• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 » Event hors-rp 3 - Flash Forward

My Hero Academia RPG :: L'arrivée sur le forum :: Relations avec le staff :: Events en cours
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 579
Points : 2310
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
579
2310
2 945
0
0
MessageMer 10 Oct - 15:26
» Généralités
Histoire de vous faire attendre d'ici le prochain gros event relié à l'intrigue principale, le staff vous a préparé un petit event hors-rp dans la veine du dernier ! Un concours d'écriture et d'inventivité.

Ce dernier consistera à raconter le futur de votre personnage. De la même manière que le What If où vous deviez décrire une version alternative, ici, vous devez décrire le futur le plus probable de votre personnage !

L'event dure deux semaines, jusqu'au 24 Octobre. De là, des votes seront mis en place pour une durée d'une semaine. La récompense sera des Points Hors-RP pour les trois histoires les plus votées. Le premier gagnera aussi le rang de membre honorable !

Pour participer, lisez les règles et remplissez le formulaire que vous posterez après mon message. Bonne chance !
» Règles
- Votre création doit être centrée sur le futur lointain de votre personnage. Héros à la retraite, etc. Pas juste un simple adulte mais bien quelqu'un en fin de vie.

- Aucune indication de "reconnaissance" n'est autorisée. Vous ne pouvez pas dire que votre personnage est devenu un héros / vilain reconnu. Tout est centré sur son état d'esprit, etc.

- Bien-sûr, cette création n'est pas forcément le futur de votre personnage sur le forum. C'est avant tout une création !

- Une création par joueur, si vous avez plusieurs personnages vous devez décider sur qui écrire.

- Veuillez utiliser le formulaire présent plus bas. Vous ne devez rien y ajouter : pas de codage, de nouvelles images, de mise en forme etc.

Formulaire :
Code:
[b]» Nom & Prénom du personnage :[/b]
[b]» Changements physiques :[/b]
[b]» Changements mentaux :[/b]
[b]» Histoire :[/b]

- Vous n'êtes pas obligés d'écrire un roman. Faites ce que vous voulez : ce n'est pas un concours de quantité.




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Héros
avatar
fond des messages :
Messages : 15
Points : 4
Puissance : 1 100
Voir le profil de l'utilisateur
15
4
1 100
MessageMer 10 Oct - 16:38
» Nom & Prénom du personnage : Alarick Centsworth
» Changements physiques : L'âge. Les muscles qui ne portent plus, la voix qui s'éraille.
» Changements mentaux : Le regrets de la perte d'un ami dont on s'estimais responsable. Une vie entière, la solitude auto-imposée.
» Histoire :
La fin du jour pointait sur l'horizon, les couleurs orangées du crépuscule prenant le pas sur le bleu plein de vigueur du jour. Sur la colline isolée, une maison seule. Et sur le perron de celle-ci, un homme à l'image de la scène. Seul, vieux, sur sa fin. D'un effort surhumain, il s'extirpe de son assise, prenant appuis sur sa cane millénaire. À petit pas il s'avance, remontant le couloir plein de photo. Sa réception, ses employés. Ses amis, pour le peu qu'il en avais. Et une photo sur la commode, face contre le bois depuis vingt ans. Il n'avait pas eu la force de regarder ce qu'il considérait comme un échec personnel en face. Aujourd'hui encore, à l'orée de sa fin, il n'a pas le courage. Ses pas le traînent dans un bureau. Lui aussi fermé depuis des décennies. Il devait le revoir avant sa fin.

La lumière artificielle jette ses rayons sur deux tenues de héros. L'une est tachée de sang, l'autre est déchirée, portant encore les symboles de blessures mortelles. Le poids de la mémoire courbe un peu plus le vieillard. Il aura essayé. Une dernière fois. Mais sa peine l'empêche de regarder la tenue. Ou les regrets qui vont avec, il ne sait plus. Il referme la porte et retourne sur son perron. Le soleil fais voir ses derniers rayons. De nouveau dans sa chaise, entourer de sa maison craquante, sa moto rouillée et ses souvenirs douloureux, Alarick peut voir alors un homme, à contre-jour. Et alors que celui avance peux à peu, ses trais se précisent. Son ami. Qu'il a laissé mourir des années plus tôt.

"Vous aviez une réservation mon ami ?
-J'en ai une à votre nom Gentilhomme".

La main tendue, le jeune homme aidas le directeur à se lever, au moment même ou la lumière solaire disparaissait.
Jeune membre des Vengeurs
avatar
fond des messages :
Messages : 36
Points : 22
Puissance : 1 250
Voir le profil de l'utilisateur
36
22
1 250
MessageSam 13 Oct - 0:44
» Nom & Prénom du personnage : Mayuta Kukun
» Changements physiques : Quatre vingt ans, un âge où il est pour beaucoup le temps de faire le bilan. Mayuta fit parti des autres, ceux qui ne l'ont pas atteint. Ho il a eu le temps de vivre et de voir le temps commencer à s'emparer de son corps oui, mais même dans un corps de cinquante-cinq ans son esprit n'avait pas changé. Son corps avait continué de se sculpter, mais le temps lui retirait son agilité et sa vitesse, son habitude à se courber lui ayant abîmé le dos peu à peu. Mais le temps n'était pas l'origine des seuls marques sur son corps. Des cicatrices sur les bras, les jambes, le torse, des trait formant un véritable historique des adversaires qu'il a pu combattre. Ses cheveux eux avait depuis longtemps abandonné leur noirceur d'antan pour un gris poivre et sel mais sa coupe resta inchangé. Accompagné de cette barbe mal soigné, ses ride qui lui creusaient les joues, ce blouson qu'il n'a jamais lâché, sa voix rauque résultant de tant d'années de tabagisme, on le prenait souvent pour un clochard. Enfin, plus qu'à ses débuts.
» Changements mentaux : Les années lui avait apporté une certaine sagesse, enfin elle lui fut imposée. Certaines de ses cicatrices sont le symbole du mur qu'il se prit quand son corps commença à s'alourdir. Ses membres comme son dos l'obligèrent vite à prendre les combats d'un autre angle, ne pensant plus qu'à foncer tête baissé. Son alter s'étant développé, il savait enfin prendre du recul, s'amusant même parfois à humilier un criminel sans lui mettre le moindre coups.

Mais bien-sur, c'était la seul chose qui avait changé. Même avec les années, Mayuta resta toujours ce loubard arpentant les rues mains dans les poches, clope au bec, ne s'écartant jamais si on lui coupait la route et jouant des poings dés qu'il était question de défendre ou remettre en place quelqu'un.  
» Histoire :D'un certain point de vue, Mayuta eut la chance de disparaître avant que le temps ne le rende grabataire.

Il perdit la vie comme il l'aimait, en se battant. Une mort ironique, une simple lame qui mit fin à des années de combat de rue. Un simple fou prenant son alter pour une prophétie. La rumeur traînait dans les bas-quartiers d'un fanatique de Stain s'autoproclamait successeur de ce dernier, ayant fait quelques victimes. Même à son âge, Mayuta ne put s'empêcher de partir à sa chasse, traînant Kazumi avec lui.

Même si leurs vies avaient prit deux voies différentes, Kazumi et Mayuta continuèrent d'arpenter les rues ensemble. Ce dernier avait prit la peine de se fixer, permettant des fois à Mayuta d'avoir un canapé ou dormir, et même de fonder une famille. Cette dernière n'appréciait peu d'avoir un éternel adolescent de cinquante balais dans son salon, surtout quand il arrivait à quatre heure du matin soûl. Mais leur amitié resta inchangé malgré tout, comme lorsqu'ils étaient à l'orphelinat.

C'est pour cela que, lorsque Kazumi se retrouva paralysé, Mayuta fonça tête baissée une dernière fois. Il l'avait trouvé ce Stain low-cost et comme d'habitude Mayuta l'avait sous-estimé. Il y avait de quoi pourtant, un jeune maigrelet qui n'avait de Stain que la paralysie, modelant sa conception de son idéal à sa guise. Mais même la volonté et l'expérience ne peuvent rien parfois face à un don de la naissance et à la dure réalité. Trois mètres séparaient Kazumi et leur adversaire qui courait vers lui, la lame pointé vers l'avant. Mayuta lui reprit le contrôle de son corps plus loin, trop pour pouvoir préparer une quelconque contre-attaque. S'il avait encore vingt-trois ans, il aurait bondi pour coller son genoux en plein dans sa mâchoire, mais son corps ne lui permit pas. Il pouvait faire apparaître une armée de clones, la lame les traverserait sans même le dévier d'un millimètre. La seul chose qu'il put faire, c'est courir et encaisser sa dernière cicatrice.

C'est ainsi que Mayuta emmerda une dernière fois quelqu'un. Kazumi, d'un excès de rage, fit littéralement décoller le tueur assez loin pour qu'on en entende plus parlé... L'arme était encore profondément plantée dans le corps de Mayuta quand ce dernier tomba lourdement sur le bitume.

"Fais pas cette gueule, j'pense que tu va pouvoir te démerder sans moi..."

Ce fut ses derniers mots, des mots qui résonnait comme une blague. Après tout, il n'avait aucun regret, aucun message, il était satisfait et ne voulait pas que sa mort change les choses. Malgré ses efforts, ses actes héroïques et d'autre nettement moins, c'est dans l'anonymat d'une liste de victime qu'il quitta ce monde. Mais même s'il n'était pas un vengeur reconnu ou un criminel réputé, il restait tout de même un morceau de Mayuta un peu partout. Que ce soit un gamin qu'il a protégé il y a plusieurs années, une fille avec qui il a partager un verre, une héroïne n'ayant jamais réussi à mettre la main dessus ou un simple passant lui ayant rentré dedans, Mayuta faisait parti de ces gens dont on ne connait que le visage comme s'ils faisaient partis du décor et dont on ne remarque pas la disparition. Mais certains soirs, à la table de "Chez Jeff" où ce dernier rend visite à son ancienne enseigne, on peut sentir une présence rigolant avec les gens et gueulant de lui en remettre une sur sa note. De son grand âge, Jeff lui était arrivé à l'heure du bilan et il partageait ses pensées avec cette silhouette qui continuait à vivre sa vie à cette table, vieillissant une bière à la main en rappelant l'époque où il servait encore de videur. D'un certain point de vue, Mayuta n'a jamais disparut.


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 124
Points : 13
Puissance : 1 982,50
Réputation : 30
Voir le profil de l'utilisateur
124
13
1 982,50
30
MessageMar 16 Oct - 18:47
» Nom & Prénom du personnage : Yui Amane

» Changements physiques :
Il n'y a pas à dire, elle est devenue de celles qui entretiennent avec soin leur physique pour obtenir un éclat de beauté juvénile. Elle est désormais une douce quarantenaire à l'ossature fine et la silhouette tout en longueurs. Ses cheveux lui descendent désormais à la taille sont lisses comme un miroir d'ébènes.

Elle a conservé cet éclat de jeunesse vif dans le regard, même si ce dernier est désormais ceint de fossettes. La chaleur de son sourire offre une impression de douce bienveillance à quiconque s’arrête sur ses traits pour les contempler.

» Changements mentaux :
A mesure qu'on la fréquente, il devient peu à peu évident que l'on a affaire avec une prédatrice sociale. Car oui, la belle accorde toujours si peu d'importance aux vies humaines. Certes, le temps lui à offert quelque perles de sagesse et elle n'est plus une arme aveugle dont la ligue dispose pour accomplir ses desseins. Mais reste parfaitement loyale aux idées de cette organisation qui l'a vu naitre et la verra périr.

Loin de sa turbulence de jeunesse, Yui est devenue discrète, humble presque trop effacée parmi ses paires. S’ajoute cependant des qualités de manipulatrice et de séductrice. Sa parole se fait rare mais captivante ou redoutable, au besoin.

» Histoire :
Elle sourie, toujours d'une manière parfaitement exquise et remarquable. Et en réponse, le monde s’arrête de tourner un bref instant pour dévisager cette nouvelle tête s’immerger avec flegme dans cet océan d'hypocrisie. Ses talons claquent discrètement sur le marbre de l'escalier et son regard se perd dans l'architecture complexe de cette salle de réception.
Les gens observent avec plus ou moins de discrétion ce qu'ils convoitent. C'est pour ca que l'homme qui s'approche d'elle dévore cet éclat de vie qui sertie son regard d'une jeunesse éternelle.

- Madame Amane. Je suis ravie que vous soyez venue.

L'hôte de la soirée Ken Shirogane - son amant, s'incline avec élégance devant elle et lui tend son bras dans un geste teinté de romantisme. Elle hésite un bref instant avant de s'en saisir, savourant avec délice la couverture de curiosité qui entoure maintenant sa personne. Elle tend son visage vers la joue de son homme, murmurant quelques mensonges.

- Cette attention me rend nerveuse.

Son interlocuteur sourie, le regard trahissant l'ivresse de leur idylle amoureuse.

- Vous vous en sortez parfaitement. C'est comme si vous étiez faites pour cela

Elle sourie, satisfaite de la situation. Et un peu parce qu'elle apprécie l'ironie de son compliment. Comme si elle appartenait à ce monde de nobliaux que défendait cette société soit disant héroïque.

Elle laisse son amant rejoindre quelques hommes d'affaires habillés de costumes valant tous une petite voiture d'occasion. Elle, elle est ici pour des affaires bien plus mondaines. Elle engage aisément la conversation avec quelques visages connus.Et il parait évident que se présenter aux bras d'un entrepreneur comme Ken débloque des opportunités.

[...]

Alors que la soirée se termine timidement sur des notes de jazz et des verres de champagnes, la frustration de la belle se cache sous ce masque délicat d'une attention indéfectible. Pourtant la discutions avec un député l'ennuie au plus haut point. Il a beau financer les vengeurs, l'entendre parler de son travail ne lui apporte aucune information concrète.
Alors qu'elle cherche un moyen de fuir sans froisser son interlocuteur, Ken l'attrape doucement par le coude et elle se laisse portée par l'euphorie de son amant. Ces deux âmes se retrouvent au centre d'un cercle de convive. Elle devine la suite des évènement avant même qu'il pose un genoux à terre devant l'assemblée. Le silence se fait alors que Ken empreinte une expression tendre et amoureuse.

- Yui. Veux tu devenir ma femme ?  

Elle sourie de toutes ces dents, blanches comme le corail.

- Oui, je le veux.




Un an plus tard...


Dans sa robe de dentelle d'une valeur inestimable. Yui observe son visage maquillé dans le reflet de la vitre. On lui arrange son chignon à la dernière minute en la complimentant une énième fois. Des flatteries auxquelles elle fait mine de prêter attention.

Alors qu'elle sort de cette luxueuse limousine. Elle pénètre dans le lieu de culte. Le gratin est là. Les invités sont en nombre pour la cérémonie de leur mariage. Il y a des politiques, des industriels, quelques vengeurs et évidement les membres de la famille de Yui.

Elle sourie en apercevant une silhouette glissée dans les premiers rangs. Les cheveux roux fillasses sont immanquable. Et le maquillage dissimule à merveille la mutilation de son visage. Un message silencieux passe entre eux. Résultat d'une décennie de complicité.
Si les deux époux souriaient béatement, ce n'était pas pour les même raisons. C'est le plus beau jour de l'une, et le dernier sur terre de l'autre

L'attaque ne vas pas tarder. Tous ces gens brûleront.


Jeune membre de la ligue
avatar
fond des messages :
Messages : 44
Points : 179
Puissance : 2 245
Réputation : +20
Karma : -5
Voir le profil de l'utilisateur
44
179
2 245
+20
-5
MessageDim 21 Oct - 13:18
» Nom & Prénom du personnage : Mio Suiren.

» Changements physiques : L'âge. Les ravages de l'âge. Les ravages de la guerre, aussi. Sa propre guerre. Le dos courbé, les mains calleuses, on dirait que les plissures de sa peau veulent rivaliser en nombre avec les jours qu'elle a vécues. Ses longs cheveux, qu'elle a gardé ainsi pour quelqu'un, ont blanchi. Leur neige est striée d'éclairs gris. Et ses grands yeux, profonds, se sont affaissés sur son visage que, malgré les rides, l'on devine avoir été beau un temps. Elle a cet air lassé, l'air de ceux qui prennent le temps de s'arrêter pendant une promenade pour lever le bout de leur nez et regarder le ciel de longues minutes durant. Parfois, elle peine à garder les pattes ouvertes, elle les laisse se replier et se pose, parce que son corps l'épuise.

» Changements mentaux : Après avoir bataillée férocement contre son destin, elle n'est plus qu'une vieille femme face à l'inévitable. Les regrets et les remords laissés derrière elle, elle espère pouvoir profiter du soleil jusqu'à la fin, en repensant à tout le chemin qu'elle a si difficilement parcouru en premier lieu. Jamais pour devenir quelqu'un de grandiose, pour changer l'avenir des autres. Non. Simplement pour apprendre à devenir "elle".

» Histoire : C'est très simple, la mort. Certains se l'imaginent comme une scène grandiose, se disent qu'on part le cœur léger. Mais, à la fin du voyage, on a juste plus la force de lutter contre ce qui nous attend. On se console, une toute dernière fois, en se disant qu'on a assez vécu, que quelque chose d'autre nous attend de l'autre côté d'une frontière qu'on ne distingue même pas. Mourir, c'est se laisser tomber dans les bras du vide.

Mes yeux s'autorisent une croisière. Une lente et longue croisière, vers les enfants qui chahutent candidement un peu plus loin dans le carré de sable délimitant leur aire de jeux. J'entends leurs rires, leurs éclats de voix, j'entends la vie qui palpite dans leurs poitrines menues mais fragiles, comme le chant de tant d'oiseaux voletant en de larges cieux. L'un d'eux se tourne vers moi, m'affiche fièrement le ballon qu'il secoue en l'air. Et je soulève une main, pour lui faire signe. Je suis toujours là, pour l'instant. En revanche, je risque de ne plus l'être très longtemps. Je tourne à nouveau le regard, vers les autres "adultes". J'aimerais mieux être parmi les plus petits, remonter le temps et pouvoir courir après le ballon moi aussi. Mais cette heure-là est passé.

En me relevant, difficilement, je me soulève du banc sur lequel je me suis pesamment installée, et ouvre la marche. Derrière moi, ma vieille amie la faucheuse. Combien de personnes sont mortes, depuis le début ? Et, depuis combien de temps attend-elle de venir me prendre à mon tour ? Un petit rire m'échappe, alors que je m'éloigne de l'aire de jeux à pas frôlant le douloureux. Mon dos tire, sous le poids pourtant maigre de mon abdomen inférieur. Parfois je m'arrête, reprends mon souffle. Regarde un point fixe, quelque part, le temps que mon cœur se remette de cette aventure. L'aventure des vétérans.

Mes pas me mènent jusqu'à cette ruelle. Cette ruelle étroite, sombre, qui paraîtrait effrayante voire morbide à tant de gens. Et à nouveau, un petit rire se faufile hors de mes lèvres pâlottes. Depuis le temps, je devrais connaître le nom de cette ruelle. Mais je préfère me dire qu'elle porte son prénom, qu'elle baigne dans sa présence. Ici, ça me va. Je veux bien mourir là, dans la flaque des souvenirs, bientôt rejointe par le flot des larmes qui dégoulinent de mes joues, mes pattes cessant de supporter le poids de mon histoire. Si seulement j'avais eu plus de temps... Pourtant c'est vain : j'ai eu tout le temps m'étant imparti.

Je pourrais mourir au chaud, dans ma maison. Chez moi. Mais je préfère mourir là, seule. Je préfère que personne -ou en tout cas personne que je ne connaisse-, n'assiste à cette tombée de rideaux. Les minutes s'égrainent, les larmes cessent. Je crois que je n'ai même plus la force de pleurer. La vitre de mes lunettes rondes me dévoile avec une netteté comique une silhouette en contre-jour, à l'un des bouts de ma ruelle favorite. Alors je ferme les paupières, et tends une main. Une main dans le vide, certainement vers l'autre côté.

Ah. Tu m'as trouvée. Je suis cachée derrière un rideau, pas vrai ?

Bien sûr qu'il m'a trouvé. Je me suis cachée là où il n'y a que lui qui pouvait me trouver. Il se rapproche, le pas aussi lourd et lent que tout les miens pour en parvenir à là, puis s'assoit près de moi. Je me penche, malgré le flanc brûlant violemment en s'étirant, et pose la tête contre son épaule. Je l'ai aimé pendant tant d'années, lui ai souhaité tant de bonheur qu'il m'a si généreusement donné. Et de la cendre du brasier de la passion que je lui portais sont nées les racines qui ont enchevêtrées nos âmes ensemble. C'est tout le dramatisme que je veux, comme conclusion : que tout finisse là où, pour moi, tout a commencé. Je veux être jeune encore, une poignée de secondes, au moment de m'éteindre, et le regarder comme au tout premier jour.

Je ne sais pas ce qu'on dit, quand on meurt. Avec le temps j'ai probablement oublié. J'ai plus les idées très claires, tu sais. Alors je vais me contenter de te dire que tu es toujours terriblement beau.

Ce rire. Encore. Nos mains se croisent, nos doigts s'entrelacent, et notre précieuse bulle nous couve à nouveau. Je n'entends presque plus les bruits de la vie autour de nous. Les voitures, les piétons... Il ne reste presque plus que le léger courant d'air qui s'engouffre entre les bâtiments et souffle sur nos vieilles carcasses. Puis juste lui. Lui jusqu'à la toute fin.


*winkwink*:
 
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 579
Points : 2310
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
579
2310
2 945
0
0
MessageLun 22 Oct - 13:41
» Nom & Prénom du personnage : Blaine Mercer.

» Changements physiques - représentation graphique : Au fur est à mesure des années, le corps de Blaine fini réellement par vieillir. Grâce à son alter, l'homme a une espérance de vie bien plus longue que les autres membres de la race humaine. Lors de son arrivée chez les Vengeurs, le rouquin avait ainsi 80 ans, enfermés dans le corps d'un jeune trentenaire actif. Lors de la fin de sa vie, ce chiffre fut alors multiplié par plus de deux.

180 ans. Malgré sa résistance, le temps marqua néanmoins son corps, son âme. Son apparence actuelle est presque à l'inverse de ses jeunes années : son ancienne courte chevelure laissa la place à des cheveux plus longs, généralement gardés sous la forme d'une queue de cheval. Son simple bouc poussa lui aussi, formant alors une épaisse barbe enfermant littéralement son visage bourru, marqué par le temps.

Son regard doré n'a aussi plus rien à voir avec celui d'avant : anciennement joyeux et plaisantin, ses yeux n'exprimaient cette fois qu'un sérieux indéfectible. Surplombant son nez, des lunettes venaient corriger une vision qui, même si elle avait gagné en sagesse, s'abaissait avec le temps.

Malgré tout, Blaine restait une armoire à glace. Des épaules larges, un corps musclé, des bras qui semblaient capable de soulever le monde. Son style vestimentaire avait, néanmoins, évolué. Au revoir les habits aléatoires, le Rouquin portait désormais des ensembles agréables, propres. On pourrait même croire qu'il était devenu un expert en mode, l'homme arrivant à concilier différentes tenues selon les moments, préparés à l'avance et lui allant à la perfection.

» Changements mentaux :
Blaine était, à la fin de sa vie, quelqu'un de sérieux, de présentable. Peut-être même d'un peu trop. Toujours à l'heure, voir même souvent en avance, l'homme mettait un point d'honneur à toujours réaliser ce qu'il disait dans les plus brefs délais. C'était ainsi quelqu'un d'honorable, sur qui on pouvait compter, et qui prenait plaisir à aider son prochain. Sa librairie gagna en popularité, Blaine organisant régulièrement de nombreux ateliers pour encourager la lecture ou faire connaître de nouveaux auteurs.

Il s'adapta aussi bien plus à la vie japonaise, par respect pour ce pays l'accueillant chaleureusement. Prêtant de son temps aux temples, par exemple, ou participant même à la vie administrative de la ville.

Malgré ce sourire qu'il essai de garder en toute circonstance, son regard ne trompait néanmoins pas. Un regard exprimant son vrai âge, ses expériences, et surtout l'éternelle mélancolie qui enveloppait son âme. A chaque fois qu'on posait son regard sur le rouquin, on sentait, telle une aura, cette tristesse et cette fatigue qui s'échappait de l'ancien Vengeur.

En réalité, Blaine essayait vainement d'occuper sa vie, avant sa mort. Il semblait être pressé de passer de l'autre côté, d'être enfin accueilli là où il désirait être, comme pour retrouver quelqu'un qu'il aimait. Comme ? Non, c'était totalement le cas. Car malgré les années, malgré le vécu, jamais l'homme ne s'était remis avec une femme. Jamais on ne voyait le libraire, aux côtés d'une jeune jouvencelle. Pourtant, le Rouquin avait quelques prétendantes, voyant en la montagne de sagesse qu'était l'ancien Vengeur une... "bonne prise" ?

Un seul être restait au creux de son cœur, une seule personne occupait ses esprits. Une seule femme méritait, selon lui, son amour. Et cette personne n'était plus là, depuis déjà de nombreuses années. Morte. Maladie. Cancer.

» Histoire :
Comme à son habitude, Blaine se trouvait à son endroit favoris. Sur un banc, au milieu d'un parc, à observer le reflet des oiseaux et des arbres sur un petit lac calme. A cette heure, personne n'était là. Personne ne venait le déranger. Attrapant un médaillon, dont la chaîne s'échappait mollement d'une de ses poches, il décida finalement de le sortir. L'ouvrant, dans un cliquetis mécanique reconnaissable, son regard doré et pétillant sembla doucement s'effacer sous l'émotion, observant avec attention et tristesse le contenu de son bijoux.

Comme à chaque fois, dans ces moments, Blaine pensait à sa bien aimée. A Esther. La seule personne qui comptait pour lui, encore aujourd'hui.

Il se souvenait de la belle époque. Ils s'étaient séparés, mais continuaient à se voir. Même à coucher ensemble, à énerver le colocataire amoureux de la belle demoiselle. Et au final, après des années à vivre ainsi, à ne rien s'avouer, il fit le premier pas. Il balança ce qu'il avait sur le cœur... et elle accepta. Elle répondit même à son amour, commençant alors de nouveau une belle vie de couple.

Ce ne fut pas facile. Leurs deux tempéraments étaient contraires, et lors de nombreux matins, le couple fut à deux doigts d'exploser. Mais malgré tout, ils arrivaient à l'empêcher, à désamorcer la bombe... Souvent sous la couette, il devait bien l'avouer. Et bordel qu'il appréciait ces moments.

Et tout ça dura longtemps. Si longtemps... Et à la fois si bref, aux yeux de Blaine. Surtout lorsque la maladie vint frapper à la porte de la belle héroïne.

Un cancer. Foudroyant. Puissant. Qui vint s'abattre sur ce couple, telle la lame d'une guillotine prête à prendre la tête de la Française.

C'est à partir de ce moment que Blaine commença à changer. Physiquement. Mentalement. N'arrivant pas à accepter la perte prochaine de sa femme, le Rouquin tenta alors vainement d'apaiser ses derniers jours. Il accepta tout d'elle, chacune de ses propositions. Pour lui faire plaisir, pour qu'elle puisse partir en paix, l'ancien Vengeur changea en profondeur.

De fainéant, Blaine devint attentionné et actif. Il arrêta simplement de se laisser aller, reprenant un rythme sain, prenant de nouveau soin de lui pour lui faire honneur, lui faire plaisir, lui redonner ce sourire qu'elle commençait lentement à perdre, tout comme sa vie.

Et finalement, aux portes de la mort, l'homme était là. Aux côtés de sa femme, de son aimée, attrapant ses mains tremblantes, elle lui fit promettre quelque chose.

De ne pas se laisser mourir. De ne pas se suicider. Et de vivre jusqu'à la fin.

Repensant à la promesse, le vieil homme n'arriva pas à empêcher les larmes de couler le long de ses joues, quelques gouttes tombant à l'intérieur du bijoux, qui contenait une photo d'Esther.




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 215
Points : 983
Puissance : 1 565
Voir le profil de l'utilisateur
215
983
1 565
MessageMer 24 Oct - 5:19
» Nom & Prénom du personnage : Chiaki Uchida
» Changements physiques : Image représentative. Malgré qu'elle a atteint 50 ans, celle-ci n'avait grandit que d'un seul centimètres pour un total d'un mètre cinquante. Sa chevelure a perdu sa couleur de jeunesse pour devenir beaucoup plus pâle. Se rapprochant d'un roux châtain à cause des ses mèches blanches qui apparaissent. Celle-ci n'a plus besoin de porter ses lunettes pour voir et quelques rides qui sont visibles sur le visage.
» Changements mentaux : Chiaki n'est plus autant gênée qu'avant, même qu'elle ne s'empêche plus de dire ce qu'elle pense et cela fait d'elle une mamie cool et à l'écoute de ses petits-enfants.
» Histoire : Chiaki se trouvait chez elle. Une maison qu'elle avait payée par ses propres moyens avec l'aide de son mari. On pouvait voir des photos d'elle et de son copain. Notre bonne dame faisait un peu de ménage vu qu'elle avait de la visite importante aujourd'hui. C'est en après-midi que la dite visite est arrivée chez elle. Une jeune fille ressemblant à Chiaki quand elle était à U.A(image ici).

- Mamie

Alors que sa petite fille réclamait un câlin alors qu'elle venait tout juste d'arriver. Chiaki ne se gênait pas pour enlacer sa petite fille avant d'aller fermer la porte qu'elle avait oubliée derrière elle.

- Salut Anna. Comment c'est passé ta journée ?

La petite parlait tellement vite que sa grand-mère avait du mal à toute entendre, mais elle voyait bien que celle-ci était heureuse et c'était tout ce qui comptait. Mamie avait entendue parlée du fait qu'elle voudrait devenir une héroïne comme Mamie.

- Cela serait un honneur ma puce. Si c'est vraiment ce que tu souhaites bien sûr.

c'était à ce moment précis que Chiaki allait chercher son album souvenir pour partager une partie de sa vie et de son histoire avec Anna. Au départ Chiaki a été étudiante à U.A mais avait des doutes, mais les rencontres qu'elle a eut dans la vie dont le grand-père d'Anna, celle-ci eut confiance en elle pour devenir Anty. Une jeune héroïne qui aidait son prochain du mieux qu'elle pouvait. Cependant en grandissant et ayant fait son possible en tant qu'héros , celle-ci était retournée au études pour devenir médecin. En gros , ce que Chiaki voulait montrer à Anna, c'est qu'il fallait faire ce que l'on voulait faire dans la vie et être fière de ce que l'on avait accomplit.

Une fois ce voyage dans son passé terminée, Chaiki allait bordée sa petite fille dans le lit dans le chambre d'invitée.

- Bonne nuit Anna. Fais de beau rêve.


Autre:
 
Smiley Trashbag
avatar
fond des messages :
Messages : 579
Points : 2310
Puissance : 2 945
Réputation : 0
Karma : 0
Voir le profil de l'utilisateur
579
2310
2 945
0
0
MessageVen 26 Oct - 14:03
Les inscriptions sont terminées, vous pouvez désormais voter pour votre participation favorite ! Il suffit de simplement poster ici votre message. Vous avez une semaine pour voter, jusqu'au 2 Novembre !




Oui, je suis fan de moi.
Merci Suisui ♥


Sinon, j'vous mange !
Tout cru !
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 17
Points : 1
Puissance : 1 250
Voir le profil de l'utilisateur
17
1
1 250
MessageMer 31 Oct - 15:25
Pour cet event flash-forward, je vais personnellement voter pour Mayuta Kukun car c’est la réponse que j’ai le plus apprécié. Faut justifier son choix mais je ne sais pas vraiment quoi dire à part “j’ai préféré celui-là” x) L'action ? La façon dont c'est écrit ? Disons que c’est ce qui avait le plus de charme pour moi. Même si j’avouerai longuement hésiter entre Mayuta et Yui.


Tsuyo parle avec la couleur #0066cc
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 215
Points : 983
Puissance : 1 565
Voir le profil de l'utilisateur
215
983
1 565
MessageMer 31 Oct - 17:19
Cela n'est pas facile de voter vu que toutes les histoires sont bonnes pour des raisons varier. J'ai une préférence entre l'histoire de Blaine et de Suiren parce que j'aime leur style d'écriture. Leur façon de décrire ce que leur personnage ressente. Les deux histoires sont touchantes et cela n'a pas été évident de trancher entre les deux.

Je vote pour Blaine.


Autre:
 
Vilain Solitaire
avatar
fond des messages :
Messages : 21
Points : 4
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
21
4
1 200
MessageMer 31 Oct - 20:26
très difficile de choisir, chaque histoire ayant un style bien à elle mais je vais finalement voter Mayuta
Élève de seconde année
avatar
fond des messages :
Messages : 12
Points : 1
Puissance : 1 450
Voir le profil de l'utilisateur
12
1
1 450
MessageJeu 1 Nov - 23:26
Je ne connais encore que très peu les gens d'ici, mais au niveau des histoires, mon choix est fait. J'apporte un vote a Yui. L'histoire était assez intéressante o/
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hors sujet] Humour.com
» [Event Djaul]
» MTGO Sealed Premier event.
» [Hors-Sujet] Parodie Star Wars de Pigrelin
» Jeu Flash sympa pour la pause café

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: L'arrivée sur le forum :: Relations avec le staff :: Events en cours-
Sauter vers: