• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Une psychologue improvisée...

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale
Jeune membre des Vengeurs
Gattsu Miura
fond des messages : Une psychologue improvisée... 180304115040114662
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 1 400
Voir le profil de l'utilisateur
Une psychologue improvisée... 180304115040114662
9
0
1 400
MessageMer 3 Avr - 22:11
Quel temps de merde…

Cette pensée me traînait tellement dans la tête que j’avais fini par le dire à voix haute. Il me fallait chercher la motivation d’aller m’acheter à boire. Oui, encore une bouteille, comme celle vide qui trônait au centre de ma table, au milieu des restes de pizza, des antidouleurs et des débris de verre.

Elle me regardait dans mon logis miteux, affalé torse nu sur mon canapé, livide et enserré par des bandages mal serrés qui laissaient deviner la balafre qu’un connard m’avait faite ce matin. Oh, rien de très original d’ailleurs. J’étais rentré par la porte de devant, à la différence près qu’ils m’avaient vu arriver je-ne-sais-comment, et qu’un des leurs m’attendait avec un surin avant même que le masque ne se manifeste.
Puis quelques heures à ignorer cette balafre, à gambader pour finir le contrat, jusqu’à en vomir mes tripes et à manquer de peu le coma, et je me retrouvais à siffler le fond d’un alcool bon marché en m’agrafant le ventre.

Toutefois, malgré toutes ces pensées, je me trouvais toujours sur mon divan. Non sans peine, je réussis à m’en extraire puis boita jusqu’à l’armoire qui me servait de penderie. A peine m’étais-je saisi de la poignée qu’elle me resta dans les mains. S’ensuivirent un long soupir puis un coup de pied qui eut raison du pan de bois.
Au travers du trou, je me saisis d’une chemise et d’un veston en cuir. Par mégarde, je le salis de ma main couverte d’hémoglobine séchée, mais je choisis tout de même de m’habiller comme tel. Après tout, je n’aurai qu’à dire que j’ai saigné du nez.

Une fois de retour dans le bazar qui me servait de salon, je pris quelques milliers de yens en poche et le chemin de ma superette habituelle. A cette heure, son gérant serait déjà probablement ivre, et il ne poserait pour sûr aucune question dérangeante sur mon état actuel.
Une fois arrivé au coin de rue faisant face à l’épicerie, la devanture éteinte et l’écriteau sur la porte me firent subtilement comprendre qu’il me faudrait trouver un autre endroit pour trouver de quoi me détruire ce soir.

Je pris donc aléatoirement une direction dans l’espoir de trouver quelquechose d’ouvert. J’étais déjà trempé et la température ambiante n’améliorait en rien mon état. Ce froid avait d’ailleurs pour effet pervers de me donner encore plus envie de me réchauffer en buvant. Quelques centaines de pas plus tard, mes yeux devinèrent un panneau indiquant la zone commerciale. Pour sûr, cela serait un lieu dans lequel je pourrais trouver ce que je recherche, c’est pourquoi je me mis en route.

***


D’interminables minutes à se retenir de grelotter plus tard, j’arrivais enfin aux abords de la zone d’activités, et tel un phare au milieu de l’océan, j’aperçus au bout du parking que poignée de lettre écarlates : El Diablo.

Pour la première fois de la journée, un petit sourire discret se dessina au coin de mes lèvres. Pour sûr j’aurais préféré un endroit moins bruyant qu’un bar, mais basiquement, après quelques verres, je ne porterai plus vraiment attention à la cacophonie ambiante.
Sur ces pensées, j’avais accéléré mon pas toujours un peu titubant entre les voitures garées pour enfin arriver dans la queue au bout de laquelle se trouvait un videur.

A la vue des jeunes présents dans la queue, ce n’était pas vraiment le type de bar qui accepterait un vieux comme moi, surtout avec ma mine et mon taux d’alcoolémie actuel.

Je fis alors s’activer mes quelques neurones encore en fonctionnement et vis juste devant moi un groupe de jeunes passer sans soucis devant l’homme de presque deux mètres. Fouillant dans mes poches, je pris la moitié de mes yens et tapota l’épaule d’un jeune devant moi, appartenant visiblement au large groupe en train de rentrer.

Y’a quoi clochard ? s’écria le jeune, tout aussi lucide que moi visiblement. Sur ces mots, ma mâchoire se crispa légèrement. En temps normal, je lui aurait probablement fait manger mon poing, mais au diable ma fierté, j’avais soif.

Je te file 10 000 yens si tu lui dit que tu me connais.


Sur ces quelques mots, tout autant son ton que son expression faciale changèrent. Il avait surement vu en ces quelques billets une occasion de frimer face à ses amis, et acquiesça.

Merci mon pote !

Pour sûr, les billets eurent du mal à quitter ma paume, mais une fois le videur passé, je n’eu plus aucun regret. Après avoir ainsi quitté la tempête, je fis quelques pas dans un endroit bien plus chaleureux que mon appartement.
A plusieurs tablées se trouvaient de grands groupes d’amis, encore un peu plus loin, quelques billards. Le personnel était accoutré de cornes et la lumière ambiante à forte dominance de rouge sciait parfaitement à cacher l’hémoglobine sur mes vêtements.

Ce rouge d’ailleurs allait de paire avec la chevelure de la barmaid à quelques dizaines de mètres devant moi, située juste devant une étagère plus que garnie de spiritueux en tout genre. J’en pris donc la direction, sortant déjà de ma poche de quoi payer mes premiers verres… voire ma première bouteille.
Me hissant sur un tabouret, je pris place en apposant mes coudes sur le comptoir. Je n’étais visiblement pas le premier à attendre pour une consommation, et je pris mon mal en patience à observer les gens autour de moi.

Comme deviné plus tôt, nombre de ceux qui m’entouraient avaient la moitié de mon âge et le double de mon taux d’alcoolémie que ma marche nocturne avait malencontreusement fait redescendre. L’ambiance était pour sûr joviale, et je fis s’échapper un léger sourire de mes lèvres à les voir s’amuser, avant que je me fasse presque surprendre par la voix, me demandant ce que j’allais prendre.

Un bourbon je vous prie mademoiselle.


Telle serait la première sentence que j’aillais me faire subir ce soir.
Civil
Khloe Penn -Fantôme-
fond des messages : Une psychologue improvisée... 180304115040114662
Messages : 24
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
Une psychologue improvisée... 180304115040114662
24
0
1 100
MessageMer 3 Avr - 22:48
Une psy improvisée ...
Depuis le festival, les jours que Khloe se ressemblaient. Dormir , manger et travailler. Appart son Boss, Khloe n'avait pas vraiment de vie sociale. Ce qui n'aidait pas à la routine. Ah si seulement elle avait des amis dans Musutafu pour sortir des fois de temps en temps. Bon , il y avait Miyuki qu'elle avait croisée une fois au Diablo. Cependant cela faisait plusieurs mois qu'elle n'a pas eu de nouvelle. Pas de nouvelle bonne nouvelle qui dise non ? La rouquine ne devrait pas avoir de mal à se faire des amis non ? Elle est gentille, à l'écoute en plus d'êtr eune barmaid. Un emploie rêvé pour avoir du social non ?

Certes elle parle un peu avec les clients, mais ce n'est pas comme si c'était des véritables amis auquel elle pourrait les appeler pour sortir un soir pour aller au arcades par exemple. C'était sans doute mieux que rien qu'elle se disait. Celle-ci se trouvait de nouveau au travail. Les épaules légèrement recourbées démontrant peut-être un peu trop qu'elle n'allait pas bien pour se rendre à la salle des employés pour mettre la robe rouge et les cornes.

Juste avant de sortir de la salle, elle se regardait dans un grand miroir pour tenter de se motiver.

Aller on garde le sourire et on est une employée modèle.

Elle replaçait sa longue chevelure et arborait un sourire lorsqu'elle quittait la salle pour se diriger derrière le comptoir. Le bar était rempli de gens en tout genre, mais cela semblait être les jeunes qui avaient envahit la place. À l'exception d'un homme qui se rapprochait du bar. Les yeux verts de la barmaid l'observait un moment pour remarquer qu'il était plus vieux que les autres ce qui faisait changement de ce qui se trouvait autour d'eux. Elle préparait plusieurs verre d'alcool lorsqu'elle lui adressait la parole.

Bienvenu au Diablo monsieur, que puis-je vous servir  ?


La voix un peu rauque de l'homme lui demandait un verre de bourbon sans préciser s'il mettait de la glace ou non. Si cela était important , le client aurait prit le temps de le mentionner alors elle lui faisait un bourbon sans glace qu'elle laissait glisser jusqu'à lui. Le verre s'arrêtait juste devant la main de l'homme qui se trouvait le plus proche du bord du comptoir. Elle ramassait l'argent nécessaire pour payer ce qu'il venait de commander pour les glisser dans la petite caisse qui se trouve hors de portée des clients.

Un verre de bourbon pour vous.

C'était la première fois qu'elle le voyait ici ou du moins elle n'avait pas souvenir de l'avoir vu avant.

Vous êtes nouveau ici non ?

Alors que ses mains n'arrêtaient pas de préparer des boissons de tout genre pour des clients assoiffés et impatient. Khloe gardait le sourire aux lèvres même si la barmaid était dans un ''rush''.

506 mots
Codage par Libella sur Graphiorum
Jeune membre des Vengeurs
Gattsu Miura
fond des messages : Une psychologue improvisée... 180304115040114662
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 1 400
Voir le profil de l'utilisateur
Une psychologue improvisée... 180304115040114662
9
0
1 400
MessageJeu 4 Avr - 15:23
Ma main se frayait un chemin entre les poils drus de ma barbe naissante tandis que je voyais la barmaid effectuer ma commande.

Même si je ne l'avais pas précisé, elle semblait être sur le point de me le servir sec et sans glace. Déjà que de coutume dans ce type d'endroit il fallait débourser des fortunes pour atteindre un taux d'alcoolémie suffisant, la glace n'aurait fait que retarder cet état de je peinais à atteindre ce soir.

Quelques instants plus tard, elle fit glisser le verre auprès de ma main qui retenait un billet de cinq mille Yens. Dans un mouvement symétrique en sa direction, je le fis glisser, relevant pour la première fois largement ma tête pour lui adresser un discret sourire.

Je vous remercie mademoiselle ! Tenez ceci pour ce verre et ceux à venir.


Pour sûr, elle avait l'air fort sympathique. Peut-être qu'un physionomiste aurait pu deviner autre chose sur ce visage, mais j'étais loin d'être un analyste de ce genre.
J'étais ici pour boire, pas pour réfléchir.
Mes mains s'enroulèrent autour du verre tiède de liqueur et le portèrent à ma bouche. D'un trait, je fis s'écouler le liquide brûlant jusqu'à mon estomac, ce qui ne manqua pas de dessiner un léger rictus crispé au coin de mon visage. Pour sûr, j'étais agréablement surpris. La plupart du temps dans ce genre d'établissement, demander un alcool sans en préciser la marque revenait à se faire servir de l'eau de vaisselle.
Toutefois, ce n'était pas le cas ce soir, et j'eu presque le regret d'avoir sifflé mon verre d'une traite. Mais alors que mes papilles s'apaisaient peu à peu du liquide qui les avaient parcourues, la voix de la serveuse me parvint à nouveau.
Toussant au creux de ma manche pour éclaircir ma voix, je lui répondis à la hauteur que mon apparence et ma voix rauque le permettait.

Dans ce bar oui, et je dois vous avouer que j’aime bien l’ambiance !
Dans cette ville non, loin de là…


Cette dernière phrase me fit échapper un sourire, repensant à ce qu’étais ma vie et comment je la gagnais en ce lieu. Sous mes yeux, je la voyais courir dans tous les sens, s’affairer seule à servir un flux interminable de client. Je choisis donc de laisser mon verre vide quelque temps histoire de ne pas lui rajouter encore une préoccupation.

Lorsqu’enfin je réussis à capter à nouveau son regard, je me permis d'avancer à nouveau mon verre sans trop m’imposer, histoire qu’elle ne s’en occupe seulement si elle en avait le temps…

Et vous ?

Deuxième verre donc… La nuit allait être longue.
Civil
Khloe Penn -Fantôme-
fond des messages : Une psychologue improvisée... 180304115040114662
Messages : 24
Points : 0
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
Une psychologue improvisée... 180304115040114662
24
0
1 100
MessageSam 6 Avr - 17:18
Une psy improvisée ...
La nuit était bien démarrée pour la barmaid. Un rush en début. Bon , elle était habituée vu qu'elle n'avait pas le choix et cela se voyait sur son visage. En souhaitant quand même que cela ne soit pas autant achalandé pour le reste de la nuit. Qu'il y aura une période plus calme du moins. Alors qu'elle venait de faire un nombre incalculable de commande, celle-ci entendait la voix rauque qui toussait un bon coup avant de répondre que cela était sa première fois dans ce bar et qu'il aimait déjà l'ambiance.

Ce qui la faisait sourire davantage. Cela prouvait qu'elle faisait bien sa job et c'est vrai que le bar avait une ambiance assez invitante disons. Puis, il rajoutait qu'il n'était pas nouveau dans la ville. Khloe ne remarquait pas vraiment le sourire qui venait de se faire sur le visage de l'homme vu qu'elle continuait de faire des commandes une après l'autre. Au moins, l'argent entrait à flot.

Après que la marré de jeunes avaient fini de prendre leur commande, celle-ci avait vu du coin de l’œil le verre vide du client qui n'attendait qu'à être rempli. Ne voulant pas le faire attendre plus longtemps, celle-ci sortait la bouteille de bourbon pour remplir son verre avant de le remettre sous le comptoir.

Il lui demandait quoi exactement ? Si elle était nouvelle en ville ? C'était sans doute cela parce que si cela était en lien à si c'était la première fois dans le bar. Nah cela serait trop idiot.

Hmm ça fait à peu près un an que je suis dans cette ville. Je comprenais rien au Japonais à mon arrivée.

Elle riait en se souvenant de la première rencontre qu'elle avait eu avec Satoru. Heureusement qu'il comprenait l'anglais sinon, la communication aurait été compliquée. Observant les alentours pour voir s'il y avait des clients qui attendaient pour un verre.

Par chance, Satoru le patron de la boîte a été là pour moi sinon ... je serais sans doute dans la rue à ce moment même.

Elle déposait ses avants-bras sur le comptoir. Si cela montrait un décolleté, elle ne s'en rendait pas compte puis, elle ne faisait pas cela pour jouer un numéro de charme. Simplement qu'elle était plus confortable pour discuter dans cette posture.

Vous avez sans doute remarqué que j'avais un accent un peu différente des autres personnes autour de vous. J'ai été appréciée rapidement par les clients du Diablo vu que c'est un bar ouvert à tous et cela m'a permis d'aller mieux très rapidement du coup.

Parce que oui son arrivée au Japon n'avait pas été évidente pour la jeune adulte.

471 mots
Codage par Libella sur Graphiorum
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le faux méchant & la fausse psychologue
» Employés
» Juuma Maker, la psychologue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale-
Sauter vers: