noir et les méfaits ne manquaient pas. Akuma continua de se développer petit à petit au fur et à mesure de ses actions menées et de ses raids victorieux avec les escouades de la base. Cela prit du temps, évidemment, l'énergumène avait rejoint la base depuis plusieurs longues années maintenant. Notre adolescent était devenu un adulte ayant déjà acquis une certaine expérience, peut-être avait-il atteint les vingt-cinq années de vie, maintenant... Oui, c'était sûrement quelques chose dans ces environs là. Dire plus de choses sur sa vie durant ces années ne serait pas franchement nécessaire. La base militaire avait été un lieu ou l’accueil avait été rude et la vie difficile au départ, cela s'était amélioré avec le temps, au fil des missions et des succès surtout. La valeur d'un homme, là bas, n'était pas vraiment déterminée par son grade, mais plutôt par sa réputation. Ainsi, Akuma fort de ses différentes victoires avait assez rapidement gagné le respect de ses compères.

Akuma quitta la base isolée dans les montagnes pour enfin rejoindre la capitale, Tokyo. Ainsi que toute l'agitation urbaine. Ces derniers l'avaient contactés par le biais d'une lettre afin de confirmer une demande précédemment formulée par le soldat aux cheveux blonds, lui même. En effet, ses capacités étaient arrivées à un stade où le blondinet pouvait apporter un vrai plus et ainsi assurer la sécurité dans la capitale du pays. Le voyage promettait de longues heures de route toutes plus ennuyeuses et épuisantes les unes que les autres... Quel cauchemar.

Ses bagages étaient bouclés, après tout, il n'avait pas grand chose à transporter si ce n'est quelques vêtements de rechange et un ou deux ouvrages littéraires. Le grand blondinet restait parfaitement immobile sur le quai de la base, patientant en attendant l'arrivée de son véhicule de fortune. Sa tenue était sobre, il s'était vêtu d'un smoking assez classique accompagné d'une petite cravate colorée redonnant un peu de charme et de vie à l'aspect global de l'ensemble. Par dessus cela, son long manteau d'officier recouvrait ses épaules et tombait tout le long de son dos. La brise soufflait en son sens, amenant ses mèches devenant un peu trop longues à s'envoler légèrement et danser au gré du vent, quel instant paisible. Paisible jusqu'à ce que plusieurs dizaines d'hommes fassent leur apparition, marchant en cadence dans une véritable harmonie militaire. Le corps du justicier pivota légèrement, abandonnant l'horizon qu'il observait depuis déjà quelques minutes pour désormais assister à cette véritable cérémonie que lui offrait chacun des membres de son ancienne division. Il s'agissait là de l'adieu de collègues dévoués et réellement attristés, ce qui, avouons le, engendra un petit pincement au cœur du soldat à la chevelure d'or et un sourire pour une fois profondément sincère. Le salut militaire avait été adopté par tous les soldats qui faisaient face à Akuma alors que ce dernier venait d’entamer une petite marche pour venir se placer parfaitement face à l'attroupement. La troupe se baissa de manière parfaitement synchronisée. « Merci et bonne chance ! » Tous reprirent une posture parfaitement droite, parfaitement stricte. Certains semblaient particulièrement touchés d'autres un peu moins, mais ainsi était la vie... Et, il ne pouvait pas partir comme ça, c'était désormais à son tour de présenter ses au-revoir de façon formelle. Menant sa main vers son front et se courbant légèrement en avant, Akuma mit de par cet acte, fin à son histoire au sein de cette petite base.

« Merci à vous les gars... Je vous souhaite le meilleur, nous nous reverrons un jour, soyez-en certains ! »

Deux ans, deux longues années passées à Tokyo. Deux ans qui furent à la fois un véritable enfer sur terre mais également un oasis en plein milieu du plus aride des déserts. Enfin bref, durant ce laps de temps, Akuma fut formé en tant qu'officier supérieur mais surtout en tant qu'agent spécial capable d'affronter des vilains dotés d'Alter puissant et d'agir de manière solitaire. Il était destiné à être livré à lui même et à devoir se débrouiller plus ou moins seul. Afin de survivre d'une part, mais avant tout pour gagner, il lui fallait absolument devenir un maître absolu du combat. Ce fut chose faite, mais comment pouvait-il en être autrement avec un enseignant pareil, n'est-ce pas ? Ces vingt-quatre mois écoulés aux côtés de celui qui avait repris sa formation avaient été l'élément clé de la relation qui s'était tissée entre ces deux là. C'était assez naturel et à la fois assez surprenant dans le sens où, bien évidemment, passer tout son temps, durant deux années complètes, avec une même personne, qui en plus vous enseigne son savoir et vous assiste dans l'apprentissage de vos pouvoirs, cela entraînait forcément la naissance d'une relation quelle qu'elle soit. Mais ici, il s'agissait plutôt d'un véritable lien fort, une relation ni amicale ni familiale, mais tout juste entre les deux. Raku s'avéra être une véritable personne de confiance et il fut d'ailleurs la première et pour l'instant l'unique personne à qui Akuma ce soit autant ouvert et autant attaché.

Le téléphone de la base s'était subitement mis à sonner. Ce fut Akuma qui alla décrocher cette fois ci et bien heureusement d'ailleurs, parce que même si cela se faisait assez rare, c'était bel et bien l'une des seules fois où le coup de fil lui était directement destiné. Cet entretient téléphonique avait pour but de l'informer de la présence de sa seule et unique cible personnelle, à proximité. Calmement, le blondinet raccrocha l'appareil avant de se diriger vers le chef de la base, Raku. Les mots n'eurent pas besoin de sortir, ce dernier comprit immédiatement en croisant le regard de son apprenti quelle était l'état de la situation. Ce dernier ordonna à l'ensemble de la division de se préparer à quadriller la zone, le petit village dans lequel s'était caché le criminel recherché était tout proche.

Plus aucun son ne s'évadaient de la bouche du blondinet, sa concentration était à son summum et il en était de même pour sa détermination. Le temps paraissait s'être arrêté et le personnage principal de notre histoire s'était replié dans une bulle, négligeant absolument tout ce qui l'entourait. Ses yeux clignèrent finalement pour la première fois depuis plusieurs minutes, le ramenant à la réalité. Le village était en vue. Le pas de notre jeune téméraire était lent et pouvait paraître indécis aux yeux des moins attentifs, toutefois, il suffisait de relever la tête pour remarquer cette aura sanglante et vengeresse qui émanait de lui. Une soif de sang bestiale, un air sauvage... ça commençait vraiment à sentir le roussi. Enfin ! Ils étaient enfin arrivés à bon port. La majorité des soldats de seconde zone présents commençaient à s'équiper en vue de la bataille qui se profilait. Un simple mouvement vif, autoritaire et dénué d’ambiguïté suffit à faire comprendre à chacun que personne d'autre qu'Akuma lui même n'allait prendre part à cette bataille. Le supérieur et mentor du blondinet fut d'abord interloqué par cette décision, mais il fit rapidement fi de ses interrogations pour laisser agir son apprenti à sa guise. Un rire puissant s'échappa du vieil homme, si bruyant qu'il fut probablement perçu par le village entier, mais cela importait peu. Le regard de Raku transpirait la confiance et plutôt qu'un long discours moralisateur, il se contenta de quelques mots simples.

« Tout se joue aujourd'hui, ton passé et ton avenir. Si tu échoues, je te botterai moi même le cul, alors va. T'es un vrai soldat maintenant, mon p'tit. »

Débuta alors une chasse à l'homme déterminante pour la suite des aventures d'Akuma. Son pouls était anormalement élevé, c'était une sensation relativement désagréable. Il n'y avait pas de raisons particulières à ce phénomène. Cela ne pouvait être du à la fatigue engendrée par la course qu'il venait d'engager, impossible, ça c'était déclaré bien trop rapidement, le cardio de notre combattant n'était pas si faible. Était-ce ce qu'autrui nommait de la peur? Non, il lui restait encore de vagues souvenirs de cette émotion si singulière, ce n'était pas ce dont il était réellement cas ici. L'excitation, l'impatience ? Peut-être... Cela se présentait comme l'hypothèse la plus plausible. Enfin, peu importe, le village n'était que peu peuplée, bien qu'il y avait quelques maisons ci et là mais pas de quoi affolé qui que ce soit. C'était à se demander ce que pouvait bien venir faire la cible d'Akuma dans un trou pareil. L'espace était relativement vide, permettant une certainement liberté de mouvement mais surtout une vision étendue sur le paysage, ce n'était donc pas l'endroit idéal pour se cacher non plus...

Perdu dans ses réflexions, le soldat à la chevelure d'or remarqua au tout dernier instant le projectile magique qui s'apprêtait à s'abattre sur lui, d'une pirouette élégante, il s'échappa de son rayon d'action, s'en sortant  sans le moindre dommage si ce n'est un peu de poussière sur son beau manteau blanc. Son regard se posa sur l'horizon, l'attaque provenait de cette attroupement au loin. Une dizaine... non plus une bonne quinzaine d'hommes semblaient s'être attroupés. Il n'était pas question de reculer, bien au contraire, le blondinet devait encore confirmer la présence de celui qu'il cherchait et lui faire définitivement la peau. Petit à petit, continuant son avancée vers le groupe probablement ennemi, le grand blond commença à discerner plus précisément ce qui n'était jusqu'alors que des silhouettes. Des gabarits bien précis se formaient et surtout des visages apparaissaient. Malheureusement, toujours pas de traces du visage de celui qu'il désirait réellement, plus que tout au monde, voir apparaître au milieu de ces criminels. Tsss. Un long soupire échappa à notre justicier, tandis qu'au même instant deux des illégaux venaient de dégainer leur sabre et de s'élancer dans sa direction. Le faciès crispé et les mains plongées dans les poches de son pantalon, le blondinet n’accéléra pas sa cadence pour autant, les laissant venir à lui patiemment. Le premier allait bientôt être à portée, d'un petit bond et sans signes préalables, le génie blondinet détruisit le peu de distance qui le séparait de son attaquant, qui fut surpris par cette manœuvre. La jambe droite du combattant alla frapper verticalement, avec vitesse et puissance, le menton du brigand qui voltigea avant de s'écraser au sol, inconscient. La sentence fut similaire pour le second, qui vit son coup de sabre latéral, renforcé par son alter, très simplement esquivé. Un simple combo basique enchaînant une balayette à ras du sol et un fracassant coup de genou dans l'estomac qui brisa le rythme respiratoire de l'assaillant fut suffisant pour le mettre hors d'état de nuire. Néanmoins, il était trop tôt pour savourer ou se reposer, la cavalerie arrivait derrière à vitesse grand V en guise de renforts. Akuma lui, n'avait toujours pas daigné extraire ses mains de ses poches, jugeant que les guerriers de bas étages tels que ceux qui se dressaient face à lui actuellement, n'étaient pas dignes de voir ses poings. Au moins l'histoire de ceux envoyés afin de venir en aide aux deux criminels précédemment mis K.O avait été magistralement gérée. La zone était désormais jonchée des corps inertes de plus d'une dizaine de combattants. Face à Akuma, il ne demeurait plus que deux gars, qui, jusqu'ici avaient préféré rester hors des combats. C'était d'ailleurs certainement la meilleure chose à faire s'ils ne voulaient pas subir le même sort que leurs camarades.

« Akuma Kazoku, Membre éminent des Forces d'Intervention, chien des Héros, apprenti du très réputé Raku et triste héritier d'une famille sans histoire et sans avenir. Comme il est bon de te retrouver, mon vieil ami. »

Cette voix... pas de doute possible, il s'agissait bien de lui. D'un mouvement brusque et téméraire, le soldat se retourna entièrement, laissant ses deux derniers ennemis dans son dos. Ses yeux dansaient à l'intérieur de leur globe oculaire, cherchant à déterminer la position précise de la provenance de cette voix. Une ombre se dévoilait petit à petit, dans le coin de son champ visuel. Il se montrait donc de lui même. Cette tignasse argentée, cela ne faisait pas de doute, il s'agissait bel et bien de Lloyd. Tel un poids millénaire que l'on venait de lui soustraire, Akuma expira un grand coup, se libérant de tous ses maux et fixant, tout sourire, son ancien compagnon.

« Lloyd Zeno alias Le Croc Argenté, recherché mort ou vif pour divers crimes, dont l'agression de civils, d'hommes politiques, de héros et d'officiers de l'armée, plusieurs vols plus ou moins sanglants et surtout un grand nombre d'assassinats dont celui de ton propre père que tu as revendiqué. Moi aussi, j'ai révisé mes leçons. Cessons de jouer à celui qui a le meilleur C.V et passons directement à la partie où l'on ressasse le passé, tu veux ? Tu te souviens, quand nous étions enfants et que tu perdais face à moi ? Oh ! Aussi quand nous étions adolescents et que ton père nous entraînait, tu te rappelles ? Si mes souvenirs sont bons... là encore tu perdais. Il est tant que l'on écrive un nouveau chapitre de notre histoire, le dernier, mais je pense que l'issue ne sera pas bien différente... Et toi, t'en penses quoi ? »

Et bien si Lloyd ne l'avait pas mal pris, ces sbires quant à eux s'étaient jetés sur un Akuma qui leur tournait encore le dos. Ouais, c'était peut-être pour ça qu'ils l'attaquaient finalement et non pas parce qu'il venait d'insulter leur boss... C'était plus plausible en tout cas. Heureusement, il était désormais dans un état de grâce, absolument libéré de ses geôles et parfaitement prêt à prendre part au combat important qui l'attendait. Ce fut comme un vent violent qui parcouru notre être aux iris précieuses, le laissant ressentir une sensation de danger imminent dans son dos. Il était aisé de percevoir l'aura meurtrière des ces deux attaquants et de prédire leurs premiers mouvements tant ils étaient certains de venir à bout de leur ennemi en un coup un seul. Akuma s'éleva dans les airs, tourbillonnant sur lui même après avoir pris une certainement impulsion, les lames générées par les alters des deux zigotos fendirent l'air, ne trouvant pas de chair à découper. Cependant, avant qu'il ne puisse reprendre un appui sur le sol, quelque chose de chaud vint s'enfoncer dans sa peau, la transperçant de part en part au niveau de son mollet gauche, conduisant au jaillissement d'une belle effusion de sang. C'était une balle ? Évidemment. Ignorer l'antagoniste principal de cette histoire n'était peut-être pas une idée si brillante que ça, ce dernier en avait bien sûr profité pour débuter son affrontement avec une avantage certain. Cela allait donc être un trois contre un avec comme handicap, une jambe endommagée ? Cool, ça promettait un peu de piment, de challenge.

Deux coups de pistolet retentirent une nouvelle fois, les projectiles fusèrent de nouveau en direction du soldat, traversant l'espace à une vitesse folle, pas assez cependant pour surprendre une seconde fois et coup sur coup le blondinet. Lloyd devait bien l'avoir compris, son petit coup de l'arme à feu ne marcherait plus. Ainsi s'engageait un féroce combat au corps à corps, dans lequel Akuma devait gérer simultanément trois adversaires. Autant vous l'avouer immédiatement, bien qu'individuellement Akuma était bien au dessus de chacun des trois, aux vues des circonstances, il était quand même impossible qu'il s'en sorte sans davantage de dégâts. Le combat allait être rude et était surtout loin d'être gagné d'avance. La moindre erreur pouvait lui être fatale, chose qu'il avait tout de même bien sous-estimée quelques instants plus tôt.  

Quelques minutes de combat plus tard, les deux sous-fifres étaient au sol, incapables de continuer à combattre. Restaient alors debout, face à face, uniquement Akuma et Lloyd. Et, aussi surprenant que cela puisse paraître, le plus amoché des deux était bel et bien le blond. Ses vêtements étaient en lambeau, le saignement de sa jambe gauche ne s'était toujours pas arrêté et surtout de nombreuses blessures supplémentaires étaient venues décorer sa peau. Des coups de sabres l'avaient atteint et différentes frappes physiques également, laissant de nombreuses contusions plus ou moins grave sur son organisme. L'assaut final était encore à venir, il n'était pas question d'abandonner ni même de perdre, Raku avait été très clair. L'argenté agrippait toujours fermement son arme à feu. Le doré lui, n'avait rien de cela, simplement ses poings -et la faible maîtrise de son Alter aux vues de son état actuel-, bien décidés à s'écraser violemment sur l'une des deux joues de la face disgracieuse du traître Zeno. Il était temps de clôturer définitivement ce chapitre et de tourner enfin la page afin d'en commencer une nouvelle, qui demeurait pour l'instant vierge.

Une balle relança les hostilités. Akuma parvint tant bien que mal à passer outre cette offensive et à préparer son contre. Son bras droit s'était armé alors qu'il venait de se projeter vers son ex-ami. Il fut finalement obligé d'interrompre sa lancée en changeant de direction afin d'éviter un coup préventif de Lloyd. Il s'était amélioré dans ses capacités d'anticipation et ses réactions rapides, c'était notable. Les échanges se multipliaient sans que les choses n'évoluent vraiment, l'un parvenait parfois à toucher l'autre de manière directe, mais la réponse était alors immédiate, remettant ainsi les pendules à l'heure... Sauf qu'à ce petit jeu, le gagnant était clairement l'argenté, puisque le soldat aux cheveux d'or, bien plus mal en point, n'allait sûrement pas être capable de maintenir un tel rythme encore longtemps. D'ailleurs, le premier à mettre un pied en arrière fut le soldat de division, commençant à subir plus qu'il ne distribuait. La situation tournait, comme prévu, petit à petit à l'avantage de Lloyd. Ce dernier entamait ses différents combos, rouant de coups son adversaire qui, pour l'instant, parvenait tout de même à s'en défendre assez correctement. Akuma avait adopté une posture complètement défensive, esquivant les coups qu'il pouvait et absorbant les autres avec sa garde, filtrant ainsi grandement le nombre de frappes qui l'atteignirent. Oh, que cette situation lui sembla interminable, vous êtes vous déjà retrouvé dans la position de l'homme incapable d'en faire plus, acculé et voyant la défaite venir à lui sans pouvoir la fuir ? C'était absolument insupportable, surtout pour un esprit tel que celui du blondinet. Rassemblant ses dernières forces, le Kazoku resserra sa garde et réduisit les options possibles pour Lloyd, d'un nouveau pas en arrière, il obligea son adversaire à se mouvoir, à se replacer et ainsi à dérégler l'intégralité de sa formation de combat. La fatigue commençait à être un facteur à prendre en compte, mais une fraction de seconde fut suffisante pour que l'issue de ce combat soit définitivement décidée. Alors qu'Akuma s'était légèrement mis en retrait, le Zeno avait voulu immédiatement revenir au plus près de lui pour ne pas perdre son ascendant, toutefois, en bon être inférieur et stupide qu'il était, il avait commis la même erreur qu'un décennie auparavant. Toute sa garde s'était désaxée et désynchronisée de son offensive, donc, bien que son poing filait vers l'ouverture que lui avait laissé le blondinet, il ne se montra pas assez incisif ni même assez vif pour l'atteindre. Ce fut finalement, une nouvelle fois, le légal qui remporta l'affrontement, en venant de la même manière que lors de leur combat d'adolescent, impacter le menton de l'argenté d'un uppercut du gauche complètement ravageur.

« Tu n'as donc rien appris, au final... »

Ce fut sur ces dernières paroles que le criminel s’effondra sur le sol, vaincu. Triomphant mais amoché et épuisé, Akuma eut bien du mal à empêcher ses paupières de se clore, elles étaient si lourdes... Ses jambes le maintenaient à peine debout... Non, il ne pouvait plus bouger, telle était la réalité. Il tenta bien un minimum, un seul pas qui marquerait définitivement sa victoire comme étant totale, mais en vain. Ce fut d'ailleurs l'opposé qui se produisit, en tentant d'avancer, le soldat de l'ordre vacilla quelques secondes avant de chuter vers l'arrière, incapable d'opposer la moindre résistance. Ses yeux se fermèrent, il n'avait définitivement plus assez de jus pour rester conscient. Sa chute ne fut toutefois pas complète puisque une large main vint le rattraper durant celle ci, l'empêchant de se fracasser sur le sol dur et aride. Une dernière fois, le blondinet s'offrait un petit coup d’œil... Raku ? Avait-il veiller sur lui tout ce temps, s'assurant du fait qu'il resterait bien en vie ? C'était bien son genre... Le large sourire du papy extorqua au blond un rictus similaire et réciproque, s'en était enfin terminé... Justice était faite, il était maintenant temps de se consacrer à l'avenir.

La récupération de notre héros prit plusieurs semaines afin d'être complète. Aku' avait été obligé de rester clouer au lit afin de récupérer de l'ensemble de ses blessures. Ce fut durant le mois de Juin qu'une étrange convocation parvint jusqu'à notre blondinet adoré. Concernant cette convocation, Akuma pu y remarquer le sceau personnel des grands Généraux des Forces d'Intervention, justement. Les écrits de la lettre ne laissaient pas apparaître grand chose quant aux intentions de ces derniers si ce n'est qu'ils tenaient à rencontrer le Kazoku dans le cadre de la hiérarchie de l'organisation. Peut-être s'agissait-il d'une promotion... ? C'était très fortement probable, aux vues de l'état actuel des effectifs, surtout des hauts gradés. Bref, le rendez-vous vint et nous voici donc lors de la rencontre.

Chacun des hommes présents s'étaient vêtus de son uniforme complet, tradition et respect obligent. Le plus haut supérieur s'était installé derrière son bureau, dans une large chaise luxueuse, face à lui, une petite pile de paperasse qui ne donnait pas du tout envie de lui voler son rôle. Akuma venait de saluer son supérieur, puis fut invité à prendre place, face à ce dernier. L'entretient pouvait débuter. Les oreilles du blondinet se montrèrent, pour une fois, parfaitement attentives, là, il était avant tout question de ne rien louper de ce que cet homme pouvait dire. À l'ordre du jour... et bien un sujet de la plus haute importance apparemment, mais avant toutes choses, le senior se voyait dans l'obligation de faire subir au soldat de division un marathon de questions afin d'établir un profil complet du personnage qui se trouvait face à lui. La libération fut venue au bout d'une heure d'échanges oraux, lorsqu'il daigna enfin commencer à évoquer la vraie nature de ce rassemblement. La promotion... Et bien, et bien, que nous servait-il là exactement ?

« Soldat Akuma, je m'apprête à vous faire une proposition que vous n'allez pas refuser, j'en suis certain. Tout ce qui s'est passé précédemment était le seul moyen à ma disposition pouvant confirmer les dires que Raku tenait à votre égard, ainsi, si mon choix s'est porté sur vous, c'est avant-tout grâce à sa recommandation, mais également car j'avais foi en votre sens de la justice et votre loyauté... Aujourd'hui l'armée vous octroie, si vous l'acceptez, l'occasion de devenir un membre éminent de notre société. Engagez vous à servir notre cause et à protéger le monde. Nous vous recommandons personnellement en tant que Héros titulaire directement liés aux Forces Armées du pays. Ainsi, vous obtiendrez par ce biais un certain pouvoir et un certain grade et prendrez part aux opérations les plus risquées et les plus prestigieuses. Toutefois, j'ai besoin que vous compreniez parfaitement les conséquences et les devoirs que cette proposition va engendrer, alors prenez le temps de réfléchir à ce que vous désirez vraiment aujourd'hui, mais également à ce que vous voudrez demain. Je patienterai en attendant votre réponse. »  
« J'accepte. » L'attente ne fut pas longue et le regard d'Akuma ne pouvait trahir autre chose qu'une franchise pure. Il s'agissait là de l'occasion de sa vie et notre héros était bien décidé à ne pas la laisser filer.

Une année s'est écoulée depuis les derniers faits racontés. Douze mois durant lesquels de nombreuses choses se sont passées, notamment l'insertion de notre soldat dans ce groupe fermé que sont les Héros ainsi que le développement accru de son Alter. Combattre en tant que Héros justement s'avérait être bien différent de ce qu'il avait connu en tant que soldat, ainsi le Kazoku avait été contraint de grandement améliorer le degré de manipulation de ses pouvoirs. Ces douze mois servirent à l'introduction d'une toute nouvelle histoire, l'histoire d'un homme nouveau donc, d'un homme changé. Désormais capable de produire l'extraordinaire et détenteur de pouvoirs à fort potentiel, nul doute que la soif d'évolution caractérisant tant Akuma n'est pas prête de s'étancher. Ses aventures promettent d'innombrables rebondissements et diverses cocasseries, mais n'étant pas médium, je ne peux que vous conseiller de le suivre de très près si vous souhaitez en découvrir davantage sur l'énergumène la plus incroyable existante. To be continued.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Johan R. Grant
Élève de troisième année
Messages : 155
Points : 24
Puissance : 2 300
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Aoû - 12:47
En voilà une longue présentation o/ Et j'ai... beaucoup à dire. x) Mais commençons par la note.

Longueur : 400 / 400
Orthographe : 250 / 300
Style : 400 / 700
Originalité : 300 / 600
Autres bonus : 200 (héros) + 200 (v2)

Total : 1 750 points de puissance.

Bon. Longueur, rien à dire. Orthographe, y a quelques fautes tout le long de l'écriture,
des oublis de pluriel, des virgules manquantes. Y en a, mais pas en quantité suffisante pour réellement impacter la note, surtout lorsqu'on observe la quantité produite.

Concernant le style et l'originalité, c'est là que c'est assez compliqué. Tout d'abord, ta fiche n'est pas faite pour MHA. Ça se sent, surtout au niveau de l'histoire. Dans plus de la moitié de ce que tu as écris, tu peux le mettre dans quasiment n'importe quel univers.
On sent que c'est une fiche "vitrine" que tu c/c dans les différents forums aux univers pourtant différents. J'en veux pour preuve les erreurs d'univers que tu as oublié de corriger (tu parles de conseil magique, d'attaque magique, par exemple). Et... ça impacte énormément. xD Et aussi, évite de te lier autant à des personnages aussi importants. Que ton entraîneur soit quelqu'un de doué d'accord, l'un des meilleurs à éviter, quand même. x) Et de la même manière, ne rend pas ton personnage trop "connu" à l'origine, à en faire un gars prodige que tout le monde connaît, hein.

Ensuite, ton personnage est trop parfait. Tu as beau dire que le fait d'avoir plusieurs facettes et d'être difficile à comprendre sont des défauts, on y croit pas. Cela n'impacte en rien le personnage, et même, dans certains cas, ces deux derniers point sont de terribles avantages lors d'affrontement cérébraux. On va difficilement t'anticiper, difficilement comprendre ce que tu as en tête, etc. C'autant des défauts que d'être perfectionniste,
en fait. De la même manière, le fait de ne pas s'occuper de sa mort n'est, là non plus,
pas un vrai défaut. C'est pas comme si ton personnage n'avait pas conscience du danger,
donc là encore, c'est pas un "vrai" défaut.

Du coup, le seul présent c'est son ego. Et à côté, niveaux qualités :
» Personnage beau-gosse et charismatique de ouf
» Prodige
» Intelligent, stratège, leader
» Calme
» Puissant physiquement, avec même une endurance au dessus de la moyenne

Bon, alors, comment dire. Ça fait beaucoup, hein. xD J'vais te demander de retirer quelques points. Déjà, de manière clair, retirer tout ce qui fait de lui un surhomme physiquement, histoire de pas justifier d'éventuelles victoires en combat comme ça. Puis ensuite, retire lui des capacités intellectuelles, sérieusement. Le gars est une brute en physique, mais en plus c'est un stratège intelligent, aux capacités de meneur et qui sait garder son sang froid. Vu que son seul défaut est l'ego, bon, voilà.

Après, pour continuer sur le style, au niveau des descriptions, tu appuis vachement trop le côté "parfait" du personnage. A chaque paragraphe, c'est appuyé, presque de manière vomitif. On a l'impression que tu essai de nous faire un lavage de cerveau pour qu'on trouve aussi le personnage génial, et au départ ça va, mais au vu de l'énorme longueur,
c'est vraiment difficile de lire le tout. Surtout que c'est un texte très peu aérés, que d'énormes blocs qui rendent la lecture encore plus fastidieuse. Et après, ton narrateur passe d'un style appuyé et soutenu à quelque chose de plus familier, sans aucune réelle raison, et c'est assez compliqué de savoir si c'est une personne extérieur qui "raconte",
ou bien un narrateur omniscient et neutre.

Et, enfin, quelques petites incohérences. Seuls les héros sont, sauf si c'est précisé dans le manga, autorisés à utiliser leurs Alters dans la vie quotidienne. La police et l'armée, eux,
se limitent aux anciennes méthodes. Par conséquent, ton personnage n'a pas apprit à utiliser ses capacités là-bas.

Du coup, je ne peux pas encore valider ta fiche. Je t'ai déjà donné la note car les modifications n'influeront pas, et je vais te demander du coup de changer ces quelques points :
» Corriger les incohérences d'univers, comme l'attaque magique et le conseil magique. C'est pas Fairy Tail Razz
» Enlever quelques bons points de ton personnage, comme montré au dessus.
» Modifier la fin de ton histoire, concernant ton importance, celle de ton entraîneur et enfin l'histoire des alters.

Voilà voilà ! o/ Bonne chance ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Gestion des personnages :: Présentations :: En cours-
Sauter vers: