• 02/06/18 : Avancement du contexte suite au second event ! topic à jour
• 02/06/18 : Fin du second event ! Résumé ici avec deux concours hors-rp !
• 04/03/18 : V2.1 du Forum ! Nouveau thème, nouveau groupe, nouvelles surprises ! Tout ici.
• 28/02/18 : Inscriptions à l'event de St. Valentin terminées. N'hésitez pas à voter ici.
L'U.A. perd en vitesse ! Suite à l'attaque dans la forêt durant l'examen de la licence provisoire, le public commence à perdre confiance en la plus grande école des héros. En conséquence, un internat a été mis en place et la licence accordée aux élèves.

Suite a cette fameuse réussite, la ligue commença à encore plus se faire connaître !

Les vengeurs, malgré la perte d'un membre, continue néanmoins sa lutte.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Situation caucase (Feat Keamon et Wani)

My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 3
Puissance : 800
Voir le profil de l'utilisateur
28
3
800
MessageLun 1 Oct - 12:28

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis que Koji c'est fait arrêté. Elle survie comme elle peut, mais si elle ne comprends pas toujours tout à ce monde que lui reste toujours aussi étrange. Les gens n'ont pas changer de comportement envers elle. Ils continuent à la fuir à la regarder comme si elle allait agressé quelqu'un comme ça sur un coup de tête. De ce coté elle ne change toujours pas d'optique, elle les ignores, elles avancent sans prêtée attentions à leurs regards, ni à leurs paroles peu élogieuse.

Cela fait 2 jours qu'il pleut presque non stop, parfois avec de grosses averses averse, autant Sam ne râlait pas de cette eau tomber du ciel, de ces nuages gris et de ce froid constant. Mais aujourd'hui ce n'est pas pareil, ces vêtements n'ont pas séché de nuit à cause de l'humidité, elle a froid. Elle grelote et cherche un endroit, un bâtiment ou elle pourrait mieux se protégé. Elle c'est un peu éloignée de ses rues habituelles... en faite elle c'est perdue et ne sait pas du tout ou elle est. Mais elle commence à envié des voir ces gens déambuler sans souffrir du froid ambiant. Ils portent des vêtements plus chauds et qui ne semble pas prendre la pluie pour certains. Elle aussi aimerait avoir d'autre habit à se mettre, elle porte le même pull et le même pantalon depuis qu'elle erre, ils sont trouée et plus vraiment en bon état malgré qu'elle essaie de resté un minimum propre.

Elle s'osa à rentrée dans un centre commercial assez vaste pour que les vigilent ne l'y fasse pas immédiatement sortir. Il y a du choix ici en vêtement, mais elle n'a pas d'argent, demander aux gens de leur compassion pour lui offrir des vêtements secs n'est certainement pas envisageable. Elle a déjà volé une sandwich à un vendeur ambulant, mais aller dans un centre commerciale pour voler, elle ne l'avait encore jamais fait. Elle erra entre les allée pas certaine de pouvoir prendre assez sans se faire coincer. Elle commença par attraper un pull plus chaud et aller le changer dans un vestiaire ou elle laissa son vieux pull mouillé sur le sol. Elle fit de même en cherchant un pantalon à sa taille, avec sa petite taille et sa fine taille, difficile de trouver quelque chose qui ne lui tomberais pas sur les pieds. Son choix se porta sur un training qui tient mieux à sa taille grâce à l'élastique. Il ne reste plus qu' assortir d'ici.

C'est l'idée, partir mine de rien, sans se faire remarqué, sauf qu'il y a une chose à la qu'elle, elle n'a pas pensé...l'antivol encore accrocher au pull et au pantalon. Elle n'est pas dans la boutique la plus proche de la sortie et le centre est vraiment bombée de personnes, la plus part présent pour la simple raison de se protégé de la pluie. Sam se dirige vers le hall principale sans savoir qu'elle va être démasqué a cause des antivols.
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
1 200
MessageMar 2 Oct - 0:15
Kaemon était mouillé.

Non, ça n'était pas le mot. Kaemon était trempé jusqu'au os. Il aurait bien fière mine quand il rencontrerait sa collègue de classe. Comment elle s'appellait, déja... Wa... Ah oui! Wani. À croire qu'il n'avait pas encore réussi à mémoriser les noms de ses collègues. Un loyal camarade de classe, hein?

Les flaques d'eau sous ses espadrilles claquaient alors qu'il les traversait dans son empressement de se mettre au sec. Tentant désespérément d'utiliser son sac à dos comme un parapluie de fortune et les lunettes embrouillées par la pluie, il pouvait à peine voir où il allait. Il esquiva de justesse une collision avec un homme d'affaire qui, lui aussi, semblait désespérer sous son porte-documents.

Comment j'ai bien pu manquer les nuages? Argh... Heureusement le centre d'achats est proche d'ici.

À bout de souffle et dégoulinant de pluie, Kaemon redoubla d'ardeur pour finalement atteindre un lieu sec, et bientot, le centre d'achat fit son apparition au tournant du coin de la rue. Alors que l'averse tournait carrément à l'orage, Kaemon plongea presque sous l'auvent à l'entrée et s'effala contre le mur, à bout de souffle.

"De tous les jours pour avoir besoin de nouveaux stylos, j'ai bien choisi," ria-t-il à lui-même d'un ton sarcastique.

Kaemon jeta un oeil à sa montre. Sept heures douze. Il estima au moins une dizaine de minutes avant de devoir aller rencontrer Wani à l'aire de restauration. Heureusement, d'ailleurs, parce que son polo blanc dégoulinait d'eau, mais pas à moitié autant que ses cheveux.

S'efforçant de voir à travers ses lunettes détrempées, Kaemon fraya son chemin à travers la foule en direction d'un panneau lumineux: "Toilettes".

Bénis soient les fabriquants de séchoirs à mains!

Maintenant dans un lieu un peu plus privé, Kaemon essuya ses lunettes et retira son polo, remarquant du coin de l'oeil son reflet dans le miroir au dessus du lavabo. Plus spécifiquement, il remarqua que ses pectoraux commençaient à prendre une réelle forme. Un sourire de fierté se traça sur son visage. Peût-être que ses entraînements n'étaient pas pour rien après tout.

Kaemon s'assura que personne n'était présent dans la salle de bains; l'usage d'alters à des fins utilitaires n'était pas considérée idéale, et surtout sur les lieux publics, mais... au grands maux les grands remèdes. D'ailleurs, cela ne ferait mal à personne. Il tordit son chandail pour en retirer un maximum d'eau puis, s'efforcant à employer un minimum de son alter, secoua ce dernier à une vitesse plus que rapide écartant son visage alors que des gouttelettes d'eau s'éparpillèrent à travers la pièce.

Le temps de le dire, son polo n'était maintenant plus que légèrement humide, une nette amélioration. Après avoir employé le sèchoir à mains pour assècher quelque peu ses cheveux, Kaemon réenfila son chandail et reprit son sac à dos.

Ouf, voilà qui était déja mieux.

Bon, prochaine étape, trouver Wani. Ils avaient convenu de se retrouver ici pour réviser ensemble pour les examens de la semaine. Un peu d'entraîde ne pouvait que bien aider les choses.

Kaemon consulta la carte du centre d'achat, pour déterminer le meilleur chemin à suivre pour atteindre l'aire de restauration. Dans son empressement, il était entré du côté opposé du centre d'achat. Plutôt que de faire le grand tour, il opta de couper à travers le magasin qui le séparait des restaurants.

Passer par un magasin de vêtements féminins par lui-même était un peu gênant, mais c'était mieux que naviguer les corridors bourré de foules.

... bah. Dans le pire des cas je dirai que je cherche des idées pour l'anniversaire de ma copine... Si seulement.

Distrait par son hésitation et ses scénarios imaginaires, Kaemon ne portait qu'à moitié attention à son chemin, ni à la demoiselle avec qui il était en danger de collision imminente. Malheureusement pour lui, la dite demoiselle, pressée par l'acte illicite qu'elle comettait actuellement, ne le remarquerait probablement pas non plus...
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 12
Points : 0
Puissance : 1 050
Voir le profil de l'utilisateur
12
0
1 050
MessageMer 3 Oct - 14:13
Par chance pour moi les parapluies n’étaient pas constitués que de tissus, et par conséquent mon alter n’en avait pas pris le contrôle et donc je ne ressentais pas l’eau probablement glacée qui tombait sans interruption comme un déluge d’un autre temps. J’avais rendez vous avec Orizuru-kun, fils du chef d’une entreprise en essor d’après ce que j’avais pu apprendre de mon père lors d’une conversation au téléphone. C’était donc quelqu’un qui comme moi, enfin plus ou moins. Du regard j’avais repéré la première boutiques de vêtements et m’étais engagée dans ce dédale de synthétique sans hésiter. Rien de bien extravagant ou de surprenant, ce que je cherchais des yeux n’existait tout simplement pas ici, en même temps, les robes somptueuses n’étaient que rarement en vente dans ce genre de magasin…

Je reportais mon attention sur les gens en renvoyant le vendeur qui venait me proposer son assistance. De la ménagère, de l’écolière, un ou deux garçon légèrement gêné d’accompagner leur copines. C’est à la vue des individu masculins que je me posais la question, est ce que cela comptait comme un rendez vous de rencontrer à nouveau Orizuru-kun en dehors des cours? Est ce qu’il espérait quelque chose? Je ne me souviens plus de son alter, l’ai-je vraiment vu en action au final? Est ce que c’est pour parler de papa? Ou alors c’est pour les cours? Y’a trop de situations possibles, réfléchissons… Il s’agit d’un garçon de bonne société, il est un peu timide je pense du moins il me semble pas l’avoir vu faire d’éclat dans les cours, son nom de héro c’était quoi déjà… O.. Nan, ca ne me reviens plus. Bref, j’pense pas qu’il soit venu de lui même en vrai, peut être son père ou sa mère qui a décidé qu’il viendrait me voir, ou les profs.. Est ce qu’on aurait fait quelque chose de mal ou l’un devrait-il soutenir l’autre pour les cours? Je n’avais pas vraiment fait attention à lui pendant tout ce temps, est ce qu’il aurait..?

A quoi est ce que je pense? C’est rien qu’une entrevue avec un garçon au final, mon regard se pose sur une paire de talons, je n’ai pas beaucoup de chaussures de ce genre, autant essayer… Je les attrapes et part vers le fond du magasin en croisant une blonde pour m’enfermer dans la cabine la plus proche et disponible. Alors que je chausse la paire, je me rend compte que des bouts de plastiques gris dépassaient de la jeune fille que j’ai croisé. J’ouvrais le rideau en trombe pour la chercher du regard quand mon talon, que j'avançais, glissa sur un monstre gris et visqueux. Je me vautrais au sol en gémissant avant de me pencher pour voir ce qui m’avait fait tomber, un polo tout moche et mouillé. Le vêtement faisait pitié, et alors que le vendeur se précipitait vers moi pour voir si j’avais mal, je me relevais en scrutant les lignes de vêtements à la recherche de la blonde. Mon regard se posa sur Orizuru qui avançait vers… Ma main se tendait pour lui faire signe avant de lui dire avec des signes rudimentaire d’attraper la fille devant lui. J’espérais qu’il me vois, ma chute avait sans doute été assez spectaculaire pour attirer du monde.
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 3
Puissance : 800
Voir le profil de l'utilisateur
28
3
800
MessageMer 3 Oct - 22:28

La panique plus que présente, elle était prête à partir en courant, lorsqu'elle entendit un bruit sourd derrière elle et une personne s'inquiété pour une autre dans une allée un peu plus loin. Elle se retourna vivement, peut-être voleuse, mais elle préféra malgré tout vérifié que la personne ne c'était pas faite mal. Elle ne c'est pas que c'est involontairement de sa faute, ce qui la ferais un peu plus culpabiliser. Mais dans son mouvement, elle fit un arrête net en se redressant de toute sa longueur pour éviter que son front ne rencontre celui du garçon qui arrivait beaucoup trop vite vers elle.

Dans un reflexe de dernière minute, elle poussa sans réelle force le garçon, non pas pour fuir, mais plutôt pour être certaine d'éviter la collision. Son regard partit de nouveau vers la jeune fille, qui a présent la montre du doigt en appelant un nom tout en faisant remarqué sa présence, au garçon qui à manqué de la cognée, de ce qui lui semble. Elle comprit avoir été repéré par la jeune fille et elle détala subitement hors du magasin, déclenchant alors les alarmes. Se précipitant vers la sortie, dans son mouvement de précipitation, elle se prit plusieurs personnes, manquant presque de tomber par terre... jusqu'à ce que c'est fesses  finissent après être rentrée dans un adulte avec une carrure imposante. Elle rebondit dans son dos, celui-ci se retournant alors sur elle en lui hurlant dessus de faire plus attention, jusqu'à ce qu'il se rendent compte que les vigilent lui court après. L'homme usant alors de force pour maintenir Sam la ou elle est. C'est bien la première qu'elle se fait attrapper et si Koji lui répétait toujours une chose, c'était que le crime n'était pas grave t'en que l'on ne se faisait pas attraper. Angoissé, l'idée de se défendre et de blèssé l'homme lui parvient à l'esprit, mais se fut chose impossible à faire, si ce n'est que maintenir une distance avec l'homme et évité les coups qu'il tente de lui donner.
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
1 200
MessageMer 3 Oct - 23:59
L'attention de Kaemon fut immédiatement prise quand, au coin de son oeil, il vit un mouvement brusque. Ce dernier fut rapidement suivi d'un bruit sourd, comme si quelqu'un venait de s'effondrer de tout son long. Dans sa distraction, il ne remarqua la collision imminente que lorsqu'il passa presque nez à nez avec une demoiselle blonde, qui le poussa par les deux épaules afin d'éviter un impact.

"Désolé!" Kaemon échappa par réflexe, quand il fut légèrement bousculé par une jeune demoiselle aux cheveux blonds. Alors qu'il allait se retourner vers la demoiselle pour s'assurer qu'il n'y avait pas de problèmes, un geste attira son attention.

Il remarqua finalement classe affalée au sol, et un préposé se dirigeant vers elle. Avait-elle trébuché? Avant qu'il n'aie trop le temps d'évaluer la situation, Wani lui fit quelques signes de la main.

D-derrière moi?!

Kaemon fit volte face juste à temps pour voir la jeune blonde détaler; marquée par un dispositif suspect. Une voleuse? Il tenta en vain d'attraper cette dernière par l'épaule mais cette dernière était malheureusement déja trop loin, malgré la vitesse prodigieuse de ses bras.

Kaemon laissa tomber son sac à dos derrière lui pour s'alléger, avant de foncer à la poursuite de la voleuse. Il n'avait pas eu le permis temporaire pour rien; c'était un crime mineur, mais il n'était pas à lui de décider de ce qui était trop mineur pour intervenir.

Des réflexes et réactions rapides étaient l'un des avantages naturels du développement de son alter. Entre ceux-ci et sa carrure légère, Kaemon pu gagner un peu de terrain sur la demoiselle jusqu'à-ce que, au tournant d'un grand présentoir de robes, il soit projeté au sol par un homme beaucoup plus grand.

"Hors de mon chemin, demi-portion! Elle est à moi!" s'écria la brute, un grand baraqué aux cheveux noirs avec un oeil rouge.

Quand son dos fit impact, Kaemon entendit un lourd craquement, plus le tintement de pièces de verre alors qu'il se relevait. Dans sa chute, il avait percuté un grand miroir. Heureusement, il ne ressentait aucune coupure. Il s'en était tiré chanceux.

Kaemon se releva, un peu sonné, puis enjamba un présentoir de bas renversé pour reprendre la poursuite. L'homme n'avait définitivement pas le profil d'un préposé aux vêtements féminins, ni celui d'un agent de sécurité ou d'un héros de passage.

Le jeune héros tourna brusquement vers la sortie du magasin, et fit un bilan rapide de la scène.

Devant lui, la voleuse paniquée se protêgant de ses bras. Son attaquant, l'homme à l'oeil rouge, semblant déterminé à la mettre hors de commission. Autour, la foule paniquée. Aucun héros ni agent de sécurité immédiatement en vue. Wani allait probablement arriver d'un moment à l'autre, mais en attendant, c'était à lui d'agir.

Allez, Kaemon! Tu as étudié ce genre de situation! Tu connais le protocole... D'abord, attirer l'attention des forces de l'ordre. Brave ne veut pas dire tête brulée.

Avançant vers l'altercation, Kaemon cherchait un dispositif d'alarme. Pas d'alerte antivol ni de cloche d'incendie en vue, et la pauvre demoiselle qui semblait en très grave situation.

C'est alors que l'idée le frappa, en voyant le dispositif antivol pendant du pull de la victime.

Ah! Bien sur!

Kaemon tendit son bras en un clin d'oeil et attrapa le premier vêtement qui lui tomba sous la main, une blouse verte. "Désolé pour ça!" Il lança à l'attention des vendeuses, avant de lancer le vêtement à bout de bras en direction des portes de sortie, le poids du cintre permettant à l'habit de voler comme une flèche vers le tourniquet de sorti.

BEEP BEEP BEEP! sonna l'alarme antivol. Voilà qui saurait attirer des renforts bien vite.

Ensuite... Distraire l'attaquant. Il vaut mieux qu'il s'en prenne à moi qu'à cette demoiselle.

Kaemon se retourna vers l'altercation sans arrêter sa course. Il n'avait pas remarqué que son petit tour avait déja bien attiré l'attention de l'aggresseur. D'ailleurs, il n'eût pas le temps de s'en apercevoir que quelques secondes avant qu'un énorme poing soit à quelques centimêtres de sa mâchoire.

D'instinct, les mains de Kaemon s'interposèrent entre le coup et lui, mais la force derrière ce dernier était trop pour lui. Pendant un moment, le monde tournait au ralenti. L'alarme sonnait plus comme une grande cloche d'église. Kaemon valsa vers l'arrière, faisant tout son possible pour garder ses pieds au sol. Il reprit ses sens un instant plus tard, un genou au sol, et une douleur pointée au côté droit de sa mâchoire.

"Va jouer au héros ailleurs, avorton!" lui lança la brute qui retenait toujours la jeune blonde.
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 12
Points : 0
Puissance : 1 050
Voir le profil de l'utilisateur
12
0
1 050
MessageDim 7 Oct - 14:26
La blonde avait dépassé Orizuru-kun, je lui avais signé mais trop tard, un autre était sur le coup et avait décidé de commencer à détruire sans trop se soucier de la sécurité du personnel ou des biens. Je me relevais pour commencer à courir… en talons qu’elle bonne idée… Tout ce passait assezl oins de moi pour que je rende compte que le grand et le petit commençaient une rixe pour la gloire, quitte à négliger légèrement le délit en cours et à en commettre d’autres. Je regardais le gérant en attrapant un jean dont j’enfilais une patte au bout de mon bras avant de lui dire de mettre les gens en sécurité et de rejoindre la sortie si possible en attendant la police.

Je me précipitais sur le grand, vu qu’Orizuru avait l’air hors combat. Passant par derrière lui je prenais appuis sur le plis d’un de ses genoux d’un coup de talon pour attraper sa gorge de mon bras libre et lancer la deuxième patte du jean, complètement sous le contrôle de mon alter, chercher la fille dans sa main pour l'empêcher d’étouffer sur son col. Je n’allais pas forcément pouvoir maintenir la situation longtemps comme cela, je tenais en respect le gros costaud qui ne m’avait pas vu venir mais qui pourrait répliquer. De l’autre côté ma poigne textile n’était pas très solide sur la blonde pour éviter de renforcer la prise de la brute.
-Allez Orizuru-kun, lève toi… pressais-je.

En étoile de mer les muscles en gainage constant, je réfléchissais à la situation tout en contractant le bras autour de la gorge du “héro” présumé. Mon alter pourrait tenir quelques secondes tout au plus dans cette situation avant que la crampe arrive, je l’avais enfilé et innervé trop vite. Je n’en revenais pas, il y a peu je me demandais avec Laframboise comment je me comporterais la première fois que j’arriverais sur un lieu où j’aurais à être héroïque et là j’avais agis sans trop réfléchir, instinctivement grâce à l'entraînement que l’on avait eu sans doute. Je penchais la tête vers l’oreille du grand costaud que je maitrisais de peu.
-Vous savez, si nous coopérions plutôt que de tous nous battre? Du genre, vous lâchez la fille, on l'empêche de partir ensemble sans la violenter et sans détruire le mobilier?

Je le voyais osciller de la tête, prouvant que j’appuyais peut être un peu trop fort et je relachais la pression. Le Jean tomba et le gars resta fermement ancré à la fille, et maintenant quoi?

HRP:
 
Civil
avatar
fond des messages :
Messages : 28
Points : 3
Puissance : 800
Voir le profil de l'utilisateur
28
3
800
MessageDim 7 Oct - 19:14

Tout c'était passez si vite, elle n'avait n'eut le temps de ne rien anticipé, l'angoisse la prenant, ses jambes semblent vouloir lui faire faut bon a chaque pas en arrière qu'elle fait pour maintenir une distance minimal entre elle et l'agresseur, du moins a son point de vue. Le garçon rencontré plutôt presque par accident, l'eut suivie et tenta d'intervenir, mais l'homme ne semble pas l'entendre de la même oreilles, le violentant lui aussi. Le costaud n'intervient surement pas parce qu'elle à voler des vêtements mais plutôt du à la frustration de se faire rentrée dedans. Le garçon cherchant à l'aider ou du moins calmer la situation, fut alors menacer à son tour et quand elle vit le point de l'homme partir vers le plus jeune, elle se lança en arrière, tentant de le retenir ou de le lui faire raté sa cible. Malheureusement, leur différence de carrure ne le fit pas bouger des masses et malgré la tentative d'échappatoire du jeune, il se prit quand même le coup.

-Pourquoi l'avoir frappé ? C'est moi la fautive ici !


Répliqua-t-elle sur son ton agressif, voler est une chose, elle n'en est pas fière, mais en générale sa ne cause pas de réel tord aux gens, ce qui n'est pas le cas cette fois-ci. L'agresseur toujours pas décider à la relâcher ou à coopéré avec les deux supposés apprentis héros, la participation de la jeune fille qu'elle a aussi vu dans le magasin est venu en renfort elle a tenter de faire quelque chose avec son alter, mais surtout c'est hisser sur l'homme pour l'étouffé et lui faire lâcher prise. C'est à dire elle même. Il lâcha effectivement prise, oui fois la tension exercer sur son coup fut lâché. Mais pas pour coopéré, c'est sur elle qu'il se retourna en cherchant à la frappé et en criant des insanités semblant avoir complètement perdu son calme et se laissant aller à la colère. Sam se dirigea vers le garçon genou au sol, sans savoir s'il a été fortement touché ou non, les bras tout aussi mou que ses jambes, elle essaie de faire bonne figure. Ce n'est pas la première fois qu'une situation dégénère et cela lui remonte de mauvais souvenir.

-Pardon...


Fut le seul mot qu'elle sut prononcé, elle garde un œil à la fois sur le garçon et sur la brute et la fille, elle s'en veut que la situation soit aussi dégénérée.
Élève de première année
avatar
fond des messages :
Messages : 9
Points : 0
Puissance : 1 200
Voir le profil de l'utilisateur
9
0
1 200
MessageLun 15 Oct - 23:44
"Allez Orizuru-kun, lève toi…"
"Pardon..."

Entendant sa collègue et la jeune femme à travers son étourdissement, Kaemon fut rappellé à l'attention. Le vengeur ne l'avait vraiment pas manqué dans sa distraction, mais il n'était pas prêt à jeter la serviette pour si peu.

Kaemon se redressa d'une traite, portant bien attention à sa pose de combat. Les cours de défense lui avaient appris plusieurs bons points sur sa posture et sa tenue, et qu'il le veuille ou non, il était temps de les mettre à l'essai.

"Je ne sais pas qui vous êtes," Kaemon lança-t-il à l'homme, "mais ce genre de violence est intolérable, qu'elle soit d'un héros, d'un criminel, ou d'un civile."

Fonçant de nouveau vers l'avant vers le vengeur que sa collègue semblait s'épuiser à retenir, Kaemon esquiva adroitement un coup de poing maladroit, s'interposant entre l'attaquant et Samayou. Ce faisant, il offrit un sourire rassurant à cette dernière.

Il faudra traiter du cas de ce vol mineur plus tard; un tel vigilantisme est un bien plus grand problème.

Par lui même, Kaemon n'aurait pas aimé ces chances contre la brute. L'homme à l'oeil rouge était plus grand et plus fort que lui, et d'apparence, pas un étranger au combat. Cependant, avec l'aide de Wani et peût être aussi celui de l'étrangère, maitriser ce dernier semblait beaucoup plus atteignable.

"Bande de morveux!" rugit l'homme, "Vous l'avez vu comme moi, c'est une voleuse! Prenez vous-en à elle!"

De ses grandes mains, il saisit la jambe du pantalon qui le retenait à la gorge, tirant de toutes ses forces pour le séparer de sa contrôleuse. Ce faisant, cependant, il se laissa exposé à Kaemon.

Voyant son opportunité, Kaemon s'avança à distance de corps à corps. C'était le temps de montrer tout ce qu'il avait à donner...

"PISTON FISTS!"

Kaemon n'était ni grand, ni musclé, plutot l'image de rat de bibliothèque. Cependant, quelques lessons d'autodéfense lui avaient appris à lancer un coup de poing, et une fois son alter ajouté, il savait compenser pour son manque de force.

Le roublard parvint bien à parer un ou deux coup, mais il se trouva rapidement repoussé vers l'arrière, titubant en se tenant l'estomac.
Contenu sponsorisé
Message
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Situation sans pareille
» Conquête du Caucase russe (XIXe)
» Situation du glissement de la falaise de la Berche – Tunnel du Chambon – RD 1091
» Inscription MJC 2010/2011
» Coupe d'Europe de Plumfoot 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Hero Academia RPG :: Le monde de My Hero Academia :: Musutafu :: Zone commerciale-
Sauter vers: